Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Italie, l'Espagne et le Portugal : situation démographique - article ; n°4 ; vol.35, pg 927-957

De
32 pages
Population - Année 1980 - Volume 35 - Numéro 4 - Pages 927-957
31 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Alain Monnier
L'Italie, l'Espagne et le Portugal : situation démographique
In: Population, 35e année, n°4-5, 1980 pp. 927-957.
Citer ce document / Cite this document :
Monnier Alain. L'Italie, l'Espagne et le Portugal : situation démographique. In: Population, 35e année, n°4-5, 1980 pp. 927-957.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1980_num_35_4_18354L'ESPAGNE L'ITALIE,
ET LE PORTUGAL :
SITUATION DÉMOGRAPHIQUE
L'évolution de la population. Les en Espagne recensements et au effectués Portugal, en respecItalie,
tivement depuis 1861, 1857 et 1864, permettent de suivre l'évolution
de la population (tableau 1). En un siècle environ, les effectifs de
ces trois pays ont doublé, la croissance étant un peu plus rapide au
Portugal, un peu plus lente en Italie. Au Portugal comme en Espagne,
l'évolution de la population s'est faite à un rythme un peu moins élevé
au cours des dernières années du XIXe siècle que par la suite; en Italie,
à l'inverse, elle a été largement plus soutenue au cours de cette première
période.
Au total, cette croissance est modérée : elle correspond à un taux
annuel moyen, calculé sur un siècle environ, de 7 p. 1000.
Le tableau 2 présente le bilan démographique des trois pays
étudiés. Il permet une approche globale des facteurs déterminants de
l'évolution démographique.
L'Italie, l'Espagne et le Portugal, dont les taux de natalité, supé
rieurs à 30 p. 1000, sont, au début du siècle, parmi les plus élevés obser
vés en Europe, ont connu une baisse sensible de la natalité, comme tous
les pays industriels. Cette baisse a été plus importante en Italie, dont
le taux de natalité actuel (11,8 p. 1000 en 1979) est comparable à ceux
des pays de l'Europe de l'Ouest ou du Nord. Le Portugal et l'Espagne,
avec des taux de 17,1 p. 1000 et 17,2 p. 1000 en 1978, continuent
d'occuper une des premières places en Europe.
Au cours de cette même période, la lutte contre la mortalité a
été couronnée par des succès déterminants, qui expliquent la baisse
des taux bruts de mortalité, dont les valeurs actuelles sont inférieures
de plus de moitié à celles du début du siècle. Fortement influencé par
la structure par âge de la population, cet indice ne reflète pas les
conditions intrinsèques de la mortalité et ne détermine pas nécessai
rement la position relative des différents pays à cet égard. Ainsi, la diffé
rence de 1,6 p. 1000 observée actuellement entre les taux bruts de mortal
ité observés en Espagne (7,9 p. 1000 en 1978) et en Italie (9,5 p. 1000)
Population, 4-5, 1980, 927-958. 928 la conjoncture démographique
Tableau 1. — Evolution de la population
de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal aux recensements
(chiffres en milliers)
ITALIE (1) ESPAGNE (2) PORTUGAL (3) Année
recendu Territoire Date recen du Date recen du Date recen du Territoire sement de actuel l'époque sement sement sement
1857 15454,5
1860 15645,1
1861 31X11 22182,0 26328,0
1 I 4188,4 1864
1871 31X11 27303,0 28151,0
1877 16622,2
1878 1 I 4550,7
1881 31X11 28953,0 29791,0
1887 17549,6
1890 1XII 5049,7
1897 18108,6
1900 31X11 18618,0 1XII 5423,1
10 II 1901 32965,0 33778,0
31X11 1910 19992,5
1911 10 VI 35845,0 36921,0 1XII 5 960,1
31X11 1920 21508,1 1XII 6033,0
1921 1XII 38449,0 37856,0
31X11 1930 23844,8 1XII 6825,9
1931 21 IV 41652,0 41043,0
1936 21 IV 42994,0 42399,0
1940 31X11 26187,9 12X11 7722,2 1950 28368,6 15X11 8479,9
1951 4 XI 47516,0 47516,0
1960 31X11 30903,1 15X11 9076,7
1961 15 X 50624,0 50624,0
1970 31X11 34032,8 31X11 9013,7
1971 24 X 54137,0 54137,0
1) Population résidante
2) présente. A partir de 1 900, les chiffres incluent la population de Ceuta et Melilla.
3) présente, de 1864 à 1940. A partir de 1950, résidante au 31
décembre après correction des recensements; en 1950, 1960 et 1970, les populations
recensées étaient respectivement de 8510200, 8889400 et 8648400 habitants, selon
les chiffres officiels.
Sources :
ITALIE : Sommario di statistiche storiche dell'Italia 1861-1975. Rome, 1976,
Istituto centrale di statistica.
ESPAGNE : Anuario estadistico 1978.
PORTUGAL : Anuário estatístico
Estimatives de populaçao, 1941 - 1975, Custodio Conim, Estudos 49, Instituto nacionál
de estatistica. L'ESPAGNE ET LE PORTUGAL 929 L'HALTE,
Tableau 2. — Italie, Espagne, Portugal : Bilan démographique
Solde Taux (p. 1 000) Taux de
sement sement croissance lation Accrois* naturel total Années en début Décès toire Natalité Mortalité Migration annuelle
de période sances naturel nette (p.1000)
ITALIE
- 78,0 - 0,3 1862-1871 25756,0 10016,0 8116,0 1900,0 1822,0 37,4 30,3 7,1 6,8 - 378,0 - 1,3 1872-1881 27578,0 10500,0 8422,0 2078,0 1700,0 36,9 29,6 7,3 6,0 - 845,0 - 2,8 29278,0 11381,0 8227,0 3154,0 37,2 26,9 10,3 7,5 1882-1891 2309,0 3450,0 -1378,0 34,2 23,7 - 4,2 1892-1901 31587,0 11182,0 7732,0 2072,0 10,5 6,3 - 4,1 1902-1911 33659,0 11241,0 7449,0 3792,0 2375,0 -1417,0 32,2 21,3 10,9 6,8 - 903,0 - 2,4 1912-1921 36034,0 10065,0 8076,0 1989,0 27,2 21,8 5,4 3,0 1086,0 - 898,0 6402,0 4427,0 27,5 - 2,3 1922-1931 37120,0 10829,0 3529,0 16,3 11,3 9,0 - 242,0 - 0,6 8,5 1932-1941 40649,0 9864,0 5963,0 3901,0 3659,0 23,0 13,9 9,1 - 631,0 - 1,4 1942-1951 44308,0 9215,0 5843,0 3372,0 20,1 12,8 7,3 5,9 2741,0
- 481,0 - 2,6 1948-1951 46210,0 3713,0 1902,0 1811,0 1330,0 19,8 10,1 9,7 7,1
- 974,0 9,5 - 2,0 6,4 1952-1961 47540,0 8788,0 4679,0 4109,0 3135,0 17,9 8,4 - 844,0 - 1,6 1962-1971 50675,0 9503,0 5155,0 4348,0 3504,0 18,1 9,8 8,3 6,7
15,7 9,7 1972-1975 54179,0 3462,0 2148,0 1314,0 1835,0 521,0 6,0 2,4 8,4
56014,0 781,6 546,9 234,7 309,0 74,3 13,9 9,7 4,2 1,3 5,5 1976 542,7 199,8 1977 56323,0 742,5 277,0 77,2 13,2 9,6 3,5 1,4 4,9
1978 56600,0 713,0 537,0 176,0
1979
ESPAGNE
- 385,5 1 760,0 1374,5 34,0 24,9 9,1 - 2,0 7,1 1901-1910 18618,0 6570,0 4810,0 7,3 1911-1920 19992,5 6150,0 4830,0 1320,0 1515,6 195,6 29,6 23,3 6,4 0,9 1921 - 1930 21508,1 6550,0 4270,0 2280,0 2336,7 56,7 28,9 18,8 10,1 0,3 10,4
1931 - 1940 584,1 9,4 23844,8 5991,5 4231,7 1759,0 2343,1 24,0 16,9 7,0 2,3 - 223,5 - 0,8 26187,9 5885,6 3481,4 2404,2 2180,7 21,6 12,8 8,8 8,0 1941-1950 - 793,8 1951 - 1960 2754,5 3328,3 2534,5 20,5 - 2,6 8,6 28368,6 6082,8 9,3 11,2 1961 - 1970 3886,5 - 756,8 - 2,3 9,7 30903,1 6622,7 2736,2 20,4 8,4 12,0 3129,7.
1971-1975 34032,8 3348,1 1473,0 1875,1 1993,0 117,9 19,1 8,4 10,7 0,7 11,4
1976 36025,8 662,1 291,6 370,5 461,2 90,7 18,3 8,0 10,2 2,5 12,8
1977 661,1 283,5 377,6 392,0 14,4 18,0 7,7 10,7 36487,0 10,3 0,4
1978 36879,0 633,0 290,0 343,0
PORTUGAL
- 55,7 33,1 - 2,3 1886-1890 4841,6 818,6 554,8 263,8 208,1 22,4 10,7 8,5 1891 - 1900 - 114,7 - 2,2 5049,7 1601,0 1112,9 488,1 373,4 30,6 21,3 9,3 7,2 - 212,4 - 3,4 1901 -1911 5423,1 2012,8 1 263,4 749,4 537,0 32,1 20,2 11,9 8,6 - 352,7 425,6 72,9 31,8 - 6,5 1912-1920 5960,1 1714,4 1288,8 23,9 7,9 1,4 1921 - 1930 - 17,5 - 0,3 6033,0 2058,3 1247,9 810,4 792,9 32,0 19,4 12,6 12,4 1931 - 1940 6825,9 2013,6 1184,9 828,7 896,3 67,6 27,7 16,3 11,4 0,9 12,4 - 90,2 1941-1950 7722,2 2025,2 1177,3 847,9 757,7 25,0 14,5 10,5 9,4 - 5,7 1Д - 504,0 1951-1960 8479,9 2092,1 991,3 1 100,8 596,8 23,8 11,3 12,5 6,8
9076,7 -1078,9 10,7 - 11,9 - 0,01 1961-1970 2043,9 971,3 1072,6 -63,0 22,6 11,9
1971-1975 9013,7 887,7 479,3 408,4 619,4 211,0 19,0 10,2 8,8 4,5 13,4 - 19,1 - 2,0 1976 9633,1 186,7 101,9 84,8 65,7 19,3 10,5 8,8 6,8 - 10,7 - 1,1 1977 9698,8 181,1 96,2 84,9 74,2 18,6 9,9 8,7 7,7
1978 9773,0 164,4 91,9 72,5
Sources :
ITALIE -.1862-1951 : M. Livi-Bacci, A History of Italian Fertility. Princeton University Pres s, 1977.
1948-1975 : Sommario di statistické dell'I talia. 1861 ■ 1975, Istituto Centrale di statistica, Roma, 1976.
Note : Pour l'Italie, es données se rapportent au territoire défini par les frontières actuelles. La population en début de pé-
riode est la population de fait de 1862 à 1951, la population résidante à partir de 1948.
1976-1979 : publications statistiques nationales.
ESPAGNE : 1901 - 1925 : J. Dane, "Évolution démographique en Espagne", Population, janvier-février, 1956.
: Anuario estadistico 1978. 1926-1977
PORTUGAL : AnuâVio estatistico, différentes années.
NB. Les nombres absolus sont exprimés en milliers 930 LA CONJONCTURE DÉMOGRAPHIQUE
est due, pour une part, au moindre vieillissement de la population
espagnole; même si la mortalité mesurée par la vie moyenne est
aujourd'hui légèrement moins forte en Espagne qu'en Italie, la diff
érence entre les deux pays n'est pas à la mesure de l'écart entre leurs
taux bruts de mortalité.
L'émigration, enfin, est une constante de l'évolution démogra
phique des trois pays considérés. Jusque vers 1970 et, mis à part la
période 1921-1930 pour le Portugal et 1921-1940 pour l'Espagne, les
taux de migration nette, qui rapportent le solde migratoire à la popul
ation moyenne de la période, sont constamment négatifs et atteignent
parfois des valeurs importantes, notamment à la fin du xix6 et au
début du xxe siècle. Ces taux de migration nette, obtenus par différence
entre l'accroissement total au cours de la période et l'accroissement
naturel, appellent des réserves, que nous examinerons plus en détail
dans la partie consacrée aux migrations. Deux faits toutefois semblent
bien établis. En premier lieu, l'ampleur du phénomène migratoire a
été considérable et a freiné l'essor démographique de pays qui enregis
traient souvent des taux d'accroissement naturels supérieurs à 10 p. 1000,
mais dont les taux de croissance effective étaient sensiblement plus
faibles. En second lieu, cette tendance séculaire est aujourd'hui inte
rrompue en Italie et en Espagne : depuis une dizaine d'années, ces
deux pays enregistrent des taux de migration nette positifs, du fait
des retours d'émigrants et du ralentissement des départs. Au Portugal
où le taux de migration nette de -f 4,5 p. 1000 enregistré au cours de la
période 1971-1975 est dû au retour des Portugais résidant dans les
anciennes colonies d'Afrique (Angola, Mozambique, Guinée portugaise,
Cap Vert), les taux des années récentes (- 2,0 p. 1000 en 1977,
- 1,1 p. 1000 en 1978) traduisent un net ralentissement de l'émigration
en comparaison de la valeur atteinte au cours des années soixante
(-11,9 p. 1000).
Les graphiques 1 et 2, où sont représentés les taux bruts de natalité
et de mortalité, précisent l'évolution de ces deux phénomènes et font
apparaître, outre les tendances de fond, les variations plus conjonct
urelles.
La baisse tendancielle de la natalité (graphique 1) connaît un arrêt
après la Seconde Guerre mondiale, en Italie, en Espagne et au Portugal.
Après la récupération, dans les années 1945-1950, de naissances dif
férées pendant la durée du conflit et ceci même en Espagne et au
Portugal, nations non belligérantes, les taux de natalité se maintiennent
à un niveau supérieur à celui qui découlerait de la simple prolongation
de la tendance d'avant-guerre et amorcent même une remontée à partir
de 1955, due, pour partie tout au moins, à un effet de structure favorable :
l'arrivée aux âges les plus féconds des femmes nées entre 1920 et I. 'ITALIE, I. 'ESPAGNE ET LE PORTUGAL 931
Taux brut de natalité X,
40
Graphique 1 . — Taux brut de natalité.
1930, numériquement plus nombreuses que celles des classes creuses
antérieures (1910-1920). Au début des années 60, cette phase prend
fin brusquement et les taux de natalité baissent de nouveau, quasiment
à la même date que dans de nombreux autres pays d'Europe : 1964
en Italie et en Espagne, 1962 au Portugal.
Tout au long du xxe siècle, les guerres ont profondément marqué 932 LA CONJONCTURE DEMOGRAPHIQUE
Taux brut de mortalité %
117, v
1900 1925 1950
Graphique 2. — Taux brut de mortalité.
l'évolution de la natalité. La natalité chute en Italie durant la Première
Guerre mondiale, elle marque un ralentissement, dans ce même pays,
durant les guerres d'Afrique et d'Espagne, elle connaît une baisse très
importante en Espagne, durant la guerre civile. Elle est profondément
perturbée durant la Seconde Guerre mondiale, en Italie pendant toute
la durée du conflit, au Portugal en 1940 et 1941, en Espagne en
1941, après la récupération, en 1940, de naissances différées durant
la guerre civile. L'ESPAGNE ET LE PORTUGAL 933 L'ITALIE,
L'épidémie de « grippe espagnole », en 1918, a entraîné une
baisse sensible de la natalité, l'année suivante. Ce phénomène est
bien visible grâce aux taux annuels disponibles pour le Portugal.
Enfin, la pointe spectaculaire de la natalité, en 1911 au Portugal,
est consécutive à la mise en place de l'état civil obligatoire (1). Anté
rieurement à cette date, les statistiques de « naissances vivantes » sont
en fait des statistiques de baptisés et sous-estiment la natalité. Le taux
de 1911 opère donc un réajustement. Mais il surestime vraisembla
blement la natalité de cette année, un certain nombre de naissances
de 1910 ayant sans doute été officiellement déclarées en 1911, après
la mise en place de l'état civil.
L'évolution des taux bruts de mortalité (graphique 2) est marquée
par les mêmes événements (guerres mondiales, guerre civile espagnole,
épidémie de « grippe espagnole »). La baisse tendancielle s'accélère
entre 1945 et 1955, époque de grands progrès dus à la diffusion des
antibiotiques. Depuis une vingtaine d'années, on observe un palier,
en Espagne et au Portugal, une légère remontée en Italie. Les progrès
réalisés sont de moindre ampleur et ils sont masqués, dans le calcul
des taux bruts, par le vieillissement des populations.
Les pyramides des âges récentes (graphiques 3 a, 3 b et 3 c) enfin,
donnent une dernière expression de l'évolution démographique globale
de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal. Les principaux faits démog
raphiques qu'on peut y déceler sont signalés directement sur les
graphiques pages suivantes.
La fécondité. L'indice synthétique de fécondité, qui s'exprime en
nombre moyen d'enfants par femme (il est appelé
également somme des naissances réduites) permet de suivre l'évolution
conjoncturelle de la fécondité, année par année, en éliminant l'effet
de la structure par âge. Il se prête ainsi mieux aux comparaisons que
le taux brut de natalité. Le tableau 3 et le graphique 4 (pp. 936, 937)
présentent les séries de cet indice, calculé pour l'Italie, l'Espagne et
le Portugal.
Entre le début des années 60 (1964 en Italie et en Espagne, 1962
au Portugal) et 1977, l'indice synthétique de fécondité a connu une
baisse très sensible : -0,69 enfant par femme en Italie (-26 %), -0,45
en Espagne (- 15 %) et -0,72 au Portugal (-23 %) <2>.
(1) Décret du Tr avril 1911, pris par le gouvernement provisoire de la
première République.
(2) Les chiffres les plus récents font apparaître au Portugal une baisse
plus accentuée encore: l'indice est en effet de 2,28 en 1978. Graphique За.— Pyramide des âges de la population italienne
du 31 décembre 1977.
naissances 2)1) Déficit empêchées. des naissances dû à à la 1r<l 2e Guerre Mondiale Mondiale, suivi d'une récupération des
3) Reprise de la natalité, jusqu'en 1944. 4) Déclin de la natalité.
400000 300000 200000 I00000 0 0 I00OOO 200000 100000 400000
Graphique 3 b. — Pyramide des âges de la population espagnole
du 31 décembre 1975.
1) Déficit des naissances dû à la 1r<" Guerre Mondiale, à l'épidémie de grippe espagnole
et surmortalité dans les générations les plus touchées par la Guerre Civile. 2) Déficit des dû à la guerre civile.
3) Maintien de la natalité à un niveau relativement élevé. L'ESPAGNE ET LE PORTUGAL 935 L'ITALIE,
Graphique 3 c. — Pyramide des âges de la population portugaise
du 31 décembre 1970.
1) Déficit des naissances dû à la 11"1' Guerre Mondiale et à l'épidémie de grippe espagnole. 2) Déficit des dû à la 2e Mondiale.
Nota. — On observe notamment parmi les générations les plus anciennes, une attraction
des années de naissance dont le millésime se termine par un zéro, particulièrement
sensible au Portugal.
La diminution, si elle s'inscrit dans une ligne de tendance assez
régulière en Espagne et au Portugal, connaît deux phases en Italie :
modérée entre 1964 et 1974 (-0,31 enfant), très rapide depuis 1975
(-0,38 enfant).
Par ailleurs, depuis 1967, la somme des naissances réduites obser
vée en Espagne, est supérieure à celle du Portugal, à l'exception de
l'année 1971. En 1977, l'écart est de 0,15 enfant entre les deux pays.
En comparaison avec les autres pays européens, l'indice synthétique
de fécondité observé en Italie est actuellement plus proche de ceux
des pays de l'Europe de l'Ouest et du Nord que de ceux de l'Espagne
ou du Portugal, qui sont parmi les plus élevés (tableau 3 bis).
L'interprétation de l'évolution de l'indice synthétique de fécondité
est délicate. Ses variations peuvent refléter une modification, conjonct
urelle ou non, du calendrier de la fécondité, indépendamment de toute
variation de l'intensité, c'est-à-dire de la descendance finale des géné
rations.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin