La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Un habitat Bronze final à Cussy « La Pointe » (Calvados) - article ; n°1 ; vol.15, pg 39-57

De
20 pages
Revue archéologique de l'ouest - Année 1998 - Volume 15 - Numéro 1 - Pages 39-57
The excavation of a later Bronze Age seulement at Cussy « La Pointe » in Calvados, has, for the first time in lower-Normandy, allowed the recognition a type of settlement wich is relatively familiar in northern France (an open seulement made up of ditches and buildings). The numerous pieces of ceramic associated with the site wich have been found have led to a renewal of the corpus available in the région.
La fouille de sauvetage d'un habitat daté du Bronze final à Cussy « La Pointe », dans le Calvados, a permis de reconnaître pour la première fois en Basse-Normandie un type d'habitat relativement courant dans le Nord de la France : habitat ouvert constitué de quelques fosses et bâtiments. Le mobilier céramique associé aux structures est abondant et renouvelle le corpus disponible dans la région.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Cyril Marcigny
Emmanuel Ghesquière
Loïc Ménager
Xavier Savary
Hervé Morzadec
Un habitat Bronze final à Cussy « La Pointe » (Calvados)
In: Revue archéologique de l'ouest, tome 15, 1998. pp. 39-57.
Abstract
The excavation of a later Bronze Age seulement at Cussy « La Pointe » in Calvados, has, for the first time in lower-Normandy,
allowed the recognition a type of settlement wich is relatively familiar in northern France (an open seulement made up of ditches
and buildings). The numerous pieces of ceramic associated with the site wich have been found have led to a renewal of the
corpus available in the région.
Résumé
La fouille de sauvetage d'un habitat daté du Bronze final à Cussy « La Pointe », dans le Calvados, a permis de reconnaître pour
la première fois en Basse-Normandie un type d'habitat relativement courant dans le Nord de la France : habitat ouvert constitué
de quelques fosses et bâtiments. Le mobilier céramique associé aux structures est abondant et renouvelle le corpus disponible
dans la région.
Citer ce document / Cite this document :
Marcigny Cyril, Ghesquière Emmanuel, Ménager Loïc, Savary Xavier, Morzadec Hervé. Un habitat Bronze final à Cussy « La
Pointe » (Calvados). In: Revue archéologique de l'ouest, tome 15, 1998. pp. 39-57.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rao_0767-709X_1998_num_15_1_1071Rev. archèol. Ouest, 15, 1998, p. 39-57.
UN HABITAT BRONZE FINAL
A CUSSY « LA POINTE » (Calvados)
Cyril MARCIGNY* et Emmanuel GHESQUIÈRE*
Avec les contributions de Loïc MÉNAGER* (étude du mobilier de mouture) et
Xavier SAVARY** (étude pétrographique du mobilier céramique, avec la collaboration d'Hervé Morzadec)
Résumé : La fouille de sauvetage d'un habitat daté du Bronze final à Cussy « La Pointe », dans le Calvados, a
permis de reconnaître pour la première fois en Basse-Normandie un type d'habitat relativement courant dans le
Nord de la France : habitat ouvert constitué de quelques fosses et bâtiments. Le mobilier céramique associé aux
structures est abondant et renouvelle le corpus disponible dans la région.
Abstract : The excavation of a later Bronze Age seulement at Cussy « La Pointe » in Calvados, has, for the first
time in lower-Normandy, allowed the récognition a type of seulement wich is relatively familiar in northern
France (an open seulement made up of ditches and buildings). The numerous pièces of ceramic associated with the
site wich hâve been found hâve led to a renewal of the corpus available in the région.
Mot-clés : Basse-Normandie, Calvados, habitat ouvert, céramique, Age du Bronze ancien, Age du Bronze final.
Key-words : Calvados, settlement, ceramic, Earlier Bronze Age, Later Bronze Age.
CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE La fouille du site de « La Pointe » à Cussy fait suite aux
travaux de diagnostic archéologique réalisés sur le projet Le relevé des coupes géomorphologiques à proximité de déviation de l'agglomération de Bayeux (R.N. 13, maître des structures permet de dresser la séquence des horizons d'ouvrage : Direction Départementale de l'Equipement du formant la stratigraphie générale du site (au nord). Le lCalvados). L'ensemble de la gestion de l'opération a été abour de 25 à 30 centimètres d'épaisseur recouvre un horiconfié à l'Association pour les Fouilles Archéologiques zon de limons lessivés bruns à brun-gris, épais de 0,30 à Nationales sous la direction du Service Régional de l'Ar 0,35 mètre, caractéristique de l'altération pédogénétique chéologie de Basse-Normandie. holocène sous couvert végétal. Ponctuellement, ce niveau
présente des traces d'hydromorphie témoignant d'un batLOCALISATION GÉOGRAPHIQUE tement de nappe. Sous cet horizon, un limon loessique
repose sur une épaisse couche d'argile à silex gélifractés Le gisement est situé à Cussy, à l'ouest de Bayeux, au issue des calcaires sous-jacents. Le limon loessique est lieu-dit « La Pointe » au sud de la R.N. 1 3 le long de la R.D. formé d'une couche limono-argileuse de teinte plus colo210 (fig. 1 et 2). Il est implanté sur un plateau, culminant à rée brun-jaunâtre de 0,20 mètre de puissance. Sa matrice 48 mètres d'altitude, surplombant une vallée encaissée où semble parfois être débarrassée de sa fraction argileuse. coule le ruisseau de Saint-Symphorien affluent de la Drôme La stratigraphie est complètement modifiée dans la part(seul point d'eau, à 275 mètres au sud-est du site). ie méridionale du site où ne subsistent plus que les deux
** * Association Service Départemental pour les Fouilles d'Archéologie Archéologiques du Calvados, Nationales, 36 rue A.FA.N. Fred Scamaroni, Grand-Ouest, 14000 214 Caen. rue Léon Foucault, 14200 Hérouville-Saint-Clair.
Manuscrit reçu le 19/06/1998, accepté le 03/08/1998. C. Marcigny etE. Ghesquière 40
Fig. 1 : Cussy « La Pointe ». Situation topographique du site.
premiers horizons reposant sur l'argile à silex (passage tion chronologique de ces vestiges permettent de scinder
graduel). Dans cette zone, le limon brun lessivé présente en au moins deux niveaux ces colluvions. La partie infé
une structure beaucoup plus grumeleuse et aérée. Il se rieure sur l'argile a livré de nombreux silex taillés alors que
change en colluvions emballant de nombreux vestiges li- la partie la partie supérieure sous le labour a livré des tes
thiques et céramiques. La répartition spatiale et sons modelés extrêmement érodés. :
:
Un habitat Bronze final à Cussy 41
Fig. 2 Cussy « La Pointe ». Plan général du site, implantation des sondages dans le tracé routier.
Les problèmes de lecture des structures inhérents au à une occupation en aire ouverte du Bronze final, mais
cadre géomorphologique ont conditionné dès le début des aussi toute une série de témoin d'occupation d'autres pé
travaux l'approche des structures archéologiques et la plus riodes
grande attention a été portée au niveau d'apparition du - des vestiges d'occupations diffuses du Mésolithique
mobilier. Deux types de structures ont ainsi pu être diffé et Néolithique (sous la forme de mobilier lithique épars) ;
renciés dans la partie médiane du décapage. Les premières - une fosse datée du Chalcolithique/Bronze ancien ;
très difficiles à lire n'ont livré que du mobilier lithique sous - un parcellaire loti gallo-romain ;
l'interface limon lessivé/loess au niveau du décapage. Les - et finalement des fossés de parcellaire moderne dispo
secondes, nettement découpées sous la forme de taches sés en lanière.
sombres, ont livré du mobilier céramique dès la semelle de
labours. Cette répartition stratigraphique correspond à des UNE OCCUPATION
étapes chronologiques différentes ; le premier groupe de CHALCOLITHIQUE/BRONZE ANCIEN
fosses (constitué d'une excavation et de plusieurs chablis)
est daté du Chalcolithique/Bronze ancien. Alors que le L'occupation Chalcolithique/Bronze ancien est anecdo-
second groupe est constitué des fosses datées du Bronze tique sur le site. Elle est cependant représentée par une
final à la période moderne. Le site semble avoir subi une structure (St. 63, fig. 3) et par quelques artefacts lithiques
forte érosion entre le Bronze ancien et le début du Bronze épars sur l'ensemble de la surface décapée ; généralement
final ; l'hypothèse d'un défrichement intensif entre ces ce dernier type de vestige est piégé par les structures creu
périodes peut être retenue. sées postérieurement à cette occupation.
LES RÉSULTATS REPARTITION SPATIALE DES ARTEFACTS
Les données du diagnostic archéologique ont mis en L'unique structure est située dans la partie haute du site
évidence dans cette parcelle un ensemble de fosses et de à une altitude de 48 mètres. Le mobilier lithique contempor
fossés qui ont été interprétés comme étant un enclos ain est situé à proximité de celle-ci et dans la partie basse
fossoyé daté de la période transitoire Age du Bronze/ Age des décapages (altitude moyenne 45 mètres). L'analyse
du Fer, comportant quelques fosses dépotoirs qui ont l spatiale de ces données ne fournit hélas aucun renseigne
ivré des éléments caractéristiques (dont notamment le prof ment exploitable.
il quasi complet d'une jarre). Une seconde occupation
gallo-romaine se juxtapose à la précédente. Elle comporte La fosse St. 63 (fig. 3)
un bâtiment et plusieurs fosses.
En fait, le décapage intégral de la zone concernée par les Cette structure présentait au niveau du décapage des
découvertes protohistoriques n'a pas livré les vestiges contours flous qui ont rendu son approche difficile. Un
escomptés (fig. 2). La fouille du gisement a, en effet, per nettoyage minutieux de ses parois permet cependant d'en
mis la mise en évidence de plusieurs fosses dépotoirs liées connaître la topographie. La fosse est de forme oblongue, :
C. Marcigny et E. Ghesquière 42
Fig. 3 Cussy « La Pointe ». La structure rattachée à la phase Bronze ancien et coupe de la structure 63. a : terre végétale, b : limon brun, c :
limon argileux brun-gris, d : loess.
sa longueur avoisine 1,60 mètre pour une largeur de 0,88 découverts dans la Manche (Billard et al, 1995) ou en
Haute-Normandie (Billard et al, 1994, Ghesquière et mètre. Son profil n'est pas régulier, ses parois sont relat
ivement droites dans sa partie méridionale alors qu'elles Marcigny, 1995), anciennement rattaché au complexe
affectent une pente nettement plus douce au nord et à rhodano-rhénan (Gallay, 1986).
l'ouest. Sa profondeur moyenne, sous la surface actuelle, La structure n'a livré que cinq artefacts en silex, parmi
lesquels on trouve quatre grattoirs de petite taille et un est de 0,74 mètre. Son comblement homogène était consti
tué de limon argileux brun-gris. Ponctuellement, de petites nucléus à éclat bouchardé, effectué aux dépens d'une ha
surfaces charbonneuses ont été observées en plan. Le che polie en silex noir. La pauvreté de la structure, dominée
mobilier archéologique prélevé lors de la fouille de la struc par l'outillage, le fait que ces outils soient des grattoirs et
ture se trouvait à tous les niveaux du comblement. la présence d'un nucléus sur hache polie évoquent le con
texte Néolithique final/Bronze ancien. Des analogies peu
LE MOBILIER ARCHEOLOGIQUE, APPROCHE vent être trouvées en particulier avec les sites
d'Ancrettiéville-Saint- Victor (Ghesquière et Marcigny, CHRONO-CULTUREI J F,
1 995), Mondeville-MIR (Marcigny et Ghesquière, à paraî
La structure 63 a livré deux tessons non tournés appar tre) ou de Digulleville-Le Raumarais (Letterlé et Verron,
tenant à deux vases différents, dont un seul a fait l'objet 1986), sites sur lesquels l'outillage est plus nombreux que
d'une reconstitution graphique (fig. 4, n° 1). Il s'agit de la les artefacts bruts de débitage et sur lesquels les grattoirs
partie haute d'une forme volumineuse de type vase de dominent très largement le reste de l'outillage. Ces séries
stockage. La pâte utilisée présente de nombreuse inclu ont été attribuées au contexte culturel campaniforme.
sions d'arène granitique. Le second tesson possède quant
à lui de nombreuses vacuoles dans sa matrice témoignant L'OCCUPATION BRONZE FINAL
de l'apport de végétaux. Sa surface est de couleur brun-
rouge alors que sa partie interne est noire (cuisson oxy Objet principal de l'opération cette phase est représent
dante). L'épaisseur du tesson est relativement constante - ée par de nombreuses structures (fig. 5 et 6) et par du
1,3 centimètre- et témoigne du fort volume du vase. Le mobilier recueilli dans les postérieures.
profil du vase n'est connu que par son col rentrant et sa
lèvre arrondie à aplatie. Un cordon à section triangulaire, ORGANISATIONDU SITE (fig. 6)
obtenu par modelage, souligne le bord.
Ce type d'élément ne trouve de comparaison que dans Les structures rattachées à cette phase chronologique
les lots céramiques de la fin du Chalcolithique et du Bronze sont disséminées sur l'ensemble de la surface décapée
ancien. Il est à rapprocher des urnes à cordons pré-oraux sans structuration apparente. Cependant, certains regrou- :
Un habitat Bronze final à Cussy 43
Fig. 4 Cussy « La Pointe ». Le mobilier de la structure 63.
pements de structures alternant avec des « zones vides » arguments dont aucun n'est par ailleurs décisif pris isolé
ont été observés. L'analyse est bien entendu tronquée par ment. Les fosses de calage des poteaux n'ont livré aucun
l'absence de sol d'occupation en place, mais cette dispo matériel archéologique ; cette situation diffère nettement
sition des structures en petites concentrations semble être des structures de datation plus récente qui ont systémat
iquement piégé du mobilier Bronze final. L'orientation géune des constantes de l'habitat Bronze final dans le Nord
de la France. Cette prédominance des plans sans ordre nérale est-ouest des bâtiment ne correspond pas à l'orien
apparent mais matérialisés par des regroupements et des tation des trames parcellaires gallo-romaine ou moderne.
espaces vides a été mis en évidence en particulier en Lor A proximité des bâtiments, aucun rejet particulier n'a été
observé dans les structures plus récentes, contrairement à raine (Blouet et al., 1992) et plus récemment en Ille-et- Vi
ce qui a été observé pour les bâtiments qui étaient assolaine (S. Blanchet, Séminaires Archéologiques de l'Ouest,
1 997, île Tatihou - communication orale). ciés au niveau des fossés à des dépotoirs.
Les deux plans sont relativement simples (fig. 7, Bât. 1 et
LES BATIMENTS 3). Il s'agit de deux bâtiments de plan quadrangulaire grou
pés dans la partie occidentale du décapage et séparés d'une
Deux bâtiments (Bât. 1 et 3) ont pu être rattachés à cette dizaine de mètres. Le bâtiment 1 est constitué de six et
phase d'occupation grâce à la confrontation de plusieurs peut-être sept poteaux de 0,40 à 0,60 mètre de diamètre au C. Marcigny et E. Ghesquière 44
Fig. 5 : Cussy « La Pointe ». Les structures rattachées à la phase Bronze final. :
Un habitat Bronze final à Cussy 45
Fig. 6 Cussy « La Pointe ». L'occupation Bronze final.
niveau du décapage. La surface ainsi délimitée, qui n'est sation du torchis utilisé pour l'élévation des bâtiments.
pas obligatoirement la originelle du bâti, est de Elle n'a cependant pas servi de dépotoir et son comble
sept mètres carré. Le second bâtiment (Bât. 3) prend appui ment était stérile.
sur quatre poteaux (dont un est oblitéré par un fossé mod
erne) de 0,20 à 0,40 mètre de diamètre, formant ainsi une LES ELEMENTS DE TORCHIS BRULES (fig. 8)
aire d'un peu plus de quatre mètres carré.
Les fosses de calage des deux bâtiments sont relativ La plupart des structures (à l'exception des trous de
ement semblables. Elles ont un profil en « U » à fond plat et poteau) ont livré des fragments de torchis brûlés en nomb
à paroi évasée, pour une profondeur moyenne sous la sur re variable. L'examen et le recollage de la totalité de ces
face topographique de 0,60 à 0,80 mètre. Elles sont comb vestiges n'ont pas permis de trancher avec certitude sur la
lées de limon argileux brun-gris ponctuellement taché de fonction de ces éléments (construction du bâti, éléments
petits charbons de bois pouvant correspondre à de structure de combustion, . . .). Deux éléments représent
l'appointement des pieux installés dans les fosses. atifs ont été restitués graphiquement (fig. 8). Ils possè
Une fosse située à proximité du bâtiment 1 (fig. 7, St. 49), dent tous deux au moins une surface plane et lissée gros
de dimensions importantes et dont le creusement a vis sièrement à la main, et portent les traces d'un clayonnage.
iblement épargné l'argile à silex, peut avoir eu pour fonc Les empreintes sont celles de branches d'un diamètre comp
tion première la récupération de limon nécessaire à la ris entre 3 et 6 centimètres, ou de très petites branches :
:
C. Marcigny et E. Ghesquiere 46
57
b c d _ / a '/,
49
Fig. 7 Cussy « La Pointe ». Les bâtiments 1 et 3, plans et coupes des trous de poteaux, a : terre végétale, b : limon argileux brun-gris, c : limon
brun, d : loess, e argile à silex. :
:
:
:
:
Un habitat Bronze final à Cussy 47
d'un diamètre inférieur à 3 centimètres. Elles peuvent être
placées parallèlement comme dans le cas de la figure 8-2
ou perpendiculairement les unes par rapport aux autres
(fig. 8-1). L'argile utilisée pour la réalisation du torchis est
locale. Elle est peu lavée et contient dans quelques cas de
grosses inclusions de quartz et des éléments végétaux.
LES STRUCTURES
Le profil de l'ensemble de ces structures est similaire
(fig. 9). Les fosses ont un plan circulaire à ovoïde, un fond
lenticulaire et des parois évasées. La morphologie primit
ive des fosses est inconnue mais l'absence de couches
d'effondrement dans leur remplissage tend à démontrer
une certaine stabilité des profils. Pour tenter une approche
fonctionnelle des structures, il a été décidé d'effectuer une
analyse classificatoire des vingt fosses attribuées à cette
phase. La structure 66, dont la fonction de silo était évi
dente dès la fouille, a été exclue de ce premier stade analy
tique. Les critères retenus s'articulent autour des dimens
ions absolues des fosses (diagramme de corrélation pro
fondeur/diamètre, volume. ..) et la situation des structures
mise en relation avec la puissance de limon conservé. La
morphologie et la disposition des phases de remplissage
fosse à fosse a été abandonnée en cours d'étude face au
peu de résultats obtenu. La mise en corrélation des diamèt
res et des profondeurs des fosses a permis de distinguer
deux à trois grandes classes. Celles-ci sont à mettre en
association avec la conservation des limons superficiels
Fig. 8 Cussy « La Pointe ». Fragments de torchis brûlés, 1 : St. et donc liées à leur situation dans l'espace. Elles présent
115, 2 St. 58. ent cependant deux pics de fréquence correspondant à
□■ □■
Fig. e loess, 9 Cussy f argile « La à Pointe silex. ». Coupes des principales fosses, a : terre végétale, b : limon argileux brun-gris, c : limon argileux noir, d : limon brun,