Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie - article ; n°1 ; vol.1, pg 7-36

De
31 pages
Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1975 - Volume 1 - Numéro 1 - Pages 7-36
The couturier and his signature : contribution to a theory of magic The field of luxury goods production in which high fashion has its place is structured around the opposition between orthodoxy and heterodoxy between consecrated art and avant-garde art Because of this opposition high fashion presents functional similarity to the structure of fractions (and secondarily age groups) of the dominating class which predisposes it to keep ahead of the expectations of its clientele the young, inexpensive, modern, franck, intellectual style is in contrast with the luxurious, traditional, conservative, bourgeois style The succession of couturier poses problems permitting analysis of the sort of social alchemy realized by the couturier when he imposes his signature which can radically modify the social quality of product without changing its physical nature. The field of fashion betrays with particular transparency certain of the mechanisms characteristic of what can be called an economy of symbolic exchanges. What is described as the crisis of haute couture could be only one sign among others of restructuring of this mechanism linked to the apparition of new tokens of distinction (and of new fractions) less naively ostentatious and less insolently luxurious than those couturiers traditionally offered.
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Pierre Bourdieu
Madame Yvette Delsaut
Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1, n°1, janvier 1975. pp. 7-36.
Abstract
The "couturier" and his "signature" : contribution to a theory of magic
The field of luxury goods production in which high fashion has its place, is structured around the opposition between orthodoxy
and heterodoxy, between consecrated art and avant-garde art. Because of this opposition, high fashion presents a functional
similarity to the structure of fractions (and secondarily, age groups) of the dominating class which predisposes it to keep ahead of
the expectations of its clientele : the "young", "inexpensive", "modern", "franck", "intellectual" style is in contrast with the
"luxurious", "traditional", "conservative", "bourgeois" style. The succession of a couturier poses problems permitting analysis of
the sort of social alchemy realized by the couturier when he imposes his "signature", which can radically modify the social quality
of a product without changing its physical nature. The field of fashion betrays with particular transparency certain of the
mechanisms characteristic of what can be called an economy of symbolic exchanges. What is described as the crisis of haute
couture could be only one sign among others of a restructuring of this mechanism, linked to the apparition of new tokens of
distinction (and of new fractions), less naively ostentatious and less insolently luxurious than those couturiers traditionally offered.
Citer ce document / Cite this document :
Bourdieu Pierre, Delsaut Yvette. Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie. In: Actes de la recherche en
sciences sociales. Vol. 1, n°1, janvier 1975. pp. 7-36.
doi : 10.3406/arss.1975.2447
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2447Le champ de la haute couture doit sa structure à la
distribution inégale entre les différentes "maisons" de
l'espèce particulière de capital qui est à la fois l'en
jeu de la concurrence dans ce champ et la condition
de l'entrée dans cette compétition. Les caractéristiques
BOURDIEU PIERRE distinctives des différentes institutions de production et
de diffusion et les stratégies qu'elles mettent en oeuvre avec
dans la lutte qui les oppose dépendent de la position
YVETTE DELSAUT qu'elles occupent dans cette structure.
La "droite" et la "gauche"
C'est ainsi que les institutions qui occupent des posile couturier tions polaires dans le champ, soit d'un côté les en
treprises dominantes à un moment du temps, comme
aujourd'hui Dior ou Balmain, et de l'autre les entreet sa griffe:
prises plus récemment entrées dans la compétition,
comme Paco Rabanne ou Ungaro, s'opposent à peu
près sous tous les rapports que la logique spécifique contribution à
du champ désigne comme pertinents (1). D'un côté,
les murs blancs et la moquette grise, les monogramune théorie mes, les vendeuses "d'un certain âge" des vieilles
maisons de prestige et de tradition, situées en ces
hauts lieux de la rive droite que sont la rue Frande la magie çois 1er et l'avenue Montaigne. De l'autre, le métal
blanc et or, les "formes" et les "volumes" implaca
blement modernes et les vendeurs audacieusement
saintropéziens des "boutiques" d'avant-garde, implan
tées dans la partie "chic" de la rive gauche, rue
Bonaparte et rue du Cherche-Midi (2). A un pôle,
l'austérité dans le luxe et l'élégance sobre, la "gran
de classe", qui conviennent au "capitaliste de vieille
roche", comme dit Marx, et plus précisément aux
femmes d'âge canonique des fractions les plus hautes
et les plus anciennement établies de la grande bour
geoisie. A l'autre pôle, les audaces un peu agressi
ves, un peu tapageuses, d'un art dit "de recherche"
que la loi de la concurrence, c'est-à-dire la dialec
tique de la distinction, peut porter à proclamer la
"haine de la perfection" et la "nécessité du mauvais
goût", par une de ces exagérations "artistes" qui
conviennent à cette position. D'un côté, le souci de
conserver et d'exploiter une clientèle restreinte et
ancienne qui ne se conquiert qu'à l'ancienneté, de
(1) Une opposition analogue se retrouve, dans le champ de la
se nous faire religion, semblables l la "Si 'étendue magie sont religion. nous paraissent serons voir produites, a pouvons de nous comment à le amenés celles Il la même aurons magie, se ne montrer malgré tenir à caractère nous ces qui l démontré 'idée forces régnent restera agissent que, les l'isolement que magiciens, collectif collectives dans des par plus ces dans forces toute là indiqu'à où que la et haute coiffure, entre Carita et Alexandre, à l'élégance un peu
eévère, et Jean-Louis David qui entend offrir "sans distinc
tion de classe" ses coiffures "audacieuses".
(2) Ici, comme en matière de théâtres, de galeries ou de
cinémas, la rive gauche n'a pas toujours un sens géographividus n 'ont fait que s 'approprier des for que : ainsi, Saint-Laurent a trois boutiques "rive gauche" à ces collectives. " (Marcel Mauss, Esquisse Paris, l'une rue de Tournon (6°), la seconde avenue Victor d'une théorie générale de la. magie )■ Hugo (16°) et la troisième rue du Faubourg Saint-Honoré (8°).
Il reste que par opposition aux maisons traditionnelles, éta
blies dans les hauts lieux de la rive droite, la plupart des
couturiers d'avant-garde et la totalité des "stylistes" ou
"modélistes" ont leur maison-mère ou leurs "boutiques" sur
la rive gauche. ;
.
:
.
:
Pierre Bourdieu
l'autre, l'espoir de convertir des clients nouveaux, comme moderne s'oppose à traditionnel ou comme "ou
par un art qui se veut "à la portée des masses" vert", "à la page" politiquement s'oppose à conservateur
-c'est-à-dire, nul ne peut s'y tromper en ce cas, et traditionaliste et enfin, dans le domaine du goût et
à la nortee des fractions nouvelles de la bourgeoisie de la culture, comme "intellectuel" s'oppose à "bour
ou, ce qui revient à peu près au même, culturelle - geois". Ainsi, les grandes maisons de couture ou de ment et économiquement accessible aux jeunes des coiffure, les fourreurs même ont à peu près toujours
fractions anciennes. Le fait que l'idéologie populiste une boutique pour les jeunes qui se distingue par des
de l'ouverture aux "masses "puisse se rencontrer dans prix plus bas, "plus jeunes" comme on dit parfois dans
un champ où il est plus difficile qu'ailleurs d'oublier ce milieu. La logique du champ fait voir en toute clarté les conditions d'accès aux biens offerts, tend à suggé le principe de toutes les équivalences, l'identification
rer qu'elle doit toujours être comprise comme une entre l'âge et l'argent. En effet, une boutique destinée
stratégie dans les conflits internes à un champ les aux jeunes d'une maison située au pôle dominant préoccupants d'une position dominée dans un spé sente à peu près toutes les caractéristiques des boucialisé peuvent avoir intérêt, dans certaines conjonc tiques situées au pôle dominé de ce champ : glaces,
tures, à jouer de l'homologie structurale entre les op aluminium, vendeuses souvent en short, tout chez positions internes à un champ et l'opposition dernière Miss Dior, comme chez Ted Lapidus ou Paco Rabanne, entre les classes pour présenter la recherche d'une tend à montrer que l'on peut être "traditionnelle et
clientèle, au sens économique ou au sens politique moderne à la fois, en somme bourgeoise et à la page",
du terme, (ici, celle des fractions dominées du sous- comme le dit sans ironie un panégyriste (3)
champ dirigeant de la classe dominante, nouvelle
bourgeoisie et jeunes de l'ancienne), sous les dehors Selon cette logique, un "bourgeois" pauvre, c'est-à-dire un hautement démocratiques de l'ouverture "aux masses", "intellectuel" est, quel que soit son âge biologique, l'équidésignation euphémistique et vague des classes dominées. valent d'un jeune "bourgeois" : ils ont d'ailleurs beaucoup de
choses en commun, les audaces vestimentaires, aujourd'hui
Entre le pôle dominant et le pôle dominé, entre le les cheveux longs, les goûts fantaisistes, les idées politiques
symboliquement avancées et, principe de tout cela aux yeux luxe sévère de l'orthodoxie et l'ascétisme ostenta du "bourgeois", le manque relatif d'argent. Les "jeunes" toire de l'hérésie, les différents couturiers se dis ainsi définis, c'est-à-dire grosso modo, l'ensemble des domitribuent selon un ordre qui reste à peu près invariant nants dominés, ne peuvent nier la hiérarchie de l'argent et lorsqu'on leur applique des critères aussi différents de l'âge qu'en constituant décisoirement d'autres formes,
que l'ancienneté de la maison et l'importance de son moins coûteuses, de la vie de luxe. Au prix d'un grand inves
tissement de temps et de capital culturel, les artistes (et à chiffre d'affaires, le prix des objets offerts et le nom
un moindre degré les intellectuels) peuvent s'approprier à bon bre d'essayages, l'intensité des couleurs et aujourd'hui compte, c'est-à-dire avant qu'elles ne soient consacrées, donc la place faite aux pantalons dans la collection. Les valorisées symboliquement et, à terme, économiquement, par positions dans la structure de la distribution du capital cette appropriation, tous les biens d'avant-garde, cafés ou spécifique s'expriment tant dans les stratégies esthéti restaurants "populaires", objets anciens et surtout oeuvres
ques que dans les stratégies commerciales Aux uns d'art, spontanées (celles qu'on trouve aux puces) ou produites
par des professionnels, offrant ainsi aux producteurs d'avant- les stratégies de conservation qui visent à maintenir garde une part de leur clientèle à court terme. Le style de intact le capital accumulé (le "renom de qualité") vie artiste qui transfigure la pauvreté en distinction et en racontre les effets de la translation du champ et dont la ffinement enferme la négation du style de vie "bourgeois", déréussite dépend évidemment de l'importance du capital valué par sa vénalité même et le goût "artiste" qui constitue
en oeuvre d'art tout ce qu'il touche, s'agirait-il comme détenu et aussi de l'aptitude de ses détenteurs, fonda
aujourd'hui de simples déchets, rejette au passé, au teurs et surtout héritiers, à gérer rationnellement la dépassé, au démodé, au vieux (qui n'est pas l'ancien), reconversion, toujours périlleuse, du capital symboli par ses coups de force, le goût"bourgeois" contre leque en capital économique. Aux autres les stratégies quel il se pose. C'est dire, une fois de plus, que les de subversion, qui tendent à discréditer les détenteurs classes d'âge sont, comme tout système de classe
du plus fort capital de légitimité, à les renvoyer au ment, des enjeux de lutte symbolique entre les classes
classique et de là au déclassé, en mettant en question
(au moins objectivement) leurs normes esthétiques, et
à s'approprier leur clientèle présente ou, en tout cas,
future, par des stratégies commerciales que les mai (3) S. Schroeder et J. Matignon, Le goût du luxe, Paris,
sons de tradition ne peuvent se permettre sans com Balland, 1972. Le même discours, produit de la même op
promettre leur image de prestige et d'exclusivité. position, se retrouve chez Françoise Dorin (Le tournant,
Paris, Julliard, 1973, p. 24) "II y a ceux qu'on peut ap
peler, si tu veux, les passéistes, les conservateurs qui
ont décidé une fois pour toutes que le monde actuel était De tous les champs de production de biens de luxe, il complètement fou, qui traversent la vie avec un bandeau n'en est aucun qui laisse transparaître plus clairement sur les yeux et des boules 'Quiès' dans les oreilles (...).
que la haute couture un des principes de division de la Les autres sont ceux qui ont pris le train quand il a démarr
classe dirigeante, celui qui oppose des classes d'âge é. Ceux qui vivent la vie au présent, qui ont adopté les
idées nouvelles, qui lisent Clavel et Marcuse, qui s'intéresindissociablement caractérisées comme d'argent sent aux nouvelles formes d'expression corporelle, ceux qui et de pouvoir et qui introduit dans le champ de la mode vont dans les théâtres de la périphérie, qui suivent le prodes divisions secondaires. Selon une série d'équivalences grès des Maisons de la culture, qui aiment la musique qui se retrouvent dans tous les domaines, jeune s'op dodécaphonique, la sculpture contemporaine, bref ceux qui
pose à âgé comme pauvre s'oppose à riche, mais aussi sont de plain pied avec les jeunes". :
.
ou, du oaoina, comme on le voit ici, entre les fractions de née et d'avance vaincue qu'il met à occuper les ter
■1?. fe qui ont très inégalement intérêt au triomphe des valeurs rains les moins faits pour lui, comme l'art et la liomciiinciiiieiit associées à la jeunesse et à la vieillesse. ttérature, ou encore les références pédantes aux au
Dans le champ de la mode, comme dans tout autre teurs canoniques qui dénoncent l'autodidacte (absolu ou
champ, ce sont les nouveaux entrants qui, comme en relatif), bref toutes les audaces soumises qui vouent
boxe le challenger, "font le jeu". Les dominants le parvenu à l'accusation de mauvais goût, de prétent
jouent sur le velours •. ils n'ont pas besoin de recou ion, de vulgarité ou, tout simplement, d'arrivisme ou
rir à ¡.'es stratégies de bluff ou de faire valoir qui d'avidité, faute particulièrement inexpiable dans des
sont autant d'aveux de faiblesse. "Il est relativement univers qui professent le désintéressement.
facile de faire du beau en classique, dit un décora-
v'-îut, alors que l'avant-garde ne pardonne pas" "En tant que créateur, je n'ai jamais été un promoteur de vê
tements 'cosmiques' et de robes à trous" (Yves Saint-Laurent, Tareion, Dépêche-Mode, janvier 1973). C'est là Elle, 6 septembre 1971). "C'est absurde. Le short, c'est pour une loi générale des rapports entre les dominants et le stade, c'est pour les vacances. Non, le il ne comios prétendants. A moins de changer radicalement de prend pas : c'est anti-féminin. Ce n'est pas jeune. C'est môterrain - ce que par définition, il ne fait pas -, le me vieux de vingt ans (4) Qu'on serve du 'Riz Amer' dans
prétendant se voue à paraître prétentieux en effet, ieà rues, en 1971, c'est vulgaire. Ou alors il ne sait plus
rien de la création, plus rien de Paris" (Pierre Cardin, Elle, ?.;yant à montrer et à démontrer la légitimité de ses
22 février 1971). prétentions, ayant à faire ses preuves parce qu'il n'a
pas tous les titres, "il en fait trop", comme on dit,
se dénonçant à l'attention de ceux qui n'ont qu'à être De là l'opposition qui sépare en tout champ et dans
toutes les dimensions du style et du style de vie, les ce qu'ils sont pour être comme il faut par l'excès mê
me de sa conformité ou de ses efforts vers la confor stratégies esthétiques des dominants et celles des pré
mité. Ce peut être l'hypercorrection du langage petit- tendants : les dominants qui n'ont qu'à être ce qu'ils
sont, se signalent et se distinguent par le refus ostenbourgeois, ou le brillant un peu trop soutenu de l'i
tatoire des stratégies voyantes de distinction. C'est ntellectuel de première génération et l'obstination
Le succès de Sanz ?
Champagne, parTaittinger. C'est en définitive
le ï on goût
d'une cuéntele raffinée
qui se détourne
de plus en plus des
"produits industriels".
Les canapes et fauteuils Sanz sont
des sièges de tapissier, ii n'y en a
pas deux tout à tait identiques. Les
modèles ï« sont pas dt ¿ modèles de
Illustration non autorisée à la diffusion style "adaptés" pour une réalisation
approximative par des machines.
Faits à la main comme autrefois, ils Illustration non autorisée à la diffusion
sont fabriqués pour vous plaire
longtemps.
Les meubles de Claude DECO ont ce "je ne sais quoi "qui est l'âme de l'élégance et de la distinction: -la petite touche particulière dann
le dessin - la richesse des bois - la rigueur de la construction - la mi
nutie de la finition ...Ils ont le cachet des meilleures époques! Les DECO sont ébénistes de père en fils depuis 150 ans.
Claude DECO est aussi un Ensemblier-Décorateur expérimenté qui vous conseillera gratuitement pour votre installation.
3, rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris XI - Tél. .- 628.28.50 - 628.28. 76
de Art "Vulgarité" Connaissance et Décoration et "Distinction". des dit Arts en toutes se contente La lettres publicité de ce suggérer. que de la publicité
(4) Exemple typique de la stratégie de dominant, dont on
retrouve l'équivalent dans tous les champs, et qui consiste
à prendre les dominés au mot pour leur opposer leurs pro
pres principes ou pour tenter de les battre sur leur propre
terrain, de les "doubler à gauche". :
:
,
:
STYLE ET STYLE DE VIE
l'intérieur des couturiers
Illustration non autorisée à la diffusion
BALM AIN LE GOUT DE L'ANCIEN
"Cette belle demeure est un véritable musée où, depuis trente
ans. le couturier a rassemblé pièces rares et objets précieux.
Dans le petit salon tapissé de velours de lin bleu, ¿es tables sont
en laque de Kien-Long incrustées de nacre et les statuettes chi
noises sont enterre cuite de l'époque T'ang. "
"La chambre : dessins de L. Fini, bustes de Henri IV et de Sully'.'
"Les vitrines du salon abritent une collection de Tanagra. "
"L'escalier : toiles de petits maîtres français du 19e siècle."
Illustration non autorisée à la diffusion GIVENCHY LE CLASSIQUE DANS LE MODERNE
"Dans sa chambre d'amis (qui est, en réalité, un petit appar
tement), le couturier Hubert de Givenchy a voulu que tout soit
blanc, de la moquette au plafond, des murs au baldaquin. Dans
ce climat monacal des meubles modernes d'acier et de plastique'.
"En face du lit et entre les bibliothèques, un tableau de Vasarely.
Sur la table, une soie chinoise du 18e siècle." "Le lit à courtines
est habillé d'une grosse toile en bourrette de lin. Au-dessus : une
icône grecque. Meubles de Knoll. "
CARDIN LE MODERNE BAROQUE
"Son salon prend un petit air de forêt vierge avec ses grands
caoutchoucs (Ficus decora) et ce Philodendron erubescens. Pour
le jardin d'hiver de son appartement, quai Anatole France,
Pierre Cardin a choisi des fauteuils en plastique blanc aux coussins Illustration non autorisée à la diffusion
recouverts de laine bleue. La statue est de Çarpeaux. Sur le sol ,
des carreaux de marbre gris noir." "Pierre Cardin a installé un
véritable petit musée consacré aux boites. Dyena plus de deux
cents. Commencée il y a vingt ans^sa collection s'enrichit à
chacun de ses voyages : des boites à tabac russes en bois noir
avec paysages sur les couvercles; des boites en argent, etc. " :
:
La juxtaposition de photographies des intérieurs de
quelques couturiers et des légendes qui les accompa
gnent manifeste tout un système d'oppositions qui repro
duit dans son ordre le des positions occupées
par les couturiers dans le champ de la haute couture.
Les deux extrêmes, Balmain, le survivant, et Hechter,
le prétendant, s'opposent à peu près sous tous les rap
ports. D'un côté la tenue et le cossu , le luxe ascétique
qui définit la bourgeoisie de tradition le centre et le
symbole de cet univers est le salon, à la fois lieu de
Illustration non autorisée à la diffusion réception destiné à la conversation -dont le style et le
ton sont définis par la qualité même du décor et des
sièges, raides fauteuils Louis XV- et pièces d'apparat,
où sont exposés les trophées culturels du propriétaire,
meubles et autres objets anciens , tous hautement lég
itimes, des statuettes chinoises de l'époque T'ang aux
petits maîtres français du 19e siècle. Même classicis
me, même ascétisme guindé et cossu dans le vêtement
(gilet, pochette à peine visible, etc.).
A l'autre bout du spectre, le laisser-r.ller étudié du
modéliste qui pose à demi-couché à même le sol et
entouré de sa femme et de ses enfants (et non plus
seul et en pied), avec une désinvolture étudiée -comme
celle de son vêtement d'étudiant fortuné, col roulé, gi
let de tricot, etc.- : sorte d'atelier d'artiste, ouvert
sur le dehors par une vaste baie vitrée et vide de tout COURREGES : LE PARTI DU MODERNE ET DU MODERNISME
meuble, où les coussins et les peaux tiennent lieu de "Les planchers sont en sycomore blanc étuvé, l'ensemble de cui
sièges, et qui ne supporte aucune autre décoration que sine est comme moulé en une seule pièce en cuivre, fauteuils et
des plantes vertes et un tableau de l'arrière avant -garde, canapés sont recouverts de laine blanche tricotée. Du point de vue ce décor de décorateur impose les discussions métaphy- couleur donc, uniquement du blanc et le ton du bois naturel. Le
sico -politique s entre "copains" sur la peinture d'avant- coin repos à la fois chambre et salle àt? bains. Le lit tout blanc
à deux sommiers, est encastré dans une, estrado dissimulant des garde, le cinéma ou la pollution, aussi impérativement
que le salon bleu et or de Balmain appelait la conversacoffres pour les oreillers. Derrière, le grand lavabo double avec
bacs moulés dans la masse, vient en prolongement de la baignoire.1' tion feutrée entre personnes distinguées et averties d'art
et de littérature.
L'opposition entre le vide et le plein, le passé accumulé HECHTER LE LAISSER-ALLER CILÏGE et la table rase, l'ostentation du luxe et l'exhibition du "Le salon, éclairé par une grande baie vitrée, est divisé en dépouillement est un des principes à partir desquels plusieurs niveaux en béton tapissés d.« moquette blanche. Le s'engendrent nombre des distinctions qui séparent les premier est situé autour de la cheminée. L: deuxième, surélevé styles et les styles de vie de l'ancienne bourgeoisie et de de 70 cm, fait office de canapé : il est recouvert de peau d'ours, la nouvelle, et aussi de leurs couturiers. de fourrures et de coussins. Le troisième niveau, abrite la Mise au goût du jour du grand style traditionnel, l'intbibliothèque, ü n'y a aucun meuble dans cette pièce. "
érieur de Givenchy combine systématiquement le plus
classique de l'avant-garde, avec les tableaux de
Vasarêly ou les meubles de Knoll.les réinterprétations
modernes de thèmes ou de motifs classiques, avec le
lit à baldaquin en toile de lin blanche, et les oeuvres
anciennes, soie chinoise ou icône grecque.
Il s'oppose sans doute beaucoup moins, malgré les
apparences, au "style classique et précieux" de Balmain
qu'au moderne baroque de Cardin dont l'ambition artisti
que s'exprime ou se traduit aussi bien dans son goût
(qu'il partage avec Daniel Hechter et avec nombre d' "ar
tistes lyriques" -Aznavour par exemple- et d'artistes de
cinéma) pour cette sorte d'Acapulco domestique, le
"jardin d'hiver", ou pour les collections de "boîtes" que
dans son vêtement qui veut évoquer la redingote cintrée Illustration non autorisée à la diffusion de l'artiste romantique. Quant à Courrèges, son appar
tement manifeste, jusque dans sa chambre, sa salle de
bains ou sa cuisine, également dignes à ses yeux d'être
offertes au regard du visiteur, sa volonté révolutionnai
re de faire table-rase ("il abat tout"), et de tout repenser
par soi, ex nihilo, la distribution dans l'espace des fonc
tions et des formes, les matières, les couleurs, en
fonction des seuls impératifs du confort et de l'efficacité,
et d'une "philosophie" systématique de l'existence qui
s'exprime aussi dans ses choix de couturier ou dans son
vêtement, pantalon blanc, bottes blanches, blouson tur
quoise, casquette à longue visière brillante vermillon. :
:
:
:
:
.
:
;

:
:
.
:
.
:
Bourdieu 12 Vievve
d'avoir 'trop', mais elles veulent paraître 'plus' sans en ainsi que les couturiers qui occupent une position do
avoir l'air (...). Les modèles que nous faisons sont faits pour minante dans le champ de la mode n'ont qu'à se lais plaire et non pour imposer des lignes abstraites ou des gam- ser aller aux stratégies négatives que leur impose la berges de laboratoire au nom d'un satané ton supérieur qui concurrence des prétendants pour se trouver directe serait plutôt le 'mauvais ton' d'aujourd'hui. -Qu'avez-vous ment ajustés aux demandes de la bourgeoisie ancienne, contre la couture de laboratoire ? - Ce mot m'agace. La
qu'une relation homologue aux audaces tapageuses de Haute Couture telle que je l'entends n'est pas le produit d'un
la nouvelle bourgeoisie renvoie vers le même refus de laboratoire destiné à quelques cobayes. C'est travailler sur
rte la matière mouvante faite pour vivre sur de vraies perl'emphase (5). Cette opposition s'observe aussi bien sonnes. .. et y vivre bien, c'est-à-dire mieux. -Vivre mieux? dans les objets que produisent les couturiers que dans -Oui, sans cette vulgarité qui est ce qu'il y a de plus böte et les déclarations d'intention dont ils les accompagnent. de plus laid. -Cela existe ? -Partout, sauf dans le vrai luxe"
Elle se retrouve même dans le style du discours de (Marc Bohan, interview). "Ce qui me passionne, c'est d'habil
célébration dont la rhétorique est d'autant plus sobre ler les femmes pour les embellir. (C'est d'ailleurs cela que, très
expressément, elles me demandent de faire '. ). Ce qui m'obliment descriptive qu'il s'adresse à un public sociale ge, automatiquement, à me refuser à leur égard toute bizarplus élevé les articles de mode des revues les rerie qui risquerait de tourner au déguisement. Il y a des auplus luxueuses (Vogue , Jardin des Modes), comme daces, des outrances qui peuvent être amusantes, joyeuses, les publicités des revues de luxe, ne font jamais que drôles mais, aussi bien, gratuites. Je veux dire qu'elles n'ap
montrer ou décrire, évoquer ou suggérer (par exemp portent rien. (...). Personnellement, je ne fais aucun cas des
effets de surprise ou de choc. L'élégance, ce n'est pas le le la référence à l'art y reste toujours allusive)
choc c'est le raffinement" (Carven, in Claude Côzan, _La tandis que des revues moins huppées, plus directement mode, phénomène humain, Paris, Privat, 1967, pp. 133-134). destinées à la nouvelle bourgeoisie qui d'ailleurs les
produit, comme Elle et Marie -Claire, vendent franche Ce langage, celui de l'art qui se respecte et respecte son ment la mèche parce que la prétention à la distinction public, est très proche de celui d'un marchand de tableaux ocne peut que livrer la vérité objective et de la préten cupant une position homologue dans le champ des galeries, com
me A. Drouant, lorsqu'il dénonce les "contrefaçons" et autres tion et de la distinction.
"méthodes imaginées par les artistes insincères pour duper",
soit "les effets de saisissement" et surtout "l'excitation de la A chaque époque, les couturiers jouent à l'intérieur curiosité" qui "consiste à provoquer la surprise, de manière d'un univers de contraintes explicites (comme celles à absorber l'esprit et à masquer le manque d'art véritable. qui concernent les combinaisons de couleurs ou la Tout cela est combiné de façon qu'on doive deviner le sens
longueur des robes) ou implicites (telles celles qui, comme dans les charades on est intrigué. on se distrait,
ça fait calé, ça fait génial ..." (A. Drouant, Catalogue de la jusqu'à une date récente, excluaient le pantalon des galerie Drouant, 1967, p. 105). collections) . Le jeu des nouveaux entrants consiste à
peu près toujours à rompre avec certaines des con Au langage de l'exclusivité, de l'authenticité et du raffinement, ventions en vigueur (en introduisant par exemple des avec ses composantes spécifiques, sobriété, élégance, équilimélanges de couleurs ou de matières jusque là exclus), bre et harmonie, l'avant-garde oppose la rigueur ou l'audace, mais dans les limites des convenances et sans mettre mais toujours la liberté, la jeunesse, la fantaisie.
en question la règle du jeu et le jeu lui-même. Ils
ont partie liée avec la liberté, la fantaisie, la nouveaut
Cardin "(...) si je me suis décidé à prendre ce tournant du é (souvent identifiées à la jeunesse) tandis que les ins
fameux prêt-à-porter, c'est pai'ce que je comptais bien y artitutions dominantes ont en commun de refuser les ou river le premier. Oui, j'ai fondé le T.N.P. de la couture. trances et de rechercher l'art dans le refus de la re Abondamment critiqué au départ, bien entendu '. " (in Claude cherche et de l'effet, c'est-à-dire dans la double négat Cézan, orj. cit^, p. 126). ion, la litote, 1 'understatement, "l'équilibre" et le Courrèges (dans son prospectus à propos de sa collection de "raffinement". 1970) "construction, netteté, poésie, n^u^cau_LéJ'. "Prototype
(nom du département de creation et de prestige destine à une "Qu'est-ce qui fait qu'un vêtement n'est pas beau ? -Le clientèle privilégiée) de la recherche^, du nouveau, du futur, zinzin et le détail voyant qui 'bouffe' un modèle et le désé de la classe". "Couture Future du présent, de la logique, de quilibre. -Le détail, quand est-il parfait ? -Quand on ne le la sagesse, du fonctionnel". "Hyperbole : de la jeunesse, cle remarque pas. -C'est la négation de l'accessoire de choc ? la fantaisie, de la liberté, du rêve réalisé". -Tout à fait, mais c'est la définition du raffinement" (Marc
Ungaro : "le dernier venu des grands couturiers", installé Bohan, Directeur artistique de la maison Christian Dior, I
nterview) Le langage de Dior a la certitude tranquille de dans "un cadre ultra-moderne" qu'il considère comme son
l'orthodoxie, qui au nom de la mesure et de l'élégance refuse "laboratoire d'études", "ouvre de nouveaux horizons" et i
les prétentions intellectuelles de la recherche "Je réponds ntroduit la "superposition d'imprimés".
ainsi aux femmes qui achètent mes modèles. Elles refusent Féraud "la dernière idée (...) s'appelle 'Féraud dnns_ln_rue',
une nouvelle chaîne de boutiques que dirigera sa_fn_le_ et dont
le maillon de départ se situera, évidemment, sur la rive
gauche" (Ellej 3 janvier 1972) .
Ted Lapidus (publicité) "Quand je vois mes vêtements dans, (5) On analysera plus loin, avec le cas de Courrèges, un la rue , je sais que j'ai gagné. La Couture, c'est comme la autre exemple de ces harmonies préétablies fondées sur chanson : la réussite c'est d'être fredonné par tout le monde l'homologie entre le champ de production et le champ de
(...). Un couturier n'habille pas des clients, il habille des consommation des biens de luxe (le champ de la classe do subjectivités les inquiétudes, les tendresses, les anxiétés minante) qui constituent des réalisations paradigmatiques de
d'une masse d'hommes et de femmes. La haute couture, c'est la relation qui s'établit entre le champ de production des un laboratoire , c'est 'Le Mans vestimentaire', on fait des biens symboliques (art, littérature, philosophie, etc.) et le recherches, des essais (...). C'est l'épreuve de la rue". champ de la classe dirigeante. ;
.
.
i
.
13
graphes se plaisent à rapporter ("Ce que j'ai fait de Avec les stylisteB, ie discours prend volontier« un air de
gauchis me : plus difficile dans ma vie, disait Chanel, c'est de re
fuser de gagner de l'argent" ; "Pierre Balmaln est un 0ari3tiáne Ballly: "L'âge d'une femme ne m 'intéresse pas,
des nombreux couturiers qui n'ont accepté d'exploiter mais son degré de liberté".
A îb »as, elle faisait ses vêtements elle-même, ft contr»- commercialement leur griffe que par amour de leur
L irrst de la haute couture, en révolte contre la raideur, métier"), représentent la seule manière impeccable •5 entoilages, le 'beau qui se tient' de Dior, tout ce qui d'obéir à la nécessité du champ, comme en témoigne - -nee, alourdit et met la femme en boite" (Elle. 15 avril cette déclaration où Courrèges invoque simultanément 1 jr *■>
^t -"• les impératifs catégoriques de l'amour pur de l'art et cv«np qui a sa droite et sa gauche, ses conservateurs
' Yoi-jtionnaires, a aussi son centre, son lieu neutre, les hypothétiques de la gestion économique
w ■-..,' ici par Saint-Laurent, qui s'attire les éloges unani- rationnelle : "Je ne suis devenu patron et industriel que
</ par un art unissant, selon un dosage habile, les qualités que par amour de ce que je fais. Ma motivation polaires (classique, subtil, harmonieux, sobre, délicat, discret, n'est pas de gagner de l'argent. Je pourrais faire un équilibré, joli, fin, féminin, moderne, adaptable à tous les chiffre d'affaires énorme en suivant une politique de styles de femmes) ; qui reprend les innovations tapageuses des
facilité, mais ce serait au prix d'une détérioration à autres pour en faire des audaces acceptables ("il lance le pan
talon en grand qui au fond n'avait pas pris avec Courrèges, court terme de ma marque et d'une perte de contrôle
parce qu'un peu compliqué") ; qui transforme les révoltes de sur mes produits" (Dépêche -Mode, Mars 1974) . Ainsi, l'avant-gards en libertés légitimes, ft la façon du Monde pu le contrôle de l'utilisation du capital spécifique incombliant Astérix en bandes dessinées ("C'est lui le liberty, les be aux mécanismes mêmes qui en assurent la productkilts, qui est une jupe merveilleuse, le blazer"); et qui n'hé ion et la reproduction et qui tendent à en déterminer site pas à déclarer : "H faut descendre dans la rue" (In Claude
Cezan, op_. cit. , p. 129). Et on peut laisser le dernier mot au la distribution entre les différents agents en concur
Nouvel Observateur, qui s'y connaît : "Le responsable de cette rence pour se l'approprier. Par un processus analogue •ouverture à gauche' est précisément un ancien grand coutu à celui qui fait que, dans le champ universitaire (ou, rier, Yves Saint-Laurent" (Nouvel Observateur, 18 octobre 1971). a fortiori, scientifique), la concurrence entre les do
minants et les prétendants pour le monopole des relaMais les prétendants ne sont pas sans recours. Ils
tions autorisées avec le grand public aboutit à un conpeuvent accumuler du capital d'autorité spécifique en
trôle de toutes les formes de monnayage de l'autorité prenant au sérieux les valeurs et les vertus que loue
spécifique (vulgarisation, journalisme, etc.), la conla représentation officielle de l'activité légitime et en
currence pour le monopole de la légitimité prend la opposant la foi intransigeante du converti à la piété
forme d'un contrôle croisé qui, comme on le voit à d'institution des gardiens de l'orthodoxie. Aux conces
propos de la commercialisation de la "griffe", n'a sions des dominants, quj pactisent avec le siècle et
rien à voir avec l'imposition externe ou interne d'une monnayent en profits teraporels, économiques et poli
norme éthique : les "vertus" qu'honore chaque champ tiques (décorations, académies, etc.), le capital symb
-"amour du métier" et "désintéressement" ici, "esolique qu'ils ont accumulé, ils opposent le sacrifice
prit scientifique" et "objectivité" là- ne sont que la absolu à l'art et les audaces désintéressées de la re
forme que prend la soumission à la nécessité propre cherche, s 'attirant ainsi peu à peu les services d'une
du champ, c'est-à-dire la poursuite d'intérêts que la partie de l'appareil de célébration.
logique même du champ interdit de reconnaître autre"(...) Je suis simplement un catalyseur et Je capte ce qui est ment que sous la forme méconnaissable de "valeurs". ambiant. Il y a naturellement une touche personnelle ft ce que
je fais, mais je change souvent -et je le veux : 'refaire du
moi', comme certains (nécessairement en moins bien) ne m'In
téresse pas. Je n'ai pas de problème de marque, Je ne cher
che pas à promouvoir une griffe et peu m'importe de n'être pas Le champ et la durée connu du grand public (...). Je réalise beaucoup de costumes
de films. J'ai habillé Mia Farrow, Girardot, Stéphane Audran
(...). Autant je détesteralB habiller une 'Madame Machin', au
tant je prends plaisir à habiller une actrice, une chanteuse"
(Karl Lagerfeld, Dépêche -Mode, juillet-août 1972). La loi fondamentale de ce champ, principe de sa
structure et de son changement, se lit directement Les nouveaux venus réintroduisent sans cesse dans le
sur le diagramme où les maisons de couture, districhamp une ardeur et un rigorisme de réformés. Ils
buées (de gauche à droite) selon la date de leur fonpeuvent même prendre des airs de révolutionnaire
dation, sont représentées par deux cercles concentrilorsque leurs dispositions de quasi-artistes d'origine
ques, proportionnés, l'un (en gras) au chiffre d'affaires bourgeoise trouvent un renforcement dans la nécess
réalisé, l'autre au nombre d'employés. L'importance ité de poursuivre une clientèle tentée de dénoncer le
du capital spécifique, dnnt le chiffre d'affaires, qui en contrat tacite de délégation qui confère aux couturiers
le monopole de la "création" (en s 'habillant elle-même est la forme reconvertie, représente un assez bon in
dice, croît à peu près régulièrement avec l'ancienneté de fripe rétro). C'est la. concurrence des prétendants
de la maison ; mais jusqu'à un certain point seulement, qui rappelle continûment les dominants à un respect
marqué ici par Dior, à partir duquel s'amorce un dérelatif des valeurs officielles du champ, celles-là mê
clin aboutissant à la disparition pure et simple. me au nom desquelles s'exerce leur autorité spécifi
que c'est à travers elle que s'exerce le contrôle du Certaines des bizarreries apparentes résultent simplement du champ sur l'usage des pouvoirs démiurgiques qu'il ac fait que la source utilisée ("17 couturiers : leurs structures
corde. Et les professions de vertu que les économiques", Dépêche -Mode, n° 683, mars 1974) présente des LE CHAMP DE LA HAUTE COUTURE
AVANT-GUERRE 1945 1950 1960 1970
/LAURENT %

O i
Prestigieux LuxueuxExclusif RaffinéTraditionnel Sélectionné Durable Equilibré Parfait NeutreAuthentique Harmonieux Classique Féminin Simple Distingué Elégant Rigoureux Novateur Moderne Séduisant Créateur Net Jeune Dynamique Fou HardiFonctionnel Décontracté Structuré LibreEnthousiaste Rayonnant Sympathique DrôleHumoristique Super-Chic Kitsch :
:
:
.
.
15
'acunes. C'est ainsi que Givenchy et Saint-Laurent (à qui on schemes de production et d'évaluation orthodoxes, proa attribué -en pointillé- un chiffre d'affaires hypothétique) duits et imposés par les institutions dominantes : à la ont aa.iïs doute un chiffre d'affaires largement supérieur (pr différence des simples variantes ou variations que prooportionnellement bien sûr) à leur nombre d'employés, à la fa duit la mise en oeuvre des schemes d'invention en vçon des autres maisons situées en position intermédiaire qui, igueur et qui, quelle que soit leur liberté apparente, on le verra, s'opposent toutes sous ce rapport -à l'exception
de Courrèges -, aux maisons plus anciennes. En ce qui con sont autant de réaffirmations de l'autorité des institu
cerne le chiffre d'affaires relativement important de certains tions dominantes, les révolutions spécifiques ont pour •dos nouveaux entrants (Lapidus et Scherrer), on s'efforcera effet de discréditer les principes de production et a'ea rendre raison plus loin . d'évaluation anciens en faisant apparaître un style qui
L'ancienneté n'est pas le principe exclusif des hiérar devait une part de son autorité et de son prestige à
chie 3 chaque "génération" est dominée par un coutu son ancienneté ("maison de tradition", "maison fondée
en ...".etc.) comme démodé, hors d'usage, dépassé. rier ( Chanel, Dior, Courrèges, etc.), celui-là même
qui, comme on dit, a fait date en introduisant dans Faire date, c'est renvoyer tous ceux qui ont fait date
l'histoire relativement autonome de la mode la rupture au statut plus ou moins honorifique mais toujours
initiatrice d'un nouveau style. Il est logique que ces irréel et, comme on dit, honoraire, que chaque champ,
"fondateurs" détiennent un capital de légitimité spéci selon ses traditions propres, offre aux anciens domi
fique -c'est-à-dire de distinction pertinente- plus imnants ; c'est faire l'histoire en inscrivant dans la sé
portant que les simples "suiveurs" ou que les "créa rie des ruptures qui définissent la périodisation spéci
teurs" qui se sont fait une "marque" distinctive sans fique d'un champ une rupture nouvelle qui renvoie à
parvenir à l'imposer à leurs concurrents (en les obli l'histoire la précédente et détermine la translation de
geant au moins, comme fait le couturier dominant, à toute la structure ; c'est enfin se vouer à être tOt
se démarquer par rapport à eux). Ce capital, symbol ou tard renvoyé à l'histoire, par une rupture obéissant
aux mêmes principes et aux mêmes déterminations spéisé par leur nom ("Jeanne L;invin, un nom presti
gieux") peut se convertir en capital économique sous cifiques que toutes les précédentes. "Faire la mode",
ce n'est pas seulement démoder la mode de l'année certaines conditions et dans certaines limites, en parti
précédente, c'est démoder les produits de ceux qui faiculier temporelles - celles qui définissent la durée du
saient la mode l'année précédente, donc les déposséder renom
de leur autorité sur la mode . Les stratégies des nou
veaux venus, qui sont aussi les plus jeunes, tendent à Celles des maisons les plus anciennes qui ont survécu rejeter vers le passé les plus anciens et ceux-ci collan'occupent pas des positions correspondant à leur an
borent à la translation du champ qui aboutira à leur cienneté et cela quel que soit le capital de prestige
déclassement (ou, ici, à leur disparition) par les straqu'elles ont un moment '.Herrn (comme Chanel qui a tégies qu'ils mettent en oeuvre pour s'assurer la posipris un nouveau départ en 1954). En fait, dans un tion dominante, la plus proche aussi du déclin. champ régi par la concurrence pour le monopole de la
légitimité spécifique, c'est-à-dire pour le pouvoir ex On s'interdirait toute compréhension de la structure et de la clusif de constituer et d'imposer les symboles de dis dynamique du champ de la mode en acceptant 'l'explication"
tinction légitimes en matière de vêtement, la relation commune par le "conflit des générations", tautologie vouée à
fonctionner comme vertu dormitive, qui s'impose avec une entre l'ancienneté et le capital ne peut se maintenir insistance particulière dans un champ où la concurrence prend que dans certaines limites et au prix de stratégies ex plus visiblement que partout ailleurs (du fait de la brièveté ploitant habilement les lois de l'économie spécifique du des cycles), la forme d'une querelle des anciens et des mochamp dernes, des vieux et des jeunes. "D'un côté, les derniers
Les maisons qui ont survécu à la mort de leur fondateur monstres sacrés, héritiers des valeurs de bon goût, d'un
n'ont dû de se perpétuer qu'à une exploitation industrielle monde disparu. Pour eux, du fond de leurs salons feutrés,
de la "griffe" (sous forme de parfums, dans le cas de c'est une lutte inutile contre une époque dont ils ne comprenn
Patou et Ricci). De même, les observateurs s'accordent pour ent ni le mode de vie, ni les aspirations. Certains sont en
louer la "rationalité" exceptionnelle (au moins pour cette"gé- train d'en mourir. De l'autre côté, les jeunes loups. Les
nération")de la gestion de l'entreprise Dior : "La maison Saint-Laurent, Courrèges, Ungaro, pour ne citer que les plus
Dior est admirablement bien organisée, ce qui n'est pas tou jeunes d'entre eux, qui ont, chacun à sa manière, réinventé
la couture. Entre ces deux extrêmes s'échelonne le groupe jours le cas ; en haute couture, les gens sont très personnels,
c'est resté très individuel. Dior ouvre en 1947, crée une mal- des couturiers qui ont pris le tournant plus ou moins tôt, plus
ou moins habilement" (Dépéche-Mode, mars 1974). "Ils sont son de toutes pièces (...). L'organisation de la maison va se
au moins cinq à penser être le premier (ou le dernier dea faire sentir issez vite. M. Boussac est un industriel. Le per
sonnel de la. maison Dior va se trouver dans un contexte social grands couturiers, ce qui revient au même)" (Elle, 21 février
peut-être un peu différent des autres maisons parce que 1972).
Jacques Roudt, chargé de l'administration, a une formation
sociale très poussée. M. Dior ne s'occupe que de la création La translation qui affecte tout le champ est la résul
et est déchargé des soucis matériels, des soucis administratifs. tante de stratégies antagonistes et ne doit pas 'être déBcussac a des maisons de colonies de vacances dans le Nord crite ou comprise comme un simple processus mécanpour les enfants du personnel. Il y a tout un contexte social. ique cela se voit clairement dans le mouvement par Vous avez un restaurant d'entreprise. Il y a un comité d'entre lequel des couturiers sortent continûment des maisons prise très tôt. Cela a été monté dans un esprit social ils ont
favorisé le comité d'entreprise par rapport au syndicat" (I anciennes pour aller fonder leur propre entreprise,
nterview d'une journaliste de mode, mars 1974). échappant ainsi au déclin collectif par un mouvement
La lutte pour la domination dans le champ conduit né individuel à contre -sens du mouvement qui affecte
l'entreprise et le champ dans son ensemble. cessairement les prétendants à mettre en question les