Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Nouveaux centres de pouvoir et problématique de la puissance - article ; n°2 ; vol.30, pg 222-236

De
17 pages
Revue française de science politique - Année 1980 - Volume 30 - Numéro 2 - Pages 222-236
NEW POWER CENTRES AND THE POWER ISSUE, by MARIE-CLAUDE SMOUTS New power centres appear at the point where two dimensions of the international system cross : the « vertical » dimension in which the hierarchy of States is formed and modified, and the « functional » dimension in which international relations in specific sectors such as trade, currency, energy, arms, etc., are established. The power of a State is measured according to its ability to control the workings of the System in one or more key areas so as to derive benefits. The power centre concept itself raises three essential questions in the theory of international relations : to what extent and in what way does the possession of certain resources give access to political power ? What degree of decision-making independence do these intermediate powers have with respect to the dominant powers ? What role will they have to fulfill in a possible change in the international system? [Revue française de science politique XXX (2), avril 1980, pp. 222-236.]
NOUVEAUX CENTRES DE POUVOIR ET PROBLÉMATIQUE DE LA PUISSANCE, par MARIE-CLAUDE SMOUTS L'apparition des nouveaux centres de pouvoir se situe au point d'intersection de deux dimensions du système international : la dimension « verticale » dans laquelle se forme et se modifie la hiérarchie des Etats et la dimension « fonctionnelle » où s'établissent les rapports internationaux dans des secteurs déterminés : commerce, monnaie, énergie, armement, etc. Un Etat est réputé plus ou moins puissant selon sa capacité de contrôler les règles du jeu dans un ou plusieurs domaines-clés de la compétition internationale et selon son agilité à lier ces domaines pour en tirer avantage. La notion même de centre de pouvoir amène à poser trois questions essentielles dans la théorie des relations internationales : dans quelle mesure et de quelle façon la possession de certaines ressources permet-elle d'accéder à la puissance politique ? Quel est le degré d'autonomie de décision de ces puissances intermédiaires à l'égard des puissances dominantes ? Quel rôle sont-elles appelées à remplir dans une transformation éventuelle du système international ? [Revue française de science politique XXX (2), avril 1980, pp. 222-236.]
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Madame Marie-Claude Smouts
Nouveaux centres de pouvoir et problématique de la puissance
In: Revue française de science politique, 30e année, n°2, 1980. pp. 222-236.
Citer ce document / Cite this document :
Smouts Marie-Claude. Nouveaux centres de pouvoir et problématique de la puissance. In: Revue française de science politique,
30e année, n°2, 1980. pp. 222-236.
doi : 10.3406/rfsp.1980.393888
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1980_num_30_2_393888Résumé
NOUVEAUX CENTRES DE POUVOIR ET PROBLÉMATIQUE DE LA PUISSANCE, par MARIE-
CLAUDE SMOUTS
L'apparition des nouveaux centres de pouvoir se situe au point d'intersection de deux dimensions du
système international : la dimension « verticale » dans laquelle se forme et se modifie la hiérarchie des
Etats et la dimension « fonctionnelle » où s'établissent les rapports internationaux dans des secteurs
déterminés : commerce, monnaie, énergie, armement, etc. Un Etat est réputé plus ou moins puissant
selon sa capacité de contrôler les règles du jeu dans un ou plusieurs domaines-clés de la compétition
internationale et selon son agilité à lier ces domaines pour en tirer avantage. La notion même de centre
de pouvoir amène à poser trois questions essentielles dans la théorie des relations internationales :
dans quelle mesure et de quelle façon la possession de certaines ressources permet-elle d'accéder à la
puissance politique ? Quel est le degré d'autonomie de décision de ces puissances intermédiaires à
l'égard des puissances dominantes ? Quel rôle sont-elles appelées à remplir dans une transformation
éventuelle du système international ?
[Revue française de science politique XXX (2), avril 1980, pp. 222-236.]
Abstract
NEW POWER CENTRES AND THE POWER ISSUE, by MARIE-CLAUDE SMOUTS
New power centres appear at the point where two dimensions of the international system cross : the «
vertical » dimension in which the hierarchy of States is formed and modified, and the « functional »
dimension in which international relations in specific sectors such as trade, currency, energy, arms, etc.,
are established. The power of a State is measured according to its ability to control the workings of the
System in one or more key areas so as to derive benefits. The power centre concept itself raises three
essential questions in the theory of international relations : to what extent and in what way does the
possession of certain resources give access to political power ? What degree of decision-making
independence do these intermediate powers have with respect to the dominant powers ? What role will
they have to fulfill in a possible change in the international system?
[Revue française de science politique XXX (2), avril 1980, pp. 222-236.]CENTRES DE POUVOIR NOUVEAUX
ET PROBL MATIQUE DE LA PUISSANCE
MARIE-CLAUDE SMOUTS
Les
essentielles théoriques qui politique lequel Unis seconde presque constatation ton gie4 dental2 ordre revient Woods) Notre apparaît un leur sés monétaire la guerre tous analystes Il si Etat politique propos régissant discipline ont est commune on intérieur la de les peut mondiale crise plus été ordre pas la pays définit des est américaine amenés les période comme de respective non et relations développés de ordre surproduction pas économique veut un volé plus chacune analyser 1968-1973 système hégémonique se en dans de international économie internationales déterminer entre éclats rapprocher entre la partir hégémonique capitaliste3 ère Etats les croissance vu ou la causes Kissinger de et la elles établi fin science la au au faire fin la 1968-1969) longtemps des part sein moins par puissance de du au comme est respecter années la politique de cette système lendemain du des crise ou responsabilité autour ralentie monde oppositions 60 isolés rupture celui de des de les de autres et ordre éner Etats- règles une de Bret- occi dans dans divi dans de la
Keohane Robert O.) Nye Joseph S.) Power and interdependence World poli
tics in transition Boston Little Brown and Co. 1977 44
Pour une analyse critique de hégémonie américaine en Europe voir entre
autres Calleo David P.) American foreign policy and American European studies
an imperial bias pp 56-78 in Hanrieder Wolfram ed. The United States and Wes
tern Europe Cambridge Mass.) Winthrop 1974
Pour une analyse de la crise voir Mandel Ernest) La crise 1974-1978 Les
faits leur interprétation marxiste Paris Flammarion 1978 226
Cf Montbrial Thierry de) énergie le compte rebours rapport présenté au
Club de Rome Paris J.-C Lattes 1978 en particulier chapitre IV
Sur la politique étrangère américaine depuis 1968 et la transformation du
système international voir Hoffmann Stanley) Primacy or world order American
foreign policy since the cold war New York McGraw Hill 1978 331
222 Les nouveaux centres de pouvoir
facteurs dans cette remise en cause de ordre mondial apparition
réelle ou supposée des nouveaux centres de pouvoir se situe au
point intersection de deux dimensions du système international la
dimension verticale dans laquelle se forme et se modifie la hiérar
chie des Etats et la dimension fonctionnelle où établissent les rap
ports internationaux dans des secteurs déterminés commerce mon
naie armement énergie exploitation des richesses maritimes etc.6
Elle se trouve par là au ur une contradiction dans un environne
ment international qui en manque pas et dont la fluidité défie
analyse entre la planétarisation des problèmes une part et la frag
mentation du système international autre part
La dialectique de unité et de la fragmentation
Sur le plan diplomatico-stratégique la nature bipolaire du système
international pas fondamentalement changé Tant que la Chine
superpuissance potentielle limite son champ action échelle régio
nale URSS et les Etats-Unis restent les seules puissances mondia
les est-à-dire capables intervenir militairement en tous les points
du globe et de peser dans le règlement de tout conflit territorial Mais
la paix chaude selon expression de Pierre Hassner ayant succédé
accalmie de la détente les espérances placées dans une dissuasion
réciproque stable stable mutual deterrence estompent Du même
coup le champ application des écrits sur interdépendance apport
important de la nouvelle génération des whiz kids américains la
théorie des relations internationales dans les années 1970 se rétrécit
singulièrement Fondés sur la constatation selon laquelle équilibre
de la terreur su rendre prohibitif le coût entraîné par usage de la
force et par conséquent la vulnérabilité est davantage per ue en
termes militaires ils ne appliquent coup sur aux relations entre
les membres de OCDE Ailleurs sur échiquier international la force
reste un recours possible En outre évolution récente de équilibre
militaire Etats-Unis URSS redonne un regain intérêt aux préoccupa
tions géopolitiques La perception de la vulnérabilité militaire du
monde occidental ressuscité notamment devant les interventions
soviétiques par Cubains interposés et plus encore devant accroisse
ment de la puissance navale de URSS Celle-ci marque son affirma-
La troisième dimension étant la dimension horizontale celle des relations entre
les acteurs majeurs du système international Sur ce point cf Hoffmann S.) op cit.
pp 135 et suivantes
223 Marie-Claude Smouts
tion croissante comme puissance globale et non plus essentiellement
continentale alors que dans le même temps les Etats-Unis ont subi un
certain nombre de revers témoignant du déclin relatif de leur
influence7 nouveau la planète tout entière paraît englobée dans la
rivalité Est-Ouest les routes maritimes redeviennent un enjeu stratégi
que tout changement de régime dans un des principaux pays produc
teurs de pétrole est per Ouest comme une menace de déstabilisa
tion le conflit sino-soviétique inquiète comme un détonateur possible
un conflit mondial La paix semble de moins en moins divisible
Parallèlement et sans que on puisse établir de rapports évidents
entre les deux niveaux est amorcée une restructuration fondamentale
de économie mondiale marquée un côté par internationalisation
croissante de économie et accélération de intégration par existence
oligopoles mondiaux8 de autre par apparition de nouvelles frac
tures dans espace mondial économique et géographique nées des
effets conjugués du choc pétrolier et de la spécialisation internationale
Le principal défi ordre américain ébranlé par la guerre du Vietnam
est pas venu de Est mais des pays pétroliers du Tiers monde9 et
des nouvelles puissances commerciales concurrentes Japon Allemagne
en particulier 10 Les mutations économiques ayant modifié la nature de
la compétition internationale en dehors de ou la faveur de la
stabilité diplomatico-stratégique un nouveau pluralisme fragmenté le
système international Ouest la hiérarchie internationale établit
moins selon des critères géo-militaires que selon la capacité des Etats
adapter aux nouvelles données de économie En la
matière les typologies varient
Brown Seyom) An end to grand strategy Foreign policy Fall 1978 pp 22-
46 Pour un exposé plus approfondi et sur quelques points divergents voir Hassner
infra
Cf Cotta Alain) La France et impératif mondial Paris Presses universitaires
de France 1978 pp 25-31 et Stoffaes Christian) La grande menace industrielle Paris
Calmann-Lévy 1978 pp 119 et 163-181 Pour une réflexion sur les effets de internatio
nalisation de économie sur le système capitaliste cf Dominance versus vulnerabi
lity pp 339-443 in Lindberg L.) Alford R.) Crouch C.) Offe C.) Stress and
contradiction in modern capitalism Lexington Mass.) Lexington Books 1975
Cf Smith Tony) Changing configurations of power in North-South relations
since 1945 International Organization Winter 1977 pp 1-28 qui démontre que
cependant équilibre du pouvoir économique entre le Nord et le Sud penche toujours
vers le Nord et que la crise provoquée par le Sud peut servir les intérêts du Nord en
donnant aux USA occasion de remodeler ordre international
10 Cf Gilpin Robert) U.S power and the multinational corporation New York
Basic Books 1975 dont une des thèses essentielles est que la conséquence la plus
importante de expansion économique de Europe occidentale et du Japon été de
modifier la distribution du pouvoir entre URSS et les Etats-Unis et affaiblir la posi
tion relative de ces derniers pp 217-219
224 Les nouveaux centres de pouvoir
Selon les caractéristiques de industrialisation11 par exemple on
distinguerait dans le Tiers monde cinq groupes de pays
Les pays pétroliers qui ont bénéficié du renversement des termes de
échange et cherchent équiper Iran Arabie séoudite Algérie etc.
Les pays ayant amorcé leur décollage industriel qui se trouvent
peu près dans la situation des pays industrialisés au moment du boom
de la révolution industrielle Brésil Nigeria Mexique etc.
Les petits pays surindustrialisés véritables ateliers du monde occi
dental centrés sur certains produits Hong Kong Singapour Taiwan
etc.
Les pays pauvres et peuplés dans lesquels industrialisation ne
accomplit avec peine subcontinent indien Chine Egypte etc.
Les pays pauvres peu peuplés ayant que de faibles espoirs de
développement long terme pays du Sahel)
Ou bien encore selon la capacité adaptation la hausse du prix
des matières premières en particulier du pétrole 12 les pays du Nord
seraient divisés en deux groupes ceux qui ont effectué le transfert
pétrolier Etats-Unis Japon Allemagne) et ceux qui parviennent
pas les pays du Sud auraient éclaté en trois blocs les pays riches
ceux dont le développement déjà commencé et va se poursuivre ceux
qui paraissent définitivement pauvres
Laissant aux spécialistes qui le désireraient le soin de se livrer la
petite guerre des indicateurs permettant par exemple de placer les
Etats-Unis tantôt dans le groupe de tête tantôt dans les pays fai
bles ou bien la Chine dans les pays définitivement pauvres ou
dans ceux qui ont des espoirs long terme constatons simplement
que les typologies économiques actuellement dressées traduisent une
représentation assez largement répandue de la diversification et de la
hiérarchisation des acteurs sur la scène internationale côté des deux
superpuissances
Se pose en effet la question de savoir si la nouvelle distribution des
richesses effectivement produit un changement dans la structure du
système international celle-ci étant définie par la de la
puissance entre les unités de même nature pour nous les Etats com
posant le système 13 En autres termes la différenciation croissante
dans 11 le Typologie monde en de développement Stoffaes C.) op les cit. pays pp de Est 31-32 Il ajoute une sixième catégorie
12 Distinction de Cotta Alain) op cit. 112
13 Cf Nye R.0.) Keohane J.S.) op cit. pp 20-21 et leur distinction entre
structure comment sont distribuées les cartes entre les joueurs et process comment
jouent ces acteurs négociation marchandage etc. ainsi que Hoffmann Stanley)
Gulliver empêtré Essai sur la politique étrangère des Etats-Unis Paris Seuil 1971 cha
pitre II et surtout Primacy or world order op cit. 146 note
225 Marie-Claude Smouts
entre les pays entraîne-t-elle apparition de nouveaux centres de pou
voir
ambition établir une problématique commune tous les Etats
englobés dans la catégorie nouveaux centres de pouvoir puissan
ces montantes ou réémergentes pour répondre cette inter
rogation paraît présomptueuse et menace de nous conduire dans une
impasse épistémologique Comment définir de fa on certaine en effet
un cadre unique tenant compte de la diversité des situations nationales
il agisse des ressources disponibles du système socio-politique
de la place dans le processus international de production et exporta
tion une part de la multiplicité et souvent la spécificité des
domaines dans lesquels effectuent les transactions internationales
autre part de interférence croissante entre problèmes Nord-Sud et
problèmes Est-Ouest enfin
Plus modestement et la tâche est déjà considérable la réflexion
pourrait ordonner autour de deux axes étude de quelques pays
considérés généralement comme puissances intermédiaires sans
il soit question de se livrer au jeu futile qui consisterait mesurer
les puissances respectives pour comparer des situations aussi diverses
que celles du Japon et de Allemagne un côté du Brésil de Iran
de la Ivoire ou de Arabie séoudite de autre La
confrontation de monographies parallèles avec un deuxième axe
analyse de quelques-unes des composantes de la puissance dans des
domaines essentiels domaine économique monétaire financier
domaine technologique et nucléaire domaine militaire devrait plutôt
nous aider nourrir notre réflexion sur la notion même de centre de
pouvoir qui nous plonge au ur des questions les plus difficiles
posées la théorie des relations internationales Dans quelle mesure
et de quelle fa on la possession de certaines ressources capabilities
permet-elle accéder la puissance politique Quel est le degré
autonomie de décision de ces puissances intermédiaires égard
des puissances dominantes Quel rôle sont-elles appelées remplir
dans une transformation éventuelle du système international
Peut-on définir la puissance
Pr tee connaissait le passé le présent et avenir mais il aimait pas
révéler ce il savait Même il était pris il essayait encore de
échapper en prenant toutes sortes de formes Mais si celui qui avait cap
turé ne lâchait pas prise il revenait finalement sa forme première don
nait la réponse désirée puis plongeait dans la mer
226 Les nouveaux centres de pouvoir
Bien des chercheurs et bien des colloques se sont épuisés tenter
de cerner la réalité de la puissance Telle Pr tee elle semble insaisissa
ble Stanley Hoffmann dans ses Notes on thé elusiveness of modem
power 14 découragerait les plus intrépides en démontrant que la
notion de puissance est totalement relative on ne peut ni la quanti
fier ni la prédire ni savoir coup sûr de quoi elle est faite Faut-il
alors abandonner tout essai de mesure Probablement oui mais en
admettant que on peut entendre au moins sur un minimum de défi
nition
acception classique la puissance est la capacité un Etat
amener les autres Etats faire ce autrement ils auraient pas
fait on peut ajouter deux autres éléments la puissance est également
la capacité de contrôler les aboutissements outcomes un proces
sus une crise une négociation 15 elle est aussi capacité assis
tance ou de nuisance sans il ait nécessairement volonté
aide ou de coercition de la part de Etat16
Les éléments classiques de la puissance sont bien connus popula
tion cohésion nationale force militaire stabilité monétaire situation
géographique ressources naturelles 17 etc ces composantes tradition
nelles histoire récente est venue apporter compléments et précisions
Pour Gilpin par exemple les trois sources de la puissance dans le
monde moderne sont les armes nucléaires les réserves monétaires le
pétrole18 Pour Bergsten qui note apparition une classe
moyenne de pays en voie de développement trois éléments favorisent
une telle émergence un secteur industriel compétitif la possession
un produit de base essentiel un vaste marché intérieur 19
Identifier pour chaque Etat de quoi se compose la réserve de
puissance supplies sa disposition est certes un préalable indispen
sable supposer que on puisse établir la répartition exacte des res
sources disponibles capabilities entre les différents acteurs interna-
14 International Journal 30 2) Spring 1975 pp 183-206
15 Nye R.0.) Keohane J.S.) op cit. 11
16 Dans son étude magistrale sur Allemagne des années 30 Albert Hirschman
bien montré par exemple comment un Etat pouvait utiliser des fins politiques la
concentration des échanges commerciaux entre un nombre limité de partenaires
National power and the structure of foreign trade Berkeley Calif. University of Cali
fornia Press 1945 Sur le même sujet cf Knorr K.) The power of nations New York
Basic Books 1975 X-353
17 Cf ancien manuel de Renouvin P. et Duroselle J.-B.) Introduction his
toire des relations internationales Paris Armand Colin 1964
18 U.S power and the multinational corporation op cit. pp 103-104
19 Bergsten Fred C. The réponse to the Third World Foreign Policy 17 Win
ter 1974-75 10 Cité par Rothstein Robert L.) The weak in the world of strong The
developing countries in the international system New York Columbia University Press
1977 53
227 Marie-Claude Smouts
tionaux nous aurions une bonne connaissance de la structure du
système international Mais pour comprendre le fonctionnement de ce est-à-dire la fa on dont ces ressources sont utilisées sur la
scène internationale il faut prendre également en considération la
dimension psychologique de la puissance une part les contraintes
pesant sur usage de la puissance autre part
Les interdépendances signalées par Jean Coussy entre les formes de
puissance et évolution des représentations de la puissance autant
plus complexes elle sont toutes deux reliées aux représentations que
les décideurs se font eux-mêmes de la puissance ne se manifestent
pas seulement dans les théories de extraversion en matière
économique20 image que les responsables politiques ont de la puis
sance peut être sans commune mesure avec la gamme réelle des possibi
lités et pourtant entraîner une dynamique du général de Gaulle
Jacques Chirac déclarant que la France par ses responsabilités inter
nationales est une puissance plus grande que toutes les autres du Mar
ché Commun 21 la Cinquième République en donné quelques
exemples Plus important cependant il peut exister une influence
sans puissance ce que Knorr appelle non-power influence) est-à-
dire la capacité pour un Etat affecter le comportement autres pays
sans volontarisme plus forte raison sans coercition Ce que Fran ois
Perroux appelle emprise de structure et effet de domination
comme élément du pouvoir en matière économique peut être transposé
dans autres domaines domaine culturel en particulier que on
pense par exemple la fascination exercée par le modèle allemand sur
une partie de la classe politique fran aise non seulement pour ses réus
sites économiques et monétaires mais pour son système social et syndi
cal la représentation que les Fran ais ont de la RFA les amenant se
méprendre la fois sur les causes de leurs propres faiblesses les
Allemands sont plus forts parce ils sont plus disciplinés et travail
lent davantage dit-on et on oublie le coût des guerres coloniales et
de la force de frappe le conservatisme du patronat les erreurs de poli
tique industrielle etc et sur la puissance allemande dont la vulnéra
bilité est sous-estimée)
interaction de la dimension psychologique de la puissance et du
potentiel disponible opère pas nécessairement dans les deux sens
influence sans puissance peut accroître les ressources en autorité et en
prestige donc le statut de Etat mais il est pas certain un
20 Coussy Jean) Extraversion économique et inégalités de puissance Essai de
bilan théorique Revue fran aise de science politique 4-5 août-oct 1978 876
21 Club de la presse Europe mars 1979
228 Les nouveaux centres de pouvoir
accroissement des ressources disponibles entraîne un accroissement
influence car posséder est pas équivalent de pouvoir Le
déclin relatif de la puissance américaine par exemple est pas un en ressources capabilities) les Etats-Unis restent la principale
puissance en matière économique ils contrôlent le système monétaire et
sont parité avec URSS sur le plan militaire Il analyse davantage
comme un problème de volonté et de coût le premier élément étant lié
des facteurs internes le second aux caractéristiques modernes de
interdépendance
Le principal apport des travaux sur interdépendance été de mon
trer les faiblesses de analyse en terme hégémonie de pouvoir total
overall hegemony overall power et substituer ce que Pierre Hass
ner appelé une théorie de interdépendance inégale comme domina
tion incomplète et réciprocité imparfaite 22 qui rend mieux compte de
la complexité du système Pour résumer grossièrement ces travaux ont
montré en particulier importance du processus politique négocia
tion marchandage bargaining process dans la transformation des
ressources disponibles en résultats favorables ils ont rappelé la diver
sité des domaines issue-areas fractionnant le système international en
de de univers diplomatico-stratégique et souligné que les Etats
avaient une sensibilité dans quelle mesure et quel coût un chan
gement dans les relations avec un pays affecte-t-il Etat et une
vulnérabilité dans quelle mesure et quel coût Etat peut-il ajus
ter sa politique la nouvelle situation qui étaient différentes selon
ces domaines La puissance étant définie comme la capacité de
déterminer les règles du jeu régissant les relations dans chaque
domaine elle varie selon les matières toutes ne demandant pas que
soient utilisés le même type et la même quantité de ressources
Hiérarchies fonctionnelles et puissance politique
première vue une approche aussi diffuse de la puissance que
celle ici suggérée aide guère préciser la notion de nouveau centre
de pouvoir objet de nos préoccupations La faiblesse une telle
démarche par ailleurs stimulante est de mettre tellement accent
sur la diversité des domaines et donc sur la diffusion et hétérogénéité
22 Cf Dominant States and vulnerable societies the East-West case pp 393-
423 in Stress and contradiction in modern capitalism op cit
23 Sur ces définitions voir Hassner Pierre) Intégration et coopération ou inéga
lité et dépendance Revue fran aise de science politique dec 1974 en particulier
pp 1261-1266
229