Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'ascétisme dans la civilisation suméro-sémitique - article ; n°1 ; vol.18, pg 27-34

De
9 pages
Archives des sciences sociales des religions - Année 1964 - Volume 18 - Numéro 1 - Pages 27-34
8 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

R. Largement
L'ascétisme dans la civilisation suméro-sémitique
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 18, 1964. pp. 27-34.
Citer ce document / Cite this document :
Largement R. L'ascétisme dans la civilisation suméro-sémitique. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 18, 1964.
pp. 27-34.
doi : 10.3406/assr.1964.1766
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0003-9659_1964_num_18_1_1766TISME DANS LA CIVILISATION ASC
SUM RO-S MITIQUE
de Au informa les Croissant formulaires pays écriture que LA histoire activité Israël complexe Proche-Orient tratives phénicienne employaient demeura politique ils sémitiques souvent modifier ordre devaient membres Mésopotamie IIe envahisseurs Au la Cette Les de qui civilisation réflexion millénaire pratique toujours rivales cours Sumer comme la celle Aussi et souverains intellectuels langue sumérienne Fertile échelonnent de ligne juridiques la et en de la cananéenne de fois plupart et des outre qui celle-ci entre cette revêtue religieuse première au des et toujours nécessaires av propageaient qui ces suméro-sémitique idéographique envahisseurs en étendait sens et constructions J.-C lesquelles étaient société suméro-akkadienne trois guerroyer et rédigeaient entre fournit-elle Mésopotamie les un philosophique sur administratifs dynastie possédait de elle princes millénaires leurs Canaan plus étaient caractère les leur de eux ils était en et sans Kis qui scribes de la évolution portes toujours avaient même devaient des syllabique régnaient nous tellement fin méridionale principalement Babylone trois souche au correspondance cesse devint du technique cette scribes de IIe golfe 80 apparaît temps terme est souvent la pendant millénaires pour antiquité fragiles se millénaire sur civilisation sumèro-akkadienne connue maîtrise absorbés Persique sur versés absorbait mirent des spécialiser la laquelle défendre mais accentué des documents du tout et les sumérienne pu dans par diplomatique un mal la chaque Elle principautés accalmies implanter du une au civilisation des terme rayonna leurs récriture dans les été en Tigre cours eut maintenir système bonne véhiculée réformes tâches documents principauté cunéiformes ce frontières entée la pour Les sens la guerrières de rédaction le sur part et Euphrate chez de domination sumérienne disparates matérielles souverains la écriture sa centre que sumérien par adminis la tout religion de longue langue contre eux paix écrits cette syro- tous sont leur de ils et le
27 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
La grande masse de la population était occupée agriculture La plaine
alluviale de Mésopotamie est fertile mais exige des travaux irrigation impor
tants et incessants pour produire orge et les dattes qui constituaient dans
antiquité les éléments de base de alimentation de ses habitants
Dans une civilisation ainsi éprise efficacité la religion conserva une forme
principalement magique centrée sur des rites permettant exercer sur la divinité
une pression physique et contraignante pour obtenir la vie et ce qui est nécessaire
pour entretenir
Si on définit ascèse comme une application la pratique des plus hautes
vertus par exercice de la volonté par des privations etc. Larousse ency
clopédique) ou plus matériellement comme le genre de vie de celui ou de celle
qui se livre par piété des mortifications Dictionnaire de Académie) il est clair
il pas de place en Mésopotamie ancienne pour une ascèse proprement
dite car la vie quotidienne absorbait toutes les disponibilités de individu
Cependant la religion suméro-akkadienne comportait un certain nombre
de restrictions aux activités normales de homme et celles-ci ont été en usage
dans tout le Proche-Orient aussi leur exposé est-il utile au début une recherche
sur ascétisme Il sera divisé en deux parties la première concernant certaines
pratiques de la religion suméro-akkadienne et la seconde les transformations que
leur fait subir en Israël la religion de Yahweh
LES RESTRICTIONS AUX ACTIVIT DE HOMME DANS LA CIVILISATION SUM RO-
AKKADIENNE
Les principales privations auxquelles doit se soumettre le Mesopotamien
sont énumérées sous forme de calendrier par jour les hémérologies et par mois
les ménologies Ces documents sont rédigés principalement intention du
roi mais comme le prouvent certaines de leurs dispositions qui ne peuvent con
venir au monarque ils adressent travers lui tous les gens de Entre-deux-
fleuves
Les restrictions de nourriture
Les restrictions de nourriture sont fréquentes elles sont parfois totales
Au 7e jour du mois de teSrit il ne mangera rien du tout 2)
Les derniers jours du mois les jours sans lune exigent parfois le jeûne
absolu et il peut écouler deux jours-et-demi trois jours entre la disparition
de la lune et sa réapparition Une lettre relate les difficultés un roi dans de telles
circonstances
Un jour est passé depuis que le roi jeûne il pas mangé un morceau
quand questionne-t-il Ce jour encore le roi ne mangera pas aliments
le roi est un pauvre ce que soit vu au début du mois le dieu Sin
la lune)
Laisse-moi ai-je pas assez attendu est le début du mois Je veux
Les principaux ont été publiés par LABAT Hémérologies et ménologies Assur
Paris 1989 Les traductions des textes cités sont empruntées cet ouvrage
LABAT op cit. 179
28 ASC TISME DANS LA CIVILISATION SUM RO-S MITIQUE
manger des aliments je veux boire des vins Est-ce que par hasard astre que
ai aper et que vous dites être Jupiter ne serait pas la lune Toute une année
avenir le roi pourra réclamer des aliments Mais est avec notre conscience
que nous parlons et que nous avons imposé ce jeûne au roi 3)
Le plus souvent ces restrictions sont partielles certains jours le roi peut
manger des mets ordinaires pour se nourrir niais il doit abstenir de viandes de
uf de mouton et oiseaux des légumes de choix ail oignon et le poireau
ainsi que des poissons il doit même parfois éviter tout ce que le feu touché
Ces mêmes documents précisent les raisons de ces restrictions ali
mentaires
Au mois de teSrit le 1er jour.
il ne mangera pas ail un scorpion le piquerait
il ne mangera pas oignon il aurait oppression de ur
il ne pas de loir interdit Enlil il éprouverait un malheur
Le 2e jour il ne mangera pas oignon dans sa famille un vieillard mour
rait
il ne mangera ni fenouil ni cresson il aurait hostilité contre lui
il ne pas de viande cuite il se couvrirait de lèpre
il ne mangera ni chair de uf ni chair de chevreau ni chair de porc il aurait
mal au front
Le 4e jour il ne mangera pas de dattes ses dents branleraient 4)
Restrictions diverses
Parfois certaines restrictions sont apportées au commerce avec les femmes
Le 6e jour de teSrit il ne approchera pas une femme cette femme lui
enlèverait sa force virile 5)
Le 13e jour du mois de nisan est consacré au dieu Sin il prenne femme
ce jour-là son ur ira pas bien elle lui enlèverait sa force virile 6)
autres restrictions sont plus étonnantes
Le jour de tesrii il entrera pas au bain la malédiction emparerait
de lui
il entrera pas dans les lieux aisance le dieu de la fièvre le frapperait 7)
Bien autres interdits plus anodins frappent le Mesopotamien il doit
parfois éviter de sortir de traverser un canal on en rencontre chaque pas en
Mésopotamie méridionale) de séjourner dans un jardin dans un marécage dans
un pâturage de vendre acheter etc
Ibid. 21 et LABAT Le caractère religieux de la royauté assyro-babylonienne
Paris 1989 819
LABAT Hémérologies op cit. 169-71
Ibid. 178 57
Ibid. 173
29 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
Certains jours même tant activités sont interdites que le Mesopotamien
semble en fait condamné inactivité absolue au 7e jour de tesrii il en est
réduit se taire et rester silencieux dans sa demeure il est affirmé aussi
que certain jour ne convient pas pour réaliser un désir ainsi le 1er jour du
mois de nisan ou le 7e jour du même mois 10 le 21 du mois de kisilimmu
est un jour dangereux pour entreprendre quoi que ce soit 11)
Les jours les plus dangereux pour les activités diverses sont les 1er
14 19 21 28 29 et 30e de chaque mois les 29 et 30 sont ceux où la lune et le
dieu Sin elle représente est absente du ciel les 1er 14 21 et 28e ceux des
changements de phases de la lune un mot ceux où le dieu lunaire des préoccu
pations personnelles qui empêchent assister les hommes dans les gestes qui
exigent sa coopération pour être menés bien Les 9e et 19e jours sont consacrés
la déesse Gula mais nous ignorons la raison qui rendait ces jours particulière
ment dangereux
Ces règles théologiques et quelques autres du même genre établies les détails
des restrictions imposées ces jours-là et leur extension autres jours sont
déterminés souvent par les constatations empiriques des devins qui ont remarqué
une ou plusieurs fois que usage de tel aliment telle démarche telle action parti
culière été suivie de telle conséquence fâcheuse
Ces interdits divers sont évidemment plus proches des tabous magiques que
de véritables pratiques ascétiques
Le célibat
En Mésopotamie un certain nombre de femmes étaient vouées au célibat
Celles-ci étaient recrutées dans toutes les classes de la société on trouve leur
tête des filles de rois 12 et dans leurs rangs des fuies des hommes libres les
plus humbles Elles constituaient une classe particulière et vivaient dans des
sortes de cloîtres Ceux-ci possédaient une véritable puissance économique car
ils étaient pourvus de biens fonciers considérables que ces femmes géraient elles-
mêmes Chacun des membres de la communauté jouissait en outre personnelle
ment de la plénitude des droits juridiques des Mesopotamiens et pouvait posséder
et administrer sa convenance ses biens souvent très importants
Ces femmes étaient réparties en différentes catégories dont les statuts et les
fonctions étaient divers 13 Leur obligation essentielle était de rester inféconde
nadUum) de ne pas avoir enfant pour cela elles devaient demeurer célibataires
était des femmes sans hommes Elles pouvaient cependant avoir commerce
avec les hommes et certaines entre elles étaient de véritables prostituées
Ces personnes étaient consacrées aux dieux qadistum Leur maîtresse la
grande prêtresse était au sens propre du terme épouse du dieu Nin dingir ra
Les dieux mésopotamiens étant nombreux nombreuses aussi étaient leurs épouses
si bien que la plupart de ces femmes partageaient ou pouvaient partager un
titre ou un autre la chambre du dieu Le pictogramme qui les désignait primitive-
Ibid. 175 51
10 Ibid. 55
11 24
12 DHORME in Revue ïAssyriologie XI 1914 105
13 G.R VEK et J.C MILES The Babylonian Laws Oxford 1956 858 sv
80 TISME DANS LA CIVILISATION SUM RO-S MITIQUE I/ASC
ment semble indiquer elles participaient aux prérogatives et la puis
sance divine elle-même
Leurs fonctions religieuses étaient ordre rituel elles jouaient leur rôle
dans les hiérogamies principalement dans celle du Nouvel Elles enfantaient
alors avec le dieu la vie du cosmos pour année qui commence elles étaient des
génitrices divines Les rites auxquels elles devaient se plier variaient ailleurs
avec les temples et les époques
On con oit dès lors pourquoi lorsque une elles surtout la grande prê
tresse épouse en titre du dieu enfantait un fils homme cette naissance était
cause de catastrophes imminentes un présage annonce dans ce cas que les
sanctuaires de la sublime Eridu effondreront la muraille de la cité sera
détruite 14 Une partie de la puissance génitrice de la femme était soustraite
enfantement de la vie du cosmos efficience du rite en était diminuée autant
La vie cosmique était amoindrie pendant toute année nouvelle les femmes
étaient moins fécondes les accouchements moins faciles les avortons et les
monstres plus nombreux le croît du bétail en était diminué et les récoltes moins
abondantes Par contre enfant né dans de telles conditions attirait sur sa per
sonne une virtualité divine particulièrement intense et devenait un surhomme un
demi-dieu Gilgames le héros le plus connu de la Mésopotamie était aux deux tiers
divin parce il était le fils de la déesse Ninsun et du grand prêtre de Kullab un
quartier Uruk peut-être la divinité urukienne exigeait-elle un célibat masculin
Sargon le fondateur de la dynastie Akkad la première dynastie sémitique de la
Mésopotamie était né une grande prêtresse il en était de même de Nabonide
le dernier roi de empire néo-babylonien
Sans doute un tel célibat était-il essentiellement rituel et reste très loin de la
virginité chrétienne il comporte cependant une véritable consécration des puis
sances sexuelles de la femme la divinité
La pratique de humiliation
La pratique de humiliation fut toujours rare parce que difficile surtout
pour les souverains Le rituel de Babylone pour la fête du Nouvel en impose
au roi un exemple très caractéristique 15)
Au cinquième jour de la cérémonie le roi se présente la porte du sanctuaire
de Bêl-Marduk le grand dieu de Babylone Le grand prêtre sortant du lieu saint
dépouille le souverain de ses insignes royaux il lui prend des mains le sceptre
symbole de sa puissance politique le cercle symbole de ses pouvoirs magico-
religieux la masse armes symbole de sa force guerrière il enlève de sa tête la
tiare royale porte tous ces objets dans le sanctuaire et les installe sur des tabourets
devant la statue divine
Le roi est plus alors un simple mortel comme tel il.doit souffrir le
grand prêtre sort de nouveau du temple il frappe la joue du roi lui tire les oreilles
ce il en verse des larmes si le royal patient ne pleurait pas ce serait
un présage néfaste pour année qui vient Le grand prêtre fait alors agenouiller
le souverain et le laisse dans cette posture humiliante
Le rituel ne précise pas la durée de cette prostration le souverain pendant ce
14 Ch VIBOLLEAUD ctstTologie chaldéenne Paris Adad
15 THUKEAU-DANGIN Rituels accadiens 1921 144
31 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
temps récite des pausmes de confession dans lesquels il passe en revue tous les
actes mauvais il aurait pu commettre consciemment ou inconsciemment
pour déclarer ailleurs il ne en est pas rendu coupable
la suite de quoi le grand prêtre chante sur lui des psaumes de pardon et
humiliation du roi se termine en attendant que plus tard dans la cérémonie il
soit acclamé et intronisé de nouveau comme roi en même temps que son dieu
définitivement vainqueur de ses ennemis
Sans doute agit-il là une cérémonie mais ce rite est destiné faire parti
ciper le roi aux humiliations des dieux de ordre leurs difficultés avant leur
triomphe sur les puissances de désordre par elles le roi est mis en communion
avec eux et cette attitude ne manque pas une véritable grandeur
LES RESTRICTIONS AUX ACTIVIT DE HOMME DANS LA BIBLE
La civilisation cananéenne de la Palestine et sa religion étaient une adapta
tion en plus grossier et en plus rude de celles de la Mésopotamie comme en
témoignent les documents trouvés Ugarit Si la religion de Yahweh telle elle
nous apparaît dans la Bible se présente comme une réaction incessante contre le
caractère magique de la religion ambiante elle néanmoins assumé un très grand
nombre de ses principes dans toute la mesure possible elle les dépouillés de leur
aspect magique les sublimés et leur conféré un sens nouveau en conformité
avec la religion de prières exigeait Yahweh
Les restrictions de nourriture
Les Hébreux devaient jeûner est-à-dire abstenir de toute nourriture au
grand jour de Expiation Yôm kippûr) du ti ri au soir au 10 au soir mois de
équinoxe de septembre Lèv. XXIII 32 Pendant et après Exil quatre autre
jeûnes furent institués en souvenir des principaux événements de la destruction
de Jérusalem le 1er du quatrième mois Zach. VIII 19 Jer. XXXIX 2)
le 10 du 5e mois Zach. le du 7e mois Zach. VII enfin le 10
du 10e mois Zach. VIII 19 Au temps Esther et de Mardochée un nouveau
jour de jeûne fut ajouté le jour de la fête des Pourim le 13 adar Esth. IX 17
32)
Ce jeûne qui est désigné en hébreu comme une mortification une exténuation
des forces vives de homme est destiné obtenir le pardon des péchés par une
propitiation devant Yahweh Lev. XXIII 28)
Beaucoup autres restrictions alimentaires étaient imposées aux Israélites
une manière générale le Lévitique leur interdit de manger le sang des animaux
Vous ne mangerez non plus de sang aucune fa on ni oiseau ni de bétail
en quelque lieu que vous habitiez Quiconque mangera de importe quel sang
sera retranché de son peuple Lèv. VII 26-27 Ils doivent abstenir aussi
dans certaines circonstances du moins de la graisse des quadrupèdes domesti
ques Quiconque mangera de la graisse un animal on peut offrir en
sacrifice par le feu Yahweh sera de ce fait retranché de son peuple Lèv.
VII 25)
Les codes hébreux introduisent en outre pour les animaux la distinction
en pur et impur les purs peuvent être consommés et les impurs doivent être en
abomination Israël Voici les animaux dont vous pourrez manger parmi les
bêtes qui sont sur la terre tout ce qui la corne fendue et le pied fourchu et qui
rumine vous pourrez en manger Lèv. XI 2-3 De tous les animaux qui sont
dans les eaux vous pourrez manger tout ce qui nageoires et écailles Lèv.
32 I/ASC TISME DANS LA CIVILISATION SUM RO-S MITIQUE
XI Parmi les oiseaux tous les petits animaux ailés marchant sur quatre
pattes vous seront une abomination Lèv. XI 20 enfin Tout petit animal
qui rampe sur la terre est une abomination on en mangera point Lèv. XI
41)
Des considérations théologiques sont origine des défenses concernant le
sang et les graisses pour le Palestinien la vie de toute chair est dans son sang
Lèv. XVII 14 et toute vie appartient Dieu vous ne mangerez point de chair
avec son âme Gn. IX La graisse est élément essentiel offert en sacrifice
Yahweh parce que les animaux gras sont seuls dignes de lui et la défense con
cernant la graisse pour but éviter aux propriétaires des troupeaux la tentation
de réserver pour eux ces
Quant aux multiples défenses absolues et en tous lieux concernant la con
sommation de telle ou telle variété animaux elles se présentent tout différem
ment des interdits suméro-akkadiens portant sur telle ou telle variété de nourriture
des jours déterminés Sans doute subsiste-t-il en Israël des vestiges de certains
tabous anciens mais les interdits israélites se présentent comme des précautions
hygiéniques élevées au rang de pratiques religieuses
En outre on constate que certaines restrictions sont motivées dans le
Yahwisme par le fait que dans la religion cananéenne usage de cet aliment
avait valeur magique la cuisson de agneau dans le lait de sa mère est ordonnée
ugarit et interdite en Israël il en est de même de la défense de consommer tout
animal rampant symbole du dieu de la fécondité dont le culte doit être en
abomination en Israël
Le sabbat
Le sabbat des Hébreux qui exige absence de toute activité les 14 21 et
28e jours de chaque mois est la réplique matérielle des restrictions mésopota-
miennes Le sens de ce repos est indiqué dans le Livre de Exode Ne manquez
pas observer mes sabbats déclare Yahweh Moïse) car est entre moi et vous
un signe suivant vos générations pour savoir que moi Yahweh je vous sanctifie.
entre moi et les fils Israël est un signe perpétuité car en six jours Yahweh
fait les cieux et la terre mais au septième jour il chômé et respiré Ex.
XXXI 13-17 Le caractère particulier donné ce jour par la loi israélite se
manifeste par des différences dans le libellé même des interdits en Mésopotamie
le repos absolu est devenu tel par accumulation de défenses origines diverses
En Israël le repos doit être absolu en raison du sens même donné ce jour Dans
la religion de Yahweh le repos sabbatique est requis pour permettre homme
assumer dans sa vie sa ressemblance avec Dieu
Le célibat
Yahweh pas épouse est une des caractéristiques essentielles qui le
distingue des Baals cananéens Pourtant des femmes jeunes et célibataires lui
étaient consacrées dans le temple de Jérusalem les alamoth Elles participent
au service du temple surtout aux processions solennelles où elles chantent et
jouent des instruments
Si Yahweh pas épouse il est cependant époux Israël cette union de
Yahweh et de son peuple était célébrée par des rites est du moins explication
la plus satisfaisante de certain psaume VL et du Cantique des cantiques où la
fiancée du roi bien-aîmé est précisément une des alamôth
La prostitution sacrée jamais été institutionnelle dans le temple de
33 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
Jérusalem mais elle fut souvent pratiquée La mise au monde un enfant mâle
par une almak été considérée par Isaïe comme un présage extrêmement funeste
pour avenir immédiat mais le prophète prédit en même temps les plus hautes
destinées enfant né dans ces conditions
La pratique des humiliations
Comme les souverains mésopotamiens le roi Israël devait humilier lors
des calamités publiques Le psaume LXXXIX 39 ss semble refléter une cérémonie
analogue celle qui se déroulait Babylone le 5e jour de la fête du Nouvel An
On se lamente en effet en ces termes
Et toi Yahweh Tu as rejeté et méprisé
Tu es emporté contre ton Oint
Tu as repoussé Alliance avec ton serviteur
Tu as profané terre son diadème..
Il est devenu un opprobe pour ses voisins
Tu as retourné le tranchant de son glaive
Tu as enlevé le sceptre de sa main
et Tu as renversé son trône terre
La différence entre attitude du souverain de Babylone et celle du roi Israël
apparaît bien en comparant les deux confessions royales tandis que le patient
babylonien clame sa parfaite innocence une parole qui la lui confère Oint de
Yahweh humilié confesse la multitude de ses péchés espérant par là en obtenir
de Dieu le pardon
Aie pitié de moi Elohim selon ta bienveillance
Selon ta grande miséricorde efface mes désobéissances
Lave-moi complètement de ma faute
et de mon péché purifie-moi
Oui expérimente mes désobéissances
et mon péché est constamment devant moi
contre Toi contre Toi seul ai péché
et ai fait ce qui est mal tes yeux Ps. LI 3-6)
Dans le contexte de la religion Israël les restrictions déjà imposées au
Mesopotamien dans le cadre une religion principalement magique ont donc
revêtu quelquefois une forme nouvelle et toujours un sens nouveau conforme
la religion de prière exigeait Yahweh de ses serviteurs Dans ce cadre elles
acheminent vers la forme ascétisme que le christianisme assumée
LARGEMENT
Ecole Pratique des Hautes Etudes
84