Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Etude de la relation éducative. Quelques réflexions méthodologiques - article ; n°1 ; vol.13, pg 94-111

De
21 pages
Revue française de sociologie - Année 1972 - Volume 13 - Numéro 1 - Pages 94-111
Jacqueline Chobaux : A study of the educational relationship.
Within a research dealing with the influence of « modern » pedagogical theories, considered as a sociological fact, upon the structure and functioning of primary school, the author isolates the level of everyday pedagogical action, the most significant level when one studies the possible transformations. This pedagogical action is named « educational relationship ». After defining the component variables of this relationship the author describes the most adequate method in order to grasp the reality, i.e. the direct and systematic observation of teacher and student behaviour in the classroom. The author first describes the specificity of this approach, its pros and cons and then the method of collected data analysis. There are three distinctive levels of analysis: an analysis of the global structure of school activities, an analysis of the teacher-student basic relationship, an analysis of the teacher's and students' behaviour and their interaction. The author sets forth these categories of analysis at every level of analysis.
Jacqueline Chobaux : Estudio de la relación educativa.
Durante una investigación que examinaba la influencia de las « nuevas » teorías pedagógicas, consideradas como hecho sociológico, y la estructura y el funcionamiento de la escuela elemental, aisla el autor el nivel de la acción pedagógica cotidiana, el más significative) cuando se estudia una transformación posible. Esa action pedagógica se désigna con el termine» de « relation educativa ». Después de définir las variables que componen esa relation describe el autor el método más pertinente para alcanzar el nivel de la realidad es decir la observation directive y sistemática del comportamiento del maestro y de los alumnos en la clase. Expone el autor la especificidad de ese método de análisis, sus ventajas y sus dificultades, y después trata del método de análisis de las datos recogidos. Se divide ese análisis en tres partes: análisis de la estructura global de las actividades escolares; análisis de las relaciones elementales entre mastro y alumnos; análisis de los comportamientos del maestro y de los elumnos y su interaction. Con cada una de las partes de análisis, expone el autor las categorías de análisis. pedagógica cotidiana, el más significative) cuando se estudia una transformación posible. Esa action pedagógica se désigna con el termine» de « relation educativa ». Después de définir las variables que componen esa relation describe el autor el método más pertinente para alcanzar el nivel de la realidad es decir la observation directive y sistemática del comportamiento del maestro y de los alumnos en la clase. Expone el autor la especificidad de ese método de análisis, sus ventajas y sus dificultades, y después trata del método de análisis de las datos recogidos. Se divide ese análisis en tres partes: análisis de la estructura global de las actividades escolares; análisis de las relaciones elementales entre mastro y alumnos; análisis de los comportamientos del maestro y de los elumnos y su interaction. Con cada una de las partes de análisis, expone el autor las categorías de análisis.
Jacqueline Chobaux. Изучение воспитательного взаимоотношения.
При исследовании влияния « новых » педагогических теорий, как социологическое явление, и структуры их деятельности основных школ, автор выделяет уровень обыденного педагогического действия как уровень наиболее замечательный при исследовании возможных трансформаций. Именно это педагогическое действие и определяется термином « воспитательного взаимоотношения ». После определения переменных входящих в состав этих отношений, автор описывает наиболее подходящий метод для того чтобы достичь уровня реальности, т. е. прямое и систематическое наблюдение над поведением преподавателя и учеников в классе. Автор показывает специфичность этого метода анализа с его преимуществами и затруднениями и затем он переходит к методу анализа собранных данных на трех уровнях : анализ глобальной структуры школьной деятельности; анализ элементарных взаимоотношений преподаватель — ученики; анализ поведения преподателя и учеников и их взаимодействия. Для каждого из этих уровней анализа автор излагает выработанные им категории анализа.
Jacqueline СНОВА UX : Studie zur erzieherischen Beziehung.
Im Rahmen einer Forschungsarbeit über den Einfluss der « neuen » pädagogischen Theorien als soziologische Gegebenheit betrachtet, sowie über den Aufbau und die Arbeitsweise der Grundschule, sondert die Verfasserin die pädagogische Aktion in ihrem tüglichen Ablauf ab, die zum Studium einer möglichen Wandlung besonders charakterisiert ist. Diese Aktion bezeichnet sie mit dem Begriff « erzieherische Beziehung ». Nach Festlegung der Variabeln, die diese Beziehung aufbauen, beschreibt die Verfasserin die treffendste Methode zur Erreichung der Realität, d.h. die direkte und systematische Beobachtung der Verhaltensweisen von Lehrern und Schulern in der Klasse. Die Autorin zeigt die Eigentümlichkeit sowie die Vorteile und Schwierigkeiten dieser Analysenmethode auf, um anschliessend zur Analysemethode der erhaltenen Daten überzugehen. Diese findet auf drei Ebenen statt: Analyse der globalen Struktur der schulischen Aktivitäten; Analyse der grundsätzlichen Beziehungen Lehrer- Schuler; Analyse der Verhaltensweisen von Lehrern und Schülern und ihrer Interaktionen. Mithilfe jeder dieser Ebenen zeigt die Autorin die erarbeiteten Analysenkategorien auf.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Jacqueline Choraux
Etude de la relation éducative. Quelques réflexions
méthodologiques
In: Revue française de sociologie. 1972, 13-1. pp. 94-111.
Citer ce document / Cite this document :
Choraux Jacqueline. Etude de la relation éducative. Quelques réflexions méthodologiques. In: Revue française de sociologie.
1972, 13-1. pp. 94-111.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1972_num_13_1_2039Abstract
Jacqueline Chobaux : A study of the educational relationship.
Within a research dealing with the influence of « modern » pedagogical theories, considered as a
sociological fact, upon the structure and functioning of primary school, the author isolates the level of
everyday pedagogical action, the most significant level when one studies the possible transformations.
This action is named « educational relationship ». After defining the component variables of
this relationship the author describes the most adequate method in order to grasp the reality, i.e. the
direct and systematic observation of teacher and student behaviour in the classroom. The author first
describes the specificity of this approach, its pros and cons and then the method of collected data
analysis. There are three distinctive levels of analysis: an analysis of the global structure of school
activities, an analysis of the teacher-student basic relationship, an analysis of the teacher's and
students' behaviour and their interaction. The author sets forth these categories of analysis at every
level of analysis.
Resumen
Jacqueline Chobaux : Estudio de la relación educativa.
Durante una investigación que examinaba la influencia de las « nuevas » teorías pedagógicas,
consideradas como hecho sociológico, y la estructura y el funcionamiento de la escuela elemental, aisla
el autor el nivel de la acción pedagógica cotidiana, el más significative) cuando se estudia una
transformación posible. Esa action se désigna con el termine» de « relation educativa ».
Después de définir las variables que componen esa relation describe el autor el método más pertinente
para alcanzar el nivel de la realidad es decir la observation directive y sistemática del comportamiento
del maestro y de los alumnos en la clase. Expone el autor la especificidad de ese método de análisis,
sus ventajas y sus dificultades, y después trata del método de análisis de las datos recogidos. Se divide
ese análisis en tres partes: análisis de la estructura global de las actividades escolares; análisis de las
relaciones elementales entre mastro y alumnos; análisis de los comportamientos del maestro y de los
elumnos y su interaction. Con cada una de las partes de análisis, expone el autor las categorías de
análisis. pedagógica cotidiana, el más significative) cuando se estudia una transformación posible. Esa
action se désigna con el termine» de « relation educativa ». Después de définir las
variables que componen esa relation describe el autor el método más pertinente para alcanzar el nivel
de la realidad es decir la observation directive y sistemática del comportamiento del maestro y de los
alumnos en la clase. Expone el autor la especificidad de ese método de análisis, sus ventajas y sus
dificultades, y después trata del método de análisis de las datos recogidos. Se divide ese análisis en
tres partes: análisis de la estructura global de las actividades escolares; análisis de las relaciones
elementales entre mastro y alumnos; análisis de los comportamientos del maestro y de los elumnos y
su interaction. Con cada una de las partes de análisis, expone el autor las categorías de análisis.
резюме
Jacqueline Chobaux. Изучение воспитательного взаимоотношения.
При исследовании влияния « новых » педагогических теорий, как социологическое явление, и
структуры их деятельности основных школ, автор выделяет уровень обыденного педагогического
действия как уровень наиболее замечательный при исследовании возможных трансформаций.
Именно это педагогическое действие и определяется термином « воспитательного
взаимоотношения ». После определения переменных входящих в состав этих отношений, автор
описывает наиболее подходящий метод для того чтобы достичь уровня реальности, т. е. прямое
и систематическое наблюдение над поведением преподавателя и учеников в классе. Автор
показывает специфичность этого метода анализа с его преимуществами и затруднениями и
затем он переходит к методу анализа собранных данных на трех уровнях : анализ глобальной
структуры школьной деятельности; анализ элементарных взаимоотношений преподаватель —
ученики; анализ поведения преподателя и учеников и их взаимодействия. Для каждого из этих
уровней анализа автор излагает выработанные им категории анализа.
Zusammenfassung
Jacqueline СНОВА UX : Studie zur erzieherischen Beziehung.Im Rahmen einer Forschungsarbeit über den Einfluss der « neuen » pädagogischen Theorien als
soziologische Gegebenheit betrachtet, sowie über den Aufbau und die Arbeitsweise der Grundschule,
sondert die Verfasserin die pädagogische Aktion in ihrem tüglichen Ablauf ab, die zum Studium einer
möglichen Wandlung besonders charakterisiert ist. Diese Aktion bezeichnet sie mit dem Begriff «
erzieherische Beziehung ». Nach Festlegung der Variabeln, die diese Beziehung aufbauen, beschreibt
die Verfasserin die treffendste Methode zur Erreichung der Realität, d.h. die direkte und systematische
Beobachtung der Verhaltensweisen von Lehrern und Schulern in der Klasse. Die Autorin zeigt die
Eigentümlichkeit sowie die Vorteile und Schwierigkeiten dieser Analysenmethode auf, um
anschliessend zur Analysemethode der erhaltenen Daten überzugehen. Diese findet auf drei Ebenen
statt: Analyse der globalen Struktur der schulischen Aktivitäten; Analyse der grundsätzlichen
Beziehungen Lehrer- Schuler; Analyse der Verhaltensweisen von Lehrern und Schülern und ihrer
Interaktionen. Mithilfe jeder dieser Ebenen zeigt die Autorin die erarbeiteten Analysenkategorien auf.R. franc. Sociol., XIII, 1972, 94-111
Jacqueline CHOBAUX
Etude de la relation éducative
Quelques réflexions méthodologiques
Depuis le début du xxe siècle, aussi bien en Europe qu'aux Etats-
Unis, des médecins, des psychologues, des éducateurs ont formalisé des
conceptions nouvelles de l'éducation, diffusé leurs idées à travers des
revues et des associations pédagogiques, expérimenté leurs méthodes
dans des établissements scolaires. Ces conceptions et ces méthodes pré
sentent suffisamment de cohérence pour qu'on ait pu les regrouper sous
le vocable ď « école nouvelle ». Cette cohérence existe principalement à
propos des conceptions de l'adulte à former, de l'enfant et de son déve
loppement, et à propos des principes qui sous-tendent les diverses
méthodes pédagogiques préconisées. En tant que sociologue, nous consi
dérons la « pédagogie nouvelle » comme un fait sociologique et l'étudions
en tant que tel. Ceci mérite d'être précisé parce que tout système éduc
atif est un ensemble de normes et de valeurs auquel on peut adhérer
ou non, de méthodes qui peuvent être plus ou moins « rentables ». Nous
ne présupposons pas que la « pédagogie nouvelle » est « meilleure » ou
que les méthodes nouvelles permettent d'obtenir de meilleurs résultats
scolaires; nous disons que la « pédagogie nouvelle » existe et qu'elle
représente un courant de la pensée contemporaine en matière d'éducation.
Tout système éducatif est un processus qui se définit par un point
de départ, l'enfant, un point d'arrivée, l'adulte, et des méthodes pédago
giques adaptées à la nature de l'enfant et aux objectifs fixés. Les systèmes
éducatifs varient suivant les conceptions que l'on peut avoir de l'adulte,
de l'enfant et des méthodes à utiliser. Or, sur ces trois points, la « péda
gogie nouvelle » présente de grandes différences par rapport à la « traditionnelle ». Nous avons donc cherché à savoir dans quelle
mesure ces normes et ces méthodes ont amené des modifications dans
la structure et le fonctionnement de l'institution scolaire au niveau él
émentaire et quels sont les facteurs qui peuvent influencer la diffusion
* Cet article a été présenté, sous une forme quelque peu différente, au VIIe
Congrès mondial de sociologie, Varna, 1970.
94 Jacqueline Chobaux
des théories pédagogiques contemporaines. L'objectif de notre recherche
n'est donc pas la vérification d'une théorie sociologique donnée, bien
qu'elle puisse nous faire déboucher sur des considérations théoriques
concernant la diffusion d'une innovation et la résistance au changement,
mais une question que nous nous sommes posée, en prenant comme cadre
de référence un système de normes éducatives considéré comme novateur.
En fonction de cette question, nous avons élaboré une problématique.
Pour savoir si un courant pédagogique « nouveau » a amené une trans
formation de l'institution scolaire, il est nécessaire de mener simultané
ment l'étude à des niveaux divers.
Au niveau institutionnel, on doit chercher à savoir dans quelle mesure
les Instructions Officielles destinées à l'enseignement élémentaire ont
intégré les normes pédagogiques nouvelles (1); dans quelle mesure les
responsables de l'orientation pédagogique dans une unité administrative
scolaire exercent une action contraignante sur les enseignants et quelle
est l'orientation de cette action. A un niveau individuel, on doit étudier
les attitudes éducatives des instituteurs, attitudes qui déterminent en
partie leurs comportements. Ces attitudes peuvent avoir subi, à des degrés
divers, l'influence des théories contemporaines par l'intermédiaire d'un
certain nombre de canaux, intra-institutionnels, comme la formation
pédagogique, les Conférences pédagogiques, ou péri -institutionnels comme
les revues, les associations etc. On doit étudier leurs att
itudes devant le changement, leurs motivations à investir dans leur prof
ession... Mais entre les normes et la réalité, entre les attitudes et les
comportements, il est reconnu que l'écart peut être plus ou moins grand !
Or, la transformation la plus significative se situe au niveau de
l'action pédagogique quotidienne qui se déroule dans le cadre institu
tionnel de la classe. Dans la situation scolaire, cette action se traduit
par une interaction continuelle entre le maître et les élèves, interaction
que nous désignons par le terme de « relation éducative ». C'est au niveau
de cette que se concrétisent les normes et les méthodes péda
gogiques que nous considérons, d'un point de vue sociologique, comme
des « modèles » de relations éducatives.
Nous avons donc organisé la recherche autour de l'étude de la relation
éducative, étude qui nous permet de décrire le niveau des comportements
réels. L'étude des facteurs institutionnels et des facteurs individuels qui
déterminent la relation éducative doivent nous permettre d'expliquer la
plus ou moins grande transformation de cette relation et de vérifier les
hypothèses posées : plus l'institution scolaire est rigide, hiérarchisée,
contraignante, fermée aux mouvements d'innovation pédagogique, plus la
transformation de la relation éducative est difficile parce que l'institution
renforce la résistance au changement des instituteurs eux-mêmes; résis
tance due aux difficultés de remettre en cause des comportements habi
tuels et une certaine conception de l'autorité, d'instituer une situation
éducative anxiogène pour eux...
(1) Cf. J. Chobaux : « Un système de normes pédagogiques : les Instructions Offi
cielles n° spécial dans 1967-1968. l'enseignement « Sociologie élémentaire de l'Education français » pp. ». Revue 34-56. française de Sociologie,
95 Revue française de sociologie
II est nécessaire de préciser ce que nous entendons par « relation
éducative ». Cette relation s'établit dans un groupe social qui vit dans
un espace et pendant une durée déterminés par des règles institution
nelles. Les objectifs de ce groupe sont également fixés par l'institution
et non choisis par lui. Ce social a des caractères spécifiques : il
est constitué d'un adulte et d'un ensemble d'enfants d'un même groupe
d'âge ou d'un même niveau; son objectif n'est pas de produire, mais de
former; cette formation est assurée par la relation qui s'établit entre les
deux sous-groupes, le maître et les élèves. L'objectif principal de ce
groupe-classe est l'acquisition par les élèves d'un certain nombre de
« savoirs » (connaissances) et de « savoir-faire » (processus et mécanismes
intellectuels), définis avec précision par les programmes officiels. Cet
objectif se concrétise par une tâche scolaire, et c'est par l'intermédiaire
de celle-ci que s'établit la relation maître-élèves. L'institution scolaire
définit également, bien qu'avec moins de précision, des objectifs moins
instrumentaux, concernant la formation de la sociabilité et de la per
sonnalité.
Ainsi la relation éducative comporte plusieurs aspects. Elle englobe
tous les comportements et toutes les actions concernant l'acquisition-
transmission des connaissances et des « savoir-faire ». Sous cet aspect,
la relation éducative est une relation de communication, dont on peut
étudier les modalités et les contenus (2). La relation éducative comprend
également tous les comportements et actions concernant la formation
à la vie sociale; sous cet aspect, c'est une relation sociale qui s'établit
entre deux sous-groupes d'individus pour organiser, structurer le milieu
social et le mode de participation à la vie collective (3). Enfin la relation
éducative englobe tous les comportements et actions concernant le déve
loppement de la personnalité des élèves en tant qu'individus; sous cet
aspect la relation éducative est une relation interpersonnelle entre un
adulte unique dont la personnalité est faite et un ensemble d'enfants
dont les personnalités sont en formation. On voit donc que la relation
éducative telle que nous la concevons est un ensemble très complexe
et très riche de comportements et d'actions. Pour étudier l'influence des
théories pédagogiques contemporaines sur cette relation, il est indispen
sable de prendre en considération tous les apstects de la relation maître-
élèves, parce que cette influence peut ne pas s'exercer de façon homo
gène sur les différents aspects.
En fonction du problème et des hypothèses posés, il nous restait à
(2) Citons par exemple les études de P. Bourdieu et С Passeron : « Langage et
rapport au langage dans la situation pédagogique » in Rapport pédagogique et com
munication, Paris, Mouton, 1965; G. Ferry : « Les communications dans la classe »,
Communication au colloque d'Amiens, mars 1968; J. Curie et G. Lanneau : « Chan
gements dans la relation pédagogique et modèle de la théorie de l'information »,
Homo, 8 (3), juillet 1967; L. Not: «Relation pédagogique et processus d'enseign
ement », Homo, 8 (5) , octobre 1969 (Annales de la Faculté de Lettres de Toulouse) .
(3) C'est sur cet aspect que met surtout l'accent la pédagogie institutionnelle.
Cf. les ouvrages de A. Vasquez et F. Oury : Vers une institutionnelle,
Paris, Maspero, 1967; M. Lobrot : La pédagogie institutionnelle, Paris, Gauthier-
Villars, 1966; G. Lapassade : Groupes, organisations et institutions, 1967; R. Loureau : L'illusion pédagogique, Paris, Epi, 1969.
96 Jacqueline Chobaux
choisir les méthodes de recueil des données empiriques. Pour l'étude
des facteurs institutionnels et individuels, les méthodes se sont imposées
d'elles-mêmes : analyse documentaire des textes officiels, définissant de
façon formelle le fonctionnement de l'institution scolaire; entretiens cen
trés auprès des divers responsables de l'orientation pédagogique, ainsi
qu'auprès des instituteurs. L'entretien centré a l'avantage de laisser
l'enquêté s'exprimer dans ses propres termes et de développer son propre
cheminement intellectuel, tout en permettant d'obtenir les informations
sur les points qui nous intéressaient et qu'il aurait pu ne pas aborder
dans un entretien non-directif. Le problème majeur était celui du recueil
des informations concernant les comportements réels du maître et des
élèves dans la classe.
Les méthodes de recueil de données dites « d'observation directe »
se classent schématiquement en deux catégories. D'une part les observat
ions extensives, auprès d'un vaste échantillon représentatif et visant à
décrire une population en fonction d'un certain nombre de variables déjà
connues. D'autre part les observations intensives, explicatives, visant à
étudier en profondeur les processus sociaux dans une collectivité res
treinte. Dans la première catégorie les données sont recueillies par la
technique du questionnaire et permettent des mesures précises, des tra
itements statistiques rigoureux, ce qui fait qu'on les désigne souvent par
le terme d'études quantitatives, bien que les données recueillies puissent
être aussi bien qualitatives que quantitatives. Les données recueillies par
les méthodes d'observation directe, entretien ou observation participante,
sont de type monographique ou anthropologique; elles sont donc en général
plus qualitatives, plus restreintes et moins facilement quantifiables puis
qu'elles portent sur des processus sociaux, sur des inter-relations, des
réseaux de comnrunication, des attitudes et comportements en situation
sociale... L'observation directe, et surtout l'observation participante, sup
pose l'intégration de l'observateur dans la communauté qu'il étudie
pendant un temps assez long. Le champ de peut être alors
très vaste, plus ou moins centré, et englober des données très variées
qui seront organisées au niveau de l'interprétation.
Pour des raisons évidentes, nous ne pouvions utiliser ni l'un ni l'autre
de ces deux modes d'observation. Le questionnaire ne permet de saisir
que la représentation que l'instituteur se fait de ses propres comportements
et non ses comportements réels dans la classe. D'autre part, la relation
éducative est un processus dynamique qu'il est difficile de saisir par des
questions aussi précises soient-elles. L'observation participante était
également inutilisable. La classe est un milieu structuré et fermé; la parti
cipation de l'observateur, déjà difficile par le fait qu'il n'est ni enseignant,
ni élève, aurait modifié les relations habituelles que nous voulions saisir.
D'autre part notre objectif était de recueillir des informations sur un
nombre assez grand de classes pour nous permettre de faire des comparai
sons et d'établir une typologie des relations maître -élèves, en fonction
de leur position par rapport au « modèle idéal » défini par les théories
pédagogiques contemporaines. Nous avons donc opté pour la méthode
d'observation directe et systématique des comportements du maître et des
97 Revue française de sociologie
élèves dans leur milieu naturel : la classe; observation portant sur un
ensemble homogène de groupes sociaux, sur une même unité de temps,
la journée, réalisée dans les mêmes conditions et centrée sur des variables
déterminées d'avance.
Les méthodes d'observation adoptées nous ont imposé le choix d'un
échantillon de classe restreint. En effet, nous avons échantillonné 90 clas
ses de cours moyen (enfants de 10-12 ans) dans un département; le
département constituant, dans le système scolaire élémentaire, une unité
administrative relativement autonome, pratiquement directement reliée
à l'administration centrale. Les variables de l'échantillonnage choisies sont
celles qui peuvent exercer une action sur la nature de la relation maître-
élèves : âge et sexe de l'instituteur; effectifs des classes, faibles ou chargés;
type d'école, urbaine ou rurale. Cette variable n'a son importance pour
nous que sous un seul aspect, celui de la situation professionnelle
de l'instituteur : proximité ou éloignement des centres culturels et péda
gogiques; isolement ou insertion dans un complexe scolaire, avec ce que
cela implique de contacts interprofessionnels; classes à un ou plusieurs
cours... Cette variable a une autre incidence : les enfants fréquentant une
école rurale, une école des banlieues ouvrières ou des quartiers rési
dentiels, n'appartiennent pas aux mêmes milieux socio-culturels, et ce
facteur peut jouer un rôle dans la nature de la relation maître-élèves.
Le cadre de la recherche ne nous permettant pas d'étudier sérieusement
l'appartenance sociale des enfants, nous avons été amenés à considérer
le groupe-classe comme un ensemble relativement homogène d'enfants.
On voit ainsi que cette étude se situe à un niveau intermédiaire entre
les études extensives et intensives. Elle utilise des méthodes différentes
pour atteindre des niveaux différents de la réalité : l'entretien pour attein
dre le niveau des attitudes, l'observation pour atteindre le niveau
des comportements réels. Elle a été réalisée sur un échantillon non
représentatif des classes élémentaires françaises, mais dans une unité
adminitrative significative de l'institution scolaire : le département.
Il reste néanmoins trop restreint pour permettre une généralisation.
Les données ne permettent pas un traitement statistique, mais une classif
ication et une typologie. C'est donc bien une étude intensive, mais de type
exploratoire plutôt que monographique : nous n'avons pas étudié une
communauté mais un ensemble de groupes sociaux que nous voulons
comparer en fonction d'un cadre de référence donné, extérieur à la situa
tion observée. Cette étude est donc en partie « descriptive » (décrire un
processus à un moment donné de son évolution) , et en partie « explicative »
(mettre en relation les variables de comportement avec les variables
d'attitude d'une part et les institutionnelles d'autre part).
Le cadre général de la recherche étant ainsi défini, nous voulons exa
miner ici plus en détail les problèmes que posent l'observation directe
de la relation éducative et surtout les méthodes d'analyse des comporte
ments observés.
98 Jacqueline Chobaux
La technique d'observation de la relation éducative
Pour être rigoureuse et objective, l'observation directe d'une situation
aussi complexe que la situation éducative exige un certain nombre de
conditions matérielles et méthodologiques assez difficiles à réunir.
Ainsi, l'observation dans les classes n'a été menée que par un seul
observateur, alors que dans la plupart des études utilisant cette tech
nique, deux observateurs se partagent la tâche. De même, nous ne dis
posions que de papier-crayon pour enregistrer les comportements; l'idéal
aurait été le magnétoscope, mais c'est un appareillage technique très
complexe, qui aurait été par ailleurs assez mal accepté par les institu
teurs.
Nous avons été amenés à choisir comme unité de temps la journée.
Dans les classes élémentaires, l'instituteur est généralement seul pour en
seigner toutes les disciplines. Nous ne pouvions donc pas observer une
heure de français ou une heure de mathématique, comme il aurait été pos
sible de le faire dans l'enseignement secondaire. D'autre part, c'est l'institu
teur qui organise, en fonction des horaires officiels établis au niveau de la
semaine, les différentes activités de la journée, et cette organisation même
est une des données de l'observation. Il aurait été préférable que l'obser
vation dure une semaine qui correspond à un cycle complet dans l'ense
ignement élémentaire. En effet, si les comportements concernant l'acqui
sition-transmission des connaissances sont facilement cernables en une
journée, ceux concernant la formation à la vie sociale sont plus valable
ment observés durant un cycle plus long.
Cette étude étant exploratoire (4) , nous ne disposions pas d'un ensemble
de catégories et d'indicateurs suffisamment rigoureux pour utiliser une
grille d'observation précodée. Nous avons donc opté pour la technique de
transcription chronologique, la plus intégrale possible, de tous les comport
ements, verbaux, graphiques, gestuels. Pour bien faii'e apparaître les
comportements des deux termes de la relation, les feuilles d'observation
comprennent une colonne pour noter les comportements du maître, et
une colonne pour noter les comportements des élèves. Un système de
fléchage met en évidence l'interaction entre un comportement donné
du maître et celui des élèves. Des repères de temps ont été relevés chaque
(4) Les études portant sur le groupe-classe sont assez nombreuses, surtout aux
Etats-Unis; plus rares sont celles qui utilisent l'observation systématique comme
méthode d'approche. Ces recherches étudient, la plupart du temps, l'influence de
la structure et des interactions sociales sur l'apprentissage. Elles se réfèrent surtout
à la théorie de la dynamique des groupes. Leurs concepts et leur catégorie d'ana
lyse sont donc difficilement utilisables dans notre étude, du moins au niveau du
recvieil des données. De plus, les études auxquelles nous avons pu nous référer
(par ex. Henry, N. B. Ed. : The Dynamics of Instructional Groups, University of
Chicago Press, 1960) explicitent peu la technique d'observation elle-même, variable
suivant le problème étudié, et adaptée souvent de la méthode d'observation mise
au point par R. F. Bales dans Interaction Process Analyses, Cambridge, Massachu-
sets, 1950.
99 Revue française de sociologie
fois qu'on passait d'une activité à une autre, d'une discipline, à l'autre.
Une transcription intégrale de tous les comportements ne signifie pas
pour autant que l'observation n'était pas orientée. Nous avions élaboré
en fait un guide qui permettait de centrer l'observation sur les compor
tements les plus significatifs.
Ce guide est issu d'une analyse préalable des théories pédagogiques
contemporaines et anciennes, qui nous a permis de forger un
cadre analytique pouvant s'appliquer à tout système pédagogique. Consi
dérant les théories pédagogiques, quelles qu'elles soient, comme un
ensemble de thèmes ou de propositions, nous avons regroupé ces propos
itions en trois catégories : la première concerne les objectifs de l'édu
cation, c'est-à-dire la conception de l'adulte à former; la deuxième con
cerne la conception de l'enfant et de son développement et reflète donc en
partie un certain état de la psychologie de l'enfant; la troisième concerne
la relation maître-élèves qui permet la formation de l'enfant en fonction
des objectifs visés. Nous avons procédé ensuite à une deuxième classif
ication des propositions selon trois dimensions : certaines propositions
concernent en effet l'éducation et le monde extérieur, d'autres concernent
l'éducation et le milieu social; d'autres enfin concernent l'éducation et
la personnalité de l'individu. Chacune de ces dimensions se retrouve dans
chacune des trois catégories précitées. A l'intérieur de ce cadre, c'est
la nature des propositions, le contenu des thèmes pédagogiques, qui varie
selon l'orientation des systèmes pédagogiques. A l'aide de ce cadre ana
lytique nous avons élaboré deux « types idéaux » de systèmes éducatifs,
l'un que l'on peut appeler « traditionnel » et l'autre « nouveau », consti
tuant en quelque sorte deux pôles extrêmes. Ils comprennent les mêmes
propositions, mais chacune d'elles, par son contenu, prend une valeur di
fférente selon qu'elle appartient à l'un ou l'autre des deux pôles définis.
Ces deux « types purs » de systèmes éducatifs sont bien entendu des
constructions abstraites, élaborées à des fins analytiques. Dans la réalité,
ce sont des positions intermédiaires que l'on peut rencontrer. Nous avons
émis l'hypothèse que ces positions intermédiaires ne pouvaient résulter
que d'une combinaison particulière de propositions appartenant à l'un ou
l'autre des deux systèmes éducatifs extrêmes.
C'est donc à partir de la catégorie « relation maître-élèves » de ce
cadre analytique que le guide d'observation a été mis au point. Les pro
positions de cette catégorie, tirées des théories pédagogiques, étant très
générales, nous les avons concrétisées par quelques indicateurs que nous
a fournis l'analyse de textes plus pratiques publiés dans des revues pour
enseignants. La liste des indicateurs n'était pas exhaustive, elle permett
ait surtout de centrer l'observation sur les comportements les plus
significatifs.
La technique d'observation utilisée présente plusieurs inconvénients
quant à l'analyse des données recueillies. Ces inconvénients ont deux
causes, une cause matérielle et une cause méthodologique. Les contraintes
matérielles (un seul observateur par classe) ont rendu impossible un
enregistrement intégral des comportements verbaux quand l'intervention
était trop longue, les interactions trop rapides. Nous avons été obligés
100