Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Pierre KAUFMANN 1916-1995

De
4 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis PPiieerrrree KKAAUUFFMMAANNNN 11991166--11999955 Élève de l'École normale supérieure à la fin des années 1930, écarté du concours par le régime de Vichy, Pierre Kaufmann passa l'agrégation de philosophie dès la fin du conflit. De son action, qui lui valut la croix de guerre, dans les combats de 1940 comme de son engagement dans la Résistance, il ne parlait qu'à ses proches, et seulement pour apporter un témoignage ; il faisait en revanche complètement silence sur le roman, publié en 1949 chez Gallimard, Le Dernier des Maîtres, auquel ce qu'il avait vécu et noté au cours de la guerre fournit l'argument. Si cette tentative ne lui apporta pas la renommée littéraire, le journalisme – un journalisme d'idées – devait pleinement satisfaire son insatiable curiosité. Raymond Aron a évoqué dans ses Mémoires l'équipe de Combat, que lui-même rejoignit en 1946 ; beaucoup plus dominée par Pia que par Camus, elle comprenait “une pléiade d'intellectuels qui, sortis de la Résistance, n'avaient pas encore regagné leur lieu naturel” : Albert Ollivier, Jacques Merleau-Ponty, Alexandre Astruc, Roger Grenier, Pierre Kaufmann.
Voir plus Voir moins
Pierre KAUFMANN 1916-1995

Élève de l'École normale supérieure à la fin des années 1930, écarté du concours par le régime de Vichy, Pierre Kaufmann passa l'agrégation de philosophie dès la fin du conflit. De son action, qui lui valut la croix de guerre, dans les combats de 1940 comme de son engagement dans la Résistance, il ne parlait qu'à ses proches, et seulement pour apporter un témoignage ; il faisait en revanche complètement silence sur le roman, publié en 1949 chez Gallimard, Le Dernier des Maîtres, auquel ce qu'il avait vécu et noté au cours de la guerre fournit l'argument.

Si cette tentative ne lui apporta pas la renommée littéraire, le journalisme – un journalisme d'idées – devait pleinement satisfaire son insatiable curiosité. Raymond Aron a évoqué dans ses Mémoires l'équipe de Combat, que lui-même rejoignit en 1946 ; beaucoup plus dominée par Pia que par Camus, elle comprenait “une pléiade d'intellectuels qui, sortis de la Résistance, n'avaient pas encore regagné leur lieu naturel” : Albert Ollivier, Jacques Merleau-Ponty, Alexandre Astruc, Roger Grenier, Pierre Kaufmann. Grand reporter, ce dernier fut envoyé dans de très nombreux pays – comme le montre un planisphère publicitaire reproduit dans l'Album Camus (Gallimard) – et, plus particulièrement, dans les États du Moyen-Orient dont l'évolution donna lieu à des publications séparées où la pertinence des analyses présentées passe la richesse des informations recueillies.

Les thèmes traités au fil de la rubrique philosophique dont il avait parallèlement la charge sont ceux-là mêmes qui reçurent leur plein développement dans ses travaux universitaires et les cours successivement donnés : à la Sorbonne, où il est nommé assistant en 1958 après avoir enseigné au lycée de Bourges, à l'université de Besançon, puis de Rennes, de Paris-X-Nanterre enfin, où il fut élu professeur en 1969. Ils portent la marque d'un constant intérêt pour la question du langage ; d'une prédilection pour des objets de pensée qui alors n'étaient pas à la mode : le mythe, la fête, les signes, la folie, la puissance du sacré et l'expérience du vide ; d'une attention soutenue aux vicissitudes du mouvement psychanalytique ainsi qu'aux contributions de Lagache et aux séminaires de Lacan (suivis depuis 1958) qui, avec l'œuvre de Jean Wahl, son maître, ont fécondé la sienne propre : y seront conjointement pensés les catégories d'expression du rapport émotionnel à l'autre et les avatars de “la destinée du sujet signifiant” conçue comme “la vérité du destin”.

Admirablement réalisée dans L'Expérience émotionnelle de l'espace, grande thèse de 1967, cette liaison – entre “l'expression catégoriale de l'altérité” et les organisations esthétiques qui la manifestent – est esquissée dans de brillants articles (“L'Expression de la destinée dans l'art”, notamment) publiés par la Revue de métaphysique et de morale. Sa généralisation s'est accompagnée d'une réflexion critique sur les différentes formes et figures de l'illusion (L'Inconscient du politique, 1979), les sciences de la culture (Psychanalyse et théorie de la culture, 1985), le traitement psychanalytique de la subjectivité (L'Apport freudien, 1993, ouvrage collectif qu'il dirigea). Elle a trouvé son point d'aboutissement dans une ultime publication Qu'est-ce qu'un civilisé ? (1995), où la civilisation “se définit en tant que communication par les œuvres”. La conception du sujet, comme traversé par le social de part en part, qui la sous-tend n'est finalement pas séparable de l'extension “des lignes de destinée individuelle aux lignes de destinée des groupes” que Kaufmann a effectuée dans la perspective ouverte par la psychologie sociale. Sa principale contribution en ce domaine d'investigations centrées sur la construction topologique de divers rapports d'ordre, Kurt Lewin. Une théorie du champ dans les sciences de l'homme (1968), révèle une extraordinaire maîtrise des questions les plus complexes concernant l'épistémologie des sciences. Membre de l'École freudienne de Paris, Pierre Kaufmann n'a pas seulement contribué à introduire l'enseignement de la psychanalyse à l'université – ce qu'il continua de faire, après son accession à l'éméritat en 1984, avec son fameux séminaire du samedi, à la Sorbonne –, il a donné aussi ses véritables fondements théoriques à une anthropologie psychanalytique, longtemps dévoyée par des psychologues et des ethnologues en mal d'interprétation du “sens caché des choses” : les lecteurs de l'Encyclopædia Universalis ont pu la voir se constituer, à l'initiative de Charles Baladier, dans le Corpus où les concepts “Agressivité” et “Interaction”, les thèmes “Imaginaire et imagination”, “Culture et civilisation” – pour n'en citer que quelques-uns – font l'objet d'analyses d'une puissante originalité.

Que ce soit dans l'exercice du journalisme, dans l'enseignement universitaire ou dans la pratique de la psychanalyse, cette originalité demeure, en définitive, le signe distinctif d'une démarche conceptuelle que le dédain de son auteur pour les modernes stratégies de faire-valoir médiatique n'a guère aidé à faire plus largement connaître. Des milliers d'étudiants eurent la chance d'entendre le discours “kaufmannien”, fertile en fulgurances et toujours inspiré par un prodigieux savoir. “Un certificat d'études universelles”, tel était bien, en effet, l'objectif plaisamment avoué de ce philosophe qu'intéressaient également les textes classiques, l'histoire des sciences et le fonctionnement des langues, la littérature de voyages, l'économie politique et les questions d'esthétique. Ce philosophe et poète – il faisait subtilement graviter autour des mots qui les aimantent d'insoupçonnables “constellations de capture” – avait la passion des livres et le goût des textes rares. La majeure partie de sa magnifique bibliothèque de travail a été transférée, par les soins de Baldine Saint Girons, à l'université de Nanterre. Le reste du fonds, quelque cinq mille volumes, a été dispersé à Drouot en janvier 1996.

Auteur: BERNARD VALADE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin