Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La population réformée française de 1600 à 1685 - article ; n°6 ; vol.42, pg 1433-1465

De
34 pages
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1987 - Volume 42 - Numéro 6 - Pages 1433-1465
The Reformed Population of France from 1600 to 1685.
Census or parish register information regarding 92 Reformed congregations is used to estimate and account for changes in the size of France's Huguenot minority between the Edict of Nantes and its Revocation. The findings suggest a gradual though irregular decline in the ranks of the community, with significant urban-rural and regional variations. The causes of the decline appear to have been multiple, including high urban mortality rates, demographic stagnation in certain regions of Protestant strength and wartime losses incurred during the revolts of the 1620s as well as conversions to Catholicism.
33 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Philip Benedict
La population réformée française de 1600 à 1685
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, N. 6, 1987. pp. 1433-1465.
Abstract
The Reformed Population of France from 1600 to 1685.
Census or parish register information regarding 92 Reformed congregations is used to estimate and account for changes in the
size of France's Huguenot minority between the Edict of Nantes and its Revocation. The findings suggest a gradual though
irregular decline in the ranks of the community, with significant urban-rural and regional variations. The causes of the decline
appear to have been multiple, including high urban mortality rates, demographic stagnation in certain regions of Protestant
strength and wartime losses incurred during the revolts of the 1620s as well as conversions to Catholicism.
Citer ce document / Cite this document :
Benedict Philip. La population réformée française de 1600 à 1685. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année,
N. 6, 1987. pp. 1433-1465.
doi : 10.3406/ahess.1987.283464
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1987_num_42_6_283464RECHERCHES EN COURS
PHILIP BENEDICT
LA POPULATION FORM FRAN AISE DE 1600 1685
tudier évolution des effectifs protestants en France entre édit de Nantes
et sa Révocation est poser quelques jalons fondamentaux pour toute compré
hension de histoire du protestantisme au xvne siècle Dans ces villes du Midi
où le consulat était divisé entre protestants et catholiques selon une formule liée
plus ou moins directement au bilan des forces en présence des changements
dans la taille relative des deux confessions pouvaient entraîner des consé
quences politiques immédiates de sorte que les pasteurs effor aient combler
les vides que pouvait ouvrir dans les rangs de leurs ouailles toute crise démogra
phique Là où des fluctuations de la taille des communautés ne risquaient pas
entraîner des retombées politiques immédiates étude du mouvement de la
population protestante offre toujours un moyen de sonder la vitalité de cette
minorité face aux encouragements la conversion de la part une glise
catholique revivifiée et un appareil étatique de plus en plus fort et de plus en
plus hostile examen des variations régionales dans le mouvement de la popu
lation protestante nous amène aussi ainsi que nous le verrons soulever une
série de questions propos du sort contrasté du petit troupeau dans
diverses régions de la France qui présent ont été peine entrevues
Les études de Samuel Mours ont établi une fa on relativement précise la
taille de la communauté réformée et sa distribution géographique vers les
débuts du règne personnel de Louis XIV2 Certains auteurs ont aussi proposé
des approximations globales du nombre de protestants au moment où Henri IV
promulgua édit de Nantes Selon Mours le chiffre pas dû beaucoup varier
du total de 856 000 personnes il suggérait comme vraisemblable dans les
années 1660-16703 Pour Emile Léonard les calculs de Mours relatifs aux 1660-1670 suggéraient que la population protestante devait compter
Annales ESC novembre-décembre 1987 pp 1433-1465
1433 RECHERCHES EN COURS
environ un million habitants sous Henri IV4 Quant Janine Garrisson elle
place la population protestante au début du siècle autour de 250 000 fidèles
chiffre aussi prôné par Léonard avant la publication des travaux de Mours et
qui provient un recensement Henri IV est censé avoir commissionné en
15985 Pourtant présent il eu aucune tentative sérieuse de déter
miner avec précision évolution des effectifs protestants entre 1598 et 1685 ni
de suggérer une explication plausible de ce mouvement et utiliser les résultats
acquis pour construire une estimation plus sûre de la taille de la minorité
réformée au tournant du grand siècle Tels sont les buts de cet article qui pré
sente les premiers résultats une enquête en cours sur la démographie protes
tante en 16856
Problèmes et sources
Toute recherche sur la population protestante au xvne siècle doit prendre
comme point de départ les travaux irrempla ables du pasteur Mours Dans sa
série ouvrages dont VEssai sommaire de géographie du protestantisme
reforme/ran ais au XVIIe siècle représente uvre capitale Mours rassembla
les données éparses contenues dans les recensements de époque dans la litté
rature abondante et fort inégale sur histoire locale du protestantisme et dans
quelques registres état civil protestants pour bâtir église par église et région
par région son estimation des effectifs protestants autour de 1660-1670 Des
chiffres de ordre de millions de huguenots étaient courants avant la publica
tion de ses travaux Mours démontré un chiffre en dessous un million
était plus vraisemblable Son analyse de la géographie réformée soulignait aussi
avec force la concentration massive des adhérents dans le croissant
huguenot qui allait du Dauphine au Poitou plus de quatre cinquièmes de
tous les protestants fran ais habitaient dans ces régions) ainsi que le caractère
nettement urbain de la foi en dehors de ces régions plus de 40 des huguenots
du nord de la Loire résidaient en ville)
Bien que les travaux de Mours représentent un monument érudition des
recherches menées ultérieurement ont suggéré il avait parfois tendance
majorer la taille de cette communauté laquelle était tant dévoué Ceci est
particulièrement vrai des régions pour lesquelles Mours devait bâtir ses approxi
mations église par église Ainsi après avoir fait une enquête approfondie
partir une vaste documentation locale sur la province synodale Orléanais-
Berry Yves Gueneau est arrivé un chiffre de 10 750 all 400 fidèles dans ce
synode pour lequel Mours avait suggéré 15 5007 Une recherche parallèle pour
le colloque de Moyen-Poitou aboutit au chiffre de 40 000 huguenots au lieu
des 50 000 suggérés par Mours8 Lorsque ce dernier pu baser ses analyses sur
les recensements régionaux effectués par les autorités royales partir de 1661
les chiffres il propose accordent bien en général avec les documents origi
naux Pourtant dans les rares cas où les glises réformées ont contesté la préci
sion un recensement fait par les autorités royales il eu tendance appuyer
sur les chiffres fournis en contrepartie par les églises alors une comparaison
entre les deux estimations rivales et la taille des églises suggérée par le nombre
de baptêmes dans les registres état civil indiquent que la vérité se trouve entre
1434 Ph BENEDICT LA POPULATION FORM EN FRANCE AU XVIIe SI CLE
les deux séries Le tableau propose une révision des chiffres de Mours partir
un examen critique de ses sources des travaux effectués depuis la publication
de ses ouvrages et une confrontation de ses données avec celles qui ont été
recueillies au cours de cette enquête après cette révision environ
790 000 réformés auraient habité en France au début du règne personnel de
Louis XIV Ces chiffres nous fournissent une base pour une rétro-projection de
la population protestante totale en 1600 ainsi un point de repère
pour juger la taille et la représentativité de échantillon églises sur laquelle
repose cette étude
Deux sortes de sources nous permettent de suivre évolution des effectifs
protestants entre 1600 et 1685 La première se compose des recensements ou
autres estimations du nombre de protestants établis par les autorités locales
royales ou ecclésiastiques De tels recensements sont relativement nombreux
partir de 1661 quand tat commen ait porter une attention plus rigoureuse
la R.P.R Malheureusement rares sont les recensements émanant de la pre
mière moitié du siècle qui nous sont parvenus Encore plus rares sont les séries
de plusieurs recensements relatifs la même communauté des dates succes
sives au cours du siècle est donc surtout au deuxième type de sources il
faut se reporter pour connaître les fluctuations un bon nombre églises
réformées est-à-dire au mouvement de baptêmes révélé par les registres
paroissiaux maintenus par ces églises Plus une centaine de séries de regis
tres de baptêmes recouvrant au moins quarante années dans le siècle subsistent
dans les bibliothèques et archives publiques de la France9 Certains pionniers de
histoire locale du protestantisme étaient pleinement conscients de ce que pou
vaient apporter ces registres la connaissance une population donnée par
conséquent les monographies églises renferment fréquemment des chiffres
souvent partiels provenant de ces documents Les renseignements abondants
que ai pu rassembler partir de ces monographies ainsi que de la production
universitaire récente ont été ensuite complétés par le dépouillement des regis
tres originaux de toutes les régions pour lesquelles ils subsistent en plus grand
nombre10
utilisation du mouvement des baptêmes pour tracer évolution numé
rique une communauté représente hui une méthode très classique de
la recherche historique Il faut pourtant souligner que emploi des registres
protestants cet égard comporte quelques écueils particuliers du fait il ne
fut pas rare que aire géogaphique desservie par un temple réformé ait changé
par suite de la création un temple annexe ou de la fermeture un temple
voisin En général ces changements peuvent être décelés dans les registres de
baptêmes soit parce ils indiquent au moins une fa on intermittente le
lieu de résidence des familles apportant leurs enfants au temple pour les faire
baptiser ce qui permet de découvrir des mutations dans leur distribution géo
graphique soit parce un changement brusque du nombre annuel actes
enregistrés suggère élargissement ou la diminution de la région desservie par le
temple Dans ce deuxième cas hypothèse une modification des contours
géographiques de église peut être confirmée ou infirmée par la suite sur la base
des histoires locales du protestantisme ou sur celle de apparition ou de la dis
parition des représentants des églises en question dans les actes des synodes pro
vinciaux
1435 RECHERCHES EN COURS
TABLEAU La population réformée de la France 1660-1670*
Population
protestante Bourgs et
Province synodale totale Villes villages
Ile-de-Fran Champagne Picardie 43 500l 16 000 27 500
Normandie 42 2002 23 400 18 800
Bretagne 6000 4000 2000
Anjou Maine Touraine 10 2003 5525 4675
Orléanais Berry 11 0004 4600 6400
Bourgogne 17 000 800 15 200
Metz et pays messin5 500 4500 2000
Total France du Nord 136 400 59825 76575
Poitou 77 5006 13 000 64500
Saintonge Aunis Angoumois 93 5007 18 000 75 500
97 0008 Basse-Guyenne 19000 78 000
Béarn 25 0009 6000 19000
Haute-Guyenne Haut-Languedoc 80000 23 000 57000
Bas-Languedoc 81 00010 22000 59000
Cévennes 74 00011 12000 62000
Vivarais 48 000 3500 44500
Provence 00012 400 600
67 00013 Dauphine 11 500 55 500
Total France du Midi 651 000 128 400 522 600
Total général 787 400 188 225 599 175
après Samuel MOURS chiffres révisés
48 000 selon MOURS 1966 La comparaison entre ses estimations de la taille de certaines églises
et ce indiquent les relevés de baptêmes célébrés dans ces églises suggère il surestimé leur
importance Ses estimations ont été remplacées par les extrapolations partir des niveaux de
baptêmes
59 000 selon MOURS 1966 Pour les trois colloques de la Basse-Normandie où MOURS utilisé
les chiffres proposés par GALLAND cf 28 pp 61-65 la taille des églises été recalculée
partir des chiffres de baptêmes en utilisant un multiplicateur de 25 au lieu de celui de 33 employé
par GALLAND La taille de certaines autres églises été également réduite après comparaison avec
les chiffres de baptêmes
13 500 selon MOURS 1966 Les chiffres de plusieurs églises urbaines ont été réduits après compa
raison avec les chiffres de baptêmes
15 500 selon MOURS 1966 La révision de Yves GUENEAU cf pp 103-129 lui été préférée
Les églises du territoire messin envoyèrent pas de députés aux synodes nationaux et en tant
églises indépendantes ne figurent pas dans les chiffres ensemble de MOURS Elles ont été néan
moins insérées ici parce que situées dans un territoire soumis autorité du roi de France pendant
toute la période en question
90 000 selon MOURS Pour le colloque de Moyen-Poitou la révision de Solange BERTHEAU lui
été préférée André BENOIST cf 469 Pour les deux autres colloques de la province
MOURS offert une estimation en fourchette ai retenu la moyenne des deux chiffres de la four
chette en calculant les totaux où MOURS retenu les estimations les plus élevées
98 000 selon MOURS 1966 Pour le colloque Aunis estimation de Louis PEROUAS Le dio-
cède de La Rochelle de 1648 1724 Paris 1964 pp 130-133 été adoptée
8100 000 selon MOURS 1966 Les chiffres de Lucile BOURRACHOT Démographie et société dans
les documents ecclésiastiques du diocèse Agen au XVIIe siècle Annales du Midi LXXVI 1964
pp 215-222 suggèrent la nécessité de modestes réductions
1436 Ph BENEDICT LA POPULATION FORM EN FRANCE AU XVIIe SI CLE
000 selon MouRS qui suivi le recensement fait par les églises elles-mêmes en 1665 La compa
raison entre les chiffres de baptêmes de six églises et les estimations de la taille de ces églises four
nies par les deux recensements de cette année indique il faut accepter une moyenne entre les
chiffres de ce document et ceux du recensement fait par intendant
10 88 000 selon MOURS 1966 Son estimation de 1956 été choisie ici car elle semble être la plus
exacte après confrontation avec les documents originels
82 000 selon MOURS 1966 Pour le colloque de Saint-Germain-de-Calberte la révision de
J.R ARMOGATHE Le diocèse de Mende au XVIIe siècle Perspectives histoire religieuse
Revue du Gévaudan nlle série 17 1971 92 été adoptée
000 selon MOURS 1966 Son estimation de 1956 été choisie parce elle semble être la plus
exacte après confrontation avec ses sources
Les églises de la principauté Orange alors indépendante non comprises
Dans ces cas il est facile de calculer les effets du changement de la circons
cription et de corriger les chiffres bruts de baptêmes afin ils se réfèrent tou
jours une aire géographique fixe Mais pour certaines églises il est impossible
évaluer influence de ces mutations Ainsi des registres de baptêmes prove
nant de église de Niort subsistent pour les années 1622 1637 et 1669 1680
Entre ces deux périodes important temple voisin de Benêt fut démoli par
ordre royal Puisque les registres de Niort indiquent pas le lieu de résidence
des personnes qui ont fait baptiser leurs enfants dans ce temple et puisque nous
ne possédons aucun registre de église de Benêt qui indiquerait la taille précise
de cette congrégation avant sa fermeture il est impossible de savoir dans quelle
mesure le doublement du nombre de baptêmes indiqué par les registres de Niort
entre ces deux périodes représente un réel accroissement dans la taille de la com
munauté protestante niortaise et dans quelle mesure ceci est dû la fusion des
deux églises De pareilles ambiguïtés ou de simples doutes quant la qualité de
enregistrement obligent le chercheur renoncer utilisation de plusieurs
séries de registres protestants11 Dans certains des cas retenus le risque subsiste
que des changements mineurs dans aire de la circonscription soient passés ina
per us Ce danger est particulièrement grave quand il agit de données de
seconde main Cette étude étant une première esquisse des résultats acquis
présent invite les chercheurs qui connaissent bien histoire des églises
de échantillon me signaler toutes les rectifications éventuelles
Après élimination des cas ambigus ou douteux il nous reste pour cette étude
un de 92 communautés soit environ 13 du total approximatif
des 700 églises réformées qui ont dû exister un moment donné sous le régime
de édit de Nantes 12 Bien que échantillon comprenne des églises de nature et
de taille très différentes situées dans tous les synodes provinciaux de glise
réformée de France sauf celui le plus petit de la Bretagne échantillon est
pas un reflet parfait de univers entier des églises réformées En effet les regis
tres des églises du nord de la Loire ont mieux survécu que ceux des églises du
Midi et les registres des congrégations importantes sont plus nombreux que
ceux des petites communautés Environ 21 de la population réformée fran
aise de 1660-1670 fit partie des églises comprises dans échantillon mais pour
les congrégations urbaines ce chiffre augmente 53 Pour les congré
gations rurales du nord de la Loire il est de 22 et pour les communautés
1437 RECHERCHES EN COURS
FIG Localisation des églises de échantillon
Voir appendice infine Les frontières du royaume sont celles du début du règne de Louis XIV hormis les petites
enclaves en Lorraine qui ont pas été notées
1438 BENEDICT LA POPULATION FORM EN FRANCE AU XVIIe SI CLE Ph
rurales du Midi seulement de tant donné les inégalités de échantillon
il est évident que chaque catégorie église doit être analysée séparément avant
de rassembler les résultats pour suggérer le mouvement ensemble
Les données ont été analysées de la fa on suivante Pour permettre des com
paraisons entre des données souvent lacunaires ainsi avec estimation de la
population protestante de 1660-1670 un indice de base été calculé pour
chaque cas partir du nombre annuel moyen de baptêmes pour toutes les
années comprises entre 1660 et 1670 pour lesquelles des données sont disponi
bles Dans les rares cas où les données comportent des lacunes entre ces dates
indice de base été calculé par extrapolation en utilisant les autres églises de
la même catégorie comme point de comparaison Pour mesurer évolution de
chaque église en 1660-1670 indice de base été ensuite comparé avec la
moyenne annuelle de baptêmes de la première période du siècle pour lequel les
données subsistent Dans les cas où nous nous trouvons en possession de chif
fres pour des années comprises entre 1670 et 1685 ces chiffres ont été aussi
comparés aux indices de base Des conversions entre les moyennes annuelles de
baptêmes les approximations une population totale et le nombre de feux ou
de familles ont été réalisés en utilisant des multiplicateurs de 45 personnes par
famille et un taux de natalité de 40 pour mille Le tableau présente les résul
tats
Le sort des congrégations urbaines
est dans les villes du croissant huguenot que on découvre évolution la
plus dramatique Le cas de La Rochelle déjà bien connu grâce au travail de
Louis Pérouas est particulièrement frappant Entre 16000 et 18 000 pro
testants environ 85 de la population totale de la ville ont résidé dans cette
citadelle huguenote dans les premières décennies du siècle mais le siège meur
trier de 1629 coûta la vie presque dix mille habitants et après la prise de la
ville par les troupes royales il fut interdit de nouveaux venus protestants de
établir Vers 1675 les protestants étaient pas plus de 000 24 seule
ment de tous les baptêmes célébrés dans la ville avaient alors lieu au temple Les
protestants de Privas connurent un sort tout aussi sombre Prise par Louis XIII
pendant la même année 1629 la ville fut mise feu et sang pour servir
exemple aux campagnes farouchement protestantes du pays environnant
Trente-cinq ans plus tard craignant un nouveau Carthage ne renaisse de ses
cendres le gouvernement ordonna le bannissement de la ville de toutes les
familles huguenotes qui étaient restées ou qui étaient installées depuis
1629 ordre ne fut pas parfaitement respecté Cependant en 1665 il avait
plus que 115 familles protestantes dans une ville qui avait compté environ
750 réformés dans les premières années du siècle14
La Rochelle et Privas représentent des cas extrêmes mais la chute du
nombre de protestants fut très nette aussi dans de nombreuses autres villes du
Midi Nérac ancienne capitale de Marguerite de Navarre et plus tard siège de
la Chambre de dit de Gascogne le nombre des baptêmes diminua de 61
entre 1603-1613 et 1660-1670 Annonay la chute fut de ordre de 49 entre
la première partie du siècle et 1660-1670 Montauban Montpellier Castres
1439 volution de la taille de 92 communautés réformées TABLEAU
Sauf dans les cas où il est indiqué autrement tous les chiffres indiqués représentent le nombre
moyen de baptêmes par an Les chiffres entre crochets sont des extrapolations
Premières années du
siècle pour lesquelles
des données existent 1660-1670 1670-1679 1680-1685
FRANCE DU NORD
Villes de plus de 000 habitants
Alen on 64 1616-25 52 37 31
25 Amiens 56 1605-10 38
Angers 16 1600-10 16 15 14
Blois 37 29 20 16
Caen 229(1600-11 119
Châteaudun 23 1600-10 12 10
Issoudun 17 1609-14 19 19 11
Le Havre 55 1600-10 35 36
Lyon 41 1601-11 49 53 50
Metz 300 181 380 personnes
Rouen 175 1600-03 198 174 153
Saint-Lô 63 1600-10 42 36 33
près de 120 Saint-Quentin 233 personnes 1599 130 familles
800 personnes familles
Saumur 41 1600-10 33 28 22
Tours 55 1632-39 40 42 33
Petites villes
Aubusson 29 1620-30 28 30
Châtillon-sur-Loire 70 1600-10 64 60 47
Fécamp 15 24 1613-19
Gien 45 37 50 1600-10
La Charité 1637-44
Aigle 1602-12
Meaux 89 82 63 88 1600-10
Sancerre 56 45 47 85 1618-22
glises rurales par provinces synodales
Ile-de-Fran Champagne Picardie
Chalandos 12 1631-41 12 17
Fontaines-sous-Prémont 26 1618-22 22 1669-82
Landreville 25 31 37 1620-22
Lehaucourt 41 60 1610-17 35 28
Wassy 42 1626-36 33 30 29
Normandie
Lintot 237 1609-19 177 173
Luneray 56 1624-34 64 66
Saint-Pierre-sur-Dives 1624-32
Pontorson-Cormeray 11 1600-21 1639-68
Anjou Touraine Maine
Château-du-Loir 1610-20
Preuilly-sur-Claise 13 1600-10
Orléannais-Berry
Châtillon-sur-Loing 15 16 1608-18 19 11 Dangeau 1622-32
La-Celle-Saint-Cyr-Dollot 1614-24
Mer 66 1615-25 61 60 46
1440 Premières années du
siècle pour lesquelles
des données existent 1660-1670 1670-1679 1680-1685
Bourgogne
Is-sur-Tille 47 1607-16 39 35 38
Paray-le-Monial 11 10 1601-11 12
FRANCE DU MIDI
Villes de plus de 000 habitants
Ales 160 176 168 1606-16
Bordeaux 3-400 familles 1616 75 76
Castres 144 139 127 213 1620-21
La Rochelle 229 219 183 667 1610-19
Marennes 258 346 1636-39 261
Montauban 481 412 382 676 1600-10
Montpellier 261 260 222 368
12 000 personnes Nîmes 11-12 000 personnes ca 1610
Petites villes
Anduze 196 1600-10 133 133 141
Annonay 48 52 94 1600-06
Gap 24 27 23 31 1625-35
100 Montélimar 111 1598-1601 87
Nérac 411 1603-13 170 161
Orthez 103 1632-39 96
Privas 110 1594-1613 38
Puylaurens 444 personnes ca 1620 600 personnes 1665 183 personnes 1680
glises rurales par province synodale
Poitou
Chef-Boutonne 29 28 24 43 1602-09
La-Mothe-Saint-Heray-Exoudun 355 367 1618-30 355
Aunis Saintonge Angoumois
Barbezieux 92 165 1600-04 72
Dompierre-Bourgneuf 19 11 12 12 1636-46
Pons 52 54 70 1596-1600
Angle 43 30 26
Saint-Just 170 1601-11 109 91
Salles 13 1602-12 12
Basse-Guyenne
Coutras 14 1600-10 15
12 Mussidan 24
Béarn
Arthez 21 28 48 1609-19
Bellocq 74 1600-10 33
46 24 gor
Nay 13 13 16 23 1619-29
Salies 96 111 1600-07
Haute-Guyenne Haut-Languedoc
Briatexte 15 1600-10 10
Réalville-Albias 56 49 1618-21
Roquecourbe 34 38 45 1614-23 42
Saint-Amans 20 1603-08 35 33
Vabre 68 64 57 58 1627-37
1441

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin