Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 14,99 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

LA BIBLE
TRADUCTION OFFICIELLE LITURGIQUE
Texte intégral publié par les évêques catholiques francophonesRECHERCHE
ANCIEN TESTAMENT
Gn
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50
Ex
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40
Lv
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27
Nb
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36
Dt
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34
Jos
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Jg
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
Rt
1 2 3 4
1 S
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
2 S
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
1 R
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22
2 R
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
1 Ch
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29
2 Ch
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36
Esd
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Ne
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Tb
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Jdt
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Est
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 M1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
2 M
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
Jb
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42
Ps
1 2 3 4 5 6 7 8 9A 9B (hébr. 10) 10 (hébr. 11) 11 (hébr. 12) 12 (hébr. 13) 13 (hébr. 14)
14 (hébr. 15) 15 (hébr. 16) 16 (hébr. 17) 17 (hébr. 18) 18A (hébr. 19) 18B (hébr. 19) 19
(hébr. 20) 20 (hébr. 21) 21 (hébr. 22) 22 (hébr. 23) 23 (hébr. 24) 24 (hébr. 25) 25
(hébr. 26) 26 (hébr. 27) 27 (hébr. 28) 28 (hébr. 29) 29 (hébr. 30) 30 (hébr. 31) 31
(hébr. 32) 32 (hébr. 33) 33 (hébr. 34) 34 (hébr. 35) 35 (hébr. 36) 36 (hébr. 37) 37
(hébr. 38) 38 (hébr. 39) 39 (hébr. 40) 40 (hébr. 41) 41 (hébr. 42) 42 (hébr. 43) 43
(hébr. 44) 44 (hébr. 45) 45 (hébr. 46) 46 (hébr. 47) 47 (hébr. 48) 48 (hébr. 49) 49
(hébr. 50) 50 (hébr. 51) 51 (hébr. 52) 52 (hébr. 53) 53 (hébr. 54) 54 (hébr. 55) 55
(hébr. 56) 56 (hébr. 57) 57 (hébr. 58) 58 (hébr. 59) 59 (hébr. 60) 60 (hébr. 61) 61
(hébr. 62) 62 (hébr. 63) 63 (hébr. 64) 64 (hébr. 65) 65 (hébr. 66) 66 (hébr. 67) 67
(hébr. 68) 68 (hébr. 69) 69 (hébr. 70) 70 (hébr. 71) 71 (hébr. 72) 72 (hébr. 73) 73
(hébr. 74) 74 (hébr. 75) 75 (hébr. 76) 76 (hébr. 77) 77 (hébr. 78) 78 (hébr. 79) 79
(hébr. 80) 80 (hébr. 81) 81 (hébr. 82) 82 (hébr. 83) 83 (hébr. 84) 84 (hébr. 85) 85
(hébr. 86) 86 (hébr. 87) 87 (hébr. 88) 88 (hébr. 89) 89 (hébr. 90) 90 (hébr. 91) 91
(hébr. 92) 92 (hébr. 93) 93 (hébr. 94) 94 (hébr. 95) 95 (hébr. 96) 96 (hébr. 97) 97
(hébr. 98) 98 (hébr. 99) 99 (hébr. 100) 100 (hébr. 101) 101 (hébr. 102) 102 (hébr. 103)
103 (hébr. 104) 104 (hébr. 105) 105 (hébr. 106) 106 (hébr. 107) 107 (hébr. 108) 108
(hébr. 109) 109 (hébr. 110) 110 (hébr. 111) 111 (hébr. 112) 112 (hébr. 113) 113A
(hébr. 114) 113B (hébr. 115) 114 (hébr. 116A) 115 (hébr. 116B) 116 (hébr. 117) 117
(hébr. 118) 118 (hébr. 119) 119 (hébr. 120) 120 (hébr. 121) 121 (hébr. 122) 122 (hébr.
123) 123 (hébr. 124) 124 (hébr. 125) 125 (hébr. 126) 126 (hébr. 127) 127 (hébr. 128)
128 (hébr. 129) 129 (hébr. 130) 130 (hébr. 131) 131 (hébr. 132) 132 (hébr. 133) 133
(hébr. 134) 134 (hébr. 135) 135 (hébr. 136) 136 (hébr. 137) 137 (hébr. 138) 138 (hébr.
139) 139 (hébr. 140) 140 (hébr. 141) 141 (hébr. 142) 142 (hébr. 143) 143 (hébr. 144)
144 (hébr. 145) 145 (hébr. 146) 146 (hébr. 147A) 147 (hébr. 147B) 148 149 150
Pr
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
Qo
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ct
1 2 3 4 5 6 7 8
Sg
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
Si
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30
31 (34) 32 (35) 33 (36) 34 (31) 35 (32) 36 (33) 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49
50 51
Is
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59
60 61 62 63 64 65 66
Jr1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52
Lm
1 2 3 4 5
Ba
1 2 3 4 5
Ez
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48
Dn
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Os
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Jl
1 2 3 4
Am
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Ab
1
Jon
1 2 3 4
Mi
1 2 3 4 5 6 7
Na
1 2 3
Ha
1 2 3
So
1 2 3
Ag
1 2
Za
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Ml
1 2 3
NOUVEAU TESTAMENT
Mt
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28
Mc
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Lc
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Jn
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
Ac
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28
Rm
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1 Co1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
2 Co
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Ga
1 2 3 4 5 6
Ep
1 2 3 4 5 6
Ph
1 2 3 4
Col
1 2 3 4
1 Th
1 2 3 4 5
2 Th
1 2 3
1 Tm
1 2 3 4 5 6
2 Tm
1 2 3 4
Tt
1 2 3
Phm
(1)
He
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Jc
1 2 3 4 5
1 P
1 2 3 4 5
2 P
1 2 3
1 Jn
1 2 3 4 5
2 Jn
(1)
3 Jn
(1)
Jude
(1)
Ap
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22INTRODUCTION GÉNÉRALE
LA BIBLE ET LA LITURGIE
Entre la Bible et la liturgie, les relations sont nombreuses et les influences,
déterminantes. La liturgie, juive puis chrétienne, a été l’un des berceaux de la Bible, sans
doute même le berceau principal, au point que l’on a pu écrire que la Bible est née de la
liturgie. Réciproquement, la Bible est la source principale de la liturgie, dans ses textes et
dans ses rites. Enfin, la liturgie est, dans la vie des croyants, le plus important milieu
porteur de la Bible : c’est la liturgie qui donne au texte de devenir parole vivante pour la
communauté.
La liturgie, berceau de la Bible
La Bible est, en bonne partie, née de la liturgie. Et cela au moins de deux manières :
par les textes d’origine proprement liturgique (prières, hymnes, rituels) et par l’usage
liturgique de certains textes ayant une autre origine. Cet usage fut souvent décisif pour
établir le canon des Écritures, les livres lus dans l’assemblée étant considérés comme
parole de Dieu.
La Bible comporte un certain nombre de textes liturgiques : c’est évident pour
beaucoup de psaumes et de cantiques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Mais
d’autres textes ont très probablement aussi une origine liturgique. C’est le cas de certains
récits, parce qu’ils faisaient partie d’un rite dont ils constituaient un élément essentiel, par
exemple le récit de la sortie d’Égypte.
Outre les récits fondateurs qui structurent les rites des grandes fêtes et les récits
étiologiques qui légitiment telle ou telle démarche cultuelle dans certains sanctuaires, il y a
les textes juridiques, qui, en eux-mêmes, n’ont pas une origine liturgique, mais qui sont lus
dans la liturgie. Ainsi, c’est dans le cadre de la célébration que, sabbat après sabbat, la
Torah s’ancre dans la conscience du peuple de l’Alliance et devient pour lui le centre des
Écritures saintes.
Déjà, pour l’Ancien Testament, ce sont les livres lus durant la liturgie (au Temple, à la
synagogue, en famille) qui devinrent « canoniques ». Inversement, les livres non
canoniques ne trouvent pas place dans l’office synagogal ni dans l’enseignement des
rabbins. Le poème amoureux qu’est le Cantique des Cantiques doit sans doute son
intégration dans le canon (confirmée par les rabbins de Jamnia, en Palestine, autour de
l’an 100 de notre ère) non seulement à son interprétation symbolique, désormais seule
autorisée officiellement (il s’agirait de l’amour entre Dieu et son peuple), mais aussi à sa
lecture dans la liturgie pascale. L’usage liturgique est aussi la raison pour laquelle le livre
d’Esther, lu à la fête des Pourim, figure dans le canon juif. L’influence de l’usage liturgique
vaut aussi pour les livres de la traduction grecque dite « Septante », qui était
communément lue à la synagogue dans la diaspora juive, probablement jusqu’au
eVI siècle, et qui a un canon semblable au canon chrétien traditionnel.
Des considérations analogues peuvent être faites pour le Nouveau Testament.
Nombreux sont les passages d’origine liturgique : non seulement les récits de l’institution
de l’eucharistie et les hymnes, mais encore un certain nombre d’homélies, par exemple la
Première lettre de Pierre. De façon plus générale, on peut penser que c’est l’utilisation de
ces textes dans la liturgie et l’enseignement qui leur a donné une place dans ce qui allaitdevenir le « Nouveau Testament ». Cyrille de Jérusalem avait déjà exprimé la même chose
à sa manière vers 348, dans une recommandation qui ouvre la liste des ouvrages
considérés comme canoniques : « Que seules soient l’objet de votre lecture attentive ces
(1)Écritures que nous lisons à l’église en toute confiance . »
La Bible, source principale de la liturgie
Si la liturgie est, pour une part, le berceau de la Bible, on peut dire inversement que,
comme une eau coule de source, la liturgie « coule de Bible ». La liturgie juive, puis la
liturgie chrétienne, vivent de la Bible : la plupart des lectures qui y sont proclamées sont
empruntées à la Bible ; un certain nombre de rites sont d’origine biblique, au point que
parfois leur rituel est décrit dans l’Écriture Sainte (rituel sacrificiel, eucharistie, etc.). Et le
livre de la Bible lui-même et ses extraits que sont le Lectionnaire et l’Évangéliaire y
reçoivent des marques de vénération.
Le concile Vatican II déclare : « Dans la célébration de la liturgie, la Sainte Écriture a
une importance extrême. C’est d’elle que sont tirés les textes qu’on lit et que l’homélie
explique, ainsi que les psaumes que l’on chante ; c’est sous son inspiration et dans son
élan que les prières, les oraisons et les hymnes liturgiques ont jailli, et c’est d’elle que les
actions et les symboles reçoivent leur signification. Aussi, pour procurer la restauration, le
progrès et l’adaptation de la liturgie, il faut promouvoir ce goût savoureux et vivant de la
Sainte Écriture dont témoigne la vénérable tradition des rites aussi bien orientaux
(2)qu’occidentaux . »
La liturgie, milieu porteur de la Bible
La Bible est donc source principale de la liturgie, mais il est vrai aussi de dire que le
texte sacré ne devient parole vive que grâce à la liturgie. Ce fut longtemps vrai pour une
esimple raison matérielle : avant l’invention de l’imprimerie, au XV siècle, le prix d’une bible
manuscrite était tel que seule une communauté, ou un individu assez riche, pouvait en
efaire l’acquisition. Mais il a fallu attendre le renouveau biblique du XX siècle pour que la
connaissance de la Bible se diffuse plus largement chez les catholiques. Et l’un des
facteurs de cet intérêt plus large pour la Bible a été son utilisation dans la liturgie : le
mouvement liturgique a eu une répercussion sur le mouvement biblique.
Rien là que de très normal. En effet, c’est dans l’assemblée du peuple croyant que le
texte biblique devient pleinement parole vive. Dans la proclamation liturgique, le texte
biblique est « en son site » : de texte contenu dans un livre, il devient parole actualisée où
le Verbe de Dieu s’adresse, ici et maintenant, à son peuple. Lorsque la parole de Dieu est
proclamée dans une assemblée liturgique, qui est l’Église en acte, ce qui se passe est bien
plus que la transmission d’un texte : il y a rencontre du Christ lui-même, qui est là et qui
parle.
Plus fortement encore, c’est dans la liturgie que certaines paroles bibliques se
chargent de leur valeur « performative » : c’est en elles que ce qu’elles disent se réalise
effectivement. C’est le cas dans les formules sacramentaires, et en particulier dans le récit
de l’institution de l’eucharistie.
Enfin, c’est dans la liturgie que le texte biblique reçoit son interprétation qui nourrit le
peuple de Dieu : non seulement par l’homélie, qui explique et actualise le texte, mais
encore par l’attribution de telle péricope à tel moment de l’année liturgique. Par exemple, le
simple fait de proclamer la prophétie du Serviteur souffrant d’Isaïe (Is 53) en première
lecture de l’office du Vendredi saint manifeste la dimension christologique et sotériologique
de ce texte, sans qu’il soit besoin d’y ajouter un commentaire.LES TRADUCTIONS BIBLIQUES DANS LES LITURGIES
En raison des relations privilégiées entretenues par la Bible et la liturgie, une traduction
liturgique de la Bible se situe à un carrefour, celui où se croisent la transmission de la
parole de Dieu et la prière de l’Église.
Proclamation de la Parole et prière de l’Église
Chaque fois que la parole de Dieu est proclamée à un groupe réuni pour l’écouter,
l’Église se constitue. Comme on le sait, l’Église est étymologiquement une convocation, un
appel à entendre la parole de Dieu. Quelle que soit la valeur de la lecture individuelle de
l’Écriture, rien ne remplace la proclamation de cette Écriture dans le groupe des croyants.
La proclamation de la parole de Dieu dans ce groupe le constitue comme Église en acte,
car le Christ lui-même s’y rend présent de manière particulière, même si aucun sacrement
n’y est célébré. C’est ce que déclare, à propos de la liturgie des Heures, la Présentation
générale de la liturgie des Heures, qui parle de présence particulière du Christ quand la
parole de Dieu est proclamée dans la communauté assemblée : « Il est lui-même présent
dans cette liturgie pendant que la communauté est rassemblée, que la parole de Dieu est
(3)proclamée et que “l’Église prie et chante les psaumes ”. » Une traduction réalisée
explicitement dans ce dessein participe donc à son ecclésialité. Elle permet à la parole de
Dieu de nourrir la prière du peuple assemblé.
Une des conséquences de cette situation est l’implication de l’autorité de l’Église dans
l’approbation d’une telle traduction. Aujourd’hui, il faut un acte de l’autorité épiscopale pour
qu’une traduction acquière le statut liturgique, parce que la proclamation liturgique du texte
(4)biblique traduit est en fait un acte de Tradition, de transmission autorisée de la foi . Cette
procédure d’approbation n’a pas toujours été requise : les deux plus grandes versions
anciennes de la Bible, la traduction grecque de la Septante et la traduction latine de la
Vulgate, se sont imposées non pas par une décision de l’autorité mais par leurs qualités
internes, qui en ont fait un texte bien adapté à l’usage ecclésial. Dans le cas de la Vulgate,
c’est le sensus Ecclesiae ou « sens de l’Église » qui a joué, bien avant la reconnaissance
officielle par le concile de Trente. Par ailleurs, l’histoire montre qu’une traduction liturgique
de la Bible ayant subi l’épreuve des siècles fonctionne presque comme un lieu théologique,
c’est-à-dire une source de la foi, et cela pour le meilleur et pour le pire. Le risque est grand,
en effet, d’absolutiser une traduction, qui reste toujours plus ou moins distante du texte
original, selon son degré de fidélité.
Les traductions anciennes de la Bible
Après ce qui vient d’être dit, on pourrait être tenté de croire que toutes les versions
anciennes ont eu la liturgie pour berceau. La situation est plus complexe. S’il est vrai que
les premières traductions, les targoums araméens, avaient la liturgie non seulement pour
cadre mais encore comme milieu vital, puisqu’il s’agissait de traductions orales
improvisées pendant l’office, la première grande traduction de la Bible, la version grecque
dite des Septante, ne semble pas avoir eu le culte comme première finalité. En fait, cette
traduction, de la seule Torah pour commencer, répondit à la fois au désir des Juifs
d’Égypte de suivre leur propre loi et à la volonté du souverain de la connaître. Son but et
sa fonction furent à la fois juridiques – rendre accessible en langue grecque le droit juif, qui
acquerrait ainsi un statut de droit public – et culturels – conserver dans la bibliothèque
d’Alexandrie un exemplaire compréhensible, donc traduit en grec, de la Loi juive. Cette
traduction fut adoptée par la communauté juive de langue grecque, qui lui préféra ensuitecelle, plus littérale, d’Aquila (vers 100), avant de devenir l’Ancien Testament des chrétiens
de langue grecque et donc de jouer un rôle décisif, jusqu’à nos jours, dans la liturgie et la
théologie chrétiennes de langue grecque. Même si elle n’a pas été faite en vue de la
liturgie, la Septante se révéla, à l’usage, bien adaptée à celle-ci.
Plus tard, quand le christianisme se répandit en dehors du monde grec, c’est sur la
Septante que furent faites nombre d’autres versions anciennes : en arménien, en copte,
etc., et même en latin, en Afrique notamment, puis à Rome, lorsque la communauté
chrétienne romaine passa du grec au latin. Les versions latines antérieures à la Vulgate,
désignées sous le terme de Vetus latina ou Vieille latine, traduisent non pas l’hébreu mais
le grec de la Septante.
eÀ la fin du IV siècle, saint Jérôme (vers 347-420), lié au pape Damase (366-384),
voulut offrir au public latin une traduction de la Bible « selon la vérité hébraïque »,
c’est-àdire traduisant l’hébreu et écrite dans une langue plus littéraire que celle des Vieilles
latines. Contrairement à ce que pourrait faire croire son emploi progressif, puis
prépondérant, dans la liturgie latine à partir du début du Moyen Âge, la Vulgate n’avait pas,
à l’origine, une destination liturgique. Mais, à cause de sa qualité, la « réception » de cette
traduction dans les communautés de langue latine fut telle qu’elle s’imposa peu à peu
comme la seule traduction digne d’être employée dans la liturgie.
L’histoire ultérieure fut très différente en Orient et en Occident. En Orient, on traduisit
la liturgie et la Bible dans les diverses langues locales. En Occident, par contre, la seule
langue liturgique fut le latin, l’exception la plus célèbre pour la liturgie romaine étant, au
eIX siècle, la version des saints Cyrille et Méthode, lors de la pénétration du christianisme
dans les pays slaves. La création de cette version slave donna lieu à la première querelle
linguistique liturgique en Occident. Si, au cours du Moyen Âge occidental, la Bible fut
traduite dans les principales langues nationales, ce ne fut pas en vue de la liturgie.
eJusqu’au XVI siècle, donc, l’Occident ne pratiqua qu’une liturgie latine. Les textes
(5)bibliques étaient empruntés à la Vulgate . Celle-ci fut solennellement authentifiée au
concile de Trente, à l’époque où les Églises de la Réforme faisaient un pas de plus et
adoptaient les langues vivantes pour le culte. En vue de celui-ci, mais aussi en vue de
l’enseignement et de la lecture individuelle, ces Églises traduisirent la Bible dans les
diverses langues européennes. La Bible de Luther et la version King James sont parmi les
plus célèbres.
La traduction liturgique aujourd’hui
En 1963, le concile Vatican II voulut ouvrir plus largement aux catholiques le trésor de
(6)la parole de Dieu et introduisit les langues vivantes dans la liturgie de rite latin. Ce n’est
que progressivement que les directives postconciliaires élargirent l’usage liturgique de la
langue vivante, mais il était recommandé dès le début que les lectures bibliques
proclamées dans une célébration à laquelle participait le peuple fussent faites dans la
(7)langue de celui-ci . D’où la mise en chantier de traductions adéquates.
En 1965 eut lieu à Rome un congrès international sur les traductions liturgiques. C’est
dans un discours prononcé à l’occasion de ce congrès que le pape Paul VI fit une
importante déclaration. Les traductions publiées avant le Concile, fit-il remarquer, « avaient
pour but de faire comprendre aux fidèles les rites célébrés en langue latine ; c’étaient des
auxiliaires pour le peuple, qui ne connaît pas cette langue ancienne. Mais maintenant les
(8)traductions font partie des rites eux-mêmes, elles sont devenues la voix de l’Église ». Le
statut ecclésial des traductions avait donc changé : la traduction devenait elle-même texte
liturgique.En 1969, le Consilium, organe chargé d’appliquer la constitution de Vatican II sur la
liturgie, publia une instruction concernant la traduction liturgique en général et celle de la
(9)Bible en particulier . À propos de la déclaration de Paul VI citée plus haut : « elles [les
traductions] sont devenues la voix de l’Église », il précisait : « Pour atteindre ce but, il ne
suffit pas, lorsqu’on fait une traduction destinée à la liturgie, d’exprimer dans une autre
langue le contenu littéral et les idées du texte original. Mais il faut s’efforcer aussi de
communiquer fidèlement à un peuple donné et dans son propre langage ce que l’Église a
voulu communiquer par le texte original à un autre peuple et dans une autre langue. La
fidélité d’une traduction ne peut donc être jugée seulement à partir de chaque mot ou de
chaque phrase, mais elle doit l’être d’après le contexte exact de la communication
(10)liturgique en conformité avec sa nature et ses modes propres . » Dans cette
perspective, la traduction littérale n’est pas toujours la plus fidèle. L’Instruction précisait
toutefois que les traductions « ne doivent être aucunement une paraphrase du texte
(11)biblique, même s’il est difficile à comprendre », précision que reprend le document
suivant pour l’ensemble des textes liturgiques.
Le 28 mars 2001, la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements
publia l’Instruction Liturgiam authenticam, De l’usage des langues vernaculaires dans
l’édition des livres de la liturgie romaine, qui reprend, précise et complète le document de
1969. Cette Cinquième Instruction pour la correcte application de la Constitution sur la
(12)sainte liturgie constitue le droit actuellement en vigueur dans l’Église en matière de
traduction liturgique, y compris pour la Bible.
TRADUCTION LITURGIQUE DE LA BIBLE EN FRANÇAIS
La traduction des Lectionnaires
Dans diverses langues autres que le français existe une traduction complète de la
Bible destinée à la liturgie, réalisée après le concile Vatican II à la demande de l’épiscopat.
C’est dans cette version de la Bible que l’on a puisé les textes des lectures des différents
Lectionnaires liturgiques, qu’il s’agisse de la messe ou de la liturgie des Heures, ou de
toute autre célébration.
Mais, dans les pays de langue française, on a procédé autrement : dans les années
1970, on ne traduisit que les passages lus à la messe, qui forment les Lectionnaires des
célébrations liturgiques, approuvés par les conférences épiscopales des pays
francophones et ayant reçu confirmation de Rome. À ce travail déjà considérable s’ajouta
la traduction des psaumes et des cantiques bibliques parue en 1977 sous le titre de
(13)Psautier, version œcuménique, texte liturgique .
La Bible de la liturgie
Très rapidement, le Centre national de pastorale liturgique (CNPL, Paris) jugea
opportun de rassembler en un seul volume, ayant pour titre Bible de la liturgie, toutes les
péricopes des Lectionnaires de la messe et de Prière du temps présent, disposées dans
l’ordre des livres bibliques. On voulait mettre à la disposition d’un large public une Bible
présentant la même traduction que celle qui était entendue à la messe et dans les
célébrations sacramentelles.
(14)Une première édition de cette Bible parut en 1977 . En 1993 parut une deuxième
(15)édition, plus complète . Elle contenait en effet la totalité du Nouveau Testament. Lesdeux mille versets du Nouveau Testament qui manquaient dans l’édition précédente (parce
qu’ils ne sont pas employés pour les lectures de la messe) avaient été entre-temps traduits
et publiés sous l’autorité de la Commission internationale francophone pour les traductions
et la liturgie (CIFTL). Mais cette Bible de la liturgie restait une Bible incomplète : elle ne
comportait qu’un cinquième de l’Ancien Testament. Il lui manquait environ vingt et un mille
versets de l’Ancien Testament.
Une traduction complète
En septembre 1995, les évêques de la CIFTL décident de traduire les quatre
cinquièmes manquants de l’Ancien Testament.
(16)Plusieurs raisons incitent en effet à publier une Bible complète :
il convient d’avoir une même traduction biblique non seulement pour la messe, mais
aussi pour la liturgie des Heures ;
un texte biblique unifié pour la liturgie et la catéchèse est d’une utilité évidente ;
cette unité de traduction cherche à favoriser la mémorisation des textes bibliques, la
réminiscence étant un facteur capital de la culture chrétienne et de la vie spirituelle ;
ce projet affirme clairement la volonté de l’Église catholique de favoriser la diffusion
de toute la parole de Dieu, dans un texte apte à la proclamation et qui soit à la
disposition de tous les chrétiens de langue française, y compris, s’ils le souhaitent,
(17)les membres des autres Églises et communautés ecclésiales .
La révision du Lectionnaire
La correction des textes déjà publiés dans la Bible de la liturgie n’avait pas été
initialement prévue. Mais, après l’année d’expérimentation, il s’avéra qu’il fallait aussi revoir
le texte du Lectionnaire. Non qu’il contînt des erreurs (à quelques rares exceptions près),
mais autre chose est de traduire des passages isolés (ce qui fut le cas lors de l’élaboration
du Lectionnaire) et autre chose de traduire un livre complet, avec sa cohérence, ses
renvois internes, son vocabulaire propre, etc. Cette exigence conduisit à revoir le texte du
Lectionnaire. Dans la foulée, il fut décidé, plus tard, de revoir aussi la traduction du
Nouveau Testament. Les corrections faites à la traduction du Lectionnaire cherchent à
assurer la cohérence d’ensemble de la traduction et à serrer de plus près le texte biblique
original, qui doivent cependant rester aptes à la proclamation. Telles sont en effet les deux
exigences principales d’une traduction liturgique.
EXIGENCES DE LA TRADUCTION LITURGIQUE
Par rapport aux autres traductions françaises de la Bible, dont beaucoup sont de
(18)grande qualité , une traduction liturgique doit satisfaire à des exigences propres, à
savoir non seulement la fidélité aux textes originaux, mais encore l’aptitude à la
proclamation et le respect de l’interprétation transmise par l’usage liturgique et la tradition
des Pères de l’Église.
Fidélité aux textes originaux
Le concile Vatican II a demandé « que des traductions appropriées et exactes soientfaites dans les diverses langues, de préférence à partir des textes originaux des Livres
(19)sacrés ». C’est pourquoi, pour l’Ancien Testament, la Traduction liturgique traduit le
texte hébreu – le cas échéant, le texte araméen – (édition de la Biblia Hebraica
Stuttgartensia 1967-1977) et, pour les livres concernés, le texte grec (Septuaginta, éd. de
(20)Göttingen) . Pour le Nouveau Testament, elle traduit normalement le texte grec de la
(21)vingt-septième édition de Nestle-Aland . Elle se réfère aussi à la Néo-Vulgate (version
employée par les livres liturgiques latins actuels, et qui a corrigé la Vulgate en fonction des
textes originaux), ce qui est utile en particulier pour déterminer quel texte il faut traduire
(22)(Nova Vulgata Bibliorum Sacrorum, ed. typica altera, Rome, 1986) , par exemple, pour
Daniel, Tobie, Esther, Siracide, etc. Ainsi, la Traduction liturgique a traduit également les
passages grecs d’Esther et de Daniel, ainsi que les passages propres à la version longue
du Siracide qui sont attestés par la tradition liturgique. En outre, une traduction liturgique
(23)doit rester ouverte au sens que certains passages ont dans la tradition chrétienne ,
sans que pourtant cela amène à trahir la « vérité hébraïque », à laquelle l’Église d’Occident
est attachée à la suite de saint Jérôme.
Aptitude à la proclamation
Le texte doit pouvoir être compris à l’audition, donc sans qu’on l’ait sous les yeux. D’où
une exigence plus grande de clarté pour éviter d’éventuelles ambiguïtés liées à l’audition. Il
faut par exemple répéter plus souvent l’antécédent d’un pronom personnel ; préciser les
homophones (« voie », « voix », « bâtit », « battit », « il a bâti » ou « il abattit »), éviter les
constructions compliquées, les phrases trop longues, éviter si possible des sons difficiles à
prononcer et qui risquent de faire achopper le lecteur, ou les sons qui risquent d’être mal
compris à l’audition (« nazir » ou « nazi » ?), etc. Il faut aussi fournir un texte dont le sens
soit compréhensible sans que l’on ait besoin de consulter la note en bas de page, que
l’auditeur n’a pas sous les yeux.
Telles étaient déjà les exigences que le Lectionnaire de la messe a cherché à
satisfaire. C’est pourquoi le niveau de langue de l’ensemble de la Traduction liturgique est
celui du Lectionnaire.
La traduction littérale figure quelquefois en note. C’est le cas lorsque les nécessités du
texte destiné à la proclamation ont eu pour conséquence que la traduction proposée
s’éloigne plus ou moins sensiblement de la littéralité.
En outre, certains textes sont destinés non seulement à la proclamation mais aussi au
chant, ou du moins à la cantillation, ce qui accroît l’exigence littéraire. Il faut alors tenir
davantage compte du rythme, de la musicalité des sons, de la longueur des stiques, éviter
les tournures abstraites, les expressions sémantiquement pauvres, sans pour autant
« surtraduire », c’est-à-dire produire un texte plus riche que l’original, etc. Cette plus
grande exigence a marqué la traduction des psaumes. Ils ont été publiés dans le Psautier,
(24)version œcuménique, texte liturgique, qui a paru en 1977 . Il est le fruit de l’important
travail qui avait débuté vingt-cinq ans auparavant avec le Psautier de la Bible
de Jérusalem. En raison de la qualité reconnue de ce Psautier et de la large diffusion dont
il jouit dans les communautés qui psalmodient l’office, il a été décidé de ne pas le
(25)modifier , à l’exception de quelques détails.
Il arrive que, pour certains passages bibliques, on disposait jusqu’ici de deux versions
« liturgiques » d’un même passage, celle du Lectionnaire et celle du cantique figurant dans
le Psautier (qui intègre les cantiques bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament). La
Traduction liturgique voulant favoriser la mémorisation d’un seul texte liturgique, il fallait
faire un choix. Généralement, c’est la version du Psautier qui a été préférée, car elle est
plus poétique, souvent plus proche de l’original et plus concise que celle du Lectionnaire.Dans certains cas, la version du Psautier est indiquée en note. Mais, pour ces cantiques
bibliques, on a été amené – à la différence des psaumes – à faire certaines corrections.
Conformité à l’interprétation donnée par la liturgie
Quand ils sont situés dans la liturgie, les textes bibliques y reçoivent, de ce fait, leur
interprétation chrétienne fondamentale. Cette interprétation apparaît souvent dans le lien
que les lectures bibliques d’une même célébration établissent entre l’Ancien et le Nouveau
(26)Testament . Une traduction liturgique est au service de cette fonction herméneutique
des lectures en situation liturgique. C’est pourquoi les traducteurs doivent veiller « à ce que
les traductions soient conformes à l’interprétation des lieux bibliques transmise par l’usage
liturgique, et la tradition des Pères de l’Église, spécialement dans les textes de majeure
importance, comme les psaumes et les lectures qui sont employés dans les principales
célébrations de l’année liturgique ; dans ces cas, il convient de veiller en particulier à ce
que la traduction exprime le sens traditionnel christologique, typologique ou spirituel, et que
(27)soient manifestés l’unité et le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testament ».
Il va de soi que le respect de l’interprétation donnée par l’usage liturgique et par la
tradition des Pères ne peut s’opposer au sens du texte lui-même ni amener des
(28)gauchissements de la traduction . Car c’est le même Esprit Saint qui est à l’œuvre
lorsqu’il a inspiré les auteurs ayant élaboré les textes sacrés et lorsqu’il assiste l’Église
(29)dans l’interprétation de ces mêmes textes .
DIVISIONS DU TEXTE
Chapitres
La division des livres de la Bible en chapitres est attribuée à Étienne Langton ou
Langdon (vers 1150-1228), théologien anglais ayant enseigné à Paris, puis devenu
cardinal et archevêque de Cantorbéry. Cette division apparaît pour la première fois dans la
Bible latine de l’université de Paris de 1226. Dans la Traduction liturgique, les chapitres
sont indiqués par une lettrine.
Versets
La numérotation des versets remonte au dominicain italien Santes Pagnino (Lucques
1470-Lyon 1541), qui l’introduisit dans sa traduction latine de la Bible, parue à Lyon en
1527. L’auteur et imprimeur Robert Estienne (Paris 1503-Genève 1559) la lui emprunta
pour l’Ancien Testament, mais la corrigea pour les deutérocanoniques et le Nouveau
Testament. Il introduisit sa numérotation des versets dans les marges de son édition
gréco-latine du Nouveau Testament de 1551, puis dans son édition d’une Bible française
en 1553 et dans celle d’une Bible latine en 1555. Cette division en versets est devenue
universelle. L’intention était de placer un numéro au début des phrases du texte biblique.
Mais le découpage qui en résulte ne correspond pas toujours au sens premier du texte.
Cela explique l’emplacement parfois aberrant de certains numéros de versets.
Titres et sous-titresLes titres et les sous-titres figurant dans la Traduction liturgique n’appartiennent pas au
texte de la Bible (sauf les titres psalmiques traduits de l’hébreu). C’est pourquoi ils sont
imprimés en couleur et, pour certains, en marge. Les titres des parties d’un livre
permettent d’en percevoir la structure. Les sous-titres et les intertitres induisent un
découpage du texte qui ne s’impose pas toujours, mais ils fournissent des points de repère
souvent utiles. On a veillé à ne pas les multiplier plus que nécessaire, et on a essayé de
les rédiger dans un vocabulaire homogène à celui du texte lui-même.
Table de chaque livre
Titres et sous-titres sont rassemblés dans la table placée en tête de chaque livre, juste
avant son introduction. Cette table donne un aperçu du livre, équivalant à un plan, et
permet de se faire rapidement une idée de son contenu.
Péricopes liturgiques
Les unités de texte délimitées par les sous-titres et les intertitres ne correspondent pas
nécessairement au découpage des péricopes, c’est-à-dire des passages des textes lus
dans la liturgie. Le découpage liturgique figurant dans les Lectionnaires liturgiques de la
liturgie romaine répond à des critères propres.
On trouvera dans la Table des lectures les références des lectures des Lectionnaires.
CONVENTIONS
Notes
La caractéristique d’un texte apte à la proclamation est, comme il a été dit, qu’il doit
être compréhensible sans que l’on ait besoin de consulter des notes. Les notes figurant
dans la Traduction liturgique ne sont donc pas nécessaires à la compréhension du texte.
Elles n’ont pas non plus, sauf exception, de fonction explicative (bien que l’on puisse
envisager par ailleurs une édition de travail avec de telles notes, qui relèvent davantage du
commentaire). Elles signalent simplement les écarts de la traduction par rapport à la Biblia
hebraica (éd. 1967-1977) ou à la Septante (dans la dernière en date des éditions critiques,
celle de Göttingen, utilisée de préférence à celle de A. Rahlfs, dont la base manuscrite est
moins large), ou au Nouveau Testament grec de Nestle-Aland (vingt-septième édition).
Pour signaler ces écarts, on a employé les sigles suivants, dont voici d’abord les
principaux en résumé :
add. : mots ajoutés au texte original.
corr. : correction du texte hébreu ou grec.
litt. : traduction littérale.
om. : mots omis dans la traduction.
hébr. : traduction littérale de la Biblia hebraica stuttgartensia (éd. 1967-1977) dans le
cas où la Traduction liturgique a dû corriger le texte de cette Bible.
grec : traduction littérale de la Septante (éd. de Göttingen) dans le cas d’une
correction textuelle ; si on se réfère à d’autres versions grecques, on spécifie.
Vulgate : version latine de saint Jérôme.Vulgate : version latine de saint Jérôme.
Néo-Vulgate : version latine corrigée de la Vulgate, réalisée après Vatican II (voir
plus loin).
Et voici la signification de l’ensemble des indications techniques figurant dans les notes :
add. : les mots précédant cette abréviation ont été ajoutés au texte original pour
permettre la compréhension à l’audition.
corr. : dans des cas assez rares, la Traduction liturgique (s’appuyant normalement
sur l’édition critique) a corrigé le texte massorétique afin d’obtenir un texte ayant un
sens ; la correction s’appuie généralement sur une autre tradition textuelle, qui est
indiquée par « avec » ou « d’après ». On trouve alors en note la traduction littérale
du texte massorétique, précédée de hébr. si la correction s’appuie sur les Versions,
ou de « texte massorétique » si la correction s’appuie sur un autre texte hébreu que
le texte massorétique tel qu’il figure dans la Biblia hebraica (voir ci-dessous).
litt. : cette abréviation précède la traduction littérale d’un mot ou d’un passage où,
pour diverses raisons, surtout celle de la clarté, la traduction destinée à la
proclamation s’écarte du texte original dans son expression – mais non dans son
sens.
om. : les mots précédant cette abréviation ont été omis dans la traduction, bien qu’ils
figurent dans le texte original. Ce sont des expressions qui, traduites littéralement,
entraînent une lourdeur pénible en français ou donnent l’impression de pléonasmes.
hébr. : précède la traduction littérale du texte hébreu tel qu’il figure dans la Biblia
hebraica stuttgartensia (éd. 1967-1977) et qui reproduit le texte massorétique.
etexte massorétique : les massorètes sont les savants qui, au IX siècle, ont achevé
erle travail de mise au point du texte de la Bible hébraïque commencé au I siècle ;
en particulier, ils ont indiqué les voyelles du texte hébreu, dont, jusque-là, on
n’écrivait que les consonnes. On le mentionne en note quand la Traduction liturgique
a opté pour un autre texte hébreu, celui de Qumrân, par exemple.
Qeré : lorsque le texte hébreu reçu est difficile ou incompréhensible, il arrive que les
rabbins aient indiqué en marge la leçon qu’il faut proclamer (« Qeré » vient de
« qara » = « appeler », « crier », « proclamer ») dans la lecture synagogale, sans
toutefois, par respect pour le texte écrit, l’avoir modifié. C’est normalement le Qeré
que la Traduction liturgique traduit, sauf indication contraire.
Ketiv : désigne le texte écrit (« ketiv » = « écrit »), par opposition au qeré. La mention
« Ketiv » en note indique que, dans ce cas, c’est le Ketiv qui est traduit par la
Traduction liturgique, et non le Qeré.
Qumrân : désigne les manuscrits hébreux trouvés à Qumrân ; antérieurs au texte
massorétique, ils peuvent attester une tradition manuscrite différente, éliminée par
erles rabbins à partir de la fin du I siècle.
Samaritain : texte hébreu du Pentateuque tel que le conserve la tradition samaritaine
(qui ne reconnaît comme inspiré que la Torah ou Pentateuque) et qui est plus ancien
que le texte massorétique.
Targoum : paraphrase araméenne du texte de l’Ancien Testament, datant de
l’Antiquité et qui peut attester elle aussi un texte hébreu antérieur au texte
massorétique.
grec : désigne la version du texte grec tel qu’il figure dans la Septante (édition de
Göttingen). Cette version dépend d’un texte hébreu antérieur au texte massorétique.
(30)Si l’on se réfère à d’autres recensions grecques que la Septante , on spécifie :
Théodotion, Aquila, Symmaque.Vulgate : désigne la version latine traduite principalement par saint Jérôme (420) sur
l’hébreu ; mais elle contient aussi quelques livres (en particulier des
deutérocanoniques) empruntés à la Vieille Latine. Biblia sacra iuxta Vulgatam
versionem, Stuttgart, 1994.
Vieille latine : désigne les versions latines antérieures à saint Jérôme connues sous
le nom de Vetus latina.
Syriaque : désigne la version syriaque, dite « Peshitta ».
Versions : désigne la majorité ou l’ensemble des versions. Outre celles mentionnées
ci-dessus, il y a encore les versions copte, éthiopienne, arménienne, etc.
Néo-Vulgate : désigne la Nova Vulgata ou Néo-Vulgate, editio typica altera, Rome,
1986.
mss : signifie « manuscrit » ou « manuscrits ». Il s’agit des manuscrits anciens du
texte biblique. Quand le livre a été conservé en hébreu, ce sont des manuscrits
hébreux. Quand le livre a été écrit ou conservé en grec, ce sont des manuscrits
grecs.
Signalons enfin :
le numéro de verset en couleur signale les passages proposés dans les
Lectionnaires de la messe, ou du moins dans la majeure partie d’entre eux ;
les cantiques bibliques employés dans la liturgie sont signalés par la mention
« Cantique AT/NT » ;
caractères italiques :
a) les citations d’un livre biblique par un autre, surtout celles de l’Ancien
Testament par le Nouveau ;
b) les traductions de la version longue (par exemple pour Ben Sira) ou des
suppléments grecs (Daniel), etc.
Les références bibliques renvoient à des passages parallèles ou à des passages qui
emploient la même expression ou le même terme.
Abréviations des livres bibliques
Les abréviations sont celles couramment utilisées dans les Bibles françaises actuelles.
Références bibliques
Une référence biblique se compose de l’indication abrégée du livre (voir la liste de ces
abréviations), suivie du numéro du chapitre puis du ou des numéros des versets. La
ponctuation indique de manière précise de quels versets il s’agit.
Exemples :
Gn 11,1-9 : Genèse, chapitre 11, versets 1 à 9.
Gn 4,1-15.23-25 : Genèse, chapitre 4, versets 1 à 15 et versets 23 à 25.
Gn 1,1 – 2,4 : Genèse, chapitre 1, verset 1 jusqu’au chapitre 2, verset 4 (le tiret plus
long indique un fragment continu entre deux chapitres différents ; si le fragment n’est pas
continu, on emploie le point-virgule).
Gn 7,5-7 ; 8,9-11 : Genèse, chapitre 7, versets 5 à 7, et chapitre 8, versets 9 à 11.
Si on se réfère à une partie d’un verset, on ajoute les lettres a, b, c, etc., après le
numéro du verset : 7a.Noms propres
La transcription des noms propres, qui s’inspire des options du Lectionnaire, n’est
pas une translittération scientifique. Elle a pour but d’être facilement lisible et
prononçable par un lecteur moyen : Acab (et non Achab), Baruc (et non Baruch),
Joad (et non Yehoyada), Nabucodonosor (et non « cho »), Ézékiel, etc.
On a gardé l’orthographe traditionnelle des mots entrés dans l’usage de la langue
française (par ex. Zacharie, qui est prononcé Zakarie, à la différence de Malachie). Il
y a cependant quelques exceptions : ainsi, à Antiochus (terminaison latine), on a
préféré Antiocos (terminaison grecque, convenant davantage au personnage).
On prend également l’usage français pour les noms homonymes désignant d’autres
personnes que les personnages connus, par exemple : Josué, Osée, Nathanaël,
Sophonie (pour Sefanyahou), etc. Sauf pour Isaïe, fils d’Amots.
Pour faire prononcer le « u » « ou », on écrit « ou ».
Pour faire prononcer le « t » final, on écrit « th » (par exemple : Anatoth, et non
Anatot).
ABRÉVIATIONS DES LIVRES BIBLIQUES
Ab Abdias
Ac Actes des Apôtres
Ag Aggée
Am Amos
Ap Apocalypse
Ba Baruc
er1 Ch 1 livre des Chroniques
e2 Ch 2 livre des Chroniques
re1 Co 1 lettre aux Corinthiens
e2 Co 2 lettre aux Corinthiens
Col Lettre aux Colossiens
Ct Cantique des Cantiques
Dn Daniel
Dt Deutéronome
Ep Lettre aux Éphésiens
Esd Esdras
Est Esther
Ex Exode
Ez Ézékiel
Ga Lettre aux Galates
Gn Genèse
Ha HabacucHe Lettre aux Hébreux
Is Isaïe
Jb Job
Jc Lettre de saint Jacques
Jdt Judith
Jg Juges
Jl Joël
Jn Évangile selon saint Jean
re1 Jn 1 lettre de saint Jean
e2 Jn 2 lettre de saint Jean
e3 Jn 3 lettre de saint Jean
Jon Jonas
Jos Josué
Jr Jérémie
Jude Lettre de saint Jude
Lc Évangile selon saint Luc
Lm Lamentations
Lv Lévitique
er1 M 1 livre des Martyrs d’Israël (Maccabées)
e2 M 2 livre des Martyrs d’Israël (Maccabées)
Mc Évangile selon saint Marc
Mi Michée
Ml Malachie
Mt Évangile selon saint Matthieu
Na Nahoum
Nb Nombres
Ne Néhémie
Os Osée
re1 P 1 lettre de saint Pierre
e2 P 2 lettre de saint Pierre
Ph Lettre aux Philippiens
Phm Lettre à Philémon
Pr Proverbes
Ps Psaumes
Qo Qohèleth (Ecclésiaste)1 R er1 livre des Rois
e2 R 2 livre des Rois
Rm Lettre aux Romains
Rt Ruth
er1 S 1 livre de Samuel
e2 S 2 livre de Samuel
Sg Sagesse
Si Ben Sira (Ecclésiastique)
So Sophonie
Tb Tobie
re1 Th 1 lettre aux Thessaloniciens
e2 Th 2 lettre aux Thessaloniciens
re1 Tm 1 lettre à Timothée
e2 Tm 2 lettre à Timothée
Tt Lettre à Tite
Za Zacharie
Pour faire prononcer le « n » final, on écrit « ne » (par exemple : Bashane).
Mais pour le « m » final, on n’écrit pas « me » (par exemple : Joram).
Le « aleph » n’est pas translittéré.
Le « beth » est translittéré « b » comme dans la Bible de Jérusalem, et non « v »
comme dans la TOB, sauf pour Néguev.
Le « g » s’écrit « gu » devant « e » et « i » (on écrit Guilgal et non Gilgal).
Pour le « waw », l’usage est fluctuant entre « w » ou « v » ; on écrit Bigwaï,
BethAwen ; sinon, on a généralement translittéré en « v ».
On n’a pas translittéré rigoureusement le « kaph » en « k » et le « qoph » en « q ».
Le « pé » est translittéré en « f » et non « ph », sauf pour les noms déjà entrés dans
l’usage en français, par exemple : Nephtali, Asaph et Ophel.
Le « q » s’écrit sans « u » (donc pas « qu »).
Le « shine » est translittéré « sh », comme dans la Bible de Jérusalem, et non « ch »
comme dans Osty.
On évite les deux « y » (« yy »).
Le « çadé » est translittéré de manière variée : parfois un simple « s » (Sarone),
parfois « ç » (devant a, o u), mais « c » devant « e » et « i » (Cis).
On a généralement translittéré le « ségol » en « è » et on a réservé le « é » pour la
translittération du « zéré ». Exception : les noms propres déjà usuels en français.
LECTURE PUBLIQUE D’UN TEXTE BIBLIQUEChoix d’un passage
Pour la liturgie, le choix des passages possibles est celui qui figure dans les
Lectionnaires de la messe, des sacrements, des autres rites et de la liturgie des Heures.
On en trouvera la liste complète dans les tables figurant dans un autre volume.
Dans cet autre volume et pour les autres circonstances, on pourra choisir des
passages à l’aide, notamment, de la table par mots clés.
Début de la lecture publique
Si l’on emploie la Traduction liturgique pour une lecture publique de la Bible en dehors
(31)de la liturgie , il ne faut pas oublier de commencer par dire le titre du livre.
Exemples :
« Lecture du livre de la Genèse » ;
« Lecture de la Deuxième lettre de saint Paul, apôtre, aux Corinthiens » ;
« Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu ».
Ensuite, il est souvent utile de commencer la lecture par une courte phrase
introductive, qui n’est pas une introduction à la lecture mais a seulement pour but de
préciser qui parle à qui, et dans quelles circonstances. C’est ce qu’on appelle un incipit
(d’un terme latin signifiant : « commence »).
Ne pas commencer une lecture en disant : « Après cela… » (après quoi ?), ni : « Alors,
il leur dit… » (qui parle ? à qui ?), mais par exemple : « Après la multiplication des pains,
Jésus dit à la foule… »
Le Lectionnaire lui-même a introduit de tels incipit :
« Jésus parlait à ses disciples de sa venue. Il leur dit… » ; « À l’heure où Jésus passait
de ce monde à son Père, il disait à ses disciples… ».
Pour introduire un passage d’une lettre de saint Paul, il est souvent utile de
commencer par : « Frères… » ou « Frères et sœurs ».
Les incipit du Lectionnaire n’ont pas été repris dans la Traduction liturgique, qui
présente un texte biblique continu.N o t e s
(1) S. CYRILLE DE JÉRUSALEM, Catéchèses, IV, 35 ; PG 33, 497 C.
o(2) Constitution Sacrosanctum Concilium sur la sainte liturgie, n 24.
o(3) Présentation générale de la liturgie des Heures, n 13, citant SC 7.
(4) « De fait, c’est par ces paroles que Dieu s’entretient avec l’Épouse de son Fils
bienaimé, que l’Esprit Saint introduit les fidèles dans la connaissance de la vérité tout entière et
fait que la parole du Christ réside en eux avec toute sa richesse, et aussi que l’Église
transmet sans cesse tout ce qu’elle est, et tout ce en quoi elle croit, en adressant les
prières de tous les fidèles à Dieu le Père par le Christ et dans l’Esprit Saint », Congrégation
pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, Instruction Liturgiam authenticam, De
l’usage des langues vernaculaires dans l’édition des livres de la liturgie romaine, Rome,
o28 mars 2001, n 19. Texte dans La Documentation catholique, 98 (2001), 14, pp.
684703.
(5) Il y eut quelques exceptions. Dans certaines régions, on utilisa, par exemple, une
autre version latine que la Vulgate pour le Psautier : le Psautier dit « romain », antérieur au
Psautier dit « gallican », qui figure dans la Vulgate.
(6) « Dans les célébrations sacrées, on restaurera une lecture de la Sainte Écriture plus
abondante, plus variée et mieux adaptée », Constitution Sacrosanctum Concilium sur la
osainte liturgie, n 35, 1.
o(7) Loc. cit., n 36, 2.
(8) Paul VI, « Discours aux participants du congrès sur les traductions liturgiques »,
10 novembre 1965, dans La Maison-Dieu, 86, 1966, p. 8.
(9) Instruction sur la traduction des textes liturgiques pour la célébration avec le peuple ,
25 janvier 1969 ; trad. franç. dans La Documentation catholique, 66, 1969, pp. 367-371.
o(10) Instruction, n 6.
o o(11) Instruction, n 31 (cf. Instruction Liturgiam authenticam, n 20).
(12) Voir les indications données plus haut.
(13) Éditions du Cerf.
(14) Desclée de Brouwer.
(15) Brepols.
(16) Une telle entreprise est confirmée par le texte suivant : « Les conférences des
évêques sont vivement encouragées à donner les facultés nécessaires à l’édition d’une
traduction intégrale des Saintes Écritures pour leur propre territoire, destinée à l’étude et à
la lecture privée des fidèles, et qui s’accorde dans toutes ses parties avec le texte employé
odans la Sainte Liturgie », Instruction Liturgiam authenticam, n 36.
o(17) Voir Vatican II, Constitution dogmatique Dei verbum sur la Révélation divine , n 22.
(18) Citons la Bible de Jérusalem, la Bible d’Osty, la Bible de la Pléiade, la Bible de
Maredsous, la TOB (Traduction œcuménique de la Bible), la Nouvelle Segond, etc., et,
parmi les plus anciennes, celles de Crampon, de Segond et du Rabbinat. La Traduction
officielle liturgique a une grande dette de reconnaissance à l’égard de toutes ces Bibles.
o(19) Constitution dogmatique Dei verbum sur la Révélation divine , n 22.
(20) Quant aux traductions, « il faut les effectuer directement à partir des textes
originaux, à savoir [...] selon le cas, de l’hébreu, de l’araméen, ou du grec, en ce qui
concerne les textes des Saintes Écritures. De même, en réalisant des traductions de la
Sainte Bible en vue d’un usage liturgique, on doit normalement consulter le texte de laNéo-Vulgate promulguée par le Siège Apostolique, afin de se conformer à la tradition
od’interprétation qui est propre à la liturgie latine », Instruction Liturgiam authenticam, n 24.
(21) Deutsche Bibelgesellschaft, 1984 sv.
(22) « Dans les textes deutérocanoniques et en d’autres endroits, où il est évident qu’il
existe des traditions manuscrites divergentes, il est important que la traduction liturgique
suive la même tradition que celle de la Néo-Vulgate », Instruction Liturgiam authenticam,
on 37.
o(23) Voir Instruction Liturgiam authenticam, n 41.
(24) Éditions du Cerf.
(25) « Cette stabilité est particulièrement souhaitable dans les traductions bibliques dont
l’usage est le plus fréquent, comme dans le Psautier, qui est le livre de prières fondamental
odu peuple chrétien », Instruction Liturgiam authenticam, n 36.
(26) Pour plus de détails sur les rapports entre l’Ancien et le Nouveau Testament, on se
reportera au document de la Commission biblique pontificale L’Interprétation de la Bible
dans l’Église, paru en 1993, en particulier, dans le chapitre « Dimensions caractéristiques
de l’interprétation catholique », au paragraphe intitulé « Rapports entre l’Ancien Testament
et le Nouveau Testament » (dans Biblica 74 (1993), pp. 496-499).
o(27) Voir Instruction Liturgiam authenticam, n 41.
(28) Le risque en est signalé dans le même document de la Commission biblique
pontificale : « Toute précompréhension comporte cependant ses dangers. Dans le cas de
l’exégèse catholique, le risque existe d’attribuer à des textes bibliques un sens qu’ils
n’expriment pas, mais qui est le fruit d’un développement ultérieur de la Tradition.
L’exégète doit se garder de ce danger » (loc. cit., p. 494).
o(29) Voir Vatican II, Constitution dogmatique Dei verbum sur la Révélation divine , n
1112.
(30) Voir ci-après, p. 40.
(31) Pour une lecture liturgique, il est préférable d’utiliser les Lectionnaires officiels, où le
texte est mieux présenté (disposition en stiques, beauté du volume, etc.) que dans les
éditions dérivées (missels des fidèles ou revues liturgiques).ANCIEN TESTAMENT
PENTATEUQUE
LIVRES HISTORIQUES
LIVRES POÉTIQUES ET SAPIENTIAUX
LIVRES PROPHÉTIQUESLIVRES DE L’ANCIEN
TESTAMENT
INTRODUCTION
Le nombre et l’ordre des livres bibliques varient selon les diverses traditions. La liste officielle ou « canon » des vingt-quatre livres contenus
erdans la Bible hébraïque a été établie par les Juifs de Palestine, de tendance pharisienne, à Jamnia à la fin du I siècle de notre ère, après la
prise de Jérusalem par les Romains (70). À partir de cette époque, les livres hébraïques non retenus dans le canon juif ont pratiquement cessé
d’être recopiés (en hébreu) ; c’est le cas, par exemple, du livre de Ben Sira ou Ecclésiastique. Ces vingt-quatre livres conservés en hébreu (à
l’exception des passages de Daniel et d’Esther conservés en araméen) sont ceux qui figurent encore aujourd’hui dans les Bibles juives éditées en
hébreu ou en traduction par les rabbins. Il y a cependant une exception : les samaritains, dont seul un petit nombre subsiste, n’acceptent dans
leur canon – comme autrefois les sadducéens – que les cinq livres de la Torah ou Pentateuque, c’est-à-dire la première partie de la Bible
hébraïque, dont ils ont conservé un texte hébreu présentant des différences par rapport au texte massorétique.
La Bible hébraïque contient en effet trois groupes d’écrits, ne jouissant pas de la même autorité. Le premier et le plus important est la Torah,
la Loi ou l’Enseignement, comportant les cinq premiers livres. Le deuxième groupe de livres, les Neviîm ou Prophètes, est considéré comme une
sorte de commentaire de la Loi ; il se subdivise en « Prophètes antérieurs », qui, dans la Bible chrétienne, correspondent aux premiers livres
historiques, et en « Prophètes postérieurs », correspondant aux livres proprement prophétiques. Un commentaire ultérieur de la Loi est constitué
par le groupe des Ketouvîm ou Écrits, qui rassemblent des livres sapientiaux et des livres historiques. Parmi les Écrits se trouvent notamment le
Psautier et cinq livres, lus lors des fêtes juives, qui portent le nom de cinq « Rouleaux » : Ruth, Cantique des Cantiques, Qohèleth, Lamentations,
Esther.
LIVRES DE LA BIBLE HÉBRAÏQUELa Bible hébraïque contient vingt-quatre livres, répartis en trois groupes.
I. LA TORAH ou LOI
(Les livres sont appelés par les premiers mots de chaque livre.)
1. Genèse (Beréshît « Au commencement »). 2. Exode ( Shemot « Voici les noms »). 3. Lévitique ( Waîqra « Le Seigneur appela Moïse »). 4.
Nombres (Be-midbar « Au désert »). 5. Deutéronome (Devarim « Voici les paroles »).
II. LES PROPHÈTES
A. LES « PROPHÈTES ANTÉRIEURS »
6. Josué. 7. Juges. 8. Samuel (1 et 2 réunis). 9. Rois (1 et 2 réunis).
B. LES « PROPHÈTES POSTÉRIEURS »
10. Isaïe. 11. Jérémie. 12. Ézékiel. 13. « Les Douze » (prophètes), à savoir : Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahoum, Habacuc,
Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie.
III. LES ÉCRITS (ou Hagiographes)
14. Psaumes. 15. Job. 16. Proverbes. 17. Ruth. 18. Cantique des Cantiques. 19. Qohèleth. 20. Lamentations. 21. Esther (sauf la partie
grecque). 22. Daniel (sauf la partie grecque). 23. Esdras-Néhémie (ne formant qu’un seul livre). 24. Chroniques (ne formant qu’un seul livre).
erAu I siècle de notre ère, dès que les communautés chrétiennes commencèrent à avoir des membres – d’origine juive ou païenne – dont le
grec était la langue véhiculaire, elles utilisèrent comme texte biblique de l’Ancien Testament la traduction en usage dans les communautés juives
ede langue grecque. Cette traduction avait été effectuée par des Juifs d’Alexandrie à la demande des souverains lagides, au II siècle av.
J.C. Elle porte le nom de Septante, parce qu’elle aurait été réalisée, d’après une tradition légendaire, par soixante-dix traducteurs qui, en
soixantedix ou soixante-douze jours, auraient traduit, chacun séparément, le Pentateuque. Elle est traduite en français sous le nom de Bible d’Alexandrie.
Il s’agit donc d’une Bible juive, initialement destinée aux Juifs vivant hors de Palestine, c’est-à-dire ceux de la Diaspora, dont beaucoup, sans
doute, ne connaissaient plus l’hébreu.
Ce choix des premiers chrétiens est attesté par le Nouveau Testament lui-même, qui, lorsqu’il cite l’Ancien, le fait le plus souvent d’après la
traduction grecque de la Septante, et non pas directement d’après le texte hébreu. C’est cette traduction grecque de la Bible qui a été employée,
depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, par les Églises de langue grecque.
Les livres de l’Ancien Testament contenus dans la traduction grecque de la Septante sont plus nombreux que ceux de la Bible hébraïque,
puisque la Septante contient aussi des livres qui n’ont été conservés, voire écrits, qu’en grec : Judith, Tobie, les livres des Maccabées, le livre de
la Sagesse, l’Ecclésiastique ou livre du Siracide (dont on a retrouvé la majeure partie du texte hébraïque), Baruc, la Lettre de Jérémie, les parties
grecques d’Esther et de Daniel. Dans l’Église catholique, ces livres sont appelés « deutéro-canoniques ». De plus, la Septante contient aussi des
livres que l’Église catholique n’a pas retenus dans son canon, bien qu’ils aient été parfois utilisés par les anciens auteurs ecclésiastiques, tels le
premier livre d’Esdras, les troisième et quatrième livres des Maccabées, les Psaumes de Salomon.
Ajoutons que la Septante n’est pas la seule traduction grecque ancienne de l’Ancien Testament. Dans les premiers siècles de notre ère furent
élaborées trois révisions juives de la Septante, qui parfois la remaniaient assez profondément pour mériter d’être appelées de nouvelles
etraductions. Au II siècle de notre ère, Aquila, un païen converti au christianisme, puis au judaïsme, et qui vécut sous Hadrien (117-138), réalisa
une version calquant l’hébreu, dans un grec difficilement compréhensible. La version qui porte le nom de Théodotion, et que l’on croyait
postérieure à celle d’Aquila, lui est en réalité antérieure : c’est elle qui a été traduite dans la Traduction officielle liturgique pour les ajouts grecs de
Daniel, car elle a supplanté le texte de la Septante ; pour le reste, on ne la connaît que par fragments. Enfin, il y a la version de Symmaque, qui
est probablement un Samaritain converti au judaïsme vers 150 et qui produisit une traduction grecque d’une grande qualité littéraire ; elle n’est
guère connue que par les Hexaples d’Origène (252/254). Les Juifs adoptèrent plutôt la version d’Aquila et abandonnèrent la Septante, qui resta
en usage chez les chrétiens seulement.
LIVRES DE LA BIBLE GRECQUE DITE « SEPTANTE »
Dans les manuscrits grecs, la liste des livres bibliques n’est pas toujours la même, et leur ordre varie. On trouvera ci-dessous la liste des
livres de la Septante tels qu’ils se trouvent dans l’édition d’Alfred Rahlfs, Septuaginta, où ils sont répartis en deux catégories : d’une part la
législation et l’histoire, d’autre part les livres poétiques et prophétiques. On a indiqué en italiques les livres qui ne figurent pas dans la Bible
hébraïque. La mention « apocryphe » indique ceux qui ne sont pas reçus dans le canon de l’Église catholique.
I. LÉGISLATION ET LIVRES HISTORIQUES
1. Genèse. 2. Exode. 3. Lévitique. 4. Nombres. 5. Deutéronome.
6. Josué. 7. Juges. 8. Ruth. 9-12. Quatre livres des Règnes (= 1 S et 2 S, 1 R et 2 R). 13-14. Deux livres des Paralipomènes (= 1 Ch et 2 Ch).
15. Premier livre d’Esdras (apocryphe). 16. Deuxième livre d’Esdras (= Esdras et Néhémie). 17. Esther ( avec fragments grecs). 18. Judith. 19.
Tobie. 20-21. Premier et deuxième livres des Maccabées . 22-23. Troisième et quatrième livres des Maccabées (apocryphes).
II. LIVRES POÉTIQUES ET PROPHÉTIQUES
24. Psaumes (suivis des Odes = cantiques tirés presque tous d’autres livres). 25. Proverbes de Salomon. 26. Ecclésiaste (= Qohèleth). 27.
Cantique des Cantiques. 28. Job. 29. Sagesse de Salomon (= livre de la Sagesse). 30. Sagesse de Sirach (= Ecclésiastique). 31. Psaumes de
Salomon (apocryphes).
« Dodéka-prophéton » : 32. Osée. 33. Amos. 34. Michée. 35. Joël. 36. Abdias. 37. Jonas. 38. Nahoum. 39. Habacuc. 40. Sophonie. 41.
Aggée. 42. Zacharie. 43. Malachie.
44. Isaïe. 45. Jérémie. 46. Baruc (= Baruc 1 – 5). 47. Thrènes (= Lamentations). 48. Lettre de Jérémie (= Baruc 6). 49. Ézékiel. 50. Suzanne
(= Daniel 13). 51. Daniel (= Daniel 1 – 12, avec les suppléments grecs : 3,24-90). 52. Bel et le dragon (= Daniel 14).
Dans l’Église latine, les premières traductions latines, variables selon les régions, apparurent, d’abord en Afrique du Nord dès avant 250, puis
à Rome peu après. Pour l’Ancien Testament, elles traduisaient littéralement la Septante. On applique à toutes ces traductions le nom générique
de Vetus latina, ou Vieille latine. Ces traductions latines de l’Ancien Testament furent employées par les Pères latins, saint Augustin, par
exemple.
Mais, autour de l’an 400, saint Jérôme (420) élabora une traduction latine de la Bible qui voulait se rapprocher de ce qu’il appelait « la véritéehébraïque ». À partir du VI siècle, cette traduction s’imposa progressivement à l’Occident latin par sa qualité intrinsèque – la beauté de sa
langue latine et sa plus grande fidélité aux textes originaux. Mais le nombre des livres bibliques pouvait encore varier. Saint Jérôme lui-même
refusait d’admettre comme inspirés certains livres non écrits initialement en hébreu (Sg, Si, 1 M et 2 M, Ba) et s’était abstenu de les traduire. La
tradition latine resta longtemps hésitante pour accepter certains livres dans son canon.
Il fallut attendre le concile de Trente pour que l’autorité suprême de l’Église catholique prît définitivement position dans cette question du
canon, rendue brûlante par la Réforme protestante, qui ne retenait pour l’Ancien Testament que les livres de la Bible juive. Au cours de sa
quatrième session, le 8 avril 1546, le concile de Trente, reprenant une liste déjà établie au concile de Florence en 1442, fixa le canon des livres
bibliques de l’Église catholique et décida de prendre la Vulgate comme texte de référence. On décida aussi d’en faire une édition officielle. Depuis
l’invention de l’imprimerie, en effet, on pouvait tendre à un texte unique, opération irréalisable à l’époque de la transmission manuscrite. La
première édition, la Sixtine, du nom du pape Sixte V qui intervint dans sa préparation et la fit publier en 1590, fut un échec, car elle contenait
beaucoup d’erreurs. Cette situation incita à produire rapidement une édition corrigée. Celle-ci parut dès 1592 sous le pape Clément VIII et fut
connue quelques années plus tard sous le nom de Sixto-Clémentine. Elle fut le texte de référence de l’Église catholique jusqu’au concile
Vatican II.
Lors du concile Vatican II, le pape Paul VI institua, le 29 novembre 1965, une commission chargée de corriger la Vulgate en fonction des
textes hébreux ou grecs originaux, mieux connus grâce aux progrès des éditions critiques, mais en la corrigeant sans en altérer la langue et le
style. Cette Bible latine corrigée s’appelle la Nova Vulgata ou Néo-Vulgate. Sa première édition complète a paru en 1979, sous l’autorité du pape
Jean-Paul II. Une seconde édition, corrigée, l’editio typica altera, a paru en 1986, et c’est elle qui est actuellement utilisée dans les documents
officiels latins de l’Église.
eAu XVI siècle, la Réforme protestante adopta, pour l’Ancien Testament, la liste juive. Elle ne considéra donc comme inspirés que les livres
conservés en hébreu. Elle rejeta de son « canon » les autres livres de l’Ancien Testament, qui furent considérés comme « apocryphes » et placés
en appendice « pour la piété », alors qu’ils avaient été généralement acceptés par les Églises chrétiennes depuis les origines, à la suite de la
eSeptante. À partir du XIX siècle, les « Bibles protestantes » cessèrent de mettre en appendice ces « apocryphes », que l’Église catholique
appelle « deutérocanoniques ». On n’y trouva donc plus le livre de Ben Sira, la Sagesse, les livres des Maccabées, Judith, Tobie, Baruc, les
parties grecques de Daniel et Esther.
La Traduction œcuménique de la Bible (1975 pour l’AT) a repris l’usage de publier ces livres deutérocanoniques, mais elle les place après
les livres de la Bible hébraïque, et non pas à la place qu’ils ont généralement dans la Septante et, à sa suite, dans la Bible latine.

LIVRES DE L’ANCIEN TESTAMENT REÇUS DANS L’ÉGLISE CATHOLIQUE
Voici la liste des livres de l’Ancien Testament fixée au concile de Trente (1546) et constituant le canon de l’Église catholique :
Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome ;
Josué, Juges, Ruth, les deux livres de Samuel, les deux livres des Rois, les deux livres des Chroniques, Esdras et Néhémie ;
Tobie, Judith, Esther ;
Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des Cantiques, Sagesse, Ecclésiastique ;
Isaïe, Jérémie, Lamentations, Baruc, Ézékiel, Daniel ;
Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahoum, Habacuc, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie, deux livres des Maccabées.
L’ordre adopté pour la Traduction officielle liturgique de la Bible reproduit celui de la liste du concile de Trente, avec une exception : les livres
des Maccabées ou Martyrs d’Israël sont placés à la fin des livres historiques, place qui leur est donnée dans la plupart des Bibles catholiques
ofrançaises et dans le Catéchisme de l’Église catholique (n 120).
Les livres sont regroupés en quatre sections : Pentateuque, Livres historiques, Livres poétiques et sapientiaux, Livres prophétiques. En outre,
tout en respectant l’ordre traditionnel, on a réparti les livres historiques en quatre sous-sections, à la suite de l’exégèse actuelle.
ORDRE DES LIVRES DE L’ANCIEN TESTAMENT
Les deutérocanoniques figurent en italique.
I. PENTATEUQUE
1. Livre de la Genèse. 2. Livre de l’Exode. 3. Livre du Lévitique. 4. Livre des Nombres. 5. Livre du Deutéronome.
II. LIVRES HISTORIQUES
A. HISTOIRE DEUTÉRONOMISTE
6. Livre de Josué. 7. Livre des Juges. 8. Livre de Ruth (se rattache aux récits édifiants). 9-10. Premier et deuxième livres de Samuel. 11-12.
Premier et deuxième livres des Rois.
B. ŒUVRE DU CHRONISTE
13-14. Premier et deuxième livres des Chroniques. 15-16. Livre d’Esdras et livre de Néhémie.
C. RÉCITS ÉDIFIANTS
17. Livre de Tobie. 18. Livre de Judith. 19. Livre d’Esther (y compris les suppléments grecs).
D. HISTOIRE MACCABÉENNE
20-21. Premier et deuxième livres des Martyrs d’Israël ou Maccabées .
III. LIVRES POÉTIQUES ET SAPIENTIAUX
22. Livre de Job. 23. Livre des Psaumes. 24. Livre des Proverbes. 25. Livre de Qohèleth ou Ecclésiaste. 26. Cantique des Cantiques. 27.
Livre de la Sagesse. 28. Livre de Ben Sira ou Ecclésiastique.IV. LIVRES PROPHÉTIQUES
A. GRANDS PROPHÈTES
29. Livre d’Isaïe. 30. Livre de Jérémie. 31. Livre des Lamentations. 32. Livre de Baruc (avec la Lettre de Jérémie). 33. Livre d’Ézékiel. 34.
Livre de Daniel (avec les suppléments grecs).
B. DOUZE PETITS PROPHÈTES
35. Livre d’Osée. 36. Livre de Joël. 37. Livre d’Amos. 38. Livre d’Abdias. 39. Livre de Jonas. 40. Livre de Michée. 41. Livre de Nahoum. 42.
Livre d’Habacuc. 43. Livre de Sophonie. 44. Livre d’Aggée. 45. Livre de Zacharie. 46. Livre de Malachie.PENTATEUQUE
INTRODUCTION
Le Pentateuque, un récit fondateur en cinq livres
Le Pentateuque conduit de la création du monde et de l’humanité jusqu’à la mort de Moïse. Cinq livres dotés d’une réelle autonomie,
habilement ajustés pour servir un projet d’ensemble.
Le livre de la Genèse présente une version familiale des origines d’Israël. Dans un monde créé bon mais défiguré par le péché et la violence,
Abraham est institué médiateur de la bénédiction divine destinée finalement à toutes les familles de la terre (Gn 12,3). Cette promesse dit à la fois
le statut unique d’Abraham et de ses descendants, et la mission qui leur est confiée auprès des nations. La bénédiction se transmet par Isaac et
Jacob dans un climat d’ouverture pacifique aux étrangers. Ce n’est pas en peuple structuré que les fils de Jacob descendent en Égypte, et Moïse
n’est jamais mentionné dans le livre de la Genèse.
Dès les premières lignes du livre de l’Exode, les fils de Jacob sont désignés comme peuple, tandis que s’ouvre une histoire que l’on pourrait
qualifier de biographie de Moïse, entre sa naissance (Ex 2) et sa mort ( Dt 34). Israël apparaît d’abord comme un peuple abandonné à la
servitude en Égypte par un Dieu étrangement absent. Mais Dieu va parler et manifester sa présence à Moïse d’abord, au peuple ensuite, aux
différentes étapes de son histoire : peuple libéré qui voit dans le passage de la mer son acte de naissance (Ex 14) ; peuple engagé librement au
service de Dieu au Sinaï en acceptant l’Alliance proposée, à charge d’observer les commandements divins (Ex 19 – 24) ; peuple appelé à
rencontrer son Dieu affirmant sa présence dans le sanctuaire qui vient d’être construit (Ex 40,34-35).
Au cœur du Pentateuque, le Lévitique est totalement habité par ce sentiment de la présence de Dieu. Il définit les conditions nécessaires à la
rencontre de Dieu présent au sanctuaire, en décrivant les rituels des sacrifices (Lv 1 – 7) et de l’installation des prêtres ( Lv 8 – 10). Pour ouvrir
l’accès au Dieu saint, il fixe les règles de pureté et les modes de purification (Lv 11 – 15). Ces dispositions culminent dans la liturgie du GrandJour des Expiations (Lv 16). La Loi de sainteté s’inscrit dans ce mouvement, tout en apportant des éléments neufs ( Lv 17 – 26). La somme des
prescriptions rituelles peut dérouter. Le Lévitique n’en est pas moins un témoin privilégié du sentiment de la grandeur et de la sainteté de Dieu.
Sa conscience approfondie du péché ne le retient pas de lancer un appel vibrant à la sainteté (Lv 19,2).
Le livre des Nombres assure le transfert du Sinaï vers la Terre promise. Les préparatifs de départ occupent une large place. C’est un peuple
structuré, organisé en tribus, qui va se mettre en route (Nb 1 – 10). Mais ce peuple entré dans l’Alliance, habité par la présence de Dieu, est
investi de lourdes responsabilités. Aussi les diverses rébellions qui émaillent la marche au désert ont-elles des conséquences d’autant plus
graves. Condamnée avec ses principaux chefs, y compris Moïse, la génération qui est sortie d’Égypte n’entrera pas dans la Terre promise
(Nb 11 – 21). Le récit s’achève dans les steppes de Moab, où la nouvelle génération se met en place pour passer le Jourdain. Josué assurera la
succession de Moïse (Nb 22 – 36).
Le Deutéronome nous ramène à la montagne de Dieu, appelée ici Horeb, qu’il est temps de quitter. On retrouve ( Dt 1 – 3) des éléments déjà
rencontrés dans le récit de la marche au désert du livre des Nombres, des résonances (Dt 9 – 10) du récit du veau d’or du livre de l’Exode
(Ex 32). La manifestation de Dieu à l’Horeb et le don du Décalogue ( Dt 5) peuvent être mis en parallèle avec la révélation du Sinaï ( Ex 19 – 20).
Le Code de lois (Dt 12 – 26) s’appuie sur le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19) et le développe. L’originalité du Deutéronome ressort de la
comparaison de ces divers textes aussi bien que des éléments spécifiques du livre, comme le grand discours d’introduction au Code (Dt 6 – 11).
Centré sur les différentes alliances – à l’Horeb, à Sichem, au pays de Moab –, le Deutéronome apporte une touche spécifique à la vision de Dieu
et du peuple. Le récit de la mort de Moïse (Dt 34) clôt le Pentateuque.
Ce parcours des cinq livres du Pentateuque suggère que des éléments somme toute assez disparates ont été réunis en un ensemble
cohérent. Aux extrémités, les livres de la Genèse et du Deutéronome jouissent d’une plus forte autonomie. Du début de l’Exode à la fin des
Nombres, les événements du Sinaï occupent cinquante-neuf chapitres, contre quarante-quatre pour raconter la marche depuis l’Égypte jusqu’au
Sinaï à travers le désert et celle qui conduit Israël du Sinaï aux steppes de Moab, toujours à travers le désert. Ils contiennent les bases de la vie
juive : le sanctuaire et les lois cultuelles, le Décalogue (Ex 20,1-17) et le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19), la Loi de sainteté ( Lv 17 – 26). On
comprend pourquoi la tradition juive a reçu le Pentateuque comme « Torah » ou Loi. Cette réalité ne doit pas occulter toute la partie narrative du
Pentateuque, qui est reçu également comme histoire du salut. Le Dieu qui offre sa Loi à son peuple est celui qui s’est révélé dans son histoire,
comme le souligne fortement l’introduction du Décalogue : « Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte » (Ex 20,2). Si la Loi
donne un fondement à la vie juive, il ne s’ensuit pas que l’histoire se termine avec la mort de Moïse. On a même une impression d’inachevé,
puisque Moïse meurt au seuil de la Terre promise, sans avoir accompli la promesse faite à Abraham. À un moment donné, une décision
délibérée a placé le Pentateuque sous l’autorité de Moïse, et cette donnée traditionnelle n’est pas ignorée du Nouveau Testament (Mc 10,1-11 ;
12,26).
Le Pentateuque, rédactions multiples sous l’autorité de Moïse
L’attribution du Pentateuque à Moïse n’a pas soulevé de difficultés majeures pendant des siècles, si ce n’est quelques soupçons sur le récit
e ede la mort de Moïse à la fin du Deutéronome. Depuis la Renaissance, et encore plus depuis les XVIII et XIX siècles, le développement de
l’esprit critique a obligé à repenser le sens de cette attribution, non sans de sérieuses tensions. Des constats indéniables se sont imposés :
changement des noms divins, double récit de création, différentes manières de présenter le Déluge ou le passage de la mer à l’intérieur d’un
même récit, évolutions des lois du Code de l’Alliance (Ex 20,22 – 23,19) à la Loi de sainteté ( Lv 17 26) en passant par le Code deutéronomique
(Dt 12 – 26), pour ne prendre que quelques exemples. Les spécialistes en sont réduits à proposer des hypothèses. Faut-il penser à l’assemblage
de divers fragments ou envisager un texte de base sans cesse complété ? C’est l’hypothèse documentaire qui, pendant à peu près un siècle, a
dominé la lecture critique du Pentateuque.
L’hypothèse documentaire explique la composition du Pentateuque par la fusion de quatre documents d’abord autonomes, dotés d’une réelle
cohérence, inscrits dans l’histoire du peuple, émanant de milieux précis. Les plus anciens remontent à la période monarchique : la période de
David et de Salomon au Sud pour le plus ancien, le Yahviste (J), les premières manifestations du prophétisme dans le royaume du Nord pour
l’Élohiste (E). Le Deutéronome (D) se développe surtout à partir de la réforme de Josias, datée de 622 av. J.-C. C’est aux prêtres du sanctuaire
de Jérusalem en exil (587-538 av. J.-C.) que l’on doit le document sacerdotal (P), le dernier en date, qui sert de cadre à l’ensemble. Cette lecture
a dû composer avec d’autres approches. Elle a le mérite de proposer une relecture de l’histoire et de respecter les diverses écritures. Plus
sensible à la recherche des sources les plus anciennes, elle est restée plus évasive sur les dernières étapes qui ont conduit à la rédaction finale
du Pentateuque.
C’est précisément sur ces dernières étapes que la recherche a beaucoup progressé ces quarante dernières années. Depuis le début des
années 1970, plusieurs méthodes centrées sur l’état final du texte ont inversé le mouvement, tandis que la reconstruction des origines d’Israël est
apparue de plus en plus délicate pour les historiens, au vu notamment des hypothèses des archéologues. Des analyses plus pointues ont détecté
des influences plus tardives sur des textes jugés jusqu’alors plutôt anciens. À la suite de leurs devanciers qui ont situé aux moments clés de
l’histoire d’Israël le travail de relecture, les chercheurs des quarante dernières années ont privilégié la période de l’Exil comme lieu de relecture.
Bénéficiant d’études plus poussées sur la période perse (538-330 av. J.-C.), ils sont parvenus à donner plus de sens à des textes tardifs dans la
mesure où ils reflètent les débats internes de la communauté juive, qui, après l’Exil, vit sous la domination perse. C’est le texte dans son état final
qui est inspiré et canonique, et ce mouvement actuel rejoint l’exigence de lecture canonique des Écritures. Le moment est venu de faire quelques
propositions raisonnables qui tiennent compte de l’évolution de la recherche.
Le Pentateuque, quand Moïse parle à plusieurs voix
La théorie documentaire a accordé une place privilégiée au document sacerdotal, qui s’impose par sa consistance propre, à la fois récit et
législation. La plupart des spécialistes ont reconnu que ce document, le plus tardif du Pentateuque, a servi de cadre à l’ensemble. Il est
facilement repérable, entre autres choses, par son style répétitif, la précision de ses datations, son vocabulaire technique. Il s’intéresse
particulièrement au culte, tout en prenant soin de relier les différentes phases de l’histoire. S’il ne double pas systématiquement les récits de ses
prédécesseurs, il développe quelques points spécifiques qui lui semblent majeurs, comme l’alliance avec Abraham et la circoncision (Gn 17). On
l’appelle « document sacerdotal » parce qu’on y reconnaît l’œuvre de prêtres, sans doute des prêtres du sanctuaire de Jérusalem qui, au creuset
de l’épreuve de la déportation, ont exercé un rôle pastoral auprès des exilés. Ils y ont mieux découvert le caractère unique du Dieu d’Israël et ont
permis à la communauté des exilés de garder les signes de son identité, comme la circoncision et la Pâque. En sélectionnant quelques textes
clés, on peut déjà se faire une idée de l’orientation théologique du document sacerdotal, par exemple : le récit de la création (Gn 1), l’alliance
avec Noé (Gn 9), l’alliance avec Abraham et la circoncision ( Gn 17), le rituel de la Pâque ( Ex 12) et, bien entendu, tout ce qui concerne le
sanctuaire et sa liturgie. Tout entiers au service de la présence de Dieu, les écrivains sacerdotaux ont un sens aigu de la transcendance de Dieu,
de sa gloire et de sa sainteté.
À côté du document sacerdotal et en dialogue avec lui, on repère une composante majeure du Pentateuque dans un ensemble de textes
reconnaissables à leur phraséologie typique, à quelques expressions caractéristiques, à leur ton exhortatif, à leur volonté d’atteindre le cœur de
l’homme. Parce que ces procédés littéraires et pastoraux abondent dans le livre du Deutéronome, on a qualifié ces auteurs de
« deutéronomistes ». Il serait sans doute excessif d’y voir un mouvement structuré ou une école au sens fort du terme. C’est plutôt un courant
réformateur qui lutte contre l’idolâtrie et toutes formes de contamination païenne. Il inculque à temps et à contretemps la loyauté indéfectible au
Dieu unique, un engagement sans compromission dans l’Alliance proposée par le Dieu d’Israël, à charge d’observer sans réserve ses
commandements. Ce courant a reçu une impulsion décisive dans l’entourage du roi Josias (640-609 av. J.-C.) à la faveur du recul de la
puissance assyrienne et de la découverte du livre de la Loi en 622 av. J.-C. Il a su apporter des réponses nouvelles aux questions nouvelles
posées par l’Exil et le retour dans la terre d’Israël. Étendant ses ramifications au-delà du livre du Deutéronome, ce courant est présent dans larelecture de l’histoire d’Israël, du livre de Josué aux livres des Rois, et il a laissé des traces importantes dans les livres de la Genèse, de l’Exode
et des Nombres. Sa grande innovation est la loi de centralisation du culte (Dt 12). À la différence des écrivains sacerdotaux, il préfère souligner le
caractère joyeux du culte plutôt que de s’attacher aux détails du rituel. On retiendra particulièrement de lui le primat de l’amour de Dieu, le statut
d’Israël peuple saint, consacré au Dieu qui l’a élu par amour, l’exigence pour les membres du peuple de vivre en frères, la perspective
humanitaire, l’attention aux catégories défavorisées. Le discours d’introduction au Code (Dt 6 – 11) donne un bon aperçu de ses positions
théologiques.
Moïse parle à travers ces deux voix, sacerdotale et deutéronomiste. Le document sacerdotal laisse de côté nombre de récits, dont certains
sont transmis aujourd’hui aux assemblées dans la liturgie des dimanches et des fêtes. À la différence de l’œuvre deutéronomiste, il ne comporte
ni Décalogue ni code de lois spécifique. S’il sert de cadre aux récits consignés dans les livres de la Genèse et de l’Exode, on lui doit d’avoir
intégré en les respectant des éléments de l’histoire primitive, de la geste patriarcale, de la geste exodique, autant de nourritures pour la foi. Ce
sont, pour une grande part, des récits plus anciens, car la relecture et l’écriture de l’histoire ont mobilisé plusieurs milieux religieux dès l’époque
monarchique, et de manière plus prégnante depuis l’effondrement du royaume du Nord en 722 av. J.-C. Ces récits pourraient correspondre aux
textes estampillés yahvistes (J) et élohistes (E) de la théorie documentaire. Les recherches récentes ont cependant posé deux questions
sérieuses. Étant donné la diversité des traditions consignées, voire leur indépendance, il n’est pas sûr que l’on puisse reconstituer une histoire
suivie depuis la création du monde ou l’époque patriarcale jusqu’au Sinaï. Sans nier le caractère ancien de ces récits, il paraît plus sage de
renoncer à ces sigles et de lire les textes pour eux-mêmes dans le contexte où ils sont placés. En second lieu, la mise au jour dans ces récits de
traits deutéronomistes, la perception çà et là d’une influence prophétique et la comparaison avec des traditions plus tardives ont contribué à
abaisser l’âge de ces récits. Le passage de la mer (Ex 14) montre comment le texte sacerdotal intègre un récit plus ancien. En revanche, comme
dans le récit du Déluge (Gn 6 – 8) ou le récit de l’Éden ( Gn 2 – 3), une datation assez tardive est envisagée, et la relation avec le texte sacerdotal
fait l’objet de débats.
Par ailleurs, le Décalogue ( Ex 20,1-17) et le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19) ont été intégrés dans la composition actuelle à des stades
divers de la rédaction. Quelle que soit la position adoptée, la dimension religieuse du texte n’est en rien altérée.
La composition sacerdotale enrichie de ses éléments non sacerdotaux atteint un sommet avec la liturgie du Grand Jour des Expiations
(Lv 16). Les chapitres qui suivent gardent une teneur sacerdotale, mais avec quelques spécificités. D’une construction parallèle à celle des autres
codes, ils doivent aux appels fréquents à la sainteté d’avoir été désignés comme Loi ou Code de sainteté (Lv 17 – 26). Les nombreuses études
comparatives concluent généralement à l’antériorité du Code deutéronomique. L’insistance sur la sainteté n’est pas sans lien avec la théologie du
prophète Ézékiel. À certains endroits, la Loi de sainteté complète la législation sacerdotale. Ainsi en est-il pour les règles de pureté des prêtres et
les cas d’empêchement au sacerdoce (Lv 21), le calendrier des fêtes (Lv 23). L’institution du jubilé (Lv 25,8-54) s’appuie sur une disposition qu’on
trouve d’abord dans le Code deutéronomique (Dt 5,1-11 ; cf. Lv 25,1-8). La Loi de sainteté ne se cantonne pas dans le domaine rituel, elle intègre
des prescriptions éthiques (Lv 19). L’appel à la sainteté concerne ici tous les membres d’un peuple que le Deutéronome désigne comme le
peuple saint, peuple consacré à Dieu. La Loi de sainteté n’indiquerait-elle pas le début d’une synthèse entre les deux grandes composantes du
Pentateuque ?
Le livre des Nombres permet de faire un pas de plus dans l’histoire de la composition du Pentateuque. Entre le Lévitique et le Deutéronome,
il sauvegarde nombre d’éléments qui n’ont pu trouver place dans les autres livres. Que l’on songe au statut et à la fonction des Lévites (Nb 3 – 4),
à leur consécration (Nb 8), aux prescriptions relatives aux revenus des prêtres et des Lévites ( Nb 18), ou encore au rite de l’eau lustrale ( Nb 19).
Comparé au chapitre 23 du Lévitique, le calendrier des fêtes religieuses (Nb 28 – 29) atteste une évolution assez importante. Il n’en découle pas
pour autant que les textes des Nombres soient tous des productions très tardives. On rencontre çà et là un enchevêtrement de récit ancien, de
reprise sacerdotale et de réflexion encore plus tardive, et parfois divergente. Le cas de la mission des explorateurs (Nb 13 – 14) est un excellent
exemple. Un auteur sacerdotal utilise un récit ancien pour le mettre au service de ses propres perspectives théologiques enclines à la réprobation
et à la condamnation, tandis que le passage sur l’intercession de Moïse et le pardon du Seigneur (Nb 14,11b-20) recourt à des termes proches
du Deutéronome pour proposer une théologie différente. Le livre des Nombres est le témoin d’autres débats qui ont agité la communauté juive
tout au long de la période perse : Moïse est-il le seul à qui le Seigneur ait parlé ? Ne nous a-t-il pas parlé à nous aussi ? (Nb 12,2). Si tous les
membres de la communauté sont saints, pourquoi Moïse et Aaron s’élèvent-ils au-dessus de l’assemblée du Seigneur ? (Nb 16,3). Autrement dit,
pourquoi interdire aux Lévites l’accès au sacerdoce ? Ces différents débats, qui ne nous sont pas totalement étrangers, fournissent le meilleur
contexte de lecture du livre des Nombres.
De Moïse à Jésus, une parole pour aujourd’hui
« Il ne s’est plus levé en Israël un prophète comme Moïse, lui que le Seigneur rencontrait face à face » ( Dt 34,10). Loin d’être résolus, les
problèmes critiques resteront toujours en débat. L’important est le rattachement de ce récit fondateur à la figure unique de Moïse, vénéré par
toute la tradition juive, une tradition que nous ne pouvons négliger dans notre lecture du Pentateuque.
« Moïse a été digne de foi dans toute la maison de Dieu en qualité d’intendant… Mais le Christ, lui, est digne de foi en qualité de Fils »
(He 3,5-6). Les chrétiens reçoivent Moïse comme figure du Christ. Si Jésus a usé d’une grande liberté dans son interprétation de la Loi, ce fut
pour lui rendre toute sa vigueur. Il n’est pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir (Mt 5,17). La figure de Moïse est une voie d’accès au Christ, en
même temps qu’elle reçoit de lui toute sa lumière. Cet éclairage réciproque fonctionne pleinement dans la liturgie, quand des extraits du
Pentateuque sont proclamés à l’assemblée en relation avec l’Évangile. C’est alors que le croyant l’entend, de manière éminente, comme parole
pour aujourd’hui : « Ce n’est pas avec nos pères que le Seigneur a conclu cette alliance, mais bien avec nous, nous-mêmes qui sommes ici
aujourd’hui, tous vivants » (Dt 5,3).PENTATEUQUE
INTRODUCTION
Le Pentateuque, un récit fondateur en cinq livres
Le Pentateuque conduit de la création du monde et de l’humanité jusqu’à la mort de Moïse. Cinq livres dotés d’une réelle autonomie,
habilement ajustés pour servir un projet d’ensemble.
Le livre de la Genèse présente une version familiale des origines d’Israël. Dans un monde créé bon mais défiguré par le péché et la violence,
Abraham est institué médiateur de la bénédiction divine destinée finalement à toutes les familles de la terre (Gn 12,3). Cette promesse dit à la fois
le statut unique d’Abraham et de ses descendants, et la mission qui leur est confiée auprès des nations. La bénédiction se transmet par Isaac et
Jacob dans un climat d’ouverture pacifique aux étrangers. Ce n’est pas en peuple structuré que les fils de Jacob descendent en Égypte, et Moïse
n’est jamais mentionné dans le livre de la Genèse.
Dès les premières lignes du livre de l’Exode, les fils de Jacob sont désignés comme peuple, tandis que s’ouvre une histoire que l’on pourrait
qualifier de biographie de Moïse, entre sa naissance (Ex 2) et sa mort ( Dt 34). Israël apparaît d’abord comme un peuple abandonné à la
servitude en Égypte par un Dieu étrangement absent. Mais Dieu va parler et manifester sa présence à Moïse d’abord, au peuple ensuite, aux
différentes étapes de son histoire : peuple libéré qui voit dans le passage de la mer son acte de naissance (Ex 14) ; peuple engagé librement au
service de Dieu au Sinaï en acceptant l’Alliance proposée, à charge d’observer les commandements divins (Ex 19 – 24) ; peuple appelé à
rencontrer son Dieu affirmant sa présence dans le sanctuaire qui vient d’être construit (Ex 40,34-35).
Au cœur du Pentateuque, le Lévitique est totalement habité par ce sentiment de la présence de Dieu. Il définit les conditions nécessaires à la
rencontre de Dieu présent au sanctuaire, en décrivant les rituels des sacrifices (Lv 1 – 7) et de l’installation des prêtres ( Lv 8 – 10). Pour ouvrir
l’accès au Dieu saint, il fixe les règles de pureté et les modes de purification (Lv 11 – 15). Ces dispositions culminent dans la liturgie du GrandJour des Expiations (Lv 16). La Loi de sainteté s’inscrit dans ce mouvement, tout en apportant des éléments neufs ( Lv 17 – 26). La somme des
prescriptions rituelles peut dérouter. Le Lévitique n’en est pas moins un témoin privilégié du sentiment de la grandeur et de la sainteté de Dieu.
Sa conscience approfondie du péché ne le retient pas de lancer un appel vibrant à la sainteté (Lv 19,2).
Le livre des Nombres assure le transfert du Sinaï vers la Terre promise. Les préparatifs de départ occupent une large place. C’est un peuple
structuré, organisé en tribus, qui va se mettre en route (Nb 1 – 10). Mais ce peuple entré dans l’Alliance, habité par la présence de Dieu, est
investi de lourdes responsabilités. Aussi les diverses rébellions qui émaillent la marche au désert ont-elles des conséquences d’autant plus
graves. Condamnée avec ses principaux chefs, y compris Moïse, la génération qui est sortie d’Égypte n’entrera pas dans la Terre promise
(Nb 11 – 21). Le récit s’achève dans les steppes de Moab, où la nouvelle génération se met en place pour passer le Jourdain. Josué assurera la
succession de Moïse (Nb 22 – 36).
Le Deutéronome nous ramène à la montagne de Dieu, appelée ici Horeb, qu’il est temps de quitter. On retrouve ( Dt 1 – 3) des éléments déjà
rencontrés dans le récit de la marche au désert du livre des Nombres, des résonances (Dt 9 – 10) du récit du veau d’or du livre de l’Exode
(Ex 32). La manifestation de Dieu à l’Horeb et le don du Décalogue ( Dt 5) peuvent être mis en parallèle avec la révélation du Sinaï ( Ex 19 – 20).
Le Code de lois (Dt 12 – 26) s’appuie sur le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19) et le développe. L’originalité du Deutéronome ressort de la
comparaison de ces divers textes aussi bien que des éléments spécifiques du livre, comme le grand discours d’introduction au Code (Dt 6 – 11).
Centré sur les différentes alliances – à l’Horeb, à Sichem, au pays de Moab –, le Deutéronome apporte une touche spécifique à la vision de Dieu
et du peuple. Le récit de la mort de Moïse (Dt 34) clôt le Pentateuque.
Ce parcours des cinq livres du Pentateuque suggère que des éléments somme toute assez disparates ont été réunis en un ensemble
cohérent. Aux extrémités, les livres de la Genèse et du Deutéronome jouissent d’une plus forte autonomie. Du début de l’Exode à la fin des
Nombres, les événements du Sinaï occupent cinquante-neuf chapitres, contre quarante-quatre pour raconter la marche depuis l’Égypte jusqu’au
Sinaï à travers le désert et celle qui conduit Israël du Sinaï aux steppes de Moab, toujours à travers le désert. Ils contiennent les bases de la vie
juive : le sanctuaire et les lois cultuelles, le Décalogue (Ex 20,1-17) et le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19), la Loi de sainteté ( Lv 17 – 26). On
comprend pourquoi la tradition juive a reçu le Pentateuque comme « Torah » ou Loi. Cette réalité ne doit pas occulter toute la partie narrative du
Pentateuque, qui est reçu également comme histoire du salut. Le Dieu qui offre sa Loi à son peuple est celui qui s’est révélé dans son histoire,
comme le souligne fortement l’introduction du Décalogue : « Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte » (Ex 20,2). Si la Loi
donne un fondement à la vie juive, il ne s’ensuit pas que l’histoire se termine avec la mort de Moïse. On a même une impression d’inachevé,
puisque Moïse meurt au seuil de la Terre promise, sans avoir accompli la promesse faite à Abraham. À un moment donné, une décision
délibérée a placé le Pentateuque sous l’autorité de Moïse, et cette donnée traditionnelle n’est pas ignorée du Nouveau Testament (Mc 10,1-11 ;
12,26).
Le Pentateuque, rédactions multiples sous l’autorité de Moïse
L’attribution du Pentateuque à Moïse n’a pas soulevé de difficultés majeures pendant des siècles, si ce n’est quelques soupçons sur le récit
e ede la mort de Moïse à la fin du Deutéronome. Depuis la Renaissance, et encore plus depuis les XVIII et XIX siècles, le développement de
l’esprit critique a obligé à repenser le sens de cette attribution, non sans de sérieuses tensions. Des constats indéniables se sont imposés :
changement des noms divins, double récit de création, différentes manières de présenter le Déluge ou le passage de la mer à l’intérieur d’un
même récit, évolutions des lois du Code de l’Alliance (Ex 20,22 – 23,19) à la Loi de sainteté ( Lv 17 26) en passant par le Code deutéronomique
(Dt 12 – 26), pour ne prendre que quelques exemples. Les spécialistes en sont réduits à proposer des hypothèses. Faut-il penser à l’assemblage
de divers fragments ou envisager un texte de base sans cesse complété ? C’est l’hypothèse documentaire qui, pendant à peu près un siècle, a
dominé la lecture critique du Pentateuque.
L’hypothèse documentaire explique la composition du Pentateuque par la fusion de quatre documents d’abord autonomes, dotés d’une réelle
cohérence, inscrits dans l’histoire du peuple, émanant de milieux précis. Les plus anciens remontent à la période monarchique : la période de
David et de Salomon au Sud pour le plus ancien, le Yahviste (J), les premières manifestations du prophétisme dans le royaume du Nord pour
l’Élohiste (E). Le Deutéronome (D) se développe surtout à partir de la réforme de Josias, datée de 622 av. J.-C. C’est aux prêtres du sanctuaire
de Jérusalem en exil (587-538 av. J.-C.) que l’on doit le document sacerdotal (P), le dernier en date, qui sert de cadre à l’ensemble. Cette lecture
a dû composer avec d’autres approches. Elle a le mérite de proposer une relecture de l’histoire et de respecter les diverses écritures. Plus
sensible à la recherche des sources les plus anciennes, elle est restée plus évasive sur les dernières étapes qui ont conduit à la rédaction finale
du Pentateuque.
C’est précisément sur ces dernières étapes que la recherche a beaucoup progressé ces quarante dernières années. Depuis le début des
années 1970, plusieurs méthodes centrées sur l’état final du texte ont inversé le mouvement, tandis que la reconstruction des origines d’Israël est
apparue de plus en plus délicate pour les historiens, au vu notamment des hypothèses des archéologues. Des analyses plus pointues ont détecté
des influences plus tardives sur des textes jugés jusqu’alors plutôt anciens. À la suite de leurs devanciers qui ont situé aux moments clés de
l’histoire d’Israël le travail de relecture, les chercheurs des quarante dernières années ont privilégié la période de l’Exil comme lieu de relecture.
Bénéficiant d’études plus poussées sur la période perse (538-330 av. J.-C.), ils sont parvenus à donner plus de sens à des textes tardifs dans la
mesure où ils reflètent les débats internes de la communauté juive, qui, après l’Exil, vit sous la domination perse. C’est le texte dans son état final
qui est inspiré et canonique, et ce mouvement actuel rejoint l’exigence de lecture canonique des Écritures. Le moment est venu de faire quelques
propositions raisonnables qui tiennent compte de l’évolution de la recherche.
Le Pentateuque, quand Moïse parle à plusieurs voix
La théorie documentaire a accordé une place privilégiée au document sacerdotal, qui s’impose par sa consistance propre, à la fois récit et
législation. La plupart des spécialistes ont reconnu que ce document, le plus tardif du Pentateuque, a servi de cadre à l’ensemble. Il est
facilement repérable, entre autres choses, par son style répétitif, la précision de ses datations, son vocabulaire technique. Il s’intéresse
particulièrement au culte, tout en prenant soin de relier les différentes phases de l’histoire. S’il ne double pas systématiquement les récits de ses
prédécesseurs, il développe quelques points spécifiques qui lui semblent majeurs, comme l’alliance avec Abraham et la circoncision (Gn 17). On
l’appelle « document sacerdotal » parce qu’on y reconnaît l’œuvre de prêtres, sans doute des prêtres du sanctuaire de Jérusalem qui, au creuset
de l’épreuve de la déportation, ont exercé un rôle pastoral auprès des exilés. Ils y ont mieux découvert le caractère unique du Dieu d’Israël et ont
permis à la communauté des exilés de garder les signes de son identité, comme la circoncision et la Pâque. En sélectionnant quelques textes
clés, on peut déjà se faire une idée de l’orientation théologique du document sacerdotal, par exemple : le récit de la création (Gn 1), l’alliance
avec Noé (Gn 9), l’alliance avec Abraham et la circoncision ( Gn 17), le rituel de la Pâque ( Ex 12) et, bien entendu, tout ce qui concerne le
sanctuaire et sa liturgie. Tout entiers au service de la présence de Dieu, les écrivains sacerdotaux ont un sens aigu de la transcendance de Dieu,
de sa gloire et de sa sainteté.
À côté du document sacerdotal et en dialogue avec lui, on repère une composante majeure du Pentateuque dans un ensemble de textes
reconnaissables à leur phraséologie typique, à quelques expressions caractéristiques, à leur ton exhortatif, à leur volonté d’atteindre le cœur de
l’homme. Parce que ces procédés littéraires et pastoraux abondent dans le livre du Deutéronome, on a qualifié ces auteurs de
« deutéronomistes ». Il serait sans doute excessif d’y voir un mouvement structuré ou une école au sens fort du terme. C’est plutôt un courant
réformateur qui lutte contre l’idolâtrie et toutes formes de contamination païenne. Il inculque à temps et à contretemps la loyauté indéfectible au
Dieu unique, un engagement sans compromission dans l’Alliance proposée par le Dieu d’Israël, à charge d’observer sans réserve ses
commandements. Ce courant a reçu une impulsion décisive dans l’entourage du roi Josias (640-609 av. J.-C.) à la faveur du recul de la
puissance assyrienne et de la découverte du livre de la Loi en 622 av. J.-C. Il a su apporter des réponses nouvelles aux questions nouvelles
posées par l’Exil et le retour dans la terre d’Israël. Étendant ses ramifications au-delà du livre du Deutéronome, ce courant est présent dans larelecture de l’histoire d’Israël, du livre de Josué aux livres des Rois, et il a laissé des traces importantes dans les livres de la Genèse, de l’Exode
et des Nombres. Sa grande innovation est la loi de centralisation du culte (Dt 12). À la différence des écrivains sacerdotaux, il préfère souligner le
caractère joyeux du culte plutôt que de s’attacher aux détails du rituel. On retiendra particulièrement de lui le primat de l’amour de Dieu, le statut
d’Israël peuple saint, consacré au Dieu qui l’a élu par amour, l’exigence pour les membres du peuple de vivre en frères, la perspective
humanitaire, l’attention aux catégories défavorisées. Le discours d’introduction au Code (Dt 6 – 11) donne un bon aperçu de ses positions
théologiques.
Moïse parle à travers ces deux voix, sacerdotale et deutéronomiste. Le document sacerdotal laisse de côté nombre de récits, dont certains
sont transmis aujourd’hui aux assemblées dans la liturgie des dimanches et des fêtes. À la différence de l’œuvre deutéronomiste, il ne comporte
ni Décalogue ni code de lois spécifique. S’il sert de cadre aux récits consignés dans les livres de la Genèse et de l’Exode, on lui doit d’avoir
intégré en les respectant des éléments de l’histoire primitive, de la geste patriarcale, de la geste exodique, autant de nourritures pour la foi. Ce
sont, pour une grande part, des récits plus anciens, car la relecture et l’écriture de l’histoire ont mobilisé plusieurs milieux religieux dès l’époque
monarchique, et de manière plus prégnante depuis l’effondrement du royaume du Nord en 722 av. J.-C. Ces récits pourraient correspondre aux
textes estampillés yahvistes (J) et élohistes (E) de la théorie documentaire. Les recherches récentes ont cependant posé deux questions
sérieuses. Étant donné la diversité des traditions consignées, voire leur indépendance, il n’est pas sûr que l’on puisse reconstituer une histoire
suivie depuis la création du monde ou l’époque patriarcale jusqu’au Sinaï. Sans nier le caractère ancien de ces récits, il paraît plus sage de
renoncer à ces sigles et de lire les textes pour eux-mêmes dans le contexte où ils sont placés. En second lieu, la mise au jour dans ces récits de
traits deutéronomistes, la perception çà et là d’une influence prophétique et la comparaison avec des traditions plus tardives ont contribué à
abaisser l’âge de ces récits. Le passage de la mer (Ex 14) montre comment le texte sacerdotal intègre un récit plus ancien. En revanche, comme
dans le récit du Déluge (Gn 6 – 8) ou le récit de l’Éden ( Gn 2 – 3), une datation assez tardive est envisagée, et la relation avec le texte sacerdotal
fait l’objet de débats.
Par ailleurs, le Décalogue ( Ex 20,1-17) et le Code de l’Alliance ( Ex 20,22 – 23,19) ont été intégrés dans la composition actuelle à des stades
divers de la rédaction. Quelle que soit la position adoptée, la dimension religieuse du texte n’est en rien altérée.
La composition sacerdotale enrichie de ses éléments non sacerdotaux atteint un sommet avec la liturgie du Grand Jour des Expiations
(Lv 16). Les chapitres qui suivent gardent une teneur sacerdotale, mais avec quelques spécificités. D’une construction parallèle à celle des autres
codes, ils doivent aux appels fréquents à la sainteté d’avoir été désignés comme Loi ou Code de sainteté (Lv 17 – 26). Les nombreuses études
comparatives concluent généralement à l’antériorité du Code deutéronomique. L’insistance sur la sainteté n’est pas sans lien avec la théologie du
prophète Ézékiel. À certains endroits, la Loi de sainteté complète la législation sacerdotale. Ainsi en est-il pour les règles de pureté des prêtres et
les cas d’empêchement au sacerdoce (Lv 21), le calendrier des fêtes (Lv 23). L’institution du jubilé (Lv 25,8-54) s’appuie sur une disposition qu’on
trouve d’abord dans le Code deutéronomique (Dt 5,1-11 ; cf. Lv 25,1-8). La Loi de sainteté ne se cantonne pas dans le domaine rituel, elle intègre
des prescriptions éthiques (Lv 19). L’appel à la sainteté concerne ici tous les membres d’un peuple que le Deutéronome désigne comme le
peuple saint, peuple consacré à Dieu. La Loi de sainteté n’indiquerait-elle pas le début d’une synthèse entre les deux grandes composantes du
Pentateuque ?
Le livre des Nombres permet de faire un pas de plus dans l’histoire de la composition du Pentateuque. Entre le Lévitique et le Deutéronome,
il sauvegarde nombre d’éléments qui n’ont pu trouver place dans les autres livres. Que l’on songe au statut et à la fonction des Lévites (Nb 3 – 4),
à leur consécration (Nb 8), aux prescriptions relatives aux revenus des prêtres et des Lévites ( Nb 18), ou encore au rite de l’eau lustrale ( Nb 19).
Comparé au chapitre 23 du Lévitique, le calendrier des fêtes religieuses (Nb 28 – 29) atteste une évolution assez importante. Il n’en découle pas
pour autant que les textes des Nombres soient tous des productions très tardives. On rencontre çà et là un enchevêtrement de récit ancien, de
reprise sacerdotale et de réflexion encore plus tardive, et parfois divergente. Le cas de la mission des explorateurs (Nb 13 – 14) est un excellent
exemple. Un auteur sacerdotal utilise un récit ancien pour le mettre au service de ses propres perspectives théologiques enclines à la réprobation
et à la condamnation, tandis que le passage sur l’intercession de Moïse et le pardon du Seigneur (Nb 14,11b-20) recourt à des termes proches
du Deutéronome pour proposer une théologie différente. Le livre des Nombres est le témoin d’autres débats qui ont agité la communauté juive
tout au long de la période perse : Moïse est-il le seul à qui le Seigneur ait parlé ? Ne nous a-t-il pas parlé à nous aussi ? (Nb 12,2). Si tous les
membres de la communauté sont saints, pourquoi Moïse et Aaron s’élèvent-ils au-dessus de l’assemblée du Seigneur ? (Nb 16,3). Autrement dit,
pourquoi interdire aux Lévites l’accès au sacerdoce ? Ces différents débats, qui ne nous sont pas totalement étrangers, fournissent le meilleur
contexte de lecture du livre des Nombres.
De Moïse à Jésus, une parole pour aujourd’hui
« Il ne s’est plus levé en Israël un prophète comme Moïse, lui que le Seigneur rencontrait face à face » ( Dt 34,10). Loin d’être résolus, les
problèmes critiques resteront toujours en débat. L’important est le rattachement de ce récit fondateur à la figure unique de Moïse, vénéré par
toute la tradition juive, une tradition que nous ne pouvons négliger dans notre lecture du Pentateuque.
« Moïse a été digne de foi dans toute la maison de Dieu en qualité d’intendant… Mais le Christ, lui, est digne de foi en qualité de Fils »
(He 3,5-6). Les chrétiens reçoivent Moïse comme figure du Christ. Si Jésus a usé d’une grande liberté dans son interprétation de la Loi, ce fut
pour lui rendre toute sa vigueur. Il n’est pas venu abolir la Loi, mais l’accomplir (Mt 5,17). La figure de Moïse est une voie d’accès au Christ, en
même temps qu’elle reçoit de lui toute sa lumière. Cet éclairage réciproque fonctionne pleinement dans la liturgie, quand des extraits du
Pentateuque sont proclamés à l’assemblée en relation avec l’Évangile. C’est alors que le croyant l’entend, de manière éminente, comme parole
pour aujourd’hui : « Ce n’est pas avec nos pères que le Seigneur a conclu cette alliance, mais bien avec nous, nous-mêmes qui sommes ici
aujourd’hui, tous vivants » (Dt 5,3).GENÈSE
INTRODUCTION
LIVRE DE LA GENÈSE
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50
TABLE DES PERSONNAGES TABLE DES MOTS-CLÉS TABLE DES LECTURES
TABLE DU LIVRE DE LA GENÈSE
I. LES ORIGINES DU MONDE ET DE L’HUMANITÉ (1 – 11,26)
1. La création et la chute (1 – 5)
2. Le déluge (6 – 9,17)
3. Du déluge à Abraham (9,18 – 11,26)
II. HISTOIRE DES PATRIARCHES (11,27 – 50)
1. Histoire d’Abraham (11,27 – 25,18)
2. Histoire d’Isaac et de ses fils Ésaü et Jacob (25,19 – 36)
3. Histoire de Joseph et de ses frères (37 – 50)LIVRE DE LA GENÈSE
INTRODUCTION
Le livre des origines
Intitulé en hébreu B e r é s h î t (« au commencement ») et en grec G e n e s i s (« genèse »), le livre de la Genèse se définit comme le livre des
origines, des commencements. La formule généalogique « voici la descendance de… », caractéristique du livre, réunit en un tout cohérent des
ensembles de provenances diverses. Au-delà du Pentateuque et du Premier Testament, la Genèse ouvre une histoire qui ne s’achèvera que par
la vision « d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle » (Ap 21,1). Matthieu emprunte à la Genèse ( Gn 2,4 et Gn 5,1) son titre « livre de la
généalogie », et Jean s’y réfère (Gn 1,1) en inaugurant son évangile par l’expression « au commencement ».
Une communauté en quête de ses origines
Entrer dans les préoccupations de la communauté qui a produit ce texte est sans conteste la meilleure manière de l’aborder. Un groupe
éprouvé ou menacé, qui a perdu ses repères, ressentira un besoin plus urgent de redéfinir sa propre identité et de se situer par rapport à son
environnement. Cette tâche s’imposait à la communauté juive dans son effort de restructuration au sortir de l’épreuve de l’Exil. Aussi la Genèse
remonte-t-elle jusqu’aux origines du monde et de l’humanité. Le monde voulu par Dieu est bon. L’homme créé à l’image et à la ressemblance de
Dieu a pour mission de dominer dans la douceur la terre et les animaux (Gn 1). Porteur de la bénédiction divine, il est appelé à vivre dans
l’intimité de Dieu. La transgression de l’ordre divin (Gn 3) perturbe toutes les relations entre l’homme et Dieu, entre les humains, entre l’homme et
les animaux, et introduit la violence dans le monde. L’échec du projet divin n’est pas fatal. La généalogie d’Adam conduit jusqu’à Noé, à la
dixième génération. Sauvé du déluge, Noé est à l’origine d’une humanité nouvelle, avec qui Dieu fait alliance. La violence n’est pas éradiquée,mais elle est limitée par l’interdit du sang (Gn 9). Après le déluge, les hommes se dispersent sur la terre. Les généalogies qui suivent permettent
de situer dans le concert des peuples Abraham, descendant de Sem à la dixième génération. L’utilisation des mythes d’origine mésopotamiens
est l’une des originalités de ces pages. Les croyants qui les ont écrites sont assez lucides pour les lire à la lumière de leur foi yahviste.
L’histoire des ancêtres commence avec Abraham. La tradition exalte à juste titre Abraham comme l’ami de Dieu et le père des croyants, celui
dont se réclament les trois grandes religions monothéistes. Pourtant, sur le plan de l’histoire, il n’émerge guère comme figure individuelle qu’au
moment de l’Exil (Ez 33,24 ; Is 51,2). Les activités d’Abraham gravitent autour d’Hébron, au sud de Jérusalem, la première capitale de David. La
« primauté » du patriarche doit être mise en relation avec la prééminence acquise par le royaume de Juda, sans qu’il soit possible de suivre à la
trace la tradition d’Abraham avant l’Exil. Des textes réputés plus tardifs le font venir de Mésopotamie, pays d’où reviendront les rapatriés.
Abraham se met en route, fort de la promesse divine d’une postérité nombreuse et de la possession de la Terre. La question cruciale est celle de
la transmission de l’héritage au fils de la promesse, Isaac. Le cycle d’Abraham regroupe des unités relativement brèves, d’âge et de nature
divers, pour proposer un itinéraire de la foi.
Isaac a peu de traditions qui lui soient propres. L’histoire de la descendance d’Isaac vise les démêlés de Jacob avec son frère Ésaü, ancêtre
d’Édom, et son oncle maternel, l’Araméen Laban. Les traditions sur Jacob s’enracinent dans le Nord, autour de Sichem notamment, et, au
eVIII siècle av. J.-C., le prophète Osée en a retenu quelques éléments. Les unités sont plus développées, la narration, plus unifiée. Aussi peut-on
considérer, en sa base, le cycle de Jacob comme une « légende » autonome. Plus roué, Jacob n’a pas la stature religieuse d’Abraham, et Osée
lui oppose le prophète qui a fait remonter Israël d’Égypte (Os 12). Si, par bien des traits, Jacob appartient à l’humanité commune, il bénéficie de
rencontres décisives avec Dieu, comme en témoignent le songe de Béthel (Gn 28,1-22) et la lutte avec Dieu ( Gn 32,23-33). Porteur de la
bénédiction, Jacob va son chemin sous la protection divine.
L’histoire de Joseph et de ses frères se déroule dans une atmosphère tout autre. Malgré quelques tensions internes, le récit témoigne d’une
unité narrative plus forte. Après plusieurs rebondissements, les conflits entre frères se résolvent dans une scène de réconciliation générale. Les
relations très favorables avec l’Égypte éveillent l’attention. On induit qu’une communauté juive peut vivre en paix et prospérer dans un pays que
d’autres traditions désignent comme l’ennemi héréditaire. Le problème abordé est assez proche de celui du roman d’Esther. Le récit peut provenir
d’une communauté juive de la Diaspora et, de ce fait, être postérieur à l’Exil.
Une vision originale des origines
Le livre de la Genèse occupe une place à part dans le Pentateuque. Premier des cinq livres de Moïse, il ne parle jamais de Moïse. Israël n’y
apparaît jamais comme un peuple à la conquête d’un territoire ou à la recherche d’un statut politique. En dehors du chapitre 14, les patriarches ne
se posent pas en guerriers. Les conflits éventuels avec les étrangers se règlent à l’amiable. Le pacifisme de la Genèse tranche avec le caractère
guerrier de l’épopée de l’Exode et de la conquête. La Genèse a sa propre autonomie et propose une vision des origines d’Israël qui ne recouvre
pas celle de l’Exode. L’intégration des deux livres relève plutôt d’une phase rédactionnelle tardive du Pentateuque.
Un dialogue à plusieurs voix
Le livre de la Genèse n’est pas l’œuvre d’un seul auteur. La création est présentée sous deux angles différents ( Gn 1 – 2). Le récit du déluge
mélange deux styles (Gn 6 – 9). La mise en danger de la femme du patriarche se répète trois fois ( Gn 12 ; 20 ; 26). Certaines pages se
démarquent aisément de leur contexte (Gn 17). Tel passage clé (comme Gn 12,1-4a) paraît interrompre la continuité du récit. On peut multiplier
les exemples.
Une trame narrative émane de cercles sacerdotaux aux alentours de l’Exil. Le premier récit de la création leur permet entre autres de fonder
le calendrier, si nécessaire au bon déroulement des fêtes liturgiques (Gn 1,14-18), de même que l’institution du sabbat ( Gn 2,1-3). Le programme
narratif de l’œuvre sacerdotale est inscrit dans la bénédiction (Gn 1,28). Les formules généalogiques qui structurent la Genèse relèvent de cet
ensemble. Dieu établit son alliance avec Noé pour toute l’humanité (Gn 9), puis avec Abraham, à qui il impose le signe de la circoncision ( Gn 17).
Une certaine unité de style permet de détecter assez facilement ces passages sacerdotaux.
La richesse de la Genèse ressort de cette confrontation entre ces textes sacerdotaux et ceux qui reflètent les préoccupations et les idéaux
d’autres milieux. Dans l’histoire des origines du monde et de l’humanité, ces textes non sacerdotaux font entrer avec une rare finesse
psychologique dans le mystère de la condition humaine. Ils disent la responsabilité de l’homme devant Dieu et la volonté de celui-ci d’accomplir
son dessein de salut malgré le péché de l’homme. L’appel d’Abraham (Gn 12,1-3) fournit le programme narratif qui domine toute l’histoire
patriarcale. Des discours de promesse insérés aux endroits névralgiques de la narration en assurent l’unité et orientent vers une réalisation
envisageable au-delà du livre de la Genèse et même du Pentateuque. Les nombreux fils narratifs se réunissent en la personne de Joseph, figure
de réconciliation, qui atteste la réussite du dessein divin à travers les vicissitudes de l’histoire : « Soyez sans crainte ! Vais-je prendre la place de
Dieu ? Vous aviez voulu me faire du mal, Dieu a voulu le changer en bien, afin d’accomplir ce qui se réalise aujourd’hui : préserver la vie d’un
peuple nombreux » (Gn 50,19-20).GENÈSE
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50
I. LES ORIGINES DU MONDE ET DE L’HUMANITÉ (1 – 11,26)
1. La création et la chute (1 – 5)
Premier récit de la création

1
1AU COMMENCEMENT,
Dieu créa le ciel et la terre.
(a)2La terre était informe et vide ,
les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme
(b)et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux .


3Dieu dit :
« Que la lumière soit. »
Et la lumière fut.
4Dieu vit que la lumière était bonne,
et Dieu sépara la lumière des ténèbres.
5Dieu appela la lumière « jour »,
il appela les ténèbres « nuit ».
Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour.
6Et Dieu dit :
« Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux,
et qu’il sépare les eaux. »
7Dieu fit le firmament,
il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament
et les eaux qui sont au-dessus.
Et ce fut ainsi.
8Dieu appela le firmament « ciel ».
Il y eut un soir, il y eut un matin : deuxième jour.
9Et Dieu dit :
« Les eaux qui sont au-dessous du ciel,
qu’elles se rassemblent en un seul lieu,
(c)et que paraisse la terre ferme . »
Et ce fut ainsi.
10Dieu appela la terre ferme « terre »,
et il appela la masse des eaux « mer ».
Et Dieu vit que cela était bon.
11Dieu dit :« Que la terre produise l’herbe,
la plante qui porte sa semence,
et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne,
selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence. »
Et ce fut ainsi.
12La terre produisit l’herbe,
la plante qui porte sa semence, selon son espèce,
et l’arbre qui donne, selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence.
Et Dieu vit que cela était bon.
13Il y eut un soir, il y eut un matin : troisième jour.
14Et Dieu dit :
« Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel,
pour séparer le jour de la nuit ;
qu’ils servent de signes
pour marquer les fêtes, les jours et les années ;
15et qu’ils soient, au firmament du ciel,
des luminaires pour éclairer la terre. »
Et ce fut ainsi.
16Dieu fit les deux grands luminaires :
le plus grand pour commander au jour,
le plus petit pour commander à la nuit ;
il fit aussi les étoiles.
17Dieu les plaça au firmament du ciel
pour éclairer la terre,
18pour commander au jour et à la nuit,
pour séparer la lumière des ténèbres.
Et Dieu vit que cela était bon.
19Il y eut un soir, il y eut un matin : quatrième jour.
20Et Dieu dit :
« Que les eaux foisonnent
d’une profusion d’êtres vivants,
et que les oiseaux volent au-dessus de la terre,
(d)sous le firmament du ciel. »
21Dieu créa, selon leur espèce,
les grands monstres marins,
(e)tous les êtres vivants qui vont et viennent
et foisonnent dans les eaux,
et aussi, selon leur espèce,
tous les oiseaux qui volent.
Et Dieu vit que cela était bon.
22Dieu les bénit par ces paroles :« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez les mers,
que les oiseaux se multiplient sur la terre. »
23Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour.
24Et Dieu dit :
« Que la terre produise des êtres vivants
selon leur espèce,
(f)bestiaux, bestioles et bêtes sauvages
selon leur espèce. »
Et ce fut ainsi.
25Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce,
les bestiaux selon leur espèce,
et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce.
Et Dieu vit que cela était bon.
26Dieu dit :
« Faisons l’homme à notre image,
selon notre ressemblance.
Qu’il soit le maître
des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
(g)des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages ,
et de toutes les bestioles
qui vont et viennent sur la terre. »


27Dieu créa l’homme à son image,
à l’image de Dieu il le créa,
il les créa homme et femme.


28Dieu les bénit et leur dit :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez la terre et soumettez-la.
Soyez les maîtres
des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »
29Dieu dit encore :
« Je vous donne toute plante qui porte sa semence
sur toute la surface de la terre,
et tout arbre dont le fruit porte sa semence :
telle sera votre nourriture.
30À tous les animaux de la terre,
à tous les oiseaux du ciel,
à tout ce qui va et vient sur la terre
et qui a souffle de vie,
(h)je donne comme nourriture toute herbe verte. »Et ce fut ainsi.
31Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ;
et voici : cela était très bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour.



2
1Ainsi furent achevés le ciel et la terre,
(i)et tout leur déploiement .
2Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite.
Il se reposa, le septième jour,
de toute l’œuvre qu’il avait faite.
3Et Dieu bénit le septième jour : il le sanctifia
puisque, ce jour-là, il se reposa de toute l’œuvre de création qu’il avait faite.
4Telle fut l’origine du ciel et de la terre
lorsqu’ils furent créés.

Second récit de la création : le jardin
Lorsque le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, 5 aucun buisson n’était encore sur la
terre, aucune herbe n’avait poussé, parce que le Seigneur Dieu n’avait pas encore fait
(j)pleuvoir sur la terre, et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol. 6 Mais une source
montait de la terre et irriguait toute la surface du sol. 7 Alors le Seigneur Dieu modela
(k)l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie , et
l’homme devint un être vivant. 8 Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y
plaça l’homme qu’il avait modelé. 9 Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes
(l)d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au
milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
10Un fleuve sortait d’Éden pour irriguer le jardin ; puis il se divisait en quatre bras :
11le premier s’appelle le Pishone, il contourne tout le pays de Havila où l’on trouve de l’or
(m)12– et l’or de ce pays est bon – ainsi que de l’ambre jaune et de la cornaline ; 13le
deuxième fleuve s’appelle le Guihone, il contourne tout le pays de Koush ; 14le troisième
fleuve s’appelle le Tigre, il coule à l’est d’Assour ; le quatrième fleuve est l’Euphrate.
15Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le
travaille et le garde. 16 Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : « Tu peux manger
(n)les fruits de tous les arbres du jardin ; 17 mais l’arbre de la connaissance du bien et du
mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras. »
Second récit de la création : la formation de la femme
18Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une
(o)aide qui lui correspondra . » 19 Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les
bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels
noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. 20
L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les
bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. 21 Alors le Seigneur
(p)Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux , et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu
prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. 22 Avec la côte qu’il avait prise à
l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme.23L’homme dit alors :
« Cette fois-ci, voilà l’os de mes os
et la chair de ma chair !
On l’appellera femme – Ishsha –,
elle qui fut tirée de l’homme – Ish. »
24À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et
(q)tous deux ne feront plus qu’un .
25Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus, et ils n’en éprouvaient aucune
(r)honte l’un devant l’autre .
La chute

3
1Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait
faits. Il dit à la femme : « Alors, Dieu vous a vraiment dit : “Vous ne mangerez d’aucun
arbre du jardin” ? » 2 La femme répondit au serpent : « Nous mangeons les fruits des
arbres du jardin. 3 Mais, pour le fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit :
“Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sinon vous mourrez.” » 4 Le serpent dit
à la femme : « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! 5 Mais Dieu sait que, le jour où vous
en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et
le mal. »
(s)6La femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux , qu’il était agréable
(t)à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence. Elle prit de son
(u)fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari , et il en mangea. 7 Alors leurs yeux
à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. Ils attachèrent les unes
aux autres des feuilles de figuier, et ils s’en firent des pagnes.
(v)8Ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin à la brise
du jour. L’homme et sa femme allèrent se cacher aux regards du Seigneur Dieu parmi les
arbres du jardin. 9 Le Seigneur Dieu appela l’homme et lui dit : « Où es-tu donc ? » 10 Il
répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me
(w)suis caché. » 11 Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu
mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » 12 L’homme répondit : « La femme
(x)que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »
13Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le
serpent m’a trompée, et j’ai mangé. »
14Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit
parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu
mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15 Je mettrai une hostilité entre toi et la
(y)femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu
lui meurtriras le talon. »
(z) (aa)16Le Seigneur Dieu dit ensuite à la femme : « Je multiplierai la peine de tes
(ab)grossesses ; c’est dans la peine que tu enfanteras des fils. Ton désir te portera vers
ton mari, et celui-ci dominera sur toi. »
17Il dit enfin à l’homme : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as
(ac)mangé le fruit de l’arbre que je t’avais interdit de manger : maudit soit le sol à cause de
toi ! C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. 18 De
luimême, il te donnera épines et chardons, mais tu auras ta nourriture en cultivant les
(ad) (ae) (af)champs . 19 C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain , jusqu’à ceque tu retournes à la terre dont tu proviens ; car tu es poussière, et à la poussière tu
retourneras. »
(ag)20L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante) , parce qu’elle fut la
mère de tous les vivants. 21 Le Seigneur Dieu fit à l’homme et à sa femme des tuniques
de peau et les en revêtit. 22 Puis le Seigneur Dieu déclara : « Voilà que l’homme est
devenu comme l’un de nous par la connaissance du bien et du mal ! Maintenant, ne
(ah)permettons pas qu’il avance la main, qu’il cueille aussi le fruit de l’arbre de vie, qu’il en
mange et vive éternellement ! »
23Alors le Seigneur Dieu le renvoya du jardin d’Éden, pour qu’il travaille la terre d’où il
avait été tiré. 24 Il expulsa l’homme, et il posta, à l’orient du jardin d’Éden, les Kéroubim,
armés d’un glaive fulgurant, pour garder l’accès de l’arbre de vie.
Caïn et Abel

4
(ai)1L’homme s’unit à Ève, sa femme : elle devint enceinte, et elle mit au monde Caïn. Elle
(aj)dit alors : « J’ai acquis un homme avec l’aide du Seigneur ! » 2 Dans la suite, elle mit au
(ak)monde Abel, frère de Caïn. Abel devint berger, et Caïn cultivait la terre .
(al)3Au temps fixé , Caïn présenta des produits de la terre en offrande au Seigneur. 4
De son côté, Abel présenta les premiers-nés de son troupeau, en offrant les morceaux les
meilleurs. Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande, 5 mais vers Caïn et
son offrande, il ne le tourna pas.
(am)Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu. 6 Le Seigneur dit à Caïn :
« Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu ? 7 Si tu agis bien, ne relèveras-tu pas
ton visage ? Mais si tu n’agis pas bien…, le péché est accroupi à ta porte. Il est à
(an)l’affût , mais tu dois le dominer. »
(ao)8Caïn dit à son frère Abel : « Sortons dans les champs . » Et, quand ils furent dans
la campagne, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.
9Le Seigneur dit à Caïn : « Où est ton frère Abel ? » Caïn répondit : « Je ne sais pas.
Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère ? » 10 Le Seigneur reprit : « Qu’as-tu fait ?
(ap)La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi ! 11 Maintenant donc, sois maudit
et chassé loin de cette terre qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère, versé
par ta main. 12 Tu auras beau cultiver la terre, elle ne produira plus rien pour toi. Tu seras
un errant, un vagabond sur la terre. »
(aq)13Alors Caïn dit au Seigneur : « Mon châtiment est trop lourd à porter ! 14 Voici
(ar)qu’aujourd’hui tu m’as chassé de cette terre . Je dois me cacher loin de toi, je serai un
errant, un vagabond sur la terre, et le premier venu qui me trouvera me tuera. » 15 Le
Seigneur lui répondit : « Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. » Et le Seigneur
mit un signe sur Caïn pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait.
La descendance de Caïn
16Caïn s’éloigna de la face du Seigneur et s’en vint habiter au pays de Nod, à l’est
(as)d’Éden. 17Il s’unit à sa femme, elle devint enceinte et mit au monde Hénok. Il
construisit une ville et l’appela du nom de son fils : Hénok. 18À Hénok naquit Irad, Irad
(at) (au)engendra Mehouyaël, Mehouyaël engendra Metoushaël , et Metoushaël engendra
Lamek.
19Lamek prit deux femmes : l’une s’appelait Ada et l’autre, Silla. 20Ada mit au mondeYabal : celui-ci fut le père de ceux qui habitent sous la tente et parmi les troupeaux. 21Son
frère s’appelait Youbal ; il fut le père de tous ceux qui jouent de la cithare et de la flûte.
(av)22Silla, quant à elle, mit au monde Toubal-Caïn qui aiguisait les socs de bronze et de
fer. La sœur de Toubal-Caïn était Naama.
23Lamek dit à ses femmes :
« Ada et Silla, entendez ma voix,
épouses de Lamek, écoutez ma parole :
Pour une blessure, j’ai tué un homme ;
pour une meurtrissure, un enfant.
24Caïn sera vengé sept fois,
et Lamek, soixante-dix-sept fois ! »
Seth
(aw)25Adam s’unit encore à sa femme, et elle mit au monde un fils. Elle lui donna le
(ax)nom de Seth (ce qui veut dire : accordé) , car elle dit : « Dieu m’a accordé une nouvelle
descendance à la place d’Abel, tué par Caïn. » 26Seth, lui aussi, eut un fils. Il l’appela du
nom d’Énosh. Alors on commença à invoquer le nom du Seigneur.
La descendance d’Adam jusqu’à Noé

5
1Voici le livre de la descendance d’Adam. Le jour où Dieu créa l’homme, il le fit à la
ressemblance de Dieu ; 2il les créa homme et femme ; il les bénit et il leur donna le nom
(ay)d’« Homme » , le jour où ils furent créés.
3Adam vécut cent trente ans, puis il engendra un fils à sa ressemblance et selon son
image ; il l’appela du nom de Seth. 4Après qu’Adam eut engendré Seth, la durée de sa
(az)vie fut encore de huit cents ans, et il engendra des fils et des filles. 5Adam vécut en
tout neuf cent trente ans ; puis il mourut.
6Seth vécut cent cinq ans, puis il engendra Énosh. 7Après avoir engendré Énosh, Seth
vécut encore huit cent sept ans et engendra des fils et des filles. 8Seth vécut en tout neuf
cent douze ans ; puis il mourut.
9Énosh vécut quatre-vingt-dix ans, puis il engendra Qénane. 10Après avoir engendré
Qénane, Énosh vécut encore huit cent quinze ans et engendra des fils et des filles.
11Énosh vécut en tout neuf cent cinq ans ; puis il mourut.
12Qénane vécut soixante-dix ans, puis il engendra Mahalalel. 13Après avoir engendré
Mahalalel, Qénane vécut encore huit cent quarante ans et engendra des fils et des filles.
14Qénane vécut en tout neuf cent dix ans ; puis il mourut.
15Mahalalel vécut soixante-cinq ans, puis il engendra Yèred. 16Après avoir engendré
Yèred, Mahalalel vécut encore huit cent trente ans et engendra des fils et des filles.
17Mahalalel vécut en tout huit cent quatre-vingt-quinze ans ; puis il mourut.
18Yèred vécut cent soixante-deux ans, puis il engendra Hénok. 19Après avoir
engendré Hénok, Yèred vécut encore huit cents ans et engendra des fils et des filles.
20Yèred vécut en tout neuf cent soixante-deux ans ; puis il mourut.
21Hénok vécut soixante-cinq ans, puis il engendra Mathusalem. 22Après avoir
engendré Mathusalem, Hénok marcha encore avec Dieu pendant trois cents ans et
engendra des fils et des filles. 23Hénok vécut en tout trois cent soixante-cinq ans. 24Ilavait marché avec Dieu, puis il disparut car Dieu l’avait enlevé.
25Mathusalem vécut cent quatre-vingt-sept ans, puis il engendra Lamek. 26Après
avoir engendré Lamek, Mathusalem vécut encore sept cent quatre-vingt-deux ans et
engendra des fils et des filles. 27Mathusalem vécut en tout neuf cent soixante-neuf ans ;
puis il mourut.
28Lamek vécut cent quatre-vingt-deux ans, puis il engendra un fils. 29Il l’appela du
(ba)nom de Noé, en disant : « Celui-ci nous soulagera de nos labeurs et de la peine
qu’impose à nos mains un sol maudit par le Seigneur. » 30Après avoir engendré Noé,
Lamek vécut encore cinq cent quatre-vingt-quinze ans et engendra des fils et des filles.
31Lamek vécut en tout sept cent soixante-dix-sept ans ; puis il mourut.
32Noé était âgé de cinq cents ans quand il engendra Sem, Cham et Japhet.
2. Le déluge (6 – 9,17)
Perversité des hommes

6
1Quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la terre et qu’ils eurent des filles,
2les fils des dieux s’aperçurent que les filles des hommes étaient belles. Ils prirent pour
eux des femmes parmi toutes celles qu’ils avaient distinguées. 3Alors le Seigneur dit :
« Mon souffle n’habitera pas indéfiniment dans l’homme : celui-ci s’égare, il n’est qu’un être
de chair, sa vie ne durera que cent vingt ans. »
4En ces jours-là, et même plus tard, il y avait des géants sur la terre. Les fils des dieux
s’approchaient des filles des hommes et elles en avaient des enfants : ce sont les héros du
temps jadis, des hommes de renom.
5Le Seigneur vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toutes
les pensées de son cœur se portaient uniquement vers le mal à longueur de journée. 6 Le
Seigneur se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre ; il s’irrita en son cœur et il dit : 7 « Je
vais effacer de la surface du sol les hommes que j’ai créés – et non seulement les hommes
mais aussi les bestiaux, les bestioles et les oiseaux du ciel – car je me repens de les avoir
faits. » 8 Mais Noé trouva grâce aux yeux du Seigneur.
Noé, le juste
(bb)9Voici l’histoire de Noé. Parmi ses contemporains, Noé fut un homme juste,
parfait. Noé marchait avec Dieu. 10Il engendra trois fils : Sem, Cham et Japhet. 11Mais la
terre s’était corrompue devant la face de Dieu, la terre était remplie de violence. 12Dieu
regarda la terre, et voici qu’elle était corrompue car, sur la terre, tout être de chair avait une
conduite corrompue.
(bc)13Dieu dit à Noé : « Je l’ai décidé, c’est la fin de tout être de chair ! À cause des
hommes, la terre est remplie de violence. Eh bien ! je vais les détruire et la terre avec eux.
14Fais-toi une arche en bois de cyprès. Tu la diviseras en cellules et tu l’enduiras de
bitume à l’intérieur et à l’extérieur. 15Tu la feras ainsi : trois cents coudées de long,
(bd)cinquante de large et trente de haut. 16Tu feras à l’arche un toit à pignon que tu
fixeras une coudée au-dessus d’elle. Tu mettras l’entrée de l’arche sur le côté, puis tu lui
feras un étage inférieur, un deuxième étage et un troisième.
17Et voici que moi je fais venir le déluge, les eaux recouvriront la terre ; ainsi je
détruirai, sous les cieux, tout être de chair animé d’un souffle de vie. Tout ce qui vit sur la(be)terre expirera. 18Mais, avec toi, j’établirai mon alliance . Toi, tu entreras dans l’arche et,
avec toi, tes fils, ta femme et les femmes de tes fils. 19De tout ce qui vit, tout ce qui est de
(bf)chair, tu feras entrer dans l’arche un mâle et une femelle, pour qu’ils restent en vie avec
toi. 20De chaque espèce d’oiseaux, de chaque espèce d’animaux domestiques, de chaque
(bg)espèce de reptiles du sol, un couple t’accompagnera pour rester en vie. 21Et toi,
procure-toi de quoi manger ; fais-en provision. Ce sera ta nourriture et la leur. »
22Noé fit ainsi. Tout ce que Dieu lui avait ordonné, il le fit.
Noé dans l’arche pendant le déluge

7
(bh)1Le Seigneur dit à Noé : « Entre dans l’arche, toi et toute ta famille , car j’ai vu qu’au
sein de cette génération, devant moi, tu es juste. 2 De tous les animaux purs, tu prendras
(bi)sept mâles et sept femelles ; des animaux qui ne sont pas purs, tu en prendras deux,
(bj)un mâle et une femelle ; 3 et de même des oiseaux du ciel, sept mâles et sept femelles ,
pour que leur race continue à vivre à la surface de la terre. 4 Encore sept jours, en effet, et
je vais faire tomber la pluie sur la terre, pendant quarante jours et quarante nuits ;
j’effacerai de la surface du sol tous les êtres que j’ai faits. »
5Noé fit tout ce que le Seigneur lui avait ordonné. 6Noé avait six cents ans quand eut
(bk)lieu le déluge, c’est-à-dire les eaux sur la terre. 7Noé entra dans l’arche avec ses fils,
sa femme et les femmes de ses fils, à cause des eaux du déluge. 8Des animaux purs et
(bl)des animaux impurs, des oiseaux et de tout ce qui va et vient sur le sol, 9un
couple – un mâle et une femelle – entra dans l’arche avec Noé, comme Dieu l’avait
ordonné à Noé.
10Sept jours plus tard, les eaux du déluge étaient sur la terre.
11L’an six cent de la vie de Noé, le deuxième mois, le dix-septième jour du mois, ce
jour-là, les réservoirs du grand abîme se fendirent ; les vannes des cieux s’ouvrirent. 12Et
la pluie tomba sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits. 13En ce jour
(bm)même , Noé entra dans l’arche avec ses fils Sem, Cham et Japhet, avec sa femme et
(bn)les trois femmes de ses fils. 14Y entrèrent aussi tous les animaux selon leur espèce,
tous les bestiaux selon leur espèce, tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur
espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout ce qui vole, tout ce qui a des ailes.
15Couple par couple, tous les êtres de chair animés d’un souffle de vie entrèrent dans
l’arche avec Noé. 16Ceux qui entraient, c’était un mâle et une femelle de tous les êtres de
(bo)chair , comme Dieu l’avait ordonné à Noé.
(bp)Alors le Seigneur ferma la porte sur Noé .
17Et ce fut le déluge sur la terre pendant quarante jours. Les eaux grossirent et
soulevèrent l’arche qui s’éleva au-dessus de la terre. 18Les eaux montèrent et grossirent
beaucoup sur la terre, et l’arche flottait à la surface des eaux. 19Les eaux montèrent
encore beaucoup, beaucoup sur la terre ; sous tous les cieux, toutes les hautes montagnes
furent recouvertes. 20Les eaux étaient montées de quinze coudées au-dessus des
montagnes qu’elles recouvraient. 21Alors expira tout être de chair, tout ce qui va et vient
(bq)sur la terre : oiseaux, bestiaux, bêtes sauvages, tout ce qui foisonne sur la terre, et
tous les hommes. 22Parmi tout ce qui existait sur la terre ferme, tout ce qui avait en ses
(br)narines un souffle de vie mourut. 23Ainsi furent effacés de la surface du sol tous les
êtres qui s’y trouvaient, non seulement les hommes mais aussi les bestiaux, les bestioles
et les oiseaux du ciel ; ils furent effacés de la terre : il ne resta que Noé et ceux qui étaient
avec lui dans l’arche.
24Et les eaux montèrent au-dessus de la terre pendant cent cinquante jours.Fin du déluge

8
1Dieu se souvint de Noé, de toutes les bêtes sauvages et de tous les bestiaux qui étaient
avec lui dans l’arche ; il fit passer un souffle sur la terre : les eaux se calmèrent. 2Les
sources de l’abîme et les vannes du ciel se fermèrent, la pluie des cieux s’arrêta. 3Par un
mouvement de flux et de reflux, les eaux se retirèrent de la surface de la terre. Au bout de
cent cinquante jours, les eaux avaient baissé 4et, le dix-septième jour du septième mois,
l’arche se posa sur les monts d’Ararat. 5Les eaux continuèrent à baisser jusqu’au dixième
(bs)mois ; le premier jour du dixième mois, les sommets des montagnes apparurent. 6Au
bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait construite, 7et il lâcha le
corbeau ; celui-ci fit des allers et retours, jusqu’à ce que les eaux se soient retirées,
(bt)laissant la terre à sec. 8Noé lâcha aussi la colombe pour voir si les eaux avaient baissé
(bu)à la surface du sol. 9La colombe ne trouva pas d’endroit où se poser , et elle revint vers
l’arche auprès de lui, parce que les eaux étaient sur toute la surface de la terre ; Noé tendit
la main, prit la colombe, et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche. 10Il attendit encore sept
jours, et lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. 11Vers le soir, la colombe revint, et
voici qu’il y avait dans son bec un rameau d’olivier tout frais ! Noé comprit ainsi que les
eaux avaient baissé sur la terre. 12Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe,
qui, cette fois-ci, ne revint plus vers lui.
(bv) (bw)13C’est en l’an six cent un de la vie de Noé , au premier mois, le premier jour
du mois, que les eaux s’étaient retirées, laissant la terre à sec. Noé enleva le toit de
l’arche, et regarda : et voici que la surface du sol était sèche. 14Au deuxième mois, le
vingt-septième jour du mois, la terre était sèche.
15Dieu parla à Noé et lui dit : 16« Sors de l’arche, toi et, avec toi, ta femme, tes fils et
les femmes de tes fils. 17Tous les animaux qui sont avec toi, tous ces êtres de chair,
oiseaux, bestiaux, reptiles qui rampent sur la terre, fais-les sortir avec toi ; qu’ils foisonnent
sur la terre, qu’ils soient féconds et se multiplient sur la terre. » 18Noé sortit donc avec ses
fils, sa femme et les femmes de ses fils. 19Tous les animaux, tous les reptiles, tous les
oiseaux, tout ce qui va et vient sur la terre, sortirent de l’arche, par familles.
20Noé bâtit un autel au Seigneur ; il prit, parmi tous les animaux purs et tous les
(bx)oiseaux purs, des victimes qu’il offrit en holocauste sur l’autel. 21 Le Seigneur respira
l’agréable odeur, et il se dit en lui-même : « Jamais plus je ne maudirai le sol à cause de
l’homme : le cœur de l’homme est enclin au mal dès sa jeunesse, mais jamais plus je ne
frapperai tous les vivants comme je l’ai fait.
22Tant que la terre durera,
semailles et moissons,
froidure et chaleur,
été et hiver,
jour et nuit
jamais ne cesseront. »
L’humanité nouvelle : bénédiction et alliance

9
1Dieu bénit Noé et ses fils. Il leur dit : « Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre.
2 Vous serez la crainte et la terreur de tous les animaux de la terre, de tous les oiseaux du
ciel, de tout ce qui va et vient sur le sol, et de tous les poissons de la mer : ils sont livrés
entre vos mains. 3 Tout ce qui va et vient, tout ce qui vit sera votre nourriture ; comme je(by)vous avais donné l’herbe verte, je vous donne tout cela. 4 Mais, avec la chair, vous ne
mangerez pas le principe de vie, c’est-à-dire le sang.
5Quant au sang, votre principe de vie, j’en demanderai compte à tout animal et j’en
demanderai compte à tout homme ; à chacun, je demanderai compte de la vie de l’homme,
son frère.
6Si quelqu’un verse le sang de l’homme,
par l’homme son sang sera versé.
Car Dieu a fait l’homme à son image.
(bz)7Et vous, soyez féconds, multipliez-vous, devenez très nombreux sur la terre ; oui,
(ca)multipliez-vous ! »
(cb)8Dieu dit encore à Noé et à ses fils : 9 « Voici que moi, j’établis mon alliance avec
vous, avec votre descendance après vous, 10 et avec tous les êtres vivants qui sont avec
(cc)vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre , tout ce qui est sorti de
(cd)l’arche . 11 Oui, j’établis mon alliance avec vous : aucun être de chair ne sera plus
détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. »
12Dieu dit encore : « Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec
tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais : 13je mets mon
arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre.
14Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc apparaîtra au
milieu des nuages, 15je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous
(ce)les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de
chair. 16L’arc sera au milieu des nuages, je le verrai et, alors, je me souviendrai de
(cf)l’alliance éternelle entre Dieu et tout être vivant qui est sur la terre. »
17Dieu dit à Noé : « Voilà le signe de l’alliance que j’ai établie entre moi et tout être de
chair qui est sur la terre. »
3. Du déluge à Abraham (9,18 – 11,26)
Noé et ses fils
18Les fils de Noé qui sortirent de l’arche sont Sem, Cham et Japhet. Cham est le père
de Canaan. 19Tels sont les trois fils de Noé, et à partir d’eux toute la terre fut
(cg)repeuplée .
20Noé, homme de la terre, fut le premier à planter la vigne. 21Il en but le vin, s’enivra
et se retrouva nu au milieu de sa tente. 22Cham, le père de Canaan, vit que son père était
nu et il en informa ses deux frères qui étaient dehors. 23Sem et Japhet prirent le manteau,
le placèrent sur leurs épaules à tous deux et, marchant à reculons, ils en couvrirent leur
(ch)père qui était nu . Comme leurs visages étaient détournés, ils ne virent pas la nudité de
leur père.
24Noé, ayant cuvé son vin, se réveilla et apprit ce qu’avait fait son plus jeune fils. 25Il
dit :
« Maudit soit Canaan !
Il sera pour ses frères
l’esclave des esclaves. »
26Et il ajouta :
« Béni soit le Seigneur, le Dieu de Sem !
Que Canaan soit son esclave !27Que Dieu mette Japhet au large !
Qu’il demeure dans les tentes de Sem,
et que Canaan soit son esclave. »
28Après le déluge, Noé vécut encore trois cent cinquante ans. 29En tout, il vécut neuf
cent cinquante ans, puis il mourut.
Le peuplement de la terre

10
1Voici la descendance des fils de Noé, Sem, Cham et Japhet. Il leur naquit des fils après le
déluge.
2Fils de Japhet : Gomer, Magog, Madaï, Yavane, Toubal, Mèshek et Tirâs. 3Fils de
Gomer : Ashkenaz, Rifath et Togarma. 4Fils de Yavane : Élisha, Tarsis, Kittim et Rodanim.
5C’est à partir d’eux que se fit la dispersion dans les îles des nations ; chacun s’installa,
selon son clan et sa langue, sur sa terre parmi les nations.
6Fils de Cham : Koush, Misraïm, Pouth et Canaan. 7Fils de Koush : Séba, Havila,
Sabta, Raéma, Sabteka. Fils de Raéma : Saba et Dedane.
8Koush engendra Nemrod. Il fut le premier héros sur la terre. 9C’était un vaillant
chasseur devant le Seigneur. C’est pourquoi on dit : « Être, tel Nemrod, vaillant chasseur
devant le Seigneur. » 10Les capitales de son royaume furent Babel, Érek, Akkad, Kalné,
au pays de Shinéar. 11De ce pays sortit Assour qui construisit Ninive, Rehoboth-Ir, Kalah,
12et Rèsèn entre Ninive et Kalah : c’est la grande ville.
13Misraïm engendra les gens de Loud, d’Einame, de Lehab, de Naftouah, 14de
Patrous et de Kaslouah d’où sortirent les Philistins et les gens de Kaftor.
15Canaan engendra Sidon, son premier-né, et Heth, 16puis le Jébuséen, l’Amorite, le
Guirgashite, 17le Hivvite, l’Arqite, le Sinite, 18l’Arvadite, le Semarite, le Hamatite. Les clans
des Cananéens se dispersèrent ensuite 19et le territoire cananéen s’étendit de Sidon vers
Guérar jusqu’à Gaza, vers Sodome et Gomorrhe, Adma et Seboïm jusqu’à Lèsha.
20Tels furent les fils de Cham installés selon leurs clans et leurs langues, sur leurs
terres parmi les nations.
21De Sem, le frère aîné de Japhet, naquit aussi le père de tous les fils d’Éber.
22Fils de Sem : Élam, Assour, Arpaxad, Loud et Aram. 23Fils d’Aram : Ouç, Houl,
Guèter et Mash.
24Arpaxad engendra Shèlah, et Shèlah engendra Éber. 25À Éber naquirent deux fils.
(ci)Le premier s’appelait Pèleg, ce qui signifie « diviser » , car en son temps la terre fut
divisée, et son frère s’appelait Yoqtane. 26Yoqtane engendra Almodad, Shèlef,
Haçarmaveth, Yèrah, 27Hadoram, Ouzal, Diqla, 28Obal, Abimaël, Saba, 29Ofir, Havila,
Yobab. Tous ceux-là sont les fils de Yoqtane ; 30leur lieu d’habitation s’étendait depuis
Mésha en direction de Sefar, jusqu’à la montagne de l’orient.
31Tels furent les fils de Sem installés selon leurs clans et leurs langues, sur leurs
terres parmi les nations. 32Tels furent les clans des fils de Noé, selon leur descendance,
d’après leurs nations. C’est à partir d’eux que se fit la dispersion des nations sur la terre
après le déluge.
La tour de Babel

111Toute la terre avait alors la même langue et les mêmes mots. 2 Au cours de leurs
(cj)déplacements du côté de l’orient, les hommes découvrirent une plaine en
(ck)Mésopotamie , et s’y établirent. 3 Ils se dirent l’un à l’autre : « Allons ! fabriquons des
briques et mettons-les à cuire ! » Les briques leur servaient de pierres, et le bitume, de
mortier. 4 Ils dirent : « Allons ! bâtissons-nous une ville, avec une tour dont le sommet soit
dans les cieux. Faisons-nous un nom, pour ne pas être disséminés sur toute la surface de
la terre. »
(cl)5Le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que les hommes avaient bâties. 6
Et le Seigneur dit : « Ils sont un seul peuple, ils ont tous la même langue : s’ils
commencent ainsi, rien ne les empêchera désormais de faire tout ce qu’ils décideront. 7
Allons ! descendons, et là, embrouillons leur langue : qu’ils ne se comprennent plus les
uns les autres. » 8 De là, le Seigneur les dispersa sur toute la surface de la terre. Ils
(cm)cessèrent donc de bâtir la ville. 9 C’est pourquoi on l’appela Babel , car c’est là que le
Seigneur embrouilla la langue des habitants de toute la terre ; et c’est de là qu’il les
dispersa sur toute la surface de la terre.
La descendance de Sem
10Voici la descendance de Sem.
Sem était âgé de cent ans quand, deux ans après le déluge, il engendra Arpaxad.
11Après avoir engendré Arpaxad, Sem vécut encore cinq cents ans et engendra des fils et
des filles.
12Arpaxad vécut trente-cinq ans, puis il engendra Shèlah. 13Après avoir engendré
Shèlah, Arpaxad vécut encore quatre cent trois ans et engendra des fils et des filles.
14Shèlah vécut trente ans, puis il engendra Éber. 15Après avoir engendré Éber,
Shèlah vécut encore quatre cent trois ans et engendra des fils et des filles.
16Éber vécut trente-quatre ans, puis il engendra Pèleg. 17Après avoir engendré Pèleg,
Éber vécut encore quatre cent trente ans et engendra des fils et des filles.
18Pèleg vécut trente ans, puis il engendra Réou. 19Après avoir engendré Réou, Pèleg
vécut encore deux cent neuf ans et engendra des fils et des filles.
20Réou vécut trente-deux ans, puis il engendra Seroug. 21Après avoir engendré
Seroug, Réou vécut encore deux cent sept ans et engendra des fils et des filles.
22Seroug vécut trente ans, puis il engendra Nahor. 23Après avoir engendré Nahor,
Seroug vécut encore deux cents ans et engendra des fils et des filles.
24Nahor vécut vingt-neuf ans, puis il engendra Tèrah. 25Après avoir engendré Tèrah,
Nahor vécut encore cent dix-neuf ans et engendra des fils et des filles.
26Tèrah vécut soixante-dix ans, puis il engendra Abram, Nahor et Harane.II. HISTOIRE DES PATRIARCHES (11,27 – 50)
1. Histoire d’Abraham (11,27 – 25,18)
La descendance de Tèrah
27Voici la descendance de Tèrah. Tèrah engendra Abram, Nahor et Harane. Harane
engendra Loth. 28Harane mourut avant son père Tèrah dans le pays de sa parenté, à Our
des Chaldéens. 29Abram et Nahor prirent femme ; l’épouse d’Abram s’appelait Saraï, et
celle de Nahor, Milka, fille de Harane, père de Milka et de Yiska. 30Saraï était stérile, elle
n’avait pas d’enfant.
31Tèrah prit son fils Abram, son petit-fils Loth, fils de Harane, et sa bru Saraï, femme
de son fils Abram, qui sortirent avec eux d’Our des Chaldéens pour aller au pays de
Canaan. Ils gagnèrent Harane où ils s’établirent. 32Tèrah vécut deux cent cinq ans ; puis il
mourut à Harane.
Vocation d’Abram

12
1Le Seigneur dit à Abram :
« Quitte ton pays,
ta parenté et la maison de ton père,
(cn)et va vers le pays que je te montrerai.
2Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai,
je rendrai grand ton nom,
et tu deviendras une bénédiction.
3Je bénirai ceux qui te béniront ;
celui qui te maudira, je le réprouverai.
(co) (cp)En toi seront bénies toutes les familles de la terre . »

4Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui. Abram
(cq)avait soixante-quinze ans lorsqu’il sortit de Harane. 5 Il prit sa femme Saraï , son neveu
(cr)Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis, et les personnes dont ils s’étaient entourés à
Harane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays.
(cs)6Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, au chêne de Moré. Les
Cananéens étaient alors dans le pays. 7 Le Seigneur apparut à Abram et dit : « À ta
descendance je donnerai ce pays. » Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était
apparu. 8 De là, il se rendit dans la montagne, à l’est de Béthel, et il planta sa tente, ayant
Béthel à l’ouest, et Aï à l’est. Là, il bâtit un autel au Seigneur et il invoqua le nom du
Seigneur. 9 Puis, de campement en campement, Abram s’en alla vers le Néguev.
Abram en Égypte
10Il y eut une famine dans le pays et Abram descendit en Égypte pour y séjourner car
la famine accablait son pays.
11Quand il fut sur le point d’entrer en Égypte, il dit à Saraï, sa femme : « Vois-tu, je le
sais, toi, tu es une femme belle à regarder. 12Quand les Égyptiens te verront, ils diront :“C’est sa femme” et ils me tueront, tandis que toi, ils te laisseront vivre. 13S’il te plaît, dis
que tu es ma sœur ; alors, à cause de toi ils me traiteront bien et, grâce à toi, je resterai en
vie. » 14En effet, quand Abram arriva en Égypte, les Égyptiens virent la femme et la
(ct)trouvèrent très belle. 15Les officiers de Pharaon la virent, chantèrent ses louanges à
(cu)Pharaon et elle fut emmenée au palais . 16À cause d’elle, on traita bien Abram qui
reçut petit et gros bétail, ânes, esclaves et servantes, ânesses et chameaux. 17Mais le
Seigneur frappa de grandes plaies Pharaon et sa maison à cause de Saraï, la femme
d’Abram. 18Pharaon convoqua Abram et lui dit : « Que m’as-tu fait là ! Pourquoi ne m’as-tu
pas fait savoir qu’elle était ta femme ? 19Pourquoi as-tu dit : “C’est ma sœur” ? Aussi je l’ai
prise pour femme. Maintenant, voici ta femme, prends-la et va-t’en ! » 20Pharaon donna
ordre à ses gens de le renvoyer, lui, sa femme et tout ce qu’il possédait.
Séparation d’Abram et de Loth

13
1Abram remonta d’Égypte vers le Néguev, lui, sa femme et tout ce qu’il possédait. Loth
l’accompagnait. 2Abram était extrêmement riche en troupeaux, en argent et en or.
(cv)3D’étape en étape, il alla du Néguev jusqu’à Béthel, jusqu’au lieu où il avait planté sa
tente auparavant, entre Béthel et Aï. 4En ce lieu où naguère il avait fait un autel, en ce lieu
même, il invoqua le nom du Seigneur. 5Loth, qui accompagnait Abram, avait également du
petit et du gros bétail, et son propre campement. 6Le pays ne leur permettait pas d’habiter
ensemble, car leurs biens étaient trop considérables pour qu’ils puissent habiter ensemble.
7Il y eut des disputes entre les bergers d’Abram et ceux de Loth. Les Cananéens et les
Perizzites habitaient aussi le pays.
8Abram dit à Loth : « Surtout, qu’il n’y ait pas de querelle entre toi et moi, entre tes
bergers et les miens, car nous sommes frères ! 9 N’as-tu pas tout le pays devant toi ?
Sépare-toi donc de moi. Si tu vas à gauche, j’irai à droite, et si tu vas à droite, j’irai à
gauche. » 10 Loth leva les yeux et il vit que toute la région du Jourdain était bien irriguée.
Avant que le Seigneur détruisît Sodome et Gomorrhe, elle était comme le jardin du
(cw)Seigneur, comme le pays d’Égypte, quand on arrive au delta du Nil . 11 Loth choisit
(cx)pour lui toute la région du Jourdain et il partit vers l’est. C’est ainsi qu’ils se séparèrent .
12 Abram habita dans le pays de Canaan, et Loth habita dans les villes de la région du
(cy)Jourdain ; il poussa ses campements jusqu’à Sodome. 13 Les gens de Sodome se
conduisaient mal, et ils péchaient gravement contre le Seigneur.
(cz)14Après le départ de Loth , le Seigneur dit à Abram : « Lève les yeux et regarde, de
l’endroit où tu es, vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident. 15 Tout le pays que tu
vois, je te le donnerai, à toi et à ta descendance, pour toujours. 16 Je rendrai nombreuse
ta descendance, autant que la poussière de la terre : si l’on pouvait compter les grains de
(da)poussière , on pourrait compter tes descendants ! 17 Lève-toi ! Parcours le pays en
long et en large : c’est à toi que je vais le donner. » 18 Abram déplaça son campement et
alla s’établir aux chênes de Mambré, près d’Hébron ; et là, il bâtit un autel au Seigneur.
La campagne des quatre rois

14
1Voici ce qui arriva au temps d’Amrafel, roi de Shinéar, d’Ariok, roi d’Ellasar, de
Kedorlahomer, roi d’Élam, et de Tidéal, roi de Goïm. 2Ceux-ci firent la guerre à Béra, roi de
Sodome, Birsha, roi de Gomorrhe, Shineab, roi d’Adma, Shémeéber, roi de Seboïm, et au
roi de Bèla, c’est-à-dire Soar.3Ces derniers s’étaient tous rejoints dans la vallée de Siddim, c’est-à-dire la vallée de
(db)la mer Morte . 4Pendant douze ans, ils avaient servi Kedorlahomer, mais la treizième
année, ils s’étaient révoltés. 5Au cours de la quatorzième année, arriva Kedorlahomer et
les rois qui l’accompagnaient. Ils battirent les Refaïtes à Ashtaroth-Qarnayim, les Zouzim à
Ham, les Émim à Shaveh-Quiriataïm 6et les Horites dans leur montagne de Séïr jusqu’au
chêne de Parane qui est au bord du désert. 7Puis ils s’en retournèrent et arrivèrent à la
(dc)source du Jugement, c’est-à-dire Cadès ; ils ravagèrent tout le territoire des Amalécites
et battirent aussi les Amorites qui habitaient à Haceçone-Tamar. 8Sortirent alors le roi de
Sodome, le roi de Gomorrhe, le roi d’Adma, le roi de Seboïm et le roi de Bèla, c’est-à-dire
(dd)Soar. Ils se rangèrent en ordre de bataille dans la vallée de Siddim , 9face à
Kedorlahomer, roi d’Élam, Tidéal, roi de Goïm, Amrafel, roi de Shinéar, Ariok, roi d’Ellasar :
quatre rois contre cinq !
10La vallée de Siddim était creusée de puits de bitume. Dans leur fuite, le roi de
Sodome et le roi de Gomorrhe y tombèrent, et les autres s’enfuirent vers la montagne.
(de)11Les ennemis prirent tous les biens de Sodome et de Gomorrhe, ainsi que tous leurs
vivres, et ils s’en allèrent. 12Ils prirent aussi Loth et ses biens et s’en allèrent. Loth était le
(df)neveu d’Abram et il habitait Sodome.
(dg) (dh)13Un fuyard vint informer Abram l’Hébreu de ces événements . Celui-ci
demeurait aux chênes de Mambré l’Amorite, le frère d’Eshkol et d’Aner qui étaient des
(di)alliés d’Abram. 14Dès qu’Abram entendit que son frère avait été capturé, il mobilisa
trois cent dix-huit hommes de guerre qui appartenaient à sa maison et mena la poursuite
jusqu’à Dane. 15Durant la nuit, il se déploya contre ses ennemis, lui et ses serviteurs, il les
battit et les poursuivit jusqu’à Hoba, au nord de Damas. 16Il ramena tous les biens, il
ramena aussi son frère Loth et ses biens, ainsi que les femmes et tous les gens.
17Le roi de Sodome s’avança vers la vallée de Shavé, c’est-à-dire la vallée du Roi, à
la rencontre d’Abram. Celui-ci venait de battre Kedorlahomer et les rois qui
l’accompagnaient.
18Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu
trèshaut. 19 Il le bénit en disant :
« Béni soit Abram par le Dieu très-haut,
qui a créé le ciel et la terre ;
20et béni soit le Dieu très-haut,
qui a livré tes ennemis entre tes mains. »
(dj)Et Abram lui donna le dixième de tout ce qu’il avait pris .
21Le roi de Sodome dit à Abram : « Donne-moi les personnes et garde pour toi les
biens. » 22Abram lui répondit : « J’ai levé la main vers le Seigneur, le Dieu très-haut qui a
fait le ciel et la terre, 23et j’ai juré que je ne prendrais rien, pas même un fil, pas même une
courroie de sandale, rien de tout ce qui t’appartient. Tu ne pourras pas dire : “C’est moi qui
ai enrichi Abram.” 24Rien pour moi ! Seulement ce que les jeunes ont mangé et la part des
hommes qui m’accompagnaient, Aner, Eshkol et Mambré. Qu’ils prennent eux-mêmes leur
part ! »
Promesses divines et alliance

15
1Après ces événements, la parole du Seigneur fut adressée à Abram dans une vision :
« Ne crains pas, Abram ! Je suis un bouclier pour toi. Ta récompense sera très grande. »
2Abram répondit : « Mon Seigneur Dieu, que pourrais-tu donc me donner ? Je m’en(dk)vais sans enfant, et l’héritier de ma maison, c’est Élièzer de Damas. » 3 Abram dit
encore : « Tu ne m’as pas donné de descendance, et c’est un de mes serviteurs qui sera
mon héritier. » 4 Alors cette parole du Seigneur fut adressée à Abram : « Ce n’est pas lui
(dl)qui sera ton héritier, mais quelqu’un de ton sang . » 5 Puis il le fit sortir et lui dit :
« Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux… » Et il déclara : « Telle sera ta
descendance ! » 6 Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste.
7Puis il dit : « Je suis le Seigneur, qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te donner ce
pays en héritage. » 8Abram répondit : « Seigneur mon Dieu, comment vais-je savoir que je
l’ai en héritage ? » 9Le Seigneur lui dit : « Prends-moi une génisse de trois ans, une
chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. »
(dm)10Abram prit tous ces animaux , les partagea en deux, et plaça chaque moitié en face
de l’autre ; mais il ne partagea pas les oiseaux. 11Comme les rapaces descendaient sur
(dn)les cadavres, Abram les chassa. 12Au coucher du soleil, un sommeil mystérieux
tomba sur Abram, une sombre et profonde frayeur tomba sur lui. 13Dieu dit à Abram :
« Sache-le bien : tes descendants seront des immigrés dans un pays qui ne leur appartient
pas. On en fera des esclaves, on les opprimera pendant quatre cents ans. 14Mais la nation
qu’ils auront servie, je la jugerai à son tour, et ils sortiront ensuite avec de grands biens.
15Quant à toi, tu rejoindras tes pères dans la paix. Tu seras enseveli après une heureuse
(do)vieillesse. 16Tes descendants ne reviendront ici qu’à la quatrième génération, car alors
(dp)seulement, la faute des Amorites aura atteint son comble . » 17Après le coucher du
soleil, il y eut des ténèbres épaisses. Alors un brasier fumant et une torche enflammée
(dq)passèrent entre les morceaux d’animaux .
18Ce jour-là, le Seigneur conclut une alliance avec Abram en ces termes :
« À ta descendance
je donne le pays que voici,
(dr) (ds)depuis le Torrent d’Égypte jusqu’au Grand Fleuve, l’Euphrate , soit le pays des
Qénites, des Qenizzites, des Qadmonites, des Hittites, des Perizzites, des Refaïtes, des
Amorites, des Cananéens, des Guirgashites et des Jébuséens. »
Naissance d’Ismaël

16
1Saraï, la femme d’Abram, ne lui avait pas donné d’enfant. Elle avait une servante
(dt)égyptienne, nommée Agar, 2 et elle dit à Abram : « Écoute-moi : le Seigneur ne m’a
pas permis d’avoir un enfant. Va donc vers ma servante ; grâce à elle, peut-être aurai-je un
(du) (dv)fils . » Abram écouta Saraï. 3 Et donc dix ans après qu’Abram se fut établi au pays
de Canaan, Saraï, femme d’Abram, prit Agar l’Égyptienne, sa servante, et la donna pour
femme à son mari Abram. 4 Celui-ci alla vers Agar, et elle devint enceinte. Quand elle se
vit enceinte, sa maîtresse ne compta plus à ses yeux. 5 Saraï dit à Abram : « Que la
violence qui m’est faite retombe sur toi ! C’est moi qui ai mis ma servante dans tes bras, et,
depuis qu’elle s’est vue enceinte, je ne compte plus à ses yeux. Que le Seigneur soit juge
entre moi et toi ! » 6 Abram lui répondit : « Ta servante est entre tes mains, fais-lui ce que
(dw) (dx)bon te semble . » Saraï humilia Agar et celle-ci prit la fuite .
7L’ange du Seigneur la trouva dans le désert, près d’une source, celle qui est sur la
route de Shour. 8 L’ange lui dit : « Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu et où vas-tu ? »
Elle répondit : « Je fuis ma maîtresse Saraï. » 9 L’ange du Seigneur lui dit : « Retourne
(dy)chez ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main . »
10L’ange du Seigneur lui dit : « Je te donnerai une descendance tellement nombreuse
qu’il sera impossible de la compter. »11L’ange du Seigneur lui dit :
« Tu es enceinte, tu vas enfanter un fils,
(dz)et tu lui donneras le nom d’Ismaël (c’est-à-dire : Dieu entend) ,
car le Seigneur t’a entendue dans ton humiliation.
12Cet homme sera comme l’âne sauvage :
(ea)sa main se dressera contre tous,
et la main de tous contre lui ;
il établira sa demeure face à tous ses frères. »

13Au Seigneur qui lui parlait, Agar donna ce nom : « Tu es El-Roï (c’est-à-dire :
le(eb) (ec)Dieu-qui-me-voit) », car elle se demandait : « Ai-je bien vu ici, de dos , celui qui me
voit ? » 14C’est pourquoi on appela ce puits : Lahaï-Roï (c’est-à-dire :
le-Vivant-qui-me(ed)voit) . Il se trouve entre Cadès et Béred.
(ee)15Agar enfanta un fils à Abram, qui lui donna le nom d’Ismaël. 16 Abram avait
quatre-vingt-six ans quand Agar lui enfanta Ismaël.
L’alliance et la circoncision

17
1Lorsque Abram eut atteint quatre-vingt-dix-neuf ans, le Seigneur lui apparut et lui dit : « Je
(ef)suis le Dieu-Puissant ; marche en ma présence et sois parfait. 2 J’établirai mon alliance
(eg) (eh)entre moi et toi, et je multiplierai ta descendance à l’infini . »
(ei)3Abram tomba face contre terre et Dieu lui parla ainsi : 4 « Moi, voici l’alliance que
je fais avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. 5 Tu ne seras plus
(ej)appelé du nom d’Abram, ton nom sera Abraham , car je fais de toi le père d’une
(ek)multitude de nations. 6 Je te ferai porter des fruits à l’infini , de toi je ferai des nations,
et des rois sortiront de toi. 7 J’établirai mon alliance entre moi et toi, et après toi avec ta
descendance, de génération en génération ; ce sera une alliance éternelle ; ainsi je serai
ton Dieu et le Dieu de ta descendance après toi. 8 À toi et à ta descendance après toi je
donnerai le pays où tu résides, tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle, et je serai
leur Dieu. »
9Dieu dit à Abraham : « Toi, tu observeras mon alliance, toi et ta descendance après
toi, de génération en génération. 10Et voici l’alliance qui sera observée entre moi et vous,
c’est-à-dire toi et ta descendance après toi : tous vos enfants mâles seront circoncis. 11La
chair de votre prépuce sera circoncise, et cela deviendra le signe de l’alliance entre moi et
vous. 12À chaque génération, tous vos enfants mâles âgés de huit jours seront circoncis,
les enfants nés dans la maison, ou les enfants étrangers qui ne sont pas de ta
descendance mais sont acquis à prix d’argent. 13Né dans la maison ou acquis à prix
(el)d’argent, tout mâle sera circoncis. Inscrite dans votre chair, mon alliance deviendra une
alliance éternelle. 14L’incirconcis, le mâle dont la chair du prépuce n’aura pas été
(em)circoncise, celui-là sera retranché d’entre les siens : il aura rompu mon alliance. »
15Dieu dit encore à Abraham : « Saraï, ta femme, tu ne l’appelleras plus du nom de
(en)Saraï ; désormais son nom est Sara (c’est-à-dire : Princesse) . 16 Je la bénirai : d’elle
(eo)aussi je te donnerai un fils ; oui, je la bénirai, elle sera à l’origine de nations , d’elle
(ep)proviendront les rois de plusieurs peuples. » 17 Abraham tomba face contre terre . Il se
mit à rire car il se disait : « Un homme de cent ans va-t-il avoir un fils, et Sara va-t-elle
enfanter à quatre-vingt-dix ans ? » 18 Et il dit à Dieu : « Accorde-moi seulement qu’Ismaël
vive sous ton regard ! » 19 Mais Dieu reprit : « Oui, vraiment, ta femme Sara va t’enfanterun fils, tu lui donneras le nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui, comme une alliance
éternelle avec sa descendance après lui. 20 Au sujet d’Ismaël, je t’ai bien entendu : je le
(eq)bénis, je le ferai fructifier et se multiplier à l’infini ; il engendrera douze princes, et je
ferai de lui une grande nation. 21 Quant à mon alliance, c’est avec Isaac que je l’établirai,
avec l’enfant que Sara va te donner l’an prochain à pareille époque. »
(er)22Lorsque Dieu eut fini de parler avec Abraham, il s’éleva loin de lui .
23Abraham prit son fils Ismaël, et tout mâle né dans sa maison ou acquis à prix
(es) (et)d’argent ; il circoncit la chair de leur prépuce, en ce jour même , comme Dieu le lui
avait dit. 24Abraham avait quatre-vingt-dix-neuf ans quand fut circoncise la chair de son
prépuce, 25et Ismaël avait treize ans quand fut circoncise la chair de son prépuce. 26En
ce jour même, Abraham et son fils Ismaël furent circoncis. 27Tous les hommes de sa
maison, nés dans la maison ou acquis d’un étranger à prix d’argent, furent circoncis avec
lui.
L’apparition de Mambré

18
1Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la
tente. C’était l’heure la plus chaude du jour. 2 Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes
qui se tenaient debout près de lui. Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée
de la tente et se prosterna jusqu’à terre. 3 Il dit : « Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à
tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. 4 Permettez que l’on vous
apporte un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. 5
(eu)Je vais chercher de quoi manger , et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin,
puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as
dit. »
(ev)6Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il dit : « Prends vite trois
grandes mesures de fleur de farine, pétris la pâte et fais des galettes. » 7 Puis Abraham
(ew)courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se
hâta de le préparer. 8 Il prit du fromage blanc, du lait, le veau que l’on avait apprêté, et les
déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
9Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur
(ex)de la tente. » 10Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la
(ey)naissance , et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. » Or, Sara écoutait
parderrière, à l’entrée de la tente. 11– Abraham et Sara étaient très avancés en âge, et Sara
(ez)avait cessé d’avoir ce qui arrive aux femmes. 12Elle se mit à rire en elle-même ; elle se
disait : « J’ai pourtant passé l’âge du plaisir, et mon seigneur est un vieillard ! » 13Le
(fa)Seigneur Dieu dit à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : “Est-ce que
(fb)vraiment j’aurais un enfant, vieille comme je suis ?” 14Y a-t-il une merveille que le
Seigneur ne puisse accomplir ? Au moment où je reviendrai chez toi, au temps fixé pour la
naissance, Sara aura un fils. » 15Sara mentit en disant : « Je n’ai pas ri », car elle avait
(fc)peur. Mais le Seigneur répliqua : « Si, tu as ri. »
L’intercession d’Abraham
(fd)16Les hommes se levèrent pour partir et regardèrent du côté de Sodome. Abraham
marchait avec eux pour les reconduire. 17 Le Seigneur s’était dit : « Est-ce que je vais
cacher à Abraham ce que je veux faire ? 18 Car Abraham doit devenir une nation grande
et puissante, et toutes les nations de la terre doivent être bénies en lui. 19 En effet, je l’ai(fe) (ff)choisi pour qu’il ordonne à ses fils et à sa descendance de garder le chemin du
Seigneur, en pratiquant la justice et le droit ; ainsi, le Seigneur réalisera sa parole à
Abraham. »
20Alors le Seigneur dit : « Comme elle est grande, la clameur au sujet de Sodome et
de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde ! 21 Je veux descendre pour voir si leur
conduite correspond à la clameur venue jusqu’à moi. Si c’est faux, je le reconnaîtrai. »
22Les hommes se dirigèrent vers Sodome, tandis qu’Abraham demeurait devant le
Seigneur. 23 Abraham s’approcha et dit : « Vas-tu vraiment faire périr le juste avec le
coupable ? 24 Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Vas-tu vraiment les faire
(fg)périr ? Ne pardonneras-tu pas à toute la ville à cause des cinquante justes qui s’y
trouvent ? 25 Loin de toi de faire une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le
(fh)coupable, traiter le juste de la même manière que le coupable, loin de toi d’agir ainsi !
Celui qui juge toute la terre n’agirait-il pas selon le droit ? » 26 Le Seigneur déclara : « Si je
(fi) (fj)trouve cinquante justes dans Sodome , à cause d’eux je pardonnerai à toute la ville . »
27Abraham répondit : « J’ose encore parler à mon Seigneur, moi qui suis poussière et
cendre. 28Peut-être, sur les cinquante justes, en manquera-t-il cinq : pour ces cinq-là,
vastu détruire toute la ville ? » Il déclara : « Non, je ne la détruirai pas, si j’en trouve
quarantecinq. »
29Abraham insista : « Peut-être s’en trouvera-t-il seulement quarante ? » Le Seigneur
déclara : « Pour quarante, je ne le ferai pas. »
30Abraham dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère, si j’ose parler encore.
Peut-être s’en trouvera-t-il seulement trente ? » Il déclara : « Si j’en trouve trente, je ne le
ferai pas. »
31Abraham dit alors : « J’ose encore parler à mon Seigneur. Peut-être s’en trouvera-t-il
seulement vingt ? » Il déclara : « Pour vingt, je ne détruirai pas. »
32Il dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère : je ne parlerai plus qu’une
fois. Peut-être s’en trouvera-t-il seulement dix ? » Et le Seigneur déclara : « Pour dix, je ne
détruirai pas. »
33Quand le Seigneur eut fini de s’entretenir avec Abraham, il partit, et Abraham
retourna chez lui.
La destruction de Sodome

19
1Les deux anges arrivèrent à Sodome, le soir. Loth était assis à la porte de Sodome ; il les
(fk)aperçut, se leva pour aller à leur rencontre et se prosterna, face contre terre. 2Il dit :
« De grâce, mes seigneurs, faites un détour par la maison de votre serviteur ; vous y
passerez la nuit, vous vous laverez les pieds et vous vous lèverez de bon matin pour
reprendre votre route. » Ils répondirent : « Non ! nous passerons la nuit sur la place. »
(fl)3Mais il insista tellement auprès d’eux qu’ils firent le détour et entrèrent dans sa maison.
Il leur prépara un festin, fit cuire des pains sans levain, et ils mangèrent.
4Ils n’étaient pas encore couchés que les hommes de la ville, ceux de Sodome,
cernèrent la maison, des plus jeunes aux plus vieux, toute la population sans exception.
5Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les hommes qui sont venus chez toi cette nuit ?
(fm)Amène-les : nous voulons nous unir à eux . »
6Loth s’avança vers eux, à l’entrée, et ferma la porte derrière lui. 7Il dit : « De grâce,
mes frères, ne commettez pas le mal ! 8Voici, j’ai deux filles qui ne se sont unies à aucun
(fn)homme . Je vais vous les amener, et vous leur ferez ce que bon vous semblera. Mais à(fo)ces hommes ne faites rien : ils sont venus s’abriter sous mon toit. » 9Ils répliquèrent :
« Ôte-toi de là ! » Et ils ajoutèrent : « Lui, le seul étranger, il voudrait juger ! À toi, nous
ferons plus de mal qu’à eux ! » Ils bousculèrent Loth et s’approchèrent pour enfoncer la
(fp)porte. 10Mais les deux hommes étendirent la main et firent rentrer Loth dans la maison,
auprès d’eux. Et ils refermèrent la porte. 11Ils frappèrent de cécité les hommes qui se
trouvaient à l’extérieur de la maison, du plus petit au plus grand, si bien que ceux-ci ne
purent trouver l’entrée.
(fq)12Les deux hommes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici avec toi ? Gendre, fils,
filles, tous ceux qui sont avec toi dans la ville, fais-les sortir de ce lieu. 13Car nous allons le
(fr)détruire . Elle est grande à la face du Seigneur, la clameur qui s’est élevée contre ses
(fs)habitants , et le Seigneur nous a envoyés pour détruire ce lieu. » 14Loth sortit parler à
ses gendres, ceux qui allaient épouser ses filles, et dit : « Debout ! Sortez de ce lieu car le
Seigneur va détruire la ville ! » Mais, aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter.
(ft)15À l’aurore, les deux anges pressèrent Loth, en disant : « Debout ! Prends ta
(fu)femme et tes deux filles qui se trouvent ici, et va-t’en , de peur que tu ne périsses à
cause des crimes de cette ville. » 16Comme il s’attardait, ces hommes le saisirent par la
main, ainsi que sa femme et ses deux filles, parce que le Seigneur voulait l’épargner. Ils le
firent sortir et le conduisirent hors de la ville.
(fv) (fw)17Une fois sortis , ils dirent : « Sauve-toi si tu tiens à la vie ! Ne regarde pas en
arrière, ne t’arrête nulle part dans cette région, sauve-toi dans la montagne, si tu ne veux
(fx)pas périr ! » 18 Loth leur dit : « Non, je vous en prie, mes seigneurs ! 19 Votre serviteur
a trouvé grâce à vos yeux, et vous m’avez fait une grande faveur en me laissant la vie.
(fy)Mais je n’ai pas le temps de me sauver dans la montagne : le malheur va me rattraper
et je mourrai. 20 Voici une ville assez proche pour y fuir – elle est si petite ! – Permettez
que je me sauve là-bas – elle est si petite ! – afin de rester en vie ! » 21 Ils lui répondirent :
« Pour te faire plaisir cette fois encore, je ne détruirai pas la ville dont tu parles. 22 Vite,
sauve-toi là-bas, car je ne puis rien faire avant que tu y sois arrivé. » C’est pour cela qu’on
(fz)a donné à cette ville le nom de Soar (ce qui veut dire : Petite) .
23Le soleil se levait sur le pays et Loth entrait à Soar, 24 quand le Seigneur fit tomber
du ciel sur Sodome et Gomorrhe une pluie de soufre et de feu venant du Seigneur. 25
Dieu détruisit ces villes et toute la région, avec tous leurs habitants et la végétation. 26 Or,
la femme de Loth avait regardé en arrière, et elle était devenue une colonne de sel.
27Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l’endroit où il s’était tenu en
présence du Seigneur, 28 et il regarda du côté de Sodome, de Gomorrhe et de toute la
(ga)région : il vit monter de la terre une fumée semblable à celle d’une fournaise !
29Lorsque Dieu a détruit les villes de cette région, il s’est souvenu d’Abraham ; et il a
fait échapper Loth au cataclysme qui a détruit les villes où il habitait.
Loth et ses filles
30Loth monta de Soar pour habiter dans la montagne avec ses deux filles. Il craignait
d’habiter Soar et il vécut dans une caverne avec ses deux filles.
31L’aînée dit à la cadette : « Notre père est vieux, et il n’y a pas d’homme dans le pays
pour venir à nous, comme cela se fait partout. 32Allons ! Faisons boire du vin à notre père
et couchons avec lui ; ainsi, grâce à lui, nous donnerons la vie à une descendance. »
33Elles firent boire du vin à leur père cette nuit-là, et l’aînée alla coucher avec son père qui
ne s’aperçut de rien, ni de son coucher ni de son lever.
34Le lendemain, l’aînée dit à la cadette : « Voici ! Hier soir, j’ai couché avec mon père.
Faisons-lui boire du vin, cette nuit encore. Et toi, tu iras coucher avec lui. Ainsi, nousdonnerons la vie à une descendance issue de notre père. » 35Cette nuit encore, elles
firent boire du vin à leur père. La cadette se leva et alla coucher avec lui ; il ne s’aperçut de
rien, ni de son coucher ni de son lever. 36Les deux filles de Loth devinrent enceintes de
(gb)leur père. 37L’aînée donna naissance à un fils qu’elle appela du nom de Moab ; c’est
(gc)le père des Moabites d’aujourd’hui . 38La cadette, elle aussi, donna naissance à un fils
(gd)qu’elle appela du nom de Ben-Ammi ; c’est le père des Ammonites d’aujourd’hui .Abraham et Abimélek

20
1De là, Abraham leva le camp pour le pays du Néguev, il habita entre Cadès et Shour, puis
séjourna à Guérar. 2Comme Abraham disait de sa femme Sara : « C’est ma sœur »,
Abimélek, roi de Guérar, envoya prendre Sara. 3Mais, pendant la nuit, Dieu vint en songe
auprès d’Abimélek et lui dit : « Voici que tu vas mourir à cause de la femme que tu as
(ge)prise, car elle est mariée . » 4Abimélek, qui ne s’était pas approché d’elle, répondit :
« Seigneur, est-ce que tu vas tuer des gens, même s’ils sont justes ? 5N’est-ce pas lui qui
m’avait dit : “C’est ma sœur” et elle, elle aussi, ne disait-elle pas : “C’est mon frère” ? J’ai
fait cela, le cœur intègre et les mains innocentes. » 6Toujours en songe, Dieu lui répondit :
« Oui, je sais bien que tu as fait cela, le cœur intègre ; aussi, moi-même je t’ai retenu de
pécher contre moi. C’est pourquoi je ne t’ai pas laissé la toucher. 7Maintenant, rends sa
femme à cet homme, car c’est un prophète. Il intercédera en ta faveur et tu resteras en vie.
Mais si tu ne rends pas la femme, sache qu’il te faudra mourir, toi et tous les tiens. »
8Abimélek se leva de bon matin, convoqua tous ses serviteurs et leur rapporta toute
(gf)l’affaire . Les hommes eurent très peur. 9Ensuite, Abimélek convoqua Abraham et lui
dit : « Que nous as-tu fait là ! En quoi ai-je péché contre toi pour que tu nous aies exposés,
moi et mon royaume, à un si grave péché ? Tu as fait à mon égard une chose qui ne se
fait pas ! » 10Abimélek dit encore à Abraham : « Qu’avais-tu en vue pour agir ainsi ? »
11Abraham répondit : « Je m’étais dit : pour sûr, en cet endroit, il n’y a aucune crainte de
Dieu ; ils me tueront à cause de ma femme. 12De plus, c’est vrai qu’elle est ma sœur, la
fille de mon père mais non celle de ma mère. Et elle est devenue ma femme. 13Lorsque
(gg)Dieu me fit errer loin de la maison de mon père, j’ai dit à Sara : “Voici la faveur que tu
me feras : partout où nous irons, dis de moi : C’est mon frère.” »
14Alors, Abimélek prit du petit et du gros bétail, des serviteurs et des servantes ; il les
donna à Abraham et lui rendit Sara, sa femme. 15Puis Abimélek dit : « Voici, devant toi,
mon pays. Habite où bon te semblera ! » 16Et il dit à Sara : « Voici que je donne mille
pièces d’argent à ton frère ; ce sera pour toi comme un voile sur les yeux de tous ceux qui
t’entourent et, vis-à-vis de tous, tu seras réhabilitée. »
17Abraham intercéda auprès de Dieu, et Dieu guérit Abimélek, sa femme et ses
servantes qui purent avoir des enfants. 18En effet, Dieu avait rendu stériles toutes les
femmes de la maison d’Abimélek à cause de Sara, la femme d’Abraham.
Naissance d’Isaac

21
1Le Seigneur visita Sara comme il l’avait annoncé ; il agit pour elle comme il l’avait dit.
2Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils pour Abraham dans sa vieillesse, à la date que
Dieu avait fixée. 3Et Abraham donna un nom au fils que Sara lui avait enfanté : il l’appela
(gh)Isaac (c’est-à-dire : Il rit) . 4Quand Isaac eut huit jours, Abraham le circoncit, comme
Dieu le lui avait ordonné. 5Abraham avait cent ans quand naquit son fils Isaac.
6Sara dit :
« Dieu m’a donné l’occasion de rire :
quiconque l’apprendra rira à mon sujet. »
7Puis elle ajouta :
« Qui aurait dit à Abraham que Sara allaiterait des fils ? Et pourtant j’ai donné un fils à
sa vieillesse ! »Renvoi d’Agar et d’Ismaël
8L’enfant grandit, et il fut sevré. Abraham donna un grand festin le jour où Isaac fut
sevré. 9 Or, Sara regardait s’amuser Ismaël, ce fils qu’Abraham avait eu d’Agar
l’Égyptienne. 10 Elle dit à Abraham : « Chasse cette servante et son fils ; car le fils de cette
servante ne doit pas partager l’héritage de mon fils Isaac. » 11 Cette parole attrista
(gi)beaucoup Abraham, à cause de son fils Ismaël , 12 mais Dieu lui dit : « Ne sois pas
(gj)triste à cause du garçon et de ta servante ; écoute tout ce que Sara te dira , car c’est
par Isaac qu’une descendance portera ton nom ; 13 mais je ferai aussi une nation du fils
de la servante, car lui aussi est de ta descendance. »
14Abraham se leva de bon matin, il prit du pain et une outre d’eau, il les posa sur
l’épaule d’Agar, il lui remit l’enfant, puis il la renvoya. Elle partit et alla errer dans le désert
de Bershéba. 15 Quand l’eau de l’outre fut épuisée, elle laissa l’enfant sous un buisson, 16
et alla s’asseoir non loin de là, à la distance d’une portée de flèche. Elle se disait : « Je ne
veux pas voir mourir l’enfant ! » Elle s’assit non loin de là. Elle éleva la voix et pleura.
17Dieu entendit la voix du petit garçon ; et du ciel, l’ange de Dieu appela Agar :
« Qu’as-tu, Agar ? Sois sans crainte, car Dieu a entendu la voix du petit garçon, sous le
buisson où il était. 18 Debout ! Prends le garçon et tiens-le par la main, car je ferai de lui
une grande nation. » 19 Alors, Dieu ouvrit les yeux d’Agar, et elle aperçut un puits. Elle alla
remplir l’outre et fit boire le garçon.
20Dieu fut avec lui, il grandit et habita au désert, et il devint un tireur à l’arc. 21Il habita
au désert de Parane, et sa mère lui choisit une femme du pays d’Égypte.
Alliance d’Abraham et d’Abimélek
22En ce temps-là, Abimélek accompagné de Pikol, le chef de son armée, vint dire à
Abraham : « Dieu est avec toi en tout ce que tu fais. 23Maintenant, ici même, jure-moi par
(gk)Dieu de ne pas me trahir, ni moi, ni ma lignée, ni ma postérité : tu montreras envers
moi et envers ce pays où tu séjournes la même faveur que celle que j’ai montrée envers
toi. » 24Abraham répondit : « Moi, je le jure. »
25Abraham fit des reproches à Abimélek au sujet d’un puits d’eau que les serviteurs
de ce dernier avaient accaparé. 26Abimélek dit : « Je ne sais qui a fait cela ! Jamais tu ne
m’en as informé, et moi, je n’ai rien entendu à ce sujet avant ce jour ! »
27Abraham prit du petit et du gros bétail, et les donna à Abimélek : tous deux
conclurent une alliance. 28Abraham mit à part sept jeunes brebis de son petit bétail.
29Abimélek demanda à Abraham : « Que font là ces sept jeunes brebis que tu as mises à
part ? » 30Abraham répondit : « C’est pour que tu les reçoives de ma propre main et
qu’elles soient un témoignage de ce que j’ai moi-même creusé ce puits. »
31C’est pourquoi on appela ce lieu « Bershéba » (c’est-à-dire : le
Puits-du(gl)Serment) , car tous deux y avaient prêté serment. 32Ils conclurent donc une alliance à
Bershéba. Abimélek se leva et, accompagné de Pikol, le chef de son armée, il retourna au
pays des Philistins.
33Abraham planta un tamaris à Bershéba et y invoqua le nom du Seigneur, Dieu
(gm)éternel . 34Abraham séjourna longtemps au pays des Philistins.
Abraham prêt à sacrifier Isaac

22
1Après ces événements, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-cirépondit : « Me voici ! » 2Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac,
va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. »
3Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux de ses serviteurs
et son fils Isaac. Il fendit le bois pour l’holocauste, et se mit en route vers l’endroit que Dieu
lui avait indiqué. 4 Le troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit l’endroit de loin. 5
Abraham dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l’âne. Moi et le garçon nous irons jusque
(gn)là-bas pour adorer , puis nous reviendrons vers vous. »
(go)6Abraham prit le bois pour l’holocauste et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu
(gp)et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble. 7 Isaac dit à son père Abraham :
(gq)« Mon père ! – Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est
(gr)l’agneau pour l’holocauste ? » 8 Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l’agneau
pour l’holocauste, mon fils. » Et ils s’en allaient tous les deux ensemble.
9Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le
bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. 10 Abraham étendit la
main et saisit le couteau pour immoler son fils.
11Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il
répondit : « Me voici ! » 12L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais
aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton
unique. » 13Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson.
Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils. 14Abraham donna à
ce lieu le nom de « Le-Seigneur-voit ». On l’appelle aujourd’hui : «
Sur-le-mont-le(gs)Seigneur-est-vu . »
15Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. 16 Il déclara : « Je le
jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as
pas refusé ton fils, ton unique, 17 je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta
descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et
(gt)ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. 18 Puisque tu as écouté
ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le
(gu)nom de ta descendance. »
19Alors Abraham retourna auprès de ses serviteurs et ensemble ils se mirent en route
pour Bershéba ; et Abraham y habita.
La descendance de Nahor
20Après ces événements, on annonça à Abraham la nouvelle suivante : « Voici que
Milka, elle aussi, a donné des fils à ton frère Nahor : 21Ouç, son premier-né, Bouz, le frère
de celui-ci, Quemouël, père d’Aram ; 22Késed, Hazo, Pildash, Yidlaf et Betouël.
23– Betouël est celui qui engendra Rébecca. » Ce sont les huit enfants que Milka donna à
Nahor, le frère d’Abraham. 24Sa concubine, nommée Réouma, eut aussi des enfants :
Tébah, Gaham, Tahash et Maaka.
Le tombeau de Sara

23
(gv)1Sara vécut cent vingt-sept ans . 2Elle mourut à Kiriath-Arba, c’est-à-dire à Hébron,
(gw)dans le pays de Canaan. Abraham s’y rendit pour le deuil et les lamentations. 3Puis il
(gx)laissa le corps pour aller parler aux Hittites qui habitaient le pays : 4« Je ne suis qu’un
immigré, un hôte, parmi vous ; accordez-moi d’acquérir chez vous une propriété funéraire
(gy)où je pourrai enterrer cette morte . » 5Les Hittites répondirent à Abraham : 6« Écoute,mon seigneur. Tu es, au milieu de nous, un prince de Dieu. Ensevelis ta morte dans le
meilleur de nos tombeaux. Aucun d’entre nous ne te refusera son tombeau pour y
ensevelir ta morte. »
7Abraham se leva et se prosterna devant le peuple de ce pays, les Hittites. 8Puis il
(gz)leur parla en ces termes : « Si vous acceptez que j’ensevelisse cette morte , alors
écoutez-moi. Intervenez pour moi auprès d’Éphrone, fils de Sohar, 9pour qu’il me cède la
caverne de Macpéla qui lui appartient et qui se trouve au bout de son champ. Qu’il me la
cède contre sa valeur en argent, comme une propriété funéraire au milieu de vous. »
10Éphrone était assis parmi les Hittites. Éphrone le Hittite répondit à Abraham de façon à
(ha)être entendu des Hittites et de tous ceux qui entraient par la porte de la ville. Il dit :
11« Non, mon seigneur ! Écoute-moi ! Le champ, je te le donne ; et la caverne qui s’y
trouve, je te la donne ; aux yeux des fils de mon peuple, je te la donne : ensevelis ta
morte ! »
12Alors, Abraham se prosterna devant le peuple du pays. 13Il parla à Éphrone de
(hb)façon à être entendu par le peuple du pays. Il dit : « Si seulement tu voulais
m’écouter ! Je te donne l’argent pour le champ. Accepte-le de moi. Et là j’ensevelirai ma
morte. » 14Éphrone répondit à Abraham : 15« Écoute-moi, mon seigneur ! Un terrain de
quatre cents pièces d’argent, qu’est-ce donc entre toi et moi ? Ensevelis donc ta morte ! »
16Abraham écouta Éphrone et pesa pour lui l’argent dont il avait parlé de façon à être
(hc)entendu des Hittites : quatre cents pièces d’argent au taux du marché.
17Ainsi, le champ d’Éphrone qui se trouve à Macpéla, en face de Mambré, le champ et
la caverne, avec tous les arbres qui y poussent, sur toute sa superficie, tout devint
18possession d’Abraham, aux yeux des Hittites et de tous ceux qui entraient par la porte
de la ville. 19Après quoi, Abraham ensevelit sa femme Sara dans la caverne du champ de
Macpéla, qui est en face de Mambré c’est-à-dire à Hébron, dans le pays de Canaan.
20Ainsi donc les Hittites garantirent à Abraham la propriété funéraire du champ et de la
caverne qui s’y trouvait.
Mariage d’Isaac avec Rébecca

24
1Abraham était vieux, avancé en âge, et le Seigneur l’avait béni en toute chose. 2Abraham
(hd)dit au plus ancien serviteur de sa maison, l’intendant de tous ses biens : 3« Je te fais
prêter serment par le Seigneur, Dieu du ciel et Dieu de la terre : tu ne prendras pas pour
mon fils une épouse parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j’habite. 4Mais tu
iras dans mon pays, dans ma parenté, chercher une épouse pour mon fils Isaac. » 5Le
serviteur lui demanda : « Et si cette femme ne consent pas à me suivre pour venir ici ?
Devrai-je alors ramener ton fils dans le pays d’où tu es sorti ? » 6Abraham lui répondit :
« Garde-toi d’y ramener mon fils ! 7Le Seigneur, le Dieu du ciel, lui qui m’a pris de la
maison de mon père et du pays de ma parenté, m’a déclaré avec serment : “À ta
(he)descendance je donnerai le pays que voici .” C’est lui qui enverra son ange devant toi,
et tu prendras là-bas une épouse pour mon fils. 8Si cette femme ne consent pas à te
suivre, tu seras dégagé du serment que je t’impose. Mais, en tout cas, tu n’y ramèneras
(hf)pas mon fils. » 9Le serviteur prêta à son maître Abraham un serment solennel
concernant cette affaire.
10Parmi les chameaux de son maître, le serviteur en prit dix et il s’en alla, emportant
tout ce que son maître avait de meilleur. Il se leva et s’en alla vers
l’Aram-des-deuxFleuves, à la ville de Nahor. 11Il fit agenouiller les chameaux en dehors de la ville, près
d’un puits d’eau, à l’heure du soir, l’heure où les femmes sortent pour y puiser. 12Il dit :
« Seigneur, Dieu de mon maître Abraham, permets-moi de faire aujourd’hui une heureuserencontre et montre ta faveur à l’égard de mon maître Abraham. 13Me voici debout près de
la source, et les filles des gens de la ville sortent pour puiser de l’eau. 14La jeune fille à qui
je dirai : “Incline ta cruche pour que je boive”, et qui répondra : “Bois et je vais aussi
abreuver tes chameaux”, que cette jeune fille soit celle que tu destines à ton serviteur
Isaac ; je saurai ainsi que tu as montré ta faveur à l’égard de mon maître. »
15Il n’avait pas fini de parler que sortit Rébecca, la fille de Betouël, fils de Milka,
ellemême femme de Nahor, le frère d’Abraham ; elle portait sa cruche sur l’épaule. 16La jeune
(hg)fille avait très belle apparence, elle était vierge, aucun homme ne s’était uni à elle . Elle
descendit à la source, emplit sa cruche et remonta. 17Le serviteur courut à sa rencontre et
dit : « De grâce, donne-moi à boire une gorgée d’eau de ta cruche ! » 18Elle répondit :
« Bois, mon seigneur. » Et, de la main, elle s’empressa d’abaisser la cruche pour lui
donner à boire. 19Quand elle eut fini de lui donner à boire, elle dit : « Pour tes chameaux
aussi, j’irai puiser jusqu’à ce qu’ils aient bu à satiété. » 20Elle s’empressa de vider la
cruche dans l’abreuvoir et courut de nouveau chercher de l’eau au puits. Elle puisa ainsi
pour tous les chameaux. 21L’homme la regardait, silencieux, se demandant si, oui ou non,
le Seigneur avait fait réussir son voyage.
22Dès que les chameaux eurent fini de boire, l’homme prit un anneau d’or pesant un
demi-sicle et deux bracelets d’or pesant dix sicles pour ses poignets. 23Il lui demanda :
(hh)« De qui es-tu la fille ? Dis-le moi , je t’en prie. Y a-t-il dans la maison de ton père un
endroit où passer la nuit ? » 24Elle répondit : « Je suis la fille de Betouël, le fils que Milka a
(hi)donné à Nahor. » 25Et elle ajouta : « Il y a beaucoup de paille et de fourrage chez
nous, et aussi de la place où passer la nuit. » 26L’homme s’inclina et se prosterna devant
le Seigneur, 27en disant : « Béni soit le Seigneur, Dieu de mon maître Abraham ! Il n’a pas
cessé de manifester sa faveur et sa fidélité à l’égard de mon maître. Il m’a conduit sur la
route jusqu’à la maison des frères de mon maître. »
28La jeune fille courut à la maison de sa mère raconter ce qui venait d’arriver.
29Rébecca avait un frère qui s’appelait Laban. Laban sortit et courut vers la source, à la
rencontre de l’homme. 30Après avoir vu l’anneau et les bracelets aux poignets de sa
sœur, et entendu Rébecca lui dire : « Voilà ce que m’a dit cet homme », il partit à la
rencontre de l’homme ; celui-ci se tenait debout près de la source avec les chameaux. 31Il
dit : « Viens, béni du Seigneur ! Pourquoi rester dehors ? J’ai fait place dans la maison
pour les chameaux. » 32L’homme entra donc dans la maison et déchargea les chameaux.
On leur donna de la paille et du fourrage et, pour lui et ses compagnons, de l’eau pour se
laver les pieds. 33On lui présenta de quoi manger, mais il déclara : « Non, je ne mangerai
pas avant d’avoir dit ce que j’ai à dire. » On lui répondit : « Parle donc. »
34Alors, il dit : « Je suis le serviteur d’Abraham. 35Le Seigneur a comblé mon maître
de bénédictions et il est devenu riche. Le Seigneur lui a donné petit et gros bétail, argent et
or, serviteurs et servantes, chameaux et ânes. 36Sara, la femme de mon maître, alors
qu’elle était âgée, lui a donné un fils. Et mon maître a transmis à celui-ci tous ses biens.
37Mon maître, alors, me fit prêter serment. Il m’a dit : “Tu ne prendras pas pour mon fils
une épouse parmi les filles des Cananéens dont j’habite le pays. 38Mais jure-moi d’aller à
la maison de mon père, dans ma famille, chercher une épouse pour mon fils.” 39Je dis
alors à mon maître : “Cette femme ne me suivra peut-être pas !” 40Il me dit : “Le Seigneur
devant qui je marche enverra son ange avec toi et fera réussir ton voyage : tu prendras
pour mon fils une épouse de ma famille, de la maison de mon père. 41Tu seras dégagé de
(hj)ton serment , quand tu auras été dans ma famille ; même si on ne te donne pas de
femme, tu échapperas à la malédiction.” 42Aujourd’hui, en arrivant près de la source, j’ai
dit : “Seigneur, Dieu de mon maître Abraham, daigne faire réussir le voyage que j’ai
(hk)entrepris. 43Me voici debout près de la source : la jeune fille qui viendra puiser et à qui
je dirai : De grâce, donne-moi à boire une gorgée d’eau de ta cruche ! 44et qui merépondra : Bois toi-même, et je puiserai aussi pour tes chameaux !, que cette jeune fille soit
celle que le Seigneur destine au fils de mon maître !” 45Je n’avais pas encore fini de parler
en moi-même que Rébecca survient, sa cruche sur l’épaule. Elle descend à la source pour
y puiser. Je lui dis : “De grâce, donne-moi à boire !” 46Elle s’empresse de descendre la
(hl)cruche de son épaule et me dit : “Bois ! Je vais aussi abreuver tes chameaux.” J’ai bu,
et elle abreuva aussi les chameaux. 47Alors je lui ai demandé : “De qui es-tu la fille ?” et
(hm)elle m’a répondu : “Je suis la fille de Betouël, le fils que Milka a donné à Nahor.” Alors
j’ai mis l’anneau à son nez et les bracelets à ses poignets. 48Puis, je me suis incliné et
prosterné devant le Seigneur ; j’ai béni le Seigneur, le Dieu de mon maître Abraham, lui qui
(hn)m’a conduit par le bon chemin, afin de prendre la fille de son frère , pour la donner à
(ho)son fils Isaac . 49Et maintenant, si vous voulez montrer à mon maître faveur et fidélité,
dites-le franchement ; si vous refusez, dites-le moi aussi, pour que je sache quelle
(hp)direction prendre . »
50Laban prit la parole. Lui et Betouël déclarèrent : « Le Seigneur s’est prononcé, ce
(hq)n’est pas à nous de décider . 51Voici Rébecca devant toi : emmène-la, et qu’elle
(hr)devienne l’épouse d’Isaac le fils de ton maître, comme l’a dit le Seigneur. » 52Quand le
serviteur d’Abraham entendit leurs paroles, il se prosterna jusqu’à terre devant le Seigneur.
53Puis il sortit des objets d’argent, des objets d’or, des vêtements et les donna à Rébecca.
Il offrit aussi de riches présents à son frère et à sa mère. 54Ils mangèrent et burent, lui et
les hommes qui l’accompagnaient, ils passèrent la nuit et, le matin, ils se levèrent.
Le serviteur dit alors : « Laissez-moi retourner chez mon maître. » 55Le frère et la
mère de la jeune fille répondirent : « Qu’elle reste encore avec nous une dizaine de jours ;
ensuite, elle partira. » 56Mais le serviteur leur dit : « Ne me retardez pas. Le Seigneur a fait
réussir mon voyage. Laissez-moi retourner et j’irai chez mon maître. » 57Ils reprirent :
« Appelons la jeune fille et demandons-lui son avis. »
58Ils appelèrent Rébecca et lui dirent : « Veux-tu bien partir avec cet homme ? » Elle
(hs)répondit : « Oui, je partirai. » 59 Alors ils laissèrent leur sœur Rébecca et sa nourrice
s’en aller avec le serviteur d’Abraham et ses hommes.
60Ils bénirent Rébecca en lui disant :
« Ô toi, notre sœur, puisses-tu devenir
(ht)une multitude sans nombre !
Que ta descendance occupe
les places fortes de ses ennemis ! »
61Rébecca et ses servantes se levèrent, montèrent sur les chameaux, et suivirent le
serviteur. Celui-ci emmena donc Rébecca.
62Isaac s’en revenait du puits de Lahaï-Roï. Il habitait alors le Néguev. 63 Il était sorti
à la tombée du jour, pour se promener dans la campagne, lorsque, levant les yeux, il vit
arriver des chameaux. 64 Rébecca, levant les yeux elle aussi, vit Isaac. Elle sauta à bas
de son chameau 65 et dit au serviteur : « Quel est cet homme qui vient dans la campagne
à notre rencontre ? » Le serviteur répondit : « C’est mon maître. » Alors elle prit son voile
et s’en couvrit.
66Le serviteur raconta à Isaac tout ce qu’il avait fait. 67 Isaac introduisit Rébecca dans
la tente de sa mère Sara ; il l’épousa, elle devint sa femme, et il l’aima. Et Isaac se consola
de la mort de sa mère.
La descendance d’Abraham et sa mort

251Abraham prit encore une femme ; elle s’appelait Qetoura. 2Elle lui donna Zimrane,
Yoqshane, Medane, Madiane, Yshbaq et Shouah. 3Yoqshane engendra Saba et Dedane.
Dedane eut pour fils les Ashourites, les Letoushites et les Léoummites. 4Madiane eut pour
fils Eifa, Éfer, Hanok, Abida et Eldaa. Ce sont là tous les fils de Qetoura.
5Abraham donna tous ses biens à Isaac. 6Il fit des donations aux fils de ses
concubines et, tandis qu’il était encore en vie, il les éloigna d’Isaac, son fils, en les
envoyant à l’est, dans un pays d’Orient.
7Cent soixante-quinze ans : telle fut la durée de la vie d’Abraham, 8puis il expira.
(hu)Abraham mourut au terme d’une heureuse vieillesse, très âgé, rassasié de jours ; et il
fut réuni aux siens. 9Ses fils, Isaac et Ismaël, l’ensevelirent dans la caverne de Macpéla,
dans le champ d’Éphrone, fils de Sohar le Hittite, ce champ qui est en face de Mambré
10et qu’Abraham avait acheté aux Hittites. C’est là qu’Abraham fut enseveli auprès de
Sara, sa femme. 11Après la mort d’Abraham, Dieu bénit son fils Isaac qui habitait près du
puits de Lahaï-Roï.
12Voici la descendance d’Ismaël, le fils d’Abraham que lui donna Agar l’Égyptienne, la
(hv)servante de Sara. 13Voici les noms des fils d’Ismaël , selon l’ordre de leurs
naissances : Nebayoth, le premier-né, puis Qédar, Adbéel, Mibsam, 14Mishma, Douma,
Massa, 15Hadad, Téma, Yetour, Nafish et Qédma. 16Voilà les fils d’Ismaël et leurs noms
selon leurs villages et leurs campements : douze chefs pour leurs clans. 17Ismaël vécut
cent trente-sept ans, puis il expira. Il mourut et fut réuni aux siens. 18Les Ismaélites
s’étaient établis de Havila jusqu’à Shour, aux confins de l’Égypte, en direction
(hw) (hx)d’Ashour . Face à tous ses frères, Ismaël se coucha dans la mort .
2. Histoire d’Isaac et de ses fils Ésaü et Jacob (25,19 – 36)
Naissance d’Ésaü et de Jacob
(hy)19Voici l’histoire d’Isaac, fils d’Abraham. Abraham avait engendré Isaac. 20Isaac
avait quarante ans quand il prit pour femme Rébecca, fille de Betouël l’Araméen, originaire
de Paddane-Aram, et sœur de l’Araméen Laban. 21Isaac implora le Seigneur en faveur de
sa femme, car elle était stérile. Et le Seigneur l’exauça : sa femme Rébecca devint
enceinte. 22Comme ses fils se heurtaient dans son sein, elle dit : « Pourquoi faut-il que
cela se passe ainsi pour moi ? » et elle alla consulter le Seigneur.
23Le Seigneur lui dit :
« Deux nations sont dans ton ventre.
(hz)Deux peuples différents sortiront de tes entrailles :
l’un sera plus fort que l’autre,
et l’aîné servira le cadet. »

24Quand arriva le jour où elle devait enfanter, voici qu’il y avait des jumeaux dans son
ventre ! 25Le premier qui sortit était roux, tout couvert de poils comme d’une fourrure. On
lui donna le nom d’Ésaü. 26Après quoi sortit son frère, la main agrippée au talon d’Ésaü.
(ia)On lui donna le nom de Jacob (c’est-à-dire : Il talonne) . À leur naissance, Isaac avait
soixante ans. 27Les garçons grandirent. Ésaü devint un chasseur habile, un homme des
champs ; Jacob était un homme délicat demeurant sous les tentes. 28Isaac préférait Ésaü,
car il appréciait le gibier, mais Rébecca préférait Jacob.
Ésaü cède son droit d’aînesse29Un jour, Jacob préparait un plat, quand Ésaü revint des champs, épuisé. 30Ésaü dit
(ib)à Jacob : « Laisse-moi donc avaler cette sauce , le roux qui est là, car je suis épuisé ! »
(ic)C’est pour cela qu’on a donné à Ésaü le nom d’Édom (c’est-à-dire : le Roux) . 31Jacob
lui dit : « Vends-moi maintenant ton droit d’aînesse ! » 32Ésaü répondit : « Je suis en train
de mourir ! À quoi bon mon droit d’aînesse ? » 33Jacob reprit : « Jure-le moi,
(id)maintenant ! » Et Ésaü le jura, il vendit son droit d’aînesse à Jacob. 34Alors Jacob
donna à Ésaü du pain et un plat de lentilles. Celui-ci mangea et but, puis il se leva et s’en
alla. C’est ainsi qu’Ésaü montra du mépris pour le droit d’aînesse.
Isaac chez Abimélek

26
1Il y eut une famine dans le pays – en plus de la première, celle qui avait eu lieu au temps
d’Abraham – et Isaac partit pour Guérar chez Abimélek, roi des Philistins. 2Le Seigneur lui
apparut et dit : « Ne descends pas en Égypte, mais demeure dans le pays que je
t’indiquerai ; 3séjourne dans ce pays ; je serai avec toi et je te bénirai, car, à toi et à ta
descendance, je donnerai tous ces pays. Je tiendrai le serment que j’ai prêté à Abraham,
ton père. 4Je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et je lui
donnerai tous ces pays ; c’est par ta descendance que se béniront toutes les nations de la
terre, 5puisque Abraham a écouté ma voix et qu’il a gardé mes observances, mes
commandements, mes décrets et mes lois. »
6Isaac demeura donc à Guérar. 7Les hommes de cet endroit l’interrogèrent sur sa
femme, et il répondit : « C’est ma sœur », car il avait peur de répondre : « C’est ma
femme ». Il se disait : « Les hommes de cet endroit pourraient me tuer à cause de
Rébecca, elle est si belle à regarder. » 8Il était là depuis longtemps déjà, et voici
qu’Abimélek, roi des Philistins, regardant par la fenêtre, le vit caresser Rébecca, sa femme.
9Abimélek convoqua Isaac et lui dit : « À coup sûr, c’est ta femme ! Comment as-tu pu
dire : “C’est ma sœur” ? » Isaac lui répondit : « Je l’ai dit car j’avais peur de mourir à cause
d’elle. » 10Abimélek reprit : « Que nous as-tu fait là ! Un peu plus, et un homme de ce
peuple aurait couché avec ta femme, et à cause de toi nous serions devenus coupables. »
11Abimélek donna cet ordre à tout le peuple : « Quiconque touchera à cet homme ou à sa
femme sera mis à mort. »
La querelle des puits
12Isaac fit des semailles sur cette terre et récolta, cette année-là, le centuple. Le
Seigneur le bénit, 13et Isaac devint un personnage important, de plus en plus important,
jusqu’à devenir vraiment très important. 14Il avait un troupeau de petit bétail, un troupeau
de gros bétail et de nombreux serviteurs. Aussi les Philistins en furent-ils jaloux. 15Tous les
puits qu’avaient creusés les serviteurs de son père Abraham, au temps de celui-ci, les
Philistins les bouchèrent en les remplissant de terre. 16Abimélek dit à Isaac : « Va-t’en de
chez nous, car tu es devenu beaucoup plus puissant que nous. » 17Isaac s’en alla donc. Il
campa dans la vallée de Guérar et y demeura. 18Isaac se mit à creuser de nouveau les
puits d’eau qu’on avait creusés au temps d’Abraham, son père, et que les Philistins avaient
bouchés après la mort d’Abraham. Et il leur donna les noms que leur avait donnés son
père.
19Puis les serviteurs d’Isaac creusèrent dans la vallée et y trouvèrent un puits d’eaux
vives. 20Les bergers de Guérar cherchèrent querelle aux bergers d’Isaac, en disant :
« Cette eau est à nous ! » Isaac donna donc à ce puits le nom d’Esseq (c’est-à-dire : la
(ie)Dispute) , car les bergers de Guérar s’étaient disputés avec lui. 21Ils creusèrent unautre puits et se querellèrent encore à son sujet. Isaac lui donna donc le nom de Sitna
(if)(c’est-à-dire : l’Accusation) . 22Il partit de là et creusa un autre puits. Ils ne cherchèrent
plus querelle à son sujet. Isaac donna donc à ce puits le nom de Rehoboth (c’est-à-dire :
(ig)les Largesses) et dit : « Maintenant le Seigneur nous a mis au large. Nous allons
prospérer dans le pays. »
Apparition du Seigneur à Bershéba et alliance avec Abimélek
23De là, il monta à Bershéba. 24Le Seigneur lui apparut, cette nuit-là, et dit :
« Je suis le Dieu d’Abraham, ton père :
ne crains pas, car je suis avec toi ;
je te bénirai et je multiplierai ta descendance
à cause d’Abraham, mon serviteur. »
25À cet endroit, Isaac bâtit un autel et invoqua le nom du Seigneur ; là, il planta sa
tente et ses serviteurs forèrent un puits. 26Abimélek, accompagné d’Ahouzzath, un de ses
(ih)proches, et de Pikol, le chef de son armée, sortit de Guérar pour aller rencontrer Isaac.
27Celui-ci leur dit : « Pourquoi êtes-vous venus vers moi, alors que vous me détestez et
m’avez renvoyé de chez vous ? » 28Ils répondirent : « Nous avons bien dû constater que
le Seigneur est avec toi, et nous avons dit : Qu’un même serment nous unisse, nous et toi,
(ii)et nous conclurons ensemble une alliance : 29tu ne nous feras pas de mal, de même
que nous ne t’avons pas frappé, et que nous t’avons uniquement fait du bien et renvoyé en
paix. À présent, tu es le béni du Seigneur. »
30Alors il leur fit un festin, ils mangèrent et ils burent. 31Ils se levèrent de bon matin et
se prêtèrent serment l’un à l’autre. Puis Isaac les congédia et ils le quittèrent en paix. 32Ce
jour-là, les serviteurs d’Isaac vinrent l’informer au sujet du puits qu’ils creusaient. Ils lui
dirent : « Nous avons trouvé de l’eau ! » 33Il donna au puits le nom de Shibéa
(c’est-à(ij)dire : le Serment) , et c’est pourquoi aujourd’hui encore on appelle cette ville Bershéba.
Les femmes hittites d’Ésaü
34Ésaü avait quarante ans quand il prit pour femmes Judith, fille de Beéri le Hittite, et
Basmate, fille d’Élone le Hittite. 35Elles furent un sujet d’amertume pour Isaac et Rébecca.
Jacob dérobe à Ésaü la bénédiction paternelle

27
1Isaac était devenu vieux, ses yeux avaient faibli et il n’y voyait plus. Il appela Ésaü son fils
(ik)aîné : « Mon fils ! » Celui-ci répondit : « Me voici. » 2 Isaac reprit : « Tu vois : je suis
devenu vieux, mais je ne sais pas le jour de ma mort. 3 Prends donc maintenant tes
armes, ton carquois et ton arc, sors dans la campagne et tue-moi du gibier. 4 Prépare-moi
(il)un bon plat comme je les aime et apporte-le-moi pour que je mange, et que je te bénisse
avant de mourir. »
5Pendant qu’Isaac parlait ainsi à son fils Ésaü, Rébecca écoutait. Ésaü alla donc dans
(im)la campagne chasser du gibier pour son père .
6Alors Rébecca dit à son fils Jacob : « Voici que j’ai entendu ton père parler à ton frère
Ésaü. Il lui disait : 7“Apporte-moi du gibier et prépare-moi un bon plat pour que je mange et
que je te bénisse devant le Seigneur avant de mourir.” 8Maintenant, mon fils, écoute
(in)bien ce que je t’ordonne. 9Va dans le troupeau de petit bétail et ramène-moi deuxbeaux chevreaux. Je préparerai pour ton père un bon plat, comme il les aime, 10et tu le lui
apporteras à manger ; alors il pourra te bénir avant de mourir. »
11Jacob répondit à sa mère Rébecca : « Mais mon frère Ésaü est un homme velu,
(io)tandis que ma peau est lisse ! 12Si jamais mon père me palpe, il croira que je me suis
moqué de lui et j’attirerai sur moi la malédiction au lieu de la bénédiction. »
13Mais sa mère lui répliqua : « Qu’elle vienne sur moi, ta malédiction, mon fils ! Écoute
seulement ce que je te dis et va me chercher les chevreaux. » 14Il alla donc les chercher
et les apporta à sa mère. Et celle-ci prépara un bon plat comme son père les aimait.
15Rébecca prit les meilleurs habits d’Ésaü, son fils aîné, ceux qu’elle gardait à la
maison ; elle en revêtit Jacob, son fils cadet. 16 Puis, avec des peaux de chevreau, elle lui
(ip) (iq)couvrit les mains et la partie lisse du cou. 17 Elle remit ensuite entre ses mains le
plat et le pain qu’elle avait préparés.
18Jacob entra chez son père et dit : « Mon père ! » Celui-ci répondit : « Me voici. Qui
es-tu, mon fils ? » 19 Jacob dit à son père : « Je suis Ésaü, ton premier-né ; j’ai fait ce que
tu m’as dit. Viens donc t’asseoir, mange de mon gibier ; alors, tu pourras me bénir. » 20
(ir)Isaac lui dit : « Comme tu as trouvé vite, mon fils ! » Jacob répondit : « C’est que le
(is)Seigneur, ton Dieu, a favorisé ma chasse . » 21 Isaac lui dit : « Approche donc, mon fils,
que je te palpe, pour savoir si tu es bien mon fils Ésaü ! » 22 Jacob s’approcha de son
père Isaac. Celui-ci le palpa et dit : « La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont les
mains d’Ésaü. » 23 Il ne reconnut pas Jacob car ses mains étaient velues comme celles
de son frère Ésaü, et il le bénit. 24 Il dit encore : « C’est bien toi mon fils Ésaü ? » Jacob
répondit : « C’est bien moi. » 25 Isaac reprit : « Apporte-moi le gibier, mon fils, j’en
mangerai, et alors je pourrai te bénir. » Jacob le servit, et il mangea. Jacob lui présenta du
vin, et il but. 26 Son père Isaac dit alors : « Approche-toi et embrasse-moi, mon fils. »
27Comme Jacob s’approchait et l’embrassait, Isaac respira l’odeur de ses vêtements,
et il le bénit en disant :
« Voici que l’odeur de mon fils
est comme l’odeur d’un champ que le Seigneur a béni.
28Que Dieu te donne la rosée du ciel et une terre fertile,
froment et vin nouveau en abondance !
29Que des peuples te servent,
(it)que des nations se prosternent devant toi.
Sois un chef pour tes frères,
que les fils de ta mère se prosternent devant toi.
Maudit soit celui qui te maudira,
(iu)béni soit celui qui te bénira ! »
(iv)30À peine Isaac avait-il fini de bénir Jacob, et Jacob avait-il quitté son père , que son
frère Ésaü revint de la chasse. 31Lui aussi prépara un bon plat et l’apporta à son père en
lui disant : « Que mon père se lève et mange du gibier de son fils ; alors tu pourras me
(iw)bénir. » 32Isaac lui demanda : « Qui es-tu ? » Il répondit : « Je suis Ésaü, ton fils
premier-né. » 33Isaac se mit alors à trembler violemment et dit : « Qui donc est celui qui a
été à la chasse et m’a rapporté du gibier ? J’ai mangé de tout avant que tu n’arrives.
Celuilà, je l’ai béni ; béni il restera. »
34Dès qu’Ésaü entendit les paroles de son père, il poussa un très grand cri, plein
d’amertume. Il dit à son père : « Ô mon père, bénis-moi aussi ! » 35Isaac répondit : « Ton
(ix)frère est venu par ruse et il a volé ta bénédiction ! » 36Ésaü reprit : « Est-ce parce qu’on
(iy)lui a donné le nom de Jacob (c’est-à-dire : le Trompeur) que, par deux fois, celui-ci m’a
trompé ? Il a volé mon droit d’aînesse et voici que, maintenant, il a volé ma bénédiction. Nem’as-tu pas réservé une bénédiction ? » 37Isaac répondit à Ésaü : « Voici que j’ai fait de
lui ton chef, je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs, je l’ai pourvu de froment et de
vin nouveau : que puis-je encore faire pour toi, mon fils ! » 38Ésaü répondit à son père :
« N’as-tu donc qu’une seule bénédiction, mon père ? Ô mon père, bénis-moi aussi ! » Puis
Ésaü éleva la voix et pleura.
(iz)39Alors Isaac reprit la parole et dit :
« Loin des terres fertiles sera ta demeure,
loin de la rosée qui tombe du ciel.
40Tu vivras grâce à ton épée
et tu serviras ton frère ;
mais à force de vagabonder,
tu ôteras son joug de ton cou ! »
41Ésaü se mit à considérer Jacob comme son ennemi à cause de la bénédiction qu’il
avait reçue de son père. Il se disait en lui-même : « Le moment du deuil de mon père
approche. Alors je tuerai mon frère Jacob. » 42On rapporta à Rébecca les paroles d’Ésaü,
son fils aîné, et elle fit appeler Jacob, son fils cadet. Elle lui dit : « Voici que ton frère Ésaü
veut se venger de toi en te tuant. 43Maintenant, mon fils, écoute-moi bien : lève-toi et fuis
à Harane chez mon frère Laban. 44Tu habiteras avec lui quelque temps, jusqu’à ce que la
(ja) (jb) (jc)fureur de ton frère se détourne de toi , 45oui , que sa colère se détourne de toi et
qu’il oublie ce que tu lui as fait ; alors j’enverrai quelqu’un te chercher là-bas. Pourquoi
serais-je privée de mes deux enfants le même jour ? »
Isaac envoie Jacob chez Laban
46Rébecca dit à Isaac : « Je suis dégoûtée de la vie à cause des filles de Hittites, les
(jd) (je)femmes d’Ésaü . Si jamais Jacob devait épouser une fille comme celles-là, une fille
de ce pays, à quoi bon vivre encore ! »

28
1Isaac appela Jacob, le bénit et lui donna cet ordre : « Tu n’épouseras pas une fille de
(jf)Canaan. 2Lève-toi, va dans la région de Paddane-Aram, à la maison de Betouël, le père
de ta mère, et là tu prendras pour femme l’une des filles de Laban, le frère de ta mère.
3Que le Dieu-Puissant te bénisse, qu’il te fasse fructifier et te multiplier, et que tu
deviennes ainsi une assemblée de peuples, 4qu’il te donne la bénédiction d’Abraham, à toi
(jg)et à ta descendance , pour que tu possèdes la terre où tu es venu en immigré, la terre
que Dieu a donnée à Abraham ! »
(jh)5Ainsi, Isaac envoya Jacob et celui-ci partit pour la région de Paddane-Aram, chez
Laban, fils de Betouël l’Araméen, frère de Rébecca, la mère de Jacob et d’Ésaü.
Ésaü épouse une Ismaélite
6Ésaü vit qu’Isaac avait béni Jacob, et l’avait envoyé en Paddane-Aram pour y prendre
femme ; en le bénissant, il lui avait donné cet ordre : « Tu n’épouseras pas une fille de
Canaan ». 7Jacob avait obéi à son père et à sa mère, il était parti en Paddane-Aram.
(ji)8Ésaü comprit alors que les filles de Canaan ne valaient rien aux yeux de son père
Isaac ; 9et il alla trouver Ismaël : en plus de ses femmes, il épousa Mahalath, fille d’Ismaël,
fils d’Abraham ; Mahalath était la sœur de Nebayoth.
Le songe de Jacob à Béthel10Jacob partit de Bershéba et se dirigea vers Harane. 11 Il atteignit le lieu où il allait
passer la nuit car le soleil s’était couché. Il y prit une pierre pour la mettre sous sa tête, et
(jj)dormit en ce lieu. 12 Il eut un songe : voici qu’une échelle était dressée sur la terre, son
(jk)sommet touchait le ciel, et des anges de Dieu montaient et descendaient.
(jl)13Le Seigneur se tenait près de lui. Il dit : « Je suis le Seigneur, le Dieu d’Abraham
ton père, le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes
(jm)descendants. 14 Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, vous
(jn)vous répandrez à l’orient et à l’occident, au nord et au midi ; en toi et en ta
(jo)descendance seront bénies toutes les familles de la terre. 15 Voici que je suis avec toi ;
je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre ; car je ne t’abandonnerai
pas avant d’avoir accompli ce que je t’ai dit. »
16Jacob sortit de son sommeil et déclara : « En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et
moi, je ne le savais pas. » 17 Il fut saisi de crainte et il dit : « Que ce lieu est redoutable !
C’est vraiment la maison de Dieu, la porte du ciel ! » 18 Jacob se leva de bon matin, il prit
la pierre qu’il avait mise sous sa tête, il la dressa pour en faire une stèle, et sur le sommet il
(jp)versa de l’huile. 19 Jacob donna le nom de Béthel (c’est-à-dire : Maison de Dieu) à ce
lieu qui auparavant s’appelait Louz.
20Alors Jacob prononça ce vœu : « Si Dieu est avec moi, s’il me garde sur le chemin
où je marche, s’il me donne du pain pour manger et des vêtements pour me couvrir, 21et si
je reviens sain et sauf à la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu. 22Cette pierre
dont j’ai fait une stèle sera la maison de Dieu. De tout ce que tu me donneras, je prélèverai
la dîme pour toi. »
Jacob rencontre Rachel

29
(jq)1Jacob se remit en marche et partit pour le pays des fils de l’Orient. 2Tout à coup , il
(jr)aperçut un puits dans la campagne et, près de ce puits , trois troupeaux de petit bétail ;
les bêtes étaient couchées car c’est à ce puits qu’on abreuvait les troupeaux. Sur l’orifice
du puits était posée une grande pierre. 3C’était là que se rassemblaient tous les
troupeaux : on roulait la pierre posée sur l’orifice du puits, on abreuvait le petit bétail, puis
on remettait la pierre à sa place sur l’orifice du puits.
4Jacob dit aux gens : « Mes frères, d’où êtes-vous ? » Ils répondirent : « Nous
sommes de Harane. » 5Il leur dit : « Connaissez-vous Laban, le fils de Nahor ? » Ils
répondirent : « Nous le connaissons. » 6Il leur demanda : « Va-t-il bien ? » Et ils
répondirent : « Il va très bien. Et voici sa fille Rachel qui arrive avec le petit bétail ! »
7Jacob reprit : « Mais il fait encore grand jour. Ce n’est pas le moment de rassembler le
bétail : abreuvez donc les bêtes et allez les faire paître ! » 8Ils répliquèrent : « Nous ne
pouvons le faire tant que tous les troupeaux ne sont pas rassemblés : alors on roule la
pierre posée sur l’orifice du puits et on abreuve le petit bétail. »
9Jacob parlait encore avec eux quand Rachel arriva avec le petit bétail qui appartenait
à son père ; en effet, elle était bergère.
10Dès que Jacob vit Rachel, fille de Laban, le frère de sa mère, et le petit bétail de
(js)Laban , il s’avança, roula la pierre posée sur l’orifice du puits et abreuva le petit bétail de
(jt) (ju)Laban . 11Alors Jacob embrassa Rachel, et il éclata en sanglots . 12Jacob apprit à
Rachel qu’il était un parent de son père et le fils de Rébecca. Elle courut en informer son
père. 13Dès que Laban entendit parler de Jacob, le fils de sa sœur, il courut à sa
rencontre, l’étreignit, l’embrassa et l’amena chez lui. Jacob raconta toute l’affaire à Laban
14et celui-ci lui dit : « Tu es vraiment mes os et ma chair ! » Jacob habita chez lui pendanttout un mois.
Les deux mariages de Jacob
15Laban dit à Jacob : « Devrais-tu me servir gratuitement parce que nous sommes
(jv)parents ? Indique-moi donc ton salaire. » 16Or Laban avait deux filles : l’aînée
s’appelait Léa et la cadette, Rachel. 17Les yeux de Léa étaient délicats, tandis que Rachel
avait belle allure et beau visage. 18Et Jacob se mit à aimer Rachel. Il dit : « Je te servirai
sept ans pour Rachel, ta fille cadette. » 19Laban répondit : « Je préfère te la donner à toi
plutôt qu’à un autre ; reste donc chez moi. »
20Jacob travailla sept ans pour Rachel – sept ans qui lui semblèrent quelques jours,
tellement il l’aimait. 21Jacob dit alors à Laban : « Donne-moi ma femme car les jours que je
te devais sont accomplis et je veux m’unir à elle. »
22Laban rassembla tous les gens de l’endroit et fit un festin. 23Le soir venu, il prit sa
fille Léa, l’amena à Jacob et Jacob s’unit à elle. 24Laban mit au service de sa fille Léa une
(jw)de ses servantes, nommée Zilpa. 25Au matin, voilà que c’était Léa et non Rachel ! Et
Jacob dit à Laban : « Que m’as-tu fait là ? N’est-ce pas pour Rachel que je t’ai servi ?
Pourquoi m’as-tu trompé ? » 26Laban répondit : « Cela ne se fait pas chez nous de marier
la cadette avant l’aînée ! 27Achève la semaine de noces de celle-ci et nous te donnerons
aussi celle-là pour le service que tu feras encore chez nous pendant sept autres années. »
28Jacob agit ainsi : la semaine achevée, Laban lui donna sa fille Rachel pour qu’elle
devienne sa femme. 29Laban mit au service de sa fille Rachel une de ses servantes
nommée Bilha. 30Jacob s’unit aussi à Rachel et il aimait Rachel plus que Léa. Il servit
donc Laban pendant sept autres années encore.Les enfants de Jacob
(jx)31Le Seigneur vit que Léa n’était pas aimée et il la rendit féconde tandis que
(jy)Rachel était stérile. 32Léa devint enceinte et enfanta un fils qu’elle appela Roubène car,
dit-elle, « le Seigneur a vu ma détresse et maintenant mon mari m’aimera ». 33Elle devint
encore enceinte et enfanta un fils. Elle dit : « Le Seigneur a compris que je n’étais pas
(jz)aimée et il m’a encore donné cet enfant ! » Elle l’appela Siméon . 34Elle devint encore
enceinte et enfanta un fils. Elle dit : « Maintenant, cette fois-ci, mon mari va s’attacher à
(ka)moi car je lui ai donné trois fils ! » C’est pourquoi on l’appela Lévi . 35Elle devint encore
enceinte et enfanta un fils. Elle dit : « Cette fois-ci, je louerai le Seigneur ! » C’est pourquoi
(kb)elle l’appela Juda . Ensuite, elle n’eut plus d’enfant.

30
1Voyant qu’elle n’avait pas donné d’enfant à Jacob, Rachel devint jalouse de sa sœur. Elle
dit à Jacob : « Donne-moi des fils, sinon je vais mourir ! » 2Jacob s’enflamma de colère
contre Rachel et dit : « Suis-je à la place de Dieu, moi ? C’est lui qui t’a empêchée d’avoir
(kc)des enfants . » 3Rachel reprit : « Voici ma servante Bilha, unis-toi à elle pour qu’elle
(kd)enfante sur mes genoux ; ainsi, grâce à elle, j’aurai un fils , moi aussi. » 4Elle lui donna
donc pour femme sa servante Bilha, et Jacob s’unit à elle. 5Bilha devint enceinte et
enfanta un fils à Jacob. 6Rachel dit : « Dieu m’a rendu justice, il a écouté ma voix, il m’a
(ke)donné un fils. » C’est pourquoi elle l’appela Dane . 7Bilha, la servante de Rachel, devint
encore enceinte et elle enfanta un second fils à Jacob. 8Rachel dit : « J’ai livré contre ma
(kf)sœur des combats de Dieu et je l’ai emporté ! » Elle appela donc l’enfant Nephtali .
9Quand Léa s’aperçut qu’elle avait cessé d’enfanter, elle prit sa servante Zilpa et la
donna pour femme à Jacob. 10Zilpa, la servante de Léa, enfanta un fils à Jacob. 11Léa
(kg)dit : « Quelle chance ! » Et elle l’appela Gad . 12Zilpa, la servante de Léa, enfanta un
second fils à Jacob. 13Léa dit : « Quel bonheur pour moi ! Les filles me proclament
(kh)bienheureuse ! » Et elle appela l’enfant Asher .
14Au temps de la moisson des blés, Roubène s’en alla dans les champs pour y
(ki)chercher des mandragores . Il les apporta à Léa, sa mère, et Rachel dit à Léa :
« Donne-moi donc les mandragores de ton fils. » 15Léa répondit : « Ne te suffit-il pas de
m’avoir pris mon mari que tu veuilles aussi les mandragores de mon fils ? » Alors Rachel
dit : « Eh bien ! Que Jacob couche avec toi, cette nuit, en échange des mandragores de
ton fils. » 16Le soir, quand Jacob revint des champs, Léa sortit à sa rencontre et dit :
« Viens donc, car c’est toi mon cadeau en échange des mandragores de mon fils. » Il
coucha donc avec elle, cette nuit-là. 17Dieu exauça Léa : elle devint enceinte et enfanta un
cinquième fils à Jacob. 18Léa dit : « Dieu m’a donné un cadeau, parce que j’ai donné ma
(kj)servante à mon mari. » Et elle appela l’enfant Issakar . 19Léa devint encore enceinte et
enfanta un sixième fils à Jacob. 20Léa dit : « Dieu m’a fait un beau présent ! Cette fois-ci,
(kk)mon mari m’estimera car je lui ai donné six fils ! » Et elle appela l’enfant Zabulon .
21Ensuite, elle enfanta une fille qu’elle appela Dina.
(kl)22Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça et la rendit féconde . 23Elle devint enceinte
(km)et enfanta un fils. Elle dit : « Dieu a enlevé ma honte. » 24Elle appela l’enfant Joseph ,
en disant : « Que le Seigneur m’ajoute un autre fils ! »
Comment Jacob s’enrichit
25Lorsque Rachel eut enfanté Joseph, Jacob dit à Laban : « Laisse-moi partir ; je vais
retourner chez moi, dans mon pays. 26Donne-moi mes femmes, pour lesquelles je t’ai
servi, ainsi que mes enfants ; je vais partir. Tu sais combien j’ai travaillé à ton service. »
27Laban lui dit : « Que je puisse trouver grâce à tes yeux ! J’ai appris par divination que leSeigneur m’a béni à cause de toi. » 28Puis il ajouta : « Fixe-moi ton salaire et je te le
donnerai. » 29Jacob dit : « Tu sais combien j’ai travaillé à ton service et ce que ton bétail
est devenu grâce à moi. 30Il représentait peu de chose avant moi, mais il a
(kn)considérablement augmenté : le Seigneur t’a béni depuis que je suis là . Et moi,
maintenant, quand vais-je travailler pour ma maison ? » 31Laban dit : « Que vais-je te
donner ? » Jacob répondit : « Tu ne me donneras rien, et si tu fais pour moi ce que je vais
te dire, je recommencerai à faire paître ton petit bétail et à le garder. 32Aujourd’hui, je vais
passer au milieu de tout ton petit bétail et je mettrai à l’écart tout mouton tacheté ou
moucheté, tout mouton brun parmi les jeunes béliers, et toute bête mouchetée ou tachetée
parmi les chèvres : ce sera mon salaire. 33Plus tard, mon honnêteté répondra pour moi
(ko)quand tu viendras vérifier mon salaire : tout ce qui, en ma possession, ne sera pas
moucheté ou tacheté parmi les chèvres et brun parmi les jeunes béliers sera considéré
comme un vol de ma part. » 34Et Laban conclut : « C’est bien ! Qu’il en soit comme tu l’as
dit. »
35Le jour même, Laban mit à l’écart les boucs rayés ou mouchetés, ainsi que toutes
les chèvres tachetées ou mouchetées, tout ce qui portait des taches blanches ou était brun
parmi les jeunes béliers, et il les confia à ses fils. 36Puis il mit une distance de trois jours
de marche entre lui et Jacob, tandis que Jacob faisait paître le reste du troupeau de Laban.
37Jacob se procura de fraîches baguettes de peuplier, d’amandier, de platane. Il les
(kp)écorça, faisant apparaître des raies blanches, mettant à nu le blanc qui était sous
(kq)l’écorce des baguettes. 38Puis il plaça les baguettes ainsi écorcées dans les auges,
(kr) (ks)dans les abreuvoirs où le petit bétail venait boire ; les baguettes étaient devant les
yeux des bêtes qui entraient en chaleur quand elles venaient boire. 39Les bêtes qui
entraient en chaleur devant les baguettes mettaient bas des petits rayés, tachetés,
mouchetés. 40Quant aux jeunes béliers, Jacob les mit à part et il tourna les bêtes vers ce
qui était rayé ou tout ce qui était brun dans le troupeau de Laban. Ainsi il se constitua des
troupeaux pour lui seul et ne les ajouta pas au petit bétail de Laban. 41Chaque fois que les
(kt)bêtes les plus vigoureuses s’accouplaient , Jacob mettait les baguettes dans les auges,
sous leurs yeux, pour qu’elles s’accouplent devant les baguettes. 42Mais quand les bêtes
étaient chétives, il ne mettait pas de baguettes, si bien que les chétives étaient pour Laban
et les vigoureuses pour Jacob.
43Ainsi l’homme déborda de richesses : il posséda du petit bétail en grand nombre, et
des servantes, des serviteurs, des chameaux, des ânes.
Jacob s’enfuit de chez Laban

31
1Jacob entendit parler les fils de Laban qui disaient : « Jacob a pris tout ce qui appartenait
à notre père, c’est à partir des biens de notre père qu’il a bâti toute sa fortune. » 2Jacob
observa le visage de Laban et constata qu’il ne se comportait plus vis-à-vis de lui comme
auparavant.
3Le Seigneur dit à Jacob : « Retourne au pays de tes pères, dans ta parenté. Je serai
avec toi. » 4Jacob fit appeler Rachel et Léa pour qu’elles le rejoignent dans le champ où il
se trouvait avec le bétail. 5Et il leur dit : « J’ai vu sur le visage de votre père qu’il ne se
comportait plus avec moi comme auparavant. Mais le Dieu de mon père a été avec moi.
6Vous, vous le savez bien, j’ai servi votre père de toutes mes forces, 7et votre père s’est
joué de moi, il a changé dix fois mon salaire, mais Dieu ne lui a pas permis de me faire du
(ku)mal. 8Ainsi, quand il disait : “Tu auras pour salaire les bêtes tachetées”, toutes les
brebis mettaient bas des tachetées, et quand il disait : “Tu auras pour salaire les rayées”,
toutes les brebis mettaient bas des rayées. 9C’est ainsi que Dieu a enlevé son troupeau àvotre père et me l’a donné. 10Au temps où les brebis entraient en chaleur, je levai les yeux
(kv) (kw)et je vis en songe des béliers qui s’accouplaient aux brebis, tous rayés, tachetés,
(kx)tavelés . 11Et l’ange de Dieu me dit en songe : “Jacob !” Je répondis : “Me voici”. 12Il
(ky)reprit : “Lève donc les yeux et regarde les béliers qui s’accouplent aux brebis, tous
rayés, tachetés, tavelés. C’est parce que j’ai vu tout ce que t’a fait subir Laban. 13Je suis
le Dieu de Béthel, là où tu as fait l’onction sur une stèle et où tu t’es engagé envers moi par
un vœu. Maintenant, lève-toi, quitte ce pays et retourne dans le pays de ta parenté.” »
14Rachel et Léa lui firent cette réponse : « Avons-nous encore une part, un héritage,
dans la maison de notre père ? 15Ne nous a-t-il pas traitées comme des étrangères
puisqu’il nous a vendues et qu’il a bel et bien mangé notre argent ? 16Maintenant, puisque
toutes les richesses que Dieu a enlevées à notre père sont à nous et à nos fils, fais donc
tout ce que Dieu t’a dit. »
17Alors, Jacob se leva et fit monter ses fils et ses femmes sur les chameaux. 18Il
emmena aussi tous ses troupeaux et tous les biens qu’il avait acquis – le troupeau qu’il
avait acquis en Paddane-Aram – pour retourner chez son père Isaac, au pays de Canaan.
19Tandis que Laban était allé tondre son petit bétail, Rachel déroba les idoles
(kz)domestiques qui appartenaient à son père. 20Et Jacob se déroba à la vigilance de
Laban l’Araméen, en s’enfuyant sans le prévenir. 21Il s’enfuit donc avec tout ce qu’il
possédait, il se leva, traversa l’Euphrate et se dirigea vers la montagne de Galaad.
22Le troisième jour, on avertit Laban de la fuite de Jacob. 23Laban prit avec lui ses
frères et poursuivit Jacob pendant sept jours de marche. Il le rejoignit à la montagne de
Galaad. 24Pendant la nuit, Dieu vint trouver Laban l’Araméen dans un songe et lui dit :
« Garde-toi de dire le moindre mot à Jacob, en bien ou en mal. »
25Laban rattrapa Jacob qui avait planté sa tente dans la montagne ; Laban et ses
frères plantèrent la leur dans la montagne de Galaad. 26Laban dit à Jacob : « Qu’as-tu
(la)fait ? Tu t’es dérobé à ma vigilance , tu as emmené mes filles comme des captives de
guerre ! 27Pourquoi t’es-tu caché pour fuir ? Tu m’as volé ! Tu ne m’as pas prévenu ! Je
t’aurais laissé partir dans la joie et les chants, au son du tambourin et de la cithare. 28Mais
tu ne m’as pas laissé embrasser mes fils et mes filles ! Tu te comportes vraiment comme
un fou ! 29J’ai entre les mains le pouvoir de vous faire du mal, mais, hier soir, le Dieu de
votre père m’a adressé cette parole : “Garde-toi de dire le moindre mot à Jacob, en bien ou
en mal.” 30Maintenant, si tu es parti car tu désirais ardemment retrouver la maison de ton
père, pourquoi as-tu dérobé mes dieux ? »
31Jacob répondit à Laban : « C’est que j’ai eu peur ; je me disais que tu voudrais
peutêtre me reprendre de force tes filles ! 32Quant à celui chez qui tu trouveras tes dieux, il
perdra la vie. Devant nos frères, inspecte mes affaires et reprends ce qui est à toi. » Jacob,
en effet, ne savait pas que Rachel avait dérobé les idoles domestiques. 33Laban entra
dans la tente de Jacob, la tente de Léa et celle des deux servantes. Il ne trouva rien. Il
sortit de la tente de Léa et entra dans la tente de Rachel. 34Or, Rachel avait pris les idoles,
les avait mises dans le sac dont on charge le chameau et s’était assise dessus. Laban
fouilla toute la tente mais il ne trouva rien. 35Rachel dit à son père : « Que les yeux de
(lb)mon seigneur ne s’enflamment pas de colère ! En effet, je ne peux pas me lever devant
(lc)toi car j’ai ce qui arrive aux femmes. » Il chercha partout mais ne trouva pas les idoles.
(ld)36Jacob s’enflamma de colère et prit Laban à partie. Il s’écria : « Quel crime ai-je
fait ? Quelle faute ai-je commise pour que tu t’acharnes contre moi ? 37Tu as fouillé toutes
mes affaires : as-tu trouvé un seul objet qui provienne de ta maison ? Expose-le ici même,
devant mes frères et tes frères, et qu’ils nous départagent ! 38Voici vingt ans que je suis
avec toi : tes brebis et tes chèvres n’ont pas avorté ; les béliers de ton troupeau, je ne les ai
pas mangés ! 39La bête déchirée, je ne te la rapportais pas, c’est moi qui en subissais le
dommage ; et la bête volée le jour ou la nuit, tu me la réclamais ! 40J’étais là, le jour,(le)quand la chaleur me dévorait et la nuit, quand le froid me glaçait . Le sommeil me fuyait !
41Voici vingt ans que je suis dans ta maison. Je t’ai servi quatorze ans pour tes deux filles,
six ans pour ton troupeau. Et, dix fois, tu as changé mon salaire ! 42Si le Dieu de mon
père, le Dieu d’Abraham, l’Effroi d’Isaac, n’avait pas été avec moi, tu m’aurais, maintenant,
renvoyé les mains vides. Mais Dieu a vu ma misère et la fatigue de mes mains. Hier soir, il
s’est prononcé ! »
43Laban répondit à Jacob : « Ces filles ? Ce sont mes filles ! Ces fils ? mes fils ! Ces
(lf)troupeaux ? mes troupeaux ! Tout ce que tu vois, c’est à moi ! Que ne ferai-je,
aujourd’hui, pour mes filles et pour les fils qu’elles ont enfantés ? 44Maintenant donc,
allons, concluons une alliance, moi et toi, et qu’il y ait un témoin entre moi et toi ! »
(lg)45Jacob prit une pierre et l’érigea en stèle. 46Puis il dit à ses frères : « Ramassez
des pierres ! » Ils prirent des pierres et en firent un monticule. Ils mangèrent là, sur le
(lh)monticule. 47Laban l’appela Yegar-Sahadouta et Jacob, Galéed.
48Laban déclara : « Ce monticule est aujourd’hui témoin entre moi et toi. » C’est
(li)pourquoi on l’a appelé Galéed. 49On l’appela aussi Mispa (c’est-à-dire : Poste de guet) ,
car Laban avait ajouté : « Que le Seigneur fasse le guet entre moi et toi quand nous serons
hors de vue l’un de l’autre. 50Si tu humilies mes filles, si tu prends des femmes en plus de
mes filles, ce ne sera pas un homme comme nous mais bien Dieu lui-même qui sera
témoin entre moi et toi ! »
51Laban déclara encore à Jacob : « Voici ce monticule et voici la stèle que j’ai élevée
entre moi et toi. 52Témoin sera ce monticule, et témoin la stèle : je ne passerai pas de ton
côté au-delà de ce monticule, tu ne passeras pas de mon côté au-delà de ce monticule et
de la stèle, avec de mauvaises intentions ! 53Au Dieu d’Abraham et au Dieu de
(lj)Nahor – le Dieu de leur père – de juger entre nous ! » Alors Jacob prêta serment par
l’Effroi d’Isaac, son père. 54Puis Jacob offrit un sacrifice sur la montagne et invita ses
frères à manger le pain. Ils mangèrent le pain et passèrent la nuit sur la montagne.

32
1Laban se leva de bon matin, embrassa ses fils et ses filles, il les bénit, puis s’en retourna
chez lui. 2Jacob se mit en route, et des anges de Dieu vinrent à sa rencontre. 3À leur vue,
Jacob déclara : « C’est le camp de Dieu ! » Et il appela ce lieu « Mahanaïm » (c’est-à-dire :
(lk)Les deux camps) .

Jacob prépare sa rencontre avec Ésaü
4Jacob envoya des messagers devant lui vers son frère Ésaü, au pays de Séïr, dans
la campagne d’Édom. 5Il leur donna cet ordre : « Vous parlerez ainsi à mon seigneur, à
Ésaü : “Ainsi parle ton serviteur Jacob : J’ai séjourné chez Laban comme un immigré et j’y
suis resté jusqu’à présent. 6Je possède des bœufs et des ânes, du petit bétail, des
serviteurs et des servantes. J’en ai fait informer mon seigneur, afin de trouver grâce à tes
yeux.” »
7Les messagers revinrent vers Jacob et dirent : « Nous avons trouvé ton frère Ésaü.
Lui aussi marche à ta rencontre et, avec lui, quatre cents hommes. »
8Jacob eut très peur et l’angoisse le saisit. Il partagea en deux camps les gens qui
étaient avec lui, le petit et le gros bétail ainsi que les chameaux. 9Il se disait : « Si Ésaü
attaque un camp et le saccage, l’autre camp pourra en réchapper. »
10Jacob dit alors : « Dieu de mon père Abraham, Dieu de mon père Isaac, ô Seigneur,
toi qui m’as dit : “Retourne dans ton pays, dans ta parenté, et je te ferai du bien”, 11je suis
trop petit pour toutes les faveurs et toute la fidélité que tu as prodiguées à ton serviteur, car
je n’avais que mon bâton quand j’ai traversé ce Jourdain, et maintenant je suis à la tête dedeux camps. 12Délivre-moi donc de la main de mon frère, de la main d’Ésaü, car j’ai peur
de lui, j’ai peur qu’il ne vienne, me frappe et frappe la mère avec les fils. 13Or, toi, tu m’as
dit : “Je te comblerai de bienfaits, je rendrai ta descendance comme le sable de la mer
qu’on ne peut dénombrer, tant il y en a !” »
(ll)14Jacob passa la nuit à cet endroit, puis, sur ce qu’il avait acquis , il préleva un
présent pour son frère Ésaü : 15deux cents chèvres, vingt boucs, deux cents brebis et
vingt béliers, 16trente chamelles laitières avec leurs petits, quarante vaches et dix
taureaux, vingt ânesses et dix ânons. 17Il confia les bêtes aux mains de ses serviteurs,
troupeau par troupeau, et leur dit : « Passez devant moi, et vous laisserez un espace entre
chaque troupeau. » 18Puis il donna cet ordre au premier serviteur : « Quand mon frère
Ésaü te rencontrera et te demandera : “À qui appartiens-tu ? Où vas-tu ? À qui appartient
ce troupeau qui est là devant toi ?”, 19tu répondras : “À ton serviteur, à Jacob. C’est un
présent qu’il envoie à mon seigneur, à Ésaü ; et le voici, lui-même, derrière nous.” » 20Il
donna le même ordre au deuxième, puis au troisième, bref à tous ceux qui marchaient
derrière les troupeaux. Il disait : « C’est en ces termes que vous parlerez à Ésaü quand
(lm)vous le trouverez. 21Vous direz : “Voici que ton serviteur Jacob arrive derrière nous”. »
(ln)En effet, Jacob disait : « Je l’apaiserai avec le présent qui m’aura précédé ; ensuite je
(lo)pourrai paraître devant sa face. Peut-être me fera-t-il bon accueil . » 22Ainsi le présent
précéda Jacob. Et lui-même passa la nuit au camp.
Jacob lutte avec Dieu
23Cette nuit-là, Jacob se leva, il prit ses deux femmes, ses deux servantes, ses onze
(lp)enfants, et passa le gué du Yabboq. 24 Il leur fit passer le torrent et fit aussi passer ce
qui lui appartenait. 25Jacob resta seul. Or, quelqu’un lutta avec lui jusqu’au lever de
l’aurore. 26L’homme, voyant qu’il ne pouvait rien contre lui, le frappa au creux de la
hanche, et la hanche de Jacob se démit pendant ce combat. 27L’homme dit : « Lâche-moi,
car l’aurore s’est levée. » Jacob répondit : « Je ne te lâcherai que si tu me bénis. »
28L’homme demanda : « Quel est ton nom ? » Il répondit : « Jacob. » 29Il reprit : « Ton
(lq)nom ne sera plus Jacob, mais Israël (c’est-à-dire : Dieu lutte) , parce que tu as lutté
avec Dieu et avec des hommes, et tu l’as emporté. » 30Jacob demanda : « Fais-moi
connaître ton nom, je t’en prie. » Mais il répondit : « Pourquoi me demandes-tu mon
nom ? » Et là il le bénit.
(lr)31Jacob appela ce lieu Penouël (c’est-à-dire : Face de Dieu) , car, disait-il, « j’ai vu
(ls)Dieu face à face, et j’ai eu la vie sauve ». 32Au lever du soleil, il passa le torrent à
Penouël. Il resta boiteux de la hanche. 33C’est pourquoi, aujourd’hui encore, les fils
(lt)d’Israël ne mangent pas le muscle qui est au creux de la hanche, car c’est là que Jacob
(lu)avait été touché .
La rencontre avec Ésaü

33
(lv)1Jacob leva les yeux. Il vit qu’Ésaü arrivait, et avec lui quatre cents hommes. Il répartit
alors les enfants entre Léa, Rachel et les deux servantes. 2En tête, il mit les servantes et
leurs enfants, puis Léa et ses enfants, et derrière, Rachel et Joseph. 3Quant à lui, il passa
devant eux et il se prosterna sept fois, face contre terre, avant d’aborder son frère. 4Ésaü
courut à sa rencontre, l’étreignit, se jeta à son cou, l’embrassa, et tous deux pleurèrent.
5Ésaü leva les yeux, vit les femmes et les enfants, et dit : « Qui sont ceux-là pour toi ? »
Jacob répondit : « Ce sont les enfants que Dieu a accordés à ton serviteur. » 6Alors lesservantes s’avancèrent avec leurs enfants et se prosternèrent. 7Puis s’avança Léa avec
ses enfants, et ils se prosternèrent. Enfin s’avancèrent Joseph et Rachel, et ils se
prosternèrent.
(lw)8Ésaü reprit : « Qu’est-ce que toute cette troupe que j’ai rencontrée ? » Jacob
répondit : « C’est pour trouver grâce aux yeux de mon seigneur. »
9Ésaü dit : « J’ai largement ce qu’il me faut, mon frère. Garde pour toi ce qui est à
toi. » 10Jacob répondit : « Oh que non ! Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, de ma main tu
accepteras mon présent. En effet, j’ai pu paraître devant ta face comme on paraît devant la
(lx) (ly)face de Dieu, et tu t’es montré bienveillant envers moi . 11Accepte donc le présent
que je t’ai apporté. Car Dieu m’a fait grâce et j’ai tout ce qu’il me faut. » Il insista auprès de
lui et celui-ci accepta.
12Ésaü dit : « Levons le camp ! En route ! Je marcherai en tête. » 13Mais Jacob
répondit : « Mon seigneur sait que les enfants sont fragiles, et j’ai à ma charge des brebis
et des vaches qui allaitent. Si on presse l’allure un seul jour, tout le petit bétail meurt !
14Que mon seigneur passe donc devant son serviteur, mais moi, je cheminerai
(lz)tranquillement, au pas du convoi qui me précédera et au pas des enfants, jusqu’à ce
que j’arrive chez mon seigneur, en Séïr. » 15Ésaü dit : « Je vais laisser auprès de toi
quelques-uns des gens qui m’accompagnent. » Jacob répondit : « À quoi bon ? Pourvu
que je trouve grâce aux yeux de mon seigneur ! » 16Ce jour même, Ésaü reprit son
chemin vers Séïr. 17Jacob, lui, partit pour Souccoth où il se bâtit une maison et fit des
huttes pour son troupeau. C’est pourquoi on appela cet endroit « Souccoth » (c’est-à-dire :
(ma)Huttes) .
18Venant de Paddane-Aram, Jacob arriva sain et sauf à la ville de Sichem, au pays de
Canaan, et il campa en face de la ville. 19Pour cent pièces d’argent, il acheta aux fils de
Hamor, père de Sichem, la parcelle de champ où il avait dressé sa tente. 20Là, il érigea un
autel qu’il appela « El, Dieu d’Israël ».
Violence faite à Dina et vengeance de ses frères

34
1Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour aller voir les filles du pays.
2Sichem, fils de Hamor le Hivvite, chef du pays, la vit, l’enleva, coucha avec elle et la viola.
3Alors, de tout son être, il s’attacha à Dina, la fille de Jacob, il aima la jeune fille et ses
paroles touchèrent le cœur de celle-ci. 4Sichem dit à Hamor, son père : « Demande pour
moi cette enfant, qu’elle devienne ma femme. » 5Or, Jacob apprit que Sichem avait souillé
sa fille Dina ; mais ses fils étaient aux champs avec le troupeau, et il garda le silence
jusqu’à leur retour.
6Hamor, le père de Sichem, sortit parler à Jacob. 7Revenus des champs, les fils de
Jacob apprirent ce qui s’était passé. Ces hommes se sentirent outragés et furent pris d’une
grande colère car Sichem avait commis une infamie envers Israël en couchant avec la fille
de Jacob : c’est une chose qui ne se fait pas. 8Hamor leur parla en ces termes : « Mon fils
Sichem est épris de votre fille de tout son être, veuillez donc la lui donner pour femme.
9Alliez-vous avec nous par mariage : vous nous donnerez vos filles et vous prendrez pour
vous les nôtres. 10Vous habiterez avec nous ; le pays est ouvert devant vous : vous
pouvez y habiter, le parcourir et y avoir des propriétés. »
11Sichem s’adressa au père et aux frères de la jeune fille : « Que je trouve grâce à
vos yeux ! Ce que vous me demanderez, je le donnerai. 12Imposez-moi une grosse
(mb)somme pour prix de la jeune fille et de nombreux cadeaux ; je paierai ce que vous me
demanderez, mais donnez-moi la jeune fille pour femme. »13Les fils de Jacob répondirent à Sichem et à son père Hamor, mais ils parlèrent avec
ruse car Sichem avait souillé leur sœur Dina. 14Ils dirent : « Nous ne pouvons accepter
cette proposition. Donner notre sœur à un homme incirconcis, ce serait pour nous une
honte ! 15Nous ne serons d’accord avec vous que si vous devenez comme nous en faisant
circoncire tous vos mâles. 16Alors nous vous donnerons nos filles et nous prendrons pour
nous les vôtres, nous habiterons avec vous et nous formerons un seul peuple. 17Mais si
(mc)vous refusez la circoncision , nous reprendrons notre fille et nous partirons. » 18Leurs
paroles plurent à Hamor et à son fils Sichem. 19Le jeune homme ne tarda pas à réaliser
ce qui avait été proposé, tant il désirait la fille de Jacob. Il était l’homme le plus influent
dans la maison de son père.
20Hamor et son fils Sichem allèrent à la porte de leur ville et parlèrent ainsi à leurs
concitoyens : 21« Ces gens ont des intentions pacifiques envers nous ! Qu’ils habitent
donc le pays, qu’ils le parcourent, que le pays soit largement ouvert devant eux. Nous,
nous prendrons leurs filles pour femmes et nous leur donnerons les nôtres. 22Toutefois,
ces gens ne consentiront à habiter avec nous pour former un seul peuple que si tous nos
mâles sont circoncis comme ils le sont eux-mêmes. 23Leurs troupeaux, leurs biens, tout
leur bétail ne seront-ils pas à nous, si nous consentons seulement à cela, pour qu’ils
puissent habiter avec nous ? » 24Tous ceux qui sortaient par la porte de la ville entendirent
(md)Hamor et son fils Sichem ; et tous les mâles furent circoncis .
(me)25Or, le troisième jour, alors que les hommes étaient souffrants, deux des fils de
Jacob, Siméon et Lévi, qui étaient frères de Dina, prirent chacun leur épée, entrèrent dans
la ville en toute sécurité et tuèrent tous les mâles. 26Ils passèrent au fil de l’épée Hamor et
son fils Sichem, ils reprirent Dina dans la maison de Sichem et ressortirent. 27Les fils de
Jacob se jetèrent sur les victimes et pillèrent la ville, parce qu’on avait souillé leur sœur.
28Ils s’emparèrent de leur petit bétail, de leur gros bétail, de leurs ânes, de tout ce qui se
(mf)trouvait dans la ville et dans les champs. 29Ils ramenèrent au camp toutes leurs
richesses, tous leurs jeunes enfants et leurs femmes, et ils pillèrent toutes les maisons de
fond en comble. 30Jacob dit à Simon et à Lévi : « Vous avez fait mon malheur en me
rendant odieux aux habitants du pays, Cananéens et Perizzites. Moi, je n’ai qu’un petit
nombre d’hommes. Ils vont s’unir contre moi et m’abattre. Nous serons exterminés, moi et
ma maison. » 31Mais ils répliquèrent : « Devions-nous laisser traiter notre sœur comme
une prostituée ? »
De Sichem à Mambré

35
1Dieu dit à Jacob : « Debout ! Monte à Béthel et fixe-toi là-bas. Tu y feras un autel au Dieu
qui t’est apparu lorsque tu fuyais devant ton frère Ésaü. » 2Jacob dit à sa famille et à tous
ceux qui l’accompagnaient : « Enlevez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous,
purifiez-vous et changez de vêtements. 3Debout ! Montons à Béthel. J’y ferai un autel au
Dieu qui m’a répondu au jour de ma détresse, qui a été avec moi sur le chemin où je
marchais. » 4Ils remirent à Jacob tous les dieux étrangers qu’ils possédaient et les
anneaux qu’ils portaient aux oreilles. Jacob les enfouit sous le térébinthe qui est près de
Sichem. 5Ils levèrent le camp, et une épouvante divine s’abattit sur les villes d’alentour.
Ainsi personne ne poursuivit les fils de Jacob.
6Jacob arriva avec tous les gens qui l’accompagnaient à Louz, au pays de Canaan :
(mg)c’est Béthel (c’est-à-dire : Maison de Dieu) . 7Là, il bâtit un autel et il appela cet endroit
(mh)« El-Béthel » (c’est-à-dire : Dieu-de-Béthel) . Car c’est là que Dieu s’était révélé à lui
quand il fuyait devant son frère. 8Alors mourut Débora, la nourrice de Rébecca, et on
l’enterra en dessous de Béthel, au pied d’un chêne qu’on appela « Alone-Bakouth » (c’est-(mi)à-dire : le Chêne-des-pleurs) .
9Dieu apparut encore à Jacob quand celui-ci arriva de Paddane-Aram, et il le bénit.
10Dieu lui dit : « Ton nom est Jacob, mais on ne t’appellera plus du nom de Jacob, ton
nom sera Israël. » Et il l’appela du nom d’Israël.
11Dieu lui dit encore : « Je suis le Dieu-Puissant. Sois fécond, multiplie-toi ! Une
nation – et même une assemblée de nations – sera issue de toi, des rois sortiront de
(mj)toi . 12La terre que j’ai donnée à Abraham et à Isaac, je te la donne, et je la donnerai à
ta descendance après toi. »
(mk)13Alors, au lieu même où il lui avait parlé, Dieu s’éleva loin de Jacob.
14Jacob érigea une stèle en ce lieu où Dieu avait parlé avec lui : une stèle de pierre.
Sur elle, il versa une libation et répandit de l’huile. 15Et Jacob appela « Béthel » ce lieu où
Dieu avait parlé avec lui.
16Ils levèrent le camp et quittèrent Béthel. Il restait à parcourir une certaine distance
pour arriver à Éphrata, quand Rachel accoucha. Et ses couches furent pénibles. 17Au
cours de cet accouchement difficile, la sage-femme lui dit : « N’aie pas peur ! Tu as encore
un fils ! » 18Dans son dernier souffle, au moment de mourir, Rachel l’appela Ben-Oni
(ml)(c’est-à-dire : Fils-du-deuil) ; mais son père l’appela Benjamin (c’est-à-dire :
Fils-de-la(mm)droite) . 19Rachel mourut et on l’enterra sur la route d’Éphrata, c’est-à-dire Bethléem.
20Jacob érigea une stèle sur sa tombe. Aujourd’hui encore, c’est la stèle de la tombe de
Rachel.
21Israël leva le camp et planta sa tente au-delà de Migdal-Éder. 22Or, tandis qu’Israël
demeurait dans cette région, Roubène alla coucher avec Bilha, concubine de son père, et
Israël l’apprit.
23Les fils de Jacob furent au nombre de douze. Les fils de Léa : Roubène, le
premierné de Jacob, Siméon, Lévi, Juda, Issakar et Zabulon. 24Les fils de Rachel : Joseph et
Benjamin. 25Les fils de Bilha, la servante de Rachel : Dane et Nephtali. 26Les fils de Zilpa,
la servante de Léa : Gad et Asher. Tels sont les fils de Jacob qui lui naquirent en
PaddaneAram.
27Jacob arriva chez son père Isaac à Mambré, à Qiryath-ha-Arba, c’est-à-dire Hébron,
là où Abraham et Isaac avaient séjourné comme des immigrés. 28Isaac vécut cent
quatre(mn)vingts ans, 29puis il expira. Il mourut et fut réuni aux siens, âgé et rassasié de jours .
Ésaü et Jacob, ses fils, l’ensevelirent.
Ésaü en Édom

36
1Voici la descendance d’Ésaü, autrement dit Édom. 2Ésaü choisit ses femmes parmi les
(mo)filles de Canaan : Ada, fille d’Élone le Hittite, Oholibama, fille d’Ana, fils de Sibéone le
(mp)Hivvite , 3et Basmath, fille d’Ismaël et sœur de Nebayoth. 4Ada enfanta à Ésaü Élifaz,
et Basmath enfanta Réouël, 5Oholibama enfanta Yéoush, Yahelam et Coré. Tels sont les
fils d’Ésaü, qui lui naquirent au pays de Canaan.
(mq)6Ésaü prit avec lui ses femmes, ses fils, ses filles, tous les gens de sa maison,
son troupeau, tout son bétail et tous les biens qu’il avait acquis au pays de Canaan ; puis il
(mr)partit vers un autre pays, loin de son frère Jacob. 7En effet, ils avaient trop de biens
pour habiter ensemble : le pays où ils étaient venus en immigrés ne pouvait leur suffire,
leurs troupeaux étant trop nombreux. 8Ésaü – autrement dit Édom – alla donc habiter dans
la montagne de Séïr.
9Voici la descendance d’Ésaü, père d’Édom, dans la montagne de Séïr.10Voici les noms des fils d’Ésaü : Élifaz, fils de Ada, femme d’Ésaü, et Réouël, fils de
Basmath, femme d’Ésaü. 11Les fils d’Élifaz furent Témane, Omar, Cefo, Gahetam et
Qenaz. 12Timna fut la concubine d’Élifaz, fils d’Ésaü, et lui donna un fils, Amalec. Ce sont
les fils de Ada, femme d’Ésaü.
13Voici les fils de Réouël : Nahath, Zèrah, Shamma et Mizza. Ce sont les fils de
Basmath, femme d’Ésaü. 14Voici quels furent les fils d’Oholibama, fille d’Ana, fille de
Sibéone et femme d’Ésaü ; elle lui enfanta Yéoush, Yahelam et Coré.
15Voici les chefs des fils d’Ésaü. Les fils d’Élifaz, premier-né d’Ésaü, sont les chefs
(ms)Témane, Omar, Séfo, Qenaz, 16Coré, Gahetam et Amalec . Ce sont les chefs d’Élifaz
dans le pays d’Édom, ce sont les fils de Ada.
17Voici les fils de Réouël, fils d’Ésaü : les chefs Nahath, Zèrah, Shamma et Mizza. Ce
sont les chefs de Réouël dans le pays d’Édom ; ce sont les fils de Basmath, femme
d’Ésaü.
18Voici les fils d’Oholibama, femme d’Ésaü : les chefs Yéoush, Yahelam et Coré. Ce
sont les chefs d’Oholibama, fille d’Ana, femme d’Ésaü.
19Tels sont les fils d’Ésaü, autrement dit Édom, et tels sont leurs chefs.
20Voici les fils de Séïr le Horite, habitant le pays : Lotane, Shobal, Sibéone, Ana,
21Dishone, Écer et Dishane. Ce sont les chefs horites, fils de Séïr, dans le pays d’Édom.
22Les fils de Lotane furent Hori et Hémam, la sœur de Lotane était Timna. 23Voici les fils
de Shobal : Alvane, Manahath, Ébal, Shefo et Onam. 24Voici les fils de Sibéone : Ayya et
(mt)Ana. Ce fut Ana qui trouva les sources d’eau chaude dans le désert, en faisant paître
les ânes pour son père Sibéone. 25Voici les enfants d’Ana : Dishone et Oholibama, fille
d’Ana. 26Voici les fils de Dishane : Hèmdane, Eshbane, Yitrane et Kerane. 27Voici les fils
de Écer : Bilhane, Zaavane, Aqane. 28Voici les fils de Dishane : Ouç et Arane.
29Voici les chefs horites : Lotane, Shobal, Sibéone, Ana, 30Dishone, Écer et
(mu)Dishane . Ce sont les chefs horites selon leurs clans, dans le pays de Séïr.
31Voici les rois qui ont régné au pays d’Édom avant que ne règne un roi sur les fils
d’Israël : 32Bèla, fils de Béor, régna sur Édom, et le nom de sa ville était Dinhaba. 33Bèla
mourut, et Yobab, fils de Zèrah de Bosra, régna à sa place. 34Yobab mourut, et Housham,
du pays des Témanites, régna à sa place. 35Housham mourut, et Hadad, fils de Bedad,
(mv)régna à sa place. Il l’emporta sur Madiane aux Champs-de-Moab ; le nom de sa ville
était Avith. 36Hadad mourut, et Samla de Masréqa régna à sa place. 37Samla mourut, et
Saül, de Rehoboth-sur-le-Fleuve, régna à sa place. 38Saül mourut, et Baal-Hanane, fils
d’Akbor, régna à sa place. 39Baal-Hanane, fils d’Akbor, mourut, et Hadar régna à sa
place ; le nom de sa ville était Paou. Le nom de sa femme était Mehétabéel, fille de
Matred, fille de Mé-Zahab.
(mw)40Voici la liste des chefs d’Ésaü selon leurs clans et leurs localités. Leurs noms
étaient : Timna, Alva, Yeteth, 41Oholibama, Éla, Pinone, 42Qenaz, Témane, Mibsar,
(mx)43Magdiël et Iram . Ce sont les chefs d’Édom selon l’endroit où ils habitaient au pays
dont ils avaient la propriété. C’est Ésaü, le père d’Édom.
3. Histoire de Joseph et de ses frères (37 – 50)

37
1Jacob habita la terre où son père était venu en immigré : la terre de Canaan. 2Voici
l’histoire de la descendance de Jacob.
Joseph, âgé de dix-sept ans, faisait paître le petit bétail avec ses frères. Le jeune
(my)homme accompagnait les fils de Bilha et les fils de Zilpa, femmes de son père. Il fit(mz)part à leur père de la mauvaise réputation de ses frères. 3Israël, c’est-à-dire
(na)Jacob , aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il était le fils de sa
(nb)vieillesse, et il lui fit faire une tunique de grand prix . 4En voyant qu’il leur préférait
Joseph, ses autres fils se mirent à détester celui-ci, et ils ne pouvaient plus lui parler sans
(nc)hostilité .
Le songe de Joseph
(nd)5Joseph eut un songe et le raconta à ses frères qui l’en détestèrent d’autant plus.
6« Écoutez donc, leur dit-il, le songe que j’ai eu. 7Nous étions en train de lier des gerbes
au milieu des champs, et voici que ma gerbe se dressa et resta debout. Alors vos gerbes
l’ont entourée et se sont prosternées devant ma gerbe. » 8Ses frères lui répliquèrent :
« Voudrais-tu donc régner sur nous ? nous dominer ? » Ils le détestèrent encore plus, à
cause de ses songes et de ses paroles.
9Il eut encore un autre songe et le raconta à ses frères. Il leur dit : « Écoutez, j’ai
encore eu un songe : voici que le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant
(ne)moi. » 10Il le raconta également à son père qui le réprimanda et lui dit : « Qu’est-ce
que c’est que ce songe que tu as eu ? Nous faudra-t-il venir, moi, ta mère et tes frères,
nous prosterner jusqu’à terre devant toi ? » 11Ses frères furent jaloux de lui, mais son père
retint la chose.
Joseph vendu par ses frères
12Les frères de Joseph étaient allés à Sichem faire paître le troupeau de leur père.
13Israël dit à Joseph : « Tes frères ne gardent-ils pas le troupeau à Sichem ? Va donc les
trouver de ma part ! » Il répondit : « Me voici. » 14Jacob reprit : « Va voir comment se
portent tes frères et comment va le troupeau, et rapporte-moi des nouvelles. » C’est de la
vallée d’Hébron qu’il l’envoya, et Joseph parvint à Sichem. 15Un homme le rencontra alors
qu’il était perdu en pleine campagne, et lui demanda : « Que cherches-tu ? » 16Il répondit :
(nf)« Je cherche mes frères. Indique-moi donc où ils font paître le troupeau . » 17L’homme
dit : « Ils sont partis d’ici, et je les ai entendu dire : “Allons à Dotane !” » Joseph continua
donc à chercher ses frères et les trouva à Dotane. 18Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant
qu’il arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. 19Ils se dirent l’un à l’autre :
(ng)« Voici l’expert en songes qui arrive ! 20C’est le moment, allons-y, tuons-le, et jetons-le
dans une de ces citernes. Nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et on verra ce que
voulaient dire ses songes ! »
21Mais Roubène les entendit, et voulut le sauver de leurs mains. Il leur dit : « Ne
touchons pas à sa vie. » 22Et il ajouta : « Ne répandez pas son sang : jetez-le dans cette
citerne du désert, mais ne portez pas la main sur lui. » Il voulait le sauver de leurs mains et
le ramener à son père.
23Dès que Joseph eut rejoint ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, la tunique
de grand prix qu’il portait, 24 ils se saisirent de lui et le jetèrent dans la citerne, qui était
vide et sans eau. 25 Ils s’assirent ensuite pour manger. En levant les yeux, ils virent une
caravane d’Ismaélites qui venait de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés
(nh) (ni) (nj)d’aromates , de baume et de myrrhe qu’ils allaient livrer en Égypte. 26 Alors
Juda dit à ses frères : « Quel profit aurions-nous à tuer notre frère et à dissimuler sa
(nk)mort ? 27 Vendons-le plutôt aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est
notre frère, notre propre chair. » Ses frères l’écoutèrent.
(nl)28Des marchands madianites qui passaient par là retirèrent Joseph de la citerne, ilsle vendirent pour vingt pièces d’argent aux Ismaélites, et ceux-ci l’emmenèrent en Égypte.
29Quand Roubène revint à la citerne, Joseph n’y était plus. Il déchira ses vêtements,
30revint vers ses frères et dit : « L’enfant n’est plus là ! Et moi, où vais-je donc aller,
moi ? »
31Ils prirent alors la tunique de Joseph, égorgèrent un bouc et trempèrent la tunique
dans le sang. 32Puis ils firent porter à leur père la tunique de grand prix, avec ce
message : « Nous avons trouvé ceci. Regarde bien : est-ce ou n’est-ce pas la tunique de
ton fils ? » 33Il la reconnut et s’écria : « La tunique de mon fils ! Une bête féroce a dévoré
Joseph ! Il a été mis en pièces ! » 34Jacob déchira ses vêtements, mit un sac sur ses reins
et porta le deuil de son fils pendant de longs jours. 35Ses fils et ses filles se mirent tous à
le consoler, mais il refusait les consolations, en disant : « C’est en deuil que je descendrai
vers mon fils, au séjour des morts. » Et son père le pleura.
(nm)36Quant aux Madianites, ils le vendirent en Égypte à Putiphar, dignitaire de
Pharaon et grand intendant.
Juda et Tamar, sa bru

38
1En ce temps-là, Juda quitta ses frères et se rendit chez un homme d’Adoullam appelé
(nn)Hira. 2Là, Juda aperçut la fille d’un Cananéen appelé Shoua. Il la prit et s’unit à elle .
3Elle devint enceinte et enfanta un fils qu’on appela Er. 4Elle devint encore enceinte et
enfanta un fils qu’elle appela Onane. 5Elle devint enceinte une troisième fois et enfanta un
fils qu’elle appela Shéla. Juda était à Késib lors de cette naissance.
6Juda prit une femme pour Er, son premier-né. Elle s’appelait Tamar. 7Mais Er, le
premier-né de Juda, déplut au Seigneur, et le Seigneur le fit mourir. 8Alors Juda dit à
Onane : « Unis-toi à la femme de ton frère, pour remplir envers elle ton devoir de
beaufrère : suscite une descendance à ton frère. » 9Mais Onane savait que la descendance ne
(no)serait pas à lui. Aussi, quand il s’unissait à la femme de son frère, il laissait la semence
se perdre à terre, pour ne pas donner de descendance à son frère. 10Ce qu’il faisait déplut
au Seigneur qui le fit mourir, lui aussi. 11Juda dit alors à Tamar, sa bru : « Habite comme
une veuve dans la maison de ton père, jusqu’à ce que mon fils Shéla ait grandi. » Il se
disait, en effet : « Il ne faudrait pas que celui-ci meure aussi, comme ses frères. » Tamar
s’en alla donc habiter dans la maison de son père.
12Bien des jours passèrent, et la fille de Shoua, la femme de Juda, mourut. Quand
Juda fut consolé, il monta à Timna chez les tondeurs de son troupeau avec son ami Hira,
qui était d’Adoullam. 13On informa Tamar : « Voici que ton beau-père monte à Timna pour
la tonte de son troupeau. » 14Alors elle ôta ses vêtements de veuve, se couvrit d’un voile,
se rendit méconnaissable et s’assit à l’entrée d’Énaïm, sur le chemin de Timna. En effet,
elle voyait bien que Shéla avait grandi et qu’elle ne lui était toujours pas donnée pour
femme.
15Juda l’aperçut et la prit pour une prostituée, puisqu’elle avait couvert son visage. 16Il
se dirigea vers elle, au bord du chemin, et dit :« Permets donc que j’aille avec toi ». En
effet, il n’avait pas reconnu sa bru. Elle répondit : « Que me donneras-tu pour aller avec
moi ? » 17Il dit : « Je t’enverrai un chevreau de mon troupeau. » Elle reprit : « Oui, si tu me
donnes un gage jusqu’à ce que tu l’envoies. » 18Et lui : « Quel gage vais-je te donner ? »
Elle répondit : « Ton sceau à cacheter, ton cordon et le bâton que tu tiens en main. » Il les
lui donna et s’unit à elle. Et elle devint enceinte de lui. 19Elle se leva, s’en retourna, ôta
son voile et reprit ses vêtements de veuve.
20Juda envoya le chevreau par l’intermédiaire de son ami d’Adoullam, pour reprendrele gage des mains de la femme. Celui-ci ne la trouva pas. 21Il interrogea les gens de
(np)l’endroit : « Où est la prostituée qui se trouvait à Énaïm, au bord de la route ? » Ils
répondirent : « Il n’y a jamais eu là de prostituée. » 22Il retourna donc chez Juda et dit :
« Je ne l’ai pas trouvée, et les gens de l’endroit m’ont même déclaré qu’il n’y avait jamais
eu là de prostituée. » 23Juda répondit : « Qu’elle garde tout pour elle ! Ne nous couvrons
pas de ridicule, moi qui lui ai envoyé un chevreau, et toi qui ne l’as pas trouvée ! »
24Or, trois mois plus tard, on informa Juda : « Ta bru Tamar s’est prostituée et voilà
(nq)même qu’elle est enceinte ! » Juda déclara : « Qu’on la jette dehors et qu’on la
brûle ! » 25Tandis qu’on la jetait dehors, elle envoya dire à son beau-père : « C’est de
l’homme à qui appartiennent ces objets que je suis enceinte. » Et elle ajouta : « Regarde
donc bien à qui appartiennent le sceau à cacheter, le cordon et le bâton que voici ! »
26Juda les reconnut et dit : « Elle est plus juste que moi car, de fait, je ne l’ai pas donnée à
mon fils Shéla. » Et désormais il ne s’unit plus à elle.
(nr)27Or, quand elle accoucha, on s’aperçut qu’elle portait des jumeaux . 28Pendant
l’accouchement, l’un d’eux présenta une main que la sage-femme saisit : elle y attacha un
fil écarlate, en disant : « Celui-ci est sorti le premier ! » 29Mais il retira sa main et c’est son
frère qui sortit. La sage-femme dit : « Quelle brèche tu as ouverte ! » Et on l’appela Pérès
(ns)(c’est-à-dire : Brèche) . 30Son frère sortit ensuite, lui qui avait à la main le fil écarlate.
(nt)On l’appela Zèrah .
Joseph chez l’Égyptien Putiphar

39
1Joseph fut emmené en Égypte. Putiphar, dignitaire de Pharaon et grand intendant, un
Égyptien, l’acheta aux Ismaélites qui l’avaient emmené là-bas. 2Le Seigneur était avec
(nu)Joseph, et tout lui réussissait ; il vivait dans la maison de son maître, l’Égyptien. 3Ce
(nv)dernier vit que le Seigneur était avec Joseph et faisait réussir tout ce qu’il entreprenait.
4Joseph trouva grâce aux yeux de son maître qui l’attacha à son service : il lui donna
autorité sur sa maison et remit entre ses mains tout ce qu’il possédait. 5Dès que l’Égyptien
(nw)eut confié cette charge à Joseph , le Seigneur bénit sa maison, à cause de Joseph, et
la bénédiction du Seigneur s’étendit sur tout ce que possédait l’Égyptien, sa maison et ses
champs. 6Il abandonna entre les mains de Joseph tout ce qu’il possédait et ne s’occupa
plus de rien, sinon de la nourriture qu’il prenait.
Joseph avait belle allure et il était agréable à regarder. 7À quelque temps de là, la
femme de son maître leva les yeux sur Joseph et dit : « Couche avec moi ! » 8Mais il
refusa et répondit à la femme de son maître : « Voici que mon maître ne s’occupe plus de
rien dans la maison. Tout ce qu’il possède, il l’a remis entre mes mains. 9Dans cette
maison, il ne m’est pas supérieur et il ne me refuse rien, sinon toi, car tu es sa femme.
Comment donc pourrai-je commettre ce grand mal et pécher contre Dieu ? » 10Chaque
jour, elle insistait auprès de Joseph. Mais lui n’acceptait pas de partager sa couche et
d’être à elle.
11Vint le jour où Joseph entra dans la maison pour faire son travail, alors qu’aucun
(nx)domestique n’était là . 12La femme l’attrapa par son vêtement, en disant : « Couche
(ny)avec moi ! » Mais il abandonna le vêtement entre ses mains et s’enfuit au-dehors.
(nz)13Lorsqu’elle réalisa que, dans sa fuite , il avait abandonné son vêtement entre ses
mains, 14elle appela ses domestiques et leur dit : « Voyez ça ! On nous a amené un
Hébreu pour se jouer de nous ! Il est venu vers moi pour coucher avec moi, et j’ai appelé à
grands cris. 15Alors, quand il m’a entendu élever la voix pour appeler, il a abandonné son
vêtement à côté de moi et s’est enfui au-dehors. »16Elle garda près d’elle le vêtement de Joseph, jusqu’à ce que le maître rentre chez
lui. 17Elle lui tint alors le même langage : « Le serviteur hébreu que tu nous as amené est
venu vers moi pour se jouer de moi. 18Mais j’ai appelé à grands cris, et il a abandonné son
vêtement à côté de moi et s’est enfui au-dehors. » 19Quand le maître entendit sa femme
lui dire : « Voilà comment ton serviteur a agi envers moi ! », il s’enflamma de colère. 20Le
maître de Joseph se saisit de lui et le jeta dans la prison où étaient enfermés les
prisonniers du roi.
Joseph était en prison, 21mais le Seigneur était avec lui ; il lui accorda sa faveur et lui
fit trouver grâce aux yeux du chef de la prison. 22Le chef de la prison remit entre les mains
(oa)de Joseph tous les prisonniers : tout ce qui se faisait, c’est Joseph qui le faisait faire.
23Le chef de la prison ne s’occupait en rien de ce qui était confié à Joseph car le Seigneur
était avec lui, et ce qu’il entreprenait, le Seigneur le faisait réussir.
Joseph interprète les songes des officiers de Pharaon

40
1À quelque temps de là, l’échanson du roi d’Égypte ainsi que le panetier commirent une
faute envers leur maître, le roi d’Égypte. 2Pharaon s’irrita contre ses deux dignitaires, le
grand échanson et le grand panetier, 3et il les fit mettre au poste de garde, dans la maison
(ob)du grand intendant , au lieu même où Joseph était prisonnier. 4Le grand intendant les
confia aux soins de Joseph qui fut attaché à leur service. Ils demeurèrent un certain temps
au poste de garde. 5Une même nuit, l’échanson et le panetier du roi d’Égypte firent tous
deux un songe, alors qu’ils étaient prisonniers dans la prison. Et chacun des songes avait
sa propre signification. 6Au matin, quand Joseph entra chez eux, il vit qu’ils avaient la mine
défaite. 7Il demanda donc aux dignitaires de Pharaon qui étaient avec lui au poste de
garde, dans la maison de son maître : « Pourquoi vos visages sont-ils si sombres
aujourd’hui ? » 8Ils lui répondirent : « Nous avons eu un songe, et il n’y a personne pour
l’interpréter. » Joseph leur dit : « N’est-ce pas à Dieu qu’il appartient d’interpréter ?
Racontez-moi donc ! »
9Le grand échanson raconta à Joseph le songe qu’il avait fait : « J’ai rêvé qu’une vigne
était devant moi. 10Elle portait trois sarments. Elle bourgeonnait, fleurissait, puis ses
grappes donnaient des raisins mûrs. 11J’avais entre les mains la coupe de Pharaon. Je
saisissais les grappes, je les pressais au-dessus de la coupe de Pharaon et je lui remettais
la coupe entre les mains. »
12Joseph lui dit : « Voici l’interprétation : les trois sarments représentent trois jours.
13Encore trois jours et Pharaon t’élèvera la tête, il te rétablira dans ta charge, et tu
placeras la coupe entre ses mains, comme tu avais coutume de le faire précédemment
quand tu étais son échanson. 14Mais quand tout ira bien pour toi, pour autant que tu te
souviennes d’avoir été avec moi, montre ta faveur à mon égard : rappelle-moi au souvenir
(oc)de Pharaon et fais-moi sortir de cette maison ! 15En effet, j’ai été enlevé au pays des
Hébreux, et là non plus je n’avais rien fait pour qu’on me jette dans la citerne. »
16Voyant que Joseph avait fait une interprétation favorable, le grand panetier lui dit :
(od)« Moi, j’ai rêvé que je portais sur la tête trois corbeilles de gâteaux . 17Et dans la
corbeille d’au-dessus, il y avait tous les aliments que le panetier fabrique pour la nourriture
de Pharaon, et les oiseaux picoraient dans la corbeille au-dessus de ma tête. » 18Joseph
répondit : « Voici l’interprétation : les trois corbeilles représentent trois jours. 19Encore trois
(oe)jours et Pharaon t’élèvera la tête , il te pendra à un arbre, et les oiseaux picoreront ta
(of)chair . » 20Le troisième jour, jour anniversaire de Pharaon, celui-ci fit un festin pour tous
ses serviteurs. Il éleva la tête du grand échanson et celle du grand panetier en présence
de ses serviteurs : 21il rétablit dans sa charge le grand échanson, et celui-ci plaça la coupeentre les mains de Pharaon ; 22mais le grand panetier, il le pendit, comme l’avait annoncé
Joseph. 23Toutefois le grand échanson ne se souvint pas de Joseph ; il l’oublia.
Les songes de Pharaon

41
1Deux ans plus tard, Pharaon eut un songe. Il se tenait debout près du Nil, 2et voici que
(og)montaient du Nil sept vaches, belles et bien grasses, qui broutaient dans les roseaux.
(oh)3Puis, derrière elles, montaient du Nil sept autres vaches, laides et très maigres. Elles
se tenaient à côté des premières, sur la rive du Nil. 4Et les vaches laides et très maigres
mangeaient les sept vaches belles et bien grasses. Alors Pharaon s’éveilla. 5Il se
rendormit et fit encore un songe : sept épis montaient sur une seule tige ; ils étaient gros et
beaux. 6Puis, après eux, germaient sept épis maigres et desséchés par le vent d’est. 7Et
les épis maigres avalaient les sept épis gros et pleins. Alors Pharaon s’éveilla : c’était un
songe ! 8Mais le matin, son esprit était troublé ; il fit convoquer tous les magiciens et tous
(oi)les sages d’Égypte. Pharaon leur raconta les songes , mais personne ne pouvait les
interpréter.
9Alors le grand échanson parla à Pharaon en ces termes : « Aujourd’hui, je me
rappelle mes fautes. 10Pharaon s’était irrité contre ses serviteurs et il m’avait mis au poste
de garde, dans la maison du grand intendant, et avec moi, le grand panetier. 11Une même
nuit, nous avons fait un songe, moi et lui. Et chacun des songes avait sa propre
signification. 12Il y avait là, avec nous, un jeune Hébreu, serviteur du grand intendant.
(oj)Nous lui avons raconté nos songes et il a donné à chacun l’interprétation du songe qu’il
avait fait. 13Et ses interprétations s’avérèrent exactes : moi, on m’a rétabli dans ma
charge, et l’autre, on l’a pendu. »
14Pharaon fit appeler Joseph. En toute hâte, on le tira de son cachot. Il se rasa,
changea de vêtements et se rendit chez Pharaon. 15Pharaon dit à Joseph : « J’ai fait un
songe et personne ne peut l’interpréter. Mais j’ai entendu dire de toi, qu’il te suffit
d’entendre raconter un songe pour en donner l’interprétation. » 16Joseph répondit à
Pharaon : « Ce n’est pas moi, c’est Dieu qui donnera à Pharaon la réponse qui lui rendra
la paix. »
17Alors, Pharaon dit à Joseph : « Dans le songe, j’étais debout au bord du Nil, 18et
voici que montaient du Nil sept vaches, bien grasses et de belle allure, qui broutaient dans
(ok)les roseaux. 19Puis, derrière elles, montaient sept autres vaches, chétives, très laides
et décharnées. Je n’en avais jamais vu d’une telle laideur dans tout le pays d’Égypte.
20Les vaches décharnées et laides mangeaient les premières vaches, les grasses, 21qui
entraient dans leur panse. Mais on ne s’apercevait pas que les grasses étaient entrées
dans leur panse : elles restaient aussi laides qu’avant. Alors je me suis réveillé. 22Mais j’ai
encore vu, en songe, sept épis qui montaient sur une seule tige ; ils étaient pleins et beaux.
23Puis, après eux, germaient sept épis durcis, maigres et desséchés par le vent d’est. 24Et
les épis maigres avalaient les sept beaux épis. J’en ai parlé aux magiciens, mais personne
n’a pu me fournir d’explication. »
25Joseph répondit à Pharaon : « Pharaon n’a eu qu’un seul et même songe. Ce que
Dieu va faire, il l’a indiqué à Pharaon. 26Les sept belles vaches représentent sept années,
et les sept beaux épis, sept années : c’est un seul et même songe ! 27Les sept vaches
décharnées et laides qui montaient derrière les autres représentent sept années ; de
même, les sept épis vides et desséchés par le vent d’est. Ce seront sept années de
famine. 28C’est bien ce que j’ai dit à Pharaon : ce que Dieu va faire, il l’a montré à
Pharaon. 29Voici qu’arrivent sept années de grande abondance dans tout le pays
d’Égypte. 30Mais après elles viendront sept années de famine : alors on oubliera touteabondance dans le pays d’Égypte, la famine épuisera le pays. 31On ne saura plus ce que
pouvait être l’abondance dans le pays, tant la famine qui suivra pèsera lourdement. 32Si le
songe de Pharaon s’est répété une seconde fois, c’est que la décision de Dieu est bien
arrêtée et qu’il va se hâter de l’exécuter. 33Maintenant donc, que Pharaon voie s’il y a un
homme intelligent et sage pour l’établir sur le pays d’Égypte. 34Que Pharaon agisse en
instituant des fonctionnaires sur le pays d’Égypte, afin de prélever le cinquième des
récoltes pendant les sept années d’abondance. 35Ils recueilleront toute la nourriture de ces
bonnes années qui viennent et, sous l’autorité de Pharaon, ils entasseront dans les villes
du froment comme nourriture : ils le garderont en réserve. 36Ainsi, il y aura une réserve de
nourriture pour le pays en vue des sept années de famine qui suivront dans le pays
d’Égypte, et la famine ne détruira pas le pays. »
Joseph au pouvoir
37Cette proposition plut à Pharaon et à tous ses serviteurs. 38Pharaon leur dit :
« Trouverons-nous un homme comme celui-ci, qui a l’esprit de Dieu en lui ? » 39Alors,
Pharaon dit à Joseph : « Dès lors que Dieu t’a fait connaître tout cela, personne ne peut
être aussi intelligent et aussi sage que toi. 40C’est toi qui auras autorité sur ma maison ;
(ol)tout mon peuple se soumettra à tes ordres ; par le trône seulement, je serai plus grand
que toi. » 41Pharaon dit à Joseph : « Vois ! Je t’établis sur tout le pays d’Égypte. » 42Il ôta
l’anneau de son doigt et le passa au doigt de Joseph ; il le revêtit d’habits de lin fin et lui
mit autour du cou le collier d’or. 43Il le fit monter sur son deuxième char et on criait devant
(om)lui : « À genoux ! » Et ainsi il l’établit sur tout le pays d’Égypte.
44Pharaon dit encore à Joseph : « Je suis Pharaon. Mais sans ta permission,
(on)personne ne lèvera le petit doigt dans tout le pays d’Égypte. » 45Pharaon appela
Joseph Safnath-Panéah et lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de
One. Alors Joseph partit inspecter le pays d’Égypte.
46Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il
prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte. 47Pendant les sept années
d’abondance, la terre produisit à plein. 48Pendant les sept années d’abondance au pays
d’Égypte, Joseph recueillit toute la nourriture et l’entreposa dans les villes. Il entreposait au
centre de la ville la nourriture produite dans la campagne environnante. 49Joseph
accumula tellement de froment, qu’on cessa d’en faire le compte ; on ne pouvait pas plus
le mesurer que le sable de la mer.
50Avant l’année où survint la famine, il naquit à Joseph deux fils que lui enfanta
Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de One. 51Joseph appela l’aîné Manassé car, disait-il,
(oo)« Dieu m’a fait oublier toute ma peine et toute celle de la maison de mon père ». 52Le
second, il l’appela Éphraïm car, disait-il, « Dieu m’a fait fructifier dans le pays de ma
misère ».
53Les sept années d’abondance dans le pays d’Égypte prirent fin. 54Alors
commencèrent les sept années de famine, ainsi que Joseph l’avait annoncé. La famine
(op)sévissait partout , mais dans tout le pays d’Égypte il y avait du pain. 55Puis, tout le
pays d’Égypte souffrit, lui aussi, de la faim, et le peuple, à grands cris, réclama du pain à
Pharaon. Mais Pharaon dit à tous les Égyptiens : « Allez trouver Joseph, et faites ce qu’il
vous dira. » 56La famine s’étendait à tout le pays. Alors Joseph ouvrit toutes les réserves
(oq)et vendit du blé aux Égyptiens, tandis que la famine s’aggravait encore dans le pays .
57De partout on vint en Égypte pour acheter du blé à Joseph, car la famine s’aggravait
partout.Première rencontre entre Joseph et ses frères

42
1Apprenant qu’il y avait du blé en Égypte, Jacob dit à ses fils : « Pourquoi restez-vous là à
vous regarder ? » 2Il ajouta : « J’ai entendu dire qu’il y avait du blé en Égypte. Descendez
là-bas et achetez-y du blé pour nous : ainsi nous ne mourrons pas, nous vivrons. » 3Dix
des frères de Joseph descendirent acheter du froment en Égypte. 4Mais Benjamin, frère
de Joseph, Jacob ne l’envoya pas avec ses frères, car il se disait : « J’ai peur qu’il lui arrive
malheur ! »
(or)5Les fils d’Israël, c’est-à-dire de Jacob , parmi beaucoup d’autres gens, vinrent donc
pour acheter du blé, car la famine sévissait au pays de Canaan. 6C’était Joseph qui
organisait la vente du blé pour tout le peuple du pays, car il avait pleins pouvoirs dans le
pays. En arrivant, les frères de Joseph se prosternèrent devant lui, face contre terre. 7Dès
qu’il les vit, il les reconnut, mais il se comporta comme un étranger à leur égard et il leur
parla avec dureté. Il leur dit : « D’où venez-vous ? » Ils répondirent : « Du pays de Canaan,
pour acheter du blé en nourriture. »
8Joseph avait reconnu ses frères, mais eux ne l’avaient pas reconnu. 9Joseph se
rappela les songes qu’il avait eus à leur sujet et leur dit : « Vous êtes des espions ! C’est
(os)pour découvrir les points faibles du pays que vous êtes venus ! » 10Ils répondirent :
« Non, mon seigneur, tes serviteurs sont venus pour acheter du blé en nourriture. 11Nous
sommes tous fils du même homme. Nous sommes de bonne foi : tes serviteurs ne sont
pas des espions. » 12Joseph leur répéta : « Non ! C’est pour découvrir les points faibles du
pays que vous êtes venus. »
13Alors ils ajoutèrent : « Tes serviteurs étaient douze frères. Nous sommes fils d’un
même homme, au pays de Canaan. Aujourd’hui le plus jeune est resté avec notre père, et
(ot)l’un de nous n’est plus. » 14Joseph leur déclara : « Je maintiens ce que je vous ai dit,
vous êtes des espions ! 15Voici l’épreuve que vous devrez subir : Par la vie de Pharaon,
(ou)vous ne sortirez de ce pays que si votre plus jeune frère vient ici ! 16Envoyez l’un de
vous chercher votre frère. Mais vous, vous resterez prisonniers. On va vérifier vos paroles :
(ov)est-ce la vérité ? Si c’est non, par la vie de Pharaon, vous êtes vraiment des
espions ! » 17Il les retint au poste de garde pendant trois jours.
18Le troisième jour, il leur dit : « Faites ce que je vais vous dire, et vous resterez en
(ow)vie, car je crains Dieu. 19 Si vous êtes de bonne foi, que l’un d’entre vous reste
prisonnier au poste de garde. Vous autres, partez en emportant ce qu’il faut de blé pour
(ox)éviter la famine à votre clan . 20 Puis vous m’amènerez votre plus jeune frère : ainsi
vos paroles seront vérifiées, et vous ne serez pas mis à mort. »
Ils acceptèrent, 21 et ils se disaient l’un à l’autre : « Hélas ! nous sommes coupables
(oy)envers Joseph notre frère : nous avons vu dans quelle détresse il se trouvait quand il
nous suppliait, et nous ne l’avons pas écouté. C’est pourquoi nous sommes maintenant
dans une telle détresse. »
22Roubène, alors, prit la parole : « Je vous l’avais bien dit : “Ne commettez pas ce
crime contre notre jeune frère !” Mais vous ne m’avez pas écouté, et maintenant il faut
répondre de son sang. »
23Comme il y avait un interprète, ils ne se rendaient pas compte que Joseph les
comprenait. 24 Alors Joseph se retira pour pleurer.
Retour en Canaan
Ensuite il revint près d’eux et leur parla. Parmi eux, il choisit Siméon et le fit enchaînersous leurs yeux. 25Alors Joseph ordonna de remplir de froment leurs bagages, de replacer
l’argent de chacun dans son sac et de leur donner des provisions pour la route. C’est ainsi
qu’il agit envers eux. 26Ils chargèrent le blé sur leurs ânes et partirent.
27À l’étape, l’un d’eux ouvrit son sac pour donner du fourrage à son âne et il découvrit
son argent : il était sur le dessus de la besace ! 28Il dit à ses frères : « On m’a rendu mon
argent, il est là dans ma besace. » Le cœur leur manqua, ils tressaillirent, se regardant l’un
l’autre, et dirent : « Qu’est-ce que Dieu nous a fait ? »
29De retour au pays de Canaan chez Jacob, leur père, ils lui rapportèrent tout ce qui
leur était arrivé. 30Ils dirent : « L’homme qui est le maître du pays nous a parlé avec
dureté, il nous a pris pour des espions du pays. 31Nous lui avons dit : “Nous sommes de
bonne foi, nous ne sommes pas des espions. 32Nous étions douze frères, fils d’un même
(oz)père : l’un de nous n’est plus, et aujourd’hui le plus jeune est resté avec notre père, au
pays de Canaan.” 33Alors, l’homme qui est le maître du pays nous a dit : “Voici comment
je saurai si vous êtes de bonne foi. Laissez avec moi l’un de vos frères, prenez de quoi
(pa)éviter la famine à votre clan et partez ! 34Puis amenez-moi votre plus jeune frère pour
que je sache que vous n’êtes pas des espions mais que vous êtes de bonne foi. Je vous
rendrai votre autre frère, et vous pourrez aller et venir dans le pays.” »
35Ils se mirent à vider leurs sacs, et voici que chacun trouvait, dans son sac, la bourse
avec son argent ! Quand eux-mêmes et leur père virent les bourses avec leur argent, ils
eurent peur.
36Jacob, leur père, dit alors : « Vous me privez de mes enfants ! Joseph n’est plus !
Siméon n’est plus ! Et vous voulez me prendre Benjamin ! Tout est contre moi. »
37Roubène dit à son père : « Tu pourras faire mourir mes deux fils, si je ne te ramène pas
Benjamin. Remets-le entre mes mains et je te le rendrai. » 38Mais Jacob reprit : « Mon fils
ne descendra pas avec vous. Son frère est mort, il ne me reste que lui. S’il lui arrivait
malheur sur la route que vous allez prendre, c’est dans la douleur que vous feriez
descendre mes cheveux blancs au séjour des morts. »
Second voyage en Égypte des frères de Joseph

43
1La famine continuait à peser sur le pays. 2Aussi, quand ils eurent fini de manger le blé
rapporté d’Égypte, leur père leur dit : « Retournez nous acheter un peu de nourriture. »
3Juda lui répondit : « L’homme nous a déclaré expressément : “Vous ne serez pas admis
en ma présence si votre frère n’est pas avec vous.” 4Si tu laisses notre frère partir avec
(pb)nous, nous descendrons acheter de la nourriture. 5Mais si tu ne le laisses pas partir,
nous ne descendrons pas, puisque l’homme nous a dit : “Vous ne serez pas admis en ma
présence si votre frère n’est pas avec vous.” »
6Israël dit alors : « Pourquoi m’avoir fait du mal en apprenant à l’homme que vous
aviez encore un frère ? » 7Ils répondirent : « L’homme nous a pressés de questions sur
nous et notre parenté : “Votre père est-il encore en vie ?” disait-il. “Avez-vous un frère ?”
(pc)Nous avons répondu à ces questions . Est-ce que nous pouvions savoir qu’il dirait :
(pd)“Amenez ici votre frère” ? » 8Juda dit alors à son père Israël : « Laisse partir le jeune
homme avec moi. Debout ! Allons, si nous voulons vivre et non pas mourir, nous, toi et nos
(pe)jeunes enfants ! 9Moi, je me porte garant de lui, tu pourras m’en demander compte . Si
je ne le ramène pas auprès de toi, si je ne le présente pas devant toi, j’aurai commis une
faute envers toi pour toujours ! 10Si nous n’avions pas tellement hésité, nous serions déjà
revenus deux fois ! »
11Leur père Israël reprit : « Si c’est le cas, eh bien ! faites ceci : prenez dans vos(pf)bagages des produits du pays pour en faire présent à cet homme, un peu de baume ,
(pg) (ph)un peu de miel, des aromates et de la myrrhe , des pistaches et des amandes.
12Prenez avec vous deux fois la somme d’argent ; ainsi l’argent remis sur le dessus de
vos besaces, vous pourrez le restituer. C’était peut-être une erreur. 13Emmenez votre
frère ! Debout, retournez chez cet homme ! 14Que le Dieu-Puissant vous donne de
susciter la compassion de cet homme : que celui-ci vous laisse ramener votre autre frère,
et aussi Benjamin. Pour moi, si je dois être privé d’enfants, que j’en sois privé ! »
15Les hommes prirent avec eux le présent et la double somme d’argent ; ils
emmenèrent aussi Benjamin. Ils se levèrent, descendirent en Égypte et se présentèrent
devant Joseph. 16Apercevant Benjamin avec eux, Joseph dit à son intendant : « Fais
entrer ces hommes dans la maison. Tue une bête et apprête-la, car ces hommes
(pi)mangeront avec moi ce midi. » 17L’intendant exécuta les ordres de Joseph et fit entrer
les hommes dans la maison. 18Mais ceux-ci eurent peur car on les faisait entrer dans la
maison de Joseph. Ils se disaient : « C’est à cause de l’argent remis dans nos besaces la
fois passée, c’est pour cela qu’on nous amène ici. Ils vont se ruer sur nous, tomber sur
nous, nous garder comme esclaves, avec nos ânes. »
19Ils s’approchèrent de l’intendant de Joseph et lui parlèrent à l’entrée de la maison,
20en disant : « Pardon, mon seigneur. Nous sommes déjà descendus, une première fois,
pour acheter de la nourriture. 21Or, quand nous sommes arrivés à l’étape et avons ouvert
nos besaces, chacun a retrouvé son argent sur le dessus de sa besace. La somme
(pj)exacte , nous la rapportons avec nous. 22Et nous sommes descendus avec une autre
somme d’argent pour acheter de la nourriture. Nous ne savons pas qui avait remis notre
argent dans nos besaces. » 23L’intendant répondit : « Soyez en paix ! N’ayez pas peur !
C’est votre Dieu, le Dieu de votre père, qui a caché un trésor dans vos besaces. Votre
argent m’était bien parvenu. » Et il leur relâcha Siméon.
24L’homme les fit entrer dans la maison de Joseph. Il leur apporta de l’eau et ils se
lavèrent les pieds. Puis il donna du fourrage à leurs ânes. 25Ils préparèrent le présent en
attendant l’arrivée de Joseph pour midi, car ils avaient appris qu’ils prendraient là leur
(pk)repas. 26Joseph entra dans la maison, et ils lui offrirent le présent qu’ils tenaient entre
les mains. Puis ils se prosternèrent devant lui jusqu’à terre. 27Il leur demanda comment ils
allaient et ajouta : « Comment va votre vieux père dont vous m’aviez parlé ? Est-il toujours
en vie ? » 28Ils répondirent : « Ton serviteur, notre père, se porte bien. Il est toujours en
vie. » Puis ils s’inclinèrent et se prosternèrent. 29Joseph leva les yeux et aperçut son frère
Benjamin, le fils de sa mère. Il dit : « Est-ce lui, votre plus jeune frère, celui dont vous
m’aviez parlé ? » Puis il ajouta : « Dieu te prenne en grâce, mon fils. » 30Ému jusqu’aux
entrailles à la vue de son frère, Joseph chercha en toute hâte un endroit pour pleurer. Il
entra dans sa chambre et là, il pleura. 31Il se lava le visage et ressortit. Il se domina et dit :
« Servez le repas. » 32On le servit à part ; on les servit à part, eux aussi, et on servit à part
les Égyptiens qui mangeaient chez lui, car les Égyptiens ne peuvent prendre un repas
avec les Hébreux : ce serait une abomination pour les Égyptiens ! 33Les Hébreux se
placèrent devant Joseph par rang d’âge, depuis l’aîné selon son droit d’aînesse jusqu’au
(pl)plus jeune ; et ils se regardaient l’un l’autre avec étonnement. 34Puis Joseph leur fit
servir des portions de ce qui était devant lui. Et la portion de Benjamin était cinq fois plus
copieuse que celle de tous les autres. Ils burent et s’enivrèrent avec lui.
Benjamin condamné à rester en Égypte

44
1Joseph donna ses ordres à son intendant : « Remplis de nourriture les besaces de ces
hommes, dit-il, autant qu’ils pourront en porter, et remets l’argent de chacun sur le dessusde la besace. 2Puis, ma coupe, la coupe d’argent, tu la mettras sur le dessus de la besace
du plus jeune, avec l’argent de son blé. » Il fit ce que Joseph lui avait dit.
3Aux premières lueurs du matin, on renvoya ces hommes avec leurs ânes. 4Comme
ils étaient sortis de la ville mais n’étaient pas encore loin, Joseph dit à son intendant :
« Debout ! Poursuis ces hommes, rattrape-les, et tu leur diras : “Pourquoi avez-vous rendu
le mal pour le bien ? 5N’y a-t-il pas ici cet objet dont mon maître se sert pour boire et
pratiquer la divination ? C’est très mal, ce que vous avez fait.” »
6L’intendant les rattrapa et leur répéta ces paroles. 7Ils répondirent : « Pourquoi mon
seigneur parle-t-il ainsi ? Loin de tes serviteurs d’avoir agi de cette façon ! 8L’argent que
nous avions trouvé sur le dessus de nos besaces, nous te l’avons rapporté du pays de
Canaan. Comment donc aurions-nous pu voler de l’or ou de l’argent dans la maison de ton
maître ? 9Celui de tes serviteurs que l’on trouvera en possession de cet objet, il mourra, et
nous-mêmes, nous deviendrons esclaves de mon seigneur. » 10Il répondit : « Eh bien, qu’il
en soit comme vous avez dit ! Celui que l’on trouvera en possession de l’objet deviendra
mon esclave, et vous, vous serez quittes ! » 11Vite, chacun déposa sa besace à terre et
l’ouvrit. 12L’intendant se mit à fouiller, en commençant par l’aîné et en terminant par le plus
jeune. Et l’on trouva la coupe dans la besace de Benjamin. 13Ils déchirèrent leurs
vêtements, chacun rechargea son âne et ils retournèrent en ville. 14Juda et ses frères
arrivèrent à la maison de Joseph. Il y était encore. Ils se jetèrent devant lui, face contre
terre. 15Joseph leur dit : « Qu’avez-vous donc fait ! Ne saviez-vous pas qu’un homme
comme moi pratique la divination ? » 16Juda répondit : « Qu’allons-nous pouvoir dire à
mon seigneur ? Quels mots prononcer ? Quelles justifications avancer ? Dieu a trouvé que
tes serviteurs étaient en faute. Nous serons donc les esclaves de mon seigneur, nous et
celui qui a été trouvé en possession de la coupe. » 17Joseph répliqua : « Loin de moi
d’agir ainsi, c’est l’homme trouvé en possession de la coupe qui sera mon esclave. Vous
(pm)autres, retournez en paix chez votre père ! »
18Alors Juda s’approcha de lui et dit : « De grâce, mon seigneur, permets que ton
(pn)serviteur t’adresse une parole sans que la colère de mon seigneur s’enflamme contre
ton serviteur, car tu es aussi grand que Pharaon ! 19Mon seigneur avait demandé à ses
serviteurs : “Avez-vous encore votre père ou un autre frère ?” 20Et nous avons répondu à
(po)mon seigneur : “Nous avons encore notre vieux père et un petit frère , l’enfant qu’il a eu
dans sa vieillesse ; celui-ci avait un frère qui est mort, il reste donc le seul enfant de sa
(pp)mère, et notre père l’aime !” 21Alors tu as dit à tes serviteurs : “Amenez-le-moi : je
(pq)veux m’occuper de lui .” 22Nous avons dit à mon seigneur : “Le garçon ne peut pas
quitter son père ; s’il quittait son père, celui-ci mourrait.” 23Alors tu as dit à tes serviteurs :
“Si votre plus jeune frère ne revient pas avec vous, vous ne serez plus admis en ma
(pr)présence.” 24Donc, lorsque nous sommes retournés auprès de notre père, ton
serviteur, nous lui avons rapporté les paroles de mon seigneur. 25Et, lorsque notre père a
dit : “Repartez pour nous acheter un peu de nourriture”, 26nous lui avons répondu : “Nous
ne pourrons pas repartir si notre plus jeune frère n’est pas avec nous, car nous ne
pourrons pas être admis en présence de cet homme si notre plus jeune frère n’est pas
avec nous.” 27Alors notre père, ton serviteur, nous a dit : “Vous savez bien que ma femme
(ps) (pt)Rachel ne m’a donné que deux fils. 28Le premier a disparu . Sûrement, une bête
(pu)féroce l’aura mis en pièces, et je ne l’ai jamais revu. 29Si vous emmenez encore
celuici loin de moi et qu’il lui arrive malheur, vous ferez descendre misérablement mes cheveux
(pv)blancs au séjour des morts.” 30Maintenant, si je retourne, sans le garçon , chez mon
père, ton serviteur, ils sont tellement attachés l’un à l’autre 31que mon père mourra quand
il s’apercevra de son absence ; et c’est dans la douleur que tes serviteurs auront fait
descendre les cheveux blancs de leur père au séjour des morts. 32Or, ton serviteur s’est
porté garant du garçon auprès de son père, en disant : “Si je ne le ramène pas auprès de(pw)toi, j’aurai commis une faute envers toi , mon père, pour toujours !” 33Maintenant donc,
(px)que ton serviteur reste à la place du garçon comme esclave de mon seigneur et que le
garçon retourne avec ses frères ! 34Comment retournerai-je vers mon père sans que le
garçon soit avec moi ? Je ne veux pas voir le malheur atteindre mon père ! »
Joseph se fait reconnaître de ses frères

45
1Joseph ne put se contenir devant tous les gens de sa suite, et il s’écria : « Faites sortir
tout le monde. » Quand il n’y eut plus personne auprès de lui, il se fit reconnaître de ses
(py)frères. 2 Il pleura si fort que les Égyptiens l’entendirent, et même la maison de
Pharaon. 3 Il dit à ses frères : « Je suis Joseph ! Est-ce que mon père vit encore ? » Mais
ses frères étaient incapables de lui répondre, tant ils étaient bouleversés de se trouver en
face de lui.
4Alors Joseph dit à ses frères : « Approchez-vous de moi ». Ils s’approchèrent, et il
(pz)leur dit : « Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour qu’il soit emmené en
(qa)Égypte. 5Mais maintenant ne vous affligez pas, et ne soyez pas tourmentés de m’avoir
vendu, car c’est pour vous conserver la vie que Dieu m’a envoyé ici avant vous. 6Voici déjà
deux ans que la famine sévit dans le pays, et cinq années passeront encore sans labour ni
moisson. 7Dieu m’a envoyé ici avant vous, afin de vous assurer un reste dans le pays et
(qb)ainsi vous maintenir en vie en prévision d’une grande délivrance. 8Non, ce n’est pas
vous qui m’avez envoyé ici, mais Dieu. C’est lui qui m’a élevé au rang de Père de
Pharaon, maître de toute sa maison, gouverneur de tout le pays d’Égypte.
9Dépêchezvous de retourner chez mon père pour lui dire : Ainsi parle ton fils Joseph : “Dieu m’a élevé
au rang de maître de toute l’Égypte. Rejoins-moi. Ne t’arrête pas ! 10Tu habiteras le pays
de Goshèn et tu seras près de moi, toi, tes fils, les fils de tes fils, ton petit et ton gros bétail,
tout ce qui t’appartient. 11Là, je veillerai à ta subsistance – car il y aura encore cinq
(qc)années de famine –, afin que tu ne manques de rien , toi, ta famille et tout ce qui
t’appartient.” 12Vous le voyez de vos yeux, et mon frère Benjamin aussi le voit : c’est bien
ma bouche qui vous parle. 13Vous rapporterez à mon père tout le prestige que j’ai en
Égypte et tout ce que vous avez vu. Dépêchez-vous d’amener mon père ici. »
14Il se jeta au cou de son frère Benjamin et pleura, et Benjamin pleura dans ses
(qd)bras . 15Il embrassa tous ses frères, en les couvrant de larmes. Puis tous ses frères se
mirent à converser avec lui.
16La rumeur se répandit dans la maison de Pharaon. On disait : « Les frères de
Joseph sont arrivés ! » Pharaon et ses serviteurs virent cela d’un bon œil. 17Pharaon dit à
Joseph : « Dis à tes frères : “Faites ceci : chargez vos bêtes et partez ; rentrez au pays de
Canaan ! 18Puis, prenez votre père et vos familles, et revenez chez moi pour que je vous
(qe)offre ce qu’il y a de mieux au pays d’Égypte et que vous mangiez les meilleurs produits
du pays. 19Quant à toi, transmets-leur cet ordre : Faites ceci : au pays d’Égypte,
procurez(qf)vous des chariots pour vos jeunes enfants et vos femmes ; amenez votre père et
revenez ! 20Ne jetez pas un regard désolé sur vos affaires, car ce qu’il y a de mieux dans
tout le pays d’Égypte vous appartiendra.” »
21Ainsi firent les fils d’Israël. Sur l’ordre de Pharaon, Joseph leur donna des chariots et
des provisions de route. 22Il distribua à chacun des vêtements de rechange, mais à
Benjamin, il donna trois cents pièces d’argent et cinq vêtements de rechange. 23Il envoya
également à son père dix ânes chargés de ce qu’il y a de mieux en Égypte, et dix ânesses
chargées de froment, de pain, de vivres, pour le voyage de son père. 24Puis il renvoya ses
frères qui se mirent en route. Joseph leur avait dit : « Ne vous disputez pas en chemin ! »25Ils remontèrent donc d’Égypte et arrivèrent au pays de Canaan chez leur père
Jacob. 26Ils lui annoncèrent la nouvelle : « Joseph est encore vivant, et c’est lui qui est
gouverneur de tout le pays d’Égypte ! » Mais le cœur de Jacob demeurait insensible, car il
ne les croyait pas. 27Alors ils lui répétèrent toutes les paroles que Joseph leur avait dites,
et Jacob vit les chariots que Joseph avait envoyés pour le transporter. Alors l’esprit de leur
père Jacob reprit vie. 28Israël s’écria : « Il ne m’en faut pas plus, mon fils Joseph est
encore vivant ! Je veux partir et le revoir avant de mourir. »
Départ de Jacob pour l’Égypte

46
(qg)1Israël, c’est-à-dire Jacob , se mit en route avec tout ce qui lui appartenait. Arrivé à
Bershéba, il offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac, 2 et Dieu parla à Israël dans
une vision nocturne. Il dit : « Jacob ! Jacob ! » Il répondit : « Me voici. » 3 Dieu reprit : « Je
(qh)suis Dieu , le Dieu de ton père. Ne crains pas de descendre en Égypte, car là-bas je
ferai de toi une grande nation. 4 Moi, je descendrai avec toi en Égypte. Moi-même, je t’en
ferai aussi remonter, et Joseph te fermera les yeux de sa propre main. »
(qi)5Jacob partit de Bershéba. Ses fils l’installèrent, avec leurs jeunes enfants et leurs
femmes, sur les chariots que Pharaon avait envoyés pour le transporter. 6 Ils prirent aussi
leurs troupeaux et les biens qu’ils avaient acquis au pays de Canaan. Jacob arriva en
Égypte avec toute sa descendance. 7 Ainsi donc, ses fils et ses petits-fils, ses filles et ses
petites-filles, bref toute sa descendance, il les emmena avec lui en Égypte.
La descendance de Jacob
8Voici les noms des fils d’Israël venus en Égypte : Jacob et ses fils. 9Premier-né de
Jacob : Roubène. Fils de Roubène : Hanok, Pallou, Hesrone, Karmi.
10Fils de Siméon : Yemouël, Yamine, Ohad, Yakine, Sohar, Saül, le fils de la
Cananéenne.
11Fils de Lévi : Guershone, Qehath et Merari.
12Fils de Juda : Er, Onane, Shéla, Pérès, Zèrah. Er et Onane étaient morts au pays de
Canaan. Les fils de Pérès furent Hesrone et Hamoul.
(qj)13Fils d’Issakar : Tola, Poua, Job , Shimrone.
14Fils de Zabulon : Sèred, Élone, Yahleël.
(qk)15Ce furent les fils que Léa donna à Jacob en Paddane-Aram. Elle lui donna aussi
sa fille Dina. Ses fils et ses filles comptaient au total trente-trois personnes.
16Fils de Gad : Sifeyone et Haggui, Shouni et Esbone, Éri, Arodi et Aréli.
17Fils d’Asher : Yimna, Yishva, Yishvi, Beria, et leur sœur Sérah. Fils de Beria : Hèber
et Malkiël.
(ql)18Ce furent les fils que Zilpa, la servante donnée par Laban à sa fille Léa, enfanta à
Jacob : seize personnes.
19Fils de Rachel, femme de Jacob : Joseph et Benjamin.
(qm)20Au pays d’Égypte, il naquit à Joseph deux fils , Manassé et Éphraïm, que lui
avait enfantés Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de One.
21Fils de Benjamin : Bèla, Bèker et Ashbel, Guéra et Naamane, Éhi et Rosh,
Mouppim, Houppim et Arde.
22Ce furent les fils de Rachel qu’elle enfanta à Jacob. Au total : quatorze personnes.23Fils de Dane : Houshim.
24Fils de Nephtali : Yahçeël, Gouni, Yécèr, Shillem.
(qn)25Ce furent les fils que Bilha, la servante donnée par Laban à sa fille Rachel,
enfanta à Jacob. Au total : sept personnes.
26Total des personnes appartenant à Jacob et issues de lui, qui vinrent en Égypte,
sans compter les femmes de ses fils : soixante-six en tout.
27Fils de Joseph qui lui furent enfantés en Égypte : deux personnes. Le total des
personnes de la maison de Jacob qui vinrent en Égypte fut de soixante-dix.
Installation de Jacob et des siens au pays de Goshèn
(qo)28Jacob avait envoyé Juda en avant vers Joseph, pour préparer son arrivée dans
le pays de Goshèn. Quand ils furent arrivés dans le pays de Goshèn, 29 Joseph fit atteler
(qp)son char et monta à la rencontre de son père Israël . Dès qu’il le vit, il se jeta à son cou
et pleura longuement dans ses bras. 30 Israël dit à Joseph : « Maintenant que j’ai revu ton
visage, je peux mourir, puisque tu es encore vivant ! »
31Joseph dit à ses frères et à la famille de son père : « Je vais monter prévenir
Pharaon. Je lui dirai : “Mes frères et la famille de mon père, qui étaient au pays de Canaan,
sont venus me rejoindre. 32Ces hommes sont des bergers ! Ils élèvent des troupeaux et
ont amené leur petit et leur gros bétail, ainsi que tout ce qui leur appartient.” 33Donc,
quand Pharaon vous convoquera pour vous demander quel est votre métier, 34vous
répondrez : “Tes serviteurs élèvent des troupeaux, depuis leur jeunesse jusqu’à ce jour.
Nous faisons ce que faisaient nos pères.” Ainsi vous pourrez demeurer au pays de
Goshèn. Tout berger, en effet, est une abomination pour les Égyptiens. »

47
1Joseph alla donc prévenir Pharaon. Il lui dit : « Mon père et mes frères sont arrivés du
pays de Canaan avec leur petit et leur gros bétail, ainsi que tout ce qui leur appartient ; les
voici au pays de Goshèn. » 2Puis, parmi ses frères, il en choisit cinq, qu’il présenta à
Pharaon. 3Pharaon leur demanda : « Quel est votre métier ? » Ils lui répondirent : « Tes
serviteurs sont des bergers. Nous le sommes comme l’étaient nos pères. » 4Et ils
ajoutèrent : « Nous sommes venus séjourner comme des immigrés dans le pays, car il n’y
a plus de pâturage pour le petit bétail de tes serviteurs : la famine pèse sur le pays de
Canaan. Permets que tes serviteurs habitent maintenant au pays de Goshèn. »
5Pharaon s’adressa à Joseph et lui dit : « Ton père et tes frères sont venus te
rejoindre. 6Le pays d’Égypte est à ta disposition : installe ton père et tes frères au meilleur
endroit du pays. Qu’ils habitent au pays de Goshèn, et si tu connais parmi eux des
hommes de valeur, nomme-les chefs des troupeaux qui m’appartiennent. »
(qq)7Alors, Joseph fit venir son père Jacob et le présenta à Pharaon. Jacob salua
(qr)Pharaon 8qui lui demanda : « Quel âge as-tu ? » 9Jacob lui répondit : « Il y a cent
(qs)trente ans que je vis en immigré. Ma vie a été courte et malheureuse. Je n’ai pas
(qt)atteint l’âge de mes pères, au temps où ils vivaient en immigrés. » 10Puis Jacob
(qu)salua Pharaon et sortit de chez lui.
11Joseph installa donc son père et ses frères, il leur donna une propriété au pays
d’Égypte, au meilleur endroit du pays, sur la terre de Ramsès, comme l’avait ordonné
Pharaon. 12Joseph pourvut aux besoins de son père, de ses frères et de toute la maison
de son père, en leur procurant du pain selon le nombre de jeunes enfants.
Politique agraire de Joseph13Or, il n’y avait plus de nourriture, nulle part dans le pays, tant la famine pesait
lourdement. Le pays d’Égypte et le pays de Canaan étaient épuisés par la famine.
14Joseph ramassa tout l’argent qui se trouvait au pays d’Égypte et au pays de Canaan, en
échange du grain qu’ils achetaient. Ainsi Joseph fit rentrer l’argent dans la maison de
Pharaon. 15Quand il n’y eut plus d’argent au pays d’Égypte et au pays de Canaan, tous les
Égyptiens vinrent trouver Joseph pour lui dire : « Donne-nous du pain. Pourquoi
devrionsnous mourir devant toi, faute d’argent ? » 16Joseph répondit : « Livrez vos troupeaux ; et,
(qv)en échange de vos troupeaux, je vous donnerai du pain , si vous n’avez plus d’argent. »
17Ils amenèrent leurs troupeaux à Joseph qui leur donna du pain en échange des
chevaux, des troupeaux de petit et de gros bétail, et des ânes. En échange de tous leurs
troupeaux, il leur procura du pain, cette année-là.
18Cette année s’acheva et, l’année suivante, ils vinrent le trouver pour lui dire : « Nous
ne le cacherons pas à mon seigneur : puisqu’il n’y a plus d’argent et que les troupeaux de
bêtes appartiennent à mon seigneur, il ne reste à la disposition de mon seigneur que nos
corps et nos terres. 19Pourquoi devrions-nous mourir sous tes yeux, nous et nos terres
avec nous ? Achète-nous donc, nous et nos terres, en échange de pain ; nous serons,
nous et nos terres, esclaves de Pharaon. Donne-nous des semences pour que nous
vivions, que nous ne mourrions pas et que la terre ne soit pas désolée ! »
20Joseph acheta toute la terre de l’Égypte pour Pharaon. En effet, chaque Égyptien
vendait son champ, tant la famine les accablait. Et tout le pays appartint à Pharaon.
(qw)21Quant au peuple, Joseph le réduisit en esclavage , d’un bout à l’autre du territoire de
l’Égypte. 22C’est uniquement la terre appartenant aux prêtres qu’il ne put acheter, car il y
(qx)avait un décret de Pharaon en faveur des prêtres : ceux-ci vivaient de ce que leur
attribuait le décret de Pharaon. Aussi, ils n’eurent pas à vendre la terre qui leur
appartenait.
23Joseph dit au peuple : « Voici qu’aujourd’hui je vous ai achetés pour Pharaon, vous
et votre terre. Et voici de la semence pour vous : ensemencez la terre ! 24Au moment de la
récolte, vous en donnerez un cinquième à Pharaon. Les quatre autres seront pour vous :
pour ensemencer le champ, pour vous nourrir, pour nourrir les gens de votre maison et
pour nourrir vos jeunes enfants. » 25Ils répondirent : « Nous te devons la vie.
Puissionsnous trouver grâce aux yeux de mon seigneur et être les esclaves de Pharaon ! » 26En
conséquence, Joseph prit un décret concernant la terre de l’Égypte, décret toujours en
vigueur aujourd’hui : le cinquième des récoltes appartient à Pharaon ; seule la terre des
(qy)prêtres ne lui appartint pas.
Dernières volontés de Jacob
(qz) (ra)27Les fils d’Israël habitaient en Égypte, au pays de Goshèn. Ils y furent
propriétaires, ils étaient féconds et se multiplièrent énormément. 28Jacob vécut dix-sept
(rb)ans au pays d’Égypte. La durée de sa vie fut de cent quarante-sept ans. 29Quand
(rc)approcha le jour de sa mort, Israël (c’est-à-dire : Jacob) appela son fils Joseph et lui
(rd)dit : « Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, jure-moi de ne pas m’enterrer en Égypte ; ainsi tu
(re)me montreras ta fidélité et ta loyauté . 30Je reposerai avec mes pères : tu m’emporteras
hors d’Égypte et tu m’enterreras dans leur tombeau. » Joseph répondit : « Oui, je ferai
comme tu as dit. » 31Et Jacob reprit : « Prête-moi serment. » Joseph lui en fit le serment,
et Israël se prosterna au chevet de son lit.
Jacob adopte et bénit les deux fils de Joseph

481Or, après ces événements, on dit à Joseph : « Voici que ton père est malade ! » Il prit
avec lui ses deux fils, Manassé et Éphraïm. 2On l’annonça à Jacob en disant : « Voici
venir vers toi ton fils Joseph ! » Israël rassembla ses forces et s’assit sur le lit.
3Puis Jacob dit à Joseph : « Le Dieu-Puissant m’est apparu à Louz au pays de
Canaan et il m’a béni. 4Il m’a dit : “Voici que je te rendrai fécond et multiplierai ta
(rf)descendance , je ferai de toi une assemblée de peuples et je donnerai ce pays à ta
descendance, en propriété perpétuelle.” 5Et maintenant, tes deux fils – ceux qui te sont
nés au pays d’Égypte avant que je t’y rejoigne – ils sont à moi. Éphraïm et Manassé sont à
moi comme Roubène et Siméon. 6Mais les enfants que tu auras engendrés après eux
seront à toi. C’est au nom de leurs frères qu’on les convoquera pour leur part d’héritage.
(rg)7Quant à moi, alors que j’arrivais de Paddane, Rachel est morte dans mes bras , au
(rh)pays de Canaan, sur la route, à une certaine distance d’Éphrata. C’est là que je l’ai
enterrée, sur la route d’Éphrata, c’est-à-dire Bethléem. »
8À la vue des fils de Joseph, Israël dit : « Qui sont ceux-là ? » 9Joseph répondit à son
père : « Ce sont les fils que Dieu m’a donnés ici. » Jacob dit : « Amène-les moi, je vais les
bénir. »
10Les yeux affaiblis par l’âge, Israël n’y voyait plus bien. Joseph fit approcher ses fils.
Israël les embrassa et les étreignit. 11Puis il dit à Joseph : « Je ne pensais plus revoir ton
visage, et voici que Dieu m’a fait voir même ta descendance ! » 12Joseph retira ses fils
(ri)des genoux de son père et se prosterna face contre terre. 13Joseph prit ses deux fils,
Éphraïm à sa droite, soit à la gauche d’Israël, et Manassé à sa gauche, soit à la droite
d’Israël. Il les fit s’approcher de celui-ci. 14Israël posa sa main droite sur la tête d’Éphraïm
qui était le cadet, et sa main gauche sur la tête de Manassé : il avait croisé ses mains ; or
Manassé était l’aîné. 15Ensuite, il bénit Joseph en disant :
« Que le Dieu en présence de qui ont marché
mes pères Abraham et Isaac,
que le Dieu qui fut mon berger depuis que j’existe
et jusqu’à ce jour,
(rj)16l’Ange qui m’a libéré de tout mal,
qu’il bénisse ces garçons !
(rk)Qu’en eux survive mon nom ,
et le nom de mes pères, Abraham et Isaac !
(rl)Qu’ils surabondent dans le pays ! »

17Or Joseph vit que son père avait posé sa main droite sur la tête d’Éphraïm. À ses
yeux, cela ne convenait pas. Il saisit donc la main de son père pour la déplacer de la tête
(rm)d’Éphraïm et la mettre sur la tête de Manassé. 18Il dit à son père : « Pas ainsi, mon
père, c’est celui-ci l’aîné. Mets ta main droite sur sa tête ! » 19Mais son père refusa : « Je
sais, mon fils, je sais : lui aussi deviendra un peuple, lui aussi grandira ; toutefois, son frère
cadet sera plus grand que lui, il aura pour descendance une foule de nations. »
20Il les bénit, ce jour-là, en disant :
« Par toi, Israël prononcera cette bénédiction :
Que Dieu te rende comme Éphraïm et comme Manassé ! »
Ainsi, il plaça Éphraïm avant Manassé.

21Alors Israël dit à Joseph : « Voici que je vais mourir, mais Dieu sera avec vous, il
(rn)vous fera retourner au pays de vos pères. 22Et moi, je te donne une colline de plus
qu’à tes frères : Sichem, que j’ai conquise des mains des Amorites par mon arc et monépée. »
Bénédictions des douze fils de Jacob

49
1Jacob appela ses fils et dit :
« Assemblez-vous ! Je veux vous dévoiler
ce qui vous arrivera dans les temps à venir.

2Rassemblez-vous, écoutez, fils de Jacob,
écoutez Israël, votre père.

3Toi, Roubène, mon premier-né,
ma force, les prémices de ma virilité,
débordant de fierté, débordant d’énergie,
(ro)4torrent impétueux , ne déborde plus,
toi qui es monté sur le lit de ton père
(rp)et, en y montant, tu l’as profané .

5Siméon et Lévi sont bien frères :
(rq)leurs couteaux sont des instruments de violence !
(rr)6Que je ne participe pas à leur conseil,
(rs)que je ne rejoigne pas leur assemblée !
Car, dans leur colère, ils ont massacré des hommes,
dans leur frénésie, ils ont mutilé des taureaux.
7Maudite soit leur colère, car elle est violente,
et leur fureur, car elle est dure !
Je les démembrerai en Jacob,
je les disperserai en Israël.

8Juda, à toi, tes frères rendront hommage,
ta main fera plier la nuque de tes ennemis
et les fils de ton père se prosterneront devant toi.
9Juda est un jeune lion.
Tu remontes du carnage, mon fils.
Il s’est accroupi, il s’est couché comme un lion ;
(rt)ce fauve , qui le fera lever ?
(ru)10Le sceptre royal n’échappera pas à Juda,
(rv)ni le bâton de commandement, à sa descendance ,
(rw)jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient ,
à qui les peuples obéiront.
11Il attache à la vigne son ânon,
au cep, le petit de son ânesse.
(rx)Il foule dans le vin son vêtement ,dans le sang des raisins, son manteau.
12Ses yeux brillent plus que le vin,
(ry)ses dents sont plus blanches que le lait .

13Zabulon habitera au bord de la mer.
Il voyagera à bord des vaisseaux
et ses confins toucheront à Sidon.
14Issakar est un âne robuste,
accroupi entre deux enclos.
15Il constate que le repos est agréable
et le pays, plaisant.
Il tend l’échine au fardeau :
il est bon pour la corvée d’esclave.
16Dane jugera son peuple
comme l’une des tribus d’Israël.
17Que Dane soit un serpent sur la route,
une vipère sur le sentier,
qui mord le cheval au talon,
et son cavalier tombe à la renverse !

18En ton salut, j’espère, Seigneur !

(rz)19Gad , des attaquants l’attaquent,
et lui, il porte l’attaque au talon.

(sa)20Asher : son pain est savoureux ,
il fournit des mets de roi.

(sb)21Nephtali est une biche en liberté
qui donne de beaux petits faons.

22C’est une plante fertile, que Joseph,
une plante fertile près d’une source.
Ses branches franchissent le mur.
23Ils l’ont exaspéré, ils l’ont pris pour cible,
ils l’ont persécuté, ceux qui lancent des flèches.
24Mais son arc est demeuré ferme ;
ses bras et ses mains ont gardé leur agilité
(sc)grâce à Celui qui est Force de Jacob,
grâce au nom du Berger, la Pierre d’Israël,
25grâce au Dieu de ton père – qu’il te vienne en aide !
grâce au Puissant – qu’il te bénisse !
D’en haut, bénédictions des cieux !
Bénédictions de l’abîme tout en bas !Bénédictions des mamelles et du sein !
26Les bénédictions de ton père ont surpassé
les bénédictions des montagnes antiques,
le désir des collines éternelles :
qu’elles viennent sur la tête de Joseph,
(sd)sur la chevelure du consacré parmi ses frères.

27Benjamin est un loup qui déchire ;
le matin, il dévore la proie ;
le soir, il partage le butin. »

28Ce sont là toutes les tribus d’Israël, les douze tribus ! Et voilà ce que leur a dit leur
(se)père, en les bénissant. Il les a bénies en donnant à chacun de ses fils sa bénédiction.
Mort de Jacob
(sf) (sg)29Jacob donna cet ordre à ses fils : « Je vais être réuni aux miens .
Enterrezmoi auprès de mes pères, dans la caverne qui est dans le champ d’Éphrone le Hittite, 30
dans la caverne du champ de Macpéla, en face de Mambré, au pays de Canaan, le champ
(sh)qu’Abraham a acheté à Éphrone le Hittite comme propriété funéraire . 31 C’est là que
furent enterrés Abraham et son épouse Sara ; c’est là que furent enterrés Isaac et son
épouse Rébecca ; c’est là que j’ai enterré Léa. 32 C’est le champ qui fut acheté aux
Hittites, avec la caverne qui s’y trouve. »
(si)33Lorsque Jacob eut achevé de donner ses instructions à ses fils, il s’allongea sur
(sj) (sk)son lit , il expira et fut réuni aux siens .
Funérailles de Jacob

50
(sl)1Joseph se pencha sur le visage de son père, le couvrit de larmes et l’embrassa. 2Puis
il ordonna aux médecins qui étaient à son service d’embaumer son père, et ceux-ci
embaumèrent Israël. 3Cela dura quarante jours, le temps qu’il faut pour l’embaumement.
Ensuite, les Égyptiens le pleurèrent soixante-dix jours. 4Quand fut écoulé le temps des
pleurs, Joseph parla ainsi aux gens de la maison de Pharaon : « Si j’ai trouvé grâce à vos
(sm)yeux, allez donc rapporter à Pharaon 5que mon père m’a fait prêter serment, en me
disant : “Voici que je vais mourir. C’est dans le tombeau que je me suis creusé au pays de
Canaan, que tu m’enterreras.” Maintenant, laisse-moi donc monter en Canaan et enterrer
mon père. Ensuite, je reviendrai. » 6Pharaon répondit : « Monte donc enterrer ton père,
comme il t’a fait prêter serment. »
7Et Joseph monta enterrer son père. Tous les serviteurs de Pharaon, les anciens de
sa maison et tous les anciens du pays d’Égypte montèrent avec lui, 8ainsi que tous les
gens de la maison de Joseph, ses frères et les gens de la maison de son père. Ils ne
laissèrent au pays de Goshèn que leurs jeunes enfants, leur petit et leur gros bétail.
9Même les chars et les cavaliers montèrent avec lui. C’était une caravane imposante. 10Ils
arrivèrent à l’Aire-de-l’Épine, au-delà du Jourdain, et là, ils célébrèrent des funérailles
solennelles et imposantes. Joseph observa pour son père un deuil de sept jours.
11À la vue du deuil à l’Aire-de-l’Épine, les habitants du pays, les Cananéens,
s’écrièrent : « C’est un deuil important pour l’Égypte ! » C’est pourquoi on appela cetendroit au-delà du Jourdain « Deuil-de-l’Égypte ».
12Les fils de Jacob agirent pour lui comme il l’avait ordonné. 13Ils le transportèrent au
pays de Canaan et l’enterrèrent dans la caverne du champ de Macpéla, en face de
Mambré, ce champ qu’Abraham avait acheté à Éphrone le Hittite, comme propriété
funéraire. 14Après avoir enterré son père, Joseph retourna en Égypte avec ses frères et
tous ceux qui étaient montés avec lui pour enterrer son père.
Fin de l’histoire de Joseph
15Voyant que leur père était mort, les frères de Joseph se dirent : « Si jamais Joseph
nous prenait en haine, s’il allait nous rendre tout le mal que nous lui avons fait… » 16 Ils
(sn) (so)firent dire à Joseph : « Avant de mourir, ton père a exprimé cette volonté : 17 “Vous
demanderez ceci à Joseph : De grâce, pardonne à tes frères leur crime et leur péché. Oui,
ils t’ont fait du mal, mais toi, maintenant, pardonne donc le crime des serviteurs du Dieu de
ton père !” » En entendant ce message, Joseph pleura.
(sp)18Puis ses frères vinrent eux-mêmes se jeter à ses pieds et lui dire : « Voici que
nous sommes tes esclaves. » 19 Mais Joseph leur répondit : « Soyez sans crainte ! Vais-je
prendre la place de Dieu ? 20 Vous aviez voulu me faire du mal, Dieu a voulu le changer
en bien, afin d’accomplir ce qui se réalise aujourd’hui : préserver la vie d’un peuple
nombreux. 21 Soyez donc sans crainte : moi, je prendrai soin de vous et de vos jeunes
enfants. » Il les réconforta par des paroles qui leur allaient au cœur.
22Joseph demeura en Égypte avec la famille de son père, et il vécut cent dix ans. 23 Il
vit les petits-enfants de son fils Éphraïm ; quant aux enfants de Makir, fils de Manassé son
(sq)autre fils , il les reçut sur ses genoux à leur naissance.
24Joseph dit à ses frères : « Je vais mourir. Dieu vous visitera et vous fera remonter
(sr)de ce pays dans le pays qu’il a fait serment de donner à Abraham, Isaac et Jacob. » 25
Joseph fit prêter serment aux fils d’Israël, en disant : « Quand Dieu vous visitera, vous
ferez monter d’ici mes ossements. »
26Joseph mourut à cent dix ans. On l’embauma et on le mit dans un cercueil en
Égypte.N o t e s
(a) « informe et vide », litt. : « tohu-bohu ».
(b) Autre traduction possible : « le vent de Dieu agitait la surface des eaux ». Dans le
souffle de Dieu, les Pères de l’Église ont vu l’Esprit Saint.
(c) « la terre ferme », litt. : « le sec » (cf. Ex 14,16.22.29).
(d) « sous le », litt. : « sur la face du ».
(e) « qui vont et viennent », on peut aussi comprendre : « qui rampent ».
(f) « bêtes sauvages », litt. : « bêtes de la terre ».
(g) « de toutes les bêtes sauvages » ; « bêtes », add. avec le syriaque ; hébr. : « de
toute la terre ».
(h) « je donne », add.
(i) « tout leur déploiement », litt. : « toute leur armée ».
(j) « source », terme rare (cf. Jb 36,27).
(k) « souffle de vie », litt. : « l’haleine de vie ».
(l) « aux fruits savoureux », litt. : « bons à manger ».
(m) « ambre jaune », litt. : « bdellium » (cf. Nb 11,7).
(n) « les fruits », add.
(o) « qui lui correspondra », litt. : « qui lui soit comme son vis-à-vis ».
(p) Cf. Gn 15,12.
(q) « tous deux ne feront plus qu’un », litt. : « ils deviendront une seule chair » ; le mot
« chair » a un sens plus large que la dimension charnelle, il désigne tout l’être humain
(cf. Mc 10,8).
(r) « l’un devant l’autre », traduit une forme réfléchie du verbe.
(s) « le fruit de l’arbre devait être savoureux », litt. : « l’arbre était bon à manger ».
(t) « à regarder », litt. : « aux yeux ».
(u) « son mari », litt. : « son homme avec elle ».
(v) « la voix », ou simplement : « le bruit » que font les pas du Seigneur.
(w) « Le Seigneur », add.
(x) « du fruit », add.
(y) « celle-ci [celui-ci] », il s’agit de la descendance de la femme. En hébreu, le pronom
est au masculin. Le mot traduit par « descendance » est masculin. Alors que le mot grec
qui traduit « descendance » est au neutre, le texte grec de la Septante a traduit le pronom
par un masculin : « il te meurtrira », ce qui oriente vers le Messie. À partir d’Irénée de Lyon,
on a vu l’annonce du Christ dans ce passage, que l’on a appelé « Protévangile ». La
Vulgate a traduit par un féminin : « elle te meurtrira », ce qui oriente vers Marie.
(z) « Le Seigneur Dieu », add.
(aa) « Je multiplierai », en hébr. le verbe est renforcé.
(ab) « de tes grossesses », litt. : « et tes grossesses ».
(ac) « le fruit », add.
(ad) « mais […] champs », litt. : « et tu mangeras l’herbe des champs ».
(ae) « ton visage », litt. : « tes narines ».(af) « tu gagneras ton pain », litt. : « tu mangeras du pain ».
(ag) « (c’est-à-dire : la vivante) », add.
(ah) « le fruit », add.
(ai) « s’unit à », litt. : « connut » ; le mot hébr. peut signifier : « entrer en relations avec »
et même : « avoir des relations sexuelles avec ».
(aj) « J’ai acquis », en hébreu qanîtî, jeu de mots avec le nom de Caïn.
(ak) « terre », litt. : « sol » ; de même au verset 3.
(al) « Au temps fixé », litt. : « Au terme des jours », à Qumrân, expression fréquente
pour désigner le temps fixé.
(am) « montra », add.
(an) « Il est à l’affût », litt. : « Son désir vers toi » (cf. Gn 3,16).
(ao) « Sortons […] champs », add. avec de nombreux mss hébr., le Targoum, le
Samaritain et les Versions.
(ap) « terre », litt. : « sol » ; de même aux versets 11 et 12a .
(aq) On peut aussi comprendre : « Ma faute est trop grande pour être pardonnée »
(cf. Is 33,24).
(ar) « de cette terre », litt. : « de la surface de ce sol ».
(as) « s’unit à », litt. « connut ».
(at) « Mehouyaël », litt. : « Mehiyyaël » identifié au précédent.
(au) « Metoushaël » : appelé Metoushéla, Mathusalem en Gn 5,21.
(av) « aiguisait », on peut aussi traduire : « forgeait ».
(aw) « s’unit », litt. : « connut ».
(ax) « (ce qui veut dire : accordé) », add.
(ay) « Homme », litt. : « Adam » ; terme désignant l’ensemble de l’espèce humaine.
(az) « la durée de sa vie fut encore », litt. : « et furent tous les jours d’Adam ».
(ba) Cf. Gn 3,16.17.
(bb) « l’histoire », litt. : « la descendance ».
(bc) « Je l’ai décidé, c’est la fin de tout être de chair ! », litt. : « La fin de toute chair est
arrivée devant moi ! »
(bd) « coudées », om.
(be) « alliance », première apparition du terme dans la Bible .
(bf) « deux de tout », om.
(bg) « un couple », litt. : « deux de tout ».
(bh) « famille », litt. : « maison ».
(bi) « sept mâles et sept femelles », litt. : « sept sept, un homme et sa femme ».
(bj) « sept mâles et sept femelles », litt. : « sept sept, mâle et femelle ».
(bk) « c’est-à-dire », add.
(bl) « va et vient », on peut aussi comprendre : « rampe ».
(bm) « En ce jour même », litt. : « Dans l’os de ce jour », expression solennelle
(cf. Gn 17,23.26 ; Ex 12,17.41.51 ; Lv 23,14.21.28 ; Dt 32,48 ; Jos 5,11 ; Ez 24,2 ; 40,1).
(bn) « Y entrèrent », add.(bo) « entraient », om.
(bp) « ferma la porte sur Noé », litt. : « ferma derrière lui ».
(bq) « tout ce », litt. : « tous les foisonnants ».
(br) « une haleine de », om.
(bs) « jour », add.
(bt) « d’auprès de lui », om.
(bu) « où se poser », litt. : « où poser la plante de sa patte ».
(bv) « de la vie de Noé », add. avec le grec.
(bw) « jour », add.
(bx) « des victimes », add.
(by) « je vous avais donné », add.
(bz) « devenez très nombreux », le terme a été traduit par : « foisonnez » pour les
animaux.
(ca) Cf. Ex 1,7.
(cb) « avec lui », om.
(cc) « avec vous », om.
(cd) « pour toutes les bêtes de la terre », om. avec le grec.
(ce) « en toute chair », om.
(cf) « en toute chair », om.
(cg) « fut repeuplée », litt. : « se dissémina ».
(ch) « leur père qui était nu », litt. : « la nudité de leur père ».
(ci) « ce qui signifie diviser », add.
(cj) « les hommes », add.
(ck) « en Mésopotamie », litt. : « au pays de Shinéar ».
(cl) « les hommes », litt. : « les fils d’homme ».
(cm) « Babel » désigne « Babylone » ; en akkadien : Babel, « porte de dieu » ; ce terme
est interprété ici à partir d’une racine hébraïque « bll » signifiant « embrouiller ».
(cn) « et va », add.
(co) « En toi […] terre. », on peut aussi traduire : « En toi se béniront toutes les familles
de la terre. »
(cp) « les familles de la terre », litt. : « les clans du sol ».
(cq) Sur le changement de nom Saraï-Sara (cf. Gn 17,15).
(cr) « dont ils s’étaient entourés », litt. : « qu’ils avaient faites ».
(cs) « nommé », add.
(ct) « et la trouvèrent », add.
(cu) « de Pharaon », om.
(cv) « planté », add.
(cw) « au delta du Nil », litt. : « à Soar », mis pour Soan Tanis.
(cx) « chacun de son frère », om.
(cy) « du Jourdain », add.(cz) « Après le départ de Loth », litt. : « Après que Loth se fut séparé de lui ».
(da) « les grains de poussière », litt. : « la poussière de la terre ».
(db) « c’est-à-dire la vallée de la mer Morte », litt. : « c’est-à-dire la mer du Sel ».
(dc) « ils ravagèrent tout le territoire », litt. : « il battit tout le champ ».
(dd) « face à ceux-là », om.
(de) « Les ennemis », add.
(df) « le neveu », litt. : « le fils du frère ».
(dg) Première occurrence du terme dans la Bible.
(dh) « de ces événements », add.
(di) À savoir, son neveu.
(dj) « ce qu’il avait pris », add.
(dk) « l’héritier », litt. : « le fils de Méshek » ; texte obscur.
(dl) « de ton sang », litt. : « qui sort de tes entrailles ».
(dm) « animaux », add.
(dn) Cf. Gn 2,21.
(do) « tes descendants », add.
(dp) Israël ne pourra occuper la Terre promise que lorsque les Amorites auront
pleinement mérité d’en être chassés.
(dq) « d’animaux », add.
(dr) « Torrent », corr. ; hébr. : « Fleuve » ; il ne s’agit pas du Nil mais de la limite
supposée de la Terre promise.
(ds) « le fleuve », om. avant : « l’Euphrate » (cf. Dt 1,7).
(dt) « Écoute-moi », litt. : « Voici, je t’en prie ».
(du) « aurai-je un fils », litt. : « je serai construite » ; jeu de mots sur ben, fils, et bana,
construire.
(dv) « la voix de », om.
(dw) « te semble », litt. : « à tes yeux ».
(dx) « de devant elle », om.
(dy) « sous sa main », litt. : « sous ses mains ».
(dz) « (c’est-à-dire : Dieu entend) », add.
(ea) « se dressera », add.
(eb) « (c’est-à-dire : le-Dieu-qui-me-voit) », add.
(ec) Cf. Ex 33,23.
(ed) « (c’est-à-dire : le-Vivant-qui-me-voit) », add.
(ee) « lui », litt. : « au fils qu’Agar lui avait enfanté ».
(ef) « le Dieu-Puissant », litt. : « El-Shaddaï » (cf. Ex 6,3, etc.).
(eg) « je multiplierai ta descendance », litt. : « je te multiplierai ».
(eh) « à l’infini », litt. : « beaucoup beaucoup ».
(ei) « contre terre », add.
(ej) « Abraham », nom signifiant selon l’étymologie populaire : « père de beaucoup depeuples ».
(ek) « à l’infini », litt. : « beaucoup beaucoup ».
(el) « tout mâle », litt. : « il ».
(em) « celui-là », litt. : « cette personne » [nèfesh].
(en) « (c’est-à-dire : Princesse) », add.
(eo) « elle sera à l’origine de nations », litt. : « elle deviendra des nations ».
(ep) « contre terre », add.
(eq) « à l’infini », litt. : « beaucoup beaucoup ».
(er) Cf. Gn 35,13.
(es) « c’est-à-dire tout mâle parmi les gens de la maison d’Abraham », om.
(et) « en ce jour même » (cf. Gn 7,13, etc.)
(eu) « de quoi manger », on peut aussi comprendre : « un morceau de pain ».
(ev) « Prends », add.
(ew) « gras », litt. : « bon ».
(ex) « Le voyageur », add.
(ey) « au temps fixé pour la naissance », litt. : « comme au temps vivant » (cf. Gn 18,14 ;
2 R 4,16).
(ez) « ce qui arrive », litt. : « la route ».
(fa) « Dieu », add.
(fb) « Y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? » Le grec a : « Est-il
rien d’impossible au Seigneur ? » (cf. Jr 32,17 ; Lc 1,37).
(fc) « le Seigneur », add.
(fd) « pour partir », litt. : « de là ».
(fe) « je l’ai choisi », litt. : « je l’ai connu ».
(ff) « descendance », litt. : « maison après lui ».
(fg) « à toute la ville », litt. : « au lieu ».
(fh) « d’agir ainsi », add.
(fi) « au sein de la ville », om.
(fj) « à toute la ville », litt. : « à tout le lieu ».
(fk) « face », litt. : « les narines ».
(fl) « vers lui », om.
(fm) « nous voulons nous unir à eux », litt. : « pour que nous les connaissions ».
(fn) « qui ne se sont unies à aucun homme », litt. : « qui n’ont pas connu d’homme ».
(fo) « ils sont venus s’abriter », litt. : « à l’ombre ».
(fp) « deux », add.
(fq) « deux », add.
(fr) « le détruire », litt. : « détruire ce lieu ».
(fs) « la clameur qui s’est élevée contre ses habitants », litt. : « leur clameur ».
(ft) « deux », add.
(fu) « et va-t’en », add. avec le grec.(fv) « dehors », om.
(fw) « ils dirent », avec les Versions ; hébr. : « il dit ».
(fx) « Votre serviteur », litt. : « Ton serviteur », et la suite est à la deuxième personne du
singulier.
(fy) « je n’ai pas le temps de », litt. : « je ne peux pas ».
(fz) « (ce qui veut dire : Petite) », add.
(ga) « toute la région », litt. : « toute la face de la terre de la région ».
(gb) « Moab » signifie, d’après une étymologie populaire, « issu du père ».
(gc) « d’aujourd’hui », litt. : « jusqu’aujourd’hui ».
(gd) « d’aujourd’hui », litt. : « jusqu’aujourd’hui ».
(ge) « à un mari », om.
(gf) « leur rapporta toute l’affaire », litt. : « parla toutes ces paroles à leurs oreilles ».
(gg) Voir Gn 12,1. En hébreu, le verbe est au pluriel ; certains traduisent : « les dieux ».
(gh) « (c’est-à-dire : Il rit) » : add. ; cf. Gn 17,17-19.
(gi) « Ismaël », add.
(gj) « sa voix », om.
(gk) Cf. Jb 18,19 ; Is 14,22.
(gl) « (c’est-à-dire : le Puits-du-Serment) », add.
(gm) Cf. Is 40,28.
(gn) « adorer », litt. : « nous prosterner ».
(go) « dans sa main », om.
(gp) « il dit », om.
(gq) « Il dit », om.
(gr) « Dieu saura bien trouver », litt. : « Dieu verra pour lui ».
(gs) « le Seigneur est vu », on peut aussi comprendre : « le Seigneur s’est fait voir » ou
« le Seigneur pourvoit ».
(gt) Cf. Gn 24,60.
(gu) « le nom de », add.
(gv) « années de la vie de Sara », om. pour raisons critiques, avec le grec et la Vulgate.
(gw) « sur Sara », om.
(gx) « qui habitaient le pays », add.
(gy) « de devant ma face », om.
(gz) « de devant ma face », om.
(ha) « de façon à être entendu », litt. : « aux oreilles ».
(hb) « de façon à être entendu », litt. : « aux oreilles ».
(hc) « de façon à être entendu », litt. : « aux oreilles ».
(hd) « Mets ta main sous ma cuisse », om. Cuisse est un euphémisme pour les organes
sexuels. Le geste du serment prend à témoin les sources de la vie.
(he) Cf. Gn 15,18.
(hf) « mit la main sous la cuisse d’Abraham », om. (cf. Gn 24,2).(hg) « ne s’était uni à elle », litt. : « ne l’avait connue ».
(hh) « Dis-le moi », litt. : « Informe-moi ».
(hi) « a donné », litt. : « a enfanté ».
(hj) « de ton serment », litt. : « de ma malédiction ».
(hk) « d’eau », om.
(hl) « de son épaule », litt. : « de dessus elle ».
(hm) « a donné », litt. : « a enfanté ».
(hn) « la fille de son frère », litt. : « la fille du frère de mon maître ».
(ho) « Isaac », add.
(hp) « pour que je sache quelle direction prendre », litt. : « pour que je me tourne à droite
ou à gauche ».
(hq) « de décider », litt. : « de dire le mal ou le bien ».
(hr) « Isaac », add.
(hs) Rébecca est la sœur de Laban et la fille de Betouël.
(ht) « une multitude sans nombre », litt. : « des milliers de myriades » (cf. Nb 10,36).
(hu) « de jours », avec les Versions.
(hv) « leurs noms », om.
(hw) « Ashour » : tribu du sud de la Palestine (cf. v. 3), et non pas « Assour » (l’Assyrie).
(hx) « Ismaël se coucha dans la mort », litt. : « il tomba » ; d’autres comprennent : « il
s’étendit en face de tous ses frères » (cf. Gn 16,12).
(hy) « l’histoire », litt. : « la descendance ».
(hz) « peuples » ou « peuplades » (cf. Gn 27,29).
(ia) « (c’est-à-dire : Il talonne) », add.
(ib) « cette sauce », litt. : « ce roux ».
(ic) « (c’est-à-dire le Roux) », add.
(id) « lui », om.
(ie) « (c’est-à-dire : la Dispute) », add.
(if) « (c’est-à-dire : l’Accusation) », add.
(ig) « (c’est-à-dire : les Largesses) », add.
(ih) « rencontrer », litt. : « vers ».
(ii) « et nous conclurons ensemble une alliance », litt. : « et une alliance sera conclue
avec toi ».
(ij) « (c’est-à-dire le Serment) », add.
(ik) « et lui dit », om.
(il) « un bon plat », en hébreu, il y a un seul terme au pluriel, équivalent à un superlatif.
(im) « pour son père », avec le grec ; hébr. : « pour apporter ».
(in) « écoute bien », litt. : « écoute ma voix ».
(io) « il croira », litt. : « je serai à ses yeux comme ».
(ip) « les mains », le terme hébreu peut désigner à la fois les mains et l’avant-bras.
(iq) « ses mains », litt. : « les mains de Jacob son fils ».(ir) « lui dit », litt. : « dit à son fils ».
(is) « a favorisé ma chasse », litt. : « l’a fait venir au-devant de moi ».
(it) « nations » ou « peuplades » (cf. Gn 25,23).
(iu) Cf. Nb 24,9.
(iv) « Isaac », om.
(iw) « son père », om.
(ix) « volé », litt. : « pris ».
(iy) « (c’est-à-dire : le Trompeur) », add. Jeu de mot d’après une autre étymologie
populaire.
(iz) « son père », om.
(ja) « de toi », add.
(jb) « oui, », litt. : « jusqu’à ce que ».
(jc) « sa colère », litt. : « la colère de ton frère ».
(jd) « les femmes d’Ésaü », add. (cf. Gn 26,34).
(je) « une fille », litt. : « parmi les filles de Hittites ».
(jf) « la région de », add.
(jg) « avec toi », om.
(jh) « la région de », add.
(ji) « comprit », litt. : « vit ».
(jj) « dormit », litt. : « se coucha ».
(jk) « voici que », om.
(jl) « Voici que », om.
(jm) « nombreux », add.
(jn) « vous vous répandrez », litt. : « tu te répandras ».
(jo) « toutes les familles », litt. : « tous les clans ».
(jp) « (c’est-à-dire : Maison de Dieu) », add.
(jq) « Tout à coup », litt. : « Voici que ».
(jr) « près de ce puits », litt. : « voici là ».
(js) « le frère de sa mère », om.
(jt) « le frère de sa mère », om.
(ju) « il éclata en sanglots », litt. : « il éleva la voix et pleura ».
(jv) « nous sommes parents », litt. : « tu es mon frère ».
(jw) « et non Rachel », add.
(jx) « n’était pas aimée », litt. : « était haïe ».
(jy) « Roubène », jeu de mots sur le verbe ra’ah, voir.
(jz) « Siméon », jeu de mots sur le verbe shama‘, entendre ou comprendre.
(ka) « Lévi », jeu de mots sur le verbe lawah, s’attacher à.
(kb) « Juda », jeu de mots sur le verbe yadah, louer.
(kc) « d’avoir des enfants », litt. : « le fruit du ventre ».
(kd) « j’aurai un fils », cf. Gn 16,2.(ke) « Dane », jeu de mots sur le verbe dîn, rendre justice.
(kf) « Nephtali », jeu de mots sur le verbe patal, livrer des combats.
(kg) « Gad », jeu de mots sur le nom gad, chance.
(kh) « Asher », jeu de mots sur ishsher, déclarer heureux.
(ki) Ct 7,14.
(kj) « Issakar », jeu de mots sur sakar, cadeau, salaire.
(kk) « Zabulon », jeu de mots sur zabal, estimer, honorer.
(kl) « la rendit féconde », litt. : « lui ouvrit l’utérus ».
(km) « Joseph », jeu de mots sur yasaph, ajouter.
(kn) « depuis que je suis là », litt. : « à mon pied ».
(ko) « vérifier mon salaire », litt. : « au sujet de mon salaire devant toi ».
(kp) « faisant apparaître », add.
(kq) « sous l’écorce », add.
(kr) « d’eau », om.
(ks) « les baguettes étaient », add.
(kt) « s’accouplaient », litt. : « entraient en chaleur ».
(ku) « bêtes », add.
(kv) « et voici que », om.
(kw) « tous », add.
(kx) Cf. Za 6,3.6.
(ky) « tous », add.
(kz) « se déroba à la vigilance », litt. : « vola le cœur ».
(la) Cf. v. 20.
(lb) « de colère », add.
(lc) « ce qui arrive », litt. : « la route » (cf. Gn 18,11).
(ld) « Il s’écria », litt. : « Jacob répondit et dit à Laban ».
(le) « me glaçait », add.
(lf) « troupeaux », litt. : « petit bétail ».
(lg) Il s’agit des gens de la parenté de Jacob, de son clan.
(lh) « Yegar-Sahadouta », désignation araméenne, et « Galéed », désignation
hébraïque, signifient « monticule du témoignage ».
(li) « (c’est-à-dire : Poste de guet) », add.
(lj) Abraham et Nahor sont frères ; le narrateur identifie le Dieu de l’un et de l’autre par
l’expression : « le Dieu de leur père ».
(lk) « (c’est-à-dire : Les deux camps) », add.
(ll) « ce qu’il avait acquis », litt. : « ce qui était venu dans sa main ».
(lm) « arrive », add. avec certains mss hébreux et le grec.
(ln) « Je l’apaiserai », litt. : « J’apaiserai sa face ».
(lo) « me fera-t-il bon accueil. », litt. : « relèvera-t-il ma face. »
(lp) « Il les prit », om.(lq) « (c’est-à-dire : Dieu lutte) », add.
(lr) « (c’est-à-dire : Face de Dieu) », add.
(ls) « le torrent », add.
(lt) « le muscle », litt. : « le nerf sciatique ».
(lu) « car c’est […] touché. », litt. : « car il avait touché le creux de la hanche de Jacob au
nerf sciatique. ».
(lv) « voici », om.
(lw) « troupe », litt. : « camp ».
(lx) « tu t’es montré bienveillant envers moi », litt. : « tu m’as agréé » (cf. Lv 1,4 ; 7,18,
etc.)
(ly) « le présent », litt. : « ma bénédiction ».
(lz) « convoi », mot assez vague qui peut désigner : « marchandises, choses ».
(ma) « (c’est-à-dire : Huttes) », add.
(mb) « de la jeune fille », add.
(mc) « Mais si vous refusez la circoncision », litt. : « Si vous ne nous écoutez pas pour la
circoncision ».
(md) « tous ceux qui sortaient par la porte de la ville », om. avec le grec.
(me) « les hommes », add.
(mf) « au camp », add.
(mg) « (c’est-à-dire : Maison de Dieu) », add.
(mh) « (c’est-à-dire : Dieu-de-Béthel) », add.
(mi) « (c’est-à-dire : le Chêne-des-pleurs) », add.
(mj) « de toi », litt. : « de tes reins ».
(mk) Cf. Gn 17,22.
(ml) « (c’est-à-dire : Fils-du-deuil) », add.
(mm) « (c’est-à-dire : Fils-de-la-droite) », add.
(mn) Cf. Gn 25,8.
(mo) « fils », avec le Samaritain, le grec et le syriaque, et le v. 24 ; hébr. : « fille ».
(mp) « le Hivvite », il est présenté comme « Horite » au v. 20.
(mq) « avec lui », add.
(mr) « autre », add. avec le Targoum.
(ms) v. 15-18, l’hébreu répète « chef » avant chaque nom.
(mt) « les sources d’eau chaude », avec la Vulgate : « les eaux chaudes ».
(mu) v. 29-30, l’hébreu répète « chef » avant chaque nom.
(mv) « Champs-de-Moab », cf. Rt 1,1.2.6.
(mw) « la liste », litt. : « les noms ».
(mx) v. 40-43, l’hébreu répète « chef » avant chaque nom.
(my) « les fils », add.
(mz) « de la mauvaise réputation de ses frères », litt. : « de leur mauvaise réputation » ;
d’autres comprennent : « de leurs propos médisants ».(na) « c’est-à-dire Jacob », add.
(nb) « de grand prix », litt. : « à longues manches », cf. 2 S 13,18.
(nc) « sans hostilité », litt. : « en paix ».
(nd) « raconta », litt. : « fit savoir ».
(ne) « également à son père », litt. : « à son père et à ses frères ».
(nf) « le troupeau », add.
(ng) « l’expert », litt. : « le maître [baal] ».
(nh) « d’aromates », d’autres traduisent : « de gomme ».
(ni) « baume », litt. : « résine ».
(nj) « myrrhe », litt. : « ladanum ».
(nk) « sa mort », litt. : « son sang ».
(nl) « retirèrent », litt. : « tirèrent et montèrent ».
(nm) « dignitaire », litt. : « eunuque ».
(nn) « s’unit à elle », litt. : « vint vers elle ».
(no) « la semence », add.
(np) « prostituée », le terme employé aux v . 21-22 désigne une prostituée sacrée.
(nq) « suite à sa prostitution », om.
(nr) « dans son ventre », om.
(ns) « (c’est-à-dire : Brèche) », add.
(nt) « Zèrah », étymologie incertaine.
(nu) « il vivait », litt. : « il était ».
(nv) « dans sa main », om.
(nw) « Dès que […] Joseph », litt. : « Dès qu’il lui donna autorité dans sa maison et sur
tout ce qu’il possédait ».
(nx) « dans la maison », om.
(ny) « et sortit », om.
(nz) « au-dehors », om.
(oa) « de la prison », om.
(ob) « dans la prison », om.
(oc) L’hébreu répète : « enlevé ».
(od) « gâteaux », emploi unique d’un mot au sens incertain.
(oe) « de dessus de toi », om.
(of) « d’au-dessus de toi », om.
(og) « d’aspect », om.
(oh) « d’aspect », om.
(oi) « les songes », litt. : « son songe ».
(oj) « il nous les a interprétés », om.
(ok) « d’allure », om.
(ol) « se soumettra à tes ordres », corr. avec le grec ; hébr. : « donnera un baiser sur ta
bouche ».(om) « À genoux ! », d’autres comprennent en voyant dans le mot hébreu la transcription
d’un terme égyptien : « Attention ! ».
(on) « le petit doigt », litt. : « sa main et son pied ».
(oo) « celle de », add. avec le grec.
(op) « partout », litt. : « dans tous les pays ».
(oq) « d’Égypte », om.
(or) « c’est-à-dire de Jacob », add.
(os) « les points faibles », litt. : « la nudité », il s’agit de lieux sans fortifications.
(ot) « Je maintiens ce que je vous ai dit », litt. : « C’est ce que je vous ai dit ».
(ou) « pays », add.
(ov) « est-ce la vérité », litt. : « la vérité est-elle avec vous ».
(ow) « l’un d’entre vous », litt. : « l’un de vos frères ».
(ox) « à votre clan », litt. : « à vos maisons ».
(oy) « Joseph », add.
(oz) « fils d’un même père », litt. : « fils de notre père ».
(pa) « à votre clan », litt. : « à vos maisons ».
(pb) « pour toi », om.
(pc) « Nous avons répondu à ces questions », litt. : « Nous l’avons informé au sujet de
ces paroles ».
(pd) « Amenez ici », litt. : « Faites descendre ».
(pe) « m’en demander compte », litt. : « en demander compte de ma main ».
(pf) « baume », litt. : « résine ».
(pg) « des aromates », litt. : « de la gomme ».
(ph) « myrrhe », litt. : « ladanum ».
(pi) « L’intendant », litt. : « L’homme ».
(pj) « La somme exacte », litt. : « Notre argent selon son poids exact ».
(pk) « dans la maison », om.
(pl) « ils », litt. : « les hommes ».
(pm) « retournez », litt. : « remontez ».
(pn) « t’adresse une parole », litt. : « parle une parole aux oreilles ».
(po) « frère », add.
(pp) « Amenez-le-moi », litt. : « Faites-le descendre vers moi ».
(pq) « je veux m’occuper de lui », litt. : « je poserai les yeux sur lui ».
(pr) « notre », avec certains mss.
(ps) « Rachel », add.
(pt) « a disparu », litt. : « est sorti loin de moi ».
(pu) « une bête féroce », add. d’après Gn 37,33.
(pv) « avec nous », om.
(pw) « toi », add.
(px) « serviteur […] esclave », même terme en hébreu.(py) « si fort », litt. : « il donna de la voix ».
(pz) « pour qu’il soit emmené », add.
(qa) « ne soyez pas tourmentés », litt. : « que vos yeux ne s’enflamment pas de colère »
(cf. Gn 31,35).
(qb) « en prévision d’ », litt. : « pour ».
(qc) « tu ne manques de rien », litt. : « tu ne sois pas dépossédé ».
(qd) « dans ses bras », litt. : « à son cou ».
(qe) « les meilleurs produits », litt. : « la graisse ».
(qf) « amenez », litt. : « transportez ».
(qg) « c’est-à-dire Jacob », add.
(qh) « Je suis Dieu », litt. : « Je suis El ».
(qi) « partit de », litt. : « se leva de ».
(qj) « Job » ou « Yashoub », avec le Samaritain et le grec (cf. Nb 26,24 ; 1 Ch 7,1).
(qk) « Elle lui donna », add.
(ql) « la servante », add.
(qm) « deux fils », add.
(qn) « la servante », add.
(qo) « pour préparer son arrivée », litt. : « pour indiquer devant lui ».
(qp) « à Goshèn », om.
(qq) « salua », litt. : « bénit ».
(qr) « Quel âge as-tu ? », litt. : « Combien de jours d’années de ta vie ? »
(qs) « Ma vie », litt. : « Les jours des années de ma vie ».
(qt) « Je n’ai pas atteint l’âge de mes pères », litt. : « Ils n’ont pas atteint les jours des
années de mes pères ».
(qu) « salua », litt. : « bénit ».
(qv) « du pain », add. avec le Samaritain, le grec et le Targoum.
(qw) « le réduisit en esclavage », avec le Samaritain et le grec ; hébr. : « le fit émigrer
vers les villes ».
(qx) « vivaient », litt. : « se nourrissaient ».
(qy) « uniquement », om.
(qz) « Les fils d’Israël », litt. : « Israël ».
(ra) « au pays », om.
(rb) « La durée de sa vie », litt. : « La durée de ses jours ».
(rc) « (c’est-à-dire : Jacob) », add.
(rd) « jure-moi », litt. : « mets ta main sous ma cuisse » ; euphémisme reçu.
(re) Cf. Ex 20,6 ; Jos 2,12.14 ; 2 S 2,6 ; 15,20, etc.
(rf) « descendance », add.
(rg) « dans mes bras », litt. : « sur moi ».
(rh) « de l’entrée », om.
(ri) « face », litt. : « nez ».(rj) « libéré », litt. : « racheté ».
(rk) « Qu’en eux survivent », litt. : « Qu’en eux soient rappelés ».
(rl) « surabondent », litt. : « foisonnent abondamment ».
(rm) « et la mettre », add.
(rn) « colline », litt. : « une épaule (Shekèm) », jeu de mots avec « Sichem ».
(ro) « torrent impétueux », litt. : « bouillonnant comme les eaux ».
(rp) « tu l’as profané », litt. : « tu as profané ma couche » (cf. Gn 35,22).
(rq) Allusion possible au massacre de Sichem (cf. Gn 34). Autre traduction
(conjecturale) : « leurs intrigues ».
(rr) « je », litt. : « mon âme ».
(rs) « je », litt. : « ma gloire ».
(rt) « ce fauve », litt. : « cette lionne ».
(ru) « royal », add.
(rv) « à sa descendance », litt. : « d’entre ses pieds », euphémisme.
(rw) « celui à qui le pouvoir appartient », litt. : « Shiloh », sens incertain.
(rx) « Il foule son vêtement », pour le laver, selon l’usage ancien.
(ry) On peut aussi comprendre : « Ses yeux brillent (sens incertain) à cause du vin, ses
dents sont blanches à cause du lait. »
(rz) « Gad », jeu de mots : le verbe goûd signifie « assaillir » ; le mot gedoûd, une
bande.
(sa) « savoureux », litt. : « gras ».
(sb) « en liberté », litt. : « lâchée ».
(sc) « Force », cf. Is 1,24 ; 49,26 ; 60,16 ; Ps 131 (132),2.5.
(sd) « sur la chevelure du consacré », litt. : « sur le crâne du nazir », homme voué à
Dieu.
(se) « de ses fils », add.
(sf) « à ses fils », litt. : « à eux ».
(sg) On peut aussi comprendre : « à mon peuple ».
(sh) Cf. Gn 23,1-4.
(si) « instructions », litt. : « ordres » (cf. v. 29).
(sj) « il s’allongea sur son lit », litt. : « il ramena ses pieds dans le lit ».
(sk) On peut aussi comprendre : « à ses peuples ».
(sl) « se pencha », litt. : « tomba ».
(sm) « allez donc rapporter à », litt. : « parlez, je vous prie, aux oreilles de Pharaon en
disant ».
(sn) « Ils firent dire », litt. : « Ils ordonnèrent de dire ».
(so) « a exprimé cette volonté », litt. : « a ordonné ».
(sp) « à ses pieds », litt. : « face à lui ».
(sq) « son autre fils », add.
(sr) « de donner », add.EXODE
INTRODUCTION
LIVRE DE L’EXODE
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40
TABLE DES PERSONNAGES TABLE DES MOTS-CLÉS TABLE DES LECTURES
TABLE DU LIVRE DE L'EXODE
I. DE L’OPPRESSION À LA SORTIE D’ÉGYPTE (1 – 15,21)
II. LA MARCHE AU DÉSERT (15,22 – 18)
III. ISRAËL AU SINAÏ (19 – 40)
1. La manifestation de Dieu (19)
2. Le Décalogue (20,1-21)
3. Le Code de l’Alliance (20,22 – 24)
4. Directives pour la construction de la Demeure (25 – 31)
5. Rupture et renouvellement de l’Alliance (32 – 34)
6. Exécution des directives de Dieu (35 – 40)LIVRE DE L’EXODE
INTRODUCTION
Toutes proportions gardées, le livre de l’Exode est à l’Ancien Testament ce que les Évangiles sont au Nouveau : il annonce « la bonne
nouvelle » de la naissance d’Israël comme peuple de Dieu ; il rapporte les événements fondateurs de son existence et de son histoire.
Cet objectif donne au récit ses traits spécifiques : il s’agit non d’un ouvrage d’histoire événementielle, mais du témoignage de croyants qui ont
fait une expérience exceptionnelle de Dieu et qui, au cours des âges, ne cessent d’actualiser cette expérience pour en vivre au titre de peuple de
Dieu. Israël n’a-t-il pas placé la sortie d’Égypte au cœur de sa confession de foi ? Le Seigneur déclare en effet : « Je suis le Seigneur ton Dieu,
qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage » (Ex 20,2).
Cette perspective commande la lecture de ce livre. On n’y cherchera pas un récit neutre, « objectif », à la manière d’un livre d’histoire
moderne. Ces événements originels ont été sans cesse actualisés pour que chaque génération puisse y trouver de quoi nourrir sa foi. Le livre de
l’Exode porte la marque de ces réinterprétations successives. Rédigé, sous sa forme actuelle, après l’Exil babylonien, c’est-à-dire plusieurs
siècles après les événements rapportés, il contient des visions théologiques diversifiées. Il unifie et synthétise des documents écrits qui
euxmêmes puisent aux sources de la tradition orale et témoignent de cette actualisation continue.
Sans aucun doute, l’expérience spirituelle ici rapportée est organiquement liée à des événements historiques. Mais, conséquence de cette
réinterprétation continue, ils sont difficiles à cerner dans leurs contours précis. D’autant que manquent les sources historiques autres que la Bible.
Un peuple qui nomadise à travers le désert ne laisse guère de traces. Par ailleurs, l’écriture de ces récits exploite une grande diversité de formes
littéraires : gestes épiques, récits théologiques, notices d’itinéraire, pièces poétiques, rituels liturgiques, etc. Et toutes sont mises au service du
message religieux qui constitue le centre de ce livre.
Trois thèmesCe message s’articule autour de deux thèmes principaux : la sortie d’Égypte et la conclusion de l’Alliance, reliés par un thème secondaire,
celui de la marche au désert, qui rapporte l’itinéraire d’Israël depuis l’Égypte jusqu’au Sinaï.
La sortie d’Égypte (Ex 1,1 – 15,21) : cette section traite de l’intervention de Dieu dans l’existence d’un groupe d’hommes, composite et
inorganisé, en vue de le conduire de l’esclavage à la liberté. L’épisode le plus célèbre en est le passage des Israélites à travers la mer
(Ex 14 – 15), célébré par anticipation dans une liturgie de la Pâque ( Ex 12 – 13) renouvelée chaque année, dans laquelle Israël revit son histoire
fondatrice.
La marche au désert (Ex 15,22 – 18,27) : ce passage de la mer met fin à des siècles d’esclavage ; désormais, pour Israël, l’Égypte est morte
(Ex 14,30). Il ne doit jamais y revenir. Mais, en même temps, ce passage ouvre une longue pérégrination dans le désert, qui durera quarante ans.
Le livre de l’Exode nous en rapporte les étapes, de l’Égypte au Sinaï. Temps d’épreuve où cette masse de gens doit s’en remettre totalement à
Dieu pour son avenir et son destin. Temps de disette où, pour survivre, il doit, matin après matin, recevoir de Dieu la manne, ce « pain du ciel »
(Ps 77 (78), 24-25). Autant dire qu’il doit, jour après jour, faire confiance à Dieu et vivre uniquement de sa parole et de sa promesse. Temps de
tentation, enfin, où ce groupe se rebelle et ose s’en prendre à Dieu, qu’il met en demeure de satisfaire ses désirs (Ex 17,1-7).
La conclusion de l’Alliance (Ex 19 – 40) : le terme, provisoire, de cet itinéraire, c’est l’étape du Sinaï, où vont se nouer entre Dieu et Israël des
liens uniques, à jamais infrangibles. Dans le cadre d’une théophanie grandiose et impressionnante (Ex 19 – 24), le Seigneur prend l’initiative de
conclure une alliance qui, de cette masse informe, fera tout à la fois un peuple et le peuple de Dieu. Aussi, à cet Israël nouvellement né,
imposet-il la Loi, révélation du chemin que celui-ci doit suivre dans son compagnonnage avec son Seigneur. Par là même, il institue Israël « royaume de
prêtres et nation sainte », c’est-à-dire un peuple qui a pour mission, comme les prêtres lévitiques, de « s’approcher » de Dieu pour lui rendre un
culte au milieu du monde : « Toute la terre m’appartient », dit Dieu (voir Ex 19,4-6 et 24,3-8). L’intimité ainsi créée entre le Seigneur et Israël va
se concrétiser dans la présence permanente du Seigneur au milieu de son peuple, présence mystérieuse dont le signe est le sanctuaire itinérant
que, sur ordre divin, Moïse doit construire (Ex 21 – 31 et 35 – 40). De ce sanctuaire, le Seigneur prendra solennellement possession sous la
forme d’une nuée qui couvre la Tente et remplit la Demeure (Ex 40,34-38). Israël ne restera pas, hélas, à la hauteur d’une telle vocation. Cet
événement central qu’est la conclusion de l’Alliance sera traversé par le péché : le peuple nouvellement créé trahit aussitôt ses engagements, en
érigeant une statue de nature idolâtrique, le veau d’or (Ex 32). Toutefois, sur la prière instante de Moïse ( Ex 33,1 – 34,9), Dieu pardonnera et
acceptera de renouveler l’Alliance (Ex 34,10-28).
Moïse
La haute personnalité de Moïse domine toute la narration. Les chapitres 1 et 2 font de lui une figure exemplaire. Lui, le guide d’Israël, doit
expérimenter dans sa chair ce qu’il va faire vivre au peuple : il doit être miraculeusement « tiré des eaux » (Ex 2,10) comme Israël lui-même.
Solidaire de son peuple souffrant, jusqu’à endurer l’épreuve d’être « un immigré en terre étrangère » (Ex 2,22), il sera pourtant contesté par ses
compatriotes (Ex 2,11 s v .), comme il le sera tout au long de ce ministère de chef de peuple ( Ex 16,2 ; 17,2-5). Au désert, à la montagne même
qui sera celle du Sinaï (Ex 3,12), il fera l’expérience de Dieu (Ex 3 – 4). Là, Dieu lui fera confidence de son Nom propre : Y HWH (« Je suis »),
comme le garant de l’œuvre de salut qu’il doit entreprendre. En même temps, cette révélation donnera à la prière et au culte leur véritable
fondement théologique, en permettant à Israël de l’invoquer sous son véritable Nom « d’âge en âge » (Ex 3,15). Sur la personne de Moïse
viennent peu à peu converger les traits de guide du peuple, de législateur, de prophète et même d’officiant du culte (Ex 24,3-8 et 33,7-14).
Homme de prière et intercesseur, il obtient de Dieu pour Israël le pardon du « grand péché ». Il est, sans aucun doute, une des plus grandes
figures spirituelles de l’humanité.
Relecture chrétienne
Cette histoire est aussi celle du chrétien. D’une certaine manière, l’Église est née au Sinaï quand le Seigneur fonda le peuple de Dieu. Le
chrétien peut y chercher ses racines. À cette lumière, les événements de l’Exode prennent valeur d’exemples. Libéré de l’esclavage du péché par
l’eau du baptême, le chrétien marche lui aussi vers la Terre promise, le royaume de Dieu. Il connaît l’épreuve et la tentation. Devenu, par grâce,
membre d’un « royaume de prêtres et d’une nation sainte » (1 P 2,9 ; Ap 1,6 ; 5,10), il reçoit l’eucharistie, véritable accomplissement de l’Alliance
(Mt 26,27-28 ; Mc 14,25 ; Lc 22,20 ; 1 Co 11,25), comme une manne spirituelle, le « vrai Pain du ciel qui donne la vie au monde » ( Jn 6,31-33).
Pécheur, il accueille le pardon divin qui le réintègre dans le peuple de Dieu. L’aventure spirituelle du baptisé, comme celle de l’Église, se reflète
dans le livre de l’Exode comme dans un miroir.EXODE
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40
I. DE L’OPPRESSION À LA SORTIE D’ÉGYPTE (1 – 15,21)
Fécondité des fils d’Israël en Égypte

1
(a)1VOICI LES NOMS des fils d’Israël venus en Égypte avec Jacob, leur père . Chacun y
vint avec sa famille. 2C’étaient Roubène, Siméon, Lévi et Juda, 3Issakar, Zabulon et
(b)Benjamin, 4Dane et Nephtali, Gad et Asher. 5Toutes les personnes issues de Jacob
étaient au nombre de soixante-dix. Joseph, lui, était déjà en Égypte. 6Puis Joseph mourut,
ainsi que tous ses frères et toute cette génération-là. 7Les fils d’Israël furent féconds, ils
(c)devinrent très nombreux , ils se multiplièrent et devinrent de plus en plus forts : tout le
pays en était rempli.

Oppression des fils d’Israël en Égypte
(d)8Un nouveau roi vint au pouvoir en Égypte. Il n’avait pas connu Joseph. 9 Il dit à
son peuple : « Voici que le peuple des fils d’Israël est maintenant plus nombreux et plus
puissant que nous. 10 Prenons donc les dispositions voulues pour l’empêcher de se
multiplier. Car, s’il y avait une guerre, il se joindrait à nos ennemis, combattrait contre nous,
(e) (f)et ensuite il sortirait du pays. » 11 On imposa donc aux fils d’Israël des chefs de
corvée pour les accabler de travaux pénibles. Ils durent bâtir pour Pharaon les villes
(g)d’entrepôts de Pithome et de Ramsès. 12 Mais, plus on les accablait, plus ils se
multipliaient et proliféraient, ce qui les fit détester. 13 Les Égyptiens soumirent les fils
d’Israël à un dur esclavage 14 et leur rendirent la vie intenable à force de corvées :
préparation de l’argile et des briques et toutes sortes de travaux à la campagne ; tous ces
travaux étaient pour eux un dur esclavage.
15Alors le roi d’Égypte parla aux sages-femmes des Hébreux dont l’une s’appelait
Shifra et l’autre Poua ; 16il leur dit : « Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux,
(h)regardez bien le sexe de l’enfant : si c’est un garçon, faites-le mourir ; si c’est une fille,
laissez-la vivre. » 17Mais les sages-femmes craignirent Dieu et n’obéirent pas à l’ordre du
roi : elles laissèrent vivre les garçons. 18Alors le roi d’Égypte les appela et leur dit :
« Pourquoi avez-vous agi de la sorte, pourquoi avez-vous laissé vivre les garçons ? »
19Les sages-femmes répondirent à Pharaon : « Les femmes des Hébreux ne sont pas
comme les Égyptiennes, elles sont pleines de vitalité ; avant l’arrivée de la sage-femme,
elles ont déjà accouché. » 20Dieu accorda ses bienfaits aux sages-femmes ; le peuple
devint très nombreux et très fort. 21Comme les sages-femmes avaient craint Dieu, il leur
avait accordé une descendance.
22Pharaon donna cet ordre à tout son peuple : « Tous les fils qui naîtront aux
(i)Hébreux , jetez-les dans le Nil. Ne laissez vivre que les filles. »
Naissance et jeunesse de Moïse

2
1Un homme de la tribu de Lévi avait épousé une femme de la même tribu. 2 Elle devintenceinte, et elle enfanta un fils. Voyant qu’il était beau, elle le cacha durant trois mois. 3
Lorsqu’il lui fut impossible de le tenir caché plus longtemps, elle prit une corbeille de jonc,
(j)qu’elle enduisit de bitume et de goudron . Elle y plaça l’enfant, et déposa la corbeille au
(k)bord du Nil, au milieu des roseaux. 4 La sœur de l’enfant se tenait à distance pour voir
ce qui allait arriver.
5La fille de Pharaon descendit au fleuve pour s’y baigner, tandis que ses suivantes se
promenaient sur la rive. Elle aperçut la corbeille parmi les roseaux et envoya sa servante
pour la prendre. 6 Elle l’ouvrit et elle vit l’enfant. C’était un petit garçon, il pleurait. Elle en
(l)eut pitié et dit : « C’est un enfant des Hébreux. » 7 La sœur de l’enfant dit alors à la fille
de Pharaon : « Veux-tu que j’aille te chercher, parmi les femmes des Hébreux, une
nourrice qui, pour toi, nourrira l’enfant ? » 8 La fille de Pharaon lui répondit : « Va. » La
jeune fille alla donc chercher la mère de l’enfant. 9 La fille de Pharaon dit à celle-ci :
« Emmène cet enfant et nourris-le pour moi. C’est moi qui te donnerai ton salaire. » Alors
la femme emporta l’enfant et le nourrit. 10 Lorsque l’enfant eut grandi, elle le ramena à la
fille de Pharaon qui le traita comme son propre fils ; elle lui donna le nom de Moïse, en
disant : « Je l’ai tiré des eaux. »
(m)11Or vint le jour où Moïse, qui avait grandi, se rendit auprès de ses frères et les vit
accablés de corvées. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu, l’un de ses frères. 12
Regardant autour de lui et ne voyant personne, il frappa à mort l’Égyptien et l’enfouit dans
(n)le sable. 13 Le lendemain, il sortit de nouveau : voici que deux Hébreux se battaient. Il
(o)dit à l’agresseur : « Pourquoi frappes-tu ton compagnon ? » 14 L’homme lui répliqua :
(p)« Qui t’a institué chef et juge sur nous ? Veux-tu me tuer comme tu as tué l’Égyptien ? »
Moïse eut peur et se dit : « Pas de doute, la chose est connue. » 15 Pharaon en fut
informé et chercha à faire tuer Moïse. Celui-ci s’enfuit loin de Pharaon et habita au pays de
Madiane.
Il vint s’asseoir près du puits. 16Le prêtre de Madiane avait sept filles. Elles allèrent
puiser de l’eau et remplir les auges pour abreuver le troupeau de leur père. 17Des bergers
(q)survinrent et voulurent les chasser. Alors Moïse se leva pour leur porter secours et il
abreuva leur troupeau. 18Elles retournèrent chez Réouël, leur père, qui leur dit :
« Pourquoi êtes-vous revenues si tôt, aujourd’hui ? » 19Elles répondirent : « Un Égyptien
nous a délivrées de la main des bergers, il a même puisé l’eau pour nous et abreuvé le
(r)troupeau ! » 20Réouël demanda : « Mais où est-il ? Pourquoi l’avez-vous laissé là-bas ?
Appelez-le ! Invitez-le à manger ! » 21Et Moïse accepta de s’établir chez cet homme qui lui
donna comme épouse sa fille Cippora. 22Elle enfanta un fils à qui Moïse donna le nom de
(s)Guershom (ce qui signifie : Immigré en ce lieu) car, dit-il, « Je suis devenu un immigré
en terre étrangère ».
Vocation de Moïse
23Au cours de cette longue période, le roi d’Égypte mourut. Du fond de leur esclavage,
les fils d’Israël gémirent et crièrent. Du fond de leur esclavage, leur appel monta vers Dieu.
24Dieu entendit leur plainte ; Dieu se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et
(t)Jacob. 25Dieu regarda les fils d’Israël, et Dieu les reconnut.

3
(u)1Moïse était berger du troupeau de son beau-père Jéthro , prêtre de Madiane. Il mena le
troupeau au-delà du désert et parvint à la montagne de Dieu, à l’Horeb. 2 L’ange du
(v) (w)Seigneur lui apparut dans la flamme d’un buisson en feu . Moïse regarda : le buisson
brûlait sans se consumer. 3 Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette
(x)chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? » 4 Le Seigneur vit
qu’il avait fait un détour pour voir, et Dieu l’appela du milieu du buisson : « Moïse !(y)Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » 5 Dieu dit alors : « N’approche pas d’ici ! Retire les
sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » 6 Et il déclara : « Je
suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. » Moïse se
voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu.
7Le Seigneur dit : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et
j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. 8Je
suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de ce pays vers
(z)un beau et vaste pays, vers un pays ruisselant de lait et de miel, vers le lieu où vivent le
Cananéen, le Hittite, l’Amorite, le Perizzite, le Hivvite et le Jébuséen. 9Maintenant, le cri
des fils d’Israël est parvenu jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font subir les
(aa)Égyptiens . 10Maintenant donc, va ! Je t’envoie chez Pharaon : tu feras sortir d’Égypte
mon peuple, les fils d’Israël. »
11Moïse dit à Dieu : « Qui suis-je pour aller trouver Pharaon, et pour faire sortir
(ab)d’Égypte les fils d’Israël ? » 12 Dieu lui répondit : « Je suis avec toi. Et tel est le signe
que c’est moi qui t’ai envoyé : quand tu auras fait sortir d’Égypte mon peuple, vous rendrez
(ac)un culte à Dieu sur cette montagne. »
13Moïse répondit à Dieu : « J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai : “Le Dieu
de vos pères m’a envoyé vers vous.” Ils vont me demander quel est son nom ; que leur
répondrai-je ? »
(ad)14Dieu dit à Moïse : « Je suis qui je suis . Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui
qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS”. »
15Dieu dit encore à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Celui qui m’a envoyé
(ae)vers vous, c’est LE SEIGNEUR , le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu
d’Isaac, le Dieu de Jacob”. C’est là mon nom pour toujours, c’est par lui que vous ferez
(af)mémoire de moi , d’âge en d’âge. 16Va, rassemble les anciens d’Israël. Tu leur diras :
“Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, m’est apparu.
(ag)Il m’a dit : Je vous ai visités et ainsi j’ai vu comment on vous traite en Égypte. 17J’ai
dit : Je vous ferai monter de la misère qui vous accable en Égypte vers le pays du
Cananéen, du Hittite, de l’Amorite, du Perizzite, du Hivvite et du Jébuséen, le pays
ruisselant de lait et de miel.” 18Ils écouteront ta voix ; alors tu iras, avec les anciens
d’Israël, auprès du roi d’Égypte, et vous lui direz : “Le Seigneur, le Dieu des Hébreux, est
venu nous trouver. Et maintenant, laisse-nous aller dans le désert, à trois jours de marche,
pour y offrir un sacrifice au Seigneur notre Dieu.” 19Or, je sais, moi, que le roi d’Égypte ne
vous laissera pas partir s’il n’y est pas forcé. 20Aussi j’étendrai la main, je frapperai
l’Égypte par toutes sortes de prodiges que j’accomplirai au milieu d’elle. Après cela, il vous
permettra de partir.
(ah)21Je ferai que ce peuple trouve grâce aux yeux des Égyptiens . Aussi, quand vous
partirez, vous n’aurez pas les mains vides. 22Chaque femme demandera à sa voisine et à
l’étrangère qui réside en sa maison des objets d’argent, des objets d’or et des manteaux :
vous les ferez porter par vos fils et vos filles. Ainsi vous dépouillerez les Égyptiens. »

4
1Moïse reprit la parole et dit : « Mais voilà ! Ils ne me croiront pas ; ils n’écouteront pas ma
voix. Ils diront : Le Seigneur ne t’est pas apparu ! » 2Le Seigneur dit : « Que tiens-tu en
main ? » Moïse répondit : « Un bâton. » 3Le Seigneur dit : « Jette-le à terre. » Moïse le
jeta à terre : le bâton devint un serpent, et Moïse s’enfuit devant lui. 4Le Seigneur dit à
Moïse : « Étends la main et prends-le par la queue. » Il étendit la main et le saisit : dans sa
(ai)main, le serpent redevint un bâton. 5Dieu reprit : « Ainsi croiront-ils que le Seigneur
t’est apparu, le Dieu de leurs pères, Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. »
6Le Seigneur dit encore à Moïse : « Mets donc la main sur ta poitrine. » Il mit la mainsur sa poitrine, puis la retira : et sa main était lépreuse, blanche comme neige. 7Le
Seigneur dit : « Remets la main sur ta poitrine. » Il remit la main sur sa poitrine, puis la
retira : elle était redevenue comme le reste de son corps. 8« Ainsi donc, s’ils ne te croient
pas, s’ils restent sourds à la voix du premier signe, ils croiront à cause du second signe.
9Et s’ils ne croient pas encore à ces deux signes et restent sourds à ta voix, alors tu
prendras de l’eau du Nil et tu la répandras sur la terre sèche. Et l’eau que tu auras puisée
dans le Nil deviendra du sang sur la terre sèche. »
10Moïse dit encore au Seigneur : « Pardon, mon Seigneur, mais moi, je n’ai jamais été
doué pour la parole, ni d’hier ni d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur ;
j’ai la bouche lourde et la langue pesante, moi ! » 11Le Seigneur lui dit : « Qui donc a
donné une bouche à l’homme ? Qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle ? N’est-ce pas
moi, le Seigneur ? 12Et maintenant, va. Je suis avec ta bouche et je te ferai savoir ce que
tu devras dire. »
(aj)13Moïse répliqua : « Je t’en prie, mon Seigneur , envoie n’importe quel autre
émissaire. » 14Alors la colère du Seigneur s’enflamma contre Moïse, et il dit : « Et ton frère
Aaron, le lévite ? Je sais qu’il a la parole facile, lui ! Le voici justement qui sort à ta
rencontre, et quand il te verra, son cœur se réjouira. 15Tu lui parleras et tu mettras mes
paroles dans sa bouche. Et moi, je suis avec ta bouche et avec sa bouche, et je vous ferai
savoir ce que vous aurez à faire. 16C’est lui qui parlera pour toi au peuple ; il sera ta
bouche et tu seras son dieu. 17Quant à ce bâton, prends-le en main ! C’est par lui que tu
accompliras les signes. »
Moïse en route vers l’Égypte
18Moïse s’en alla et retourna chez son beau-père Jéthro. Il lui dit : « Je dois m’en aller
et retourner chez mes frères, en Égypte, pour voir s’ils vivent encore. » Jéthro lui dit : « Va
en paix. » 19Au pays de Madiane, le Seigneur dit à Moïse : « Va, retourne en Égypte, car
ils sont morts, tous ceux qui en voulaient à ta vie. » 20Moïse prit sa femme et ses fils, les
installa sur l’âne et retourna au pays d’Égypte. Il avait pris en main le bâton de Dieu. 21Le
Seigneur dit à Moïse : « Sur le chemin du retour vers l’Égypte, songe aux prodiges que j’ai
mis en ta main. Tu les accompliras devant Pharaon. Mais moi, je ferai en sorte qu’il
(ak)s’obstine , et il ne laissera pas le peuple s’en aller. 22Tu diras à Pharaon : “Ainsi parle
le Seigneur : 23Mon fils premier-né, c’est Israël. Je te dis : Laisse partir mon fils pour qu’il
me serve ; et tu refuses de le laisser partir ! Eh bien, moi, je vais faire périr ton fils
premierné !” »
24Or, en cours de route, au campement de nuit, le Seigneur rencontra Moïse et
(al)chercha à le faire mourir. 25Cippora, sa femme , prit un silex, coupa le prépuce de son
fils, en toucha le sexe de Moïse et dit : « Tu es pour moi un époux de sang. » 26Alors Dieu
(am)s’éloigna de Moïse . Cippora avait parlé d’« époux de sang » à cause des
circoncisions.
27Le Seigneur dit à Aaron : « Va sur la route du désert au-devant de Moïse. » Il y alla,
le rencontra à la montagne de Dieu et l’embrassa. 28Moïse transmit à son frère toutes les
paroles que le Seigneur l’avait envoyé dire et tous les signes qu’il avait ordonné de faire.
29Moïse et Aaron se mirent en route et réunirent tous les anciens des fils d’Israël. 30Aaron
redit toutes les paroles que le Seigneur avait adressées à Moïse et il accomplit les signes
sous les yeux du peuple. 31Et le peuple crut : il comprit que le Seigneur avait visité les fils
d’Israël et qu’il avait vu leur misère. Alors ils s’inclinèrent et se prosternèrent.
Premières négociations avec Pharaon
5
1Ensuite, Moïse et Aaron s’en vinrent déclarer à Pharaon : « Ainsi parle le Seigneur, Dieu
d’Israël : Laisse partir mon peuple pour qu’il célèbre en mon honneur une fête au désert. »
2Pharaon dit : « Qui est le Seigneur pour que j’écoute sa voix et laisse partir Israël ? Je ne
connais pas le Seigneur et je ne veux pas laisser partir Israël. » 3Ils dirent : « Le Dieu des
Hébreux s’est présenté à nous : il nous faut aller à trois jours de marche dans le désert
pour offrir un sacrifice au Seigneur notre Dieu. Sinon, il nous frappera de la peste ou de
l’épée. » 4Le roi d’Égypte leur dit : « Moïse et Aaron, pourquoi voulez-vous détourner le
peuple de ses travaux ? Retournez à vos corvées ! » 5Et Pharaon ajouta : « Maintenant
que les gens du peuple sont nombreux, vous voudriez qu’ils se reposent de leurs
corvées ! »
6Ce jour-là, Pharaon ordonna aux surveillants du peuple et aux contremaîtres :
7« Vous ne fournirez plus au peuple, comme vous le faisiez auparavant, la paille pour
fabriquer les briques. Ils iront eux-mêmes ramasser la paille. 8Quant au nombre de briques
imposé jusqu’à présent, continuez à l’exiger. Ne réduisez en rien la cadence. Ce ne sont
que des paresseux ! C’est pourquoi ils crient : “Allons offrir un sacrifice à notre Dieu !”
9Que la servitude pèse sur ces gens et qu’ils travaillent, sans rêvasser à des paroles
mensongères ! »
10Les surveillants du peuple et les contremaîtres sortirent et déclarèrent au peuple :
« Ainsi parle Pharaon : Je ne vous donne plus de paille. 11Allez vous-mêmes en prendre
où vous en trouverez ! Mais votre production ne sera réduite en rien. » 12Alors le peuple
se dispersa dans tout le pays d’Égypte, pour ramasser du chaume et en faire de la paille à
torchis. 13Les surveillants les harcelaient : « Achevez votre travail ! Chaque jour la quantité
exigée, comme lorsqu’il y avait de la paille ! » 14On frappa les contremaîtres des fils
d’Israël – ceux que leur avaient imposés les surveillants de Pharaon – en disant :
« Pourquoi n’avez-vous pas exécuté la commande de briques comme auparavant ? Faites
aujourd’hui comme hier ! »
15Les contremaîtres des fils d’Israël vinrent alors crier vers Pharaon : « Pourquoi
traiter ainsi tes serviteurs ? 16De la paille, on n’en donne plus à tes serviteurs, et on nous
dit : Faites des briques ! Et voici qu’on frappe tes serviteurs. Tes gens ont tort ! »
17Pharaon répondit : « Vous êtes des paresseux, oui, des paresseux ! C’est pourquoi vous
dites : Allons offrir un sacrifice au Seigneur. 18Et maintenant, au travail ! On ne vous
fournira pas la paille, mais vous fournirez le même nombre de briques. »
19Les contremaîtres des fils d’Israël se virent en mauvaise posture lorsqu’on leur dit :
« Vous ne réduirez pas le nombre de briques : chaque jour la quantité exigée ! » 20En
sortant de chez Pharaon, ils tombèrent sur Moïse et Aaron qui les attendaient. 21Ils leur
dirent : « Que le Seigneur vous tienne à l’œil et qu’il juge : à cause de vous, Pharaon et
ses serviteurs nous détestent ; vous leur avez mis en main l’épée pour nous tuer. »
(an)22Moïse retourna trouver le Seigneur et lui dit : « Mon Seigneur , pourquoi as-tu
maltraité ce peuple ? Pourquoi donc m’as-tu envoyé ? 23Depuis que je suis allé chez
Pharaon et lui ai parlé en ton nom, il a maltraité ce peuple, et tu ne fais absolument rien
pour délivrer ton peuple. »

6
1Le Seigneur dit à Moïse :
« Maintenant, tu vas voir ce que je vais faire à Pharaon : contraint par une main forte, il
les laissera partir ; contraint par une main forte, il les chassera de son pays. »
Mission de Moïse2Dieu parla à Moïse. Il lui dit : « Je suis le Seigneur. 3Je suis apparu à Abraham, à
(ao)Isaac et à Jacob comme le Dieu-Puissant ; mais mon nom “Le Seigneur”, je ne l’ai pas
fait connaître. 4Ensuite, j’ai établi mon alliance avec eux, m’engageant à leur donner la
terre de Canaan, la terre étrangère où ils étaient venus en immigrés. 5Puis enfin, j’ai
entendu la plainte des fils d’Israël réduits en esclavage par les Égyptiens, et je me suis
souvenu de mon alliance. 6C’est pourquoi, parle ainsi aux fils d’Israël : “Je suis le
Seigneur. Je vous ferai sortir loin des corvées qui vous accablent en Égypte. Je vous
(ap)délivrerai de la servitude. Je vous rachèterai d’un bras vigoureux et par de grands
châtiments. 7Je vous prendrai pour peuple, et moi, je serai votre Dieu. Alors, vous saurez
que je suis le Seigneur, votre Dieu, celui qui vous fait sortir loin des corvées qui vous
accablent en Égypte. 8Puis, je vous ferai entrer dans la terre que, la main levée, je me suis
engagé à donner à Abraham, à Isaac et à Jacob. Je vous la donnerai pour que vous la
possédiez. Je suis le Seigneur.” »
9Moïse rapporta ces paroles aux fils d’Israël, mais ils n’écoutèrent pas Moïse, car ils
étaient à bout de souffle, tant leur esclavage était dur.
10Le Seigneur dit à Moïse : 11« Va dire à Pharaon, le roi d’Égypte, qu’il laisse partir
de son pays les fils d’Israël. » 12Mais Moïse prit la parole en présence du Seigneur et dit :
« Les fils d’Israël ne m’ont pas écouté. Comment Pharaon m’écouterait-il, moi qui n’ai pas
la parole facile ? »
13Le Seigneur parla à Moïse et Aaron, et leur communiqua ses ordres pour les fils
d’Israël et pour Pharaon, roi d’Égypte, en vue de faire sortir les fils d’Israël du pays
d’Égypte.
Généalogie d’Aaron et de Moïse
(aq)14Voici les chefs de leurs familles : fils de Roubène, premier-né d’Israël : Hénok,
Pallou, Hesrone et Karmi ; tels sont les clans de Roubène.
15Fils de Siméon : Yemouël, Yamine, Ohad, Yakine, Sohar et Shaoul, le fils de la
Cananéenne ; tels sont les clans de Siméon.
16Voici les noms des fils de Lévi avec leurs descendances : Guershone, Qehath et
Merari. Lévi vécut cent trente-sept ans.
17Fils de Guershone : Libni et Shiméï, par clans.
18Fils de Qehath : Amram, Yisehar, Hébrone et Ouzziël. Qehath vécut cent trente-trois
ans.
19Fils de Merari : Mahli et Moushi. Tels sont les clans de Lévi avec leurs
descendances.
20Amram prit pour femme Yokèbed, sa tante, qui lui enfanta Aaron et Moïse. Amram
vécut cent trente-sept ans.
21Fils de Yisehar : Coré, Néfeg et Zikri ; 22fils d’Ouzziël : Mishaël, Elçafane et Sitri.
23Aaron prit pour femme Élishèba, fille d’Amminadab, sœur de Nashone, et elle lui
enfanta Nadab, Abihou, Éléazar et Itamar.
24Fils de Coré : Assir, Elcana et Abiasaph ; tels sont les clans des Coréites.
25Éléazar, fils d’Aaron, prit pour femme l’une des filles de Poutiel, qui lui enfanta
(ar)Pinhas. Tels sont les chefs de famille des Lévites, par clans.
26C’est à Aaron et Moïse que le Seigneur avait dit : « Faites sortir du pays d’Égypte
les fils d’Israël rangés comme une armée. » 27Ce sont eux – Moïse et Aaron – qui
parlèrent à Pharaon, roi d’Égypte, pour faire sortir d’Égypte les fils d’Israël.Préliminaires aux dix signes d’Égypte
28C’était le jour où le Seigneur parla à Moïse au pays d’Égypte. 29Le Seigneur parla à
Moïse. Il dit : « Je suis le Seigneur. Répète à Pharaon, le roi d’Égypte, tout ce que moi, je
vais te dire. » 30Alors, Moïse dit en présence du Seigneur : « Je n’ai pas la parole facile.
Comment Pharaon m’écouterait-il ? »

7
1Le Seigneur dit à Moïse : « Vois, j’ai fait de toi un dieu pour Pharaon, et ton frère Aaron
sera ton prophète. 2Toi, tu lui diras tout ce que je t’ordonnerai, et ton frère Aaron le
répétera à Pharaon pour qu’il laisse partir de son pays les fils d’Israël. 3Mais moi, je
rendrai le cœur de Pharaon inflexible ; je multiplierai mes signes et mes prodiges dans le
pays d’Égypte, 4mais Pharaon ne vous écoutera pas. Alors je poserai la main sur l’Égypte
et je ferai sortir du pays d’Égypte mes armées, mon peuple, les fils d’Israël, en exerçant de
terribles jugements. 5Les Égyptiens reconnaîtront que Je suis le Seigneur, quand j’étendrai
la main contre l’Égypte et que j’en ferai sortir les fils d’Israël. »
6Moïse et Aaron s’exécutèrent : ce que le Seigneur leur avait ordonné, ils le firent.
7Moïse était âgé de quatre-vingts ans et Aaron de quatre-vingt-trois ans, lorsqu’ils
parlèrent à Pharaon.
8Le Seigneur dit à Moïse et Aaron : 9« Si Pharaon vous demande d’accomplir un
prodige, tu diras alors à Aaron : Prends ton bâton, jette-le devant Pharaon, et qu’il
(as)devienne un serpent . » 10Moïse et Aaron allèrent trouver Pharaon et firent comme
l’avait ordonné le Seigneur. Aaron jeta son bâton devant Pharaon et ses serviteurs, et le
(at)bâton devint un serpent. 11Pharaon, à son tour, convoqua les sages et les
enchanteurs. Les magiciens d’Égypte en firent autant avec leurs sortilèges. 12Chacun jeta
son bâton qui devint un serpent, mais le bâton d’Aaron engloutit leurs bâtons.
(au)13Cependant, Pharaon s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait
annoncé le Seigneur.
Premier signe : l’eau changée en sang
14Le Seigneur dit à Moïse : « Le cœur de Pharaon s’est appesanti ; il refuse de laisser
partir le peuple. 15Va trouver Pharaon demain matin : il sortira pour se rendre près de
l’eau ; tu te posteras au bord du Nil pour le rencontrer. Le bâton qui s’est changé en
(av)serpent, tu le prendras en main. 16Tu diras à Pharaon : “Le Seigneur, le Dieu des
Hébreux, m’a envoyé vers toi pour te dire : Laisse partir mon peuple afin qu’il me serve
dans le désert.” Jusqu’à présent tu n’as pas écouté. 17Ainsi parle le Seigneur : À ceci tu
reconnaîtras que je suis le Seigneur. Voici que moi, je vais frapper les eaux du Nil avec le
bâton que j’ai dans la main, et elles se changeront en sang. 18Les poissons du Nil
crèveront, le Nil s’empuantira et les Égyptiens ne pourront plus boire l’eau du fleuve. »
19Le Seigneur dit à Moïse : « Va dire à Aaron : Prends ton bâton, étends la main sur
les eaux d’Égypte – sur ses rivières, ses canaux, ses étangs, sur toutes ses réserves
d’eau – et qu’elles soient du sang ! Qu’il y ait du sang dans tout le pays d’Égypte, jusque
(aw)dans les récipients de bois et de pierre . »
(ax)20Moïse et Aaron firent comme le Seigneur l’avait ordonné. Aaron leva son bâton
et frappa les eaux du Nil sous les yeux de Pharaon et de ses serviteurs, et toutes les eaux
du Nil se changèrent en sang. 21Les poissons du Nil crevèrent et le Nil s’empuantit ; les
Égyptiens ne pouvaient plus boire l’eau du fleuve ; il y avait du sang dans tout le pays
d’Égypte. 22Mais les magiciens d’Égypte en firent autant avec leurs sortilèges, et Pharaon
s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
23Pharaon s’en retourna. Il rentra chez lui sans prendre la chose à cœur. 24En quêted’eau, tous les Égyptiens se mirent à creuser aux alentours du Nil, car ils ne pouvaient plus
boire les eaux du fleuve. 25Sept jours s’écoulèrent après que le Seigneur eut frappé le Nil.
Deuxième signe : les grenouilles
26Le Seigneur dit à Moïse : « Va trouver Pharaon et dis-lui : Ainsi parle le Seigneur :
“Laisse partir mon peuple, afin qu’il me serve.” 27Si toi, tu refuses de le laisser partir, moi
je vais infester de grenouilles tout ton territoire. 28Le Nil grouillera de grenouilles ; elles
monteront, elles entreront dans ta maison, dans ta chambre à coucher, sur ton lit, dans les
maisons de tes serviteurs et de ton peuple, dans tes fours et dans tes pétrins. 29Sur toi,
sur les gens de ton peuple et sur tous tes serviteurs, grimperont les grenouilles. »

8
1Le Seigneur dit à Moïse : « Va dire à Aaron : Étends la main avec ton bâton sur les
rivières, les canaux, les étangs, et fais grimper les grenouilles sur le pays d’Égypte. »
2Aaron étendit la main sur les eaux d’Égypte ; les grenouilles grimpèrent et couvrirent le
pays d’Égypte. 3Mais les magiciens en firent autant avec leurs sortilèges ; ils firent grimper,
eux aussi, des grenouilles sur le pays d’Égypte.
4Pharaon appela Moïse et Aaron, et leur dit : « Priez le Seigneur de nous débarrasser
des grenouilles, moi et mon peuple, et j’accepterai de laisser partir le peuple des
(ay)Hébreux pour qu’il offre un sacrifice au Seigneur. » 5Moïse dit à Pharaon : « Daigne
me dire quand je devrai prier pour toi, pour tes serviteurs et pour ton peuple, afin que les
grenouilles disparaissent de chez toi et de toutes les maisons, et qu’il n’en reste plus, sinon
(az)dans le Nil. » 6Pharaon répondit : « Demain. » Moïse reprit : « Il en sera donc selon ta
parole, afin que tu reconnaisses que nul n’est comme le Seigneur notre Dieu. 7Les
grenouilles s’éloigneront de toi, de tes maisons, de tes serviteurs et de ton peuple ; il n’en
restera plus, sinon dans le Nil. »
8Moïse et Aaron sortirent de chez Pharaon, et Moïse cria vers le Seigneur à propos
des grenouilles dont il avait accablé Pharaon. 9Le Seigneur agit selon la parole de Moïse :
les grenouilles crevèrent dans les maisons, dans les cours, dans les champs. 10On en fit
des tas et des tas, et le pays s’empuantit. 11Pharaon vit qu’il y avait un répit ; il
(ba)s’entêta ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.
Troisième signe : les moustiques
12Le Seigneur dit à Moïse : « Va dire à Aaron : Étends ton bâton et frappe la
poussière du sol ; elle se changera en moustiques dans tout le pays d’Égypte. » 13Ils firent
ainsi. Aaron étendit la main, il frappa de son bâton la poussière du sol, et les moustiques
s’abattirent sur les gens et sur les bêtes ; toute la poussière du sol se changea en
moustiques dans tout le pays d’Égypte. 14Les magiciens firent le même geste avec leurs
sortilèges pour éliminer les moustiques, mais ils n’y réussirent pas : les moustiques
restaient sur les gens et sur les bêtes. 15Les magiciens dirent alors à Pharaon : « C’est le
doigt de Dieu ! » Mais Pharaon s’obstina ; il n’écouta pas Moïse et Aaron, ainsi que l’avait
annoncé le Seigneur.
Quatrième signe : la vermine
16Le Seigneur dit à Moïse : « Lève-toi de bon matin, et tu te posteras devant Pharaon
quand il sortira pour se rendre près de l’eau. Tu lui diras : Ainsi parle le Seigneur : Laisse
partir mon peuple afin qu’il me serve. 17Si toi, tu ne renvoies pas mon peuple, moi(bb)j’enverrai la vermine sur toi, sur tes serviteurs, sur ton peuple et dans tes maisons. Les
maisons des Égyptiens seront pleines de vermine, et même le sol qu’ils foulent en sera
(bc)couvert . 18Mais ce jour-là, je mettrai à part le pays de Goshèn où réside mon peuple :
là il n’y aura pas de vermine, afin que tu reconnaisses que moi, le Seigneur Dieu, je suis
au milieu du pays. 19J’établirai une distinction entre mon peuple et ton peuple ; c’est
demain qu’aura lieu ce signe. » 20Et le Seigneur fit ainsi. La vermine envahit la maison de
Pharaon, celles de ses serviteurs et tout le pays d’Égypte ; le pays en fut infesté.
21Pharaon appela Moïse et Aaron, et leur dit : « Allez, offrez un sacrifice à votre Dieu,
(bd)mais ici , dans le pays. » 22Moïse répondit : « Sûrement pas ! Car les Égyptiens ont en
abomination les sacrifices que nous offrons au Seigneur notre Dieu. Pourrions-nous faire
sous leurs yeux, sans qu’ils nous lapident, un sacrifice qu’ils ont en abomination ? 23Nous
voulons aller à trois jours de marche dans le désert pour offrir un sacrifice au Seigneur
notre Dieu, selon ce qu’il nous dira. » 24Pharaon dit : « Moi, je vous laisserai partir et, dans
le désert, vous offrirez un sacrifice au Seigneur votre Dieu. Seulement, ne vous éloignez
pas trop et priez pour moi ! » 25Moïse répondit : « Eh bien, je vais sortir de chez toi, et je
prierai le Seigneur. Demain, Pharaon, ses serviteurs et son peuple seront débarrassés de
la vermine. Mais, que Pharaon cesse de se moquer de nous, en refusant de laisser partir
le peuple afin qu’il offre un sacrifice au Seigneur ! »
26Moïse sortit de chez Pharaon et pria le Seigneur. 27Le Seigneur agit selon la parole
de Moïse, et la vermine s’éloigna de Pharaon, de ses serviteurs et de son peuple ; il n’en
resta plus. 28Une fois encore, Pharaon s’entêta et ne laissa pas le peuple partir.
Cinquième signe : la peste du bétail

9
1Le Seigneur dit à Moïse : « Va trouver Pharaon et dis-lui : Ainsi parle le Seigneur, le Dieu
des Hébreux : Laisse partir mon peuple afin qu’il me serve. 2Si tu refuses de les laisser
partir, si tu les retiens plus longtemps, 3voici que la main du Seigneur s’abattra sur tes
troupeaux qui sont dans les champs, sur les chevaux, les ânes, les chameaux, sur le gros
et le petit bétail : ils seront frappés d’une terrible peste ! 4Le Seigneur fera la distinction
entre les troupeaux d’Israël et les troupeaux des Égyptiens ; pas une seule bête
appartenant aux fils d’Israël ne périra. » 5Le Seigneur fixa le moment en disant :
« Demain, le Seigneur accomplira cela dans le pays. »
6Le lendemain, le Seigneur mit sa parole à exécution : tous les troupeaux des
Égyptiens périrent ; mais, dans les troupeaux des fils d’Israël, pas une bête ne périt.
7Pharaon s’informa, et voici : pas une seule bête des troupeaux d’Israël n’avait péri. Mais
Pharaon s’entêta et il ne laissa pas le peuple partir.
Sixième signe : les ulcères
8Le Seigneur dit à Moïse et Aaron : « Prenez deux pleines poignées de suie de
fourneau, et que Moïse la lance en l’air, sous les yeux de Pharaon. 9Elle deviendra une
(be)fine poussière qui retombera sur tout le pays d’Égypte et provoquera, chez les gens et
les bêtes, des ulcères bourgeonnant en pustules. » 10Ils prirent de la suie de fourneau et
vinrent se tenir devant Pharaon ; Moïse la lança en l’air : hommes et bêtes furent couverts
d’ulcères bourgeonnant en pustules. 11Les magiciens ne purent se tenir devant Moïse à
cause des ulcères : en effet, ils en étaient couverts comme tous les Égyptiens.
12Le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci n’écouta pas Moïse et
Aaron, ainsi que l’avait annoncé le Seigneur.Septième signe : la grêle
13Le Seigneur dit à Moïse : « Lève-toi de bon matin, et tu te posteras devant Pharaon.
Tu lui diras : Ainsi parle le Seigneur, le Dieu des Hébreux : “Laisse partir mon peuple, afin
qu’il me serve.” 14Car cette fois-ci, je vais envoyer tous mes fléaux contre ta personne,
contre tes serviteurs et contre ton peuple, afin que tu reconnaisses que, sur toute la terre,
nul n’est comme moi. 15Si, dès l’abord, j’avais laissé aller ma main et t’avais frappé de la
peste, toi et ton peuple, tu aurais été effacé de la terre. 16Cependant, je t’ai laissé
subsister, et voici pourquoi : c’est afin que tu voies ma force et qu’on proclame mon nom
par toute la terre.
17Tu le prends de haut avec mon peuple en t’opposant à son départ ! 18Eh bien, moi,
demain, à pareille heure, je ferai tomber une grêle d’une extrême violence, comme il n’y en
a jamais eu en Égypte depuis le jour de sa fondation jusqu’à présent. 19Maintenant,
envoie donc mettre à l’abri tes troupeaux, ainsi que tout ce qui t’appartient dans les
champs. Tout homme et toute bête qui se trouveront dans les champs et n’auront pas
regagné les maisons, tous, quand la grêle s’abattra, périront. » 20Parmi les serviteurs de
Pharaon, celui qui craignit la parole du Seigneur mit à l’abri serviteurs et troupeaux. 21Mais
celui qui ne prit pas à cœur la parole du Seigneur laissa dans les champs serviteurs et
troupeaux.
22Le Seigneur dit à Moïse : « Étends la main vers le ciel, et qu’il y ait de la grêle
partout en Égypte, sur les hommes et sur les bêtes, et sur l’herbe des champs dans ce
pays d’Égypte. » 23Moïse étendit son bâton vers le ciel, et le Seigneur déchaîna tonnerre
et grêle. La foudre tomba sur terre, et le Seigneur fit pleuvoir la grêle sur le pays d’Égypte.
24Il y eut grêle et foudre mêlée à la grêle. Ce fut d’une violence extrême : jamais il n’y eut
rien de tel dans le pays d’Égypte depuis qu’il est une nation. 25Partout en Égypte, la grêle
frappa tout ce qui était dans les champs, depuis l’homme jusqu’au bétail ; la grêle frappa
toute l’herbe des champs et brisa tout arbre dans les champs. 26Au seul pays de Goshèn,
là où résidaient les fils d’Israël, il n’y eut pas de grêle.
27Pharaon fit appeler Moïse et Aaron, et leur dit : « Cette fois-ci, je reconnais mon
(bf)péché . C’est le Seigneur qui est le juste ; moi et mon peuple, nous sommes les
coupables. 28Priez le Seigneur ! Assez de tonnerre et de grêle ! Je vais vous laisser
partir : ne restez pas plus longtemps sur place. » 29Moïse lui dit : « Dès que je serai sorti
de la ville, je tendrai les mains vers le Seigneur : le tonnerre cessera, la grêle ne tombera
plus, afin que tu reconnaisses que le pays appartient au Seigneur. 30Et pourtant, toi et tes
serviteurs, je le sais, vous ne craindrez pas encore le Seigneur Dieu. »
31Le lin et l’orge avaient été saccagés, car l’orge était en épis, et le lin en fleurs. 32Le
blé ainsi que l’épeautre avaient été épargnés, car ils sont tardifs.
33Moïse quitta Pharaon et sortit de la ville ; il tendit les mains vers le Seigneur : le
tonnerre et la grêle cessèrent, et la pluie s’arrêta de tomber sur la terre. 34Pharaon, voyant
que la pluie, la grêle et le tonnerre avaient cessé, persévéra dans son péché ; lui et ses
serviteurs s’entêtèrent.
35Pharaon s’obstina : il ne laissa pas partir les fils d’Israël, ainsi que le Seigneur l’avait
annoncé par l’intermédiaire de Moïse.
Huitième signe : les sauterelles

10
1Le Seigneur dit à Moïse : « Rends-toi chez Pharaon, car c’est moi qui l’ai rendu entêté, lui
et ses serviteurs, afin d’accomplir mes signes au milieu d’eux, 2et afin que tu puisses
raconter à ton fils et au fils de ton fils comment je me suis joué des Égyptiens et quelssignes j’ai accomplis parmi eux. Alors, vous saurez que je suis le Seigneur. » 3Moïse et
Aaron allèrent trouver Pharaon et lui dirent : « Ainsi parle le Seigneur, le Dieu des
Hébreux : Combien de temps refuseras-tu de t’humilier devant moi ? Laisse partir mon
peuple afin qu’il me serve. 4Si toi, tu refuses toujours de laisser partir mon peuple, moi, dès
(bg)demain, je ferai venir des sauterelles sur ton territoire. 5Elles recouvriront le pays , et
l’on ne pourra plus en voir le sol. Elles dévoreront ce qui reste, ce qui a échappé à la grêle,
(bh)ce que la grêle vous a laissé ; elles dévoreront tout arbre qui pousse dans vos
champs. 6Elles envahiront tes maisons, les maisons de tous tes serviteurs, les maisons de
tous les Égyptiens : ni tes pères, ni les pères de tes pères n’ont jamais vu cela, depuis le
jour où ils sont venus au monde, jusqu’à ce jour. » Moïse tourna le dos et sortit de chez
Pharaon. 7Les serviteurs de Pharaon lui dirent : « Combien de temps encore cet individu
sera-t-il un piège pour nous ? Laisse partir les hommes, afin qu’ils servent le Seigneur leur
Dieu. N’as-tu pas encore compris que l’Égypte va à sa ruine ? »
8On fit revenir Moïse et Aaron auprès de Pharaon, qui leur dit : « Allez, servez le
Seigneur votre Dieu. Mais qui donc va partir ? » 9Moïse répondit : « Nous partirons avec
nos jeunes gens et nos vieillards, nous partirons avec nos fils et nos filles, notre petit et
notre gros bétail, car c’est pour nous une fête en l’honneur du Seigneur. » 10Pharaon dit :
« Que le Seigneur soit avec vous si je vous laisse partir, vous et vos enfants ! Voyez
comme vos projets sont pervers ! 11Non et non ! Vous, les hommes, allez donc et servez
le Seigneur, puisque c’est cela que vous cherchez. » Et on les chassa de chez Pharaon.
12Le Seigneur dit à Moïse : « Étends la main sur le pays d’Égypte pour que viennent
les sauterelles ; qu’elles montent sur le pays d’Égypte et qu’elles dévorent toute l’herbe du
pays, tout ce qu’a laissé la grêle. » 13Moïse étendit son bâton sur le pays d’Égypte, et le
Seigneur fit lever sur le pays un vent d’est qui souffla tout ce jour-là et toute la nuit. Au
matin, le vent d’est avait amené les sauterelles. 14Des nuées de sauterelles montèrent sur
(bi)tout le pays d’Égypte et se posèrent sur l’ensemble du territoire . Jamais auparavant et
jamais depuis lors, il n’y eut une telle masse de sauterelles. 15Elles recouvrirent tout le
(bj) (bk)pays , qui en fut obscurci. Elles dévorèrent toute l’herbe du pays et tous les fruits
des arbres épargnés par la grêle ; il ne resta rien de vert ni sur les arbres ni dans les
prairies, par tout le pays d’Égypte. 16Pharaon se hâta d’appeler Moïse et Aaron, et leur
dit : « J’ai péché contre le Seigneur votre Dieu, et contre vous. 17Et maintenant, je t’en
prie : une fois encore, enlève ma faute. Priez le Seigneur votre Dieu, pour qu’il écarte de
moi cette mort. »
18Moïse sortit de chez Pharaon et pria le Seigneur. 19Le Seigneur changea le vent
(bl)d’est en un très fort vent d’ouest qui emporta les sauterelles et les précipita dans la mer
des Roseaux. Il ne resta plus une seule sauterelle sur tout le territoire d’Égypte.
20Mais le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas partir
les fils d’Israël.
Neuvième signe : les ténèbres
21Le Seigneur dit à Moïse : « Étends la main vers le ciel. Qu’il y ait des ténèbres sur le
pays d’Égypte, des ténèbres où l’on tâtonne. » 22Moïse étendit la main vers le ciel et,
pendant trois jours, il y eut d’épaisses ténèbres sur tout le pays d’Égypte. 23Les gens ne
se voyaient plus l’un l’autre, et chacun resta sur place pendant trois jours. Mais il y avait de
la lumière pour les fils d’Israël, là où ils habitaient. 24Pharaon appela Moïse et lui dit :
« Allez-vous-en, servez le Seigneur ! Votre petit et votre gros bétail devra rester ici, mais
vos enfants pourront vous accompagner. » 25Moïse dit : « C’est donc toi qui mettras dans
nos mains de quoi offrir sacrifices et holocaustes au Seigneur notre Dieu ? 26Nos
(bm)troupeaux partiront également avec nous. Pas une bête ne restera ; c’est parmi nostroupeaux que nous prendrons de quoi servir le Seigneur notre Dieu. Nous ne pouvons pas
savoir, avant d’arriver là-bas, ce que nous devrons offrir au Seigneur pour le servir. »
27Mais le Seigneur fit en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne voulut pas les
laisser partir.
28Pharaon dit alors à Moïse : « Hors d’ici ! Prends garde à toi ! Ne t’avise plus de
paraître devant ma face ! Le jour où tu te présenteras devant ma face, tu mourras. » 29Et
Moïse de répondre : « Tu l’as dit ! Je ne te reverrai plus ! »
Annonce du dixième signe

11
1Le Seigneur dit à Moïse : « Pour la dernière fois, je vais frapper Pharaon et l’Égypte.
Après cela, non seulement il vous laissera partir, mais il vous renverra définitivement, il
vous chassera d’ici. 2Parle donc au peuple : que chaque homme demande à son voisin, et
chaque femme à sa voisine, des objets d’argent et des objets d’or. » 3Le Seigneur fit que
son peuple trouve grâce aux yeux des Égyptiens. D’ailleurs, en Égypte, Moïse lui-même
était un très grand personnage, aux yeux des serviteurs de Pharaon comme aux yeux du
peuple.
4Alors Moïse dit : « Ainsi parle le Seigneur : Au milieu de la nuit, en plein cœur de
l’Égypte, je sortirai 5et, chez les Égyptiens, tous les premiers-nés mourront, aussi bien le
premier-né de Pharaon qui siège sur le trône, que le premier-né de la servante qui est
derrière la meule, et que tous les premiers-nés du bétail. 6Alors s’élèvera, dans tout le
pays d’Égypte, une immense clameur, comme il n’y en eut jamais auparavant, et comme il
n’y en aura plus jamais. 7Cependant, chez les fils d’Israël, pas un seul chien ne devra
grogner contre qui que ce soit, homme ou bête ; ainsi, vous reconnaîtrez que le Seigneur
fait la distinction entre l’Égypte et Israël. 8Alors tous tes serviteurs que voici viendront me
trouver et se prosterneront devant moi, en disant : “Sors, toi et tout le peuple qui marche à
ta suite !” Après cela, je sortirai. » Et Moïse, enflammé de colère, sortit de chez Pharaon.
9Le Seigneur avait dit à Moïse : « Pharaon ne vous écoutera pas, tant et si bien que
mes prodiges se multiplieront au pays d’Égypte. » 10Moïse et Aaron avaient accompli
toutes sortes de prodiges devant Pharaon ; mais le Seigneur avait fait en sorte que
Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas les fils d’Israël sortir de son pays.
Annonce de la Pâque

12
1Dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : 2 « Ce mois-ci sera
pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. 3
Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un
(bn)agneau par famille, un agneau par maison. 4 Si la maisonnée est trop peu nombreuse
pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des
personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. 5 Ce sera une
bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. 6 Vous
le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté
(bo)d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil . 7 On prendra du sang, que l’on mettra sur
les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. 8 On mangera sa chair
cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères.
(bp) (bq)9 Vous n’en mangerez aucun morceau qui soit à moitié cuit ou qui soit bouilli ; tout
sera rôti au feu, y compris la tête, les jarrets et les entrailles. 10 Vous n’en garderez rien(br)pour le lendemain ; ce qui resterait pour le lendemain, vous le détruirez en le brûlant .
11 Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main.
Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. 12 Je traverserai le pays
d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes
jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le
Seigneur. 13 Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le
sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays
d’Égypte.
14Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de
pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez .
Les pains sans levain
15Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, vous
ferez disparaître le levain de vos maisons. Et celui qui mangera du pain levé, entre le
premier et le septième jour, celui-là sera retranché du peuple d’Israël.
16Le premier jour, vous tiendrez une assemblée sainte ; vous ferez de même le
septième jour. Ces jours-là, on ne fera aucun travail, sauf pour préparer le repas de
chacun ; on ne fera rien d’autre. 17Vous observerez la fête des Pains sans levain car, en
(bs)ce jour même , j’ai fait sortir vos armées du pays d’Égypte. D’âge en âge, vous
observerez ce jour. C’est un décret perpétuel.
18Le premier mois, du quatorzième jour au soir jusqu’au vingt et unième jour au soir,
vous mangerez du pain sans levain. 19Pendant sept jours, on ne trouvera pas de levain
dans vos maisons. Et celui qui mangera du pain levé – qu’il soit immigré ou israélite
(bt)originaire du pays –, celui-là sera retranché de la communauté d’Israël. 20Vous ne
mangerez aucun pain levé. Où que vous habitiez, vous mangerez des pains sans levain. »
Le sang de l’agneau sur les portes
(bu)21Moïse convoqua tous les anciens d’Israël et leur dit : « Prenez un agneau par
clan et immolez-le pour la Pâque. 22Puis vous prendrez un bouquet d’hysope, vous le
tremperez dans le sang que vous aurez recueilli dans un récipient, et vous étendrez le
(bv)sang sur le linteau et les deux montants de la porte. Que nul d’entre vous ne sorte de
sa maison avant le matin. 23Ainsi, lorsque le Seigneur traversera l’Égypte pour la frapper,
et qu’il verra le sang sur le linteau et les deux montants, il passera cette maison sans
permettre à l’Exterminateur d’y entrer pour la frapper. 24Vous observerez cette parole
comme un décret perpétuel pour vous et vos fils. 25Quand vous serez entrés dans le pays
que le Seigneur vous donnera comme il l’a dit, vous conserverez ce rite. 26Et quand vos
fils vous demanderont : “Que signifie pour vous ce rite ?” 27vous répondrez : “C’est le
sacrifice de la Pâque en l’honneur du Seigneur : il a passé les maisons des fils d’Israël en
Égypte ; lorsqu’il a frappé l’Égypte, il a épargné nos maisons !” »
Alors, le peuple s’inclina et se prosterna.
28Puis, les fils d’Israël s’en allèrent et firent comme le Seigneur l’avait ordonné à
Moïse et Aaron.
Dixième signe : la mort des premiers-nés
29Au milieu de la nuit, le Seigneur frappa tous les premiers-nés de l’Égypte, du
premier-né de Pharaon qui siège sur le trône, jusqu’au premier-né du captif dans sa prison,et tous les premiers-nés du bétail. 30Cette nuit-là, Pharaon se leva, ainsi que tous ses
serviteurs et tous les Égyptiens ; et une immense clameur s’éleva en Égypte, car il n’y avait
pas une seule maison sans un mort. 31Pharaon convoqua Moïse et Aaron en pleine nuit,
et leur dit : « Levez-vous ! Sortez du milieu de mon peuple, vous et les fils d’Israël. Allez !
Servez le Seigneur comme vous l’avez demandé. 32Même votre bétail, le petit et le gros,
(bw)prenez-le comme vous l’avez demandé, et partez ! Appelez sur moi la bénédiction ! »
33Les Égyptiens pressèrent le peuple d’Israël de quitter le pays au plus vite, car ils se
disaient : « Nous allons tous mourir ! » 34Le peuple emporta la pâte avant qu’elle n’ait
levé : ils enveloppèrent les pétrins dans leurs manteaux et les mirent sur leurs épaules.
35Les fils d’Israël avaient agi selon la parole de Moïse : ils avaient demandé aux
Égyptiens des objets d’argent, des objets d’or et des manteaux. 36Le Seigneur fit que son
peuple trouve grâce aux yeux des Égyptiens : ils cédèrent à leur demande. Ainsi les fils
d’Israël dépouillèrent-ils les Égyptiens.
La sortie d’Égypte
37Les fils d’Israël partirent de la ville de Ramsès en direction de Souccoth, au nombre
(bx)d’environ six cent mille sans compter les enfants. 38 Une multitude disparate les
accompagnait, ainsi qu’un immense troupeau de moutons et de bœufs. 39 Ils firent cuire
des galettes sans levain avec la pâte qu’ils avaient emportée d’Égypte et qui n’avait pas
levé ; en effet, ils avaient été chassés d’Égypte sans avoir eu le temps de faire des
provisions.
40Le séjour des fils d’Israël en Égypte avait duré quatre cent trente ans. 41 Et c’est au
(by)bout de quatre cent trente ans, c’est en ce jour même que toutes les armées du
Seigneur sortirent du pays d’Égypte. 42 Ce fut une nuit de veille pour le Seigneur, quand il
fit sortir d’Égypte les fils d’Israël ; ce doit être pour eux, de génération en génération, une
nuit de veille en l’honneur du Seigneur.
Prescriptions rituelles pour la Pâque
43Le Seigneur dit à Moïse et Aaron : « Voici le rituel pour la Pâque : aucun étranger
n’en mangera. 44Tout esclave acquis à prix d’argent, tu le circonciras, et alors il pourra en
manger. 45Ni l’hôte, ni le salarié n’en mangeront. 46On la mangera dans une seule
maison. Tu ne sortiras de cette maison aucun morceau de viande. Vous ne briserez aucun
de ses os. 47Toute la communauté d’Israël observera ce rituel. 48Si un immigré qui réside
chez toi veut célébrer la Pâque pour le Seigneur, tous les hommes de sa maison devront
être circoncis. Alors il pourra s’approcher pour célébrer ; il sera considéré comme un
(bz)Israélite originaire du pays . Mais celui qui n’aura pas été circoncis n’en mangera pas.
49La loi sera la même pour l’Israélite de souche et pour l’immigré qui réside chez vous. »
50Tous les fils d’Israël firent comme le Seigneur l’avait ordonné à Moïse et Aaron. Ils firent
ainsi. 51C’est en ce jour même que le Seigneur fit sortir du pays d’Égypte les fils d’Israël
rangés comme une armée.
Catéchèse : les pains sans levain et les premiers-nés

13
(ca)1Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : 2« Consacre-moi tous les premiers-nés parmi les
fils d’Israël, car les premiers-nés des hommes et les premiers-nés du bétail
m’appartiennent. »3Moïse dit au peuple : « Souvenez-vous de ce jour, le jour de votre sortie du pays
d’Égypte, la maison d’esclavage, car c’est par la force de sa main que le Seigneur vous en
(cb)a fait sortir. On ne mangera pas de pain levé, ce jour-là . 4C’est aujourd’hui, au mois
des Épis, que vous sortez. 5Le Seigneur te fera entrer dans le pays du Cananéen, du
Hittite, de l’Amorite, du Hivvite et du Jébuséen, le pays qu’il a juré à tes pères de te
(cc)donner, le pays ruisselant de lait et de miel. Alors, en ce mois des Épis , tu pratiqueras
ce rite-ci. 6Pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain. Et, le septième jour, tu
célébreras la fête en l’honneur du Seigneur. 7On mangera du pain sans levain pendant les
sept jours. Sur ton territoire tout entier, on ne trouvera pas de pain levé, on ne trouvera
même pas de levain. 8Ce jour-là, tu donneras à ton fils cette explication : “C’est en raison
de ce que le Seigneur a fait pour moi lors de ma sortie d’Égypte.” 9Ce rite sera pour toi
comme un signe sur ta main, comme un mémorial entre tes yeux, afin que la loi du
Seigneur soit dans ta bouche ; car, par la force de sa main, le Seigneur t’a fait sortir
d’Égypte. 10Tu observeras ce décret au moment prescrit, d’année en année.
11Alors, quand le Seigneur t’aura fait entrer dans le pays de Canaan, cette terre qu’il a
juré à toi et à tes pères de te donner, 12alors tu remettras au Seigneur tout premier-né :
tout premier-né de sexe masculin et tout premier-né mâle du bétail appartiennent au
Seigneur. 13Le premier-né des ânes, tu le rachèteras par un mouton. Si tu ne le rachètes
pas, tu lui briseras la nuque. Mais chez les hommes, tout fils premier-né, tu le rachèteras.
14Alors, demain, quand ton fils te demandera : « Que fais-tu là ? », tu lui répondras :
« C’est par la force de sa main que le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte, la maison
d’esclavage. 15En effet, comme Pharaon multipliait les obstacles pour nous laisser partir,
le Seigneur fit mourir tous les premiers-nés au pays d’Égypte, du premier-né des hommes
au premier-né du bétail. C’est pourquoi j’offre en sacrifice au Seigneur tous les
premiersnés de sexe mâle ; mais le premier-né de mes fils, je le rachète. » 16Ce rite sera pour toi
(cd) (ce)comme un signe à ton poignet, comme un bandeau sur ton front : c’est par la force
de sa main que le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte. »
Le départ d’Égypte
17Quand Pharaon laissa partir le peuple, Dieu ne leur fit pas prendre la route du pays
des Philistins, bien qu’elle fût la plus directe. Dieu s’était dit : « Il ne faudrait pas qu’à la
perspective des combats, le peuple revienne sur sa décision et retourne en Égypte. »
18Dieu fit donc faire au peuple un détour par le désert de la mer des Roseaux. C’est,
rangés comme une armée, que les fils d’Israël étaient montés du pays d’Égypte.
19Moïse prit avec lui les ossements de Joseph, car celui-ci avait exigé des fils d’Israël
un serment solennel, en leur disant : « Dieu ne manquera pas de vous visiter : alors,
quand vous remonterez d’Égypte, emportez mes ossements avec vous. »
20Ils partirent de Souccoth et campèrent à Étam, en bordure du désert. 21Le Seigneur
lui-même marchait à leur tête : le jour dans une colonne de nuée pour leur ouvrir la route,
la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer ; ainsi pouvaient-ils marcher jour et nuit.
22Le jour, la colonne de nuée ne quittait pas la tête du peuple ; ni, la nuit, la colonne de
feu.
Le passage de la mer

14
1Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : 2« Va dire aux fils d’Israël de revenir camper devant
PiHahiroth, entre Migdol et la mer, devant Baal-Sefone ; vous camperez juste en face, aubord de la mer. 3Alors Pharaon dira : “Voilà que les fils d’Israël, affolés, errent dans le
pays ! Le désert s’est refermé sur eux !” 4Alors, je ferai en sorte que Pharaon s’obstine, et
il les poursuivra. Mais je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, et
(cf)les Égyptiens reconnaîtront que je suis le Seigneur. » Les fils d’Israël firent ainsi.
5On annonça au roi d’Égypte, que le peuple d’Israël s’était enfui. Alors Pharaon et ses
serviteurs changèrent de sentiment envers ce peuple. Ils dirent : « Qu’avons-nous fait en
laissant partir Israël : il ne sera plus à notre service ! » 6Pharaon fit atteler son char et
rassembler ses troupes ; 7il prit six cents chars d’élite et tous les chars de l’Égypte, chacun
avec son équipage. 8Le Seigneur fit en sorte que s’obstine Pharaon, roi d’Égypte, qui se
(cg)lança à la poursuite des fils d’Israël, tandis que ceux-ci avançaient librement . 9Les
(ch)Égyptiens, tous les chevaux , les chars de Pharaon, ses guerriers et son armée, les
poursuivirent et les rejoignirent alors qu’ils campaient au bord de la mer, près de
PiHahiroth, en face de Baal-Sefone.
10Comme Pharaon approchait, les fils d’Israël regardèrent et, voyant les Égyptiens
(ci)lancés à leur poursuite , ils eurent très peur, et ils crièrent vers le Seigneur. 11Ils dirent à
Moïse : « L’Égypte manquait-elle de tombeaux, pour que tu nous aies emmenés mourir
dans le désert ? Quel mauvais service tu nous as rendu en nous faisant sortir d’Égypte !
12C’est bien là ce que nous te disions en Égypte : “Ne t’occupe pas de nous, laisse-nous
servir les Égyptiens. Il vaut mieux les servir que de mourir dans le désert !” » 13Moïse
répondit au peuple : « N’ayez pas peur ! Tenez bon ! Vous allez voir aujourd’hui ce que le
Seigneur va faire pour vous sauver ! Car, ces Égyptiens que vous voyez aujourd’hui, vous
ne les verrez plus jamais. 14Le Seigneur combattra pour vous, et vous, vous n’aurez rien à
faire. »
15Le Seigneur dit à Moïse : « Pourquoi crier vers moi ? Ordonne aux fils d’Israël de se
mettre en route ! 16 Toi, lève ton bâton, étends le bras sur la mer, fends-la en deux, et que
(cj)les fils d’Israël entrent au milieu de la mer à pied sec . 17 Et moi, je ferai en sorte que
les Égyptiens s’obstinent : ils y entreront derrière eux ; je me glorifierai aux dépens de
Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers. 18 Les Égyptiens
sauront que je suis le Seigneur, quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon, de ses
chars et de ses guerriers. »
(ck)19L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël, se déplaça et marcha à l’arrière.
La colonne de nuée se déplaça depuis l’avant-garde et vint se tenir à l’arrière, 20 entre le
camp des Égyptiens et le camp d’Israël. Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans
la nuit, si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer.
21Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort
vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. 22 Les fils d’Israël entrèrent au
milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. 23
Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers
entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.
(cl)24Aux dernières heures de la nuit , le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et
(cm) (cn)de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique . 25 Il faussa les roues
de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. Les Égyptiens s’écrièrent :
(co)« Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous ! » 26
Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les
Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! » 27 Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du
jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les
précipita au milieu de la mer. 28 Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les
(cp)guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël .
Il n’en resta pas un seul. 29 Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la
mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.30Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens
morts sur le bord de la mer. 31 Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi
contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son
serviteur Moïse.
Cantique de Moïse
Cantique AT 1 = Ex 15, 1-4a.8-13.17-18

15
(cq)1Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur :


« Je chanterai pour le Seigneur ! Éclatante est sa gloire :
il a jeté dans la mer cheval et cavalier !

(cr)2Ma force et mon chant , c’est le Seigneur :
il est pour moi le salut.
Il est mon Dieu, je le célèbre ;
j’exalte le Dieu de mon père.

3Le Seigneur est le guerrier des combats ;
son nom est « Le Seigneur ».

4Les chars du Pharaon et ses armées, il les lance dans la mer.
(cs)[L’élite de leurs chefs a sombré dans la mer Rouge .

5L’abîme les recouvre :
ils descendent, comme la pierre, au fond des eaux.

6Ta droite, Seigneur, magnifique en sa force,
ta droite, Seigneur, écrase l’ennemi.

(ct)7La grandeur de ta majesté brise tes adversaires :
tu envoies ta colère qui les brûle comme un chaume. ]

8Au souffle de tes narines, les eaux s’amoncellent :
comme une digue, se dressent les flots ;
les abîmes se figent au cœur de la mer.

9L’ennemi disait : « Je poursuis, je domine,
je partage le butin, je m’en repais ;
je tire mon épée : je prends les dépouilles ! »

10Tu souffles ton haleine : la mer les recouvre ;
comme du plomb, ils s’abîment dans les eaux redoutables.

11Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur ?Qui est comme toi, magnifique en sainteté,
terrible en ses exploits, auteur de prodiges ?

12Tu étends ta main droite : la terre les avale.
(cu)13Par ta fidélité tu conduis ce peuple que tu as racheté ;
tu les guides par ta force vers ta sainte demeure.

14[Les peuples ont entendu : ils tremblent ;
les douleurs ont saisi les habitants de Philistie.
15Les princes d’Édom sont pris d’effroi.

Un tremblement a saisi les puissants de Moab ;
tous les habitants de Canaan sont terrifiés,
16la peur et la terreur tombent sur eux.

Sous la vigueur de ton bras, ils se taisent, pétrifiés,
pendant que ton peuple passe, Seigneur,
que passe le peuple acquis par toi. ]

17Tu les amènes, tu les plantes sur la montagne, ton héritage,
le lieu que tu as fait, Seigneur, pour l’habiter,
(cv)le sanctuaire, Seigneur , fondé par tes mains.

18Le Seigneur régnera pour les siècles des siècles. »

19Le cheval de Pharaon, ses chars et ses guerriers étaient entrés dans la mer, et le
Seigneur avait fait revenir sur eux les eaux de la mer. Mais les fils d’Israël, eux, avaient
marché à pied sec au milieu de la mer.
20La prophétesse Miryam, sœur d’Aaron, saisit un tambourin, et toutes les femmes la
suivirent, dansant et jouant du tambourin. 21Et Miryam leur entonna :
« Chantez pour le Seigneur ! Éclatante est sa gloire :
il a jeté dans la mer cheval et cavalier ! »II. LA MARCHE AU DÉSERT (15,22 – 18)
Premières récriminations
22Moïse fit partir les fils d’Israël de la mer des Roseaux, et ils sortirent en direction du
désert de Shour. Ils marchèrent trois jours à travers le désert sans trouver d’eau. 23Ils
(cw)arrivèrent à Mara mais ne purent boire l’eau de Mara car elle était amère ; d’où son
nom de « Mara ». 24Et le peuple récrimina contre Moïse en disant : « Que
boironsnous ? » 25Alors Moïse cria vers le Seigneur, et le Seigneur lui montra un morceau de
bois. Moïse le jeta dans l’eau, et l’eau devint douce. C’est là que le Seigneur leur fixa un
statut et un droit, là où il les mit à l’épreuve.
26Il dit : « Si tu écoutes bien la voix du Seigneur ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à
ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, si tu observes tous ses décrets, je
ne t’infligerai aucune des maladies que j’ai infligées aux Égyptiens, car je suis le Seigneur,
celui qui te guérit. »
(cx)27Les fils d’Israël atteignirent ensuite Élim, où il y a douze sources et soixante-dix
palmiers. Et là, ils campèrent près de l’eau.
Le don de la manne

16
1Toute la communauté des fils d’Israël partit d’Élim et atteignit le désert de Sine, entre Élim
et le Sinaï, le quinzième jour du deuxième mois après sa sortie du pays d’Égypte. 2 Dans
le désert, toute la communauté des fils d’Israël récriminait contre Moïse et Aaron. 3 Les fils
d’Israël leur dirent : « Ah ! Il aurait mieux valu mourir de la main du Seigneur, au pays
d’Égypte, quand nous étions assis près des marmites de viande, quand nous mangions du
pain à satiété ! Vous nous avez fait sortir dans ce désert pour faire mourir de faim tout ce
(cy)peuple assemblé ! »
4Le Seigneur dit à Moïse : « Voici que, du ciel, je vais faire pleuvoir du pain pour vous.
Le peuple sortira pour recueillir chaque jour sa ration quotidienne, et ainsi je vais le mettre
à l’épreuve : je verrai s’il marchera, ou non, selon ma loi. 5 Mais, le sixième jour, quand ils
feront le compte de leur récolte, ils trouveront le double de la ration quotidienne. »
6Moïse et Aaron dirent alors aux fils d’Israël : « Ce soir, vous saurez que le Seigneur
vous a fait sortir du pays d’Égypte ; 7et, demain matin, vous verrez la gloire du Seigneur,
parce qu’il a entendu vos récriminations contre lui. Nous, que sommes-nous pour que vous
(cz)récriminiez contre nous ? » 8Par là, Moïse voulait dire : « Vous verrez la gloire du
Seigneur quand, le soir, il vous donnera de la viande en nourriture et, le matin, du pain à
(da)satiété. En effet, le Seigneur a entendu vos récriminations . Car ce n’est pas contre
nous que vous récriminez mais bien contre le Seigneur. »
(db)9Moïse dit ensuite à Aaron : « Ordonne à toute la communauté des fils d’Israël :
“Présentez-vous devant le Seigneur, car il a entendu vos récriminations.” » 10Aaron parla
à toute la communauté des fils d’Israël ; puis ils se tournèrent du côté du désert, et voici
que la gloire du Seigneur apparut dans la nuée.
11Le Seigneur dit alors à Moïse : 12« J’ai entendu les récriminations des fils d’Israël.
(dc)Tu leur diras : “Au coucher du soleil , vous mangerez de la viande et, le lendemain
matin, vous aurez du pain à satiété. Alors vous saurez que moi, le Seigneur, je suis votre
Dieu.” » 13Le soir même, surgit un vol de cailles qui recouvrirent le camp ; et, le lendemain
matin, il y avait une couche de rosée autour du camp. 14Lorsque la couche de rosée
(dd)s’évapora , il y avait, à la surface du désert, une fine croûte, quelque chose de fincomme du givre, sur le sol. 15Quand ils virent cela, les fils d’Israël se dirent l’un à l’autre :
(de)« Mann hou ? » (ce qui veut dire : Qu’est-ce que c’est ?) , car ils ne savaient pas ce
que c’était. Moïse leur dit : « C’est le pain que le Seigneur vous donne à manger. 16Voici
ce que le Seigneur a ordonné : Recueillez-en autant que chacun peut en manger : une
(df)mesure par personne. Chacun de vous en prendra selon le nombre d’habitants de sa
tente. »
17Les fils d’Israël firent ainsi : certains en recueillirent beaucoup, d’autres peu.
(dg)18Celui qui en avait ramassé beaucoup n’eut rien de trop ; celui qui en avait ramassé
peu ne manqua de rien. Ainsi, chacun en avait recueilli autant qu’il pouvait en manger.
19Moïse leur dit encore : « Que personne n’en garde jusqu’au matin ! » 20Ils
(dh)n’écoutèrent pas Moïse et certains en gardèrent jusqu’au matin. Mais le surplus fut
infesté de vers et se mit à sentir mauvais. Alors Moïse s’irrita contre eux. 21Matin après
matin, ils en recueillaient autant que chacun pouvait en manger. À la chaleur du soleil, tout
était fondu.
22Or, le sixième jour, ils recueillirent le double de ce pain : deux mesures par
personne. Et tous les chefs de la communauté vinrent en informer Moïse. 23Moïse leur
dit : « Oui, c’est bien ce que le Seigneur avait dit. Demain est un grand sabbat, un sabbat
consacré au Seigneur. Cuisez ce qui doit cuire, faites bouillir ce qui est à bouillir. Et gardez
le surplus en réserve jusqu’au matin. » 24Ils le gardèrent, comme Moïse l’avait ordonné. Et
il n’y eut ni mauvaise odeur ni vermine. 25Moïse leur dit : « Mangez-le aujourd’hui.
Aujourd’hui, c’est le sabbat du Seigneur. Aujourd’hui, vous n’en trouverez pas dehors.
26Pendant six jours, vous en ramasserez, mais, le septième jour, c’est le sabbat : il n’y en
aura pas. » 27Or, le septième jour, des gens sortirent pour en recueillir, mais ils n’en
trouvèrent pas. 28Le Seigneur dit à Moïse : « Combien de temps encore refuserez-vous de
garder mes commandements et mes lois ? 29Voyez : le Seigneur vous a donné le sabbat ;
aussi, le sixième jour, vous donne-t-il du pain pour deux jours. Restez donc chacun chez
vous. Que personne ne sorte de chez lui le septième jour. » 30Et, le septième jour, le
peuple cessa toute activité.
31La maison d’Israël donna à ce pain le nom de « manne ». C’était comme de la
graine de coriandre, de couleur blanche, au goût de beignet au miel.
32Moïse dit : « Voici ce que le Seigneur a ordonné : Qu’on en garde une pleine
(di)mesure en réserve pour les générations futures. Ainsi pourront-ils voir le pain dont je
vous ai nourri au désert, quand je vous ai fait sortir du pays d’Égypte. » 33Moïse dit à
(dj)Aaron : « Prends un vase, tu y mettras une pleine mesure de manne et tu le déposeras
devant le Seigneur, en réserve pour les générations futures. » 34Comme le Seigneur
l’avait ordonné à Moïse, Aaron déposa le vase, en réserve, devant le Témoignage.
35Les fils d’Israël mangèrent de la manne pendant quarante ans, jusqu’à leur arrivée
en pays habité ; ils mangèrent de la manne jusqu’à leur arrivée aux confins du pays de
(dk)Canaan. 36La mesure utilisée , l’omèr, est un dixième de l’épha.
Le don de l’eau

17
1Toute la communauté des fils d’Israël partit du désert de Sine, en observant les étapes
prescrites par le Seigneur. Ils campèrent à Rephidim. Comme il n’y avait pas d’eau à
(dl)boire , 2 le peuple chercha querelle à Moïse : « Donne-nous de l’eau à boire ! » Moïse
leur répondit : « Pourquoi me cherchez-vous querelle ? Pourquoi mettez-vous le Seigneur
à l’épreuve ? »
(dm)3Là, le peuple souffrit de la soif . Il récrimina contre Moïse et dit : « Pourquoi nousas-tu fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir de soif avec nos fils et nos
(dn)troupeaux ? » 4 Moïse cria vers le Seigneur : « Que vais-je faire de ce peuple ?
Encore un peu, et ils me lapideront ! » 5 Le Seigneur dit à Moïse : « Passe devant le
(do)peuple, emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël, prends en main le bâton avec
(dp)lequel tu as frappé le Nil, et va ! 6 Moi, je serai là, devant toi, sur le rocher du mont
Horeb. Tu frapperas le rocher, il en sortira de l’eau, et le peuple boira ! » Et Moïse fit ainsi
sous les yeux des anciens d’Israël.
(dq)7Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Épreuve) et Mériba
(c’est-à(dr)dire : Querelle) , parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur, et
parce qu’ils l’avaient mis à l’épreuve, en disant : « Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui
ou non ? »
Victoire sur Amalec
(ds)8Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. 9 Moïse dit alors à
(dt)Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me
tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » 10 Josué fit ce que
Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient
montés au sommet de la colline. 11 Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus
fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. 12 Mais les mains de Moïse
s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et
Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse
(du)restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. 13 Et Josué triompha des Amalécites au
fil de l’épée.
(dv)14Alors le Seigneur dit à Moïse : « Écris cela dans le Livre pour en faire mémoire
(dw)et déclare à Josué que j’effacerai complètement le souvenir d’Amalec de dessous les
cieux ! » 15Moïse bâtit un autel et l’appela : « Le-Seigneur-est-mon-étendard. » 16Et il dit :
« Puisqu’une main s’est levée contre le trône du Seigneur, le Seigneur est en guerre contre
Amalec, de génération en génération. »
Rencontre de Moïse et de Jéthro

18
1Jéthro, prêtre de Madiane, le beau-père de Moïse, entendit parler de tout ce que Dieu
avait fait pour Moïse et pour Israël, son peuple : le Seigneur avait fait sortir Israël
d’Égypte ! 2Jéthro, le beau-père de Moïse, prit Cippora, la femme de Moïse, qu’il avait
répudiée ; 3il prit aussi ses deux fils. L’un s’appelait Guershom (ce qui signifie : Immigré en
(dx)ce lieu) car, avait dit Moïse, « Je suis devenu un immigré en terre étrangère ». 4L’autre
(dy)s’appelait Élièzer (ce qui signifie : Mon Dieu est mon secours) « car, avait-il dit, le Dieu
de mon père est venu à mon secours, il m’a délivré de l’épée de Pharaon ».
(dz)5Jéthro, beau-père de Moïse, prit donc Cippora et ses deux fils ; il s’en alla
(ea)rejoindre Moïse, au désert, là où il campait, à la montagne de Dieu. 6Il fit dire à Moïse :
« C’est moi Jéthro, ton beau-père, qui viens vers toi avec ta femme et tes deux fils. »
7Moïse sortit à la rencontre de son beau-père, se prosterna et l’embrassa ; ils se saluèrent
et entrèrent dans la tente. 8Moïse raconta à son beau-père tout ce que le Seigneur avait
fait à Pharaon et à l’Égypte à cause d’Israël, toutes les difficultés survenues en chemin et
dont le Seigneur les avait délivrés. 9Jéthro se réjouit de tout le bien que le Seigneur avait
fait à Israël, en le délivrant de la main des Égyptiens. 10Et Jéthro dit : « Béni soit le
Seigneur qui vous a délivrés de la main des Égyptiens et de la main de Pharaon ! Béni soit(eb)le Seigneur qui a délivré le peuple de la main des Égyptiens ! 11Je reconnais
maintenant que le Seigneur est plus grand que tous les dieux, comme il l’a bien montré au
(ec)temps de leur oppression . »
12Jéthro, beau-père de Moïse, offrit un holocauste et des sacrifices à Dieu. Aaron et
tous les anciens d’Israël vinrent participer au repas devant Dieu avec le beau-père de
Moïse.
Moïse partage ses responsabilités
13Or, le lendemain, Moïse siégea pour rendre la justice au peuple, et le peuple resta
devant Moïse du matin jusqu’au soir. 14Le beau-père de Moïse vit tout ce que celui-ci
faisait pour le peuple. Il lui dit : « Que fais-tu là pour le peuple ? Pourquoi es-tu seul à
siéger, tandis que tout le peuple est debout devant toi du matin jusqu’au soir ? » 15Moïse
dit à son beau-père : « C’est que le peuple vient à moi pour consulter Dieu. 16S’ils ont un
litige, ils viennent me trouver ; je leur rends justice, et je fais connaître les décrets de Dieu
et ses lois. » 17Le beau-père de Moïse lui dit : « Ta façon de faire n’est pas la bonne.
18Tu vas t’épuiser complètement, ainsi que ce peuple qui est avec toi. La tâche est trop
lourde pour toi, tu ne peux l’accomplir seul. 19Maintenant, écoute-moi ! Je vais te donner
un conseil, et que Dieu soit avec toi ! Tiens-toi face à Dieu au nom du peuple : tu
présenteras les litiges devant Dieu, 20tu informeras les gens des décrets et des lois, tu leur
feras connaître le chemin à suivre et la conduite à tenir. 21Toi, tu distingueras, dans tout le
peuple, des hommes de valeur, craignant Dieu, dignes de confiance, incorruptibles, et tu
les institueras officiers de millier, officiers de centaine, officiers de cinquantaine et officiers
de dizaine. 22Ils auront à juger le peuple en tout temps. Les affaires importantes, ils te les
présenteront, mais les affaires mineures, ils les jugeront eux-mêmes. Allège ainsi ta
charge. Qu’ils la portent avec toi ! 23Si tu fais cela, et que Dieu te l’ordonne, tu pourras
tenir et, de plus, tout ce peuple rentrera chez lui en paix. »
24Moïse écouta la voix de son beau-père et fit tout ce qu’il avait dit. 25Parmi tout
Israël, Moïse choisit des hommes de valeur et les plaça à la tête du peuple : officiers de
millier, officiers de centaine, officiers de cinquantaine et officiers de dizaine. 26Ils jugeaient
le peuple en tout temps. Les affaires difficiles, ils les présentaient à Moïse, et les affaires
de moindre importance, ils les jugeaient eux-mêmes.
27Et Moïse laissa partir son beau-père, qui s’en retourna dans son pays.III. ISRAËL AU SINAÏ (19 – 40)
1. La manifestation de Dieu (19)
Promesse de l’Alliance

19
(ed)1Le troisième mois qui suivit la sortie d’Égypte, jour pour jour , les fils d’Israël arrivèrent
dans le désert du Sinaï. 2 C’est en partant de Rephidim qu’ils arrivèrent dans ce désert, et
ils y établirent leur camp juste en face de la montagne.
3Moïse monta vers Dieu. Le Seigneur l’appela du haut de la montagne : « Tu diras à la
maison de Jacob, et tu annonceras aux fils d’Israël : 4 “Vous avez vu ce que j’ai fait à
l’Égypte, comment je vous ai portés comme sur les ailes d’un aigle et vous ai amenés
jusqu’à moi. 5 Maintenant donc, si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance, vous
(ee)serez mon domaine particulier parmi tous les peuples, car toute la terre m’appartient ;
6 mais vous, vous serez pour moi un royaume de prêtres, une nation sainte.” Voilà ce que
tu diras aux fils d’Israël. » 7 Moïse revint et convoqua les anciens du peuple, il leur exposa
(ef)tout ce que le Seigneur avait ordonné. 8 Le peuple tout entier répondit, unanime :
(eg)« Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique . » Et Moïse rapporta au
Seigneur les paroles du peuple.
Préparation à la rencontre de Dieu
9Le Seigneur dit à Moïse : « Je vais venir vers toi dans l’épaisseur de la nuée, pour
(eh)que le peuple, qui m’entendra te parler, mette sa foi en toi , pour toujours. » Puis Moïse
transmit au Seigneur les paroles du peuple.
10Le Seigneur dit encore à Moïse : « Va vers le peuple ; sanctifie-le, aujourd’hui et
demain ; qu’ils lavent leurs vêtements, 11pour être prêts le troisième jour ; car, ce
troisième jour, en présence de tout le peuple, le Seigneur descendra sur la montagne du
Sinaï. 12Fixe des limites au peuple, en leur disant : Gardez-vous de gravir la montagne et
d’en toucher le bord ! Quiconque touchera la montagne sera mis à mort ! 13Le
(ei)condamné , tu ne le toucheras pas de la main, il sera lapidé ou percé de flèches. Qu’il
s’agisse d’un animal ou d’un homme, il ne vivra pas. Quand la trompe retentira,
quelquesuns monteront sur la montagne. »
(ej)14Moïse descendit de la montagne vers le peuple. Il sanctifia le peuple ; tous
lavèrent leurs vêtements, 15et Moïse dit au peuple : « Soyez prêts dans trois jours.
N’approchez aucune femme. »
Manifestation solennelle de Dieu
16Le troisième jour, dès le matin, il y eut des coups de tonnerre, des éclairs, une
lourde nuée sur la montagne, et une puissante sonnerie de cor ; dans le camp, tout le
peuple trembla. 17Moïse fit sortir le peuple hors du camp, à la rencontre de Dieu, et ils
restèrent debout au pied de la montagne. 18La montagne du Sinaï était toute fumante, car
le Seigneur y était descendu dans le feu ; la fumée montait, comme la fumée d’une
fournaise, et toute la montagne tremblait violemment. 19La sonnerie du cor était de plus en
(ek)plus puissante. Moïse parlait, et la voix de Dieu lui répondait . 20Le Seigneur descendit
sur le sommet du Sinaï, il appela Moïse sur le sommet de la montagne, et Moïse montavers lui. 21Le Seigneur dit à Moïse : « Descends et avertis le peuple de ne pas se
précipiter pour voir le Seigneur, car beaucoup d’entre eux périraient. 22Même les prêtres
qui s’approchent du Seigneur doivent se sanctifier, de peur que le Seigneur ne s’emporte
contre eux. » 23Moïse répondit au Seigneur : « Le peuple ne peut pas monter sur la
montagne du Sinaï, puisque, toi-même, tu nous as avertis en ces termes : “Délimite la
montagne et sanctifie-la.” » 24Puis le Seigneur lui dit : « Va, descends. Ensuite, tu
remonteras, toi et Aaron avec toi. Quant aux prêtres et au peuple, qu’ils ne se précipitent
pas pour monter vers le Seigneur, de peur que le Seigneur ne s’emporte contre eux. »
(el)25Moïse descendit vers le peuple et leur en fit part .
2. Le Décalogue (20,1-21)
Les Dix Paroles

20
1Alors Dieu prononça toutes les paroles que voici : 2 « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui
t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage.
3Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi.
4Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en
bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. 5 Tu ne te prosterneras pas devant
(em)ces dieux , pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu
jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la
troisième et la quatrième génération ; 6 mais ceux qui m’aiment et observent mes
(en)commandements, je leur montre ma fidélité jusqu’à la millième génération.
7Tu n’invoqueras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu, car le Seigneur ne laissera
pas impuni celui qui invoque en vain son nom.
8Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. 9 Pendant six jours tu travailleras et
tu feras tout ton ouvrage ; 10 mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en
l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni
ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville. 11 Car en six
jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est
reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié.
12Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le
Seigneur ton Dieu.
13Tu ne commettras pas de meurtre.
14Tu ne commettras pas d’adultère.
15Tu ne commettras pas de vol.
16Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
17Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme
de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui
appartient. »
Moïse médiateur
18Tout le peuple voyait les éclairs, les coups de tonnerre, la sonnerie du cor et la
montagne fumante. Le peuple voyait : ils frémirent et se tinrent à distance. 19 Ils dirent à
Moïse : « Toi, parle-nous, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle pas, car ce
serait notre mort. » 20 Moïse répondit au peuple : « N’ayez pas peur. Dieu est venu pour(eo)vous mettre à l’épreuve , pour que vous soyez saisis de crainte en face de lui, et que
vous ne péchiez pas. » 21 Le peuple se tint à distance, mais Moïse s’approcha de la nuée
obscure où Dieu était.
3. Le Code de l’Alliance (20,22 – 24)
Construction de l’autel
22Le Seigneur dit à Moïse : « Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : “Vous avez vu que je
vous ai parlé du haut des cieux. 23Vous ne ferez pas, à côté de moi, des dieux d’argent ou
d’or ; vous n’en ferez pas pour moi. 24Tu me feras un autel de terre pour offrir tes
holocaustes et tes sacrifices de paix, ton petit et ton gros bétail ; en tout lieu où je ferai
rappeler mon nom, je viendrai vers toi et je te bénirai. 25Mais si tu me fais un autel de
pierres, tu ne le bâtiras pas en pierres de taille car, en y passant ton ciseau, tu les
profanerais. 26Et tu ne monteras pas à mon autel par des marches, afin que ta nudité n’y
soit pas découverte.” »
Les esclaves

21
1« Voici les règles que tu leur exposeras.
2Quand tu achèteras un esclave hébreu, il servira durant six ans ; la septième année, il
pourra s’en aller, libre, sans rien payer. 3S’il est arrivé seul, il s’en ira seul. S’il est déjà
marié, sa femme s’en ira avec lui. 4Si son maître lui donne une femme et qu’elle lui
enfante des fils ou des filles, la femme et les enfants appartiendront au maître, et lui s’en
ira seul. 5Mais si l’esclave déclare : “J’aime mon maître, ma femme et mes fils, je ne veux
pas être libéré”, 6son maître le fera approcher de Dieu, il le fera approcher du battant ou
du montant de la porte, et lui percera l’oreille au poinçon. Alors l’esclave le servira pour
toujours.
7Et quand un homme vendra sa fille comme servante, elle ne s’en ira pas comme s’en
vont les esclaves. 8Si elle déplaît à son maître, qui se l’était destinée, et qu’il la fasse
racheter, il n’aura pas le droit de la vendre à un peuple étranger, car ce serait la trahir. 9S’il
la destine à son fils, il agira pour elle selon la règle concernant les filles. 10S’il prend pour
lui une autre femme, il ne diminuera en rien la nourriture, le vêtement, le logement de la
première. 11Et s’il ne lui procure pas ces trois choses, elle pourra s’en aller, sans rien
payer, sans verser d’argent.
Les peines de mort
12« Qui frappe un homme à mort sera mis à mort. 13Mais s’il n’a pas traqué sa
victime, si Dieu l’a mise à portée de sa main, je te fixerai un lieu où il pourra se réfugier.
14Mais quand un homme est en rage contre son prochain au point de le tuer par ruse, tu
l’arracheras même de mon autel pour qu’il meure.
15Celui qui frappe son père ou sa mère sera mis à mort.
16Celui qui commet un rapt – qu’il ait vendu l’homme ou qu’on le trouve entre ses
mains – sera mis à mort.
17Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.Coups et blessures
18« Quand des hommes se querellent et que l’un d’eux frappe son prochain avec une
pierre ou avec le poing, sans le tuer mais en l’obligeant à garder le lit, 19si la victime peut
se lever et se promener au-dehors avec sa canne, l’agresseur sera acquitté. Il devra
seulement l’indemniser pour son arrêt de travail, jusqu’à complète guérison.
20Si quelqu’un frappe avec un bâton et fait mourir de sa main son serviteur ou sa
servante, la victime devra être vengée. 21Mais si elle survit un jour ou deux, elle ne sera
(ep)pas vengée, car elle a été achetée avec l’argent du maître .
22Si des hommes, en se battant, heurtent une femme enceinte et que celle-ci
accouche prématurément sans qu’un autre malheur n’arrive, le coupable paiera l’indemnité
imposée par le mari, avec l’accord des juges. 23Mais s’il arrive malheur, tu paieras vie
pour vie, 24œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, 25brûlure pour
brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure.
26Si un homme blesse l’œil de son serviteur ou de sa servante, et que l’œil soit perdu,
(eq)il rendra la liberté à la victime en compensation . 27Et s’il fait tomber une dent de son
(er)serviteur ou de sa servante, il rendra la liberté à la victime en compensation .
28Si un bœuf tue d’un coup de corne un homme ou une femme, il sera lapidé et on ne
mangera pas la viande. Mais le propriétaire sera tenu pour innocent. 29Par contre, quand
le bœuf a déjà, plus d’une fois, donné des coups de corne et que son propriétaire, averti,
l’a laissé sans surveillance, si l’animal a causé la mort d’un homme ou d’une femme, il sera
lapidé, et le propriétaire lui-même sera mis à mort. 30Et si on lui impose une rançon, il
donnera, pour racheter sa vie, tout ce qu’on lui imposera. 31Si c’est un fils que le bœuf
frappe d’un coup de corne, ou si c’est une fille, on appliquera cette règle-là. 32Si c’est un
serviteur que le bœuf frappe, ou si c’est une servante, on donnera au maître trente pièces
d’argent, et le bœuf sera lapidé.
33Si un homme laisse une citerne ouverte ou qu’il creuse une citerne sans la
recouvrir, et qu’un bœuf ou un âne y tombe, 34le propriétaire de la citerne indemnisera le
propriétaire de la bête morte ; celui-ci recevra une certaine somme d’argent et celui-là, le
cadavre de la bête.
35Si le bœuf d’un homme blesse le bœuf de son prochain et cause sa mort, les
propriétaires vendront le bœuf vivant et se partageront l’argent ; quant à la bête morte, ils
se la partageront également. 36Mais s’il est notoire que ce bœuf a déjà, plus d’une fois,
donné des coups de corne et que son propriétaire l’a laissé sans surveillance, celui-ci
(es)fournira un bœuf en compensation de la bête morte qui, elle, lui reviendra.
Vols, délits et dédommagements
37« Si un homme vole un bœuf ou un mouton, et qu’il abatte ou vende la bête, il
fournira en compensation cinq têtes de gros bétail pour un bœuf ou quatre têtes de petit
bétail pour un mouton.

22
(et)1Si un voleur, surpris de nuit en délit d’effraction, est frappé à mort, les siens ne
(eu) (ev)pourront pas le venger . 2Mais si le soleil était levé , la vengeance du sang
(ew)s’exercera . Un voleur devra rembourser : s’il n’a pas de quoi, il sera vendu pour ce
qu’il a volé. 3Si la bête volée – bœuf, âne ou mouton – est retrouvée vivante entre ses
mains, il fournira en compensation le double de sa valeur.
4Quand un homme fait brouter un champ ou une vigne, s’il envoie ses bêtes brouter le
champ de quelqu’un d’autre, il fournira une compensation avec le meilleur de son champ,le meilleur de sa vigne.
5Si un feu éclate, se propage dans des buissons d’épines et consume les meules, les
moissons ou les champs, le responsable devra rembourser ce qui a brûlé.
6Si un homme confie à son prochain de l’argent ou des objets pour qu’il les garde, et
qu’on les vole dans la maison de celui-ci, le voleur, s’il est découvert, devra fournir en
compensation le double de ce qu’il a pris. 7Mais si le voleur n’est pas découvert, le maître
de la maison s’approchera de Dieu pour jurer qu’il n’a pas porté la main sur le bien de son
prochain.
8Pour toute affaire frauduleuse portant sur un bœuf, un âne, un mouton, un vêtement
(ex)ou tout objet perdu dont chacun dira : « C’est bien à moi ! » , l’affaire des deux parties
(ey)sera portée devant Dieu . Et celui que Dieu déclarera coupable devra fournir le double
en compensation à son prochain.
9Si un homme confie à son prochain un âne, un bœuf, un mouton, ou toute sorte de
bête pour qu’il la garde, et que la bête crève, se blesse ou soit enlevée sans témoin, 10les
(ez)deux parties prêteront serment au nom du Seigneur : le gardien jurera qu’il n’a pas
porté la main sur le bien du prochain. Alors le propriétaire de l’animal acceptera, et le
gardien n’aura pas à fournir de compensation. 11Mais si l’animal a été volé à proximité du
gardien, celui-ci fournira une compensation au propriétaire. 12Si l’animal a été déchiré, le
(fa)gardien en produira une preuve et n’aura pas à fournir de compensation .
13Et si un homme emprunte un animal à son prochain, et que la bête se blesse ou
crève en l’absence de son propriétaire, il devra fournir une compensation à ce dernier.
14Mais il ne devra rien, si le propriétaire est présent. S’il s’agit d’un animal loué, le montant
de la location reste dû.
15Si un homme séduit une jeune fille vierge qui n’est pas fiancée, et qu’il couche avec
elle, il devra verser le prix pour en faire sa femme. 16Si le père refuse de lui donner sa
fille, l’homme versera néanmoins la somme d’argent fixée pour le prix d’une vierge.
Autres lois
17« Une sorcière, tu ne la laisseras pas vivre.
18Celui qui couche avec une bête sera mis à mort.
19Celui qui sacrifie aux dieux sera voué à l’anathème, sauf s’il sacrifie au Seigneur, à
lui seul.
20Tu n’exploiteras pas l’immigré, tu ne l’opprimeras pas, car vous étiez vous-mêmes
des immigrés au pays d’Égypte. 21 Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. 22 Si tu
les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. 23 Ma colère s’enflammera et je
vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.
(fb)24Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères ,
tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. 25 Si tu
prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. 26
C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule
couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis
(fc)compatissant !
27Dieu, tu ne le maudiras pas, et tu ne prononceras pas de malédiction contre un chef
de ton peuple.
(fd)28Tu ne tarderas pas à offrir le fruit de tes champs et de ton pressoir .
Le premier-né de tes fils, tu me le donneras. 29Tu feras de même pour ton bœuf et ton
petit bétail : le premier-né restera sept jours avec sa mère ; le huitième jour, tu me ledonneras.
30Vous serez pour moi des hommes de sainteté. Vous ne mangerez pas la viande
d’une bête déchirée par un fauve dans la campagne ; vous la jetterez aux chiens.
L’exercice de la justice

23
1« Tu ne répandras pas de vaines rumeurs. Tu ne prêteras pas main forte au méchant en
lui servant de témoin à charge.
2Tu ne suivras pas la foule pour faire le mal ; et quand tu déposeras dans un procès,
tu ne t’aligneras pas sur son opinion pour faire dévier le droit. 3Tu ne favoriseras pas un
faible dans son procès. 4Quand tu rencontreras, égaré, le bœuf ou l’âne de ton ennemi, tu
devras le lui ramener. 5Si tu vois l’âne de celui qui te déteste crouler sous la charge, tu ne
le laisseras pas à l’abandon mais tu lui viendras en aide. 6Tu ne feras pas dévier le droit
(fe)du malheureux qui s’adresse à toi lors de son procès. 7Tu te tiendras éloigné d’une
cause mensongère. Ne tue pas l’innocent ni le juste, car je ne justifie pas le méchant. 8Tu
n’accepteras pas de présent, car le présent aveugle les clairvoyants et compromet la
cause des justes. 9Tu n’opprimeras pas l’immigré : vous savez bien ce qu’est sa vie, car
vous avez été, vous aussi, des immigrés au pays d’Égypte.
Année sabbatique et sabbat
10« Pendant six ans, tu ensemenceras la terre et tu récolteras son produit. 11Mais, la
septième année, tu la laisseras en jachère et tu abandonneras son produit : les
malheureux de ton peuple le mangeront et, ce qu’ils auront laissé, les bêtes sauvages le
mangeront. Tu feras de même pour ta vigne et ton olivier.
12Pendant six jours, tu feras ce que tu as à faire, mais, le septième jour, tu chômeras,
afin que ton bœuf et ton âne se reposent, et que le fils de ta servante et l’immigré
reprennent souffle.
(ff)13Vous prendrez bien garde à tout ce que je vous ai dit. Vous ne prononcerez pas
le nom d’autres dieux : on ne l’entendra pas sortir de ta bouche.
Les trois grandes fêtes
14« Tu me fêteras trois fois par an. 15Tu observeras la fête des Pains sans levain.
Comme je te l’ai ordonné, tu mangeras des pains sans levain pendant sept jours, au temps
fixé du mois des Épis, car c’est alors que tu es sorti d’Égypte. On ne paraîtra pas devant
ma face les mains vides. 16Tu observeras aussi la fête de la Moisson, celle des premiers
fruits de ton travail, de ce que tu auras semé dans les champs. Et tu observeras la fête de
(fg)la Récolte en fin d’année , quand tu récoltes dans les champs le fruit de ton travail.
17Trois fois par an, tous les hommes paraîtront devant la face du Maître, le Seigneur. 18Tu
ne présenteras pas le sacrifice sanglant avec du pain levé, et tu ne laisseras pas jusqu’au
lendemain matin la graisse offerte pour me fêter. 19Tu apporteras les tout premiers fruits
de ton sol à la maison du Seigneur ton Dieu. Tu ne feras pas cuire un chevreau dans le lait
de sa mère.
Promesses et instructions en vue de l’entrée en Canaan
20« Je vais envoyer un ange devant toi pour te garder en chemin et te faire parvenirau lieu que je t’ai préparé. 21Respecte sa présence, écoute sa voix. Ne lui résiste pas : il
ne te pardonnerait pas ta révolte, car mon nom est en lui. 22Mais si tu écoutes
parfaitement sa voix, si tu fais tout ce que je dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis, et
l’adversaire de tes adversaires. 23Mon ange marchera devant toi. Il te fera rencontrer de
(fh)nombreux peuples : l’Amorite, le Hittite, le Perizzite et le Cananéen, le Hivvite et le
Jébuséen. Je vais tous les anéantir. 24Tu ne te prosterneras pas devant leurs dieux. Tu ne
(fi)les serviras pas. Tu ne te conduiras pas comme ces peuples , mais tu détruiras leurs
dieux et tu briseras leurs stèles. 25Vous servirez le Seigneur votre Dieu : il bénira ton pain
et ton eau, et j’écarterai de toi la maladie. 26Aucune femme de ton pays n’aura de fausse
couche ou ne sera stérile, et je laisserai s’accomplir le nombre de tes jours. 27Devant toi,
j’enverrai ma terreur ; je frapperai de panique tout peuple chez qui tu entreras ; devant toi,
je ferai tourner le dos à tous tes ennemis. 28Devant toi, j’enverrai des frelons ; devant toi,
ils chasseront le Hivvite, le Cananéen et le Hittite. 29Je ne les chasserai pas devant toi en
une seule année, car le pays deviendrait une terre désolée où les bêtes sauvages se
multiplieraient à tes dépens. 30Je les chasserai devant toi peu à peu, jusqu’à ce que ton
(fj)peuple soit assez nombreux pour hériter du pays. 31Je fixerai tes frontières ainsi : de la
(fk) (fl)mer des Roseaux à la Méditerranée , et du désert au Fleuve . Je livrerai entre vos
mains les habitants du pays, et tu les chasseras devant toi. 32Tu ne concluras pas
d’alliance avec eux ni avec leurs dieux. 33Ils n’habiteront pas dans ton pays, de peur qu’ils
ne te fassent pécher contre moi : tu pourrais alors servir leurs dieux et ce serait pour toi un
piège. »
Célébration solennelle de l’Alliance

24
(fm)1Le Seigneur avait dit à Moïse : « Monte vers le Seigneur et prends avec toi Aaron,
(fn)ses deux fils Nadab et Abihou, et soixante-dix des anciens d’Israël. Vous vous
prosternerez à distance. 2Moïse, seul, s’approchera du Seigneur. Les autres ne
s’approcheront pas et le peuple ne montera pas avec lui. »
3Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et toutes ses
ordonnances. Tout le peuple répondit d’une seule voix : « Toutes ces paroles que le
Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique. »
4Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur. Il se leva de bon matin et il bâtit un autel
au pied de la montagne, et il dressa douze pierres pour les douze tribus d’Israël. 5Puis il
chargea quelques jeunes garçons parmi les fils d’Israël d’offrir des holocaustes, et
d’immoler au Seigneur des taureaux en sacrifice de paix. 6Moïse prit la moitié du sang et
(fo)le mit dans des coupes ; puis il aspergea l’autel avec le reste du sang. 7Il prit le livre de
l’Alliance et en fit la lecture au peuple. Celui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit,
(fp)nous le mettrons en pratique , nous y obéirons. » 8Moïse prit le sang, en aspergea le
peuple, et dit : « Voici le sang de l’Alliance que, sur la base de toutes ces paroles, le
Seigneur a conclue avec vous. »
9Et Moïse gravit la montagne avec Aaron, Nadab et Abihou, et soixante-dix des
anciens d’Israël. 10Ils virent le Dieu d’Israël : il avait sous les pieds comme un pavement
de saphir, limpide comme le fond du ciel. 11Sur ces privilégiés parmi les fils d’Israël, il ne
porta pas la main. Ils contemplèrent Dieu, puis ils mangèrent et ils burent.
Moïse gravit la montagne
12Le Seigneur dit à Moïse : « Monte vers moi sur la montagne et reste là ; je vais tedonner les tables de pierre, la loi et les commandements que j’ai écrits pour qu’on les
enseigne. » 13Moïse se leva avec Josué, son auxiliaire, et il gravit la montagne de Dieu.
(fq)14Auparavant il avait dit aux anciens : « Attendez-nous ici jusqu’à notre retour. Aaron et
Hour sont avec vous : celui qui a une affaire à régler, qu’il s’adresse à eux. »
(fr)15Moïse gravit donc la montagne, et la nuée recouvrit la montagne, 16la gloire du
Seigneur demeura sur la montagne du Sinaï, que la nuée recouvrit pendant six jours. Le
septième jour, le Seigneur appela Moïse du milieu de la nuée. 17La gloire du Seigneur
apparaissait aux fils d’Israël comme un feu dévorant, au sommet de la montagne. 18Moïse
entra dans la nuée et gravit la montagne. Moïse resta sur la montagne quarante jours et
quarante nuits.
4. Directives pour la construction de la Demeure (25 – 31)
Contribution pour la Demeure

25
1Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : 2« Dis aux fils d’Israël de prélever pour moi une
contribution. Vous la recevrez de tout homme que son cœur y incitera. 3Voici la
contribution que vous recevrez d’eux : de l’or, de l’argent et du bronze, 4de la pourpre
violette et de la pourpre rouge, du cramoisi éclatant, du lin et du poil de chèvre, 5des
peaux de bélier teintes en rouge, du cuir fin et du bois d’acacia, 6de l’huile pour le
luminaire, du baume pour l’huile de l’onction et de l’encens aromatique, 7des pierres de
cornaline et des pierres pour orner l’éphod et le pectoral. 8Ils me feront un sanctuaire et je
demeurerai au milieu d’eux. 9Je vais te montrer le modèle de la Demeure et le modèle de
(fs)tous ses objets : vous les reproduirez exactement .

L’arche, le propitiatoire et les kéroubim
(ft)10« On fera une arche en bois d’acacia de deux coudées et demie de long sur une
coudée et demie de large et une coudée et demie de haut. 11Tu la plaqueras d’or pur à
l’intérieur et à l’extérieur, et tu l’entoureras d’une moulure en or. 12Tu couleras quatre
anneaux d’or que tu attacheras aux quatre pieds de l’arche : deux anneaux sur un côté,
deux anneaux sur l’autre. 13Tu feras des barres en bois d’acacia, tu les plaqueras d’or
14et tu les introduiras dans les anneaux des côtés de l’arche pour pouvoir la porter. 15Les
barres resteront dans les anneaux de l’arche ; elles n’en seront pas retirées. 16Tu placeras
(fu)dans l’arche le Témoignage que je te donnerai. 17Puis tu feras en or pur un couvercle ,
le propitiatoire, long de deux coudées et demie et large d’une coudée et demie. 18Ensuite
tu forgeras deux kéroubim en or à placer aux deux extrémités du propitiatoire. 19Fais un
kéroub à une extrémité, et l’autre kéroub à l’autre extrémité ; vous ferez donc les kéroubim
aux deux extrémités du propitiatoire. 20Les kéroubim auront les ailes déployées vers le
haut et protégeront le propitiatoire de leurs ailes. Ils se feront face, le regard tourné vers le
propitiatoire. 21Tu placeras le propitiatoire sur le dessus de l’arche et, dans l’arche, tu
placeras le Témoignage que je te donnerai. 22C’est là que je te laisserai me rencontrer ; je
parlerai avec toi d’au-dessus du propitiatoire entre les deux kéroubim situés sur l’arche du
(fv)Témoignage ; là , je te donnerai mes ordres pour les fils d’Israël.
La table des offrandes
23« Puis tu feras une table en bois d’acacia, longue de deux coudées, large d’une

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin