Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

RICŒUR (Paul) 1913-2005

9 pages

Paul Ricœur est né le 27 février 1913 à Valence (France). Orphelin de père et de mère il est initié à la philosophie au lycée de Rennes par Roland Dalbiez. Au cours des années 1930, il poursuit son apprentissage philosophique dans le compagnonnage de Gabriel Marcel et d'Emmanuel Mounier. Après son retour de captivité en Poméranie (1940-1945), et au terme de trois années de retraite dans la communauté cévenole du Chambon-sur-Lignon, il est professeur à l'université de Strasbourg (1948-1956), puis de Paris-Sorbonne. Il est nommé à l'université de Nanterre, où il enseigne la philosophie de 1965 à 1970, et où il est doyen de la faculté des lettres pendant les années particulièrement turbulentes de 1969-1970. De 1970 à 1985, il enseigne à l'université de Chicago.
En 1995 la collection The Library of Living Philosophers a consacré un volume à la philosophie de Paul Ricœur qui atteste l'écho international que rencontre la pensée du philosophe français, en même temps qu'il permet de mesurer l'ampleur et l'originalité d'un itinéraire philosophique qui a commencé au début des années 1950 sous le signe de la philosophie de la volonté. Au terme de cinquante années de travail acharné, ce parcours débouche sur une philosophie de l'action, fortement articulée sur la philosophie morale et politique, y compris le problème de la justice comme vertu et comme institution. Le livre s'ouvre sur une autobiographie intellectuelle, publiée en français sous le titre Réflexion faite. Ce titre marque une dette jamais reniée à l'égard de la tradition de la philosophie réflexive française, tout en se plaçant sous la double égide de la phénoménologie et de l'herméneutique.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

RICŒUR (Paul) 1913-2005

« Un cogito militant et blessé »

L'autobiographie montre l'importance de la triple rupture instauratrice qui commande toute la pensée de l'auteur. C'est à l'école de Roland Dalbiez que cet « esprit curieux et inquiet » avait appris à résister à la prétention à l'immédiateté, à l'adéquation et à l'apodicticité, porteuse de caractères d'universalité et de nécessité absolues, qui marquent le cogito cartésien et le « Je pense » kantien. Encore fallait-il transformer ce réflexe en position philosophique réfléchie, en montrant pourquoi l'immédiateté doit laisser la place à la médiation, en quel sens l'adéquation, qui a sa source dans le jugement, peut être dépassée sans remettre en cause l'idée de vérité, comment enfin l'apodicticité du savoir philosophique peut faire droit à l'expérience du soupçon et inclure le moment de l'attestation.

Ce triple déplacement implique une idée déterminée du cogito que Ricœur définit comme un « cogito militant et blessé ». La conjonction de ces épithètes, qui font rarement bon ménage, ne va pas sans un certain nombre de tensions, à commencer par la tension de la critique et de la conviction, dont un livre d'entretiens, publié à la suite de l'autobiographie, révèle les enjeux.