Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'oraison enseignée par un capucin du XVI siècle

De
5 pages

L'oraison enseignée par un capucin du XVI siècle

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 124
Signaler un abus
1
L’oraison enseignée par un capucin du XVI
e
siècle
La pratique de l’oraison mentale
,
de Matthias Bellintani de Salo
Conférence
donnée par frère Pio Murat en 2008
sur l’ouvrage de Matthias de Salo,
figure marquante des premières décennies de l’Ordre capucin. Publiée pour la
première fois en 1573,
La pratique de l’oraison mentale
a connu un immense succès
et plusieurs rééditions. Saint François de Sales en recommandait la lecture.
En commençant cet exposé permettez-moi de citer un passage d’Henri Bremond, dans « l’Histoire
du sentiment religieux en France » : : «
Capucins, jésuites ne présentent en réalité que les aspects
divers d’une seule et même force, à savoir, cette impulsion mystérieuse, massive, invincible qui, dès
avant le Concile de Trente, poussait le catholicisme moderne, non pas d’abord à la réforme de
quelques abus séculaires, mais bien à une pratique plus intense de la prière intérieure, de l’oraison
sous toutes ses formes. D’une même ardeur, bien que selon des méthodes différentes, jésuites et
capucins prêchent l’oraison à tous, laïques aussi bien que religieux ; ils la présentent comme le
pivot essentiel de toute vie sérieusement chrétienne ; ils écrivent des livres sans nombre pour en
faciliter la pratique, favorisant ainsi l’éclosion des grâces plus hautes et proprement mystiques
»
1
.
Le Père Matthias Bellintani de Salo est incontestablement un des représentants de ce contexte du
XVII
ème
si bien décrit par Bremond. Sa vie et son action nous intéressent particulièrement, car le
Père Matthias est non seulement un témoin privilégié des premières générations de Capucins, mais
aussi un des artisans de l’implantation de l’Ordre en France.
Lorsque les premières Constitutions de l’Ordre des Capucins – celles dites de Saint Euphémie -
furent approuvées en 1536, Matthias Bellintani – Paolo dans le siècle – avait deux ans. Il est né à
Gazzano en Italie, près du lac de Garde. Il entra en religion, le 4 octobre 1551. Avant d’être
ordonné prêtre, il fit des études solides sous la direction du Père Jérome de Pistoia, scotiste de
renom à Naples. Et ensuite auprès du Père Jérôme de Montéfiore un autre éminent scotiste à Rome.
Au cours de se études il apprit aussi parfaitement le Grec et l’hébreu. Sa formation terminée, les
supérieurs le nomment très vite lecteur. Il enseigne la logique et la théologie dans différents
scolasticats Foligno, Brescia, Bergame.
Reconnu comme un théologien et un excellent orateur, le Père Matthias sillonnera les routes de
l’Italie pour pêcher la Parole de Dieu. Sa renommée le conduit en France – il prêchait parfaitement
en français – en Bohême et en Autriche. Tout en à poursuivant la prédication il se voit confier des
responsabilités au sein de l’Ordre. Tours à tours gardien, provincial, définiteur général, sur la
demande expresse de saint Laurent de Brindes, alors ministre général – il est chargé d’implanter de
l’Ordre
en Bohème.
En 1575, le Père Matthias est nommé comme commissaire général en France. «
Saint Charles
Borromée qui l’avait en haute estime le munissait à cette occasion de lettres de recommandation
pour Henri III et le nonce du pape à Paris. Bien accueilli à la cour, il s’acquitta avec succès de sa
mission et obtint des lettres patentes du roi confirmant celles de son prédécesseur Charles IX et les
donations de sa mère Catherine de Médicis. Il gagna aussi aux capucins, les faveurs de l’évêque de
Paris, Pierre de Gondi, jusque-là peu favorable aux capucins
»
2
. Sa mission en France dura trois
ans mais elle a été déterminante pour la suite.
1
Henri Brémond,
Histoire littéraire du sentiment religieux
, II, 136-137.
2
P. Ubald d’Alençon, « Matthias Bellintani de Salo »,
Dictionnaire de la France Catholique
.