Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Citadins, votre quartier est-il agréable à vivre ?

De
4 pages

Près de 90 % des citadins âgés d'au moins 15 ans trouvent leur quartier agréable à vivre. Cette opinion très positive varie cependant selon le type de quartier.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

N° 934 - DÉCEMBRE 2003
PRIX : 2,20€
Citadins, votre quartier est-il
agréable à vivre ?
Cyril Rizk, division Conditions de vie des ménages, Insee
rèsde90%descitadinsâgésd’au les habitants de 15 ans et plus des unités urbai-
nes. Faut-il s’étonner qu’environ 90 % d’entremoins 15 ans trouvent leur quartier
eux répondent oui à cette question, sachantPagréable à vivre. Cette opinion très
que dans le même temps, ils se déclarent
positive varie cependant selon le type
assez souvent gênés par certaines nuisances
de quartier. Dans les cités ou les grands comme le bruit ou par le manque de sécurité ?
ensembles, dans les ZUS des grandes Très générale dans sa formulation, la question
agglomérations ou lorsque le chômage sé- ne s’avère pas discriminante. Cependant dans
ce contexte de quasi-unanimité, les citadins quivit, on enregistre de 20 % à 40 % de répon-
répondent que leur quartier n’est pas agréableses négatives.
à vivre constituent un groupe d’autant plus inté-
Pour un citadin sur deux, juger son
ressant à connaître. Pour les autres, on peut
quartier agréable à vivre ne signifie pas distinguer ceux qui sont élogieux en tous points
pour autant qu’il est exempt de tous dé- sur leur quartier, de ceux qui, malgré leur avis
fauts. Certains se plaignent du bruit, d’un positif, rencontrent, d’après leur déclaration,
certains problèmes.manque de transports ou encore de l’ab-
sence de commerce. Finalement, 40 % des
personnes trouvent leur quartier bien Neuf citadins sur dix jugent
sous tous rapports… ou presque. leur quartier agréable à vivre
La proportion de personnes qui jugent que leur
La question « l’affirmation suivante le quartier quartier n’est pas agréable à vivre croît avec la
est agréable à vivre s’applique-t-elle à votre taille de l’agglomération. Dans les villes de
quartier ? » accorde une grande liberté d’inter- moins de 50 000 habitants, elle ne dépasse
prétation. Le caractère agréable à vivre relève pas 10 % alors qu’elle atteint 15 % dans l’unité
de la subjectivité des personnes interrogées, urbaine de Paris. Malgré cela, la réponse « oui
Opinion négative sur le caractère agréable à vivre du quartier
selon le type d'habitat ou le classement en ZUS
une ZUSLogement situé dans
Logement situé hors ZUS
Tous quartiers des unités urbaines
Quartier pavillonnaire
Quartier mixte
Quartier d'immeubles
Cités, grands ensembles
0 5 10 15 20 25 30 35
%
Champ : Individus de 15 ans et plus dont la résidence principale est dans une unité urbaine
Lecture : 31 % des individus de 15 ans et plus habitant dans une zone urbaine sensible (ZUS) répondent "non" à la question "l'affirmation le quartier
est agréable à vivre s'applique-t-elle à votre quartier ?"
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie et partie variable "Vie de quartier", avril-juin 2001, Insee
INSEE
PREMIEREle quartier est agréable à vivre » reste 40 % des habitants ne jugent pas positi- égales par ailleurs (sources), être chô-
massive y compris en région pari- vement leur quartier. Le fait pour un meur par rapport à être actif ayant un
sienne. Dans les grandes villes de pro- quartier d’être classé en ZUS révèle qu’il emploi ne fait pas varier la probabilité de
vince de plus de 200 000 habitants, les souffre de plusieurs handicaps géogra- répondre à la question sur le caractère
opinions négatives sont plus fréquentes phiques (urbanisme dépassé, environ- agréable du quartier (tableau 1). En tout
en ville centre qu’en banlieue, respecti- nement dégradé ou enclavement) ou premier lieu, ce sont les caractéristiques
vement 15 % et 10 % de réponse non.A sociaux (taux d’échec scolaire, taux de du quartier qui expliquent qu’on le juge
l’inverse, 16 % des habitants de la chômage ou nombre de RMIstes éle- ou non agréable, et ce, quel que soit le
banlieue de la capitale n’estiment pas vés). Mais d’autres quartiers peuvent profil de l’habitant interrogé.
leur quartier agréable soit un peu plus présenter l’un ou l’autre de ces handi- Le fait d’habiter dans l’unité urbaine de
que dans Paris intra-muros (12 %). caps. Par exemple, dans les quartiers où Paris, un quartier d’immeubles,
Selon le type d’habitat de leur quartier, le taux de chômage est le plus élevé, dans une cité ou dans une ZUS aug-
les réponses des citadins sont bien plus plus de 20 % des habitants déclarent mente d’un à deux points la probabilité
contrastées. Dans les quartiers pavillon- que leur quartier n’est pas agréable à d’émettre une opinion négative par rap-
naires, les habitants sont très satisfaits. vivre alors qu’ils sont moins de 6 % dans port à la situation de référence. Habiter
A mesure que les immeubles rempla- les quartiers où il est le plus faible (pre- un quartier de HLM accroît aussi cette
cent les pavillons, les opinions négatives mier quartile). Les différences sont du probabilité mais l’écart est moindre.
se font plus fréquentes : 10 % dans les même ordre selon la proportion de loge- Enfin, être soi-même locataire en HLM
quartiers mixtes (maisons et immeubles) ments HLM (graphique 2). plutôt que propriétaire a aussi un impact.
et 12 % dans les quartiers exclusive-
ment d’immeubles (graphique 1). Ce
Des réponses très liées aux Le chômage révèle l’absencesont les habitants des cités ou grands
ensembles qui sont les plus sévères, caractéristiques du quartier de qualité
près d’un sur quatre n’estime pas son
quartier agréable à vivre. Dans un quartier donné, un fort taux de Mais c’est le fait d’habiter un quartier où
chômage implique que beaucoup de le taux de chômage est élevé qui est le
chômeurs sont interrogés mais des plus corrélé à la probabilité de répondre
Des opinions plus négatives actifs ayant un emploi le sont aussi. Or si non. Or un taux de chômage élevé ne
82 % des chômeurs jugent leur quartier donne pas une physionomie particulièredans les cités et dans les ZUS
agréable à vivre, cette proportion atteint au quartier contrairement à l’existence
Plus de 30 % des habitants des zones 89 % parmi les actifs ayant un emploi. d’une cité ou au classement en ZUS.
urbaines sensibles (ZUS) ne les consi- Pour mieux comprendre comment se Dans un quartier donné, la corrélation
dèrent pas agréables à vivre ce qui en forge l’opinion sur le quartier, il faut diffé- entre taux de chômage élevé et opinions
fait les territoires où les réponses négati- rencier l’effet d’être soi-même chômeur négatives indique que ce quartier
ves sont les plus fréquentes. Dans les de celui d’habiter un quartier où le taux souffre de nombreux autres maux. En
ZUS de l’unité urbaine de Paris, plus de de chômage est fort. Toutes choses effet, les quartiers où le taux de chô-
mage est le plus élevé sont aussi ceux
où les habitants se plaignent le plus du Opinion négative sur le caractère agréable à vivre du quartier
bruit ou de la pollution, et où il y a le plusselon les caractéristiques du quartier
d’actes de vandalisme. Ce qu’on établit
%
ainsi ce n’est pas un lien de cause à effet25
Proportion de logements HLMTaux de chômage mais plutôt un phénomène de concen-
tration des populations les plus défavori-
20 sées dans les cadres de vie les moins
agréables.
15
Les jeunes, et les moins
10 diplômés, plus critiques
Les plus jeunes et notamment les per-
5
sonnes qui ont entre 20 et 24 ans consi-
dèrent un peu moins souvent leur
0 quartier agréable à vivre. Les plus âgés
Q1 Q2 Q3 Q4 Q1 Q2 Q3 Q4 sont plus laudatifs tout particulièrement
< 9,3 9,3 12,5 ≥ 17 < 3,2 3,2 11,2 ≥ 27
les 65-74 ans qui sont 93 % à répondreà 12,5 à17 à 11,2 à27
% oui il est agréable à vivre. La proportion
Champ : Individus de 15 ans et plus dont la résidence principale est dans une unité urbaine de personnes qui portent une apprécia-
Lecture : 21 % des individus de 15 ans et plus habitant dans un quartier IRIS-2000 où le taux de chômage est égal ou supérieur à
tion positive sur leur quartier croît avec17 % répondent "non" à la question : "l'affirmation le quartier est agréable à vivre s'applique-t-elle à votre quartier ?"
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie et partie variable "Vie de quartier", avril-juin 2001, Insee le diplôme ou avec le revenu. Parmi les
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Probabilité de répondre non à la non-diplômés et les personnes du d’établir des profils qui différencient les
question « l’affirmation suivante premier quartile de revenu, on compte 89 % de citadins qui jugent que leur quar-
le quartier est agréable à vivre respectivement 84 % et 83 % de tier est agréable à vivre. Ils se répartis-
s’applique-t-elle à votre quartier ? » réponses affirmatives tandis que chez sent en deux groupes de taille voisine : le
% les plus diplômés et le quartile supérieur premier représente environ 40 % des
de revenu le chiffre de 92 % est atteint. citadins (tableau 2). Leur quartier leur ins-3,5Probabilité de la situation de référence
Mais contrairement au diplôme, toutes pire peu de critiques (moins d’une en
Homme n.s
choses égales par ailleurs, le niveau de moyenne sur sept possibles). Au pire, ils
Femme Réf.
revenu n’est pas corrélé à la manière de lui reprochent un manque d’espaces
15 à 19 ans n.s
juger son quartier. verts ou d’activités pour les jeunes et un
20 à 24 ans + 1,4
Même pour ceux qui sont les moins léger problème de bruit mais en aucun
25 à 54 ans Réf.
enthousiastes sur leur quartier, les chô- cas par exemple un manque de sécurité.55 à 64 ans n.s
meurs ou les plus jeunes, on se situe Le pourcentage de ces citadins peu ou65 à 74 ans - 1,7
75 ans et plus n.s malgré tout au-delà de 80 % de répon- pas critiques sur leur quartier est plus
ses positives autant dire un plébiscite élevé dans les villes petites ou moyennesActif ayant un emploi Réf.
Chômeur n.s même s’il existe des variations. On (45 %) que dans les grandes aggloméra-
Autre inactif n.s peut émettre une hypothèse sur un tel tions (34 %). De même, il est de 44 %
Sans diplôme ou BEPC + 1,1 niveau de réponse : les personnes dans les quartiers pavillonnaires alors
CAP BEP n.s
interrogées intégreraient l’attachement qu’il est de 28 % dans les cités et de 24 %
Baccalauréat et plus Réf.
qu’elles portent à leur quartier de telle dans les ZUS (graphique 3). Les citadins
Premier quartile de revenu n.s sorte que d’éventuelles critiques ne peu ou pas critiques représentent tou-
Deuxième quartile de revenu n.s
remettent pas en cause le jugement jours une fraction importante de la popu-
Troisième quartile de revenu n.s
global. Pour certains, ceux qui habi- lation, au moins un quart et le plusDernier quartile de revenu Réf.
tent dans des quartiers où le cadre de souvent plus d’un tiers. A l’exception des
Unités urbaines de moins de 50 000 habitants n.s
vie est plus fréquemment dégradé, on ZUS, ils sont toujours plus nombreux
UU de 50 000 hab. à moins de 200 000 hab. n.s
serait tenté de comprendre leur réponse que ceux qui jugent que leur quartierUnités urbaines de 200 000 habitants et plus Réf.
comme « le quartier est agréable à vivre, n’est pas agréable à vivre.Unité urbaine de Paris + 1,6
malgré tout ». Une autre hypothèse,Maison isolée n.s
celle selon laquelle l’ancienneté dansMaison non isolée ou quartier pavillonnaire Réf. Agréable mais pourrait
Quartier mixte, maisons et immeubles n.s le quartier pourrait influencer le juge- mieux faire…
Quartier d'immeubles + 1,4 ment sur celui-ci n’est pas confirmée
Cité, grand ensemble + 1,6 par les analyses toutes choses égales Un citadin sur deux considère que son
ZUS + 1,8 par ailleurs : que l’on habite son quartier quartier est agréable à vivre tout en
Autres Réf. depuis moins de 5 ans ou plus de 10 émettant un certain nombre de critiques
Premier quartile de taux de chômage Réf. ans, l’opinion ne diffère pas sensible- (plus de trois critiques en moyenne). La
Deuxième quartile de taux de chômage n.s ment. nature des diffère fortement au
Troisième quartile de taux de chômage + 2,4
sein de cet ensemble. Un premier
Dernier quartile de taux de chômage + 5,2
groupe formé de 15 % de citadins
Propriétaire et accédant Réf. Des quartiers particulièrement déclare que son quartier n’est pas sûr.
Locataire hors HLM n.s
agréables Un second de la même taille est com-
Locataire en HLM + 1,8
posé des citadins qui se plaignent deAutre statut d'occupation du logement n.s
Pour affiner cette analyse, des questions nuisances sonores et de la pollution.
Premier quartile de proportion HLM Réf.
complémentaires comme « le quartier Les deux derniers ensembles sont cha-Deuxième quartile de proportion HLM n.s
est-il sûr ? loin de tout ? souffre-t-il de tels cun formés de 10 % des citadins pour les-Troisième quartile de proportion HLM n.s
Dernier quartile de proportion HLM + 1,5 manques ou tels problèmes ? » permettent quels le quartier manque de commerces
Logement habité depuis moins de 5 ans n.s
Catégories d'opinions sur le quartierLogement habité depuis 5 ans à 10 ans n.s
Logement habité depuis plus de 10 ans Réf. %
Toutes unités Villes de moins de Agglomérations de
Réf. : Modalité retenue pour la situation de référence
urbaines 200 000 habitants 200 000 habitants et plusn.s : non significativement différent de la référence au seuil de 1 %
Lecture : Si un individu se trouve dans le situation de réfé- Ensemble 100 100 100
rence (être une femme, avoir entre 25 et 54 ans, avoir un
Le quartier est agréable à vivre 89 91 87
emploi….) la probabilité qu'il juge que son quartier n'est pas
Peu ou pas de critiques 39 45 34agréable à vivre est de 3,5 %. Si un individu se distingue sur
un critère, par exemple s'il a entre 20 et 24 ans, alors la proba- Problème de bruit et de pollution 15 13 17
bilité qu'il juge que son quartier n'est pas agréable est la
Problème de sécurité 15 12 18
somme de la probabilité de référence et de l'écart, soit 3,5 %
Manque de commerces, d'équipements 10 11 9+ 1,4 % = 4,9 %. On ne peut interpréter qu'une différence à la
référence à la fois. Problème ou manque de transport 10 10 9
Champ : Individus de 15 ans et plus dont la résidence princi- Le quartier n'est pas agréable à vivre 11 9 13
pale est dans une unité urbaine
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie et Champ : Individus de 15 ans et plus dont la résidence principale est dans une unité urbaine
partie variable "Vie de quartier", avril-juin 2001, Insee Source : Enquête permanente sur les conditions de vie et partie variable "Vie de quartier", avril-juin 2001, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREde 1999 est l’IRIS-2000. Les IRIS-2000 Opinion peu ou pas critique sur le quartier selon le type d'habitat
comptent environ 2 000 habitants. Toutes lesou le classement en ZUS
communes de plus de 10 000 habitants et la
plupart des communes de 5 000 à 10 000 ha-
Logement situé dans une ZUS
bitants sont découpées pour les besoins de
l’analyse en IRIS-2000. Les petites commu-
ZUS nes non découpées correspondent à unLogement situé hors
IRIS. A l’échelon de l’IRIS, toutes les don-
nées du recensement peuvent être
Tous quartiers des unités urbaines
connues et notamment le taux de chô-
mage et le pourcentage de résidences
Quartier pavillonnaire principales de type HLM par rapport à
l’ensemble des résidences principales.
Les IRIS-2000 sont répartis selon des va-Quartier mixte
leurs croissantes de ces deux indicateurs
en quartiles (chaque quartile regroupe
Quartier d'immeubles
des IRIS qui représentent 25 % de la po-
pulation urbaine). Le premier quartile re-
Cités, grands ensembles groupe les IRIS-2000 où le pourcentage
est le plus faible et le dernier ceux où il est
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 le plus élevé.
%
Champ : Individus de 15 ans et plus dont la résidence principale est dans une unité urbaine
Lecture : 24 % des individus de 15 ans et plus habitant dans une zone urbaine sensible (ZUS) jugent leur quartier agréable et ne Définitions
lui font qu’au plus une critique parmi les sept proposées.
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie et partie variable "Vie de quartier", avril-juin 2001, Insee
Ville centre : pour toutes les unités urbai-
nes composées de plusieurs communes,
on définit une à plusieurs villes centres, leset d’équipements ou qui rencontrent Pour les questions auxquelles on répond
autres communes constituant la banlieue
des problèmes ou des manques de par oui ou non, l’effet propre d’une variable
de l’unité urbaine. Si une commune repré-
sur la probabilité de formuler l’une outransports. Pour chaque groupe, une sente plus de 50 % de la population de
l’autre des réponses est mesuré à l’aidecritique précise se fait jour mais dans la l’unité urbaine, elle est seule ville centre.
d’une modélisation du comportement des
Dans le cas contraire, la commune la plusmesure où elle ne se cumule pas avec
répondants obtenue par régression logis-
importante ainsi que toutes les éventuel-d’autres, l’agrément à vivre dans ce tique. À partir d’une situation de référence
les communes qui ont une population su-
quartier n’en est pas moins reconnu. pour laquelle on évalue la probabilité de ré-
périeure à la moitié de celle-ci sont villes
pondre que le quartier n’est pas agréable àCependant, ceux qui considèrent que centres.
vivre, on détermine l’effet d’une variableleur quartier n’est pas sûr se situent en Unité Urbaine : Zone géographique com-
(sexe ou type de quartier par exemple), les
posée d’une ou plusieurs communes, sur leplus grande proportion dans les ZUS,
autres variables étant fixées.
territoire desquelles se trouve un ensemblecités et quartiers à fort taux de chômage. Jusqu’à sept critiques peuvent être formu-
de constructions tel qu’aucune ne soit sé-
Ceux qui manquent de transports ou lées à l’égard du quartier en plus de son ca-
parée de la plus proche de plus de 200 mè-
ractère agréable à vivre ou non. Les deuxd’équipements se trouvent plus dans les tres, et abritant au moins 2 000 habitants.
premières, «Votre quartier est sûr ou plutôtpetites villes et les quartiers pavillonnai- Zone Urbaine Sensible (ZUS) : Territoire
sûr»et« votre quartier est loin de tout », ap-
infra-urbain défini par les pouvoirs publicsres.
pellent une réponse par oui ou par non. Les
pour être la cible prioritaire de la politique
suivantes concernent les problèmes et les
de la ville.
manques dont pourrait souffrir le quartier.Sources
Jusqu’à trois manques parmi une liste
d’une dizaine et jusqu’à deux problèmes Bibliographie
Les données présentées ici sont extraites parmi une liste d’une demi-douzaine peu-
de l’enquête «Vie de quartier». Dans cette vent être cités. Les individus ont été répar-
enquête, les habitants des unités urbaines tis en différents groupes selon les types de « Les zones urbaines sensibles - Forte pro-
de 50 000 et plus ont été sur-re- critiques qu’ils ont émis en utilisant des mé- gression du chômage entre 1990 et 1999 »,
présentés. Environ 12 000 personnes de thodes d’analyse des données (analyse Insee première n° 835 - mars 2002
15 ans et plus ont répondu aux question- des correspondances multiples). «Lieux de résidence et sentiment d’insécuri-
naires sur une période allant d’avril à juin Lors de chaque recensement, l’Insee dé- té», Données Urbaines n° 4, Éditions
2001. Parmi eux, 10 400 habitent dans une coupe l’espace urbain au niveau infra-com- Anthropos et Insee, 2003
unité urbaine. Seules leurs réponses sont munal. L’élément le plus fin utilisé dans la «Le cadre de vie des ménages les plus pau-
prises en compte dans ce texte. publication des résultats du recensement vres», Insee première n° 926 - octobre 2003
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : PT
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP03934
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2003
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE