Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bilan démographique 2003 (Le Flash d'Octant n° 97)

De
4 pages
En 2003, les naissances domiciliées en Bretagne ont légèrement augmenté, de même que le nombre de décès. La Bretagne a été relativement épargnée par la vague de chaleur du mois d'août. Ainsi le solde naturel reste stable à près de 6 000 personnes. Cependant un tiers des communes bretonnes accusent un déficit naturel en 2003. Le nombre de divorces augmente, celui des mariages diminue, tandis que le Pacs gagne du terrain.
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Démographie Numéro 97 - Avril 2004
Bilan démographique 2003
En 2003, les naissances domiciliées en Bretagne ont légèrement augmenté,
de même que le nombre de décès. La Bretagne a été relativement épargnée
par la vague de chaleur du mois d'août. Ainsi le solde naturel reste stable à
près de 6 000 personnes. Cependant un tiers des communes bretonnes
accusent un déficit naturel en 2003. Le nombre de divorces augmente,
celui des mariages diminue, tandis que le Pacs gagne du terrain.
e nombre d'enfants nés des naissances. Cette pro-Fécondité stable
d'une mère habitant en gression résulte de l'attractivitéL Cette croissance de la natalitéBretagne s'élève à 36 300 de la région auprès des jeunes
n'est pas due à une augmen-en 2003, 18 500 garçons et ménages. Ainsi, les naissances
tation de la fécondité. En17 800 filles, soit une aug- supplémentaires seraient la
mentation de 1,3 % par rapport à moyenne, les couples bretons
Indicateur conjoncturelmettent au monde autantl'année précédente. La région
d'enfants que les trois années de fécondité en 2003retrouve ainsi, après une légère
précédentes. L'indice conjonc-baisse en 2002, le niveau de
natalité de l'année 2001, et sa turel de fécondité reste figé aux
alentours de 1,9 enfants parmoyenne d'environ 100 naissan-
femme, comme au niveauces par jour. L'augmentation de
national. La Bretagne conserve2003 concerne surtout l'Ille-et-
Vilaine, qui accueille la moitié malgré tout sa place parmi les
régions les plus fécondes dedes 500 nouveau-nés supplé-
France, et la France parmi lesmentaires, mais aussi les Côtes-
plus fécondes d'Europe.d'Armor et le Finistère tandis que
la natalité est stable dans le En fait, malgré la baisse globale
Morbihan. Les autres régions du nombre de femmes en âge
Nombre d’enfants par femme
d'avoir des enfants (15 à 50 ans),françaises présentent des
de 1,9 à 2,0
on assisterait en Bretagne à uneévolutions de leur natalité assez de 1,8 à 1,9
diverses, de - 3 % à + 2 %, légère progression du nombre de de 1,7 à 1,8
de 1,5 à 1,7l'ensemble national étant quasi- femmes âgées de 25 à 40 ans, la
tranche d'âge à l'origine de 85 %ment stable. Source : Insee - État civil
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9764 - PRIX : 2,2€conséquence naturelle de l'arri- tantes depuis un an ; la dégra-premier enfant, la proportion pour 1 000 habitants contre 9,1
dation du solde dans la zone devée de ces jeunes ménages. atteint 64 % des naissances en au niveau national. 19 % des
Pontivy-Loudéac fait exception.Toutefois cette explication reste Bretagne. Pour le deuxième Bretons décédés en 2003
1
une hypothèse , dans la mesure où enfant, elle tombe à 35 %, puis avaient moins de 65 ans ; cette
En 2003, 35 % des communes
l'évolution réelle des populations 21 % pour le troisième. proportion diminue progressi- bretonnes accusent un déficit
par âge est inconnue en dehors vement depuis 1990 où elle était
naturel, mais il est généralement
des années de recensement. de 25 %. Mais l'inégalité entreMortalité : de faible ampleur, et supérieur à
La majorité des naissances con- sexes persiste : en 2003, la partune hausse limitée 10 pour seulement 13 % des
cerne des familles n'ayant pas de ces décès prématurés est de communes.
encore d'enfant : 57 % des 11 % parmi les femmes et deLe nombre de décès domiciliés
naissances au niveau national. en Bretagne atteint 30 500 en 27 % les hommes. Et si
Cette proportion est en augmen- 2003, soit 1,6 % de plus qu'en parmi l'ensemble des Bretons Population
tation depuis quelques années 2002. Le taux de croissance est décédés cette année, 51 % sont en croissance
(51 % en 1999). Mais la Bretagne des hommes, ils sont 72 %peu important au regard de
et les Pays de la Loire sont les l'évolution nationale qui s'élève parmi les moins de 65 ans. La population bretonne augmente
seules régions où les naissances à 3 %. On sait que la France a Le taux de mortalité infantile donc grâce à l'excédent des
dites premières sont minoritaires subi au mois d'août une vague s'établit en Bretagne à 4 décès naissances sur les décès, mais
dans les maternités : 48 % en d'enfants de moins d'un an pourde chaleur meurtrière. L'effet de depuis une dizaine d'années, la
2003. Cette particularité est mille naissances vivantes, ce qui croissance démographique dé-cette canicule a été relativement
probablement la conséquence des limité en Bretagne. Le groupe est très proche de la moyenne pend plus du solde migratoire que
mouvements migratoires qui d'étude épidémiologique piloté nationale. du solde naturel. En prolongeant
occasionnent le retour en par l'Inserm a estimé à 14 800 l'évolution démographique au
3Bretagne de jeunes femmes, déjà décès son impact en France rythme des dernières années , la
mères d'un enfant. métropolitaine, dont 300 décès population de la Bretagne auraitSolde naturel stable
erLa proportion de naissances hors en Bretagne. Ce chiffre repré- atteint 2 997 000 le 1 janvier
mariage continue d'augmenter La hausse du nombre desente seulement 2,1 % de 2004 et devrait passer le seuil des
d'année en année. Elles repré- naissances observée en 2003l'estimation nationale alors que trois millions d'habitants au cours
sentent désormais 46 % des la Bretagne enregistre annuelle- étant équivalente à celle portant de l'année 2004.
naissances bretonnes, légèrement ment 5,6 % des décès métro- sur les décès, le solde naturel de
au-dessus de la moyenne politains. En comparant les la région reste proche de 6 000 Mariages en baisseermétropolitaine. Lorsqu'il s'agit du personnes, un niveau supérieurdécès survenus du 1 au 20 août
de 40 % à la moyenne des(de plus forte mortalité) à la La baisse des mariages amorcée
moyenne journalière de juillet, années 1990. Toutefois le taux en 2001 s'est prolongée en 2002
Part des premières naissances
août et septembre des trois d'accroissement naturel reste et 2003 : respectivement - 3 %
en 2003 2 faible : 0,2 %, deux fois moinsannées précédentes , l'étude a puis-2%au niveau national. La
qu'au niveau national.mis en évidence une surmor- Bretagne n'y échappe pas avec
une chute de 4 % en 2002, quitalité de 20 % en Bretagne
contre 60 % en France métro- L'accroissement naturel n'est continue en 2003.
pas réparti sur tout le territoire :politaine. Les ratios de surmor- Les comportements liés à la
la zone d'emploi de Rennes entalité les plus élevés ont été nuptialité présentent en Bretagne
concentre 71 % en 2003, alorsobservés en Ile-de-France et
dans la région Centre, où la qu'elle ne rassemble que 20 % 1 : Hypothèse fondée sur les esti-
de la population bretonne. Dixmortalité a plus que doublé. Les mations de population totale et d'une
autres zones d'emploi comptent répartition par âge basée sur lesplus bas ratios étaient situés
comportements migratoires desplus de naissances que dedans les régions littorales de
En % années 1990-1999.décès, et sept zones sontBretagne, Basse-Normandie et
de 60 à 72 2 : Méthode retenue par le groupedéficitaires, les mêmes que l'anNord-Pas-de-Calais, où lede 55 à 60 d'étude déjà cité.
dernier (Saint-Malo, Morlaix,de 50 à 55 nombre de pics de chaleur était
3 : En se basant sur le solde naturel
de 48 à 50 Pontivy-Loudéac, Guingamp,également plus réduit. observé et le solde migratoire estimé
Lannion, Quimper et Carhaix).En Bretagne, le taux de mortalité jusqu'en 2001 et prolongé pour lesSource : Insee - État civil
Les différences sont peu impor-générale s'établit à 10,2 décès années 2002 et 2003.
Naissances bretonnes en 2003,
selon l’âge de la mère et son état matrimonial Nombre mensuel de décès en Bretagne
3 5002 500
3 0002 000
Mariée1 500 2 500
2 0001 000
Non mariée 1 500500
1 0000
Janvier Mars Mai Juillet Septembre Novembre
15 20 25 30 35 40 45 50
2000 2001 2002 2003Âge de la mère
Source : Insee - État civil Source : Insee - État civil
2 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 97 - avril 2004Le mouvement naturel en Bretagnequelques caractéristiques spé- la hausse dépasse 10 % dans 57
cifiques. Ainsi, la région compte départements. Une telle hausse 40 000
la plus forte proportion de admet plusieurs explications. Les Naissances
premiers mariages : 78 % des chiffres nationaux étaient en
mariages, soit 4 points de plus baisse depuis deux ans ; une 30 000
Décèsque la moyenne. Les remariages légère reprise en 2001 était déjà
sont moins fréquents, consé- perceptible en Bretagne. Un
20 000
quence d'un moindre taux de phénomène de rattrapage en
divorce. 2002 est envisageable. Une autre
Solde naturel10 000Par ailleurs, la région et l'Ouest explication est l'effet mécanique
de la France en général se de l'augmentation remarquable
distinguent par la fréquence des du nombre de mariages des
0
mariages légitimant au moins un années 1999 et 2000, attribuée à
enfant. Les procédures de l'évolution de la législation
reconnaissance d'enfants sont fiscale et au passage symbolique Source : Insee - État civil
courantes et le mariage permet de à un nouveau millénaire.
Pyramide des décès en 2003 en Bretagnereconstituer le modèle familial La Bretagne est une des régions
Âgetraditionnel. Le phénomène de les moins affectées par le
110légitimation d'enfants progresse divorce : elle compte en moyen-
100d'année en année. En 2003, ne 1,5 divorce pour 1 000 habi-
36,3 % des mariages bretons tants, contre 2,2 en France métro- 90
légitimaient un ou plusieurs politaine.
80
enfants, alors que la proportion
70nationale est de 27 % et Le succès du Pacs
60seulement 22 % en Ile-de-
France. Ces chiffres sont notam- Le pacte civil de solidarité (Pacs) 50
ment liés à la fréquence des confirme son succès croissant. Femmes
40Hommes
naissances hors mariage. Sur les neuf premiers mois de
30
2003, 21 700 Pacs ont été con-
20clus en France métropolitaine
contre 17 700 en 2002, pendant 10La poussée des divorces
la même période (+ 23 %). Dans
700 500 300 100 0 0 200 400 600 800
En 2002, dernière année dispo- la région, plus de 1 000 Pacs ont
nible, le nombre de divorces a été signés, soit une augmentation Source : Insee - État civil
fortement augmenté. Sur l'en- de 19 % par rapport à 2002. Solde naturel 2003
semble du pays, les statistiques Depuis le début en 1999, la
ont progressé de 13 %, ce qui est Bretagne a enregistré 4 600 Pacs :
exceptionnel. La plupart des c'est près de 5 % du total natio-
régions sont concernées. Avec nal, comme le poids démo-
4 700 divorces prononcés, la graphique de la région. Cepen-
Bretagne enregistre une montée dant cette concordance ne se
de 17 % : 14 % dans le Finistère, vérifie pas au niveau départe-
17 % dans le Morbihan, 19 % mental, puisque 40 % des Pacs
dans les Côtes-d'Armor et 20 % sont déclarés en Ille-et-Vilaine,
en Ille-et-Vilaine. France entière, où résident 30 % des Bretons.
+ 10
0
- 10
Source : Insee - État civil
Nombre de divorces
pour 1000 habitantsPart des mariages légitimant
Nombre mensuel de décès en France au moins un enfant (moyenne 2001- 2002)
60 000
50 000
40 000
30 000
Pour 1000 habitantsEn %
20 000 de 2,2 à 3,0de 35 à38
Janvier Mars Mai Juillet Septembre Novembre
de 1,9 à 2,2de 32 à 35
de 1,7 à 1,9de 29 à 32
2000 2001 2002 2003
de 22 à 29 de 1,0 à 1,7
Source : Insee - État civil Source : Insee - État civil Source : Insee - État civil
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 97 - avril 2004 3
1975
1979
1983
1987
1991
1995
1999
2003Bilan démographique (2002 et 2003*)
Côtes- Ille-et-
Finistère Morbihan Bretagne France entière
d’Armor Vilaine
9 901 12 141 7 839 36 316 792 6002003 6 435
Naissances
6 337 9 782 11 880 7 838 35 837 793 6062002
2003 6 456 9 607 7 390 7 012 30 465 560 300
Décès
2002 6 418 9 548 7 154 6 874 29 994 544 148
5 851 232 3002003 - 21 294 4 751 827
Solde naturel
2002 - 81 234 4 726 964 5 843 249 458
2003 2 000 3 200 3 800 2 600 11 600 280 300
Mariages domiciliés
3 377 4 009 2 676 12 101 286 3202002 2 039
1 444 1 480 1 105 4 703Divorces prononcés 2002 674 130 700
11,5Taux de natalité** 2003 11,6 13,5 11,8 12,2 12,9
Taux de mortalité** 2003 11,6 11,1 8,2 10,5 10,2 9,1
Taux de nuptialité** 2003 3,6 3,7 4,2 3,9 3,9 4,6
Taux de solde naturel** 2003 0,0 0,3 5,3 1,2 2,0 3,8
er
Population au 1 janvier 2002 550 462 860 776 889 923 658 336 2 959 497 61 078 500
Source : État civil, Insee. Statistiques au lieu de domicile.
* Tous les chiffres de 2003 sont provisoires
** pour 1 000 habitants
Pour comprendre ces résultats
Les statistiques du mouvement naturel sont démographique qui s'appuie sur l'exploitation sitaire. Cette pondération est propre à chaque
établies au lieu de domicile après exploitation statistique simultanée de plusieurs sources. La département pour tenir compte, localement, de
des bulletins d'état civil. L'état civil permet de méthode prend en compte les variations la qualité respective des sources. Le traitement
disposer de statistiques a priori exhaustives annuelles de population telles qu'elles statistique aboutit au calcul d'un taux de solde
puisque chaque naissance, mariage, enfant sans ressortent : migratoire synthétique pour chaque départe-
vie et décès en France fait l'objet d'un acte civil. - des fichiers fiscaux de la taxe locale ment, qui est retenu pour l'estimation finale.
Mais depuis 1998, une nouvelle procédure de d'habitation,
transmission des statistiques rend la vérification - des fichiers des abonnés des distributeurs Pour légitimer un enfant, il faut que sa filiation
de l'exhaustivité plus difficile. Des enquêtes d'énergie électrique (EDF et régies), soit établie à l'égard de ses deux parents avant
spécifiques permettent néanmoins de compléter - des fichiers des organismes versant des leur mariage. Sa filiation est établie par recon-
les données manquantes. allocations familiales, naissance ou par jugement. À noter qu'il est
- du fichier général des électeurs. possible de reconnaître l'enfant devant l'officier
Les estimations de population intègrent les Chacune de ces sources permet de calculer, pour d'état civil qui célèbre le mariage, si cette
résultats du recense-ment de 1999. Elles reposent chaque département, un taux de solde migratoire démarche n'a pas été faite auparavant. La
également sur l'agrégation du solde naturel et annuel. Une pondération est ensuite effectuée légitimation est la conséquence de la célébration
d'un solde migratoire estimé. Pour cette entre ces différents taux, auxquels s'ajoute le taux du mariage des parents.
estimation, l'Insee a mis au point un modèle tendanciel constaté sur la période intercen-
Pour en savoir plus
Bilan démographique 2003 : Stabilité des naissances, augmentation des La situation démographique en 2001- Mouvement de la
décès/ Aline Desesquelles, Lucile Richet-Mastain - Insee Première n° 948 population/Catherine Beaumel, Lionel Doisneau et Mauricette Vatan -
- février 2004 Insee Résultats - Société n°18 - septembre 2003
Impact sanitaire de la vague de chaleur d’août 2003 - Bulletin 1,6 millions d’enfants vivent dans une famille recomposée/ Corinne
épidémiologique hebdomadaire n° 45-46/2003 (Institut de veille Barre - Insee Première n° 901 - juin 2003
sanitaire). Internet : www.invs.sante.fr/index.htm
La famille, pilier des identités/ Frédérique Houseaux - Insee Première
n° 937 - décembre 2003
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Laurence LUONGPour tout renseignement :
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66 Composition : Éric MONTEIL
e
© Insee 2004 Dépôt légal : 2 trimestre 2004 Auteur : Michel ROUXEL
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
4 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 97 - avril 2004
lllll

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin