Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ernst Troeltsch ou la piété comme norme en sociologie religieuse / Ernst Troeltsch and Piety as a Norm in Religious Sociology. - article ; n°1 ; vol.64, pg 75-93

De
20 pages
Archives des sciences sociales des religions - Année 1987 - Volume 64 - Numéro 1 - Pages 75-93
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Volker Drehsen
Jean-Louis Schlegel
Ernst Troeltsch ou la piété comme norme en sociologie
religieuse / Ernst Troeltsch and "Piety" as a Norm in Religious
Sociology.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 64/1, 1987. pp. 75-93.
Citer ce document / Cite this document :
Drehsen Volker, Schlegel Jean-Louis. Ernst Troeltsch ou la piété comme norme en sociologie religieuse / Ernst Troeltsch and
"Piety" as a Norm in Religious Sociology. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 64/1, 1987. pp. 75-93.
doi : 10.3406/assr.1987.2440
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1987_num_64_1_2440Arch Sc soc des Rel. 1987 64/ï juillet-septembre) 75-93
Volker DREHSEN
ERNST TROELTSCH OU LA PIETE
COMME NORME EN SOCIOLOGIE RELIGIEUSE*
In the German-speaking sphere Ernst Troeltsch has recently been
rediscovered like Max Weber as classic in the sociology of
religion chap For that several reasons are decisive
Troeltsch has expressed in an original manner thoroughly
general constellation of religious problems by which at the same time
he established renewed but from now on classical view of the
sociology of religion The sociological theme was concerned with
scientific realisation of lived Christian piety which is manifested as
kind of religiosity beyond traditional Protestant churches chap
With this formulation of the question Troeltsch recurred to contem
porary context and to temporarily neglected tradition of Protestant
theology chap In such manner opened the restrictive
dogmatic perspectives of theology and took up essential approaches
of the historical and philosophical sciences to religion including the
concepts of sociology and psychology chap 4)
Today Troeltsch fundamental insights of the sociology of
religion are seen as qualified instrument in the study of the living
practice of Christian piety under the conditions of modem culture
and this in two respects the aspects of structural theory of
social differentiation as well as that of functional theory of social-
personal identity chap 5)
Troeltsch peut-il être considéré comme un classique de la sociologie reli
gieuse
Les classiques connaissent hui un regain considérable intérêt
renouvelé porté par les théoriciens de la religion oeuvre Ernst Troeltsch ins
crit lui aussi dans ce contexte plus vaste En général intérêt porté aux
La version originale de cet article fut publiée en langue allemande par RENZ et F.W GRAF
eds.) Troeltsch-Studien Vol Protestantismus und Neuzeit Gütersloh Gütersloher Verlagshaus
Gerd Mohn) 1984 257-80 Une analyse plus approfondie de approche sociologique de Troeltsch se
trouve in DREH SEN Neuzeitliche Konstitutionsbegingungen der praktischen Theologie Aspekte der
theologischen Wende zur sozialkulturellen Lebenswelt christlicher Religion Gütersloh 1987 514-612
75 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
classiques explique par un intérêt actuel de la recherche On reconnaît les au fait ils se sont attaqués explicitement ou implicitement des
problèmes méthodologiques et théoriques hui encore déterminants pour
une discipline donnée inventaire de modèles heuristiques du passé est
lié espoir de redéfinir les données de base un thème ordre du jour dont
approche est actuellement considérée comme nettement insuffisante ou pleine
apories Une des raisons principales du retour aux classiques est donc de
répondre aux aspirations scientifiques du présent
Certes la réussite une telle entreprise dépend de certaines conditions II
convient face des textes classiques de ne pas chercher tout prix leur
consistance actuelle mais simplement leur continuité dans la ligne des problè
mes posés et pas nécessairement pour apporter une solution Ainsi
actualité permanente un classique réside dans la possibilité de réactiver la
problématique de son uvre et cette possibilité dépend avant tout de deux
conditions abord peut-on penser que uvre classique exprime avec une
relative originalité une constellation de problèmes comparables ceux aujour
hui Car est seulement dans son environnement socioculturel par sa remise
en contexte dans un moment précis de histoire de la pensée une tentative
acquiert son profil propre Ensuite la manière spécifique dont les instruments
conceptuels et méthodologiques sont développés dans la thématique classique
décidera de sa possibilité application actuelle un champ de problèmes dont
les conditions se sont modifiées
Mais pour ce faire la perspective classique doit être dans une certaine
mesure dégagée de son contexte et de ses motivations primitives Elle doit être
pour ainsi dire décontextualisée une part la contextualisation met en
évidence la pertinence et originalité un classique son époque de autre la
décontextualisation fait apparaître la fécondité et la réutilisation possible de
uvre toutes deux représentent deux moments connexes de usage pertinent
des classiques pour réactiver et éclairer des problèmes similaires 5)
aune de ces deux critères considérer comme classique la sociologie
religieuse de Troeltsch apparaît pour le moins problématique De nos jours les
arguments de cette sociologie se réfèrent très rarement et encore de manière fort
sélective uvre de Troeltsch La thèse sur les relations entre capitalisme et
protestantisme attribuée principalement Max Weber lui porté ombrage 6) et
Jsnéralement
flagrante logie dignité logie quant problèmes sommaire glises/sectes entretiennent systématique un elle avec et et partiel classique des est aussi importance son tâches toute apport ou célèbre cette amène de en prête vision durable la histoire que attribuée pas sociologie se décriée perdu témoigner demander étriquée il été ailleurs sa réduit religieuse force ait Les elle si on été Troeltsch éclairante clichés est la ce objet peut formulation La pourtant jour de théologie conférer par un histoire et sa sa exemple en formulation jugement valeur de contradiction systématique Troeltsch la de typologie la en 8) socio théo aussi des la
glise religion et piété une constellation de problèmes bien actuels
Un point apparaît central dans les débats actuels en sociologie religieuse
comment accéder un type de compréhension de la religion qui soit acceptable
autant pour la réflexion théorique que pour la recherche empirique et historique
76 LA PI COMME NORME
Autrement dit une compréhension qui dépasse opposition entre une concep
tion restrictive insistant sur observance ecclésiastique et ses manifestations en
terme de comportements sociaux mesurables et autre part une notion générale
et abstraite de la religion anthropologiquement fondée mais ne présentant pas un
caractère évidence pour la recherche empirique ou historique Ce problème
entre temps suscité une querelle des méthodes et des disciplines où sociologie
des pratiques et de appartenance religieuses Kirchensoziologie et sociologie de la
religion Religionssoziologie se disputaient une légitimité quasiment exclu
sive 9)
La sociologie de la pratique et de appartenance constitue une approche
empirique dans les comportements religieux visibles elle tente de décrire la
dimension objective de la religiosité et dans les dispositions religieuses trans
mises la dimension subjective 10 Cette focalisation sur glise renonce pour
essentiel toute analyse des relations entre religion histoire société et culture et
elle justifie cette autosuffisance théorique en admettant priori qu aucun
consensus sur le fond et la forme de la religion ne peut être acquis ou maintenu
partir un autre contexte que le sien ou alors seulement comme un mode
inapte exprimer le sens véritable de appartenance religieuse 11 Ainsi ce qui
est gagné en rigueur et en richesse de données se paie une perception théorique
limitée quant la fonction et la signification générales de la religion dans la
société
opposé autre position se définit explicitement comme une sociologie de
la religion elle prétend couvrir ensemble des rapports entre religion et société
tout le domaine de la piété Frömmigkeit) qui est pas réductible aux pratiques
et aux appartenances visibles 12) mais qui en est pas moins de grande
signification pour la vie en société 13 La religion ne se réduit pas ses
manifestations visibles elle est ce qui confère homme son identité est-à-
dire son appartenance la vie sociale humaniser est se socialiser est
entrer de gré ou de force dans un réseau de significations qui transcendent
individualité Il donc pas de société sans religion 14 Ce qui dans une
vision aussi globale peut sembler prometteur pour élargir les perspectives théo
riques de la recherche prête cependant mainte difficulté lorsque dans expé
rimentation empirique ou devant des figures historiques données il agit iden
tifier comme religieux des phénomènes sociaux
Ainsi donc de manière idéaltypique les positions en présence topogra
phie empiriquement exacte des fidèles 15 et conception de la religion anthropo
logiquement fondée comme force qui transcende individualité 16 se trou
vent manquer de pertinence ou historique ou conceptuelle Aucune ne peut
satisfaire intérêt sociologique pour la religion car la sociologie veut autant
ressaisir la religiosité dans une théorie sociale spécifique que déceler ses traces
dans histoire et dans le monde présent Elle ne se contente pas de répéter la thèse
de la sécularisation 17) autant plus pauvre pour la recherche elle est
répétitive ni de se limiter un concept abstrait et théorique de la religion où le
matériel historique et empirique servirait simplement illustrer la thèse 18 Face
ces apories et autres le projet théorique et empirique actuel visant faire
évoluer la sociologie des pratiques et des appartenances vers une sociologie de la
religion 19 vise une compréhension de la religion qui échappe un double
soup on ses cadres de représentations refléteraient seulement des normes des
systèmes de connaissance des préceptes préétablis par institution ses figures
concrètes et historiques reproduiraient simplement des prétentions dogmatiques
77 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
ou des déductions théoriques abstraites Ce moyen terme cherché la fois concret
et théorique 20) recoupe pour une part la distinction entre appartenance
religieuse manifeste et religion invisible dans les débats son sujet est le mot
piété conceptuellement très ramassé qui vient de plus en plus au premier
plan 21 Par opposition la simple appartenance confessionnelle il souligne
la face subjective de la religion 22 la piété exprime dans les transforma
tions multiples et diversifiées sociales et culturelles de la religiosité chrétienne
compris hors de glise
autre part contre une conception globale de la religion elle prend en
compte les moments constitutifs de la différenciation religieuse moderne les
métamorphoses de la foi visible et descriptible travers les comportements
sociaux qui la reflètent apparaissent plus accidentelles dès lors 23 impor
tance croissante accordée au sujet dans ce domaine et au sens le plus général la
complexité sociale et historique de la piété trouve son origine pratique dans la
volonté de ramener la pensée et la vie chrétiennes leur originelle unité 24)
unité mise en question par des distinctions propres époque moderne Pour la
même raison donner un sens pratique et existentiel universel appartenance
religieuse la religiosité et la piété est très problématique daris les temps
modernes est pourquoi le thème de la piété actuellement retenu en sociologie peut constituer un bon paradigme de la manière de procéder de la
sociologie pour situer la religion dans la société ou plutôt pour désigner le
processus de construction du sens la vie quotidienne 25)
Cette problématique était nullement étrangère Troeltsch elle lui
servit au contraire de point de départ Le problème de la religion dans le
monde moderne est plus uniquement une affaire interne glise pas plus
ailleurs un problème scientifique abstrait il est au contraire étroitement
imbriqué dans la dynamique religieuse vivante où il doit chercher essentiel de
ses solutions 26 Car la piété puissance et orientation de la vie intérieu
re 27) ne signifie absolument pas fuite hors du temps et de la vie sociale dans
les niches du quiétisme loin du monde ou dans des attitudes solipsistes elle peut
mener résolument la lutte au travail la vie communautaire 28 Pour
ressaisir cette situation Troeltsch définit sa tâche Comprendre la totalité des
manifestations chrétiennes avec ses présupposés historiques complexes tou
jours reliés autres phénomènes et entrer dans cette compréhension en
intégrant tout le matériau religieux concret 29 Pour Troeltsch il est évident
que initiative individuelle appartient au tout de la religion au même titre que le
contexte culturel et historique ou que les diverses dimensions et formes de
cristallisation sociales elle se métamorphose en formes de piété vives travers
les déterminations et les fonctionnements socio-historiques que tissent ensemble
religion et société
Le mot piété était courant par ailleurs et son sens allait de soi dans ses
commentaires explicatifs Troeltsch insiste surtout sur deux moments constitutifs
de la piété nos jours ils ont rien perdu de leur valeur critique et
indicative pour la problématique de sociologie religieuse dont il est question ici
une part il souligne le rôle de la subjectivité qui incarne nommément la libre
création et expérience intérieure immédiate de la personnalité autre part il
insiste sur le lien avec la vie dans son ensemble un concept où Troeltsch
rassemble et intègre le foisonnement historique et social dans une unité il peut
traiter comme un phénomène religieux sui generis et il appelle piété 30
Cette double pointe est dirigée souvent expressément autant contre une notion
78 LA PI COMME NORME
étdquée et hypostasiée de appartenance glise que contre une représentation
métaphysique et abstraite de la religion travers elle Troeltsch tente de cerner
une définition concrète de la pieté la fois plus globale que celle qui cours dans
les énoncés dogmatiques de glise très particulièrement et plus spécifique que
les conceptions souvent trop étriquées et abstraites présent dont
témoignent les compréhensions philosophiques de la religion concluant du
particulier devenu douteux des lois universelles de la pensée et de la vie
spirituelle elles voyaient dans cet universel la preuve et la mesure de la véri
té 31 dans les syndromes de la piété elles étaient incapables de voir la
religion comme force vive et créatrice 32) comme dynamique de la vie
pratique et englobante 33 aussi bien dans la culture et la société que dans
glise et dans la théologie
Ainsi se noue de Troeltsch actuelle sociologie religieuse une constellation
de problèmes autour du terme piété objectivement il est impossible de la
définir partir une conception de appartenance et de la pratique religieuse
pratiquement dénuée de théorie ou travers une conception de la religion
abstraite et priori Pour Troeltsch bien au contraire la véritable avancée
viendrait beaucoup plus une compréhension toujours plus fidèle du dévelop
pement historique véritable de la religion et du christianisme il faudra en établir
les prémisses dans une théorie complète de philosophie de la religion 34)
Le contexte au temps de Troeltsch le programme une recherche sur la
piété
Avec cette définition du problème Troeltsch tranche sur des présupposés
il reprend pour une part dont il prend distance critique pour une autre Il
prend ainsi sa stature classique qui repose sur la pertinence globale de la
problématique reprise et sur originalité particulière de sa reformulation Tout
abord Troeltsch se reconnaît explicitement dans la tradition de Schleiermacher
et de Rothe leur large visée spéculative rendait possible et même imposait de
porter la réflexion théologique sur le terrain de la culture moderne 35 est
surtout Friedrich Ehrenfeuchter qui sur le thème de la piété produit une
ébauche exemplaire dans cette ligne de la tradition théorique 36)
Ehrenfeuchter se proposait enrichir historiographie de glise un
élément nouveau 37) qui se distinguait autant de la perspective institution
nelle et politique de histoire de Eglise que de la composante idéologique
représentée par histoire des dogmes un élément nouveau Ehrenfeuchter
proposait alors comme tâche cette discipline nouvelle était la théologie
pratique Ce que histoire des dogmes est la dogmatique histoire de la vie
ecclesiale est la théologie pratique Celle-ci faire avec évolution
historique des urs et des prescriptions de glise elles-mêmes traversées et
vivifiées par la vie même de la piété 38 Pour la piété sa caractéristique est
elle est fondamentalement immergée dans la structure complexe de son
monde historique et elle est donc soumise ses transformations où la
nécessité pour la théologie apporter des transformations sa propre vision de
réalité Tout ce qui évolue dans le monde le fait en vertu du caractère complexe
des réalités du monde non pas dans une progression linéaire mais dans une
interaction complexe avec son environnement et les domaines connexes où
se déploie la vie de la piété chrétienne sont la vie privée et la vie sociale et maints
79 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
égards aussi organisation de la vie publique Ils ont leur développement propre
lié aux conditions de la culture et est pourquoi une histoire de la piété et de la vie
ecclesiale ne devra jamais se priver de jeter un coup il sur histoire de la
culture 39 Comme plus tard chez Troeltsch le thème de la piété est inclus
chez Ehrenfeuchter dans une ecclesiologie qui passe un point de vue statistique
un point de vue historique 40) orienté vers histoire de la culture il servira
fonder la discipline appelée théologie pratique ce rameau du travail théolo
gique on reconnaîtra progressivement qu il veille au réalisme de la
gie 41 La conséquence épistémologique en est pour Ehrenfeuchter le gain
une vision théologique sur le caractère intrinsèquement historique de glise
elle-même Si la signification infinie de glise aucune figure correspon
dant son contenu il est nécessaire que ses formes changent sa visibilité ne
épuise pas dans une seule manifestation elle exige une série de développe
ments 42 Aucune figure visible de Eglise épuise donc la piété au contrai
re celle-ci se structure dans des phénomènes divers travers leurs interactions
avec la culture du temps 43) travers la formation personnelle des convictions
chrétiennes qui leur tour se manifestent dans les urs des chrétiens 44
Comme expression du dynamisme de la vie où se déploie la révélation du
principe originel la piété ne peut être absente de la réflexion sur origine 45
En particulier pour la théologie pratique attention portée la réalité vivante
du donné. garantira la justesse de sa connaissance scientifique 46 Cette
perspective est nécessaire pour ressaisir la diversité et la complexité de la piété
qui donne voir un foisonnement reflétant ce ont produit les diverses
époques 47) et aussi pour prévoir les formes futures de la piété Car les
pratiques pieuses venir ne peuvent être rien autre pour Ehrenfeuchter
qu une reprise partir de origine qui conserve améliore poursuit... une
reprise qui rajeunit qui transforme ancien en neuf 48)
Fondamentalement Ehrenfeuchter tendance mettre au jour une sorte de
réflexion embryonnaire sur la piété où on reconnaît déjà les traits caractéris
tiques de la tentative totalisante de Troeltsch avant tout le refus de constituer
exclusivement la théologie sur la dogmatique la fondamentale reconnaissance
de la diversité des formes de piété un mode de connaissance théologique de la
réalité basé sur la culture et sur histoire de la culture un fondement épistémolo
gique donné ce mode pour rendre possible un devenir-pratique venir envisagé
avec prudence Dans tous ces aspects sont préfigurés des éléments de réflexion
qui au temps de Troeltsch sont devenus courants dans la recherche théologique
du moins au niveau des objectifs De fait est Troeltsch qui en son temps en
quelque sorte cristallisé cette conscience commune du programme
réaliser On le voit dans le regret exprimé par Karl Sell historien de glise et des
dogmes propos de Troeltsch précisément il déplorait que la piété protestante
ait encore jamais fait objet une enquête historique méthodique et que la
recherche sur la vie et les sentiments religieux les plus personnels et sur le
déploiement des univers de représentation qui contiennent pourtant les
motivations propres pour engagement 49 manque encore des travaux
préliminaires les plus élémentaires 50 Comme Troeltsch 51) Sell réclame
emploi généralisé des principes psychologiques et historiques pour tout le
domaine des phénomènes proprement religieux du christianisme 52) au lieu
de se limiter leurs expressions extérieures le dogme la constitution de
glise la discipline ecclésiastique et choses semblables 53 Sell élargissait
histoire traditionnelle des dogmes et de glise en introduisant la dimension
psychologique qui manquait et ce pour rendre compte de la piété il eut autres
80 LA PI COMME NORME
efforts du côté de la théologie pratique avant tout pour utiliser les instruments de
la recherche sociale empirique 54 Ainsi Wrede tenta intégrer dans homi-
létique en général des aspects empiriques psychologiques et ethnologiques pour
décrire les affects des auditeurs 55 ce qui mena Drews réagir dans la
Monatschn für christliche Praxis qui venait être fondée 1901 avec acuité il
écrivait notre avis il faut traiter la théologie pratique davantage de manière
descriptive et inductive que de fa on systématique et deductive La condition
pour influencer avec rigueur et efficacité les cercles chrétiens et non-chrétiens est
avoir une connaissance réelle de la vie religieuse actuelle au sein et extérieur
des glises implantées Cela exige une présentation et une description de la vie
religieuse présente reliée son devenir historique et sur la base une analyse
psychologique rigoureuse du caractère populaire et des types collectifs et indivi
duels auxquels ecclésiastique affaire importance de cette nouvelle branche
de la théologie pratique on pourrait appeler pour faire court ethnologie
religieuse sera de plus en plus reconnue 56 Influencé par Troeltsch lui-
même Bousset forgea plus tard la formule La théologie se propose de mettre la
piété en contact avec la vie humaine quotidienne en tout temps et en tout lieu
elle le devoir de relier la religion et la vie du peuple une génération don
née 57 de son côté Rade voyait la piété davantage implantée comme
manifestation vivante de la religion tant dans le monde chrétien que dans
glise 58 de même comme tâche de la théologie pratique Baumgarten
proposait elle établisse un pont vivant entre la théorie de la religion et la
pratique ecclesiale 59 et la théorie de la piété devait figurer comme élément
liant principal 60)
Dans toutes ces positions le mot piété désigne une figure religieuse qui
dans sa reprise théologique exigeait aussi et avant tout usage de catégories des
sciences psychologiques et sociales Néanmoins rarement ces ambitions décla
rées dépassent le statut des ux et pour la plupart les essais plutôt élémentaires
qui virent le jour apparurent probablement Troeltsch comme des tentatives
inutilisables et une naïveté touchante Troeltsch sut reprendre son compte la
propension de ces essais théologiques observation théorique de la culture et de
la société et il réussit lier et synthétiser leur diversité mais une manière très
supérieure eux Ce qui fit de Troeltsch un classique de la sociologie religieuse ce
est pas seulement avoir repris dans la thématisation de la piété le fil une
pertinence universelle et structurelle pour la théologie en général est plus
encore son originalité pour en faire ressortir les implications comme chez Max
Weber est aussi sa capacité intégrer dans une conception globale de la société
moderne où glise religion et piété ont leur place théorique Troeltsch ne voulait
pas seulement mettre en évidence la diversité des formes de piété nées de la
symbiose entre religiosité chrétienne un côté psychologies individuelles et
société de autre mais bien en élucider les conditions historiques et sociales ce
qui exprime dans des formes de piété si diverses En ce sens il avait pas
traiter seulement organisation de la société moderne travers ses effets sur la
religion mais en faire également en soi un objet analyse théologique Nul
doute Troeltsch allait aussi bien plus loin que la tradition où il venait ou que
celle inaugurée par lui ses yeux la conception spéculative de la connaissance
de la société selon Schleiermacher Rothe Ehrenfeuchter avait largement perdu
son crédit scientifique tandis que orientation en réalité purement apologétique
des disciples de Ritschi mettait en question la crédibilité et efficacité de la
théologie pratique 61 Troeltsch était aussi éloigné une spéculation abstraite
que un pragmatisme étriqué sa propre théorie culmine dans la reconversion
81 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
radicale de la théologie en science 62) une science telle la théologie se
trouve intrinsèquement liée une connaissance sociologique de la religion et
autre part cette science pourrait devenir un des berceaux de la sociologie
religieuse classique qui apparaîtrait éventuellement comme un prolongement de
la théologie avec autres moyens
Les motivations éthiques et pratiques de Troeltsch pour une reconstruction
authentique de la théologie 63
La nouvelle conception théologique de Troeltsch tire avant tout les consé
quences de la distinction moderne entre religion vivante et théologie refle
xive 64 elle tente de délimiter leur validité dans leur domaine respectif 65
Elle vise ainsi faire obstacle autant une fusion une séparation qui ne
correspondraient ni la réalité de la religion comme science et ni celle de la
religion comme pratique pieuse La est la piété simple et pratique des
convictions et de la vie 66 elle est pas produite ni ne doit être étayée par
une dogmatique un système une science ou une idéologie 67 Elle sa
validité propre pour cela tandis que la théologie est exonérée être immédia
tement et sans plus sa formulation théorique exacte Ainsi la place était libre
pour une science travaillant sur des bases totalement nouvelles 68 Elle se
constituerait selon ses règles propres et aurait plus se prémunir contre la
connaissance scientifique commune opposer aliénation de la religion
dans la théologie et dans la dogmatique de glise 69) telle est la fonction de
leur distinction elle permet autre part la réélaboration scientifique de la
théologie partir de ces prémisses la de la théologie ac
complit travers la structuration de ses propres modalités comme science
historique de la religion travers celle de sa signification pratique comme
prééminence de éthique au sein de la théologie et enfin dans celle du contenu
concret de son savoir grâce introduction de la sociologie dans la pensée
théologique
Une théologie qui se soumet la recherche honnête et scientifique de la
vérité 70 cherche des arguments accessibles au débat cou
rant 71 Ce postulat paraît autant plus impératif Troeltsch une science
relativisant histoire et comme les sciences de la nature vouée immanence est
devenue idéologie dominante rempla ant la religion et la théologie 72) et ce
dans un climat culturel où régnent les certitudes autonomes libérées de la
tradition 73 La science est devenue le creuset de toute vision du mon
de 74) et donc une des médiations qui fa onnent la conscience pieuse La
théologie doit rendre plausible la coexistence entre la piété traditionnelle et
orientation scientifique de la pensée qui ne cesse de progresser qui découle de
évolution globale des choses 75 et prouver que cette compatibilité
toujours été le nerf vivant et la tâche spécifique de toute théologie 76 est
seulement en se comprenant ainsi et si elle réussit concilier intimement la
science et la vie 77 que expérience chrétienne aura des effets dans la
condition moderne 78)
Dans le contexte une culture de plus en plus scientifique cette histori-
cisation radicale de la théologie est placée chez Troeltsch sous le signe décisif
une relation nouvelle avec la vie ordinaire 79 Elle fait culminer la théo
logie dans éthique 80) une éthique où le projet de réélaboration consiste
82 LA PI COMME NORME
surmonter histoire grâce histoire et établir les bases une action
créatrice nouvelle 81 partant de là cette historicisation exerce aussi son
influence sur la visée principale de éthique éthique est devenue indépen
damment de la dogmatique et de son opposition elle une science universel
lement reconnue ayant pour objet la vie concrète des hommes 82 Ainsi idée
de vie globale constitutive pour les attitudes pieuses trouve son fondement de
moins en moins dans le dogme et de plus en plus dans attitude morale et sa
ressaisie théologique ne peut rendre compte de ce changement en convertis
sant la dogmatique en éthique 83)
Une telle entropie une conséquence dans intérêt éthique est
principalement histoire qui devient la genèse du présent 84 car le but
ultime de toute Historié est toujours de comprendre le présent Elle est
en effet la globalité de notre expérience humaine. Silencieusement toute recher
che historique travaille avec ces paramètres 85 Une théologie acceptant
histoire sert donc la visée de faire apparaître clairement la situation spirituelle
et pratique du présent avec ses véritables aspirations fondamentales 86
Leur parfaite compréhension est nécessaire pour fa onner neuf notre vie
religieuse 87 Ainsi la théologie qui se tourne vers le champ expériences
sociales de la religion résulte de intérêt actuel pour les conditions émergence
de la piété dans ses formes complexes on aura ainsi les ingrédients pour des
figures venir dont on pourra assumer la responsabilité éthique
Ces figures venir ne résulteront pas simplement de la logique théorique
de la pensée ou de la conviction mais de logiques nées des conditions qui
éveillent la pulsion de changement et de renouvellement 88 Les
ce sont les tendances qui définissent proprement nos sociétés un capitalisme
entreprises industrielles et une bureaucratie tat organisée sur un mode
militaire et hiérarchique grâce elles empire de Guillaume fait en
espace une génération le bond un Etat agraire un tat industriel et ce au
prix de tensions spirituelles et psychique graves de perturbations mêmes la
conséquence nécessaire en était écart typique entre valeurs traditionnelles et
exigences de la modernité 89 Cette expérience devait poser durablement la
question des rapports entre conditionnements ideéis et réels au sein de la société
est la question des rapports entre idées et institutions entre individu et la
structure entre religion et société elle exprime dans des transpositions
diverses la fondamentale de la sociologie 90 La réflexion systéma
tique de Troeltsch porte avant tout sur les conditions de possibilité et les chances
de réalisation dans la société moderne une piété vivable compris dans la
différence évidente entre ses formes enseignées dans la dogmatique ou organisées
dans glise est objet une théologie nourrie de réalité avec une perspective
sociologique car pour Troeltsch la connaissance sociologique pas autre
contenu que les présupposés pour ressaisir les processus historiques toujours
déterminés par le contexte social ou comportant des priori et des effets sociaux
il en va de même pour les valeurs culturelles toujours prédéterminées socia
lement dans leur émergence leurs formes et leurs effets 91 Avec la conception
troeltschienne essentielle une théologie soucieuse de médiations pour être
plausible le thème central de la perception de la piété de sa conception théorique
du monde comme de son éthique pratique de ses formes de savoir comme de ses
manifestations dans la société moderne au-dedans comme en dehors de la
théologie et de glise ce thème donc exige une démarche méthodologique
nouvelle la sociologie appliquera aux côtés de éthique et de histoire comme
une nouvelle manière de voir 92) et ce pour des raisons de principe Ces rai-
83

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin