Cette publication est accessible gratuitement
Lire

ROSNY AÎNÉ joseph henri BOEX dit j.-h. (1856-1940)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis RROOSSNNYY AAÎÎNNÉÉ jjoosseepphh hheennrrii BBOOEEXX ddiitt jj..--hh.. (1856-1940) Écrivain belge d'expression française.

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Sarah KOFMAN 1934-1994

de Encyclopaedia-Universalis

BOURGET paul charles joseph (1852-1935)

de Encyclopaedia-Universalis

ROSNY AÎNÉ joseph henri BOEX dit j.-h. (1856-1940)

Écrivain belge d'expression française. Très lié au milieu littéraire de son temps il est en 1887 l'un des signataires du fameux « Manifeste des Cinq », dirigé contre La Terre d'Émile Zola ; il sera membre de l'Académie Goncourt dès la fondation de celle-ci et en assurera la présidence jusqu'à sa mort, J.-H. Rosny est longtemps resté pour le grand public l'auteur de la seule Guerre du feu (1911). C'est la puissante évocation, aux accents hugoliens, de la vie d'une tribu d'hommes préhistoriques et de leurs efforts pour retrouver le feu perdu. Mais Rosny a composé également d'excellents romans de science-fiction, qui font de lui le véritable ancêtre du genre en France, et bien plus que Jules Verne, malgré les apparences.

Bien qu'il ait une culture scientifique exceptionnellement vaste et abondante, Rosny aîné, à la différence d'un Verne ou même d'un Wells, s'intéresse moins à ce qu'on pourrait appeler l'aspect « technologique » de ses récits (description d'une invention, etc.) qu'aux résonances humaines qu'ils contiennent. L'un de ses plus beaux textes, La Mort de la Terre (1910), décrit ainsi la lente extinction des hommes, victimes de la disparition complète de l'eau, et leur remplacement progressif par une forme de vie tout à fait différente, les ferromagnétaux. Certains de ses romans, comme Les Navigateurs de l'infini (1927) et surtout Les Compagnons du cosmos (1934), lui permettent d'exposer ses conceptions philosophiques sur l'avenir de l'espèce humaine. Dès 1887, son premier texte de science-fiction publié, Les Xipéhuz, témoignait de préoccupations analogues : les hommes primitifs doivent lutter contre les xipéhuz, créatures géométriques capables de détruire leurs adversaires en les faisant brûler ; les hommes l'emportent finalement, mais il s'en est fallu de peu, et la leçon du récit est simple : l'humanité n'est pas la reine de la création, mais une occupante provisoire.

Le frère cadet de J.-H. Rosny, Justin-François Boex (1859-1948), a, de son côté, outre sa collaboration avec son frère, de 1893 à 1907, sous le pseudonyme commun de J.-H. Rosny (mais il semble que sa part personnelle ait été faible), écrit des romans se rattachant à la science-fiction, dont le plus réussi est sans doute Le Destin de Marin Lafaille (1945).

Auteur: JEAN-PAUL MOURLON
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin