Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Airbus l'assassin habite à l'elysée

De
225 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 254
Signaler un abus
3 AVERTISSEMENT Ce livre n’est malheureusement plus disponible en librairie. Un fichier PDF a donc été créé à partir d’un des derniers exemplaires encore en ma possession. Ce qui suit est strictement conforme à l'original. Seules des corrections grammaticales et orthographiques ont été apportées, outre la rectification de quelques erreurs matérielles dues au fait que le livre avait été bouclé dans la précipitation pour des raisons exposées par ailleurs sur mon site, et accessibles ici Dans cette version électronique, des liens pointant vers deux vidéos et trois articles de presse ont été ajoutés pour épauler la mémoire du lecteur, les évènements dont il est question dans ce livre ne datant effectivement pas d’hier. La pagination de l'original, incluant des pages blanches, est respectée. Bonne lecture Nota : les liens entre le texte et les annexes (et inverse- ment pour revenir au texte) sont actifs. AIRBUS L’ASSASSIN HABITE A L’ELYSEE Livre publié en septembre 1994 aux éditions PREMIERE LIGNE 5 TABLE DES MATIERES Avant-propos : ……………………………………….......7 Chapitre 1 : Il était une fois un pilote ...........................9 Chapitre 2 : Le pavillon des cancéreux.......................27 Chapitre 3 : Michel Asseline, les syndicats ................43 Chapitre 4 : Les politiques..........................................55 Chapitre 5 : Les commandes de vol............................71 Chapitre 6 : L’assassin habite à l’Elysée ....................83 Chapitre 7 : Mont Sainte-Odile...................................89 Chapitre 8 : La diagonale du fou ..............................101 Chapitre 9 : Mermaz, la raison d’Etat.......................121 Chapitre 10 : Les petits trafiquants.............................129 Chapitre 11 : La Blanche Hermine149 Chapitre 12 : Le monde du silence161 6 Chronologie :......................................................................169 Index des noms :.................................................................175 Annexes :.............................................................................189 Annexe 1 : Rapport final Belotti et Venet.......................191 Annexe 2 : Main courante du 6 août 1988 ......................192 Annexe 3 : Certificat du Pr Allilaire ...............................193 Annexe 4 : Courrier de D. Ruffieux-Gueullette..............194 Annexe 5 : Lettre de Pierre Gille ....................................195 6 : Rapport de Paul Turner, cote 3150 ...............196 Annexe 7 : Document Airbus Industrie...........................197 8 : Lettre de Anne Lauvergeon ..........................200 Annexe 9 : Position des sélecteurs d’échelle ..................201 10 : Cockpit de l’A 320........................................202 Annexe 11 : Paramètres enregistrés par le DFDR.............203 12 : Compte-rendu d’incident du Cdt Pirou.........204 Annexe 13 : Exploitation du DFDR de Habsheim............206 14 : Rapport du commissaire Gontier ..................209 Annexe 15 : Rapport de Robert Davidson ........................210 16 : Paramètres de Habsheim (cdes de vol).........211 Annexe 17 : e (moteurs) ..............216 18 : Rapport de Dave Harmas..............................217 Annexe 19 : Rapport de Paul Turner, cote 3152 ...............218 20 : Lettre de Edouard Balladur...........................219 Annexe 21 : Lettre de Dominique Baudis.........................220 7 AVANT-PROPOS Journal télévisé du dimanche 26 juin 1988 : «Le crash de l'Airbus A 320 à Habsheim, le temps des interrogations : Com- ment une merveille de technologie a-t-elle pu faire défaut ? Le pilote chevronné a-t-il été trop sûr de lui ? Le pilotage à deux est-il remis en question ? L'avenir commercial de l'appareil est- il compromis ?». Le fleuron de l'industrie aéronautique européenne s'est abîmé à Habsheim, en Alsace, lors d'un vol de démonstration, deux mois après sa mise en service. Du jamais vu depuis plusieurs décennies. Cet avion était pourtant présenté comme le plus sûr de l'histoire de l'aéronautique. Bourré d'ordinateurs. Des ordi- nateurs qui devaient même corriger les erreurs des pilotes. Un dirigeant d'Airbus n'hésitait pas à déclarer que «L'A 320, ma concierge pourrait le piloter». Peut-être pensait-il au manche à balai... 8 9 CHAPITRE 1 IL ETAIT UNE FOIS UN PILOTE… «Cette histoire -notre histoire- en dit long sur les méthodes de certain pouvoir. J'espère de tout cœur que justice vous sera rendue». Voilà ce que m'écrivait Pierre Méhaignerie le 10 mars 1993 à la veille des élections législatives. Quinze jours plus tard, il entrait dans le gouvernement du nouveau Premier ministre Edouard Balladur. Il était nommé ministre de la Justice. Avec le retour de la droite et la nomination de Pierre Méhaignerie comme Garde des Sceaux, je reprenais espoir. Après cinq ans de gouvernements socialistes s'appliquant à enterrer mon affaire, je pensais que justice me serait effectivement rendue. Mais mon histoire -notre histoire- n'a toujours pas été dévoilée, malheu- reusement. C'est pourquoi aujourd'hui, lassé par la lâcheté et les méthodes de tout pouvoir, j'ai décidé de la raconter. Une longue histoire qui débute il y a un peu plus de six ans… 10 A cette époque j'avais 38 ans, j'étais pilote à Air France, j'avais tout pour être heureux. Je ne savais pas que tout allait soudainement basculer. Juin 1988, donc. La polémique sur l'Airbus A 320 bat son plein. Le premier vol de cet avion sous les couleurs d'Air Inter, le 22 juin, et le renouvellement, le lendemain, du mandat du président de cette compagnie, Pierre Eelsen, mettent le feu aux poudres. Certains syndicats de navigants avaient en effet deman- dé l'éviction de Pierre Eelsen, celui-ci ayant décidé d'exploiter l'A 320 en équipage à deux. Exit le troisième homme, l'ingénieur de vol ! Pour ces raisons, une grève de 48 heures était décrétée les 22 et 23 juin. Cette polémique sur le pilotage à deux ou à trois était pour moi un faux problème. Ce qui m'inquiétait réellement, c'était la conception de ce nouvel avion. «L'Airbus A 320 est un avion remarquable, que même ma concierge pourrait piloter». Cette formule de Bernard Ziegler, directeur d'Airbus Industrie et père spirituel de la petite merveille, était loin de me convaincre. Je n'étais pas le seul à penser ainsi. Avion d'une nouvelle ère tech- nologique, l'A 320 s'en remet à ce point à l'électronique, qu'en théorie le pilote en deviendrait presque superflu... Mais l'électro- nique a ses limites. Et jamais un ordinateur ne pourra remplacer l'homme, parce qu'à la différence de l'homme, l'ordinateur ne peut faire face à l'imprévisible. Et dans l'aviation, l'imprévisible est toujours certain... L'avenir n'allait malheureusement pas tarder à me donner raison. Le 24 juin de cette fin de printemps houleux, je déjeune avec Dominique Ruffieux, une amie que j'avais connue lors d'un autre printemps chaud, vingt ans plus tôt, en mai 68. Dominique m'explique que son mari aimerait me voir le plus rapidement possible. Aujourd'hui conseiller du président de la République François Mitterrand, il était à l'époque un proche collaborateur de Louis Mermaz, nommé ministre... des Transports après la réélection de «Tonton», un poste qu'il quittera début juillet pour
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin