Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Michel Vovelle
Les Attitudes devant la mort, front actuel de l'histoire des
mentalités
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 39, 1975. pp. 17-29.
Citer ce document / Cite this document :
Vovelle Michel. Les Attitudes devant la mort, front actuel de l'histoire des mentalités . In: Archives des sciences sociales des
religions. N. 39, 1975. pp. 17-29.
doi : 10.3406/assr.1975.2764
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1975_num_39_1_2764Arch Sc soc des Rel. 39 1975 17-29
Michel VOVELLE
LES ATTITUDES DEVANT LA MORT
FRONT ACTUEL DE HISTOIRE
DES MENTALIT
Problèmes de méthode approches et lectures différentes
with indicated approaches behaviour accomplished and about data required The more are human for used author the over particularly descriptive the attitude importance up long to behaviour study presents compare to periods towards of the for of impressionistic and the several case of present this those time progress death protected which question of who The and the Several is article achieved by both study second for or models many historians on crammed recent reviews collective examines in the taboos which works the contrary first with of studies have attitudes mental the The information researches been different collected serial dealing clearly habits and put
forward to explain the evolution of the phenomenon from the Middle
Ages to the present day in particular the Aries model Western
Attitudes towards Death and the Vovelle model Mourir autrefois
This comparison leads to the final development on the ticklish question
Why does the image of death change
LES
tenté est travaux depuis zinga histoire écoles majeurs trompé de attitudes anglo-saxonnes lors de importants dire Ce la ou serait dans que mort histoire plus collectives se le en de fondamentalement 3) diagnostic pose tous pour Tenenti fran il cas devant actuellement une aise hui il curiosité des la cru mentalités pour portait mort rencontre pouvoir histoire morbide inexact ne sont dans point relever ce de devenues son bien Emmanuel des remonter qui préoccupations article le serait européenne mentalités désintérêt un au sur injuste Le des classique Roy la identiques On problèmes actuel Contagion pour nouvelle Ladurie serait Hui- des les
Alberto TENENTI La Vie et la Mort travers art du xve siècle Cahier des Annales
1952 II Senso della morte Vamme della vita nel Rinascimento Torino Einaudi 1957
HUIZINGA Le Déclin du Moyen Age Paris Payot 1948
LE ROY LADURIE Le Territoire de historien Paris Gallimard 1973 dans article
Chaunu Lebrub Vovelle la nouvelle histoire de la mort pp 393-403
17 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
est aux Etats-Unis que Philippe Aries vient de publier son ouvrage Western
Attitudes toward Death 4) ce qui prouve bien que historiographie internationale
est tout entière concernée
Plus encore que de étendue géographique de cette curiosité on sera frappé
sans doute de la brutalité une découverte qui semble être imposée aux histo
riens durant les dernières années On ne partait point sans doute une ignorance
totale et après Huizinga devenu classique Tenenti avait dès 1952 traité de
La vie et la mort travers art au xve siècle et plus largement du Sens de la
Mort et amour de la Vie la Renaissance 1957 Et histoire de art ignorait
point le thème macabre Mais est avec les travaux pionniers de Philippe
Aries comme avec autre recherches menées presque simultanément un
mouvement de grande ampleur est dessiné Menées indépendamment autant
plus révélatrice dans leur convergence dans le temps furent la recherche majeure
de Lebrun Les Hommes et la Mort en Anjou et les nôtres Vision de la
mort et de au-delà en Provence 8) puis Piété baroque et Déchristianisation
et enfin Mourir autrefois 10)
Ces recherches actuelles ont déjà suscité des réactions en termes ouverture
de perspectives méthodologiques notamment sous la plume de Pierre Chaunu 11)
Le Roy Ladurie 12 et Jean Delumeau 13 est dire que le thème est ac
tualité
Pour en tenir encore au niveau du constat on peut déjà noter que cet
intérêt pour les attitudes devant la mort insère dans un mouvement plus large
dans histoire des mentalités Là encore Philippe Aries est le promoteur avec son
Histoire des devant la vie 14) livre pionnier de après-guerre actuel
lement redécouvert et apprécié plus que jamais Les attitudes devant la mort
associent aux attitudes devant la vie la naissance le couple la famille enfant
et éducation autant de fronts en cours de prospection active dans les dernières
années On peut dire en schématisant peut-être beaucoup avec cette histoire
des attitudes collectives un tournant esquisse dans histoire des mentalités en
termes enrichissement et de diversification côté de la prospection des do
maines de la pensée claire la culture) est le registre des études de inconscient
collectif qui annexe ces nouveaux territoires avec tout ce que cela comporte
invention nécessaire de nouvelles méthodes de prospection
Philippe AKI Western Attitudes towards Death from the Middle Ages to the Present
Baltimore-Londrcs John Hopkins University Press 1974 tr par Patricia nùm)
CHASTEL Art et le sentiment de la mort au xvne siècle dans la revue XVIIe
Siècle 1957 no 36-37 pp 287-93
La Mort inversée Le changement des attitudes devant la mort dans les sociétés occi
dentales Archives Européennes de Sociologie 1967 no pp 169-195 Apparition du senti
ment moderne de la famille dans les testaments et tombeaux Contribution au Colloque de
Cambridge 1969
Fran ois LEBRUN Les Hommes et la Mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles Parl
La Haye Mouton 1971
Gaby et Michel VOVELLE Vision de la mort et de au-delà en Provence du xve au
xvine siècle après les autels des âmes du Purgatoire Cahier des Annales 29 1974
Michel VOVELLE Piété baroque et déchristianisation Les Attitudes devant la mort au
XVIIIe siècle diaprés les clauses des testaments Paris Pion 1973 coll Civilisations et Menhi-
lités)
10 VOVELLE Mourir autrefois Attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe
siècles Paris Gallimard 1974 coll Archives)
11 Pierre CHAUNU Un nouveau champ pour histoire sérielle le quantitatif au troisième
niveau dans Mélanges offerts Braudel Toulouse Privât 1973
12 Le Territoire de Vhistorien op cit
13 Revue Histoire Moderne et Contemporaine 1973
14 Ph ARIES Histoire des populations fran aises et de leurs attitudes devant la vie depuis
le XVIIIe siècle Paris Ed Self 1948
18 MORT ET HISTOIRE DES MENTALIT LA
Attitudes devant la vie ou attitudes devant la mort posent en effet histo
rien des mentalités des problèmes spécifiques on les compare par exemple
tel autre chantier ouvert tel celui de alphabétisation dans le domaine de la
culture populaire ou celui de la diffusion des Lumières dans élite et au-delà il
est évident que dans un comme dans autre domaine les procédures approche
sont inégalement complexes historien inégalement armé
Trouvera-t-il ailleurs confrontations ou frayages On songe entrée ethno
graphie tel titre marquant en son temps comme homme et la mort dans
histoire Edgar Morin 15) comme on songe au discours des folkloristes
pour lesquels la mort fournit une rubrique essentielle étude des rites de pas
sage anthropologie chrétienne est elle aussi penchée sur le problème dans
une perspective souvent pastorale 16 De ces contacts historien sort-il conforté
Il certes beaucoup de choses apprendre du sociologue et est sur les travaux
de la sociologie anglo-saxonne que Philippe Aries pu appuyer pour établir le
schéma de la mort inversée ici comme ailleurs bien souvent une procédure
régressive qui part aujourdhui pour analyser le passé affirme sa fécondité
Mais vouloir passer et est son métier dans la diachronie historien se
trouve contraint inventer ses méthodes enquête et la mort intemporelle
sans histoire que le folklore répertorie au catalogue des rites le laisse bien
souvent insatisfait sa curiosité piquée. mais sans réponse
Ce sont là des problèmes que on peut essayer de cerner plusieurs niveaux
partir des études sur lesquelles hui appuyer et qui frappent
la fois par des convergences manifestes dans les réponses fournies et par la
spécificité des procédures comme des interprétations
AU NIVEAU DES TECHNIQUES APPROCHE UN PREMIER SEAU DE PROBL MES
Dans absolu nous dirons que enquête menée sur les attitudes devant la
mort pose au même titre que toutes les recherches de ce genre les difficultés
une connaissance sur traces sur témoignages indirects et confessions som
maires historien se contentera-t-il du discours élaboré de quelques-uns Ce
sera privilégier ces alpinistes de la spiritualité auxquels on reproché Brémond
avoir limité son intérêt dans son Histoire littéraire du sentiment religieux 17
et bien peu de testaments débutent par Joie joie pleurs de joie Inversement
le chercheur se tournera-t-il volontairement vers les éléments beaucoup plus
pauvres et souvent stéréotypés qui lui restent du commun des mortels Ce sera
pour encourir le reproche avoir privilégié la pratique les données extérieures
peut-être les moins signifiantes parce que les plus entachées de conformisme
social On pourrait en prendre pour exemple les testaments réformés de la France
de âge classique qui en pays de contact confessionnel surtout se détectent
coup sur des silences abord mais aussi la généralité des clauses charitables
les donnes ou distributions manuelles aux pauvres par lesquelles se manifeste la
cohésion du groupe paradoxe apparent et sans doute plus que apparence
une attitude réformée qui investit dans les uvres aux portes du salut Pour
prendre un autre exemple nous rappellerons que la courbe du poids des cierges
funéraires Marseille au xvine siècle que nous avions en malicieuse provocation
glissée dans notre thèse nous valu être stigmatisé pour notre rusticité par un
critique anglais ce qui prouve bien que un des deux protagonistes le Britan
nique ou nous-même manque humour
Ce problème des difficultés une connaissance sur traces pour fondamental
il soit on entre dans le domaine des attitudes collectives est point
15 Homme et la Mort dans rhistoire Paris Correa 1951
16 Le Mystère de la et sa célébration articles et contributions de Fcret Danielou
Hild A.M Roguet etc.) Paris éd du Cerf 1956 coll Lex Grandi)
des guerres 17 Henri de religion BR MOND Histoire nos jours littéraire Paris du 1920 sentiment vol religieux en France depuis la fin
19 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
particulier celui des attitudes devant la mort Les confidences du lit conjugal
sont aussi discrètes que celles qui se font au lit de mort et les historiens des funes
tes secrets connaissent bien la question Plus largement dans le domaine de
histoire religieuse mais les territoires ici se recoupent ou se recouvrent nous
avons constamment rencontré dans nos recherches sur la déchristianisation des
Lumières cette suspicion légitime ou non portée sur une connaissance qui pour
essentiel ne peut être établie que sur traces partir des gestes de la pratique
Mais la sociologie religieuse de Le Bras déjà fourni réponse dans ce débat
Plus spécifiquement ce qui va rendre approche encore plus difficile agis
sant de la mort est le poids particulièrement lourd des tabous dont le passage
entoure Pierre Chaunu eu raison certes de définir le discours une société
tient sur la mort comme un des plus signifiants qui soient mais il faut bien avoir
conscience que est aussi un des plus enveloppés obscurcis chez chacun entre
nous par la superposition attitudes et de comportements qui se réfèrent des
stratifications culturelles emmagasinées plus ou moins conscientes plutôt moins
que plus Contentons-nous un exemple un critique reproché et justement
reproché notre dernier ouvrage Mourir autrefois avoir sous-estime la place
de la mort magique entendons par là ce fonds très ancien des rites des gestes
des esquives et des croyances hui reléguées au rang des superstitions
parfois combien vivantes naguère part importante christianisée ou non
du rituel de la mort
Nous ne sous-estimons point cette réalité et partageons sur ce point la lecture
de Jean Delumeau dans importance il attribue cet héritage de la pensée
magique dans les comportements au sens le plus large religieux de âge
classique Mais nous ne sommes point gâtés par les sources nous devons nous en
remettre incidente remarque un passage de mémoires ou une chronique
ce qui est solliciter la chance ou plus systématiquement aux sources de la patho
logie sociale ou de la répression judiciaire ou enquêtes pastorales pour le repé
rage des déviations enregistrées Et est avec le même étonnement que le jansé
niste évêque de Senez Mgr Soanen que nous découvrons que les montagnards de
Haute-Provence pratiquent encore la fin du xvne siècle les oblations de pain
et de vin sur la tombe des défunts dans année qui suit le décès tout le mal
écrit-il se fait au cimetière Sans doute nous dira-t-on que la réponse au silence
des sources se trouve chez anthropologue chez le folkloriste dans le répertoire
il nous donne des rites et croyances mais répertoire trop souvent non daté
sans épaisseur historique où historien souvent demeure sur sa faim
exemple de la mort magique est point la seule des dissimulations auxquelles
doit se heurter historien de la mort et des niveaux plus évolués une pensée
plus claire nous retrouvons dans les attitudes devant la mort une complexité
peine moindre
est ce qui nous amené dans notre ouvrage Mourir autrefois la distinc
tion qui reste pour nous pédagogique de la mort subie de la mort vécue
et du discours sur la mort Cette distinction paru artificielle tel critique 18
est sans aucun but autojustification mais pour éclairer peut-être le débat
que nous la reprenons Mort subie mort du démographe celle des courbes et
des registres paroissiaux mort vécue celle si on peut dire sans trop humour
grin ant de la pratique quotidienne au niveau proprement dit des attitudes et
des comportements dominés ou inconscients discours sur la mort celui des
glises de ceux qui les contestent discours aussi sur un autre registre de ex
pression littéraire
Or il se trouve entre ces différents niveaux loin il ait convergence
mécanique des distorsions apparaissent une époque ou dans un site donné
ce qui amène se poser le problème de la dynamique laquelle obéit évolution
18 FouRASTi chronique dans Express juin 1974
20 LA MORT ET HISTOIRE DES MENTALITES
des attitudes devant la mort Du divorce entre mort subie et attitude devant
la mort ou mort vécue est-il exemple plus frappant par les interrogations il
recèle que la récente et magistrale thèse de Fran ois Lebrun sur Les Hommes
et la mort en Anjou Du xviie au xvnie siècles voici une région où pour sim
plifier la ponction de la mort ne change pas Peut-être parce elle appartient
cette France atlantique qui recule alors après avoir été sans doute trop
peuplée et qui conserve ce que Goubert appelle un tempérament épidémique
dont Lebrun relève les preuves la fin du xvine siècle Mais si Anjou
par là-même semble dans sa stabilité rester en dehors des changements démogra
phiques du second xvine siècle et si le visage de la mort pas objectivement
changé la lecture on en donne se modifie au siècle des Lumières dans la
seconde partie du siècle principalement effectue cette déstructuration ou cette
désocialisation de la mort que nous avons par ailleurs analysée en Provence le
réseau des pompes funèbres antan se défait une sensibilité que on doit bien
appeler baroque vécu
Sans vouloir multiplier les exemples nous en prendrons un autre pour son
exemplarité celui du décalage entre les représentations collectives vécues
de au-delà et la lecture officielle qui en est donnée essentiellement par
glise catholique pour la période qui nous intéresse Lorsque dans notre ouvrage
sur Vision de la mort et de au-delà en Provence du XVe au XXe siècle après les
autels des âmes du Purgatoire nous avons proposé le schéma tel que nous le perce
vions un purgatoire inventé la fin du xve siècle cherchant ses formes et sa
voie triomphant dans les tableaux de la Contre-Réforme des années 1650 les
objections ont pas manqué et nous gardons le souvenir et les pièces une
amicale correspondance avec le regretté de Dainville qui insistait auprès de
nous sur ancienneté des prières pour les morts dans ancienne glise dès le Haut
Moyen Age voire les premiers siècles Et le classique Dictionnaire Archéologie
chrétienne mémoratif encore époque où il fut rédigé des anciennes querelles
avec érudition réformée est pas chiche en exemples de ce genre Qui
raison Personne tort bien sûr Mais entre la stabilité du discours des clercs
et la mutation de sensibilité qui se place quelque part au xve siècle et qui pour la
foule des chrétiens élargit effrayante perspective médiévale on ne
trompe pas il que deux lieux écrit saint Augustin en valorisant progres
sivement la possibilité une troisième voie celle du rachat terme qui appelle
le purgatoire il distorsion manifeste qui laisse sa place une évolution de
longue durée avec ses temps de latence et ses formes adaptation Telle diver
gence entre les deux niveaux est retrouvée pour nous époque moderne xvne-
xvme siècles entre le monolithisme ou du moins la continuité du discours des
sermonnaires artes moriendi règles de confréries et évolution sensible des
attitudes vécues sans ailleurs que soit exclue la possibilité une dialectique
complexe par laquelle le discours des clercs va se trouver lui-même infléchi par la
pression et les sollicitations de ce que nous appellerons en termes volontairement
vagues esprit une époque
Du rappel de ce qui seconde vue est finalement une vérité de bon
sens découle au niveau des techniques approche des attitudes collectives
devant la mort tout un ensemble de conséquences sur les techniques mêmes
étude du phénomène Deux thèmes nous paraissent pouvoir refléter les ten
dances actuelles une méthode en recherche de ses propres la néces
saire diversification des approches et des sources intérêt une enquête que
reprenant le terme de Pierre Chaunu nous dirons sérielle
Diversité des sources pour ne point être amené négliger par omission
derrière les lectures officielles les secrets bien gardés Telle nécessité découle
de ce qui été dit plus haut Chacun dans son style ouvrage de Lebrun
La Mort en Anjou et celui de Aries Western Attitudes toward Death nous
administrent la preuve elle été ressentie Chez Lebrun elle se manifeste dans
le souci une construction continue qui part des bases démographiques quanti-
21 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
fiées de enquête les courbes livrées par les registres paroissiaux pour élever
au foisonnement des sources qualitatives qui nous renseignent sur les attitudes
devant la mort et la maladie du sermon au mandement au cortège ou au monu
ment funéraire
Mais la démonstration la plus brillante est sans doute administrée par Phi
lippe Aries dans la mesure où elle associe enquête dans la très longue durée
pluriséculaire du Moyen Age nos jours la mise en valeur de données
extrêmement diversifiées sources littéraires de la chanson de gestes au roman
mémoires textes religieux ou administratifs inscriptions monuments et icono
graphie La démonstration est ici exemplaire de aide mutuelle que peuvent
apporter des sources très diverses en termes éclairages convergents excep
tionnelle réussite qui tient la maîtrise comme la culture de Philippe Aries
peut laisser sur impression que cette approche dominante littéraire ou plus
largement qualitative rend superflus et parfois naïfs les comptages austères de
histoire sérielle Opposer en ces termes les deux méthodes serait notre avis
injuste et est plutôt de complémentarité que on doit parler
Approches qualitatives ou approches sérielles Nous sommes partis des
secondes et ne le regrettons pas En procédant au comptage sur une région et
plusieurs siècles des autels des âmes du purgatoire comme celui de milliers de
testaments proven aux nous avons poursuivi plusieurs buts Découvrir cette
normalité moyenne une époque et par là même assurer étude une base
sociale que les sources littéraires ne parviennent pas atteindre Eviter certaines
erreurs dans lesquelles ne tombe pas Philippe Aries mais dont ses devanciers ne
furent pas toujours exempts ainsi E.G Léonard cependant si sur et prudent
donnant comme exemple de spiritualité spécifiquement réformée un formulaire
de notaire que nous avons vu banalisé des centaines exemplaires Mais si le
sériel ne présentait que cet avantage du nombre le gain serait finalement bien
mince Compensant la relative pauvreté et le caractère stéréotypé de ses apports
parfois plus en apparence en réalité) le document sériel affirme comme un
moyen privilégié enquête régressive en sollicitant inconscient collectif en
extorquant indiscrètement peut-être une confession partir de documents
qui ont pas été prévus ces fins Comment le panthéon des intercesseurs célestes
fourni encore au xvne siècle pour homme moyen est dépeuplé au siècle des
Lumières est un constat ne prendre que cet exemple que les rétables
une part les testaments de autre nous permettent de faire que autres
sources auraient sans doute pas autorisé
Ceci ne veut point dire il faille pour nous attribuer cette procédure une
sorte de privilège et valeur quasi magique Nous avons insisté dans notre thèse
sur le fait que pour nous chaque critère pris isolément pouvait ne rien signifier
ou tout vouloir dire Ainsi que dans les testaments la valeur des silences et des
omissions peut être chargée de contenus très différents voire contradictoires
du silence réformé au silence janséniste au silence libertin ou simplement indif
férent de la seconde partie du xvme siècle Il faut donc corréler rapprocher
utiliser comme source tout ce qui prête et même ce qui ne prête que diffi
cilement Nous croyons avoir donné une démonstration de cette procédure
approche dans Mourir autrefois qui efforce de parvenir cette mise en rapport
de sources aussi diverses que le livre de raison le testament le sermonnaire les
artes moriendi les pamphlets libertins les mémoires ou le roman
Les difficultés et les problèmes il en rencontre ne se trouveront pas au
niveau des méthodes de recherche pour lesquelles un large consensus me sem-
ble-t-il existe qui laisse chacun occasion de exprimer suivant ses préférences
mais au niveau de la lecture on tire des données ainsi collectées
22 LA MORT ET HISTOIRE DES MENTALIT
AU NIVEAU DE LA LECTURE DES DONN ES UN SECOND SEAU DE PROBL MES
Deux ou trois choses que je sais elle quittant le niveau des constats ou des
premières approches problématiques pour celui des mises en question partons
du moins des quelques données sur lesquelles on peut dire que les recherches
actuellement menées convergent La première et la plus importante étant
sans doute que tous accordent pour reconnaître que la mort changé Il existe
dans le cadre des attitudes devant la mort des étapes successives des systèmes
succédant les uns aux autres des mutations de signes..
agit-il comme on cru longtemps et comme il est légitime de le penser
avancées et de reculs de la présence de la mort en une sorte de sinusoïde aisé
ment interprétable aux périodes sombres le macabre et les goûts morbides
ainsi pour le déclin du Moyen Age vu par Huizinga ainsi peut-être aussi pour
la poséie et expression graphique du baroque de la première moitié du xvne
siècle aux périodes lumineuses la Renaissance les Lumières image
éloignée du fantôme de la mort Telle lecture pour imposer parfois en apparaît
pas moins exagérément simplifiante voire carrément fausse Pour en prendre
un exemple on commence assez bien connaître envers des Lumières le
théâtre ombres ou de la cruauté qui de Sade Restif offre au ur même de
la période le négatif de sa lecture optimiste pour ne point soup onner une
dialectique plus complexe que alternance de séquences en noir et en blanc régit
cette évolution Ce est point avancées et de reculs que on parlera mais de
mutations véritables dans les représentations collectives
verrons-nous comme le firent les hommes des Lumières le fruit une
évolution linéaire qui traduit les progrès de esprit humain dégagé progressive
ment des entraves entretenait la religion libéré des fantômes un autre âge
de la superstitition Cette lecture fut celle du xvnie et une bonne partie du
xixe siècle Sa forme mise au goût du jour serait de faire de la modification des
attitudes devant la mort un phénomène corrélatif de la déchristianisation une
telle lecture est sans doute trop simple même si elle amène objectiver le lien
longtemps intime entre sentiment de la mort et cadre religieux
La réponse du positivisme hui exprimera plutôt en termes de corré
lations matérielles que aventures de esprit et nous pourrions en prendre comme
exemple-type le commentaire agacé que suscitent chez Fourastié nos interro
gations il juge trop subtiles ou alambiquées sur évolution des attitudes
devant la mort Autrefois nous dit économiste la famille-type se composait
du père de la mère de quatre six enfants dont il ne restait maturité que deux
de quoi en somme numériquement reconstituer un couple après une mort
ancien style eut prélevé sa part. Comment étonner donc du poids ressenti
de la mort de toute orchestration qui entoure son passage est une mutation
ordre démographique que nous renvoie cette lecture la révolution qui fait
passer une mortalité de type ancien une mortalité de type moderne Cette
lecture est forte et doit être prise en considération mais historien des mentalités
déjà répondu il pas de lien mécanique entre le poids de la mort subie
et les représentations collectives de la mort vécue est donc par des chemins
plus sophistiqués que vont passer les historiens actuels de la mort
Philippe Aries est le seul ce jour qui nous ait proposé en historien un
schéma global de reconstruction des attitudes de homme européen du moins ou
occidental aux prises avec la mort Ce il nous offre est la fois une périodi-
sation et autre chose une chronologie entendons il insiste très justement
sur la coexistence même période mais dans des sites ou des milieux diffé
rents voire chez un même individu de différents types attitudes collectives
qui ont successivement pris place dans histoire des mentalités La première
période est même dite achronique qui fournit assise millénaire des évolutions
venir Du preux Roland au paysan de Tolstoï en passant par Don Quichotte
ou la Montespan une attitude commune qui est celle de la mort attendue connue
23 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
et assumée organisée par le mourant lui-même en un rite la fois public et sans
cérémonie Mort sans phrases une société où cohabitent les vivants et les morts
ou le charnier ou le cimetière se confond avec église au ur de la cité Cette
mort événement naturel fatalité non dramatisée per ue au niveau de espèce
plus que de individu répond pour auteur un modèle qui pousse ses prolonge
ments notre époque mais qui règne en tous cas sans conteste au
tournant du second Moyen Age quelque part vers le xie ou le xne siècle
Modèle différent ou simple modification du précédent Le système que Phi
lippe Aries voit dominer entre le xme et le xvnie siècle qui se développe partir
du monde des litterati et des catégories supérieures se caractérise par indivi
dualisation de la mort homme découvert sa propre individualité dans sa
propre mort invention si on peut dire du jugement particulier de chacun
intérieur même du jugement dernier collectif la valorisation de instant de la
mort où tout peut être sauvé ou perdu autant éléments appui un dossier
qui enrichit une étude précise des inscriptions funéraires comme de ces de
mandes de services funèbres post mortem par lesquels on cherche assurer son
salut La fin du Moyen Age enrichit ce faisceau attitudes de la prolifération
connue de longue date du thème macabre dans lequel Philippe Aries la suite
de Tenenti voit surtout expression un amour féroce de la vie dans la lignée
donc de individualisation des attitudes qui reste élément dominant de cette
phase
De la mort de moi la mort de toi thy death le transfert effectue
pour Philippe Aries au xvnie siècle pour porter ses fruits dans le système de ce
il sera commode appeler la mort romantique dont une des pièces essen
tielles est le nouveau culte des tombeaux et des cimetières instauré au xixe siècle
largement débordant sur le xxe Cette mort dramatisée devenue inquiétante et
ressentie comme scandaleuse est plus la mort égoïstement définie comme ma
propre mort elle est devenue la mort de autre celle de être aimé et est par
ce transfert que Aries explique que désormais le testateur oublie sa propre
fin dans un cadre familial où les valeurs autorité sont relayées par celles de
affectivité Ce changement est-il brutalement effectué Dans un flash-back
Philippe Aries en recherche les racines lointaines dans le lien troublant qui est
établi dès la fin du xve et surtout du xvie siècle entre Eros et Thanatos entre la
mort et amour et hésite pas faire remonter les origines de la fascination
morbide pour la mort qui culminera âge romantique aux fantasmes erotico-
macabres de la période précédente
La mort proscrite forbidden death) qui clot provisoirement ce cycle des
avatars de la mort nous était déjà connue par la sociologie anglo-américaine
comme par les travaux Ariès lui-même 19 Il en argumente la présentation en
introduisant pour la première fois dans son propos une modulation géographique
qui lui permet opposer les pays france Allemagne péninsules méditerra
néennes qui ont été au xixe siècle les plus sensibilisées aux pratiques funé
raires néobaroques du nouveau culte des morts ceux Etats-Unis et Europe
du Nord-Ouest où interdit contemporain sur la mort va prendre naissance et
se développer en premier au xxe siècle Les thèmes en sont connus la mort clan
destine hôpital) cachée tous aux proches comme au malade lui-même
la modification des rites funèbres qui proscrit le deuil défaut de la douleur.
La cause aussi ce besoin du bonheur devenu obligation sociale pour contribuer
au bonheur collectif qui refoule la mort au rang des scandales des tabous où
elle remplace le sexe libéré et triomphant
Par sa cohésion par sa continuité et son ambition même qui lui fait couvrir
1.500 ans histoire le schéma Aries représente actuellement le discours le plus
élaboré dont nous disposions sur la mort Il serait futile et injuste en discuter le
19 Cf La Mort inversée. art cit MORT ET HISTOIRE DES MENTALIT LA
détail comme pourront le faire les spécialistes de chaque période la fois parce
que est précisément ce survol plus que millénaire qui nous semble être un des
intérêts majeurs de entreprise avec les inévitables simplifications que cela
comporte et parce que dans la pensée de auteur nous savons bien que cet essai
est que esquisse du travail plus développé il prépare en fran ais sur le même
thème Mais est la lecture globale et les conclusions elles-mêmes par leur nou
veauté qui nous semblent de nature approfondir singulièrement la mise en
problème que nous nous proposons ici de faire
Il se trouve que nous avons simultanément la parution de Western Attitudes
toward Death proposé sous le titre Mourir autrefois attitudes collectives devant la
mort aux XVIIe et XVIIIe siècles un essai plus limité dans espace la France
et dans le temps la durée cependant déjà biséculaire qui va de 1600 1800
pour qui aime les chiffres ronds Nous sommes frappés la fois des rencontres
dont ces bilans provisoires simultanés témoignent et aussi des différences in
terprétation voire des lectures différentes un même constat on rencontre
éléments de nature nourrir non point une polémique mais au moins une con
frontation et surtout aptes peut-être nous permettre de formuler plus stricte
ment la nature des problèmes en cause
horizon 1600 auquel nous pla ons le début de ce parcours de Aubigné
Legouvé nous prenons les attitudes devant la mort un stade plus complexe
moins limpide peut-être que dans ce Moyen Age originel où Ph Aries situe sa
mort apprivoisée Sans même remonter trop loin les attitudes dont nous traitons
ont connu dans la phase précédente des péripéties aussi importantes que la flambée
macabre de la fin du Moyen Age la Réforme la Renaissance et Humanisme
aussi état initial dont nous partons par commodité est-il déjà moins simple
Rencontre nous semble-t-il un très ancien héritage de comportements et de
rites préchrétiens ce que nous appelons la mort magique qui est celle du
folklore celle des terreurs la fois et des exorcismes des recettes mort la fois
terrifiante et familière et rencontre une mort déjà très profondément chris
tianisée le terme étant point pris dans un sens absolu comme si la lecture
chrétienne de la mort était comme on longtemps cru une vérité intangible
et ne varietur Une enquête celle que nous avons menée sur le purgatoire
nous suffisamment montré que ces représentations collectives évoluent et nous
sommes persuadé une partie des pratiques profusion cortèges en un mot
pompes funèbres dont on crédite âge baroque ont pris naissance au xve siècle
ce que Huizinga avait point ignoré Mais ce paysage initial que nous rencontrons
en forme de compromis entre rites chrétiens et héritage de plus longue durée
encore va faire objet au long du xvne siècle une conquête patiente ou specta
culaire dans le cadre de la réforme post-tridentine non que pour nous tout se
résume une action volontaire et délibérée dans un domaine strictement reli
gieux une main basse sur la mort destinée comme eussent dit les auteurs
des Lumières prendre le contrôle un des plus puissants leviers qui puissent
agir sur âme humaine Mais nous avons été sensible cette pédagogie de la mort
qui construit toute la vie de homme dans la perspective des fins dernières et
qui orchestre tout au long un siècle en rencontre des pulsions spontanées du
grand nombre et de la lecture dominée des autres Le tout culmine dans ce grand
cérémonial de la mort dans cet ample spectacle baroque pour nous parfois si
déconcertant qui organise dans la seconde moitié du xvne siècle et débordera
très largement sur le xvine Le système se prolonge dans une vision structurée
des fins dernières dont la possibilité de rachat terme des âmes du purgatoire
est la clef la valorisation des gestes et des pratiques demandes de messes de
mortuis la conséquence cette vision totalitaire des refus ont été dès lors opposés
venus horizons divers de la contestation radicale des réformés celle des
jansénistes ou dans un style très différent des libertins et peut-être moins
aisée cerner parce que plus diffuse et plus sociologique une certaine sagesse
bourgeoise et populaire qui se refuse cette orchestration
25

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin