La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Cours sur les extensions de corps

5 pages
Chapitre 6Extensions de corps :g´en´eralit´esTous les corps consid´er´es dans ce chapitre et le suivant sont commutatifs.6.1 Th´eorie de baseRappel : La caract´eristique d’un corps est soit z´ero, soit un nombre premier.D´efinition 6.1.1. Si K et L sont des corps, on appelle morphisme de corpstout morphisme d’anneau f :K→L. Un tel morphisme est injectif et aussiappel´e extension deK. Le degr´e de l’extension, not´e [L :K] est la dimensionde L comme espace vectoriel sur K.Proposition 6.1.2. a) Si K est un corps de caract´eristique nulle, alors ilexiste une unique extension f :Q→K.b) Si K est un corps de caract´eristique p > 0, alors il existe une uniqueextension f :F =Z/pZ→K.pD´efinition 6.1.3. L’image de l’homorphisme pr´ec´edent s’appelle le sous-corps premier deK : c’est le plus petit sous-corps deK.0Proposition 6.1.4 (Tour d’extensions). Soit f : K → L, g : L → L unetour d’extension, alors :0 0[L :K] = [L :L][L :K] .416.2 Construction d’extensions6.2.1 Corps de rupture d’un polynˆome irr´eductibleSoit P ∈K[X] un polynˆome irr´eductible, alors K[X]/(P) est un corps.Proposition 6.2.1. L’extension K→K[X]/(P), avec P ∈K[X] polynˆ omeirr´eductible, est une extension de degr´e deg(P).6.2.2 Adjonction d’´el´ementsSoit f : K → L une extension de corps, et α ∈ L. On note K(α) le pluspetit sous-corps de L qui contient f(K) et α; on l’appelle extension de Kengendr´ee par α. On d´efinit de mˆeme l’extension K → K(A) engendr´ee parune partie A⊂L ...
Voir plus Voir moins
Chapitre 6
Extensions de corps : g´en´eralit´es
Touslescorpsconside´r´esdanscechapitreetlesuivantsontcommutatifs.
6.1The´oriedebase Rappel:Lacaract´eristiqueduncorpsestsoitze´ro,soitunnombrepremier.
De´nition6.1.1.SiKetLsont des corps, on appelle morphisme de corps tout morphisme d’anneauf:KL. Un tel morphisme est injectif et aussi appel´eextensiondeKxelede´,noisnete[not´grdeLe.L:K] est la dimension deLcomme espace vectoriel surK. Proposition 6.1.2.a) SiKlsirola,elluneuqitsract´eriorpsdecaseutcn existe une unique extensionf:QK. b) SiKorrapcstdteunccastieqs´erieup >0, alors il existe une unique extensionf:Fp=Z/pZK. D´enition6.1.3.hirpepsmecr´de´estneppalelluosesLiamegedlohom corps premier deK: c’est le plus petit souscorps deK. Proposition 6.1.4(Tour d’extensions).Soitf:KL,g:LLune tour d’extension, alors : ′ ′ [L:K] = [L:L][L:K].
41
6.2 Constructiond’extensions 6.2.1Corpsderupturedunpolynoˆmeirr´eductible SoitPK[Xiemoe´rropnuˆnyl],alorsductibleK[X]/(P) est un corps. Proposition 6.2.1.L’extensionKK[X]/(P), avecPK[X]moeylˆnop irre´ductible,estuneextensiondedegr´edeg(P).
6.2.2Adjonctiond´el´ements Soitf:KLune extension de corps, etαL. On noteK(α) le plus petit souscorps deLqui contientf(K) etα; on l’appelle extension deK engendre´eparα.tdemˆemeOnd´enioinlxeetsnKK(Aep´earng)edren une partieAL. De´nition6.2.2.Une extension est de type finie si et seulement si elle est engendr´eeparunepartienie.Uneextensionestsimplesietseulementsi elleestengendre´eparune´le´ment(appele´´ele´mentprimitif).
6.3Alg´ebricite´ Proposition 6.3.1.Soitf:KL=K(α)une extension simple, alors il yae´quivalenceentre: a)lextensionestdedegre´nie; b) l’anneauK[α]st´eealagrocuspK(α); c)lide´alannulateurdeα:Iα={PK[X], P(α) = 0}est non trivial. 22/11/2010 Remarques6.3.2.nnaltaludrueeLo1.qursielead´αest non trivial, il est engendre´parunpolynˆomeirre´ductiblePαdemenimilaopylˆnmoaele´leppα etK[X]/(Pαa`eh)esositpromK(α). 2. Siαetβexteslesalormal,iminoˆemlonymepentomˆlesnoisnKK(α) etKK(β) sont isomorphes. D´enition6.3.3.aevA)selcopyhth`esespr´ec´edetnsel,´lee´emtnαest alg´ebriquesurKeneladsetsteistnemeluesatisiltlessfaitioiocdnuqvisne´ la proposition; dans le cas contraire,αest dit transcendant. b) Une extensionf:KLesquriebg´alsteisotemtnueeleistnts´emes´elusle deLrseusntalsoriqug´ebK. Th´eor`eme6.3.4.Ledstneeml´´eesLuaessurqirbe´glKforment un sous corps deL.
42
6.4Corpsdede´composition De´nition6.4.1.SoitQK[Xu]nyoˆpnloitaimeuntre,ef:KLune extension. On dit queLcnroseutednotisipoomecd´depsQsi et seulement si : a)f(Qs)estscni´ddenaLet b) l’extensionLelracarsrdnepee´esngteedniseQ. The´ore`me6.4.2.SoitQK[X]ale,irtaxilesiorylopnuinuemoˆntsueen extensionquiestuncorpsdede´compositiondeK, et deux telles extensions sont isomorphes.
6.5 Corpscyclotomiques i2π On noteζn=eC. n Proposition 6.5.1.Le corpsQ(ζn)ompositipsded´ecltserocenoudopn lynoˆmeX1. De´nition6.5.2.Le corpsQ(ζnep´ltspaspycceroomiqclotsracuedeseni)e n`isemeleditun.´e
Polynˆomescyclotomiques D´enition6.5.3.On appelle racine primitiveninute´ttuoi`emedel ge´n´erateurdugroupeUnCdes racinesnme´le´seistnesde1`emeontl.Ces d’ordrendeC. D´enition6.5.4.LepolynΦtomoqieuoˆemyclcnC[Xlestlypomoˆn]ee unitaire dont les racines sont les racines primitivesn:e1sdme`ei Y k Φn= (Xζ). n 0k<n P GCD(k,n)=1 The´ore`me6.5.5.ueLolepnyoˆemyclctomoqiΦnest`acoecieeitnestntesr ilestirr´eductiblesurQ. Corollaire 6.5.6.edegLeler´edenxtonsiQQ(ζ)est l’indicateur d’Euler × φ(n) = card((Z/nZ) )= deg(Φn).
43
6.6 Corpsfinis SoitFpsorncunidecaract´erisituqep, et de cardinalq, alorsFest une m extension deFp=Z/pZ. On aq=po`u,m= [F:Fp]. m The´ore`me6.6.1.Un corps fini de cardinalq=pest corps de q d´ecompositionsurFpupdlonyoˆemXX. m Corollaire 6.6.2.Deux corps finis de cardinalq=psont isomorphes. Remarque6.6.3.rphisomoLiptseacsainon.euqepsmecr´de´ennt Lhypoth`esedecommutativite´nestpasne´cessaire: The´ore`me6.6.4(Wedderburn).Tout corps fini est commutatif. Exercice6.6.5.a) Montrer que tout sousgroupe fini du groupe multiplicatif d’un corps commutatif est cyclique. b) Montrer que toute extension entre corps finis est primitive. Exercice6.6.6.a) Montrer que s’il existe une extensionFFentre deux dn corpsnisdecaracte´ristiquep, de cardinaux respectifsq=petq=p, alorsddivisen. n c) SoitFqct´ecarapsdencorseuttsireuqipa`q=pMos.rent´eelntme´qreu d siddivisen, alorsFqa`soueiqunpsorcusntientuncop´le´.stneme
Polynˆomesirr´eductiblessurFp Proposition 6.6.7.loptoˆnyriemde´rouTuctiblededegr´eda`oceicnestadsn d p le corpsFp=Z/pZdiviseXX. Proposition 6.6.8.Pourppremier etd >0, soitnp(d)le nombre de po lynˆomesirr´eductiblesunitairesdedegr´edsurFp=Z/pZ, alors : X n p=d np(d). d|n 6.7Corpsalge´briquementclˆos,cloˆture alg´ebrique De´nition6.7.1.a) Un corps commutatifLtnemeuqirbe´glatessolcteis seulementsitoutpolynˆomea`coecientsdansLa au moins une racine dans L. b)Uncloˆturealg´ebriqueduncorpscommutatifKest une extension alge´briquequiestalge´briquementclose. 44