Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Altruisme et biens collectifs. Une revue de la littérature - article ; n°4 ; vol.51, pg 789-811

De
24 pages
Revue économique - Année 2000 - Volume 51 - Numéro 4 - Pages 789-811
Altruism and social goods: a survey
Pure altruism is one form of altruism. It induces an inefficiency of generalized altruism in redistribution or production of social goods. Paradoxically, generalized pur altruism warrants the State's intervention. However, altruism is evicted by the intervention of the State. It produces a crowd-out effect. It's shown that this conception is based on selfish motivations. Others forms of altruism have been advanced. So, generalized altruism lost his inefficiency and is compatible with the intervention of the State. Nevertheless others sources of inefficiency as the Samaritan's dilemma and the indirect crowding-out effect stand. Beyond behaviours, analysis of psychology is clearly a major stake.
L'altruisme pur est une forme de l'altruisme. Elle induit une inefficacité de l'altruisme généralisé dans la redistribution ou la production de biens collectifs. Paradoxalement, l'altruisme pur généralisé justifie l'intervention de l'État. Selon cette conception, l'intervention de l'État est elle-même source d'élimination des comportements bienveillants. Elle produit un effet d'éviction des contributions privées par les dépenses publiques. Il est montré que cette conception repose sur des motivations guidées par l'intérêt personnel. D'autres conceptions de l'altruisme ont été développées. L'altruisme généralisé perd son inefficacité dans le cadre de ces autres conceptions et demeure compatible avec l'intervention de l'État. Cependant, d'autres sources d'inefficacité subsistent, comme le dilemme du samaritain ou l'effet d'éviction indirect. Au-delà des comportements, l'analyse des motivations ne paraît donc pas un enjeu mineur.
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Jérôme Ballet
Altruisme et biens collectifs. Une revue de la littérature
In: Revue économique. Volume 51, n°4, 2000. pp. 789-811.
Abstract
Altruism and social goods: a survey
Pure altruism is one form of altruism. It induces an inefficiency of generalized altruism in redistribution or production of social
goods. Paradoxically, generalized pur altruism warrants the State's intervention. However, altruism is evicted by the intervention
of the State. It produces a crowd-out effect. It's shown that this conception is based on selfish motivations. Others forms of
altruism have been advanced. So, generalized altruism lost his inefficiency and is compatible with the intervention of the State.
Nevertheless others sources of inefficiency as the Samaritan's dilemma and the indirect crowding-out effect stand. Beyond
behaviours, analysis of psychology is clearly a major stake.
Résumé
L'altruisme pur est une forme de l'altruisme. Elle induit une inefficacité de l'altruisme généralisé dans la redistribution ou la
production de biens collectifs. Paradoxalement, l'altruisme pur généralisé justifie l'intervention de l'État. Selon cette conception,
l'intervention de l'État est elle-même source d'élimination des comportements bienveillants. Elle produit un effet d'éviction des
contributions privées par les dépenses publiques. Il est montré que cette conception repose sur des motivations guidées par
l'intérêt personnel. D'autres conceptions de l'altruisme ont été développées. L'altruisme généralisé perd son inefficacité dans le
cadre de ces autres conceptions et demeure compatible avec l'intervention de l'État. Cependant, d'autres sources d'inefficacité
subsistent, comme le dilemme du samaritain ou l'effet d'éviction indirect. Au-delà des comportements, l'analyse des motivations
ne paraît donc pas un enjeu mineur.
Citer ce document / Cite this document :
Ballet Jérôme. Altruisme et biens collectifs. Une revue de la littérature. In: Revue économique. Volume 51, n°4, 2000. pp. 789-
811.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_2000_num_51_4_410555Altmisme et biens collectifs
Une revue de la littérature
Jérôme
altruisme pur est une forme de altruisme Elle induit une inefficacité de al
truisme généralisé dans la redistribution ou la production de biens collectifs Para
doxalement altruisme pur généralisé justifie intervention de tat Selon cette
conception intervention de tat est elle-même source élimination des compor
tements bienveillants Elle produit un effet éviction des contributions privées par
les dépenses publiques Il est montré que cette conception repose sur des moti
vations guidées par intérêt personnel autres conceptions de altruisme ont été
développées altruisme généralisé perd son inefficacité dans le cadre de ces
autres conceptions et demeure compatible avec intervention de tat Cependant sources inefficacité subsistent comme le dilemme du samaritain ou ef
fet éviction indirect Au-delà des comportements analyse des motivations ne
paraît donc pas un enjeu mineur
ALTRUISM AND SOCIAL GOODS SURVEY
Pure altruism is one form of altruism It induces an inefficiency of generalized
altruism in redistribution or production of social goods Paradoxically
pur altruism warrants the intervention However altruism is evicted by the
intervention of the State It produces crowd-out effect shown that this con
ception is based on selfish motivations Others forms of altruism have been ad
vanced So generalized altruism lost his inefficiency and is compatible with the
intervention of the State Nevertheless others sources of inefficiency as the Sa
dilemma and the indirect crowding-out effect stand Beyond behaviours
analysis of psychology is clearly major stake
Classification JEL D64 H41
INTRODUCTION
analyse économique ne se limite pas aux comportements maximisateurs
égoïstes sur les biens privés Elle au contraire depuis longtemps intégré dans
sa réflexion la fois les biens collectifs et hypothèse altruisme Ces deux
ouvertures ont fusionné la fin des années 1960 et durant les années 1970 avec
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines C3ED 47 boulevard Vauban
78047 Guyancourt
Je remercie pour leurs commentaires compris ceux dont je ai pas tenu compte
F.-R Mahieu Ph Meral et les referees de la revue
789
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Revue économique
la définition des fonctions utilité interdépendantes Cette représentation de
altruisme comme forme extemalité Samuelson 1973]1 rend formellement
équivalent altruisme de plusieurs individus envers autres individus un
bien collectif Kolm 1966] Hochman et Rodgers 1969] Bergström 1970]
von Furstenberg et Mueller 1971 ont ensuite étendu analyse des transferts
dans un modèle plusieurs altruistes
Cet article pour objet de présenter et de discuter les modèles de contribution
volontaire comme bien collectif en présence altruisme Le premier problème
posé par ces modèles réside dans la définition même de altruisme hypothèse
altruisme peut en effet donner lieu différents jugements de valeur Cepen
dant selon Marshall 1890] les diverses motivations liées altruisme ne
peuvent se mesurer seuls les comportements observent Conformément la
méthodologie de la nouvelle micro-économie De Gustibus non est Disputan-
dum Stigler et Becker 1977]) analyse économique traditionnelle de al
truisme en donnera une définition neutralisée Koulibaly 1998] reposant
sur les comportements Becker [1981] 174 souligne par exemple il ne
intéresse aux comportements sans tenir compte des motivations des indi
vidus Seuls les pouvant observer il peut être préférable de
concentrer analyse de altruisme sur ceux-ci
Pourtant les modèles caractéristiques de assimilation altruisme/extemalité
biens collectifs ne se limitent pas analyse des comportements ils
posent explicitement ou implicitement des types de motivation travers les
formes des fonctions utilité Dans ces modèles intégration des motivations
se réalise simplement par une hypothèse sur les préférences et implique pas
automatiquement un type de comportement Cependant admettre différentes
motivations au-delà des comportements permet un enrichissement de ana
lyse sans pour autant impliquer un jugement de valeur sur ces motivations
Une seconde section revient sur les problèmes de définition tout abord en
distinguant les préférences des comportements ensuite en introduisant la no
tion de bien collectif qui rend la distinction des types de préférences relative
ment délicate enfin en précisant les diverses motivations envisagées dans ces
modèles Une troisième section présente le modèle qualifié altruisme pur
Il agit une hypothèse particulière sur les préférences où altruiste ne se
soucie que du montant global de ensemble des transferts Ce modèle permet de
conclure inefficacité de altruisme pur dans la redistribution ou la production
un bien collectif Quand le nombre altruistes purs augmente la contribution
de chacun diminue et la somme des contributions est pas Pareto-optimale
Ainsi altruisme justifierait intervention de Etat Cette conclusion est dé
passée par la formulation autres modèles altruisme Il est de plus montré que
altruisme pur repose sur une définition fondée sur des motivations probable
ment guidées par la recherche de intérêt personnel La quatrième section re
prend la problématique de la section précédente en inversant intervention
étatique est-elle pas source éviction des comportements bienveillants Cet
effet éviction est total si on retient la conception de altruisme pur mais
seulement partiel dans les cas autres formes altruisme intervention de
Etat est par conséquent pas totalement incompatible avec des contributions
Voir appendice au chapitre 25
790
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Jérôme Ballet
volontaires individuelles La cinquième section développe quelques sources
inefficacité des autres formes altruisme Le dilemme du samaritain et un
effet éviction indirect en sont origine Enfin une sixième section conclut
sur les limites des formulations de ces modèles
MENTS DE FINITION
altruisme est défini comme intemalisation dans la fonction utilité de
individu de la fonction utilité un individu ou une variable repré
sentative de utilité de indi vidu le revenu de la consommation dey avec
Cette définition été développée notamment par Marglin 1963]1 Kolm
1966] De Alessi 1969] Hochman et Rodgers 1969 La fonction utilité est
dite interdépendante On peut écrire pour individu
è[è )è ou è(ä;
Le passage de la première forme la seconde suppose le respect des hypo
thèses de non-paternalisme et de séparabilité Kolm 1994] Un individu sera
considéré comme bienveillant malveillant ou égoïste si dU du ou
d]i làXj bienveillant) ïu Idu ou d{ Idx malveillant)
dJ du ou dU Idx égoïste)
Un individu bienveillant retire une satisfaction de accroissement de la
consommation ou du revenu de individu Les préférences subjectives de
individu sa psychologie est-à-dire ses préférences entre sa consommation
et celle dej sont représentées par sa carte indifférence Le taux marginal de
substitution entre sa consommation et celle de est égal en un point donné de
sa carte indifférence au rapport des utilités marginales des consommations de
et dej Le transfert que consentira dépend de ses préférences subjectives
mais aussi de sa dotation initiale de ses possibilités objectives représentées par
une droite de transfert ou contrainte budgétaire Cette interdépendance ne se
linute pas un entre un riche et un pauvre un pauvret peut
être bienveillant égard un individu plus riche que lui Le transfert ef
fectuera dans ce cas du pauvre vers le riche même il ne agit pas un
transfert monétaire mais un transfert en nature ou en temps)
Préférences et comportements
Selon la définition précédente il existe une distinction entre les préférences
représentées par la forme de la fonction utilité et le comportement Cazenave
et Morrisson 1978 développent cette distinction partir de exemple un
Le modèle de Marglin est déjà un modèle intertemporel Dans celui-ci altruisme
envers les générations futures rend le taux intérêt du marché inadéquat pour déterminer
les investissements collectifs Ce modèle été discuté par Tullock 1964] Usher 1964
et Lind 1964 origine de la discussion est en fait article de Sen 1961]
Une présentation détaillée de ce problème se trouve dans Cazenave et Morrisson
1978]
797
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 économique Revue
individu ayant une préférence egalitaire dans la distribution du revenu ou du
bien-être Imaginons ainsi un individu ait une préférence pour égalité des
revenus Cette préférence marque sa psychologie Sa fonction utilité sera de la
forme ä: Cette fonction indique rien sur son comportement de trans
fert égard de individu Représentons sur la figure optimisation de
individu
Figure Psychologie
et comportements de individu
t+ t-
Si la psychologie de individu est egalitaire il maximise sa fonction utilité
au point E* Son comportement de transfert dépend cependant de sa position
initiale dans la distribution des revenus Si la situation initiale se trouve au point
E individu effectue un transfert positif tr envers Au contraire si la répar
tition est origine au point E il est favorable un transfert dej vers lui
Dans le cas où la situation est déjà au point E* il est parfaitement satisfait et
ni ne désire un transfert de ne désire effectuer un transfert vers
Ainsi selon Cazenave et Morrisson 1978 87] absence de transfert ne
correspond pas nécessairement de egoïsme mais aussi parfois de la bien
veillance avec quasi-égoïsme Cependant cette expression traduit la difficulté de
tenir compte la fois de la psychologie et des comportements ailleurs une
psychologie égoïste ne signifie pas absence de transfert ou de comportement
bienveillant instar du Rotten Kid Becker 1974])
Conformément aux modèles qui sont étudiés ici le terme altruisme por
tera sur la psychologie i.e les préférences des individus et non sur les com
portements En revanche on utilisera pour les comportements les termes de
bienveillance ou egoïsme altruisme étant dans ce cadre pas sy
nonyme de la bienveillance De même pour refléter la psychologie non altruiste
on parlera intérêt personnel
Cette définition de altruisme plus générale que celle de la bienveillance
est pas sans poser problème Les références de analyse économique aux deux
traditions distinctes de la philosophie morale et de la sociologie sont sources de
confusion Alors que pour la qui préfère le terme Autre ou
Autrui altruisme est neutre priori la sociologie le charge de valeurs
Mahieu 1998] Même si on se limite aux préférences altruisme peut cor
respondre aux préférences éthiques tandis que la bienveillance se réfère aux
préférences subjectives Ballet 1998] altruisme dans le cadre de cet article
792
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Ballet Jérôme
sera limité la psychologie au fait que individu se soucie des autres et
exprime par la présence dans la fonction utilité un argument représentant
autrui
Préférences et biens collectifs
Comme le souligne Collard 1978] hypothèse imputation attribution
dans la fonction utilité un argument supplémentaire pour représenter le
souci envers autrui bien elle soit facile mettre en uvre dans le cas de biens
privés devient délicate pour les biens collectifs En effet supposons deux in
dividus et guidés par leur intérêt personnel et un bien collectif Les
fonctions utilité écrivent U Z et U. puisque Zy == Ces ne présentent pas de différence avec la fonction utilité un
agent altruiste envers ayant une préférence pour la consommation de par
soitU(xZ)
Il semblerait impossible de distinguer entre un individu dont les préférences
concernent son seul intérêt personnel et un individu altruiste Il est pourtant
possible de supposer que le bien collectif est disponible que pour une caté
gorie de personnes par exemple de sorte que on puisse écrire pour un
individu guidé par son intérêt personnel x et Z)
Au contraire la fonction un individu altruiste écrira è(ä: ou
ä: gxJ représente non pas le bien collectif mais la contribution au bien
collectif par exemple la contribution une organisation caritative fournissant
des biens collectifs aux plus démunis tels éducation .. ou des biens privés
vêtements nourriture...)
Cependant dès lors que plusieurs altruistes sont prêts contribuer de manière
volontaire au financement de ce bien collectif ou privé) la somme des contri
butions volontaires peut être analogue un bien collectif pour ensemble des
altruistes Si G=E =l...n) la fonction un altruiste écrira
x G)
Si imputation dans la fonction utilité de la somme des contributions aux
biens bénéficiant autres individus représente altruisme aucune précision
est donnée sur les motivations de ces contributions
Les motivations
La représentation des préférences par la fonction utilité suppose
en fait un type de motivation particulière individu une préférence que
pour la somme totale des contributions Il considère donc sa propre contribution
comme substituable celle des autres ou au financement public Il ne semble
avoir aucune autre motivation que atteinte un niveau de bien-être pour les
autres individus égard desquels altruiste est soucieux Dans ce cas il est
usuel de parler altruisme pur
Néanmoins les motivations du transfert peuvent être diverses et/ou multiples
Une proposition consiste introduire un élément privé sous forme un argu
ment supplémentaire dans la fonction utilité On parle alors altruisme im
pur La fonction utilité devient
U-U(x
793
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Revue économique
Cet argument est source de satisfaction personnelle et relève de intérêt
personnel Dans cette approche acte de donner entre directement dans la
fonction utilité Arrow 1972] et procure un effet aise Andreeni 1987
1990])1 Cependant cet effet aise ne spécifie pas les motivations de altruiste
autrement dit le service procuré par la contribution Rapoport 1995] Les
contributions individuelles reposent sur des motifs vanes Il agit par exem
ple une récompense tirée du don Becker 1974]) de la recherche un statut
social Hirshieifer 1985] acte de donner permet affirmer son statut social
Le don entre parent et enfants pourrait être lié cette motivation Schwartz
1967] Mais les transferts peuvent également dépendre un principe de réci
procité2 Sugden 1982] ou être liés aux pressions sociales exercées par la
famille les amis voire les employeurs Sugden 1984])
Ainsi de manière opposée altruisme pur selon Andreeni 1989
egoïsme une motivation guidée par intérêt personnel sera représenté par
la fonction utilité suivante
=U(x
Dans ce cas la redistribution totale ou le bien collectif est pas un argument
de la fonction utilité puisque individu ne se soucie que de sa propre contri
bution dont il retire une satisfaction
Une proposition alternative appuie sur une conception morale de al
truisme Collard 1975 et Sen 1977 distinguent chez Edgeworth 1881 deux
comportements liés aux relations aux autres Ceux-ci représentent deux formu
lations de altruisme agit de la compassion et de engagement La com
passion interprète comme influence exerce la situation un individu sur
le bien-être de celui qui en soucie En ce sens la compassion correspond un
intérêt personnel puisque action en faveur autrui provient de la propre sa
tisfaction de la personne qui effectue engagement au contraire est dénué de
recherche intérêt personnel3 Il consiste en une action considérée comme
morale La fonction utilité un individu moral peut écrire
U=U *G
argument indique que altruiste effectue une participation minimale
il juge nécessaire pour le bien-être des autres ou pour faire progresser la
cause il défend Bien sûr individu satisfait ses préférences mais cela ne
correspond pas la recherche un intérêt personnel altruisme moral corres
pond un engagement moral envers autrui Par exemple un individu militera
contre la torture dans le monde et engagera moralement par ses actions alors
même que ne faire aucune action serait moins coûteux pour lui et il ne retire
aucune satisfaction autre que morale de celles-ci action est dirigée par les
préférences individuelles Sen 1970 interprète par exemple la participation aux
Warm-glow giving effect
Kolm 1984a 1984b 1994 utilise également la théorie de la réciprocité Mais son
analyse est beaucoup plus large que le débat de cet article Elle se réfère au choix des
systèmes économiques sur la base des transferts
Pour plus de détails et argumentation sur la différence entre engagement et intérêt
personnel voir Sen 1977]
794
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Jérôme Ballet
élections comme une action guidée non pas par la maximisation de utilité
attendue du résultat de ces élections mais comme le désir des individus de voir
leurs préférences enregistrées Laffont 1975 formule un modèle concernant le
comportement individuel face la pollution Une personne qui se trouve sur une
plage où des poubelles sont placées espaces réguliers peut tout fait porter
ses détritus dans une de ces poubelles alors même elle ne subirait aucune
désutilité les jeter un peu plus loin autour elle Il considère que les individus
agissent sur la base de principes moraux ou kantiens)1 ils ont un sens des
responsabilités sociales Un altruisme défini dans ces termes exerce une parti
cipation personnelle minimale indépendante de ensemble des participations
Elle représente son engagement moral La fonction utilité un altruiste moral
comprend aussi comme argument la somme des contributions il se sou
cie de la totalité des contributions Il désire par exemple voir les pratiques de
torture disparaître totalement ou les plages parfaitement propres
Si altruisme pur se soucie des autres il considère que sa contribution est
sans importance et que objet de son souci est la somme des contributions
i.e le niveau de bien-être des autres En revanche altruisme impur et al
truisme moral ont un souci égard de leur propre contribution Dans ce cadre
la motivation est représentée par un argument supplémentaire dans la fonction
utilité
ALTRUISME RALISE
Le critère efficacité de Pareto postule implicitement la supériorité de
égoïsme Ce dernier combiné au marché permet en effet de réaliser allocation
la plus efficace possible des biens privés Selon Kolm 1980 1984a b] cette
supériorité repose sur des sophismes De plus égoïsme apparaît inapte la
production de biens collectifs en raison du comportement de passager clandes
tin altruisme est-il plus apte financer ce type de biens que égoïsme
Les développements sur cette question partir de plusieurs individus al
truistes purs ont été construits initialement sur la base de quatre hypothèses
essentielles outre les deux hypothèses déjà énoncées de non-patemalisme et de
séparabilité)
Hl La première est intégration dans les fonctions utilité de ensemble
des altruistes un argument représentant le bien collectif et on peut écrire
pour tout altruiste Cette hypothèse est la généralisation au calcul
économique en présence Autrui de la représentation du système de préféren
ces par une fonction utilité continue Cette hypothèse si elle est convention
nelle est discutable dès lors que le calcul ne effectue plus seulement sur les
biens Le calcul sur les autres peut en effet impliquer des priorités Mahieu et
Ballet 1998])
Le terme retenu dans cet article est altruisme moral et non altruisme kantien puisque
les principes kantiens ne sont une classe particulière des principes moraux autres
analyses ne sont priori pas exclues
795
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Revue économique
Selon la seconde hypothèse objectif de maximisation de utilité par
chaque individu détermine sa participation Cette hypothèse concerne la ratio
nalité de Il en effet aucune raison de penser un individu
altruiste une forme de rationalité différente des individus non altruistes
H3 La troisième hypothèse concerne la forme fonctionnelle de la fonc
tion utilité utilité prend généralement une forme quasi linéaire
+y Dans ce cas le taux marginal de substitution pour
chaque altruiste entre le bien privé et le bien collectif dépend seulement de
sa consommation du collectif et non de sa consommation de bien privé
Cette hypothèse pour effet éliminer la question de la richesse de altruiste
et recentre la décision sur le bien collectif indépendamment des contraintes sur
la privée Bergström et Cornes 1983 ont montré une fonc
tion utilité de ce type est une condition nécessaire pour que le montant optimal
du bien collectif soit indépendant de la distribution des biens privés
H4 La quatrième hypothèse réside dans analyse en termes équilibre de
Nash où chaque individu décide de sa contribution en considérant comme
données les contributions des autres individus Cette hypothèse pour objet de
précisera Elle vise établir le désir distributif des agents en tant in
dividus isolés Selon McMillan 1979] cette hypothèse correspond deux mé
canismes Premièrement le fait que individu qui transfère évalue sa contri
bution que par rapport sa propre utilité marginale et non vis-à-vis de utilité
marginale du bénéficiaire du transfert Deuxièmement plus le groupe indivi
dus élargit plus il devient difficile de discerner les effets de sa propre contri
bution dans ensemble des contributions Le premier mécanisme indique clai
rement que la motivation est très proche de intérêt personnel
après hypothèse Hl la fonction utilité un individu altruiste pur peut
écrire G) avec la consommation privée de et le bien
collectif .. est la somme des contributions où est
la participation de chaque altruiste Selon hypothèse H2 on peut écrire le
programme de maximisation de altruiste
maxLL(
sous contraintes
-G =l...A;-l +l...n
où est la dotation de et la somme des contributions autres que celle
de On peut alors réécrire
maxLL ?
Xk Sk Xk 8i
II apparaît en raison de H4 dg == est-à-dire que la contri
bution totale des autres altruistes est pas influencée par la contribution de et
que altruiste traite les contributions des autres comme des substituts sa
propre contribution De ce fait quand augmente diminue
En suivant Atkinson et Stiglitz 1980] il est possible de représenter la maxi
misation sous contrainte pour un individu altruiste fig 2)
796
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811 Jérôme Ballet
Figure Optimum individuel
et transferts
altruiste répartit sa dotation entre consommation privée et transfert Si
aucun autre individu est pris en compte la maximisation de la fonction uti
lité de au point donne un niveau de participation Si les participations des
autres altruistes 1... .. sont prises en compte par soit
Celles-ci ont pour effet de déplacer la contrainte budgétaire de qui
profite de ces participations sans contribuer Pour la nouvelle contrainte bud
gétaire préfère effectuer une contribution plus petite
correspondant au nouveau point équilibre Le point est un équilibre de
Nash et la droite passant par En représente ensemble des équilibres de
Selon cette représentation la participation individuelle décline quand en
semble des contributions des autres altruistes augmente Chaque altruiste fait le
même raisonnement On peut alors écrire
5
Les conséquences des différentes hypothèses sont les suivantes Quand le
nombre altruistes augmente la contribution de chacun diminue la
taille du groupe altruistes tend vers infini la participation individuelle tend
vers zéro En autres termes altruisme pur généralisé est inefficace assurer
une redistribution De plus quand le nombre altruistes est grand un accrois
sement exogène des dons un impact insignifiant voire nul sur le montant total
des dons Margolis 1982] Andreeni 1988a])
Une redistribution équilibre de Nash est en règle générale pas Pareto-
optimale Von Furstenberg et Mueller 197l] Nakayama 1980] Arrow 1981]
Kranich 1988] Inversement des optima distributifs de Pareto ne seront pas
des équilibres de Nash dans le cadre existence de jalousie Mercier-Ythier
1998])
En effet altruiste évalue sa propre contribution partir de son taux marginal
de substitution privé Or optimum qui coïncide avec une solution coopérative
exige selon la règle de Samuelson que chaque altruiste évalue sa contribution
partir du taux marginal de substitution social la somme des taux marginaux
de substitution privé Dans ce cas les contributions individuelles Pareto-
optimales correspondent la solution coopérative Gin La contri
bution individuelle de équilibre de Nash est inférieure la contribution indi
viduelle en situation de coopération et correspondant optimum Chacun est
797
Revue économique vol 51 juillet 2000 789-811

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin