Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940 - article ; n°2 ; vol.26, pg 311-342

De
35 pages
Revue française de sociologie - Année 1985 - Volume 26 - Numéro 2 - Pages 311-342
Brigitte Mazon : La Fundación Rockefeller y las ciencias sociales en Francia, 1925-1940.
La Fundación Laura Spelman Rockefeller y después el Departamiento de las ciencias sociales de la Fundación Rockefeller tuvieron como programa el desarrollo о la creación de instituciones de investigaciones en ciencias económicas y sociales, en los Estados Unidos y en Europa. En Francia consignaron los responsables de la Fundación, alrededor de 1920 una carencia institucional considerable en esa esfera. Después de suscitar y rechazar un amplio proyecto de Marcel Mauss, dicidió la Fundación Rockefeller procéder рог etapas para crear los primeros embriones de centras de reunion y de coordinación de las investigaciones en ciencias sociales. Fué interrumpido por la guerra ese trabajo que estaba para conducir al proyecto de creación de un vasto institute nacionál de las ciencas sociales. Las orientaciones temáticas y metodológicas preconizadas por la Fundación Rockefeller tuvieron como efecto mayor prioridad otorgada a las investigaciones empiricas en la sociologia francesa a fines de los anos 1930.
Brigitte Mazon : Die Rockefeller-Stiftung und die Sozialwissenschaften in Frankreich 1925-1940.
Die Laura Spelman Rockefeller-Stiftung, gefolgt von der sozialwissenschaftlichen Abteilung der Rockefeller-Stiftung, hatten als Aufgabe die Entwicklung oder Schaffung von Forschungsinstitutionen für Wirtschafts- und Sozialwissenschaften in den Vereinigten Staaten und in Europa. In Frankreich stellten die Verantwortlichen dieser Stiftung in der Mitte der zwanziger Jahre eine bedeutende institutionelle Leere auf diesem Gebiet fest. Nachdem die Rockefeller-Stiftung ein umfangreiches Projekt von Marcel Mauss zunächst hervorrief und anschliessend verwarf, entschloss sie sich zum stufenweisen Vorgehen, um die ersten Anfänge von Regruppierungs und Koordinierungszentren der sozialwissenschaftlichen Forschung zu bilden. Diese Arbeit, die 1938 kurz vor der Gründung eines umfassenden Nationalinstitutes für die Sozialwissenschaften stand, wurde durch den Krieg unterbrochen. Die von der Rockefeller-Stiftung vorgeschlagenen thematischen und methodologischen Orientierungen, führten zu einem grösseren Vorzug fur die empirischen Forschungen in der französischen Soziologie gegen Ende der dreiziger Jahre.
Brigitte Mazon : The Rockefeller Foundation and the social sciences in France, 1925-1940.
The Laura Spelman Rockefeller Foundation, followed by the Social Sciences Department of the Rockefeller Foundation, were charged with developing or creating research institutions for the economic and social sciences in the United States and in Europe. The Foundation authorities noted an important institutional deficiency in this field in France around the mid-Twenties. Once it had instigated and then rejected a vast project conceived by Marcel Mauss, the Rockefeller Foundation decided to proceed by stages in order to create the first centres, concentrating and coordinating research in the social sciences. This task, which in 1938 was on the verge of materialising in the form of a vast national institute for the social sciences, was interrupted by the war. As a result of the thematic and methodological orientations recommended by the Rockefeller Foundation, greater priority was accorded to empirical research within French sociology at the end of the Thirties.
Brigitte Mazon : La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940.
La Fondation Laura Spelman Rockefeller puis le Département des sciences sociales de la Fondation Rockefeller eurent pour programme le développement ou la création d'institutions de recherches en sciences économiques et sociales, aux Etats-Unis et en Europe. En France, les responsables de la Fondation constatèrent au milieu des années vingt une carence institutionnelle considérable dans ce domaine. Après avoir suscité, et rejeté, un vaste projet de Marcel Mauss, la Fondation Rockefeller décida de procéder par étapes pour créer les premiers embryons de centres de regroupement et de coordination des recherches en sciences sociales. Ce travail, sur le point d'aboutir en 1938 dans le projet de création d'un vaste Institut national des sciences sociales, fut interrompu par la guerre. Les orientations thématiques et méthodologiques préconisées par la Fondation Rockefeller eurent pour effet d'accorder une priorité plus grande aux recherches empiriques dans la sociologie française à la fin des années trente.
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Brigitte Mazon
La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France,
1925-1940
In: Revue française de sociologie. 1985, 26-2. pp. 311-342.
Citer ce document / Cite this document :
Mazon Brigitte. La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940. In: Revue française de sociologie.
1985, 26-2. pp. 311-342.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1985_num_26_2_3952Resumen
Brigitte Mazon : La Fundación Rockefeller y las ciencias sociales en Francia, 1925-1940.
La Fundación Laura Spelman Rockefeller y después el Departamiento de las ciencias sociales de la
Fundación Rockefeller tuvieron como programa el desarrollo о la creación de instituciones de
investigaciones en ciencias económicas y sociales, en los Estados Unidos y en Europa. En Francia
consignaron los responsables de la Fundación, alrededor de 1920 una carencia institucional
considerable en esa esfera. Después de suscitar y rechazar un amplio proyecto de Marcel Mauss,
dicidió la Fundación Rockefeller procéder рог etapas para crear los primeros embriones de centras de
reunion y de coordinación de las investigaciones en ciencias sociales. Fué interrumpido por la guerra
ese trabajo que estaba para conducir al proyecto de creación de un vasto institute nacionál de las
ciencas sociales. Las orientaciones temáticas y metodológicas preconizadas por la Fundación
Rockefeller tuvieron como efecto mayor prioridad otorgada a las investigaciones empiricas en la
sociologia francesa a fines de los anos 1930.
Zusammenfassung
Brigitte Mazon : Die Rockefeller-Stiftung und die Sozialwissenschaften in Frankreich 1925-1940.
Die Laura Spelman Rockefeller-Stiftung, gefolgt von der sozialwissenschaftlichen Abteilung der
Rockefeller-Stiftung, hatten als Aufgabe die Entwicklung oder Schaffung von Forschungsinstitutionen
für Wirtschafts- und Sozialwissenschaften in den Vereinigten Staaten und in Europa. In Frankreich
stellten die Verantwortlichen dieser Stiftung in der Mitte der zwanziger Jahre eine bedeutende
institutionelle Leere auf diesem Gebiet fest. Nachdem die Rockefeller-Stiftung ein umfangreiches
Projekt von Marcel Mauss zunächst hervorrief und anschliessend verwarf, entschloss sie sich zum
stufenweisen Vorgehen, um die ersten Anfänge von Regruppierungs und Koordinierungszentren der
sozialwissenschaftlichen Forschung zu bilden. Diese Arbeit, die 1938 kurz vor der Gründung eines
umfassenden Nationalinstitutes für die Sozialwissenschaften stand, wurde durch den Krieg
unterbrochen. Die von der Rockefeller-Stiftung vorgeschlagenen thematischen und methodologischen
Orientierungen, führten zu einem grösseren Vorzug fur die empirischen Forschungen in der
französischen Soziologie gegen Ende der dreiziger Jahre.
Abstract
Brigitte Mazon : The Rockefeller Foundation and the social sciences in France, 1925-1940.
The Laura Spelman Rockefeller Foundation, followed by the Social Sciences Department of the
Rockefeller Foundation, were charged with developing or creating research institutions for the economic
and social sciences in the United States and in Europe. The Foundation authorities noted an important
institutional deficiency in this field in France around the mid-Twenties. Once it had instigated and then
rejected a vast project conceived by Marcel Mauss, the Rockefeller Foundation decided to proceed by
stages in order to create the first centres, concentrating and coordinating research in the social
sciences. This task, which in 1938 was on the verge of materialising in the form of a vast national
institute for the social sciences, was interrupted by the war. As a result of the thematic and
methodological orientations recommended by the Rockefeller Foundation, greater priority was accorded
to empirical research within French sociology at the end of the Thirties.
Résumé
Brigitte Mazon : La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940.
La Fondation Laura Spelman Rockefeller puis le Département des sciences sociales de la Fondation
Rockefeller eurent pour programme le développement ou la création d'institutions de recherches en
sciences économiques et sociales, aux Etats-Unis et en Europe. En France, les responsables de la
Fondation constatèrent au milieu des années vingt une carence institutionnelle considérable dans ce
domaine. Après avoir suscité, et rejeté, un vaste projet de Marcel Mauss, la Fondation Rockefeller
décida de procéder par étapes pour créer les premiers embryons de centres de regroupement et decoordination des recherches en sciences sociales. Ce travail, sur le point d'aboutir en 1938 dans le
projet de création d'un vaste Institut national des sciences sociales, fut interrompu par la guerre. Les
orientations thématiques et méthodologiques préconisées par la Fondation Rockefeller eurent pour effet
d'accorder une priorité plus grande aux recherches empiriques dans la sociologie française à la fin des
années trente.R. franc, sociol. XXVI, 1985, 311-342
Brigitte MAZON
La Fondation Rockefeller
et les sciences sociales
en France, 1925-1940
A l'instar de Maurice Barrés qui publiait en 1919 une série d'articles
dénonçant « la grande pitié des laboratoires de France » (1), un texte anonyme
tente, la même année, d'attirer l'attention des pouvoirs publics sur « la grande
pitié de l'enseignement des sciences sociales en France » (2).
Invoquant l'intérêt national que représente cet enseignement et la riche
tradition dont les Français se doivent d'être les continuateurs (Saint-Simon,
Auguste Comte et les positivistes), l'auteur propose la création d'instituts des
sciences sociales. Les réalisations allemandes en ce domaine (3) sont évoquées
avec un mélange d'envie et d'aversion caractéristique de l'époque, et l'auteur
du texte en vient même à déclarer que la puissance de l'Empire allemand
« était pour une part l'œuvre de l'enseignement des sciences sociales, auquel
allaient toutes les faveurs de l'Empire (4). En ce lendemain de guerre où les
comparaisons nationalistes ont valeur d'arguments, l'auteur exhorte les
pouvoirs publics à faire un réel effort pour le développement des sciences
sociales en France (S).
En effet, les quelques chaires d'enseignement des sciences économiques et
sociales disséminées entre les facultés de droit ou des lettres, le Collège de
France, le Conservatoire des arts et métiers et l'Ecole pratique des hautes
(1) Maurice Barrés publia dans Y Echo de mandes de chaires, de moyens et d'influence.
Paris, de juillet à septembre 1919 une série de Voir H. Hanser, L'enseignement des sciences
six articles intitulés « La grande pitié des labora- sociales. Etat actuel de cet enseignement dans les
toires de France ». divers pays du monde. Paris, Chevalier Marescq,
(2) « L'enseignement des sciences sociales 1903, pp. 221-239.
en France », texte anonyme. Archives du Recto- (4) Arch. Rect. Paris, « L'enseignement des
rat de Paris. Série Instituts d'université. Car- sciences sociales en France », p. 6.
ton 380 (cote provisoire), dossier « Projets (5) « Si bien qu'à l'heure où l'enseignement
d'instituts de sciences sociales » (1919/20-1934). des sciences sociales devrait fournir au pays un
Nous datons ce texte de fin 1919 ou début 1920 des moyens essentiels de développer les consé-
car il se réfère à la publication alors récente de quences de sa victoire, d'assurer sa restauration
la série d'articles citée plus haut. Quant à son morale, d'étendre son influence intellectuelle et
auteur, nous émettons l'hypothèse de trois civilisatrice, ce moyen lui fait presque complè-
universitaires engagés à cette époque dans la tement défaut. Est-il possible d'imaginer situa-
cause des sciences sociales : l'historien Henri tion plus douloureusement paradoxale ? (...) A
Berr, l'économiste Charles Rist ou l'historien la France qui attend de son haut enseignement
Henri Hauser. un service analogue à celui que le haut ensei-
(3) L'enseignement des sciences politiques, gnement allemand a rendu à l'Allemagne, les
économiques et sociales était, en effet, large- pouvoirs publics failliront-ils à en donner les
ment doté dans la plupart des universités aile- moyens ? ». Ibid., p. S et 8.
311 Revue française de sociologie
études, sont, après la première guerre mondiale, loin de constituer, si ce n'est
un ensemble quelque peu cohérent, du moins une quelconque base institution
nelle de développement pour la recherche et l'enseignement de ces disciplines.
