Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La spcificit culturelle la lumire de la rationalit philosophique

De
6 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 250
Signaler un abus
ère  1Journée de la philosophie à l’UNESCO Table ronde thématique:Philosophieet culture : « Diversité culturelle et droits culturels » La spécificité culturelle à la lumière de la rationalité philosophique IssiakaProsper LalèyêDeux relations unissent fortement la philosophie à la culture. La première est génétique, la seconde fonctionnelle. L’histoire contient de nombreuses illustrations de la relation génétique; mais c’est d’un regard à la fois anthropologique et sociologique qu’il faut attendre de quoi expliquer la relation fonctionnelle. La relation génétique devrait donc être qualifiée d’historico génétique, et la relation fonctionnelle gagnerait à être considérée comme structurofonctionnelle. En effet, l’histoire montre clairement qu’il a fallu un cadre social et culturel pour abriter la naissance de la philosophie. Cela signifie que la pratique philosophique n’est pas consubstantielle à la culture. Il n’a pas suffi qu’il y ait une culture pour qu’il y ait en même temps une philosophie. Au contraire, une culture parmi plusieurs autres a réuni à un moment donné tout ce qu’il fallait pour que la philosophie naisse, et la philosophie a alors vu le jour. Il s’est agi d’une naissance longue dans le temps ; nonobstant le fait que les nombreux siècles qui nous séparent de l’événement tendent à nous le faire voir comme instantané. Une longue gestation a précédé et préparé l’événement. Cela implique que d’autres pratiques ont préexisté à la pratique philosophique et que, pour une certaine période au moins, il a été possible de confondre les unes et les autres. Comme l’on sait, le mythe, la religion, la politique, la poésie, la magie autant que la science (dans l’acception que nous lui donnons aujourd’hui impliquant notamment la mathématique, la physique et les sciences de la vie) ont eu à coexister avec la pratique philosophique naissante. Cela implique aussi que ce sont ces autres pratiques, contemporaines de la pratique philosophique en train de naître, qui lui ont fourni, en plus du cadre d’émergence, les motifs, la matière et, par ce biais, la finalité propre à la philosophie comme telle. Ainsi, tout en devant d’exister à des pratiques différentes d’elle, une fois née, la philosophie ne pouvait que prendre appui sur ces pratiques autres pour développer sa propre substance et déployer ainsi sa spécificité. Les démêlés des premiers philosophes avec leurs concitoyens, notamment ceux de Socrate comme figure emblématique de ces philosophes des débuts de la philosophie, illustrent les rapports complexes et dynamiques de la philosophie avec les pratiques qui l’ont d’abord précédée et qui ont ensuite continué à coexister avec elle. Du point de vue de la structure sociale, la constitution progressive du corps des philosophes s’est faite à la faveur d’une différenciation lente des rôles sociaux. Le prêtre, le magicien, le médecin, le grammairien, l’homme politique apparurent ainsi comme autant d’ancêtres du philosophe emporté luimême dans la recherche de sa propre identité. Là aussi, la confusion entre les rôles fut inévitable. Mais progressivement, la philosophie s’est installée dans une fonction critique qui d’un côté l’a détachée de la religion de l’autre, l’a rendue présente dans tous les aspects du savoir qui se rapportent à la recherche d’une plus grande adéquation de la connaissance avec son objet. De la sorte, l’esprit philosophique prenait place dans les sciences préexistantes dont il renforçait l’aspiration à la vérité, et auxquelles il était soucieux d’apporter les garanties les plus solides autant pour se construire que pour se transmettre. C’est ainsi que la logique prit corps et devint, d’Aristote à nos jours, le véritable fer de lance de la pratique philosophique en tant que réflexion. Une connaissance qui se préoccupe de son adéquation à son objet ne saurait ni répudier l’action, ni se permettre d’être sourde à ses enseignements. Il lui faut, au contraire, les rechercher, les organiser en rendant systématiques  sinon méthodiques  les allées et venues de la théorie à la pratique. Cette attention de la pensée pour l’action durant les premiers moments de la consolidation de la pratique philosophique s’orienta suivant deux directions complémentaires de
1
© UNESCO 2004
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin