La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

N° 20
Novembre 2001
Les catégories socioprofessionnelles en Languedoc-Roussillon
Résultats complémentaires du Recensement de la Population 1999
En 1999, les traits qui caractérisent le Languedoc-Roussillon dans le paysage social et professionnel français sont : un
poids des retraités plus important, une activité féminine moindre que dans le reste du pays, une agriculture encore bien
implantée, une forte présence d’artisans, de commerçants et de professions libérales.
Pourtant des évolutions ont eu lieu entre 1990 et 1999. La progression est soutenue pour les employés et les retraités qui
restent les catégories les plus nombreuses, elle est moins marquée chez les cadres et les professions intellectuelles
supérieures. A l’inverse la chute est importante pour l’effectif des ouvriers non qualifiés et des artisans. Parmi les pro-
fessions intermédiaires, ce sont les professions liées à la santé et à l’enseignement qui se développent le plus. Les fem-
mes sont plus actives et plus diplômées qu’en 1990, elles accèdent plus fréquemment à des catégories sociales élevées.
en France. Les migrations de retrai-Le Languedoc-Roussillon La part des retraités est plus faible
(1)tés participent à cette évolution: autour des grandes agglomérationsse distingue par une pré-
12 % des retraités ne résidaient passence plus marquée des
en Languedoc-Roussillon en 1990.
personnes sans activité Elles sont très importantes chez les
professionnelle anciens cadres (22 %), mais le sont
moins chez les artisans, commer-
En 1999, 51 % de la population çants ou chefs d’entreprises (10 %)
régionale des 15 ans et plus étaient et quasi inexistantes chez les
sans activité professionnelle, contre anciens agriculteurs et exploitants.
Nîmes
46 % en France. Le poids des retrai-
Montpelliertés, surtout d’anciens cadres et Les bassins d’emploi de Montpellier
employés, mais également la sous- et de Nîmes hébergent moins de
Béziersactivité féminine ne sont pas étran- retraités comparativement à l’en-
gers à ce constat. En effet, les retrai- semble de la population. A contrario, Narbonne
tés représentent 24,6 % des 15 ans les bassins d’emploi de Perpignan et
Part des retraités en %et plus, contre 22,1 % en France. En de Béziers hébergent près de 27 % dans la population des plus de 15 ans
34 ou plusLanguedoc-Roussillon, la popula- des retraités contre seulement 24 % Perpignan de 30 à 34
de 26 à 30tion, plus âgée induit plus de départs de la population. La répartition des de 22 à 26
moins de 22en retraite. Ainsi, entre 1990 et 1999, retraités selon leurs anciennes acti-
le nombre d’anciens actifs a aug- vités est fortement liée à la réparti-
© IGN - INSEE 2001
menté de près de 18 % contre 15 % tion des activités de la zone. Sur le
(1) cf. Repères synthèse n° 15 - octobre 2001
Magalie DINAUCOURT
Cette étude a bénéficiée d’un financement de la délégation régionale du Tourisme,
du comité régional du Tourisme et de la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie
Bernard TAILHADESPopulation de 15 ans ou plus par sexe et catégorie socioprofessionnelle - Languedoc-Roussillon
Catégorie socioprofessionnelle 1999 Evolution (%) Part des femmes (%)
Effectif % 1990-1999 en 1999 en 1990
Ensemble 1 916 109 100 + 9,2 52,5 52,2
Agriculteurs exploitants 29 819 2 - 30,7 26,4 30,6
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 80 179 4 - 4,9 30,2 31,9
Cadres et professions intellectuelles supérieures 96 393 5 + 19,5 35,0 31,4
Professions intermédiaires 201 725 11 + 31,4 49,2 45,1
Employés 305 040 16 + 23,9 74,0 75,3
Ouvriers 220 317 11 - 6,8 16,6 17,2
Retraités 471 912 25 + 17,9 47,0 44,2
Autres personnes sans activité professionnelle 510 724 27 + 0,0 69,7 74,2
Source: Insee, Recensements de la population de 1990 et 1999
Population de 15 ans ou plus par sexe et catégorie socioprofessionnelle - France métropolitaine
Catégorie socioprofessionnelle 1999 Evolution (%) Part des femmes (%)
Effectif % 1990-1999 en 1999 en 1990
Ensemble 48 068 377 100 4,8 52,0 51,9
Agriculteurs exploitants 642 167 1 -36,6 31,8 37,0
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 1 659 052 3 -9,0 29,2 32,2
Cadres et professions intellectuelles supérieures 3 165 335 7 17,5 34,8 30,9
Professions intermédiaires 5 762 885 12 22,3 48,1 44,5
Employés 7 809 091 16 13,0 76,5 77,8
Ouvriers 7 061 742 15 -7,4 20,2 21,0
Retraités 10 634 443 22 15,3 51,1 49,8
Autres personnes sans activité professionnelle 11 333 662 24 -4,6 67,0 70,4
Source: Insee, Recensements de la population de 1990 et 1999
bassin d’emploi de Montpellier, les augmentation, reste en deçà du taux augmentation plus prononcée en
retraités sont plutôt d’anciens cadres, national. Ceci implique une sur-repré- Languedoc-Roussillon, + 9,1 % entre
à Alès-La Grand-Combe, ce sont sentation de femmes languedocien- 1990 et 1999, contre + 1,8 % en
davantage d’anciens ouvriers. En nes sans activité professionnelle. De France de Province, les agriculteurs
Lozère où est dénombré un grand plus, l’effet des migrations est loin d’ê- sur grande exploitation restent sous-
nombre d’agriculteurs, les retraités tre minime: + 32400 personnes de représentés dans la région, surtout en
agricoles représentent plus d’un moins de 60 ans sans activité profes- raison du poids important de la viticul-
(2).retraité sur quatre. sionnelle sont venues s’installer en ture . Le métier de viticulteur notam-
Languedoc-Roussillon entre 1990 et ment reste une des professions
1999. Parmi les nouveaux arrivants, caractéristiques de la région.
29 % sont sans activité, contreUne moindre activité
26 % chez les personnes rési- Lozère et Audeféminine
dant déjà en Languedoc- principaux départements agricoles
Roussillon en 1990.La catégorie «autres personnes sans
activité professionnelle»comprend :
les élèves ou étudiants, les militaires
du contingent, les chômeurs n’ayant Plus d’agriculteurs sur
jamais travaillé (Cf. définitions p. 5). grande exploitation et
Elle inclut également les personnes d’ouvriers agricoles
réellement sans aucune activité pro-
En Languedoc-Roussillon l’ef-fessionnelle. Nîmes
fectif d’agriculteurs sur petiteParmi ces dernières, 85 % sont des
Montpellieret moyenne exploitation sefemmes, notamment des femmes
réduit au fil des années. Cettedites «au foyer». Le Languedoc-
Béziersmutation de l’agriculture n’estRoussillon se distingue de la moyen-
Narbonnepas propre à la région et sene française essentiellement par la
constate sur l’ensemble de laproportion de ces personnes. Celle-ci
Part des agriculteurs en %
dans la population des plus de 15 ansFrance, hors Ile-de-France.est supérieure de 4 points à celle rele-
12 ou plus
PerpignanToutefois, l’évolution est moinsvée au niveau national: 15 % contre de 5 à 12
de 3 à 5marquée en Languedoc-11 % en France. de 1 à 3
moins de 1Roussillon qu’au niveau natio-Le taux d’activité féminine du
nal. A contrario, malgré uneLanguedoc-Roussillon, malgré son © IGN - INSEE 2001
(2) Voir AGRESTE Languedoc-Roussillon «Recensement Agricole 2000 - Premiers résultats».
2 Les catégories socioprofessionnelles en Languedoc-Roussillon — Résultats complémentaires RP 99 © INSEE 2001ment agricole du Languedoc-
Les catégories socioprofessionnelles les plus spécifiques Roussillon. En 1999, ce département
au Languedoc-Roussillon en 1999 Unités: nombre et indice concentre 3 % de la population régio-
(1) nale, mais 12 % des agriculteurs lan-Catégories socioprofessionnelles Effectifs en 1999 Indice de spécificité
guedociens et 19 % des agriculteursOuvriers agricoles 22 930 1,62
sur grande exploitation. Le bassinProfessions de l'information des arts et spectacles 8 880 1,45
Agriculteurs sur petite exploitation 7 080 1,37 d’emploi de Béziers regroupe lui aussi
Anciens cadres 34 920 1,36 un grand nombre d’agriculteurs: plus
Personnes diverses sans activité professionnelle
de 4500, soit 15 % des agriculteurs,de 60 ans et plus (sauf retraités) 114 700 1,36
mais à la différence de la Lozère, ceChômeurs n'ayant jamais travaillé 19 070 1,32
Professions libérales 15 970 1,26 sont surtout des agriculteurs sur
Commerçants et assimilés 36 550 1,26 moyenne exploitation. 25 % des
Anciens professions intermédiaires 73 190 1,22
ouvriers agricoles sont regroupésArtisans 38 240 1,21
dans la région nîmoise. La professionAnciens employés 155 840 1,20
Agriculteurs sur moyenne exploitation 9 510 1,18 d’agriculteur reste la moins dispersée géographiquement sur la région. La
de moins de 60 ans (sauf retraités) 164 030 1,14
baisse des effectifs et principalement
ceux des petites et moyennes exploi-Les catégories socioprofessionnelles les moins spécifiques
tations accentue cette concentrationau Languedoc-Roussillon en 1999
sur le territoire.
(1)Catégories socioprofessionnelles Effectifs en 1999 Indice de spécificité
Cadres administratifs et commerciaux d'entreprise 18 810 0,88
Clergé, religieux 750 0,87 Recul des artisans exception
Chauffeurs 21 860 0,84 faite des coiffeurs,
Chefs d'entreprise de 10 salariés ou plus 5 390 0,84
Militaires du contingent 2 930 0,81 boulangers, mécaniciens et
Contremaîtres et agents de maîtrise 17 840 0,78 artisans des métiers de l’art
Agriculteurs sur grande exploitation 13 230 0,74
Anciens agriculteurs exploitants 38 880 0,74
Techniciens 25680 0,72 Malgré la baisse générale de l’artisa-
Ouvriers qualifiés de la manutention, du magasinage nat et du commerce traditionnel en
et des transports 11 240 0,70 France, le Languedoc-Roussillon seIngénieurs et cadres techniques d'entreprise 13 520 0,66
distingue encore par une forte pré-Ouvriers non qualifiés de type industriel 37 870 0,51
Ouvriers qualifiés de type industriel 32 770 0,49 sence d’artisans et de commerçants.
Entre 1990 et 1999, le nombre d’arti-
(1) Voir définitions page 5
sans, de commerçants et de chefsSources : Insee - Recensement de la population de 1999
d’entreprises a diminué de 4200: Ils
Les ouvriers agricoles languedociens ron au cours des années 90. ne sont plus que 80200 en 1999.
suivent la tendance nationale: après Avec 23000 ouvriers agricoles, le Cette baisse est principalement impu-
avoir connu une baisse de près de Languedoc-Roussillon maintient sa table aux artisans (- 2700). Le nomb-
6 % entre 1982 et 1990, leur nombre particularité locale. re d’aides familiaux s’est réduit de
a progressé à nouveau de 6 % envi- La Lozère est le principal départe- 3 800 unités entre 1990 et 1999 rame-
nant ainsi son effectif à 1600. Les
artisans bouchers, maçons, plâtriers,
Le développement de l’activité féminine depuis 25 ans entraîne
de la peinture et des finitions du bâti-l’augmentation du nombre des retraitées
ment, menuisiers ont également
Evolution des 15 ans ou plus par sexe et catégorie socioprofessionnelle perdu de leurs effectifs contrairement
Unité : nombreentre 1990 et 1999 en Languedoc-Roussillon aux artisans coiffeurs, artisans de
l’art, artisans boulangers et artisans
Agriculteurs exploitants
mécaniciens dont le nombre a aug-Femmes
Artisans, commerçants menté significativement. Quant à la
et chefs d’entreprise Hommes catégorie socioprofessionnelle des
Cadres et professions
intellectuelles supérieures commerçants, elle n’a perdu que
2,5 % de ses effectifs contre 10 % en
Professions intermédiaires France: ce sont essentiellement chez
les petits grossistes et détaillants queEmployés
la baisse est la plus importante, alors
Ouvriers que les moyens grossistes et
détaillants gagnent du terrain.
Retraités
Si le nombre de chefs d’entreprise de
10 salariés a progressé de 4,6 % enAutres personnes
sans activité professionnelle France, hors Ile-de-France, il a baissé
- 30 000 - 10 000 + 10 000 + 30 000 + 50 000 de 9 % en Languedoc-Roussillon. Le- 20 000 0 + 20 000 + 40 000
nombre des dirigeants d’entreprises
Source: Insee, Recensements de la population de 1990 et de 1999
de 10 à 49 salariés, s’est accru uni-
© INSEE 2001 Les catégories socioprofessionnelles en Languedoc-Roussillon — Résultats complémentaires RP 99 3Les artisans : plus présents autour de Mende, Forte concentration des cadres
dans le Gard et les Pyrénées-Orientales autour de Montpellier et Nîmes
NîmesNîmes
Montpellier Montpellier
BéziersBéziers
NarbonneNarbonne
Part des cadres en %
dans la population des plus de 15 ansPart des artisans en %
dans la population des plus de 15 ans 9 ou plus
Perpignan Perpignan de 5 à 96 ou plus
de 3 à 5de 5 à 6
de 2 à 3de 4 à 5
moins de 2de 3 à 4
moins de 3
© IGN - INSEE 2001© IGN - INSEE 2001
quement pour les entreprises de ser- res (+ 600 entre 1990 et 1999), princi-…mais poursuite de leur
vices (+ 19 %). Le nombre de respon- palement de cadres et d’ingénieursconcentration géographique
sables d’entreprises commerciales, techniques d’entreprises.
sur Montpellier etde l’industrie, des transports, et du
Bagnols/Cèzebâtiment ou des travaux publics, a
diminué, surtout pour ces dernières Développement des profes-Une large partie des cadres régio-
(- 26 %). sions intermédiaires liées ànaux, notamment ceux de la fonction
publique, mais aussi les professeurs, la santé et à l’enseignement
professions scientifiques et les ingé-
nieurs et cadres techniques d’entre-Moindre augmentation des En Languedoc-Roussillon, une per-
prises, réside dans le bassin d’emploi sonne de 15 ans et plus sur 10 secadres: + 2 % par an en
de Montpellier, où siège une grande déclare dans la catégorie des profes-moyenne contre + 5,1 % majorité d’administrations régionales sions intermédiaires en 1999, contre
entre 1982 et 1990… et d’universités. Parmi les cadres et près d’une sur 12 en 1990.
professions intellectuelles supérieu- L’allongement de l’espérance de vie
Les cadres et professions intellectuel- res, plus d’un cadre sur quatre est ainsi que les avancées technolo-
les supérieures languedociens ont arrivé dans la région depuis 1990, soit giques médicales nécessitent de plus
connu une augmentation de 2 % en 27 500. Une large partie vient d’Ile-de- en plus de postes qualifiés dans le
moyenne annuelle, contre 5 % entre France, de Provence-Alpes-Côte domaine médical et social: Ainsi, les
1982 et 1990. En fait, ce sont essen- d’Azur ou de Rhône-Alpes. 2 cadres professions intermédiaires de la santé
tiellement les professeurs et profes- nouveaux sur 5 s’installent sur le bas- et du travail social ont-elles connu
sions scientifiques, les ingénieurs et sin d’emploi de Montpellier, perpé- une augmentation de 38 %, évolution
cadres techniques d’entreprises qui tuant ainsi la concentration sur de 3 points supérieure à l’évolution
ont subi un ralentissement de la crois- Montpellier. L’augmentation modérée française, hors Ile-de-France. Si les
sance de leurs effectifs, passant de du nombre de cadres sur la région professions intermédiaires ont forte-
7 % d’augmentation annuelle moyen- entraîne une stagnation de la part de ment progressé, c’est aussi en raison
ne à 2 %. Dans une moindre mesure, ces derniers dans la population des de la forte augmentation des institu-
les professions libérales admettent le 15 ans et plus aux alentours de 5 %. teurs et assimilés. Alors qu’entre 1982
même schéma puisqu’elles passent et 1990, ils avaient perdu 0,5 % de
d’une croissance de 3,5 % par an Le bassin d’emploi de Bagnols/Cèze leurs effectifs en moyenne annuelle,
entre 1982 et 1990 à 1,4 % entre présente également un indice de spé- entre 1990 et 1999 ils ont progressé
1990 et 1999. Les médecins libéraux cifité des cadres élevé. Le nombre de de 3,8 % par an en moyenne. Les
et chirurgiens-dentistes ont gardé un cadres y a augmenté de 15 % en 9 professions intermédiaires adminis-
effectif constant. En 1999, le ans. Sur les 5 000 cadres recensés en tratives et commerciales des entrepri-
Languedoc-Roussillon compte deux 1999, plus de 2000 sont nouvelle- ses continuent également de progres-
fois plus d’avocats qu’en 1990. Les ment arrivés sur cette zone. La proxi- ser de 1900 personnes par an
professions de l’information des arts et mité de la vallée du Rhône avec des entre 1990 et 1999 contre 2000
du spectacle continuent quant à elles industries de haute technologie et entre 1982 et 1990.
de progresser de plus de 5 % par an. d’Avignon explique cet afflux de cad-
4 Les catégories socioprofessionnelles en Languedoc-Roussillon — Résultats complémentaires RP 99 © INSEE 2001Les professions des nouveaux arrivants en 1999 Part des nouveaux arrivants dans chaque catégorie
Languedoc-Roussillon socioprofessionnelle en 1999
(*)Près d’une personne sur deux arrivant dans la région Plus d’un cadre sur quatre ne résidait pas
n’a pas d’activité professionnelle Unité : % en Languedoc-Roussillon en 1990 Unité: %
Agriculteurs exploitants Agriculteurs exploitants
Artisans, commerçants Artisans, commerçants
et chefs d’entreprise et chefs d’entreprise
Cadres et professions Cadres et professions
intellectuelles supérieures intellectuelles supérieures
Professions intermédiaires Professions intermédiaires
Employés Employés
Ouvriers Ouvriers
Retraités Retraités
Autres personnes Autres personnes
sans activité professionnelle sans activité professionnelle
0 10 20 30 40 50 0 10 20 30 40 50(*) Personne de 15 ans et plus
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Progression soutenue Des ouvriers plus qualifiés
Elle complète ainsi la premièredes employés exploitation statistique, qui donne
En France, le nombre d’ouvriers a une répartition détaillée de la popula-
diminué entre 1990 et 1999. Le tion totale par sexe et âge, type d’ac-Mises à part les personnes sans acti-
Languedoc-Roussillon ne fait pas tivité et statut professionnel, nationa-vité, «Employé» reste la catégorie
lité, les migrations depuis 1990, laexception à ce phénomène avec unesocioprofessionnelle la plus répan-
formation, ainsi qu’une descriptionbaisse de 7 %, soit 16 000 ouvriers dedue: 16,5 % des 15 ans et plus en détaillée des caractéristiques des
moins. Ce sont surtout les ouvriers1999, proportion équivalente à la pro- logements.
non qualifiés de l’industrie qui ont étéportion nationale. En France, cette À l’exception de certaines zones pour
les plus touchés. Ils ne sont plus que lesquelles l’exploitation est exhausti-catégorie a augmenté de 13 %, en
ve (DOM, Corse, Zones Urbaines38900, contre 51600 en 1990, soitLanguedoc-Roussillon, elle a pro-
Sensibles de moins de 2000 habi-une baisse de 27 %. De même, lesgressé de près de 24 %.
tants et environ 70 communes deeffectifs des ouvriers qualifiés de typeLes employés de commerce et des métropole), l’exploitation complé-
industriel ont diminué de 9 % entreservices directs aux particuliers ont mentaire procède par sondage au
1990 et 1999. Le nombre des ouvriersgagné 32 % de leurs effectifs en 9 quart et ne fournit des résultats signi-
non qualifiés de type artisanal n’a ficatifs que pour des zones géogra-ans, soit 26 300 personnes, ce qui est
phiques d’une certaine taille (au mini-diminué que de 600 personnes, cont-plus qu’en France où l’augmentation
mum 2000 habitants).re une légère augmentation de 1 %n’a été que de 28 %. Parmi les
chez les ouvriers qualifiés de typeemployés, la croissance la plus L’incertitude liée à l’échantillonnage
artisanal. importante concerne les policiers et est essentiellement fonction de l’ef-
fectif x à estimer; en premièremilitaires. (+ 4,4% en moyenne
approximation, on peut prendreannuelle, contre 0,8 % entre 82 et L’exploitation complémentaire comme intervalle de confiance à 95 %:90). En effet, les hommes de rang ont du recensement ± x.
plus que doublé leurs effectifs entre de la population Le tableau ci-dessous donne des inter-
1990 et 1999. La réforme du service valles de confiance ainsi calculés pourL’exploitaire du recen-
national en 1996, prônant la nécessi- quelques valeurs de x:sement de la population de 1999 per-
té d’un passage d’une armée de met d’obtenir des résultats sur les ques- Résultat Intervalle
conscription à une armée profession- tions non traitées lors de l’exploitation de confiance à 95 %
principale, car les données n’étaientnelle a conduit à recruter. Egalement
1000000 996000 — 1004000pas disponibles: description desen forte progression, les agents de
1000 870 — 1130familles, catégorie socioprofessionnelle
sécurité et de surveillance sont pas- 100 60 — 140et activité économique.
sés d’un effectif de 2700 à 4200.
Définitions
Catégorie socioprofessionnelle: L'étude porte sur les individus comptés au lieu de résidence. La nomenclature utilisée est la nomenclature des
Professions et Catégories Socioprofessionnelles de 1982 pour décrire l'univers des professions. La nomenclature distingue la profession déclarée des
actifs ayant un emploi et des chômeurs ayant déjà travaillé.
La catégorie des « retraités » regroupe tous les anciens actifs. autres personnes sans activité professionnelle » englobe les chômeurs n’ayant jamais travaillé, les militaires du contingent, les élè-
ves et étudiants ainsi que toutes les personnes sans activité professionnelle de moins ou plus de 60 ans (sauf les retraités).
Nouveaux arrivants: Personnes recensées le 8 mars 1999 dans la région, au titre de leur résidence principale, quelle que soit leur nationalité et
qui ont déclaré ne pas habiter dans la région le 1° janvier 1990.
Indice de spécificité : Pour une catégorie socioprofessionnelle (CS), l’indice de spécificité d’une région (ou d’un bassin d’emploi) est obtenu en
divisant le pourcentage de cette catégorie dans l’ensemble des catégories de la région (ou du bassin d’emploi) par le pourcentage de la catégorie dans
l’ensemble des catégories de la zone de référence, ici la France hors Ile-de-France (ou la région). L’indice de spécificité est le rapport entre le poids
de la région pour une CS donnée et le poids de la région pour l’ensemble des CS.
© INSEE 2001 Les catégories socioprofessionnelles en Languedoc-Roussillon — Résultats complémentaires RP 99 5

Plus actives et plus diplômées,
les femmes accèdent davantage à des catégories sociales élevées
Augmentation de l’activité féminine et niveau de diplôme plus élevé, tels sont les deux faits marquants qui modifient le paysage socioprofessionnel des
femmes. Si elles restent majoritaires parmi les personnes sans activité la part des femmes sans activité (autre que retraitées) a tendance à baisser:
41,4 % en 1990, contre 35,4 % en 1999. Elles sont davantage présentes sur le marché du travail, et leurs positions socioprofessionnelles se modi-
fient.
3 grands groupes de catégories socioprofessionnelles se distinguent au regard de leurs taux de féminisation en 1990 et 1999 et de leur évolution en
effectifs féminins entre 1990 et 1999:
- Les métiers rassemblant les instituteurs, les professions intermédiaires de la santé et du travail social, les employés (hors policiers et militaires) sont
composés essentiellement de femmes: 76 % en moyenne. L’augmentation des effectifs dans ces métiers est fortement portée par l’augmentation des
effectifs féminins. Chez les professions intermédiaires de la santé et du travail, sur 12600 personnes supplémentaires, on dénombre 9411 femmes.
- Un deuxième groupe, composé des agri-
culteurs, artisans, commerçants, chefs
d’entreprises, ingénieurs et cadres tech-
Les 15 métiers les plus représentés en Languedoc-Roussillon en 1999niques d’entreprise, techniciens, contre-
Pour les hommes : un homme sur cinq déclare excercer l'un de ces 15 métiersmaîtres, agents de maîtrise, policiers et
Unités: nombre et %ouvriers est très peu féminisé. L’évolution
des femmes dans ces métiers reste Effectifs en 1999 % du total homme
modérée, à la hauteur de leur part dans
Conducteurs routiers et grands routiers (salariés) 9 690 2,24
les effectifs. Toutefois à un niveau plus fin, Maçons qualifiés 8 170 1,89
certains métiers s’ouvrent aux femmes de Ouvriers de la viticulture et de l'arboriculture fruitière 6 400 1,48
manière plus prononcée, comme les ingé- Agents de service de la fonction publique (sauf écoles, hôpitaux) 1,48
nieurs et cadres techniques, passant d’un Ouvriers non qualifiés du gros oeuvre du bâtiment 6 010 1,39
taux de féminisation de 9 % à 14 % ou Artisans maçons, plâtriers 5 770 1,34
encore les artisans boulangers où le nom- Hommes du rang 5 260 1,22
bre de femmes a été multiplié par 4,5 en Ouvriers non qualifiés du second oeuvre du bâtiment 5 220 1,21
9 ans, alors que le nombre d’hommes y Viticulteurs, arboriculteurs fruitiers sur grande exploitation 5 110 1,18
Professeurs agrégés et certifiés 5 110 1,18est en baisse.
Manutentionnaires, agents non qualifiés des services - Enfin les catégories sociales moyenne-
d'exploitation des transports 5 070 1,17ment féminisées, 35 % en moyenne, où la
Serveurs et commis de restaurant ou de café 5 030 1,16part des femmes tend à augmenter. On y
Conducteurs-livreurs, coursiers (salariés) 4 830 1,12retrouve tous les cadres et professions
Agents de police 4 540 1,05intellectuelles supérieures hors ingénieurs
Nettoyeurs 4 450 1,03et cadres techniques d’entreprise, les pro-
fessions intermédiaires administratives.
Pour les femmes : 15 métiers qui représentent presque l'activité d'une femme sur deux
En 1990, 31,4 % des cadres étaient des
femmes, en 1999, elles en représentent Effectif % du total femme
35 %. Le nombre de cadres administratifs
Secrétaires 20 300 5,91et commerciaux d’entreprises a augmenté
Assistantes maternelles, gardiennes d'enfants,
de près 1 500 en 9 ans. Le nombre d’hom-
travailleuses familiales 18 020 5,25
mes y est constant (13300) alors que
Commis, adjoints administratifs 16 340 4,76
celui des femmes est passé de 4000 à Aide-soignantes (du public ou du privé) 12 290 3,58
5 500. La fonction publique voit également Agents de service hospitaliers 11 190 3,26
ses cadres se féminiser, de 25 % à 33 %. Institutrices 9 340 2,72
A noter, la progression du nombre d’avo- Infirmières en soins généraux salariées 8 990 2,62
cats et de notaires: 720 avocats et notai- Employées des services comptables ou financiers 8 630 2,51
res supplémentaires en Languedoc- Agents de service de la fonction publique (sauf écoles, hôpitaux) 8 090 2,36
Roussillon, dont 340 femmes et 380 hom-s de service des établissements d'enseignement 7 760 2,26
Professeurs agrégés et certifiés 6 870 2,00mes.Tandis qu’en 1990, la part des fem-
Caissières de magasin 6 640 1,94mes était de 25 %, elle atteint alors 35 %.
Employées de maison et femmes de ménageToutefois, certains métiers traditionnelle-
chez des particuliers 6 450 1,88ment très féminisés le demeurent: c’est
Employées administratives diverses d'entreprise 5 630 1,64en particulier le cas des secrétaires, des
Serveuses et commis de restaurant ou de café 5 520 1,61assistantes maternelles, des esthéticien-
nes, des employés de maison, où le pour-
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
centage de femmes atteint plus de 95 %.
Pour en savoir plus
«Les métiers se redéploient sur le territoire métropolitain», Recensement de la population de 1999, B. Aubry - INSEE - Alsace
- 2001.
«L'espace des métiers de 1990 à 1999», Recensement de la population de 1999,Thomas Amossé - INSEE Première N° 790
- Juillet 2001.
«Professions et activités dans les départements du Languedoc-Roussillon», Résultats complémentaires du Recensement de
osla population de 1999, Repères Synthèse N 16 à 19 - INSEE Languedoc-Roussillon - Novembre 2001
www.insee.fr Prix: 4 F (26,24 F)
ISSN n° 1286-4218Directeur de la publication: Pierre JOLY
Sage: SYN012036INSEE Languedoc-Roussillon — 274, allée Henri II de Montmorency — 34064 Montpellier CEDEX 2
© INSEE 2001Téléphone: 0467157000 — Télécopie: 0467157171 — Mél: info-languedoc-roussillon@insee.fr