Les causes du retard français dans le domaine des sciences sociales sont
cependant à l'époque probablement moins d'ordre idéologique que structurel :
les universités allemandes étaient richement dotées et autonomes, alors que
l'Université française, aux structures fortement étatisées et cloisonnées, n'était
pas riche. Les projets de développement institutionnel des sciences sociales
dans l'entre-deux-guerres se heurteront régulièrement aux problèmes de
financement d'une part, de répartition des disciplines entre les différentes
facultés d'autre part.
Alors que la communauté scientifique formée dans les institutions universi
taires du xixe siècle vivait dans un climat de quasi-indifférence quant aux
questions de financement (celles-ci se réduisant pratiquement aux seuls crédits
de fonctionnement des chaires d'enseignement), les chefs de file des sciences
historiques, économiques et sociales de Pentre-deux-guerres se confrontèrent
directement et constamment aux problèmes de financement des recherches. Le
coût des enquêtes, des missions et des diverses collectes de faits que nécessitait
le développement de ces nouvelles disciplines appelait des ouvertures de
crédits auxquelles répondaient difficilement et trop lentement les tradition
nelles répartitions budgétaires du haut enseignement français. Peu à peu, l'Etat
ne sera plus considéré comme unique mécène, et l'envergure institutionnelle
d'un universitaire commencera à se mesurer aussi à son habileté à obtenir de
nouvelles sources de financement. Il fallait, pour ce faire, utiliser la brèche
légale introduite par Louis Liard dans la structure étatique de l'Université.
Celle-ci, en effet, avait été depuis 1850 totalement incorporée au budget de
l'Etat, perdant l'autonomie financière et même l'entière propriété des biens
dont elle avait été dotée par Napoléon. Un des actes administratifs essentiels
de Louis Liard, alors jeune directeur de l'enseignement supérieur, avait été de
faire voter le décret du 25 juillet 1885 qui autorisait les facultés à recevoir des
subventions, dons et legs, en dehors des seuls crédits de l'Etat (6).
La ville de Paris fut la première à utiliser les facilités offertes par ce décret
en fondant, dès 1885, à la Sorbonně, la chaire d'histoire de la Révolution
française. Elle ouvrait ainsi modestement la voie à l'utilisation de subventions
extra-gouvernementales dans l'enseignement supérieur. Ainsi son Conseil
municipal fut-il sollicité en 1904 pour subventionner une Sixième Section de
l'Ecole pratique des hautes études ayant pour programme un enseignement des
sciences économiques et sociales (7). Pour justifier leur démarche, les auteurs
du projet (M. Vernes et E. Tarbouriech) invoquaient la pénurie du budget de
l'enseignement supérieur qui leur donnait peu d'espoir de voir se réaliser un
jour, sur des crédits gouvernementaux, cette Section dont le décret de création
avait été promulgué dès 1869 par Victor Duruy. Le projet fut finalement rejeté
(6) A propos de ce décret et de ses effets, 1er mars 1913.
voir l'article de Louis Liard, « Les bienfaiteurs (7) Archives Nationales : F 17 13618.
de l'Université de Paris », Revue de Paris,
312 Brigitte Mazon
par le Conseil municipal (8), mais l'intérêt suscité par l'objet de la proposition
entraîna l'octroi de subventions de la Ville de Paris pour le fonctionnement
de trois chaires de sciences économiques et sociales dans l'enseignement
supérieur : au Collège de France (la chaire d'histoire du travail), au Conserv
atoire des arts et métiers (la chaire des associations ouvrières) et à la
VIe Section de l'Ecole pratique des hautes études (la conférence d'histoire des
doctrines économiques).
Certains universitaires commençaient donc, depuis la fin du xixe siècle, à
faire appel à un mode de financement complémentaire du haut enseignement
français. Cette pratique resta cependant longtemps tout à fait exceptionnelle,
et ce sont naturellement les promoteurs de disciplines scientifiques nouvelles
qui y eurent essentiellement recours. C'est ainsi qu'en 1893 l'historien Ernest
Lavisse avait pris la défense, dans un article du Journal des Débats (9), du
développement d'un programme universitaire des sciences sociales. Conscient
des difficultés à obtenir de l'Etat plus de crédits pour la recherche et
l'enseignement, il lança alors l'idée originale suivante : « Qu'on nous donne
donc de l'argent, des terres, des vignes, tout ce qu'on voudra, à charge pour
nous de doter l'Université de Paris d'un enseignement des sciences social
es » (10). L'Université de Montpellier venait bien d'accéder à la propriété d'un
vignoble... Cet exemple hardi devait pouvoir être suivi sous des formes les plus
variées.
Ernest Lavisse, qui fut directeur de l'Ecole normale supérieure de 1904 à
1919, était un des universitaires les plus influents de son époque et sa voix
pouvait être entendue par des banquiers ou des industriels philanthropes, amis
des sciences et des arts. L'un d'eux, le comte de Chambron, proposa
immédiatement de fonder une chaire d'économie sociale à la Sorbonně (11).
Mais les mécènes français étaient peu nombreux et nous devons évoquer ici
l'un des rares hommes qui ait consacré toute sa fortune à des réalisations
d'envergure dans la vie universitaire et intellectuelle française : Albert
Kahn(12). Ce banquier, mécène aux projets généreux et précurseurs, ami de
Lavisse et de Bergson, était une des figures marquantes des cercles de
rencontres intellectuelles et politiques de la IIIe République. C'est grâce à son
financement que put être créé en 1920 le Centre de documentation sociale de
la rue d'Ulm, dirigé par Celestin Bougie (13).
(8) A côté des critiques portées au pro- été changées et les structures de l'Université
gramme d'enseignement proposé (qui se ratta- impériale subsistèrent pour bien longtemps
chait trop à la morale et à la philosophie encore.
spéculative et pas assez à l'étude des faits (9) Le Journal des Débats, 17 novembre
économiques et sociaux), le projet est rejeté 1893. Cet article est cité et commenté par G.
pour la raison suivante : « Le développement de Weisz, « L'idéologie républicaine et les sciences
l'Ecole pratique des hautes études qui répondait sociales », Revue française de sociologie, 20(1)
autrefois à un véritable besoin paraît aujour- 1979, p. 92.
d'hui moins nécessaire depuis l'organisation (Ю) Ibid., p. 93.
nouvelle des universités, la souplesse de leurs (H) A propos de la création de la chaire et
programmes et de leurs enseignements ». Rap- du comte de Chambrun, voir ibid., p. 94.
port n° 19 de 1907 du Conseil municipal de (12) Nous avons esquissé une biographie
Paris. L'avis du Conseil municipal reflète en ce d'Albert Kahn dans Etudes durkheimiennes. ' point la grande confiance des réformateurs de Bulletin d'information, nov. 1983, p. 18.
î'« Université Nouvelle» créée par la loi du (13) B. Mazon, «La création du Centre de
10 juillet 1896. En fait, peu de choses avaient documentation sociale », ibid., p. 15-20.
313 Revue française de sociologie
Si Celestin Bougie, qui était depuis peu titulaire de la chaire d'économie
sociale à la Sorbonně, n'est pas directement à l'origine de la création même
du Centre de documentation sociale, il en avait indépendamment et d'une
manière assez informelle conçu l'idée quelques mois plus tôt. Dans une note
manuscrite à l'attention du doyen de la Faculté des lettres (14), Bougie
regrettait les lacunes considérables de l'enseignement de la sociologie en
France, au moment où allait s'ajouter un certificat de morale et sociologie à
la licence de philosophie. Pour faire face à la demande accrue de cet
enseignement, Bougie proposait non seulement que soit reconstituée, et même
dédoublée, la chaire de Durkheim, mais il ajoutait : « Si d'ailleurs on pouvait
mettre sur pied une sorte d'Institut des sciences sociales analogue à l'Institut
Solvay de Bruxelles, autour duquel on grouperait les chercheurs que la
sociologie attire, on serait outillé » (15). Le modèle d'institut que suggérait
Bougie n'avait donc pas encore de précédent français par ses structures et son
financement : il s'agissait de l'Institut de sociologie de Bruxelles fondé par
l'industriel et philantrhope Ernest Solvay. Le Centre de documentation sociale
dont Bougie prit la direction quelques mois plus tard n'est pourtant pas devenu
l'équivalent institutionnel de l'institut belge. Car, après 1929, son fondateur et
unique financier, Albert Kahn, ayant été ruiné par la crise économique, le
Centre survivait avec les plus grandes difficultés à la faiblesse de ses moyens
matériels. C'est alors qu'intervint pour les sciences sociales françaises l'action
d'un mécénat international de grande envergure : la Fondation Rockefeller.
L'entreprise philanthropique de John D. Rockefeller
De l'empire du pétrole à la Fondation
John D. Rockfeller, l'un des grands pionniers de l'ère industrielle, le maître
de l'empire pétrolier américain, la Standard Oil, avait accumulé, dans la
dernière décennie du xix* siècle, une immense fortune. « Votre fortune gonfle,
gonfle comme une avalanche. Prenez-y garde ! ... », l'exhorta un jour son
conseiller le plus intime, le pasteur Frederick T. Gates, « vous devez la
distribuer plus vite qu'elle ne grandit. Autrement, elle vous écrasera, vous et
vos enfants et les enfants de vos enfants » (16).
Les pratiques d'expansion, les opérations de monopole à la base d'une
accumulation industrielle sans foi ni loi, avaient suscité dans l'opinion
(14) Arch. Rect. Paris. Carton 380 (cote cette Année sociologique dont le prestige est
provisoire). Note manuscrite, non datée, de C. grand dans les universités les plus lointaines ».
Bougie demandant la création d'un institut des Bougie précise que cette équipe pourrait être
sciences sociales. formée par Simiand, Mauss, Fauconnet, Halb-
(15) Ibid., p. 2. Bougie poursuit ainsi: wachs, Davy, Ray, autrement dit les membres
« Pour organiser une œuvre pareille, personne de l'Ecole durkheimienne ayant survécu à la
ne pourra remplacer celui qui a le plus contri- guerre.
bué à donner allure à la fois systématique et (16) A. Nevins, John D. Rockefeller, New
positive à la sociologie française : nous voulons York, Charles Scribner's Sons, 1940, Vol. II,
dire Emile Durkheim. Mais il avait heureuse- p. 291.
ment formé une sorte d'école groupée autour de
314 Brigitte Mazon
publique américaine des réactions d'hostilité et de haine à la seule évocation
du nom de celui qui en personnifiait tous les excès : Rockefeller. Et pourtant
l'homme semblait être profondément convaincu de son honnêteté et de sa
bienveillance miséricordieuse à l'égard des entreprises, acculées à la ruine,
qu'il absorbait dans son gigantesque trust. John D. Rockefeller, tout imprégné
de religion baptisté et de la certitude d'une mission que Dieu lui avait confiée,
fut bouleversé à la lecture de ce qui deviendra le credo des préoccupations
philanthropiques des grands magnats de l'ère industrielle, « L'Evangile de la
richesse » publié en 1889 par A. Carnegie : « Le problème majeur de notre
époque est d'administrer la richesse de façon à préserver les liens harmonieux
de fraternité entre les riches et les pauvres » (17). Selon Carnegie, l'homme qui
avait fait fortune ne devait pas mourir riche sous peine d'être disgracié par
sa propre richesse restée inutilisée, donc déshonorée.
Mais donner son argent n'était pas une mince affaire. Une générosité diffuse
et sans distinction, sollicitée continuellement par les requêtes les plus diverses,
était contraire à toute l'organisation de la vie de John D. Rockefeller. « Le
champ de la philanthropie ressemblait autant à une jungle que ce monde de
l'industrie qu'il avait passé quarante ans à essayer de domestiquer» (18). Il
décida donc d'une ligne de conduite selon les principes d'une « méthode
scientifique du don » que lui suggéra Frederick Gates, le premier grand
administrateur de la philanthropie Rockefeller, qui rêvait de faire de cette
fortune « un grand trust philanthropique qui 'rationaliserait' le monde du don
comme la Standard avait rationalisé celui du pétrole » (19).
Les premiers bienfaits de Rockefeller profitèrent aux œuvres de ses
coreligionnaires, les baptistes. Mais sa première grande réalisation se tourna
tout de suite vers les sciences, l'enseignement et la recherche : l'Université de
Chicago lui doit sa reconstruction et, en fait, sa renaissance. Puis suivirent,
pendant la première décennie du siècle, l'établissement d'un certain nombre
d'instituts et de commissions philanthropiques se consacrant à la médecine et
à l'éducation (20). Rockefeller, qui avait choisi la discrétion, refusait d'entourer
ses œuvres de la publicité manifeste que dénotaient les entreprises similaires
de Carnegie. La reconnaissance publique viendrait en son temps, avec la
preuve éclatante du service rendu à l'humanité. En attendant, les procès pour
entrave à la liberté de commerce s'accumulaient contre la Standard Oil et
aboutirent en 1911 à la décision de la Cour suprême de dissoudre le trust. En
fait, l'action de la loi anti-trust n'eut pas les effets escomptés car, malgré sa
fragmentation, les valeurs de Гех-empire de la Standard ne cessèrent d'aug
menter.
John D. Rockefeller était en outre plus préoccupé depuis quelques mois de
l'avenir d'une grande idée que de celui, peu menacé, de son trust. Il s'agissait
(17) L'essai de A. Carnegie, « The Gospel of (20) La première organisation établie par
Wealth », parut dans la North American review J.D. Rockefeller fut le « Rockefeller Institute
en juin 1889. . for Medical Research», créé en 1901. Elle fut
(18) P. Collier, D. Horowitz, Une dynastie suivie, en 1903, du « General Education Board »
américaine, les Rockefeller. Trad, de l'anglais. qui se consacra aux problèmes d'éducation dans
Paris, Ed. du Seuil, 1976, p. 49. l'ensemble du territoire des Etats-Unis.
(19) Ibid., p. 56.
315 Revue française de sociologie
de la création d'un autre empire, à vocation internationale, que lui suggérait
Gates depuis des années : « Je tremblais, notait le pasteur, rien que d'observer
le ressentiment populaire irraisonné à l'égard de la richesse de Mr. Rockefeller
(...) Je ne voyais pas d'autre solution, pour Mr. Rockefeller et son fils, que de
former une série de grandes entreprises philanthropiques sans limites tempor
elles ni quantitatives, sans limite non plus d'objet, et se perpétuant à
l'infini » (21).
Si Gates, avec des accents quasi religieux, voyait dans la création d'une
fondation la solution pour transmettre le nom de John D. Rockfeller à la
postérité et faire quelque peu oublier l'origine de cette richesse par des
bienfaits dont la société pourrait lui être redevable, Rockefeller n'était pas
seulement torturé par la mauvaise conscience ... il faisait aussi ses comptes.
Les fondations jouissaient en effet en Amérique d'un statut juridique, financier
et fiscal extrêmement libéral, et l'exonération de l'impôt et des diverses taxes
était loin d'être négligeable pour qui se préoccupait d'un débouché honorable
à une fortune démesurée.
John D. Rockefeller avait ainsi décidé, depuis 1910, de créer une grande
institution philanthropique dont la mission serait mondiale. Trois années
furent nécessaires à l'obtention de son statut juridique, et 1913 marque la
naissance d'une fondation américaine dont bien peu soupçonnaient alors le
rôle qu'elle était destinée à jouer dans la vie fédérale et internationale.
La question des sciences économiques et sociales
« Promouvoir le bien-être de l'humanité à travers le monde », telles étaient
la devise et la mission de la Fondation Rockefeller, dotée à sa naissance d'un
capital de 100 millions de dollars. Les premières activités de la Fondation
absorbaient en fait les divers instituts et commissions créés par John D.
Rockefeller depuis le début du siècle. Ses domaines d'intervention étaient
essentiellement la médecine et l'éducation. Un département de recherches
économiques et sociales semble avoir été envisagé dans les premières années
d'existence de la Fondation (22). Mais la responsabilité de Rockefeller se
trouvait à l'époque publiquement et gravement mise en cause dans l'évolution
dramatique d'une des grèves les plus dures que connut l'histoire de l'indus
trialisation américaine (le massacre de Ludlow en 1914) (23). Si bien que,
lorsque J.D. Rockefeller Jr., principal actionnaire de la Société en grève,
exprima en 1915 son intention de « préconiser pour la Fondation Rockefeller
un domaine d'investigation privilégié portant sur des recherches de haut
niveau dans le secteur des relations industrielles » (24) ... la méfiance de la
Commission chargée de l'enquête sur la tragédie de Ludlow fut à son comble.
(21) Traduction française dans P. Collier, Memorial », The American sociologist, 1982,
op. cit., p. 56. Le texte original de F. Gates se Vol. 17, p. 185.
trouve dans les Archives de la Fondation (23) Cf. P. Collier, op. cit., p. 98-106.
Rockefeller : F. Gates, Manuscript autobiogra- (24) Cité par D. Fischer, « American phi-
phy. larithropy and the social sciences in Britain
(22) Cf. M. Bulmer, « Support for sociology 1919-1939 », The sociological review, 1980,
in the 1920s : the Laura Spelman Rockefeller Vol. 28, p. 306, note 6.
316 Brigitte Mazon
Les fonds de la Fondation Rockefeller ne risquaient-ils pas finalement d'avoir
pour but de servir les intérêts industriels de la famille Rockefeller ? L'inves
tissement de la dans les questions économiques et sociales fut donc
ajourné et elle se consacra essentiellement, pendant ses premières années
d'existence, à la médecine, à l'hygiène sociale et à la biologie.
En 1918, John D. Rockefeller créa une autre entreprise philanthropique
autonome, dédiée à la mémoire de sa femme : la Fondation Laura Spelman
Rockefeller. Après quelques années d'actions humanitaires générales concer
nant principalement les femmes et les enfants, la nouvelle fondation décide,
avec l'arrivée d'un jeune universitaire à sa direction, Beardsley Ruml, d'un
programme d'intervention dans un secteur jusqu'alors négligé des institutions
d'enseignement et de recherche : le domaine des sciences économiques et
sociales.
Les responsables de la Fondation Laura Spelman Rockefeller avaient
élaboré leur programme à partir des constatations suivantes : « Tous ceux qui
œuvrent au but général du bien-être social sont handicapés par l'absence de
connaissances que les sciences sociales devraient leur procurer » (25). Or ils
pensaient que du développement des sciences sociales devrait naître peu à peu
une meilleure compréhension des conditions et des forces qui affectent
l'aptitude des hommes et des peuples à vivre ensemble et heureux sur une
planète réduite. Le résultat du progrès de ces connaissances devrait permettre
de trouver des moyens et des instruments d'une plus ou moins grande précision
qui contribueraient à améliorer le contrôle social dans l'intérêt de tous » (26).
La logique de l'action philanthropique de la Fondation était explicite : pour
promouvoir le bien-être de l'humanité, il était nécessaire non seulement de
s'occuper de la santé des hommes, mais encore de l'équilibre social et de sa
préservation sur l'ensemble de la planète. Or les sciences s'attachant à la
description des phénomènes sociaux étaient largement sous-développées, elles
manquaient de ressources et de stimulation institutionnelle : « Le développe
ment des sciences sociales nécessite tout d'abord de par le monde une
douzaine, une quinzaine ou une vingtaine d'institutions de recherche bien
établies et efficaces. A l'heure actuelle, il n'y en a aucune » (27).
C'est à cette première tâche que se consacra la Fondation Laura Spelman
Rockefeller. Certains centres de recherche furent entièrement créés par elle,
tel le « Social Science Research Council » fondé en 1923; d'autres lui doivent
un développement décisif : la plupart des centres universitaires américains des
sciences sociales (Chicago, Harvard, Columbia, Yale etc.), ou, en Europe, la
« London School of Economies » et la « Deutsche Hochschule fur Politik »
de Berlin, puis plus tardivement, en France, l'ensemble des centres de
recherche en sciences sociales créés dans les années trente.
La politique de financement de ces institutions avait pour principe l'apport
initial des subventions nécessaires à leur création ou à leur développement
(25) Archives de la Fondation Rockefeller, (26) L.S.R.M., S. III, Box 23, Social Science,
Tarrytown, New York, L.S.R.M., S. III, General 1924-1925, p. 1.
Memorandum : octobre 1922. (27) Ibid., p. 2-3.
317

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin