Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les ménages à bas revenus et le coût du logement

De
4 pages
Le coût du logement croît plus vite que les ressources des ménages à bas revenus, nombreux en Nord-Pas-de-Calais. Pour ces ménages, devenir propriétaire devient plus difficile, même si l'aide publique à l'accession réduit le coût des emprunts. Les ménages les moins solvables s'orientent ainsi vers le parc locatif, où les aides au logement parviennent à compenser la hausse des loyers. L'effort financier des ménages, aides déduites, est plus élevé dans le secteur privé que dans le secteur social, touchant en premier lieu les ménages modestes.
Voir plus Voir moins
2,3 N°11  DÉCEMBRE 2004 Les ménages à bas revenus etle coût du logement En 2002, la région compte environ 600 000 ménages pauvres ou modestes. Leurs revenus, en hausse de +1,5% en termes réels entre 1992 et 2001, ont crû moins vite que leurs dépenses de loyer ou de remboursement d’emprunt, qui ont augmenté de +11% sur la période (cf. tableau 1). Le coût du logement croît plus vite que les ressources des ménages à bas revenus, nombreux en NordPasdeCalais. Pour ces ménages, devenir propriétaire devient Parmi ces ménages à bas revenus, environ 240 000 ménages disposent de revenus annuels inférieurs à 7 300 euros par unité de plus difficile, même si l’aide publique à consommation, et sont dits ménages pauvres. C’est pourtant pour ces ménages que la hausse des loyers et des remboursements l’accession réduit le coût des emprunts. d’emprunts apparaît la plus élevée, en croissance de +19% sur la période. Les ménages dits modestes perçoivent des revenus Les ménages les moins solvables annuels plus élevés, compris entre 7 300 euros et 10 900 euros par unité de consommation. Ils rencontrent eux aussi des difficultés s’orientent ainsi vers le parc locatif, où importantes pour financer leur logement, en particulier pour accéder à la propriété. les aides au logement parviennent à DEVENIR PROPRIÉTAIRE RESTE UN PROJET compenser la hausse des loyers. DIFFICILEMENT RÉALISABLE L’effort financier des ménages, aides La réforme du financement du logement de 1977 avait encouragé l’accession pour les ménages à bas revenus, bénéficiant alors de déduites, est plus élevé dans le secteur prêts aidés ou réglementés, tandis que les taux d’intérêts réels étaient rendus très bas par l’inflation. Cette politique a permis privé que dans le secteur social,d’amener la part des ménages modestes propriétaires de leur logement à hauteur de 34% en 2001, un niveau comparable à celle touchant en premier lieu les ménagesdes ménages plus fortunés (cf. tableau 2). modestes.
Arnaud Degorre
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin