Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La participation électorale bretonne en 2004 (Octant n° 102)

De
6 pages
En 2004, près d'un quart des électeurs bretons n'a voté ni aux régionales, ni aux européennes, proportion légèrement inférieure au taux national. Les plus âgés et les plus diplômés font toujours preuve de plus d'esprit civique. Près de 80 % des abstentionnistes de 2002 le sont restés en 2004 mais le comportement des votants intermittents varie d'une élection à l'autre.
Voir plus Voir moins

Société
La participation électorale bretonne
en 2004
En 2004, près d’un quart des électeurs bretons n’a voté
ni aux régionales, ni aux européennes, proportion
légèrement inférieure au taux national. Les plus âgés et les
plus diplômés font toujours preuve de plus d’esprit civique.
Près de 80 % des abstentionnistes de 2002 le sont restés
en 2004 mais le comportement des votants intermittents
varie d’une élection à l’autre.
es élections du printemps 2004 La Bretagne figure parmi les régions où Près d’un quart des électeursLn’ont pas suscité des taux de partici- l’abstentionnisme est le plus faible bretons n’ont pas voté
pation très élevés en France comme comme c’est le cas depuis de nombreu- en 2004
dans notre région. Les élections régio- ses années. Mais ce constat général
nales et européennes intéressent tradi- masque des réalités plus contrastées
tionnellement peu les électeurs français suivant les élections : les votants systé- En Bretagne, 24 % des électeurs ne se
qui ont tendance à bouder les scrutins matiques ne sont pas forcément les mê- sont pas rendus aux urnes entre mars et
pour lesquels l’enjeu est estimé peu im- mes en 2002 et 2004, de nouveaux abs- juin 2004. Ce taux d’abstention systé-
portant. Ce fut encore le cas en 2004 où tentionnistes sont apparus et l’impli- matique se situe presque deux points en
le taux moyen de participation s’est éta- cation dans la vie politique en 2004 a dessous de la moyenne nationale
bli à un peu plus de 57 % en France varié selon les scrutins. (25,9 %). Avec la Picardie et les régions
contre plus de 70 % en 2002 (élections situées dans le quart Sud-Ouest, notre
présidentielles et législatives). région et ses presque deux millions de
4 Octant n° 102 - juillet 2005Société
personnes inscrites sur les listes électo- Probabilité d'abstention systématique en 2004 en Bretagne
errales au 1 janvier 2004 composent un
groupe où l’abstention est la plus faible Hommes
epuisqu’elle se situe au 4 rang (en ex- Femmes
1
cluant le cas particulier de la Corse ).
19-24 ans
25-34 ans
Si les électeurs bretons apparaissent
35-44 ans
plus civiques que dans la plupart des ré- 45-54 ans
gions, il faut cependant considérer les 55-64 ans
65-74 ansdisparités de composition du corps
75-84 ansélectoral et in fine la structure de la po-
85 ans et pluspulation. Afin de prendre la mesure de
ces effets de structure et pouvoir raison- Agriculteurs
ner toutes choses égales par ailleurs, Artisans
Cadresune analyse des probabilités d’absten-
Professions intermédiairestion systématique selon différents critè-
Employésres sociodémographiques doit être réa-
Ouvriers
lisée (Encadré ci-contre).
Retraités
Inactifs
Aucun diplômeLe civisme croît avec l’âge
CEP/BEPC
et le niveau de diplôme CAP/BEP
BAC
Études supérieures
Pour tous les scrutins, la participation
Rural
augmente avec l’âge en France comme
Urbain hors agglomération
en Bretagne. Seuls font exception les Agglomération > 200 000
19-24 ans qui pour certains votent pour
Célibatairela première fois en 2004, et qui se sont
Mariédavantage déplacés que les 25-34 ans :
Veuf
l’attrait de la nouveauté est sans doute à
Divorcé
l’origine de cette motivation, qui laisse
0 20 40 60 80place par la suite à un certain désintérêt.
%
En Bretagne en 2004, la probabilité de
Source : Insee - Enquête participation électorale 2004
voter systématiquement était, toutes
Lecture : toutes choses égales par ailleurs, les professions intermédiaires ont 32 % de chances de
choses égales par ailleurs, de 22 % pour ne pas voter alors que cette probabilité n’est que de 21 % pour les retraités.
les moins de 25 ans alors qu’elle était de
Taux d’abstention et probabilité de ne trois), leurs taux d’abstention observés14 % pour la tranche d’âge immédiate-
pas voter sont deux notions distinctes qui sont très différents puisque respective-ment supérieure.
peuvent se compléter mais aussi sembler ment de 20 % et 35 %.
contradictoires.
Si la participation augmente continû-
Ce constat a priori paradoxal s’explique
ment avec l’âge, elle atteint un maxi-
Ainsi, alors que toutes choses égales par par les effets de structure : les inactifs
mum pour les tranches 55-64 ans et ailleurs la probabilité de ne pas avoir non retraités comprennent des person-
65-74 ans, avec un taux d’assiduité voté en 2004 des professions intermé- nes jeunes souvent célibataires et en
d’environ 50 % pour la Bretagne. diaires et des inactifs non retraités est si- moyenne moins diplômées, deux carac-
Au-delà, la participation diminue rapi- milaire (32 %, près d’une chance sur téristiques favorables à l’abstention.
dement avec l’âge, probablement à
cause de difficultés de mobilité des per-
sonnes concernées.
Taux d'abstention moyen en 2004De même, la probabilité d’abstention
par régionsystématique en 2004 baisse avec l’élé-
vation du niveau de diplôme. Elle est
ainsi deux fois moins importante pour Le mariage est un critère
les diplômés de l’enseignement supé- inattendu d’assiduité
rieur que pour les personnes sans di-
électorale
plôme. Pour ces dernières, le taux de
participation breton est légèrement infé-
rieur à la moyenne nationale. Mariage et civisme semblent liés. Ainsi,
parmi les inscrits mariés, près d’un sur
En %
deux a voté à tous les tours de scrutin et
28un peu moins de 15 % d’entre eux se
25
sont abstenus systématiquement. Moins1- La Corse a eu le taux d’abstention le plus faible mais
son statut, accordé par la dernière réforme constitu- de cinq inscrits sur dix sont mariés mais
tionnelle, est particulier dans la mesure où l’enjeu près de six électeurs assidus sur dix sont
constitué par la future composition de l’assemblée ter-
dans cette situation. C’est chez les céli-ritoriale était incomparable à celui des conseils
régionaux. bataires que l’on retrouve au contraire Source : Insee - Enquête Participation électorale 2004
Octant n° 102 - juillet 2005 5
© IGN -INSEE 2005Société
Taux de participation aux élections de 2004 (en %)
Taux de participation par région
France
Bretagne métropole
er
Au 1 tour des régionales 2004
Participation systématique 38,5 35,9
Participation intermittente 37,5 38,2
dont : ont voté 2 fois 25,1 2,5
er- au 1 tour des régionales et aux européennes 2,4 2,2
e
- au 2ééennes 3,4 3,3
En % - uniquement aux régionales 19,3 20,0
67 dont : ont voté 1 seule fois 12,4 12,7
64 er- uniquement au 1 tour des régionales 4,0 4,261
e
- uniquement au 2é 6,4 6,6
- uniquement aux européennes 2,0 1,9
Abstention systématique 24,0 25,9
Source : Insee - Enquête Participation électorale 2004
le plus d’abstentionnistes systématiques d’environ 20 points entre les taux obser-
eAu 2 tour des régionales 2004 (36 % contre 24 % pour l’ensemble des vés pour les élections régionales et ceux
électeurs). En outre, la probabilité de ne des élections européennes pour les-
pas voter est de 31 % pour les mariés quelles on peut parler de records d’abs-
contre 48 % chez les divorcés. tention. Plus de la moitié des absten-
tionnistes aux européennes avaient voté
à tous les scrutins de 2002. D’autre part,
la participation intermittente en 2004Les employés et ouvriers
(ne voter qu’à un ou deux scrutins) s’ex-bretons plus civiquesEn % plique presque exclusivement par l’abs-
tention aux européennes.70
67
64 Al’exception des agriculteurs, le taux
Le taux de participation systématiquede participation systématique breton est
des femmes bretonnes aux élections detoujours supérieur à celui de la France
2004 est inférieur de deux points à celuiquelle que soit la catégorie socioprofes-
des hommes (38 % contre 40 %) alorssionnelle (CSP). Les cadres, les profes-
que leur taux de participation aux deuxsions intermédiaires et les retraités sont
tours des régionales est similaire. C’estceux qui votent le plus souvent de façon
en effet principalement leur faible parti-systématique. Même parmi les retraités,
cipation aux européennes qui expliquece sont les anciens cadres et les anciens
le phénomène (44 % contre 49 % pouragriculteurs qui connaissent les plus
les hommes). C’est également vrai pourforts taux de participation.
les agriculteurs bretons dont le niveau
de participation en 2004 se situe enLes employés et ouvriers ont des taux deAux élections européennes 2004
dessous de la moyenne nationale pourparticipation très élevés par rapport à la
chaque scrutin mais de façon plusmoyenne nationale ; c’était encore plus
marquée lors des européennes (7 pointsvrai en 2002 (où les écarts atteignaient 8
d’écart). Cela est d’autant plus surpre-points contre 5 en 2004). La surrepré-
nant que cette catégorie de personnes asentation de ces CSP parmi les votants
connu en 2002 des taux de participa-systématiques explique en grande partie
tion supérieurs à ceux de l’ensembleles taux de participation constatésen
des agriculteurs français (+ 4 points enBretagne.
En % moyenne).
45
42 En revanche, on observe des taux de
38 Les européennes n’ont pas participation en 2004 très au-dessus de
motivé les électeurs la moyenne nationale pour certaines
catégories socioprofessionnelles com-
me les artisans, commerçants et chefs
De fortes disparités entre les scrutins ca- d’entreprise.
ractérisent le taux de participation en
© IGN -INSEE 2005
2004 : on observe une différenceSource : Insee - Enquête Participation électorale 2004
6 Octant n° 102 - juillet 2005Société
Fluctuations du comportement électoral entre 2002 et 2004 (en %)
Comportement en 2004
Comportement Ensemble
en 2002 Participation Vote Abstention
systématique intermittent systématique
Participation systématique 57,9 34,9 7,2 100,0
Vote intermittent 20,3 44,7 35,0 100,0
Abstention systématique 2,8 18,0 79,2 100,0
Source : Insee - Enquêtes Participation électorale 2002 et 2004
Lecture : parmi les participants systématiques aux élections de 2002, prèsde58%ontvotéà toutes les élections de 2004 et 7,2 % se sont abstenus
systématiquement.
Taux de participation selon la catégorie socioprofessionnelle (en %)
Bretagne France
2002 2004 2002 2004
Agriculteurs exploitants 66,3 39,6 62,2 45,2
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 46,8 38,2 48,5 31,5
Cadres et professions intellectuelles supérieures 63,4 53,0 58,8 46,9
Professions intermédiaires 55,3 46,5 50,5 39,4
Employés 53,7 37,8 46,0 32,5
Ouvriers 52,1 34,8 40,2 29,1
Retraités 63,1 44,7 59,5 46,4
- anciens agriculteurs exploitants 59,0 43,5 58,5 45,1
- anciens artisans, commerçants, chefs d'entreprise 68,6 42,1 59,9 46,7
- anciens cadres et professions intellectuelles supérieures 76,0 59,1 61,6 54,4
- anciens employés et ouvriers 56,5 40,7 54,9 43,9
Autres inactifs 44,3 26,4 40,4 27,6
Participation systématique moyenne 54,8 38,5 49,0 36,0
Source : Insee - Enquêtes Participation électorale 2002 et 2004
Répartition des inscrits selon le comportement électoral et la catégorie socioprofessionnelle (en %)
25
Vote intermittent
Participants systématiques
20
Abstentionnistes systématiques
Abstentionnistes en 2004
Votants systématiques en 2004
15
10
5
0
Agriculteurs Artisans, Cadres, Professions Employés Ouvriers Retraités Autres
commerçants, inactifsprofessions intermédiaires
chefs d'entreprises intellectuelles
supérieures
Source : Insee - Enquêtes Participation électorale 2002 et 2004
Champ : inscrits en Bretagne connus en 2002 et 2004
Octant n° 102 - juillet 2005 7Société
Taux de participation selon les scrutins en 2004 (en %) Pour comprendre ces résultats
Depuis les élections présidentielles de
1988, l’Insee procède, avec l’autorisa-64,2
Premier tour des régionales tion de la CNIL (Commission Nationale
62,3 Informatique et Libertés) et le concours
du ministère de l’Intérieur, à un recueil
d’informations sur la participation aux
grandes consultations électorales. Les67,6
Deuxième tour des régionales données individuelles sur la participa-
65,8 tion aux scrutins sont relevées sur les
listes d’émargement, durant la période
légale pendant laquelle elles sont
consultables en préfecture.
46,3
Élections européennes
43,3 Pour les trois scrutins de 2004, on est
ainsi en mesure d’étudier la participa-
tion effective d’un échantillon de près
Bretagne France mFrance m étropolitaineé de 42 000 personnes, représentatif des
électeurs inscrits dans une commune
Source : Insee - Enquête Participation électorale 2004 de France métropolitaine. Un peu plus
des 4/5 de cet échantillon correspond
en fait à des personnes déjà présentes
dans l’échantillon constitué pour les
présidentielles et les législatives de
2002. Il est donc possible de suivre le
comportement de ces électeurs à l’oc-
casion de scrutins de nature différente.
Les données sociales (niveau de diplô-
me, catégorie socioprofessionnelle…)
Participation systématique selon l'âge en 2004 (en %)
utilisées dans cette étude proviennent
de l’échantillon démographique per-
60
manent (EDP) qui résulte de la compi-
Bretagne France m étropolitaineé lation, pour 1/100 de la population, des
données d’état civil et de recensements50
de la population, en l’occurrence ici les
données du recensement de 1999.
40
L’échantillon n’inclut pas de personnes
de nationalitéétrangère. L’étude de la30
participation aux élections européen-
nes ne porte donc que sur les inscrits de
20 nationalité française. Pour la Bretagne,
l’échantillon démographique perma-
nent comporte 1 929 électeurs, ce qui
10
ne permet pas une représentativité dé-
partementale des résultats.
0
19-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75-84 85 et +
Source : Insee - Enquête Participation électorale 2004
diplôme contre 15 % des inscrits. fréquent en Bretagne qu’au niveau na-Un noyau dur
Compte tenu de la longévité du com- tional). On peut tout au moinsd’abstentionnistes
portement, il est fréquent de parler ici rapprocher du noyau dur de l’absten-
systématiques d’abstentionnisme d’exclusion tant les tionnisme les 56 % d’entre eux (inter-
personnes concernées semblent dura- mittents 2002-abstentionnistes 2004)
blement éloignées de toute participa- qui n‘ont voté qu’aux présidentielles : la
Près de 80 % des abstentionnistes systé- tion à la vie politique. seule raison de leur participation en
matiques en 2002 le sont restésen 2002 serait l’attraction habituelle de ce
2004. Cette catégorie d’électeurs est la Le fait que plus d’un tiers des électeurs scrutin à laquelle s’est ajouté l’impact
plus stable sur les deux périodes obser- intermittents en 2002 se soient systéma- des résultats du premier tour (85% des
vées : on peut réellement parler d’un tiquement abstenus en 2004 pourrait intermittents de 2002 ont voté au se-
noyau dur de l’abstentionnisme. Un participer du même phénomène (ce cond tour).
quart de ces électeurs n’a pas de comportement est d’ailleurs un peu plus
8 Octant n° 102 - juillet 2005Société
Toutefois, la moitié des abstentionnistes ouvriers parmi les votants systématiques Pour en savoir plus
systématiques de 2004 sont des nou- de 2004 comparé à ceux de 2002.
veaux abstentionnistes. Par ailleurs, 7 % La participation électorale au prin-
des personnes ayant votéà tous les scru- Les nouveaux participants systémati- temps 2004 - Un électeur inscrit sur
tins de 2002 ne se sont pas prononcés ques se situent plutôt parmi les catégo- quatre s’est abstenu à tous les scru-
pour les élections de 2004 : ce sont des ries qui connaissent déjà les plus forts tins / Aline Désesquelles ; Insee Pre-
mière n° 997 - décembre 2004 ;jeunes actifs (19-34 ans) dans 30 % des taux de participation depuis plusieurs
cas. années. Ils viennent ainsi renforcer la La participation électorale en 2004 :
dichotomie entre catégories sociopro- deux fois plus d’abstentions systé-
fessionnelles plutôt abstentionnistes et matiques qu’en 2002 / Nadine La-
L’apparition de nouveaux catégories plutôt participatives. roche ; Insee ; Ile-de-France à la
page n° 249 - avril 2005 ;participants systématiques
Il ne nous est cependant pas possible de
Les abstentionnistes en Bretagne auxconclure aussi définitivement sur ce
élections de 2002 / Michel Rouxel ;Les intermittents constituent effective- constat : le phénomène peut simple-
Insee Bretagne ; Octant n° 92 - jan-ment un groupe d’électeurs beaucoup ment refléter les différences de percep-
vier 2003.
plus fluctuant. Un intermittent de 2002 tion de l’enjeu des élections de 2004
sur cinq a votéà tous les scrutins de selon l’âge ou la catégroie socioprofes-
2004. Ce sous-groupe représente l’es- sionnelle. Seule une analyse plus
sentiel des nouveaux participants systé- aboutie intégrant en particulier les élec-
matiques en 2004. Il présente une tions de 2007 (comparables aux scru-
légère surreprésentation de cadres, pro- tins de 2002) pourront permettre de
fessions intermédiaires, artisans, com- confirmer ou d’infirmer cette tendance.
merçants et chefs d’entreprise ainsi que
d’agriculteurs. Cela est à rapprocher du Sylvain Dajoux
poids moins important des employéset Anne-Laure Cariou
Octant n° 102 - juillet 2005 9

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin