Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bassins de naissance : des attractions différenciées

De
4 pages
Quelque 32 900 bébés ont vu le jour en Aquitaine en 2001. La quasi-totalité de ces naissances a eu lieu au sein d'établissements spécialisés répartis dans la vingtaine des principaux pôles d'accouchement aquitains ou bien situés hors Aquitaine, à proximité des limites régionales. Des bassins de naissances se définissent sur le territoire régional de manière plus ou moins nette selon le type d'attraction exercée par l'établissement. Suivant la nature de l'espace, rural ou urbain, la distance parcourue par les Aquitaines pour se rendre au lieu d'accouchement choisi est très variable : moins de 10 kilomètres pour la moitié d'entre elles ou plus de 30 kilomètres pour une femme sur neuf. Cartes - Tableaux
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
BASSINS DE NAISSANCES :
DES ATTRACTIONS DIFFÉRENCIÉES
Quelque 32 900 bébés ont vu le jour
en Aquitaine en 2001.
naissances par rapport à l’espace rural. En 1999, annéeLa quasi-totalité de ces naissances a eu lieu
du dernier recensement de la population, les trois quarts
au sein d’établissements spécialisés des naissances étaient domiciliées dans une commune
de l’espace urbain, lequel ne comprenait que 70 % de larépartis dans la vingtaine des principaux
population régionale. Cet état de fait est en grande partie
pôles d’accouchement aquitains lié à la moindre proportion, dans la population rurale,
de femmes en âge d’enfanter. En particulier, leou bien situés hors Aquitaine,
nord-ouest des Landes, les cantons des vallées
à proximité des limites régionales.
pyrénéennes, le nord du Médoc et de la Dordogne ont
Des bassins de naissances se définissent vu naître beaucoup moins d’enfants que ne l’aurait
laissé attendre le comportement régional moyen : unesur le territoire régional de manière
naissance pour 90 habitants en moyenne en 1999.
plus ou moins nette selon le type
Seulement 1 % des naissancesd’attraction exercée par l’établissement.
hors d’une maternité
Suivant la nature de l’espace,
En 2001, la quasi-totalité des accouchées aquitaines se
rural ou urbain, la distance parcourue
sont rendues dans un établissement spécialisé.
par les Aquitaines pour se rendre au lieu Seulement 1 % des bébés sont nés en dehors d’une
structure spécialisée. A cette date, une vingtained’accouchement choisi est très variable :
d’agglomérations aquitaines en étaient pourvues (par
moins de 10 kilomètres pour la moitié ordre alphabétique : Agen, Arès, Arcachon-La Teste,
Bayonne, Bergerac, Blaye, Bordeaux, Dax, Langon,d’entre elles ou plus de 30 kilomètres
Lesparre-Médoc, Libourne, Marmande, Orthez, Pau,
pour une femme sur neuf. Périgueux, La Réole*, St-Palais, Sarlat). Il faut y ajouter
les maternités de départements limitrophes qui ont attiré
un certain nombre de futures mamans résidant aux
En 2001, près de 32 900 enfants sont nés d’une mère franges de l’Aquitaine : Angoulême pour les communes
domiciliée en Aquitaine. La quasi-totalité d’entre eux en limite nord-ouest de la Dordogne, Limoges pour les
est née dans la région ou les départements limitrophes. communes en bordure nord-est, Brive pour les environs
Parallèlement, presque 1 400 enfants sont venus au de Terrasson, Gourdon, dans le Lot, pour quelques
monde en Aquitaine, alors que leur mère n’y résidait communes du sud-est de la Dordogne ainsi que Tarbes
pas. En particulier, plus d’une parturiente sur dix ayant pour les communes de l’extrémité orientale des
accouché à Mont-de-Marsan et plus d’une sur six à Pyrénées Atlantiques.
Agen étaient domiciliées hors de l’Aquitaine, du fait de
Toutes les femmes n’ont pas accouché à la mêmela proximité de la région Midi-Pyrénées. Les autres
distance de leur domicile. Ainsi, entre 1998 et 2000, lamaternités proches des limites régionales, telles Blaye
moitié des femmes aquitaines ont accouché à moins deet Sarlat, ont vu toutefois accoucher une part plus faible
10 kilomètres de leur commune de domicile, mais unede mères résidant hors de l’Aquitaine.
sur neuf a effectué plus de 30 km. A titre de
La répartition des naissances suit dans les grandes comparaison, sur l’ensemble du territoire métropolitain,
lignes celle de la population sur le territoire aquitain. la moitié des femmes ont parcouru, en 2001, moins de
Presque la moitié des parturientes aquitaines de 2001 6,2 kilomètres pour accoucher, et seulement une sur 12
résidaient en Gironde, une sur cinq dans les Pyrénées a effectué plus de 30 kilomètres. En termes de distance
Atlantiques et, dans chacun des trois autres parcourue, le territoire s’organise de manière à peu près
départements, respectivement une sur dix. Dans concentrique autour des agglomérations dotées de
l’ensemble, l’espace urbain présente un léger excès de structures d’accouchement. Ainsi, dans les communesINSEE
AQUITAINE
*Le centre hospitalier de la Réole a cessé son activité d’obstétrique au cours
INSTITUT NATIONAL de l’année 2001
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 121
SEPTEMBRE 2003Distance moyenne parcourue pour accouchersituées au nord du département des
Landes, de même que dans une large entre 1998 et 2000
couronne nord de celui de la Dordogne,
les futures mamans ont accompli, en
moyenne, la plus grande distance pour
Périgueux
accoucher.
Plus du tiers des bébés nés en Aquitaine,
Libourne
Bordeaux Bergeracsoit plus de 12 000, ont vu le jour dans les
établissements spécialisés de
l’agglomération bordelaise (situés dans
Arcachon
les communes de Bordeaux, du Bouscat, MarmandeEn km
Villeneuve-de Cenon, Pessac et Talence). Les 40 ou plus
sur-Lot30 à 40maternités de Bayonne et Pau ont dépassé
20 à 30
10 à 20les 3 000 naissances chacune. Hors de Agen
Moins de 10
ces trois agglomérations, seules les
maternités de Périgueux, de Libourne et Mont-
de-Marsan
d’Agen ont dénombré plus de 1 500
naissances.Celles de Mont-de-Marsan et Dax
Dax en totalisent entre 1000 et 1 500.
Bayonne
En termes d’organisation du territoire,
l’importance d’une maternité ne se mesure Pau
pas uniquement par l’effectif des
accouchements réalisés. Un établissement
de grande ville aura plus de chances
d’accueillir un nombre plus élevé de
femmes que celui d’une petite
Source : Insee - État civil ©INSEE-IGN 2003agglomération de l’espace rural.En
revanche, s’il est le seul, ce dernier
pouvoir d’attraction d’un pôle sur lesrecrutera sur un territoire plus vaste à territoire géographique, largement rural et
communes environnantes varieplusieurs dizaines de kilomètres à la de densité démographique moyenne ou
cependant de l’un à l’autre.ronde. Il est alors intéressant de considérer faible. Il en va de même pour
l’organisation de l’espace selon le Villeneuve-sur-Lot et, dans une moindre
L’exclusivité pour Périgueuxparamètre des déplacements pour mesure, pour Bergerac, qui exercent leur
et Mont-de-Marsanaccouchement. Le territoire est-il structuré influence sur une vingtaine de kilomètres
en “bassins” ? Dans ce cas, les résidentes le long du Lot et de la DordogneLes établissements de Bordeaux, Pau et du
viendraient majoritairement accoucher respectivement. Agen étend son domaineBAB (Bayonne-Anglet-Biarritz), attirent,
dans des zones géographiquement d’exclusivité sur une large bande de partdans un rayon de 25 à 30 kilomètres, la
cohérentes centrées autour d’un pôle doté et d’autre de la Garonne, depuis Nérac, àquasi-totalité des résidentes. Il en est de
d’un établissement spécialisé. l’ouest, jusqu’au plateau qui sépare lamême pour ceux de Mont-de-Marsan et
Garonne du Lot. Dax exerce sonEn rattachant chaque commune de Périgueux. La préfecture des Landes étend
attraction le long d’un couloir menant,résidence de la mère au pôle fréquenté son rayon d’exclusivité sur une large
vers le nord-ouest, jusqu’à Vielle-majoritairement pour l’accouchement, moitié nord, qui déborde jusque sur les
St-Girons. Au sud de l’agglomérationon met en évidence des territoires plus ou cantons occidentaux du Gers. Celle de la
dacquoise, la présence de Bayonne se faitmoins centrés autour du pôle. Ainsi, dans Dordogne exerce le sien sur un rayon
toutefois rapidement ressentir.l’ensemble, se vérifie le sens commun allant jusqu’à 50 km vers le nord-est. Ces
“Concurrencée” à proche distance, leselon lequel plus on habite près d’un pôle deux agglomérations présentent la
long de la Garonne, par Agen et la Réoledoté de structures d’accouchement, plus particularité de constituer les seuls lieux
et, en amont sur le Lot, paron a de chances de le fréquenter. Le dotés de maternités dans un vaste
Villeneuve-sur-Lot, Marmande ne
conserve, comme aire d’exclusivité, que
Naissances domiciliées par département aquitain en 2001
les communes situées dans un rayon
Naissances domiciliées En % Population féminine En % d’une dizaine de kilomètres. Elle exerceDépartement
en 2001 de 15 à 49 ans (ELP)
en revanche une influence partielle dans
Dordogne . . . . . . . . . . . . 3 665 11,1 8 1637 11,8
une bande transversale orientée du nord
Gironde . . . . . . . . . . . . . . 16 090 48,9 330 890 47,9
vers le sud, depuis le canton d’Houeillès
Landes . . . . . . . . . . . . . . . 3 502 10,6 71 958 10,4
jusqu’à celui de Duras.
Lot-et-Garonne . . . . . . . . 3 168 9,6 66 328 9,6
Pyrénées-Atlantiques . . . . 6 464 19,7 139 725 20,2 Les autres pôles disposant
Total . . . . . . . . . . . . . . . . 32 889 100,0 690 538 100,0 d’établissements d’accouchement n’ont
Source : Insee - État civil - Estimations Localisées de Population (ELP) quasiment aucune zone d’exclusivité.
oN 121
SEPTEMBRE 200324 bassins de naissances pour l’Aquitaine Sources : les naissances sur le territoire français
font l’objet d’une déclaration en mairie au ser-
Angoulême
vice d’état civil. Un bulletin de naissance est ré-
digé, à destination de l’INSEE. Y sont entre autres
mentionnés le domicile des parents ainsi que lesLesparre-
Médoc conditions et la commune d’accouchement.
PérigueuxBlaye
Naissance domiciliée ou enregistrée : une nais-
Brive-
la-Gaillarde sance est dite dans une commune
donnée lorsque la mère réside dans cette com-Libourne
mune. La commune d’enregistrement est celleArès
SarlatBordeaux du lieu d’accouchement.Bergerac
Établissement spécialisé : la nature du lieu d’ac-
couchement est indiquée sur le bulletin de nais-La Teste La Réole
sance. Aux naissances en établissementVilleneuve-Marmande
Langon sur-Lot spécialisé (hôpital, maternité), doté d’un équi-
pement de néonatologie plus ou moins impor-
tant, s’ajoutent les naissances à domicile ainsi
que dans d’autres lieux.
Agen
Distance : la notion de distance utilisée entre
Mont-de-Marsan
deux communes est celle de la distance«àvol
d’oiseau », calculée entre les centres des com-
munes. On ne dispose pas, en effet, du trajet ef-
Dax
fectivement parcouru entre le domicile et le lieu
de l’accouchement. Notamment, lorsque la nais-Bayonne
Orthez sance a lieu dans la commune de domicile, la
distance est supposée être nulle. Ce critère de
St-Palais
Pau permet toutefois d’avoir une idée de
Tarbes l’importance de l’éloignement entre deux points.
Oloron-
Ste-Marie
© INSEE-IGN 2003 Deux cas se présentent : dans les bassins
030 60
situés autour de Bordeaux (Lesparre-
km
Médoc, Arès, La Teste, Langon, La Réole,
Chaque canton est rattaché, par sa couleur, à l’agglomération la plus fréquentée, entre 1998 et 2000, Libourne et Blaye), une part non
par ses parturientes pour y accoucher.
négligeable des futures mères se dirigeLe dégradé de couleur indique que cette principale agglomération (indiquée en gras) est fréquentée
par moins de quatre mères sur cinq. Le canton est donc attiré de façon significative par les maternités vers les établissements de l’agglomération
d’autres agglomérations. Source : Insee - État civil
bordelaise. Le phénomène ne touche pas
uniquement la frange des bassins qui est
Caractéristiques des pôles de naissances aquitains la plus proche de Bordeaux (par exemple,
le sud du Blayais). Ainsi, dans le nord duNaissances % de naissances Moyenne Moyenne d'âge
Pöle enregistrées domiciliées d'âge des mères Médoc, de nombreuses femmes
en 2001 hors Aquitaine des mères primo-parturientes
accouchent à Bordeaux alors que
Bergerac . . . . . . . . . . . 773 1 29,4 27,8
Lesparre-Médoc se trouve sur leur trajet.
Périgueux . . . . . . . . . . 1 895 3 29,2 27,2
Peut-être doit-on voir là un effet de la
Sarlat . . . . . . . . . . . . . . 282 7 29,6 27,9
hiérarchie implicite entre “petites” et
Arès. . . . . . . . . . . . . . . 411 2 29,8 28,6
“grandes” maternités : quitte à effectuer
Blaye 397 7 28,7 26,8
un trajet, on choisit d’aller un peu plus
Bordeaux (*) . . . . . . . . 12 391 2 30,0 29,1
loin pour accoucher dans un
Langon . . . . . . . . . . . . 625 1 29,3 27,1
établissement de grande ville. Dans ces
Lesparre-Médoc. . . . . . 339 2 28,0 26,3
zones limitrophes du bassin bordelais,
Libourne . . . . . . . . . . . 1 775 7 29,0 28,7
seules les femmes résidant dans la
La Réole (**) . . . . . . . . 61 0 30,3 28,5
commune hébergeant la maternité ou
La Teste - Arcachon. . . 735 1 29,7 27,4
bien à proximité immédiate vont
Dax . . . . . . . . . . . . . . . 1 100 2 29,8 28,8
majoritairement accoucher dans cetteMont-de-Marsan . . . . . 1 483 11 29,9 28,6
commune.Agen . . . . . . . . . . . . . . 1 711 17 29,5 28,2
Marmande. . . . . . . . . . 827 2 29,1 27,6
Le deuxième cas est constitué par des
Villeneuve-sur-Lot . . . . 889 6 29,3 27,8
agglomérations de petite et moyenne
Bayonne . . . . . . . . . . . 3 235 3 30,5 29,3
taille largement entourées par l’espace
Oloron-Ste-Marie . . . . 374 1 30,1 28,9
Orthez. . . . . . . . . . . . . 330 3 29,3 27,5
Les naissances multiples
Pau . . . . . . . . . . . . . . . 3 184 4 30,4 29,6
Plus de 98 % des accouchements ont donné lieuSaint-Palais . . . . . . . . . 219 1 30,2 29,8
à une naissance simple. Les naissances gémellai-
(*) sont regroupées les naissances dans les établissements hospitaliers de Bordeaux, du Bouscat, de Cenon, Pessac et
res représentent moins d’un accouchement surTalence
60, tandis que celles de triplés ou plus représen-(**) Le centre hospitalier de la Réole a cessé son activité d'obstétrique au cours de l'année 2001.
tent des cas exceptionnels (environ une dizaine).
Source : Insee - État civil
oN 121
SEPTEMBRE 2003oN 121
SEPTEMBRE 2003
En 2001, les prénoms Léa et Thomas légèrement en tête
En 2001, 2381 premiers prénoms différents ont été donnés aux petites filles nées en Aquitaine et 1968 chez les garçons. Parmi les
nombreux prénoms choisis, certains ne constituent que les variantes orthographiques d’un prénom originel, par exemple Emelyne
et Emmeline, qui dérivent de la forme “Emeline”.
Tous les prénoms ne sont pas attribués avec la même fréquence. Si tel avait été le cas en 2001 en Aquitaine, un même prénom
aurait été attribué en moyenne à moins de 9 garçons et moins de 7 petites filles nés cette année-là. En réalité, seuls 230 prénoms
féminins et 226 prénoms masculins ont été attribués plus de 10 fois. En outre, certains prénoms émergent de façon systématique,
définissant ce qui peut être apparenté à un phénomène de mode. Une mode toutefois relative, puisque, au niveau national, le
premier prénom donné en 2001 concerne à peine plus de 3 % des naissances chez les filles (Léa), et un peu plus de 2,5 % chez les
garçons (Thomas).
En 2001, l’Aquitaine n’a pas dérogé à la règle. Léa est arrivée largement en tête chez les filles, et ceci dans chacun des
départements régionaux. Chez les garçons, de légères différences départementales apparaissent quant à la première place, dans un
peloton de tête occupé principalement par Thomas, Lucas, Théo et Hugo.
Les principaux prénoms donnés en 2001 aux bébés aquitains
Naissances 2001 enregistrées en Aquitaine
Garçons Filles
Lot-et- Pyrénées- Lot-et- Pyrénées-
Rang Dordogne Gironde Landes Aquitaine Rang Dordogne Gironde Landes AquitaineGaronne Atlant. Garonne Atlant.
1 Lucas Théo Thomas Lucas Thomas Thomas 1 Léa Léa Léa Léa Léa Léa
2 Thomas Thomas Hugo Thomas Lucas Lucas 2 Manon Emma Manon Sarah Emma Emma
3 Hugo Lucas Théo Clément Hugo Théo 3 Chloé Manon Emma Chloé Manon Manon
4 Clément Hugo Lucas Quentin Théo Hugo 4 Laura Chloé Camille Camille Marie Chloé
5 Antoine Maxime Paul Théo Baptiste Maxime 5 Océane Sarah Chloé Emma Camille Camille
6 Théo Quentin Maxime Hugo Nicolas Clément 6 Camille Camille Lucie Manon Chloé Sarah
7 Tom Clément Clément Enzo Maxime Quentin 7 Emma Marie Maeva Océane Mathilde Marie
8 Louis Enzo Quentin Nicolas Paul Paul 8 Anais Clara Océane Pauline Sarah Océane
9 Adrien Paul Valentin Kevin Clément Alexandre 9 Mathilde Mathilde Sarah Marie Lucie Mathilde
10 Benjamin Alexandre Anthony Anthony Mathieu Nicolas 10 Lucie Océane Julie Laura Océane Clara
Source : Insee - Répertoire national d’identification des personnes physiques
rural. Le bassin de naissances l’influence de trois agglomérations de
d’Oloron-Ste-Marie, tel qu’on l’a défini, taille moyenne (Périgueux, Villeneuve-
est en partie tourné vers celui de Pau, qui sur-Lot et Bergerac) ainsi que, sur sa
POUR EN SAVOIR PLUS...attire une partie des mères. Ceux d’Orthez frange est, de deux agglomérations
et, dans une moindre mesure, de extra-régionales : Brive-la-Gaillarde,en “Une femme accouche en moyenne à
14 kilomètres de son domicile” - InseeSaint-Palais sont en partie soumis à Corrèze et, dans une moindre mesure,
Première n° 903 - juin 2003 - 2,20 eurosl’attraction des deux grandes Gourdon, dans le Lot.
agglomérations de Bayonne et de Pau, “Fichier des prénoms” CD-Rom - Insee -
entre lesquelles ils se situent. Le cas de Édition 2002 - 1100 euros
Sarlat est celui d’un bassin qui subit Frédéric CHATEL
Directeur de la publication : François Elissalt - Rédacteur en chef : Élisabeth Nadeau -
Assistante de rédaction : Christiane Fournier - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e
© INSEE 2003 - n° ISSN 1283-6036 - Dépôt légal 4 trimestre 2003
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA12108
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€