Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Gsrl programme laïcisation des mœurs,

3 pages
Publié par :

Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 202
Signaler un abus
Programme 7.Groupes religieux minoritaires, « sectes » et société (responsable : Patrice Rolland)
Problématique
Le phénomène social que constitue ce qu’on appelle ordinairement «sectes »et que les sociologues préfèrent décrire comme « nouveaux mouvements religieux » ou « groupesreligieux minoritaires», continue de poser de nombreuses questions. La perception sociale du phénomène est en France généralement négative ou méfiante. Ce n’est pas le cas dans tous les pays et ce fait mérite attention et explication. Il était donc utile de continuer, après les travaux de Martine Cohen et Françoise Champion, à examiner les rapports de la société française et de l’État à ces «sectes ».Ceci conduisait à s’intéresser aussi bien aux représentations sociales, souvent stigmatisantes, qu’aux problèmes de la régulation sociale et juridique du religieux. On devait continuer d’approfondir l’analyse des motifs de cette stigmatisation en France parce qu’ils représentaient un cas plutôt rare par rapport aux autres États européens et aux États-Unis. Le projet voulait préciser les éléments du débat politique sur les sectes par comparaison avec le débat scientifique et faire ressortir les causes d’un malentendu ou de manipulations des scientifiques lorsqu’ils intervenaient dans le débat social ou politique. Quelle position reste possible pour l’expert sur des sujets comme celui-ci? L’autre aspect du projet était de poursuivre l’analyse sociologique de ces groupes religieux minoritaires. La stigmatisation dont ils sont souvent l’objet ne garantit pas vraiment une connaissance exacte. On devait donc continuer les enquêtes de terrain sur leurs idées, leurs pratiques et leur évolution.
Fonctionnement et résultats
L’activité de ce programme a essentiellement consisté en un séminaire régulier (15 séances entre 2002 et début 2005) qui a permis, soit à de jeunes chercheurs doctorants, soit à des chercheurs confirmés d’exposer l’état de leur recherche sur ce thème, et qui a attiré des participants bien au-delà des membres du programme. Il n’a pas été organisé de colloque par le groupe même si l’un ou l’autre chercheur a participé à des colloques ou réunions sur les sectes dans d’autres enceintes. Le programme avait choisi dans un premier temps de se partager en deux groupes différents : «Médecine, sectes et guérisons» et «Sectes :débat scientifique/débat politique ».Cette subdivision n’a pas subsisté à l’usage et les deux groupes ont spontanément pris l’habitude de se réunir ensemble. Les exposés ont été largement tributaires des recherches des doctorants qui ne correspondaient pas entièrement aux axes qui avaient été initialement indiqués. On peut les diviser en deux grandes catégories : des enquêtes de terrain (les Églises évangéliques de Pentecôte à Besançon et à Mulhouse; religion et SIDA; les effets
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin