Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Le Duel à travers les âges

De
320 pages

BnF collection ebooks - "Avant de rechercher quels peuples de l'antiquité ont connu le duel, et quels autres l'ont dédaigné, il importe de bien définir le mot et la chose. Par duel, on doit entendre le combat consenti spontanément entre deux hommes qui règlent, avec des armes égales et au péril de leur vie, un différend survenu entre eux sur une question d'honneur, de cœur ou même simplement d'intérêt — préférant ainsi cette solution à l'accommodement."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

CE LIVRE EST DÉDIÉ

À MONSIEUR A. HENRY

PRÉFET DES ALPES-MARITIMES

EN TÉMOIGNAGE

DE RESPECTUEUX ATTACHEMENT

ET

DE PROFOND DÉVOUEMENT

NICE, MAI 1892.

Autrefois, les duels étaient une bataille ;

À côté des tenants, les parrains se mettaient ;

Tout seuls et sans public, les deux groupes luttaient

Pour la vie, en frappant d’estoc comme de taille.

Ni cuirasse de fer, ni casque avec ventaille ;

L’épée et le poignard aux mains, ils se jetaient,

Et, dans leurs corps à corps quand ils se charcutaient,

Ils chargeaient sans merci, comme sur la piétaille.

Leur point d’honneur venait de haines de Maisons,

Ou bien de rien du tout, tantôt pour des raisons

Futiles, et tantôt pour des injures graves ;

Si, sous le coup du fer, longuement empourpré,

Plus d’un, digne de vivre, est resté sur le pré,

Leur folie était haute, et leurs lames très braves.

2 Mai 1892.

ANATOLE DE MONTAIGLON.

Préface

Chez mon excellent maître Charles Ruzé, – mon véritable initiateur en cet art admirable des armes, – dans cette coquette salle de la rue de la Bienfaisance où j’ai passé, le fleuret en main, de si bonnes heures, j’aperçus un jour, prenant sa leçon avec Adolphe Ruzé le fils cadet de mon vieux maître, un tout jeune homme qui « plastronnait » avec ardeur. Élancé et bien pris, en sa culotte noire demi-collante, il se « fendait » sur l’indication du professeur, avec ce bel élan qui n’indique pas seulement une irrésistible détente de jarrets, mais qui décèle la véritable passion des armes dont le siège est bien plutôt dans le cerveau que dans les jambes. Le jeune élève commençait à m’intéresser. Le professeur en vint à compliquer et à « raffiner », si je puis dire, sa leçon : après les coups droits, les « dégagés » et les « une-deux » il demanda à son élève de « tromper le fer » dans toutes les lignes de « doubler » et « dédoubler ». Tous ces mouvements si difficiles à bien exécuter et qui exigent avec beaucoup de retenue du corps, infiniment de « doigter » furent rendus par l’élève avec cette facilité et ce brio qui décèlent un « sujet », un de ces rares élus, construits au physique et au moral (il faut autant de ceci que de cela) pour faire un véritable escrimeur. Décidément le petit jeune homme à la culotte collante m’intéressait tout à fait.

« Papa Ruzé » s’en aperçut et me le montrant du coin de l’œil avec une certaine satisfaction : « vous regardez mon jeune élève, il va bien, hein ?

– Il va même très bien.

– Je compte sur lui.

– Vous avez joliment raison. Comment s’appelle-t-il ?

– Gabriel Letainturier-Fradin.

– Son nom est un peu long, mais il est rudement "vite" sous les armes. »

On l’a deviné, le petit jeune homme qui faisait si bien des armes et qui a « continué », c’est l’auteur de ce livre, devenu aujourd’hui, depuis la douzaine d’années que date notre première présentation, un grand jeune homme, très solide, mais toujours élancé et ayant su, grâce à sa passion pour la noble science des armes qu’il cultive quotidiennement, se préserver du fâcheux embonpoint.

En raison de la spécialité à laquelle je me suis voué, l’auteur de ce livre m’a demandé d’être son préfacier.

M. Letainturier-Fradin n’avait nul besoin de présentation auprès du public très renseigné auquel s’adresse son intéressant ouvrage – il est connu de tous ceux qui de près ou de loin s’occupent d’escrime – mais j’ai accepté tout de même, avec plaisir, ce qu’il me demandait avec tant de bonne grâce ; car outre que j’ai conservé beaucoup de sympathie pour lui en souvenir des nombreux assauts que nous avons faits ensemble, je suis heureux d’être en quelque sorte le parrain d’un enfant aussi bien venu que celui qu’il vient de confier à mon éditeur et ami Flammarion.

Et puis, il y a encore une autre raison ; mon jeune ami Fradin a exactement vérifié le pronostic que nous avions fait, les Ruzé et moi, à savoir qu’il deviendrait un excellent escrimeur. Et il est toujours flatteur pour notre amour-propre de voir l’évènement vérifier notre prophétie.

Écoutez plutôt.

Et d’abord, en manière de reconnaissance à l’égard de l’enseignement de ses excellents maîtres, M. Fradin a été le premier lauréat très remarqué des assauts entre collégiens à Paris, organisés par la Société d’Encouragement à l’escrime.

Son excellente tenue sous les armes, sa vitesse de main, ses attaques rapides bien conçues et habilement exécutées, avaient tout de suite impressionné favorablement le jury.

Quelques années après, il entreprenait avec Adolphe Ruzé un voyage en Italie, prenait part au tournoi International de Turin, en 1884 et malgré sa jeunesse – il avait 19 ans – remportait, en même temps que son professeur, une brillante récompense hautement méritée.

Depuis, M. Letainturier-Fradin n’a point cessé de cultiver assidûment les armes, à Paris et en cette belle ville de Nice où il a fixé sa demeure et où le retiennent ses fonctions.

Il n’est que juste de reconnaître que c’est lui qui a fait aimer l’escrime à Nice, qu’il a contribué à en propager le goût dans toute la région en organisant de très intéressants assauts auxquels il prenait part pour la plus grande satisfaction du public, heureux d’applaudir un tireur à la fois correct, élégant et fort.

Tout récemment, et pour prouver qu’il n’a rien perdu de son « entraînement » et de sa belle ardeur, il a pris part au tournoi International de San Remo : il y a remporté la première médaille d’or et a été tout simplement classé premier.

Tout ceci pour prouver que l’auteur de ce livre n’est pas seulement un théoricien, un laborieux capable de consacrer quatre années à réunir les documents les plus précieux, c’est encore et surtout un exécutant qui possède pratiquement les questions d’escrime et de duel, qu’il traite avec tant de variété et d’une façon si complète dans son bel ouvrage « Le Duel à travers les âges ».

Je n’ai nul besoin d’analyser le livre de M. Fradin dont le but est clairement exposé dans l’introduction si nette, si sincère qui accompagne cette préface.

Je dirai seulement à tous ceux qui me font l’honneur de me lire depuis de longues années « lisez avec confiance cet ouvrage d’un homme de bonne foi, très compétent en la matière et vous vous en trouverez bien, vous tous qui de près ou de loin vous attachez aux choses de l’escrime et du duel. »

Le livre est intéressant d’un bout à l’autre, bien documenté, élégamment écrit par un historiographe extrêmement consciencieux – enfin il trouve le moyen de dire des choses nouvelles sur ce sujet toujours neuf et toujours vieux : le duel.

C’est dire que l’habile auteur-escrimeur a su « toucher » le lecteur au bon endroit.

Paris, le 8 mai 1892.

ADOLPHE TAVERNIER.

Introduction

Voici sur le duel un livre de plus, qui souhaite de prendre place à côté de tous ceux qu’on a déjà publiés sur le même sujet. Si je l’ai écrit, ce n’est pas cependant pour le vain plaisir de traiter, après tant de maîtres, des questions qui m’intéressent passionnément, et dont j’ai acquis une certaine pratique, – ou de voir figurer mon nom dans la nouvelle édition de la Bibliografia generale della Scherma de Gelli, qu’on ne manquera pas de donner bientôt (avec une traduction française meilleure) ; – si je l’ai écrit, c’est qu’il m’a semblé que, conçu comme je l’avais rêvé, il pourrait réellement être utile et, dans une certaine mesure, nouveau.

J’ai remarqué que, parmi tant d’excellents livres qu’a inspirés l’escrime ou le duel, aucun ne formait à lui seul, un traité d’ensemble de la matière. Chaque écrivain, jusqu’ici, s’est enfermé volontiers dans la partie du sujet pour laquelle il avait de particulières prédilections : c’est ainsi, – pour n’en citer que quelques-uns, – que M. Émile Mérignac a fait une Histoire de l’escrime parfaite, et M. A. Tavernier, dans son Art du duel, un code non moins excellent du duel sur le terrain. L’Essai sur le duel, de Châteauvillard, paru en 1836, et qui contient de très bons chapitres, faisant toujours autorité, est cependant aujourd’hui un peu démodé. Il existe aussi de fort bonnes monographies de MM. Legouvé, Mauroy, du Verger-Saint-Thomas, Scholl, Vallée, du baron de Vaux, etc., etc., sur le duel et l’épée, mais ce ne sont encore que des monographies.

Tel que je l’ai conçu, mon livre a l’ambition, – un peu grande peut-être, – de constituer un traité complet du duel, depuis ses origines, qui, heureusement, ne se perdent pas dans la nuit des temps, jusqu’à notre époque, jusqu’au duel d’hier, – j’allais dire jusqu’au duel de demain, – car en le terminant par un exposé aussi précis que possible des règles du duel, c’est aux rencontres futures que j’ai songé, et non plus à celles du passé.

La première partie de ce volume a trait à l’histoire et à la législation du duel. Pour en réunir les matériaux, je n’ai pas ménagé mes soins et ma peine. Le vrai moyen d’y être nouveau était de s’adresser aux sources : aussi ai-je interrogé ou fait interroger de très nombreux documents, encore inédits, que les historiens précédents avaient laissé sommeiller un peu trop dans leur lit de vénérable poussière, aux Archives nationales, au fond des bibliothèques publiques et particulières, ou parmi les vieilles chroniques, et dont les notes indiquent pour chacun la provenance. Il fallait ne rien dire que d’exact, et être, autant que faire se peut, complet. J’espère donc que ces chapitres offriront quelque intérêt, du moins aux curieux, qui aiment à savoir comment nos ancêtres pensaient, agissaient, et quelle distance nous sépare de leurs habitudes, de leurs mœurs.

Peut-être me saura-t-on aussi quelque gré d’avoir fourni des indications générales sur le « duel international », et montré comment les divers peuples civilisés l’envisagent, le pratiquent et le punissent.

Les duels célèbres, qui forment la seconde partie, ont été bien souvent déjà racontés, et plusieurs fois par de brillants écrivains ; mais, pour beaucoup d’entre eux, une légende s’est formée, et si bien accréditée, que le récit en est devenu un pur roman. Là aussi, j’ai eu, avant tout, la préoccupation de présenter les faits sous leur vrai jour, et, dût-elle être parée de moins vives couleurs, de remplacer la légende par la vérité.

Enfin, dans la troisième partie, je me suis efforcé de prévoir et d’exposer toutes les conditions d’une rencontre : constitution des témoins, qualité d’offensé, choix des armes, attitude, sur le terrain, de chacun des acteurs de cette fâcheuse, mais trop souvent inévitable solennité que l’on nomme un duel. Ici, la matière a été traitée si complètement et par tant de maîtres, que ma tâche n’a guère été que de présenter à nouveau les règles qui désormais font loi. J’ai terminé en réclamant instamment la mise en pratique d’une idée, bien ancienne déjà puisqu’elle remonte à Louis XIV et au tribunal des Maréchaux de France, l’idée d’un jury appelé à prononcer en dernier ressort sur toutes les affaires d’honneur. Il n’est pas douteux que son fonctionnement régulier aurait le résultat que doivent souhaiter tous les hommes de cœur : une notable diminution dans le nombre des duels qui se produisent si souvent pour des causes trop futiles, où l’honneur n’est nullement engagé.

Si ce livre a été écrit plus spécialement pour ceux qui font de la science des armes leur étude de prédilection, il s’adresse également aux gens du monde restés étrangers aux choses de l’escrime et à l’histoire du duel : son auteur sera largement récompensé de ses efforts si, après l’avoir lu, on y reconnaît au moins le souci constant de l’exactitude et de la conscience.

Un mot encore pour dire que ce même souci a présidé au choix des illustrations : il n’en est pas une qui n’ait été empruntée à la source pure, ou du moins restituée, aussi habilement qu’il a été possible, d’après les documents les plus authentiques.

PREMIÈRE PARTIE
Histoire et législation du duel
I
Les origines

LE DUEL JUDICIAIRE

Avant de rechercher quels peuples de l’antiquité ont connu le duel, et quels autres l’ont dédaigné, il importe de bien définir le mot et la chose. Par duel, on doit entendre le combat consenti spontanément entre deux hommes qui règlent, avec des armes égales et au péril de leur vie, un différend survenu entre eux sur une question d’honneur, de cœur ou même simplement d’intérêt, – préférant ainsi cette solution à l’accommodement que, dans la plupart des cas, pourraient leur fournir les lois de leur pays.

Il est remarquable que ni les Grecs, ni les Romains n’ont fait usage du duel pour terminer les querelles particulières, celles surtout où l’honneur est en jeu. Ces peuples, si braves et si belliqueux pourtant, jugeaient indigne d’eux de laver un outrage dans le sang de l’insulteur, alors au contraire que, dans nos idées, le ridicule s’attache à ne pas le faire. Duellum, en latin, signifie : combat entre deux factions, par opposition à bellum, dont le sens est : guerre entre deux nations. Le célèbre combat des Horaces et des Curiaces ne saurait être considéré comme un duel, quelque ressemblance qu’il puisse avoir avec les rencontres telles qu’on les pratiquait au XVIme siècle ; en effet, ces vaillants combattants ne réglaient entre eux nulle question d’honneur ni de cœur : bien loin de là, puisque des liens étroits de famille et d’amitié les unissaient ; ils furent simplement les représentants de leurs deux nations, qui s’en remettaient à eux de leurs destinées, – un peu comme l’on se confie au hasard, – car ils étaient d’égale force et d’égal courage.

Le duel a une origine germanique. Les peuplades barbares qui conquirent la Gaule et une partie de l’Europe pendant le Vme siècle le pratiquèrent beaucoup, parce qu’elles professaient autant de mépris de la mort que de répugnance à rester sous le coup d’un affront. Chez elles, le combat s’effectuait publiquement, devant toute la tribu, et ne se terminait que par la mort d’un des deux adversaires. À côté de ce duel, meurtrier toujours, les Germains en introduisirent un autre fondé sur la superstition et l’exagération du sentiment religieux. Ils admirent que dans un combat décidé pour le règlement d’intérêts privés, l’issue devait être nécessairement fatale à celui des deux champions qui n’aurait pas le bon droit de son côté : c’était le jugement de Dieu. Leurs codes mêmes consacrèrent cette étrange doctrine et on la retrouve inscrite dans les lois des Saliens, des Ripuaires, des Lombards, etc. Gondebaud, roi des Bourguignons, la justifiait ainsi dans son code, appelé loi Gombette : « C’est, dit-il, afin que nos sujets ne fassent plus de serments sur des faits obscurs, et ne parjurent point sur des faits certains. »

Quand la Gaule eut été au pouvoir des Germains, les prêtres chrétiens ne réussirent pas à déraciner cette pratique ; vainement en signalèrent-ils le danger et la barbarie ; ils durent renoncer à la combattre, et furent même forcés bientôt, non seulement de la subir, mais encore de la faire exercer par des champions pour le propre compte de l’Église.

C’est ce qu’on appelle le duel judiciaire, qui fut si répandu en France pendant le haut Moyen Âge, et que l’on employait plus volontiers dans les procès que tout autre genre de preuve, la preuve par témoins ou par l’eau bouillante, etc.

Mabillon rapporte qu’en 775, un différend s’éleva entre l’évêque de Paris et l’abbé de Saint-Denis. Le duel judiciaire ayant été accepté par les parties, deux champions furent désignés. Devant une croix, pendant qu’on célébrait la messe pour donner plus de solennité à l’acte, ils se placèrent, les bras étendus, et celui des deux qui se lassa le premier de cette attitude pénible et laissa retomber les bras, fit perdre son client. Ce fut l’abbé de Saint-Denis qui gagna.

Mais l’issue du duel n’était pas toujours aussi douce aux champions. La plupart du temps, l’épreuve consistait en un véritable combat où la victoire restait au champion qui avait mis son adversaire hors d’état de tenir une arme. Même, sous Louis le Débonnaire, au IXme siècle, on poussa si loin la férocité qu’un champion vaincu avait le poing coupé : « Et campioni qui victus guerit, propter perjurium quod ante pugnam commisit, dextera manus amputetur », tel est le texte formel d’un capitulaire de ce temps.

Il en était encore ainsi plus de deux cents ans après. En 1098, deux abbayes du diocèse de Tours eurent une contestation pour la possession d’un prieuré. Tous les moyens amiables ayant été épuisés, il fallut bien recourir au duel judiciaire, et une charte fort authentique du temps nous fournit les curieux détails de la rencontre qui se produisit. Les deux champions, vêtus d’une chemise d’étoupes recouverte d’une tunique en drap rouge, apparurent, la tête découverte, les cheveux taillés en rond et les pieds nus. Leur bras gauche portait un bouclier de bois, couvert de cuir rouge, et leur main droite était armée d’un bâton long de trois pieds. Avant le combat, ils entendirent la messe et affirmèrent tous deux, la main sur le missel, qu’ils combattaient pour le bon droit. Par suite, chacun dit à l’autre qu’il en avait menti, comme imposteur et parjure.

Et ils entrèrent dans le champ-clos.

Un crieur le parcourait, annonçant les châtiments les plus sévères pour quiconque favoriserait l’un ou l’autre des combattants, soit par gestes, soit par paroles. Le juge du duel, nommé le sire de la Roche, dit alors aux deux champions : « Allez, et faites du mieux que vous pourrez ! »

Les coups de bâton commencèrent aussitôt de pleuvoir, et bientôt le champion de l’abbaye de Marmoutiers renversait sur le sol son adversaire. Celui-ci dut s’avouer vaincu et ses clients, les moines de Talmont, quittèrent le théâtre du duel, « le deuil peint sur le visage ». Tous les témoins, au nombre de trente-six, apposèrent leur signature au bas d’un procès-verbal en forme de charte, rédigé pour la circonstance afin de constater le résultat du combat et le droit réel qu’il venait ainsi de conférer aux religieux de Marmoutiers1.

1Duel judiciaire entre deux communautés religieuses, 1098. Article de M. Marchegay, paru dans la Bibliothèque de l’École des Chartes, 1re série, tome I.
II
Premiers essais de règlements

Ces pratiques superstitieuses et ridicules subsistèrent jusqu’à la seconde moitié du XIIIme siècle. C’est à saint Louis qu’appartient l’honneur de les avoir proscrites, du moins dans le domaine royal. En effet, l’un des chapitres de ses célèbres Établissements, le véritable code de la France à cette époque, est tout entier consacré à l’abolition du duel judiciaire. En voici les principales dispositions, que nous traduisons ici en français moderne, laissant en note le texte original :

« Nous interdisons les batailles sur tout notre domaine pour toutes les querelles, mais nous ne proscrivons ni les instances, ni les réponses, ni les ajournements, ni tous les autres usages qui ont été jusqu’à maintenant en vigueur devant les tribunaux laïcs, suivant la coutume des différents pays, si ce n’est que nous en supprimons les batailles, auxquelles nous substituons la preuve par témoins et par chartes. Et de même, nous ne supprimons pas les autres preuves bonnes et loyales qui ont été, jusqu’à ce jour, en usage devant les tribunaux laïcs.

Nous ordonnons que, lorsqu’un homme veut en appeler un autre pour un fait de meurtre, il soit entendu, et, qu’au moment de déposer sa plainte, on lui dise : Si tu veux appeler pour meurtre, tu seras entendu, mais il faut que tu t’engages à subir la peine que ton adversaire souffrira. Et sois informé que tu n’auras pas le droit de te battre, mais qu’il te faudra faire la preuve par des témoins jurés. Il convient que tu en aies deux bons, au moins, et amènes-en, pour faire la preuve, autant qu’il te plaira et qu’il te paraîtra nécessaire. C’est cela qui te servira comme cela doit te servir, car nous ne supprimons aucune preuve admise jusqu’ici en cour laïque, mais seulement les batailles, et sache bien que ton adversaire pourra répliquer contre les témoins.

Et quand on aura ainsi parlé à celui qui veut appeler, s’il ne persiste pas, il le peut sans peine et sans danger ; s’il persiste, il fera son appel suivant la coutume du pays et aura ses délais et ajournements. Et celui qu’il appellera aura ses défenses et ajournements suivant la coutume du pays. Et lorsqu’on en sera au point où il y avait lieu à bataille, celui qui prouvait par bataille prouvera désormais par témoins. Et les juges feront venir les témoins aux frais de celui qui les requiert.

C’est de cette façon qu’on agira pour toutes les affaires de trahison, de rapt, d’incendie, de larcin et de tous crimes où il y ait danger de perdre la vie ou un membre, là où autrefois on se servait du duel. Dans tous les cas, si quelqu’un est accusé devant un bailli, celui-ci entendra l’exposé de la querelle jusqu’au moment de faire la preuve. À ce moment, il nous en saisira, et, pour entendre les preuves, il fera venir un de ceux que nous envoyons pour rendre les jugements.

Si quelqu’un est convaincu de faux témoignage dans un procès de ce genre, il sera à la disposition de la justice. Donc, nous supprimons pour toujours les batailles dans notre domaine, et pour tout le reste, nous voulons que les choses se passent comme il a été dit plus haut, de façon à ce que nous puissions ajouter, diminuer et modifier quand il nous plaira, si nous voyons que ce soit utile » 1.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin