Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Mme Catherine Clémentin-Ojha
Marc Gaborieau
La Montée du prosélytisme dans le sous continent indien:
Introduction/ The Rise of Proselytism in the Indian Sub
Continent. An Introduction
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 87, 1994. pp. 13-33.
Citer ce document / Cite this document :
Clémentin-Ojha Catherine, Gaborieau Marc. La Montée du prosélytisme dans le sous continent indien: Introduction/ The Rise of
Proselytism in the Indian Sub Continent. An Introduction. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 87, 1994. pp. 13-
33.
doi : 10.3406/assr.1994.1453
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1994_num_87_1_1453Resumen
El proselitismo en la India es, al mismo tiempo una cuestión teórica intrigante y un problema politico
candente. El celo para ganar adeptos, componente de la realidad cristiana, no está presente
tradicionalmente si no de una manera marginal en el hinduismo e incluso en el islam. Hoy, el
hinduismo, considerado como una religion no misionera, ha desarrollado una dimensión proselitista a
través de sus tradiciones sectarias. El islam no ha sido tan proselitista como ciertos autores lo han
afirmado ; su celo misionero se circunscribió, durante mucho tiempo, a ciertas sectas chiítas. Esto nos
plantea un jnterrogante teórico : ¿ en que condiciones las religiones se convierten en proselitistas ? En
segundo lugar, la introducción del cristianismo con las primeras compañias comerciales desde el siglo
XVI y, sobre todo, a partir de la conquista británica finales del siglo XVIII provocado en un primer
momento, reacciones de defensa como lo ilustra el caso de Nepal; después reacciones de imitación
con el nacimiento de un contra-proselitismo hindú y musulmán. Este desarrollo del proselitismo es el
tema central de este conjunto de artículos que le describen y que se interrogan sobre las implicaciones
teóricas: ¿ cómo hinduisme islam han tenido que redefinirse para construir estrategias propias de
proselitismo? ¿ En qué medida estas nuevas actitudes influyen sobre el desarrollo de los conflictos
religiosos que ha conocido el subcontinente indio desde hace un siglo?
Résumé
Le prosélytisme en Inde est à la fois une question théorique intriguante et un problème politique brûlant.
Ce zèle pour gagner des convertis, partie intégrante du christianisme, n'est traditionnellement présent
que de façon marginale dans l'hindouisme et même dans l'islam. Ainsi, l'hindouisme, considéré comme
une religion non missionnaire, a pourtant connu une dimension prosélyte non négligeable avec ses
traditions sectaires. Et l'islam n'a pas été aussi prosélyte qu'on l'a laissé entendre ; le zèle missionnaire
y fut longtemps restreint à certaines sectes chiites. D'où la question théorique : dans quelles conditions
les religions deviennent-elles prosélytes ? En second lieu, l'intrusion du christianisme avec les
premières compagnies marchandes depuis le XVIe siècle, et surtout depuis la conquête britannique à la
fin du XVIIIe, a provoqué d'abord des réactions de défense, comme l'illustre le cas du Népal ; puis des
réactions d'imitation avec la naissance d'un contre-prosélytisme hindou et musulman. Cette montée du
prosélytisme est le sujet principal de ce recueil qui la décrit et qui s'interroge sur ses implications
théoriques : comment hindouisme et islam ont-ils dû se redéfinir pour construire des stratégies
prosélytes ? Dans quelle mesure ces nouvelles attitudes influent-elles sur le déroulement des conflits
religieux qu'a connus le sous-continent indien depuis un siècle ?
Abstract
Proselytism in India is both a stimulating theoretical problem and a burning political issue. Such zealous
endeavors to win over converts are part of the Christian tradition, but have remained relatively marginal
in Hinduism and even in Islam. Although Hinduism is generally described as non-missionary, the Hindu
sectarian traditions have endowed it with an important missionary dimension. Islam, on the other hand,
has not been as intent on making converts as has often been suggested : for a long time, only some
Shiite sects have displayed a real missionary zeal. Hence the following theoretical question: in what
conditions do religions become missionary? The intrusion of Christianity in India, following the
implantation of the first merchant companies in the 16th century, and especially in the wake of the
British conquest in the end of the 18th century, brought about defensive reactions at first, as in the case
of Nepal. Later, strategies of imitation were set up, namely Hindu and Muslim forms of "counter-
proselytism". This issue is devoted to a study of the emergence of such proselytizing tendencies in
Hinduism and Islam. It includes a description of this process as well as an analysis of the theoretical
questions it raises, among which one may cite the way in which Hinduism and Islam have had to define
themselves in new terms so as to develop their new proselytizing strategies, and the influence of those
new attitudes on the religious conflicts that have been plaguing the Indian subcontinent for a century.Arch de Sc soc des Rel. 1994 87 juillet-septembre 13-33
Catherine CL MENTIN-OJHA
Marc GABORIEAU
LA MONTEE DU PROSELYTISME
DANS LE SOUS-CONTINENT INDIEN
INTRODUCTION
LE CONTEXTE
Parmi les mots ordre de extrême droite hindoue qui défrayé la chro
nique en Inde ces dernières années deux sont au premier plan interdiction
de abattage de la vache et interdiction du prosélytisme par les missionnaires
chrétiens et les prédicateurs musulmans Gaborieau 1985 11 La question
de la vache est celle on retient le plus souvent est un fait curieux pour
les Occidentaux de voir des Sadhu ou ascètes hindous manifester dans la
capitale comme ce fut le cas dans les années soixante pour obtenir inter
diction totale de abattage de bovins
La question du prosélytisme par contre pas bénéficié de toute atten
tion elle méritait Or elle est tout aussi brûlante action des missionnaires
chrétiens suscite une hostilité souvent voilée mais toujours présente celle
des prédicateurs musulmans peut déchaîner des réactions violentes comme
ce fut le cas en 1981 Cette année-là la conversion islam un groupe
intouchables dans le village de Meenakshipuram dans le Tamiinadu en Inde
du Sud devint une affaire nationale et un des prétextes de intensification
des émeutes anti-musulmanes Jackson 1988 126 Mujahid 1989)
Un retour sur histoire est nécessaire pour comprendre comment ce pro
blème pu prendre une telle importance Au cours du premier millénaire de
notre ère la tradition la plus ancienne du sous-continent hindouisme est
devenue hégémonique or il agit en première approximation Malamoud
1988 252) une religion non prosélyte la même époque le bouddhisme
la grande religion prosélyte née sur le sol indien qui eu la fortune que
on sait en Asie disparu du sous-continent Mais le Moyen âge et les temps
modernes ont vu introduction en Inde de deux religions ressenties comme
étrangères et qui pratiquent le prosélytisme des degrés divers islam et
le christianisme La première diffusion pacifique de ces religions dans les
régions côtières chrétiens de saint Thomas en Inde du Sud premiers mar
chands musulmans dans les ports fut marginale Elles ne prirent vraiment
13 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
pied sur le sol indien avec expansion musulmane puis européenne qui
furent une et autre soutenues par la force des armes
La présence des musulmans plus ancienne profondément marqué le
paysage religieux de Inde Schimmel 1980 Gaborieau 19860 Jackson
1988 expansion musulmane se fit en trois étapes Jackson 1988 chap
une première tête de pont fut établie par les Arabes dès le début du VIIIe siècle
dans la province du Sind dans actuel Pakistan Maclean 1989) le reste du
sous-continent fut ensuite conquis par des Turcs iranisés venus travers Af
ghanistan en deux vagues qui constituent la seconde et la troisième étape
Gaborieau 1994a partir du début du XIe siècle ils soumirent le bassin
de Indus coextensif avec le Pakistan et fondèrent la première capitale mu
sulmane de Lahore enfin partir de la fin du XIIe siècle faisant de Delhi
dans le bassin du Gange une capitale avancée ils étendent en un siècle et
demi leur hégémonie ensemble du sous-continent dont ils seront les maîtres
pendant six cents ans travers les dynasties du sultanat de Delhi 1193-1526
et empire moghol 1526-1765 Au cours de ces siècles est progressive
ment constituée une communauté musulmane de taille non négligeable pres
que 20 de la population totale lors du premier recensement de 1872-1874
qui fournit les premières statistiques dignes de foi et 27 hui Elle
est cependant inégalement répartie étant en majorité que dans les régions
marginales qui allaient devenir après 1947 le Pakistan et le Bangladesh ainsi
que dans les provinces du Cachemire et du Kerala dans le reste de Inde
la proportion des musulmans oscillait entre 5 et 15 Hardy 1972 2-6
et 258 La communauté musulmane constituait donc au XIXe siècle une mi
norité numérique importante elle jouait un rôle politique encore plus consi
dérable en raison de son passé de classe dirigeante et des positions elle
conservait dans les administrations
Le christianisme Latourette 1937-1945 Neill 1964 et 1985 Vauchez
1988) renouant avec les chrétiens de saint Thomas reprit pried dans le sous-
continent avec arrivée des Portugais la suite du voyage de Vasco de Gama
en 1498 Saint Fran ois Xavier et les Jésuites arrivèrent bientôt dans leur
sillage et mirent au point des stratégies ambitieuses de conversion au chris
tianisme en Inde du Sud voir article Zupanov) en Inde du Nord où
ils cultivèrent les faveurs des empereurs moghols et au Népal où ils
furent présents dès le début du XVIIe siècle Ils furent relayés par autres
congrégations catholiques comme les Capucins Puis avec implantation des
compagnies de commerce hollandaise anglaise et danoise quelques missions
protestantes établirent progressivement Cependant la fin du
XVIIIe siècle impact de ces missions chrétiennes resta limité La mainmise
britannique sur Inde travers la East India Company qui échelonna de
1765 1818 devait donner une impulsion nouvelle les responsables britan
niques craignant les réactions hostiles des Indiens interdirent abord le pro
sélytisme chrétien sur les territoires ils administraient mais la pression
un lobby evangeliste amena le renversement de cette politique partir de
1813 le prosélytisme fut autorisé dans les territoires britanniques Le XIXe siè
cle fut dans le monde celui de la grande expansion des missions protestantes
ce fut éminemment le cas en Inde où elles déployèrent une activité fébrile
équipant pour publier des traductions de la bible dans les langues vernacu-
laires et établir des réseaux de missions sur tout le continent Ce mouvement
coïncida avec une nouvelle politique britannique occidentalisation des élites
14 INTRODUCTION
indiennes Markovits 1994 399-401 Malgré ce déploiement massif qui dura
en 1947 les résultats numériques ne furent pas spectaculaires la pro
portion des chrétiens la population totale du sous-continent est estimée au
hui environ 25 Mais importance du christianisme ne se mesure
pas au nombre lié la puissance du colonisateur et des modèles culturels
qui restent prégnants même après indépendance il marqué les esprits et
inspiré les réformes et les réorganisations des autres religions présentes sur
le sol indien
LA NOTION DE PROSELYTISME
Et est ici que nous rejoignons la notion de prosélytisme la lumière
de ce qui précède elle apparaît plus problématique que ce que nous imaginions
Pour les Occidentaux pétris de culture chrétienne le va de soi
Ce zèle pour gagner des convertis est le sens originel du terme pro
sélyte est indissociable du christianisme primitif puisque selon les évangiles
la dernière injonction du Christ ses disciples avant son ascension est Allez
donc de toutes les nations faites des les baptisant au nom du Père
et du Fils et du Saint-Esprit Matthieu XXVIII 19-20 Mais est-ce un in
grédient présent dans tous les systèmes religieux Les hindous ne se con oi
vent pas traditionnellement comme prosélytes ainsi arrivée massive de
missionnaires chrétiens au Népal après la révolution de 1990 voir article
de Gaborieau pas manqué de surprendre les hindous de ce pays qui
voient une compulsion de prosélytisme typique du christianisme mais
étrangère leur tradition Shah 1993 Cependant partout en Inde hin
douisme est établi en gagnant sur les populations aborigènes en outre depuis
le siècle dernier les réformateurs hindous ont mis sur pied des organisations
missionnaires Le cas de islam est également paradoxal religion universa
liste comme le christianisme on pourrait imaginer que convertir les infidèles
soit sa préoccupation première alors pourquoi a-t-il gagné si peu de convertis
en Inde Pourquoi a-t-i éprouvé comme les hindous la nécessité de se
doter organisations missionnaires en Inde partir de la fin du XIXe siè
cle
Ces paradoxes nous invitent donc réfléchir sur la notion de prosélytisme
Le présent recueil est pas une contribution de plus la question classique
de la conversion Heirich 1977 Levtzion 1979 Maclean 1989 22-37 Ea-
ton 1993 113-134) autrement dit la question est pas de savoir quels sont
les processus et les facteurs qui ont amené une fraction de la population
changer affiliation religieuse cependant certains articles de ce recueil
comme celui de Zupanov en traitent incidemment
La question principale est celle du prosélytisme elle porte donc non sur
les processus et les résultats comme le font les études de conversion elle
interroge au contraire sur les intentions et sur les moyens de les mettre en
uvre Dans la littérature des sciences sociales il est difficile de trouver des
publications traitant du prosélytisme en général ainsi dans le récent Atlas
Universalis äes religions il aucune entrée pour cette notion Cet ouvrage
comme les autres encyclopédies la mentionnent habituellement propos de
expansion des deux grandes religions universalistes sous les rubriques
15 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
evangelisation Vauchez 1988 Burridge 1991 ou missions pour le
christianisme et islamisation Gaborieau pour islam Le terme peut parfois désigner toute forme de propagande religieuse
Burridge 1991 264) ce qui en dit long sur le christiano-centrisme
Pour essayer de cerner la notion de prosélytisme et voir comment elle
opère dans le contexte indien nous allons abord analyser les attitudes tra
ditionnelles des religions en présence en matière de prosélytisme puis nous
nous demanderons dans quelle mesure le contact avec le christianisme les
modifiées
LES ATTITUDES TRADITIONNELLES EN INDE
3.1 La conception indienne traditionnelle
Le prosélytisme est pas un phénomène récent dans les religions qui sont
nées de la civilisation indienne Il existe dans le bouddhisme qui est notoi
rement missionnaire comme dans le jaïnisme et le sikhisme hindouisme
une attitude plus ambivalente son égard on trouve des aspects qui
le contredisent et autres qui au contraire illustrent
hindouisme qui ne présente pas de doctrine clairement identifiable ni
organisation facilement repérable est pas une religion dans le même sens
que islam ou le christianisme Frykenberg 1989 Von Stietencron 1989
Le définir est autant plus difficile il été per différemment selon les
points de vue adoptés Certains indianistes ont nié que hindouisme concept
forgé au XIXe siècle sur le vocable hindou lui-même origine persane
corresponde une quelconque réalité en avan ant il était une construction
de orientalisme Knopf 1980) des hindous ont au contraire affirmé son
unité et son identité Pour les premiers hindouisme est un ensemble de tra
ditions religieuses Leur cohérence tient au fait de être développées depuis
trois millénaires sur le sol indien dans des circonstances sociales et histori
ques propres la civilisation indienne tout en se rattachant la révélation
védique Il agit un système idées et de croyances portées par divers
mouvements sectaires qui fonctionne en étroite interaction avec une organi
sation spécifique des rapports sociaux Les hindous qui depuis le XIXe siècle
se sont préoccupés de définir hindouisme ont produit deux autres discours
Les uns ont vu dans hindouisme la religion éternelle et universelle même
englober en son sein toutes les religions du monde au même titre que les
traditions hindoues shivaïtes et vishnouïtes et que le bouddhisme le jaï
nisme et le sikhisme per us comme des sectes de hindouisme Ce fut la
position du renon ant Vivekananda 1863-1902) puis celle du philosophe et
homme Etat Radhakrishnan 1888-1975 autres hindous ont affirmé
que hindouisme était la religion nationale de Inde et ils se sont appliqués
démontrer son unité en mettant en valeur ses caractères de religion Ce
second processus de réinterprétation été induit par les modèles religieux
rivaux de islam et du christianisme Il est indissociable de la notion de
communauté hindoue et de aspiration contemporaine de cette communauté
assumer la direction du pays dès lors elle estime majoritaire Thapar
16 INTRODUCTION
1989 Ces attitudes toutes deux nées du contexte de la colonisation de Inde
par une puissance occidentale rappellent que la définition de hindouisme
est pas seulement une affaire indianistes mais elle entre au service
une quête identité nationale est dans ce contexte politique que la ques
tion du prosélytisme pris une importance ignorée des périodes antérieures
Il pas en effet traditionnellement de mot équivalent prosélytisme
dans la terminologie sanskrite La notion de conversion ne fait pas davantage
partie du vocabulaire de hindouisme Les pratiques que ces termes désignent
lui sont étrangères il pas mis au point de procédure permettant de trans
former un non-hindou en hindou et pour cette raison la démarche inverse
lui est inconcevable Il est pourtant possible de sortir de hindouisme est-
ce que cela signifie
Les missionnaires chrétiens qui étaient rendus en Inde pour évangé-
liser le comprirent en découvrant le phénomène de la caste jati les hindous
étaient liés des appartenances lignagères et chacun eux était défini socia
lement et religieusement par sa position dans une échelle de statuts séparés
bien interdépendants Au cours des siècles qui suivirent leur pénétration
dans le sous-continent la nature de organisation sociale hindoue et sa rela
tion exacte hindouisme furent pour les missionnaires des questions cru
ciales Etait-elle une institution civile ou religieuse était-elle ou non
compatible avec adoption une religion le christianisme qui impliquait
de renoncer aux croyances de hindouisme Leurs réponses nuancées et va
riées selon les congrégations religieuses impliquées et les époques étaient
pas destinées donner une définition de hindouisme mais déterminer une
méthode missionnaire aussi efficace que possible Elles mirent toutefois en
lumière deux faits importants pour notre propos Le premier était que la caste
était la clé du succès de toute entreprise prosélyte Selon sa place dans la
hiérarchie du système des castes un individu donné voyait dans la conversion
au christianisme soit un moyen échapper aux discriminations dont il faisait
objet de la part des autres hindous soit au contraire une menace pour son
statut social Ces problèmes estompaient par contre quand des castes en
tières acceptaient le baptême est-à-dire se convertissaient sans perdre leur
identité sociale Le second fait était que les hindous légitimaient le système
des castes par des concepts religieux Que la caste soit en réalité comme
certains sociologues le maintiennent une forme de stratification sociale in
dépendante des facteurs idéologiques hindous ou elle soit selon autres
inconcevable en dehors de ces derniers Forrester 1980 2-5) du point de vue
hindou être hindou est précisément adhérer un système idées qui la
justifie Selon ce dernier ensemble des droits et devoirs sociaux et religieux
de chacun est déterminé par sa naissance intérieur une de ces castes
tout contact avec des personnes un statut rituel inférieur au sien lui est une
source de souillure impureté qui en résulte entraîne selon sa gravité une
mise écart pouvant aller exclusion de la caste réintégrer sa place
dans celle-ci suppose de recouvrer son statut rituel est-à-dire état de pureté
suddhi correspondant sa naissance
Ces conceptions fondent impureté des castes intouchables et une ma
nière encore plus radicale celle de tous les non-hindous donc des chrétiens
et des musulmans elles expliquent que dans certaines conditions distinguer
ces derniers entre eux ne présente aucune pertinence du point de vue hindou
elles sont inséparables de la notion de dharmu On les trouve du reste codifiées
17 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
dans les traités de dharma harma-s as tra) ensemble des textes norma
tifs de lasociété hindoue Le terme dharma est difficile traduire Biardeau
1981 49-76 Cette difficulté tient au fait on ne peut le réduire un seul
principe car il re intérieur de la tradition hindoue plusieurs interpré
tations Halbfass 1988 chapitre 17 Dans les codes de loi hindoue toutefois
dharma renvoie la loi éternelle qui assure le maintien de univers et aux
normes sociales et rituelles qui du fait de interdépendance de toutes les
sphères de activité humaine fondent la société brahmanique et lui conservent
son identité Ce sont concrètement les devoirs de classe et des étapes de
vie arna-asrama-dharma Etre hindou est adhérer idéologie brahma
nique de ce dharma Renoncer aux devoirs de sa classe est se mettre hors
du est quitter hindouisme et faute de recouvrer sa pureté rituelle
suddhi) exposer être dégradé socialement La législation népalaise étu
diée par Gaborieau témoigne de la profonde incompatibilité entre cette
logique hindoue et activité prosélyte du christianisme ou de islam De fait
dans ce pays qui présente intérêt avoir érigé hindouisme en idéologie
officielle en étant le seul Etat hindou au monde le prosélytisme des religions
étrangères est interdit depuis 1768
On comprend désormais ce que quitter hindouisme signifie On saisit
aussi pourquoi il ne peut avoir de procédure permettant entrer adopter
est impossible sauf naître dans une famille hindoue
hindouisme ignore donc activité missionnaire Mais cela interdit pas
reconnaître un mode de recrutement propre affiliation par la naissance
un groupe reconnu comme une caste Ainsi hindouisme est étendu
ensemble du sous-continent par un phénomène assimilation progressive
des habitants de leurs croyances et de leurs institutions dans la hiérarchie
sociale fondée sur des concepts de pureté et de pollution sanctionnés par
idéologie religieuse des brahmanes Il eut donc pas proprement pärlei
de processus de conversion ni de propagation dirigée mais une lente péné
tration des valeurs et institutions brahmaniques Celle-ci aboutit la création
un milieu auquel adhérèrent progressivement les communautés locales qui
en insérant dans la hiérarchie sociale brahmanique devinrent des castes et
leurs membres ipso facto hindous Ces explications montrent que face aux
non-hindous hindouisme recourt la stratégie de inclusion Il procède
intégration de autre dans son propre cadre conceptuel et social Cette
attitude est clairement inséparable de la notion brahmanique du dharma en
tendu comme ordre cosmique et social total hindouisation de Inde est
donc le résultat de expansion de ce concept et du modèle social du système
des castes qui lui est lié
Ce processus universalisation de organisation socio-religieuse brahma
nique intérieur de la civilisation indienne est pas achevé il se poursuit
de diverses manières participe par exemple le phénomène de sanskritisa-
tion Srinivas 1965 par lequel une caste inférieure élève son statut dans la
hiérarchie du système social en adoptant les coutumes les croyances et les
pratiques religieuses des castes dites pures et notamment des brahmanes La
sanskritisation peut être per ue comme un processus de transformation cultu
relle comparable celui de la christianisation Kooiman 1989:203 ou de
islamisation
Ces constats invitent donc quelque prudence quant un usage du terme
prosélytisme trop déterminé par nos propres présuppositions culturelles Ils
18 INTRODUCTION
montrent que le prosélytisme et activité missionnaire tels que nous les en
tendons ne sont pas les seuls moyens par lesquels un système religieux accroît
sa sphère influence
hindouisme est non seulement étendu ensemble du sous-continent
indien devenant la religion indienne par excellence il également laissé
son empreinte sur Asie du Sud-Est Mais la nature exacte du processus qui
le transporta hors des limites de Inde est encore mal connue Elle serait
liée au rayonnement et au prestige de la civilisation indienne aux dix premiers
siècles de notre ère Coedès 1948 Il été avancé que son principal facteur
fut le désir des habitants de ces régions adopter la tradition religieuse et
les institutions hindous qui étaient installés chez eux pour faire du
commerce Les conditions concrètes de cette auto-hindouisation restent tou
tefois obscures Une théorie récente veut contrario que ces contrées aient
fait objet une stratégie missionnaire en bonne et due forme on en trou
verait le modèle dans les Lois de Manu le traité de dharma le plus réputé
de la tradition brahmanique Sharma 1992 Ses agents auraient été un certain
clan de brahmanes dont on retrouverait les noms dans des documents du Cam
bodge et autres régions voisines Mais la minceur des sources historiques
et le fait que analyse textuelle repose sur une interprétation contestable de
quelques versets de Manu et un seul parmi plusieurs de ses commentaires
ne font pas non plus de cette proposition une solution convaincante du pro
blème
Ne faudrait-il pas aussi tenir compte du fait que hindouisation de Asie
du Sud prit surtout en juger par la nature des temples bâtis dans les pays
concernés les formes une shivaïsation ou une vishnouïsation et le rap
procher de la dimension prosélyte de ces deux grandes traditions de hin
douisme on qualifie de secte
Le shivaïsme et le vishnouïsme et leurs nombreuses sous-divisions sont
des traditions sectaires hindoues sampradaya pour deux raisons une doc
trinale autre sociologique Quelle que soit la nature de leur enseignement
théologique et philosophique les sectes en question sont abord dites hin
doues en ce elles reconnaissent le Veda ce que ne fait pas le bouddhisme
Comme ce dernier cependant les traditions sectaires de hindouisme prati
quent le prosélytisme Mais la différence du bouddhisme elles exercent cette
activité au sein de la société des castes Et est précisément parce que les
sectes en question sont des mouvements missionnaires intérieur du système
des castes elles peuvent aussi être qualifiées hindoues
Les sectes hindoues opèrent intérieur de ce système social tout en le
contestant Rien est plus symptomatique de leur ambivalence que leur uti
lisation de la notion de dharma une part elles adoptent en lui gardant
son sens traditionnel de loi socio-cosmique autre part elles la réinterprètent
dans le sens de forme de croyance voire de religion Ce type de glis
sement sémantique abord été effectué par le bouddhisme Celui-ci pose
en effet comme vrai dharma Csaädharma) par-dessus ordre cosmique uni
versel dharma) la doctrine enseignée par le Bouddha Filliozat 1953 315
Il accompagne cette réinterprétation une contestation de la nature divine du
système des castes Un phénomène comparable est produit dans les sectes
hindoues qui se développèrent partir des premiers siècles de notre ère Les
expressions vaisnava-dharma ou saiva-dharma on rencontre dans leur lit
térature Halbfass 1988 321-322) ne désignent pas ordre global de univers
19 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
mais des sotériologies centrées sur les dieux Vishnu ou Shiva et leurs diverses
manifestations Ces dharma pluriels sont donc abord affaire de salut Ils
établissent également une nouvelle échelle de valeurs qui minimise les traits
majeurs du système des castes le maintien des normes de pureté et de pol
lution comme critère de statut rituel en dégradant la caste un fait religieux
un fait purement social Dumont 1966 241 Ces deux innovations étroi-
tement liées une autre que sont la ré interprétation du dharma et la re-
lativisation de la caste fondent le prosélytisme en désolidarisant la quête du
salut du seul statut rituel Que ce soit dans ses variantes bouddhiques shivaïtes
ou vishnouïtes cette acception de la notion de dharma renvoie une doctrine
vocation universelle Mais alors que le bouddhisme nie la caste et devenu
religion impériale sous Ashoka se diffuse dans le sous-continent et aux siècles
suivants sort de son contexte origine pour étendre ensemble du monde
asiatique) les sectes restent hindoues en opérant dans le cadre de la société
indienne des castes et du système idées qui la fonde universalisation
de leur message trouve là ses limites
Le contexte socio-religieux des sectes reste donc le même que celui du
brahmanisme avec lequel elles coexistent entrée dans une secte adhésion
sa doctrine et adoption de ses pratiques dépendent une détermination
personnelle Mais la place occupée dans le système social du fait de sa nais
sance en est pas pour autant remise en question notamment pour les mem
bres laïcs de ces mouvements De cette situation de double appartenance il
est pas toujours aisé de tirer au clair Reiniche et Stern sous presse) nais
sent parfois certaines tensions dans la mesure où les sectes mouvements de
protestation socio-religieuse reposent sur une éthique egalitaire et obéissent
donc une logique opposée celle une société fondée sur le principe
hiérarchique Parry 1974 110 118)
Toute secte crée une communauté religieuse clairement délimitée En être
membre accompagne un sentiment identité religieuse comparable celui
qui existe dans islam ou le christianisme activité prosélyte sectaire
concourt la cristallisation de cette Elle suppose une organisation
religieuse spécifique inconnue du courant brahmanique Ses principaux élé
ments sont une lignée spirituelle qui re oit et transmet enseignement du
fondateur humain du mouvement la rédaction une littérature canonique qui
fixe la doctrine le rituel et le code de conduite la fondation de lieux-symboles
de appartenance communautaire temples monastères tombeaux La mé
thode missionnaire sectaire repose sur des agents et un rituel admission
les maîtres guru souvent des ascètes parcourent le pays pour établir
leur doctrine et augmenter les effectifs de leurs disciples laïcs et renon ants
pour convaincre leurs adversaires ils recourent au âstrârtha débat sur les
écritures) une cérémonie initiation dîksà scelle intégration de nouveaux
membres Les hagiographies des maîtres témoignent des rivalités inter-sec-
taires que déclenchent ces activités prosélytes orientées vers la conversion
Granoff 1984 et 1985 Et il ne manque pas non plus de références histo
riques prouvant que les sectes ont généré diverses reprises un climat ex
clusion réciproque voire de persécution Thapar 1987 17-18) inconnu de
la conception brahmanique Les alliances avec le pouvoir temporel royautés
hindoues ont aussi contribué cette situation La protection des puissants
permis certains mouvements étendre leur rayonnement en leur amenant
autres ralliements et ressources financières Dans certains cas adhésion
20

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin