Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dieu a rappelé à Lui. » : exclusion. de. la mort et « mort protestante » dans la société d'aujourd'hui.. - article ; n°1 ; vol.39, pg 127-137

De
12 pages
Archives des sciences sociales des religions - Année 1975 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 127-137
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Jean-Paul Willaime
Dieu a rappelé à Lui. » : exclusion. de. la mort et « mort
protestante » dans la société d'aujourd'hui..
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 39, 1975. pp. 127-137.
Citer ce document / Cite this document :
Willaime Jean-Paul. Dieu a rappelé à Lui. » : exclusion. de. la mort et « mort protestante » dans la société d'aujourd'hui.. In:
Archives des sciences sociales des religions. N. 39, 1975. pp. 127-137.
doi : 10.3406/assr.1975.2773
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1975_num_39_1_2773Sc soc des Rel. 39 1975 127-137 Arch
Jean-Paul WILLAIME
DIEU RAPPEL LUI.
Exclusion de la mort et mort protestante
dans la société aujourdhui
investigation Protestant This article milieu intended is based to elucidate on the answers the religious provided handling by ministers of death for in the an
It is established that the Protestant death is being more and more
frequently drawn into the orbit of the modern way of dealing with death
Death is no longer prepared event it intervenes abruptly in life which
even at its final moments does not take it into account The managers
are there to be called upon the ministers and in particular the undertakers
Christian doctrine considers death to be an essential dimension of the
world of the living and yet despite this it can be observed that the churches
exclude death as does present-day society decline of the salvation theme
in burial preaching and emphasis on the comfort brought to the survivors
intervention of the minister after death hardly ever before etc
These elements are part of sociological reflection on death in
modern-day society comparison of death with breakdown is suggested
the breakdown being the tamed form of death because it belongs to the
functional world of things that can be repaired real death on the contrary
represents something utterly foreign in this world of functional things
EN
de E.C.A.A.L ne élaborée naire ciété nissent en réponses agit les Protestantisme actuelle envoyé vue situant simplement en aucunement de vue re 2) E.R.A.L dans préparer ues plusieurs une un que le organisé cadre analyse certain une les ce pasteurs E.R.F réflexions colloque une exploitation nombre quantitative des réflexion E.E.L.F enquête sur développées de principales renseignements la statistique Les sociologique qui mort réponses ci-dessous pris glises le est enquête Centre la on sur au protestantes forme la questionnaire prennent une de mort ayant tenté un Sociologie cinquantaine dans analyser de question appui pas France la four été so du Il
glise de la Confession Augsbourg Alsace et de Lorraine glise Réformée Alsace
et de Lorraine glise Réformée de France glise vangélique Luthérienne de France
II me paraît toutefois important de préciser que plus des des pasteurs qui ont répondu
au questionnaire exercent leur ministère en milieu urbain
127 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Si on se place dans hypothèse de la sécularisation selon laquelle des secteurs
de plus en plus nombreux de la société et de la culture sont soustraits autorité
des institutions et des symboles religieux 3) on peut se demander si la mort ne
fait pas partie de ces situations-limites les Grenzsituationen de Jaspers)
de ces questions dernières Bonhoeffer qui résisteraient au processus de
sécularisation et qui resteraient donc un secteur privilégié intervention des
glises où celles-ci conserveraient une crédibilité et une audience beaucoup plus
fortes que dans autres domaines Cette perspective comme bien montré
Bonhoeffer 4) correspond la conception qui envisage la religion comme
bouche-trou comme apportant des réponses aux questions que les connais
sances humaines ne parviennent pas encore résoudre ainsi face la souffrance
la mort facer tout ce qui vient déranger ordre une société dominée par la
technique les glises garderaient toutes leurs prérogatives Ce point de vue est
évidemment pas celui des clercs qui ne peuvent accepter que difficilement un tel
cantonnement de leur rôle comme si le message chrétien ne concernait que les
souffrants et les agonisants Mais quoi il en soit de la réaction des clercs face
ce phénomène il reste que si on se place dans hypothèse de la sécularisation
la mort est le lieu où le christianisme perdant son impact dans les secteurs
vitaux de existence se réfugie
De fait on peut dire que sur le plan de la signification la question de la mort
ne trouve guère de réponses dans la société fran aise actuelle en dehors du mes
sage chrétien Nous voulons dire que dans ce domaine les Eglises chrétiennes
ont pas tellement souffrir une concurrence sérieuse elles jouissent un
quasi-monopole ne sont-elles pas pratiquement les seules offrir une explica
tion de la mort en intégrant celle-ci dans un ensemble significatif la doctrine
chrétienne où la mort re oit un sens Nous reviendrons là-dessus mais ores et
déjà on peut dire que ce est pas existence et la propagation un discours con
current sur la mort qui réduit si réduction il audience des glises chrétiennes
dans ce domaine Les glises restent bien pratiquement les seules tenir un dis
cours cohérent sur la mort On pourrait alors attendre ce elles gardent
toutes leurs prérogatives dans ce domaine or la mort bien elle apparaisse au
premier abord comme un secteur privilégié intervention des glises échappe aussi
de plus en plus emprise des glises chrétiennes les glises protestantes nous
le verrons participent une certaine manière la grande exclusion dont la mort
fait objet dans la société actuelle
LA MORT COMME DIMENSION ESSENTIELLE DU MONDE DES VIVANTS DANS LA
DOCTRINE CHR TIENNE
Le message chrétien disions-nous est quasiment la seule conception qui
donne un sens la mort dans le cadre une interprétation générale de la vie
humaine Il constitue donc une prise en charge de la mort est-à-dire une
intégration de la mort dans un univers significatif Pour la doctrine chrétienne et
particulièrement pour les confessions protestantes la mort est en effet une dimen
sion permanente de existence est ce que Roger Mehl exprime très clairement
Si le chrétien attend la mort toute heure est bien parce il pense avec
Ecriture Sainte et particulièrement avec saint Paul que par le péché la mort est
entrée dans le monde fait donc partie de existence humaine ne la surprend pas
comme une catastrophe extérieure et que la vie de homme jusque dans ses réalisa
is Nous reprenons la définition donnée par Péter BERGER dans son livre La Religion dans
la Conscience Moderne Paris Ed du Centurion 1971 174
Résistance et Soumission Genève Labor et Fides 1967 pp 119-123 pp 141-142
Sur le plan de la signification est-à-dire au niveau des conceptions qui intègrent la
mort dans leur vision globale de existence qui donnent la mort un sens déterminé dans le cadre
de cette vision
128 MORT PROTESTANTE
tions les plus impressionnantes une saveur de mort homme été semé
corruptible Cor. 15 42 6)
Par la liaison que la doctrine chrétienne opère entre la mort et le péché il donc
une inscription de la mort au ur même de existence une présence de la mort au
sein même de la vie Vie-Péché-Mort-Salut-Résurrection tous ces éléments
définissent une problématique où la mort re oit un sens bien déterminé est le
salaire du péché et comme la mort est associée au mal le salut en Christ est associé
la Résurrection triomphe de la Vie et victoire définitive sur la mort
Nous reprenons ces éléments fondamentaux de la doctrine chrétienne pour
souligner que la mort loin être reléguée dans un ailleurs loin être considérée
comme quelque chose extérieur est inscrite au ur même de la vie comme une
dimension essentielle du monde des vivants Dans la perspective chrétienne la mort
ne peut pas être cet événement brusque qui fait irruption dans le monde des
vivants comme il agissait de quelque chose extérieur étranger la vie
elle est au contraire une dimension constante de cette vie la prise en charge
chrétienne de la mort est inséparable de la prise en charge totale de existence
opère le christianisme elle est inséparable des autres éléments de la doctrine tels que le péché le salut etc. qui dessinent une problématique où
la mort une place bien déterminée Si donc la mort est plus une dimension
essentielle du monde des vivants ce que disent les glises chrétiennes au moment
de la mort risque être complètement en porte-à-faux Le message chrétien ne
peut pas garder propos de la mort une crédibilité il aurait perdue par ail
leurs Le découpage opéré par hypothèse de la sécularisation entre des secteurs
qui seraient sécularisés et autres qui ne le seraient pas perd sa pertinence si on se
réfère au caractère totalitaire du message chrétien totalitaire dans le sens où
sa logique propre veut aucun secteur de existence humaine ne lui échappe
la prise en charge chrétienne de la mort est plus prise en charge chrétienne
si elle ne intègre pas dans la prise en charge totale de la vie opère le chris
tianisme
Nous nous sommes référés la doctrine chrétienne la théologie sans nous
demander comment cette doctrine est reprise actualisée dans le discours que les
glises chrétiennes tiennent au moment de la mort dans la société actuelle Pour
le faire il faudrait étudier les prédications enterrement Au niveau des réponses
au questionnaire envoyé aux pasteurs nous disposons éléments intéressants
dans les réponses qui ont été apportées une question ainsi libellée
Selon vous quelle est la pointe de la prédication enterrement
consolation des survivants
annonce de la résurrection
appel la conversion
Sur les trois pointes proposées les deux premières sont citées par tous les pas
teurs alors que la troisième appel la conversion est mentionnée que par
une partie entre eux et quelquefois avec réticence la connotation revivaliste
de expression pas échappé certains Or appel la conversion est-ce
pas ce qui se laisse le plus directement rattacher la problématique du salut et
la conception de la mort comme salaire du péché Le discours chrétien sur la mort
peut difficilement faire économie du lien que la doctrine chrétienne établit entre
le péché et la mort Si la mort est le salaire du péché on pourrait attendre ce
elle soit occasion une prédication qui insiste sur le péché et la nécessité de
la conversion avant de proclamer la victoire sur la mort dans le message de la
Le Vieillissement et la Mort Paris P.U.F. 1962 48
129 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
résurrection Si la prédication enterrement est plus centrée sur la consolation
des survivants et annonce de la résurrection cela indique-t-il pas une
certaine réticence parler du péché et du salut est-à-dire de ce qui dans la
conception chrétienne fait de la mort une dimension permanente de existence
quotidienne et non un événement extérieur cette vie annonce de la
résurrection inscrit aussi bien sûr la mort comme dimension essentielle de
existence pour le chrétien mais elle ne le fait que si elle est reliée aux autres
éléments de la doctrine chrétienne au péché au salut... donc si elle ne quitte pas
son système de référence origine Mais annonce de la résurrection est un élé
ment de la conception qui peut nous semble-t-il le plus facilement se
détacher de son système de référence où elle se trouve liée au péché et la problé
matique du salut pour devenir une simple espérance de survie et amalgamer
avec toutes les croyances que après-mort suscite est-à-dire avec des éléments
foncièrement étrangers la doctrine chrétienne Surtout et est ce que nous
voulons souligner une insistance sur annonce de la résurrection qui irait de pair
avec un effacement de la doctrine du péché appel la conversion est bien ce qui
renvoie le plus directement au péché participe exclusion de la mort du monde
des vivants dans la mesure où elle ne lie plus suffisamment événement de la mort
existence quotidienne des vivants Une telle accentuation de la prédication
enterrement est remarquablement significative dans une société où la mort est
exclue de la vie où la mort est cet événement soudain qui vient
rompre une existence où elle aucune place Nous interprétons pour notre part
la réticence des pasteurs admettre appel la conversion comme pointe de
la prédication enterrement comme une nécessaire soumission une société où
la mort est plus une dimension de existence quotidienne où la mort est exclue
du monde des vivants 8)
Un pasteur signale que beaucoup de textes liturgiques et presque tous les
cantiques présentent la mort comme la volonté de Dieu alors que la Bible nous
la présente comme la conséquence de la chute du péché Peut-on dire un
défunt poursuit ce pasteur Dieu rappelé Lui Je me refuse par exem
ple ajoute-t-il dire ou prier Seigneur re ois-le dans ton Royaume éternel
lorsque la personne enterrée mené une vie apparemment contraire celle un
enfant de Dieu Bien sur nous ne pouvons pas juger mais... Nous avons tenu
citer cette réponse car elle est très significative Ce pasteur on en sera douté
hésite pas prendre appel la conversion comme pointe de la prédication
enterrement il la classe même en deuxième position après annonce de la
résurrection la consolation des survivants ne venant en troisième posi
tion Quel est intérêt une telle réponse Il nous semble résider dans le fait
que ce pasteur en se référant de manière rigoureuse la conception chrétienne
de la mort montre implicitement le caractère non-chrétien de toute approche de
la mort qui ne relie pas celle-ci au monde des vivants En effet parler exclusive
ment de la mort comme volonté de Dieu employer des formules du genre Dieu
rappelé Lui est-ce pas une certaine manière laisser entendre que
occupe beaucoup plus du monde des morts que du monde des vivants est-ce
pas reléguer Dieu dans le Royaume des morts et donc dans un même geste
exclure Dieu et la mort du monde des vivants on nous comprenne bien
Le péché et le salut étaient les éléments principaux de la prédication enterrement
époque de la Réforme Cf la thématique de la prédication que Bernard VOGLER indique dans sa
communication publiée dans le présent volume pp 139-146)
Nous renvoyons ici la thèse formulée par Philippe ARIES de la mort comme tabou
comme interdit majeur dans notre société On consultera ses différents articles La Mort
inversée Archives Européennes de Sociologie vol VIII no 1967 pp 169-195 Le culte des
morts époque moderne Revue de VAcadémie des Sciences Morales et Politiques 1967 pp 25-
40 La vie et la mort chez les Fran ais aujourdhui Ethnopsychologie 27 1) mars 1972
pp 39-44 La Mort et le mourant dans notre civilisation Revue fran aise de Sociologie vol
XIV 1973 pp 125-128
130 MORT PROTESTANTE
Dieu est pas le Dieu des morts dans la perspective chrétienne puisque celle-ci
proclame justement la victoire sur la mort dans la promesse de la résurrection
mais et est ce que nous voulons souligner des formules comme Dieu
rappelé Lui incitent penser en mourant on se rapproche de Dieu quitter
la vie terrestre signifie rejoindre Dieu où la liaison qui établit forcément entre
mort et proximité de Dieu comme si Dieu présidait plus le monde de après-mort
que le monde des vivants ou si nous voulons exprimer la même chose dans le cadre
de la religion chrétienne comme si Dieu occupait plus des individus après
la mort que durant la vie terrestre Une telle formule affirme en tout cas la dis
tance de Dieu par rapport la vie terrestre elle atteste existence un Dieu
lointain qui devient plus proche on quitte la vie terrestre où la ten
dance considérer que Dieu plus voir avec après-mort avec la vie
Si la prédication enterrement est plus centrée sur annonce de la résurrec
tion et la consolation des survivants nul doute que est parce que comme le
soulignent de nombreux pasteurs auditoire est cette occasion composé essen
tiellement indifférents de personnes qui entendraient difficilement un mes
sage qui insiste sur la réalité du péché sur ce qui est au ur de la conception
chrétienne Bien sûr on pourrait penser que les pasteurs profitent de cet audi
toire pour lancer un appel la conversion en fait il en est rien quelques-uns
entre eux observant même quelque prudence dans annonce de la résur
rection
Nous avons donc pour le moment un indice du fait que exclusion dont la
mort fait objet dans la société actuelle pénètre jusque dans la prédication des
glises protestantes qui leur corps défendant participent cette exclusion
Cette remarque concerne le discours des glises mais en est-il de la pratique
des glises dans ce domaine Nous rejoignons ici un certain nombre de
questions de enquête qui portent sur la cérémonie enterrements sur attitude
de la famille égard du mourant et du défunt et sur la fa on dont la famille
participe la cérémonie enterrement est là au niveau de ce qui se passe con
crètement lors de la mort une personne on peut essayer de saisir comment la
pratique des glises protestantes et des familles qui font appel elles se situe
par rapport au sort qui est réservé la mort dans la société actuelle
LA MORT PROTESTANTE PRISE DANS ADMINISTRATION MODERNE DE LA MORT
Philippe Aries remarque autrefois homme savait il allait mourir
sa mort lui appartenait il était pas privé du droit de connaître sa mort de la
préparer et de organiser hui au contraire le mourant est privé
de sa mort sa mort ne lui appartient plus il ne peut plus se sentir mourir
entourage il agisse de la famille ou du corps médical entend pour cacher
au grand malade imminence de sa mort le malade écrit Ph Aries devient
alors un mineur comme un enfant ou un débile mental que époux ou les parents
prennent en charge séparent du monde On sait mieux que lui ce il doit faire et
savoir 10 On ne prépare donc plus sa mort celle-ci intervient brusquement
dans une vie qui même ses derniers instants ne organise pas en fonction elle
Les réponses certaines questions de enquête viennent corroborer ces affirma
tions de Ph Aries
La Mort inversée art cit. 171
Hans BARTH dans un travail sur La Mort en Alsace Rites et Croyances mémoire de licence
Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg 1967 montre combien les paysans alsaciens
vivaient de manière permanente en présence de la mort Prévoir heure de la mort préparer
dignement est un souci majeur pour Alsacien surtout la campagne 173 lorsque la vie
un paysan alsacien touche sa fin les parents et ses amis viennent lui rendre visite non pour
le bercer de douées illusions de guérison mais bien pour le préparer ses derniers instants de vie
selon la coutume en usage 186)
10 La Mort inversée art cit. 175
131 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
II était demandé aux pasteurs Auprès de combien agonisants êtes-vous
et aussi (Estimez-vous que le pasteur doive prendre initiative de préparer
le grand malade ou le grand vieillard la mort Les réponses apportées ces deux
questions révèlent que les pasteurs sont rarement appelés auprès de agoni
sant ils le sont est généralement par un qui se réfère la tradi
tion catholique infirmière ur épouse catholique. en milieu rural le pasteur
peut être appelé également par les voisins même si ceux-ci sont protestants
les pasteurs sont très partagés sur la question de savoir il faut préparer le
grand malade la mort ou pas Une faible majorité des répondants pensent que
oui certains insistent sur accord préalable avec le médecin et la famille autres
sont hésitants et préfèrent juger selon les situations Enfin certains sont fran
chement contre estimant en parlant de Evangile on prépare de toutes fa ons
la mort
Les réponses la question Combien ensevelissements avez-vous célébrés
sans avoir été prévenu par la famille en cas de mort par maladie avant le décès
révèlent que la plupart du temps le pasteur célèbre ensevelissement sans avoir
été prévenu par la famille avant le décès Enfin la question Arrive-t-il que les
mourants ou leurs familles formulent des exigences précises concernant le déroulement
de la cérémonie enterrement Lesquelles les pasteurs répondent que les exigences
formulées par le mourant ou la famille sont rares elles existent elles se
bornent au choix du texte biblique des cantiques ou de la musique quelques
personnes demandent que la cérémonie soit brève simple ou on évoque la vie
du défunt dans ce dernier cas le pasteur oppose le plus souvent un refus nuancé
les familles en remettent de plus en plus aux pasteurs comme aux Pompes funè
bres pour tout ce qui touche organisation de la cérémonie
Nous avons tenu rapprocher les réponses ces différentes questions car
elles manifestent toutes une certaine manière le fait que la mort appartient
plus ni au mourant ni la famille que la mort est pas préparée et intégrée au
monde des vivants même elle est imminente) que la mort est de plus en
plus prise en charge par ceux on peut appeler les fonctionnaires de la mort
est-à-dire les ecclésiastiques et les employés des Pompes funèbres nous abordons
ce point plus loin Bien sûr il ne faut pas perdre de vue il agit de la mort
protestante ce qui un certain nombre de conséquences pratiques par exem
ple le fait que les pasteurs soient rarement appelés auprès agonisants peut
être mis en relation avec la tradition protestante selon laquelle la présence un
ministre de Dieu est pas indispensable au moment ultime pour assurer une
mort chrétienne il pas de sacrement de signe extérieur assurant la
personne elle va mourir en paix avec Dieu le croyant se trouve seul face
Dieu 11 Mais les réponses apportées aux questions citées même si on doit
tenir compte du fait il agit de la mort protestante sont cependant signi
ficatives si on les considère la lumière des remarques de Ph Aries Par exemple
il apparaît clairement que le pasteur intervient presque toujours après la mort et
pratiquement pas avant On peut se demander ce que représenterait appel du
pasteur ce que signifierait un tel comportement Appeler le pasteur est-ce pas
devancer la mort inscrire dans ordre du possible intégrer son univers
vivre avec elle même si est un court moment est-ce pas se préparer la mort
se sentir mourir bref vivre la mort est-ce pas retrouver cette fa on ancienne
11 Cependant Hans BARTH note Tant du côté catholique que du côté protestant on
aime pas mourir sans avoir re Eucharistie symbole de la rémission des péchés selon la
croyance populaire Même celui qui ne est pas beaucoup soucié de glise pendant sa vie deman
dera sur son lit de mort être admis la Table du Seigneur ... La Sainte-Cène est en quelque
sorte ultime remède on cherche souvent le pasteur au chevet du malade la place du médecin
soit trop coûteux soit habitant trop loin soit impuissant soulager le malade op cit. 191
Les réponses enquête montrent au contraire que la demande de Sainte-Cène est très rare
en tout cas chez les malades et agonisants que visitent les pasteurs aumôniers hôpitaux
les pasteurs de paroisses étant rarement appelés au chevet des agonisants
132 MORT PROTESTANTE
de mourir où on voyait le mourant présider sa propre mort entouré des siens
Appeler le pasteur avant la mort est donc dans une certaine mesure réintégrer
la mort au monde des vivants replacer sa vie dans la perspective de la mort ce
qui va encontre de la mort telle elle est per ue et exclue dans le monde
moderne comme quelque chose extérieur qui met fin existence mais qui ne
concerne pas homme dans son existence présente La mort est bien comme le
souligne Ph Aries le grand tabou du monde moderne un interdit majeur de notre
société La mort est certes sans cesse présente comme spectacle dans notre société
accidents guerre catastrophe famine...) mais ce serait une grave erreur de
confondre le spectacle de la mort et la mort comme dimension essentielle de
existence
Il aurait beaucoup dire sur ce que représente la mort dans la société
actuelle Nous voudrions juste dans les limites de cette communication esquisser
un rapprochement entre la panne et la mort rapprochement il nous semble
pertinent de faire on essaie de saisir ce est la mort dans la société
aujourdhui 12 En effet si la mort est la grande exclue du monde moderne
si elle est pas du tout intégrée la vie sociale la panne dont issue peut être
la mort et la cohorte de réparateurs 13 elle suscite sont au contraire
un élément fondamental de organisation moderne Panne de machine panne
dans le matériel humain panne de communication Le dysfonctionnement est
partout note Yves Stourdzé où la cohorte des réparateurs Le garagiste
le psychosociologye le plombier affairent chacun réparer 14 Parler ainsi
de la panne est désigner la société actuelle en se référant la métaphore de la
machine Or la machine est intéressante que si elle peut être réparée que si
elle est réinsérable dans organisation où elle inscrivait Ici la machine propre
ment dite et le matériel humain sont mis sur le même plan autant éléments
réparer pour les replacer dans le circuit est-à-dire autant éléments recon
necter dans le système où ils fonctionnaient avant la panne Dans la cohorte des
réparateurs le médecin rejoint le garagiste et le psychologue le plombier Le
nombre croissant de ceux qui une manière ou une autre réparent est une
caractéristique de la société moderne une énergie considérable est dépensée pour
remédier au moindre grippage de la machine Or la panne est-ce pas la menace
de la mort au ur même de la vie la présence du dysfonctionnement dans les
rouages mêmes de la vie machinique Cette mobilisation générale contre
toutes les défaillances qui menacent ordre social est-ce pas aussi une mobi
lisation contre la mort Oui mais cela participe exclusion de la mort En effet
la panne si elle est bien la hantise du monde moderne dans la mesure où elle est
toujours présence de la mort est cependant pas la menace absolue car elle
est la mort réparable la mort apprivoisée une mort qui au fond ne fait
pas tellement peur on la connaît on la traite on organise la panne est une
mort fonctionnelle inscrite au ur du système et que le système lui-même est
pas loin de produire dans le seul but éprouver ses vertus réparatrices son
12 Ce rapprochement nous est suggéré par un paragraphe du livre de Yves STOURDZ
Panne Usure et Mort Organisation anti-organisation Paris Marne 1973 83 sv Coll
Repères)
13 Ibid. 86
14 84 En réalité il faudrait nuancer ce propos obsolescence accélérée des
objets fait que de plus en plus on remplace au lieu de réparer est aussi la conjuration de la
mort qui exerce ici le dépérissement et la mort de objet sont neutralisés par la profusion
objets offerts sur le marché et par la production entretenue de la nouveauté qui dévalorise
objet avant il ne meure cette dévalorisation constituant bien une mort de objet mais une
mort apprivoisée domptée signe une nouvelle naissance Nous vivons le temps des objets
écrit Jean BAUDBILLARD je veux dire que nous vivons leur rythme et selon leur succession
incessante est nous qui les regardons hui naître accomplir et mourir alors que dans
toutes les civilisations antérieures étaient les objets instruments ou monuments perennes qui
survivaient aux générations hommes La Société de Consommation Ses mythes ses structures
Le Point de la Question Paris S.G.P.P. 1970 17)
133 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
pouvoir sur la mort Mais cela ne résoud pas le problème de la mort remarquera-t-
on Certes non mais cela exclut radicalement la mort de organisation sociale
la mort réelle la dégénérescence définitive de tel ou tel élément de la vaste
machinerie sociale signifie un retrait total du système une sortie hors de univers
fonctionnel que dessine ce système Tant il un espoir aussi ténu soit-il
de remettre la machine en route comment ne pas penser ici aux efforts immenses
déployés par appareil médical pour maintenir la vie même si celle-ci est plus
que végétative on reste intégré au système on est dans univers de la panne
mais dès que la mort est définitive dès on achemine inexorablement vers
issue fatale on est dans un univers étranger au monde moderne On sait que
faire du malade parce il est objet de réparation mais le mourant dans la
mesure où il nous fait sortir de cet univers on ne sait pas quoi en faire on plus
rien dire Dans une société où vivre est fonctionner la mort ne peut être exclue
Les remarques précédentes avaient surtout trait attitude adoptée face
imminence de la mort Il convient maintenant de voir comment opère la prise
en charge de la mort une fois que celle-ci est arrivée Il ne agit donc plus du
mourant mais du mort et de ce qui organise autour de lui
Une constatation impose entourage du mort en remet de plus en plus
aux spécialistes pasteurs et employés des Pompes funèbres on est bien
content de trouver pour prendre en charge événement Les familles formu
lent rarement des exigences particulières on se laisse guider et prendre en charge
Nous rapportions ci-dessus affirmation de Ph Aries qui disait que le mourant
était considéré comme un enfant ou un débile mental comme un dont
on sait mieux que lui ce il doit faire et savoir en va-t-il pas de même
hui pour la famille du défunt Celle-ci accablée par la douleur ou non
est-elle pas littéralement prise en charge Les vivants qui entourent le défunt
ne sont-ils pas considérés comme des assistés qui font objet de toute la solli
citude des fonctionnaires de la mort Les pasteurs eux-mêmes malgré leur
volonté souvent affirmée associer le plus possible la famille la cérémonie en
terrement ne sont-ils pas pris dans le dispositif mis en place dispositif qui de
fait transforme les gens auxquels ils adressent en assistés Les intervenants au
près des vivants qui ont été touchés par la mort un des leurs font aussi partie
de cette cohorte des réparateurs ils viennent panser la blessure qui été faite
ils viennent consoler remettre en état de marche pour que ceux qui ont été affectés
par la mort puissent refonctionner dans le monde des vivants Les pasteurs en
insistant sur la consolation des survivants dans leur prédication enterrement
participent cette vaste mission de réparation par laquelle la société moderne
conjure la mort Tout se passe comme il fallait vite refermer la brèche ouverte
un instant par irruption de la mort dans un monde qui veut ignorer ainsi
loin de réinscrire la mort dans la vie quotidienne ce qui organise autour du
mort son inhumation est fait pour empêcher tout retour de la mort dans
le monde des vivants tout se passe autour du mort mais en réalité est des
vivants on occupe exclusion de la mort peut ailleurs aller de pair avec
des pratiques qui au premier abord semblent la réhabiliter 15)
Ecclésiastiques et employés des Pompes funèbres prennent donc en charge
événement La question se pose de savoir comment ces deux catégories inter
venants se situent une par rapport autre en particulier comment inscrit
intervention du pasteur dans le dispositif qui est mis en place dès il mort
une personne Les réponses des pasteurs au questionnaire de enquête il
leur était demandé Au cours de votre ministère quels changements dans la pra
tique des enterrements avez-vous introduits vous ont été imposés par le milieu
15 Ainsi les nouveaux rites funéraires aux Etats-Unis embaumement du corps maquillage
exposition du mort dans le salon un Funeral Home pour il préside sa dernière réception etc.
ne nous paraissent pas contrairement ce que semble indiquer Pb Aries atténuer interdit
moderne de la mort Cf La Mort inversée art cit. pp 189-194)
134 MORT PROTESTANTE
social paroisse coutumes locales Pompes funèbres montrent que le poids des
Pompes funèbres est vivement ressenti par les pasteurs certains expriment la crainte
de être que des employés peut-être religieux des Pompes funèbres 16
Le problème se pose effectivement Apparemment les glises semblent bien pré
sider événement de la mort elles semblent tenir les rênes dans ce domaine mais
au fond leur intervention est-elle pas neutralisée vidée du sens elles lui
accordent vu elle est prise que les glises le veuillent ou non dans admi
nistration moderne de la mort que président les Pompes funèbres Il faut abord
remarquer que les Pompes funèbres contrôlent pleinement infrastructure du
dispositif qui est mis en place de la mise en bière inhumation Elles inter
viennent avant et après le pasteur qui bien il préside la cérémonie enterre
ment et parvienne même quelquefois faire valoir ses exigences reste pris dans
étau des Pompes funèbres qui sont les maîtres du dispositif Les Pompes funè
bres sont maîtres du mort du cadavre elles le suivent du début la fin elles sont
responsables de son évacuation selon les règles en vigueur Dans ce dispositif
qui vise évacuation du les glises voient leur intervention très
clairement délimitée il agit de prononcer quelques paroles au moment déter
miné pour ce faire les Pompes funèbres prêtent le cadavre aux glises durant un
temps qui si on en croit les pasteurs particulièrement les aumôniers hôpitaux
qui président quelques services hôpital même donc sur un terrain qui est
pas le leur) tend de plus en plus amenuiser La crainte exprimée par certains
pasteurs de ne plus être que des employés religieux des Pompes funèbres
correspond donc bien une réalité Aux Etats-Unis on constate que les Pompes
funèbres offrent différentes catégories de prédicateurs comme elles offrent un
choix de cercueils de décorations ou autres choses le prédicateur est un article
du catalogue parmi autres..
Cette emprise des Pompes funèbres est autant plus vivement ressentie par
les pasteurs que les beaucoup plus habituées aux enterrements
catholiques ce qui est moins vrai en Alsace ont tendance offrir des éléments
qui vont encontre de la tradition protestante particulièrement de la tradition
réformée crucifix vissé au cercueil cierges fleurs et couronnes sur le cercueil
etc. toutes choses qui orientent plus vers un culte rendu au mort que vers un culte
tourné vers les vivants La relation des ecclésiastiques catholiques avec les Pompes
funèbres bien elle soit comme le signale Julien Potei assez problématique
est peut-être moins que chez les protestants car la cérémonie catholique en
terrement occupe plus du cadavre que la cérémonie protestante et admet
plus de décorum et de rituel La mort catholique accommoderait-elle mieux de
administration moderne de la mort Il serait intéressant de creuser plus fond
en comparant mort catholique et mort protestante nul doute on ne
rencontre dans les deux cas une résistance face emprise des Pompes funèbres
et une même condamnation de la commercialisation de la mort mais le rituel
catholique des funérailles est peut-être moins vulnérable que le rituel protestant
car il offre un matériel signifiant beaucoup plus riche En tout cas mort pro
testante et Pompes funèbres ne semblent pas faire très bon ménage Plusieurs
pasteurs flairant dans la présence du cercueil au temple un relent de culte des
16 Un indice de la prégnance des Pompes Funèbres cette publicité une entreprise de
Pompes Funèbres Strasbourg qui indique En cas de décès la maison se charge de toutes les
démarches et formalités Mairie glise Faire-part Convoi Transport Incinération
Toilette mortuaire Habillement Creusement des tombes église est comptée dans
les démarches et formalités dont se chargent les Pompes Funèbres
La même crainte de être que des employés religieux des Pompes Funèbres se retrouve
chez les prêtres cf Julien POTEL Les Funérailles une Fête Paris Ed du Cerf 1973 94
108-109
185

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin