Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

UNIVERSITÉ PARIS IV-SORBONNE
École Doctorale VI



e e
SAUVETERRE-DE-BÉARN, du XI au XVI siècle
DÉVELOPPEMENT URBAIN ET IDENTITÉ ARCHITECTURALE
D’UNE VILLE-FRONTIÈRE
T. I SYNTHÈSE


Thèse pour obtenir le grade de Docteur en Histoire de l’art et Archéologie
Présentée par Cécile DUFAU
Le 22 novembre 2008
Sous la direction de Dany SANDRON

MEMBRES DU JURY :
M. Jean-Pierre BARRAQUÉ
meM Nelly POUSTHOMIS-DALLE UNIVERSITÉ PARIS IV-SORBONNE
École Doctorale VI








e eSAUVETERRE-DE-BÉARN, du XI au XVI siècle
DÉVELOPPEMENT URBAIN ET IDENTITÉ ARCHITECTURALE
D’UNE VILLE-FRONTIÈRE
T. I TEXTE




Thèse pour obtenir le grade de Docteur en Histoire de l’art et Archéologie
Présentée par Cécile DUFAU
Le 22 novembre 2008
Sous la direction de Dany SANDRON



MEMBRES DU JURY :
M. Jean-Pierre BARRAQUÉ
me
M Nelly POUSTHOMIS-DALLE


Je tiens à remercier tout particulièrement mon directeur de recherches, Dany
Sandron, pour l’attention patiente portée sur mon travail, sa disponibilité, ses nombreux conseils et
relectures, ainsi que Jean-Pierre Barraqué, qui a accepté volontiers de s’associer à cette étude et
dont les recommandations furent également précieuses. Je remercie tout autant Marie Planchot et
l’école doctorale d’Histoire de l’art et Archéologie de Paris IV, l’équipe des enseignants-
chercheurs en Histoire de l’art et Archéologie de Pau, Jacques Staes et l’équipe des Archives
Départementales des Pyrénées-Atlantiques, qui tous m’ont manifesté leur intérêt, leur aide et
soutien solidaires durant ces recherches.
Myriam Fincker et Véronique Picard, membres de l’IRAA, m’ont accueillie dans
leur laboratoire comme stagiaire sans savoir que j’allais m’y incruster trois ans. Leur
investissement personnel dans le suivi du mémoire et leurs efforts constants dans ma formation m’ont
permis de faire des rencontres enrichissantes et de mener à terme cette étude dans de bonnes
conditions de travail ; leur amitié est sans prix.
Enfin, malgré le caractère naturellement irritable, désagréable ou antifestif du
doctorant, ma famille, mon amoureux et mes amis de la forêt sont restés à mes côtés. J’espère
pouvoir leur rendre un jour ce qu’ils m’ont donné.










2 Abréviations employées

AC : Archives Communales
ADPA : Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques
AMM : Archéologie du Midi Médiéval
AN : Archives Nationales
BM : Bulletin Monumental
Bnf : Bibliothèque Nationale de France
BSLA : Bulletin de la Société des Lettres et Arts
DFS : Document Final de Synthèse
MSAMF : Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France
SHPF : Société de l’Histoire du Protestantisme Français
UPPA : Université de Pau et des Pays de l’Adour
UTM : Université de Toulouse-le-Mirail
ZPPAUP : Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager


3 eSauveterre-de-Béarn est mentionnée dès le XVII siècle pour son cadre charmant ; le
village est niché au creux d’un méandre du gave d’Oloron, sa végétation est luxuriante et ses
eaux débordantes de poissons. L’importance de ses vestiges architecturaux n’est soulignée
eque bien plus tard, au XIX siècle.
« Sous la mousse et la verdure qui les recouvrent, ou les décorent, les ruines de
Sauveterre offrent un tableau riant et pittoresque. Elles font l’orgueil des gens du pays. Les
1touristes ne se lassent pas de les admirer . » Il suffit en effet d’une flânerie à Sauveterre pour
découvrir la richesse de l’architecture médiévale conservée : pont, château, église,
fortifications diverses... pour la seule partie visible ! Un simple coup d’œil dans les archives et
les articles concernant Sauveterre met en relief l’importance de la ville au Moyen Âge,
résidence des vicomtes de la province de Béarn, lieu de réception des souverains étrangers…

Il devenait nécessaire d’établir un inventaire complet des vestiges architecturaux
médiévaux de Sauveterre afin d’obtenir une vision d’ensemble de la construction, du
fonctionnement et du développement de la ville médiévale, dont l’impact visuel et les
mentions historiques signalent l’importance. Ce type d’étude d’archéologie urbaine s’inscrit
dans une problématique visant à analyser l’essor et la place de Sauveterre, matérialisés par
l’architecture et le tissu urbain à travers l’évolution des différents quartiers, les études de bâti,
et leurs possibles implications sociales, religieuses ou politiques. Cette étude, appuyée sur
l’analyse des archives disponibles et les différentes monographies architecturales, va
permettre d’établir des comparaisons régionales pour l’analyse morphologique et
architecturale des villes en Béarn, un petit pays du Sud de la France, pour ensuite redéfinir le
rôle et l’aspect de Sauveterre dans ce réseau complexe intermédiaire entre France et Espagne.


1 MINVIELLE 2003, p. 41.
4 Site et situation

Sauveterre-de-Béarn est actuellement un chef-lieu de canton dans le département des
Pyrénées-Atlantiques (64), une ville d’environ 1500 habitants implantée en Béarn, une
ancienne province couvrant aujourd’hui la moitié occidentale du département (pl. 4), partagé
avec le Pays Basque.
« A trois lieues de la jonction des deux gaves est assise la ville de Navarrenx et trois
lieues plus bas la ville de Sauvaterre, avec son chasteau, vieux et ruiné, où finit cette
campagne riante et fort agréable, quoiqu’un peu estroite et sans vignoble, de la longueur de
sept lieues, qui avoit commencé à Lurbe, au dessus de la ville d’Oloron. (…). Les rivières
sont poissonneuses et portent des truites et brochets en assés grande abondance, et des
saumons qui pour la plus grande partie sont arrestés par le moyen des écluses ou paisselles à
Peyrehorade, où se fait la grande pesche ; mais nonobstant ces difficultés on en prend jusques
2à Belloc et Ortes d’un costé et jusqu’à Sauvaterre et Oloron par l’autre gave » .
Cette description de la région de Sauveterre par Pierre de MARCA (1594-1662) au
eXVII siècle rend assez bien compte de la richesse de la nature béarnaise, tout en replaçant
Sauveterre dans la géographie du piémont pyrénéen. La ville de Sauveterre-de-Béarn est en
effet située sur la frontière nord-ouest de ce pays de Béarn, dans la région de l’avant-pays
3pyrénéen à 120 m d’altitude, dans une région de collines qui intègre le piémont pyrénéen
depuis, à l’est, Montaut et Pontacq, puis Oloron et Salies-de-Béarn, et qui continue jusqu’en
Pays Basque, englobant Hendaye et Saint-Jean-de-Luz. Cette zone de collines plus ou moins
élevées est plantée de forêts et de landes. Il s’agit d’une zone rurale où l’habitat est
essentiellement dispersé. Quelques villes regroupent, pour l’ouest du Béarn, les activités
économiques et le peuplement : Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Salies-de-Béarn et Sauveterre.

2 MARCA 1912, I, p. 334.
3 Cette analyse géographique est tirée de : DELOFFRE, BONNEFOUS 1992, p. 67-72.
5 La bourgade de Sauveterre surplombe à cet endroit un méandre du gave d’Oloron,
fruit de la rencontre entre le gave d’Aspe et le gave d’Ossau, et l’île de la Glère au sud. Un
pont fortifié faisait la jonction entre cette île et la rive nord du fleuve par laquelle émerge
véritablement la ville. Assise sur une falaise de marne creusée par le gave, elle s’étire sur
environ 800 m de long à partir de ce pont et s’étend de manière linéaire sur la rive nord, le
long d’une rue principale placée parallèlement au cours de la rivière (fig. 265, 266). Entre la
rivière et cette rue, les principaux monuments de la ville prennent place, indéniablement mis
en valeur par la topographie : de l’ouest vers l’est, le château, la tour Monréal, l’église
Saint-André, tous implantés en bord de falaise (pl. 1).
Cette ville est fermée par deux portes fortifiées : au sud, la porte de Lester ferme la rue
principale et à l’ouest la porte du Datter ferme une rue secondaire.
Autour de ces deux portes, des restes de fortifications et d’habitat médiévaux sont
visibles un peu partout, tant intégrés à l’habitat actuel qu’aux autres monuments, comme par
exemple l’église ou le pont. Un couvent de Carmes a été implanté dans le prolongement
nord-est de la ville. Ces principaux éléments ont plus ou moins fait l’objet d’études partielles
ou monographiques, historiques, architecturales ou archéologiques, inventoriées dans l’état de
la question qui suit.

1. État de la recherche sur Sauveterre-de-Béarn

Malgré d’importantes lacunes archivistiques à signaler, l’intérêt porté à la
e
compréhension de la vie à Sauveterre ne s’est pas démenti depuis le XVII siècle et transparaît
dans les différentes études menées par la suite. Elle s’inscrit dans une dynamique scientifique
liée à l’étude tant historique que morphologique du développement urbain et reste
e e
indissociable de l’histoire béarnaise, vicomté en quête de souveraineté du XII au XVI siècle.
6 1.1 L'histoire de la ville

Une première série d’articles permet d’appréhender de manière anecdotique la vie à
Sauveterre. Ils sont généralement sérieux mais ne peuvent pourtant servir véritablement à
l’étude urbaine de Sauveterre.
e eTrois articles, parus entre la fin du XIX et le début du XX siècle, abordent l'histoire
moderne et contemporaine de la ville et les étapes successives de son développement
4démographique . D’autres s’attachent à des points d’études de la vie quotidienne à Sauveterre
et ont été centrés sur des anecdotes ou des personnages retrouvés au hasard des archives
5disponibles . Deux articles témoignent un intérêt tout particulier à deux éléments
6 7architecturaux de la ville : les fortifications et le pont .
Des études plus larges ont été menées par des historiens du Béarn ; elles mettent en
relief le rôle urbain de Sauveterre. Il convient de noter la place de Pierre de MARCA,
ehistorien du Béarn du XVII siècle, de Paul RAYMOND, archiviste des Basses-Pyrénées à la
e
fin du XIX siècle, et de Pierre TUCOO CHALA, historien du Béarn contemporain dans l’état
de la recherche sur le Béarn médiéval, recherches qui aboutissent à la publication des textes
principaux émis par la vicomté au Moyen Âge. L’étude de Pierre de MARCA reste
incontournable dans la mesure où son ouvrage, Histoire de Béarn, paru en 1640 et réédité
8depuis , reste le seul témoignage de la lecture d’archives béarnaises aujourd’hui disparues,
même si elles ont été compilées dans le but avoué d'honorer la souveraineté perdue de son
pays. MARCA, dans cet ouvrage, replace Sauveterre dans la région de l'Entre-Deux Gaves et
du piémont pyrénéen, puis dans le paysage urbain béarnais. Il travaille également sur des

4CADIER 1886, p. 1-24. ANNAT 1910, p. 274-280. BATCAVE 1910, p. 470-473.
5BOURROUILH 1987, n° 8, p. 27-29. DOZE 1996, p. 3-5.
6FERRON 1955, p. 30-43.
7LAFORCADE 1985, p. 67-71.
8MARCA 1912.
7 e etextes relatifs à son histoire ecclésiastique, urbaine et militaire, du début du XIII au XVI
siècle.
e
Paul RAYMOND, archiviste départemental à la fin du XIX siècle à Pau, a lui aussi
9travaillé sur des documents importants concernant le Béarn au Moyen Âge . Ainsi a-t-il étudié
les principales enquêtes concernant la population béarnaise sous Gaston Fébus, et,
précisément, dénombré la population de Sauveterre en 1385 et analysé le fonctionnement de
son bailliage.
Les études historiques de Pierre TUCOO CHALA sur le Béarn, parues entre 1959 et
101976 , fournissent des informations sur la position et le rôle de Sauveterre dans la vicomté de
Béarn au Moyen Âge. Le testament de Gaston VII Moncade, rédigé à Sauveterre le 22 avril
111290, est publié en 1985 et nous renseigne sur la relation de Sauveterre avec le pouvoir
e
vicomtal à la fin du XIII siècle. Pierre TUCOO CHALA continue de transcrire des
documents médiévaux sur le Béarn et publie notamment en 1991 plusieurs textes concernant
les liens entre Gaston Fébus et Sauveterre et les différentes activités économiques se déroulant
12dans cette ville .
Par ailleurs, le centre d’étude du protestantisme en Béarn mentionne l'importance de la
13ville de Sauveterre comme centre protestant béarnais . Plus récemment, Étienne DOZE a
analysé de manière approfondie plusieurs documents relatifs à l'histoire religieuse de
14Sauveterre. Le premier reprend à leur source deux miracles ayant eu comme cadre la ville de
15Sauveterre. Sa deuxième étude présente la recherche menée sur le protestantisme à
Sauveterre-de-Béarn et les conséquences importantes de son arrivée dans la ville

9RAYMOND 1872. RAYMOND 1873a. RAYMOND 1878.
10TUCOO CHALA 1959, p. 17-25. TUCOO CHALA 1962, p. 235-250. TUCOO CHALA 1976.
11DUMONTEIL 1985, p. 5-43.
12TUCOO CHALA 1991b, p. 371-381.
13Centre d'étude du protestantisme béarnais 1993.
14DOZE 1997, p. 261-269.
15DOZE 1998.
8 sauveterrienne. Par ailleurs, il a rédigé un article sur l’histoire événementielle précise de la
e e 16ville de Sauveterre du XII au XVI siècle . Enfin, le mémoire de maîtrise d’histoire de
17Stéphanie MARTOCQ s'attache à l'analyse de la composition du bailliage de Sauveterre et
de son fonctionnement.
Deux monographies historiques sur la ville de Sauveterre ont été éditées à la fin du
e eXIX siècle et au début du XX siècle. La première paraît en 1891, sous la plume de l'Abbé
18LARTIGAU . Elle reprend partiellement les données historiques inventoriées par Pierre de
MARCA et décrit très rapidement l'architecture de la ville.
La deuxième, plus importante et plus complète, est publiée en 1924, par Prosper
19MINVIELLE, alors maire de la ville de Sauveterre . Cet essai historique s'attache à établir,
de manière quasi-exhaustive, à travers tous les documents d'archives conservés, l'histoire de la
e
ville depuis ses origines jusqu'au XIX siècle. Il dresse une liste presque complète des
documents pouvant servir l'histoire de l'architecture de Sauveterre. Il est à déplorer l’absence
de ces archives depuis lors.
De ces différentes études, il convient de souligner l'importance des monographies
compilant les sources disparues, fiables et précises, et celle des recherches de Pierre TUCOO
CHALA sur la vicomté de Béarn au Moyen Âge, pour mieux appréhender l'histoire riche et
mouvementée de la ville de Sauveterre, son lien avec la vicomté et son rôle dans le Béarn
médiéval et moderne.





16 DOZE 2004, p. 165-218.
17MARTOCQ 2001.
18LARTIGAU 1891.
19MINVIELLE 2003.
9

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin