Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Aspects de l'éthique protestante du travail (23).indd

7 pages

Aspects de l'éthique protestante du travail (23).indd

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

- 1 -
Quelques aspects de l’éthique protestante du travail
et de ses influences dans la culture du travail des Estoniens
Christel Engman
Titulaire d’un DEA de théologie Université de Tartu
Ces derniers temps, dans les milieux économiques et scientifiques d’Estonie, on parle
de plus en plus souvent du facteur bénéfique de la culture protestante du travail comme
facteur de réussite économique, et lorsque c’est nécessaire, les hommes politiques
aiment parler de la morale protestante du travail et de son importance pour résoudre les
problèmes économiques. Qu’est au juste la morale protestante du travail et quelle est
son influence dans l’éthique du travail des Estoniens ? À ces questions, il est impossible
d’apporter une réponse unique et exhaustive.
Dans la formation de l’éthique protestante du travail, ce sont l’approche de la notion
de vocation de Martin Luther et la doctrine de la prédestination de Johann Calvin qui
jouent le rôle primordial. En synergie, elles ont formé ce que l’on connaît aujourd’hui
comme l’éthique protestante du travail.
La vocation
1
est pour Luther ce vers quoi l’homme est envoyé et qu’il doit accepter
comme la volonté de Dieu. Pour Luther, cela désigne un certain domaine de travail et
d’activité que l’homme se choisit pour servir le Seigneur, et dans lequel il met en œuvre
ses savoir-faire. Sa conception de la vocation comporte trois aspects principaux : l’homme
est un collaborateur dans l’œuvre de création continue de Dieu ; par le travail on sert son
prochain ; le travail est souffrance, à l’image de celle du Christ. L’approche du travail de
Luther met principalement l’accent sur l’attitude marquée par l’amour du prochain des
premiers chrétiens. Alors qu’avant la Réforme l’idée dominante dans l’Eglise catholique
romaine était que les métiers qui pouvaient aspirer à la dignité spirituelle étaient ceux
directement en lien avec le service de Dieu, Luther met tous les métiers sur un pied
d’égalité et fait ressortir une nouvelle attitude – un état d’esprit qui apparaît dans le fait de
travailler. Tout travail permet de glorifier Dieu et de servir son prochain. (Althaus 1965 :
105, Grenholm 1993 : 45, 46 ; Wingren 1952 : 86, Beach 1988 : 89). Luther, partant du
sacerdoce en général, mettait au même niveau le travail professionnel séculier et le travail
spirituel, et ne donnait pas la préférence à un métier par rapport à un autre. En raison de
son opposition à l’état oisif de moine, Luther supprime la différence essentielle entre le
travail séculier et le travail spirituel et leur reconnaît la même valeur (Tennmann 1999 :
394). Ainsi, pour Luther, les métiers de chef militaire, de professeur et de domestique
sont en principe égaux, le plus important pour exercer un métier et pour s’y consacrer est
l’attitude ainsi que la prise de conscience de sa responsabilité.
- 1 -
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin