Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

Dorier-Apprill E, Ziavoula R. E., 2005, « La diffusion de la culture évangélique en Afrique centrale : Théologie, éthique, et réseaux », in revue HERODOTE, n° 119, 4 ème trimestre 2005, pp.129-156   La diffusion de la culture évangélique en Afrique centrale : Théologie, éthique, et réseaux  Article publié dans la revue HERODOTE, n° 119, 4 ème trimestre 2005, pp.129-156  Elisabeth DORIER-APPRILL 1  Robert ZIAVOULA 2    * Le récent dossier consacré par la revue Courrier international à L'expansion du fondamentalisme chrétien (septembre 2005), dresse le schéma d’un christianisme évangélique conquérant le monde à partir des Etats Unis et reproduisant les positions extrémistes d’une partie de la droite républicaine américaine : « Le christianisme évangélique, qui a favorisé l'élection de George W. Bush en novembre 2004, ne se limite pas aux Etats-Unis et gagne du terrain dans le monde entier. Au Brésil, en Afrique et surtout en Chine, les nouveaux adeptes se comptent par millions. Un peu partout fleurissent des communautés chrétiennes influencées par des prédicateurs américains prosélytes, qui prônent un christianisme radical et ultraconservateur. ». Les dénombrements exhaustifs d’églises récemment effectués par des coordinations d’Eglises évangéliques dans plusieurs pays du golfe de Guinée, sur une initiative et des financements Nord-américains 3 , peuvent accréditer cette interprétation. Ils visent à repérer les zones “ sous-christianisées ”, afin d’y introduire des missions. Mais sans dénier la réalité et l’ampleur mondiale du phénomène, l’étude empirique et minutieuse de Brazzaville, que nous avons menée entre 1995 et 2005, conduit à nuancer un tableau qui attribuerait à des dynamiques nord-américaines le phénomène profusion religieuse observé dans nombre de pays des Suds. 4  La plupart des grands mouvements évangéliques qui connaissent aujourd'hui le succès en Afrique Noire existent depuis des décennies : les périodes pré et post indépendance furent une grande époque de diffusion dans les pays anglophones. Le phénomène est simplement plus lisible aujourd’hui, du fait de la plus grande liberté d'expression liée aux Conférences nationales, et qui favorise partout l'effervescence religieuse. Le prosélytisme actif du protestantisme nord américain en Afrique s’inscrit donc dans le prolongement de dynamiques locales qui étaient déjà largement amorcées. En Afrique Noire, ces églises chrétiennes évangéliques s’enracinent dans un champ religieux extraordinairement diversifié, surtout en milieu urbain. La variété des formes du christianisme contemporain y est peut-être plus grande que partout ailleurs. La créativité religieuse a accompagné chacun des bouleversements au siècle dernier : inculturation rapide des monothéismes importés dans la période précoloniale (islam) et coloniale (christianisme), emprunts mutuels, synthèses afro-chrétiennes et prophétismes locaux (par exemple le kimbanguisme , dans les deux Congo, regroupe trois à quatre Millions de fidèles), messianismes “ noirs ”, syncrétismes entre les croyances magico-religieuses locales et le christianisme, invention de nouveaux “ traditionalismes ” qui confortent des affirmations identitaires.  Plus radicalement, certains mouvements récents, d’origine protestante américaine, bien implantés en Afrique, n’entretiennent aucune relation avec le pentecôtisme et même                                                  1  Géographe, Professeure, Université de Provence. Laboratoire Population Environnement Développement, équipe DEVLOC, programme Gouvernance urbaine, communautés religieuses et ONG au Congo, au Mali et au Bénin.  2 Géographe, Maître assistant, Université Marien Ngouabi, Brazzaville. 3  Projet ARCEB (Bénin, 2000-2001), Ghana : National Church Survey 1985-88 et National Church Survey 1993 update 1991-11993 . 4  Recensement et localisations rue par rue, suivis d’entretiens systématiques auprès des dirigeants d'Eglises de Réveil et de fidèles, observations des cultes lorsque c’était possible (les églises sectaires interdisent la présence d’observateurs).
 
1
Dorier-Apprill E, Ziavoula R. E., 2005, « La diffusion de la culture évangélique en Afrique centrale : Théologie, éthique, et réseaux », in revue HERODOTE, n° 119, 4 ème trimestre 2005, pp.129-156   pourfendent toutes les églises protestantes. Il s’agit des très radicaux « Saints de derniers jours » (Mormons), témoins de Jéhovah, l’alliance universelle pour le christianisme mondial (Moon), ou encore d’églises apostoliques et néo-apostoliques, qui suivent la « vision » (ultraconservatrice), de prédicateurs, et « apôtres » comme William Marion Branham et ses successeurs 5 . Enfin les fameux « télévangélistes », s’ils incarnent l’une formes récentes et spectaculaires de la mondialisation médiatique du religieux , mènent surtout une carrière personnelle (Gutwirth,1998). Ils ne devraient pas faire oublier l’histoire des mouvements dont ils sont issus, et à partir desquels ils se sont constitués une audience, une influence et une sources de revenus. Leur influence politique est amoindrie, voire nulle dans un pays où la démocratie est purement formelle, comme le Congo. Ils doivent leurs succès auprès du public africain à l’effervescence religieuse du continent, et pas l’inverse. Le champ « chrétien évangélique » lui-même est caractérisé par une extrême hétérogénéité des styles et des dogmes. L’interprétation simplificatrice en terme de « déferlante évangélique » occulte sa diversité, les clivages et les contextes historiques. Elle réalise un amalgame entre des tendances très diverses, par exemple, entre baptistes et pentecôtistes qui ont certaines conceptions dogmatiques diamétralement opposées. La « mouvance évangélique » Le terme d’Eglises évangéliques est polysémique. Au sens large (acception allemande), il correspond aux Luthériens, par opposition aux Calvinistes et dans ce sens, la dénomination fut revendiquée par des Eglises de catégories diverses : congrégationalistes, anabaptistes et baptistes, méthodistes, les quakers, l’armée du salut, les pentecôtistes et de nombreuses Eglises indépendantes locales . Leur point commun est de prôner un retour à la lettre biblique comme référent, ainsi qu’à la simplicité de l'évangile primitif, qui passe par l’affranchissement par rapport à des institutions cléricales considérées comme inutiles et formalistes, de placer les croyants (édifiés par la lecture de la Bible) sur un pied d’égalité, sans hiérarchie, même si des ministères sacerdotaux existent. Elles valorisent la conversion du cœur , expérience spirituelle vécue dans une forte charge affective (les témoignages publics de conversion personnelle tiennent une place importante). Elles se présentent comme des communautés de "vrais convertis" baptisés à l'âge adulte (baptistes). Certaines refusent le principe même du baptême. Elles entretiennent des liens parfois tendus avec les églises réformées. Il existe en France une fédération évangélique (créée en 1969) qui regroupe 208 églises et n'appartient pas à la fédération protestante, cependant des rapprochements entre certaine églises sont amorcés par le biais d’institutions oecuméniques.  Historiquement, les racines de l’évangélisme sont à chercher dans le mouvement vaudois, chez les hussites, puis les huguenots persécutés en France au 16 ème  siècle, puis le courant évangélique (au sens général) se développe en Angleterre dès le 17 ème  siècle, ainsi qu’en Europe du Nord, puis en Amérique. Le « puritanisme » (que nous appellerions aujourd’hui fondamentalisme), prônait un retour radical à la lettre biblique, une adéquation entre foi et mode de vie, et l’inutilité d’une hiérarchie cléricale. De plus en plus opposés à l’anglicanisme                                                  5 Le Centre of voice of gods recordings , dont le siège est situé à Jeffersonville (Indiana) ou centre Missionnaire de la parole parlée dans les pays francophone possède de nombreuses implantations en Afrique, et spécialement à Brazzaville, où toutes ses paroisses, s’y dénomment « tabernacles ». Elles disposent de bâtiments modernes et de gros moyens matériels. Les fidèles doivent payer la « dîme » intégrale (un dixième de leurs revenus) et contribuer sous forme de travail gratuit. Fondé sur une « vision » terrifiante de la Bible élaborée par le « prophète de cet âge, notre frère en Christ William Branham » (sic), ce mouvement, qui prône des valeurs très conservatrices, anticommuniste, contre l’émancipation féminine, est présent en Amérique latine, en Afrique où il réalise de vastes tournées de prédications et conversions qui emplissent stades et hôtels de luxe. (douze pays d’Afrique en 2005).
 
2
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin