Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les naissances sont retardées mais la fécondité est stable - article ; n°4 ; vol.56, pg 611-644

De
37 pages
Population - Année 2001 - Volume 56 - Numéro 4 - Pages 611-644
Toulemon Laurent, Mazuy Magali.- Les naissances sont retardées mais la fécondité est stable Depuis 1976, année de stabilisation consécutive à la fin du baby-boom, le nombre de naissances est à peu près constant en France. Après avoir baissé au début des années 1990, il augmente depuis 1995 malgré la diminution du nombre de personnes en âge d'être parents : les premiers baby-boomers approchent de l'âge de la retraite, ils auront eu 2,1 enfants en moyenne par femme, mais auront été remplacés par des générations moins nombreuses à partir de 1973 en raison du retard de l'âge à la maternité. À cause de ce retard, l'indice conjoncturel de fécondité est stable depuis 1976 à un niveau plus faible, aux alentours de 1,8 enfant par femme; un modèle dans lequel la fécondité des femmes déjà mères varie avec l'âge du dernier enfant, et non avec l'âge de la mère, conduit à une estimation supérieure à 2,0 enfants par femme, proche de la descendance finale des générations. Cette dernière va baisser légèrement pour les générations nées après 1956, et pourrait se stabiliser aux alentours de 2,0 enfants par femme pour la génération 1970, en raison d'une légère augmentation de la part des femmes qui resteront sans enfant. Mis à part cette hausse de l'infécondité, la répartition des femmes selon le nombre d'enfants est remarquablement stable depuis vingt-cinq ans : les tailles de famille sont très homogènes, puisque près de deux femmes sur cinq ont exactement deux enfants.
Toulemon Laurent, Mazuy Magali.- Childbearing is delayed but fertility is stable The number of births in France has been roughly constant since 1976, the year of stabilization at the end of the baby boom. After declining in the early 1990s, it has been increasing since 1995 despite the fall in the number of people of an age to be parents: the first baby boomers now approaching retirement age will have had an average of 2.1 children per woman, but will be replaced by smaller cohorts after 1973 due to the delayed age at childbearing. This delay accounts for the total period fertility rate being stable since 1976 at a lower level, of around 1.8 children per woman; a model in which the fertility of women who are already mothers varies with the age of the last child, and not with the age of the mother, produces an estimate of over 2.0 children per woman, close to the completed cohort fertility. The latter will decline slightly for the post- 1956 birth cohorts, and is projected to stabilize at around 2.0 children per woman for the 1970 cohort, due to a slight increase in women who will remain childless. Notwithstanding this increase in childlessness, the distribution of women by number of children has been remarkably stable for twenty-five years: family sizes are very homogeneous since nearly two in five women have exactly two children.
Toulemon Laurent, Mazuy Magali.- Los nacimientos se retrasan pero la fecundidad permanece estable Desde 1976, айо de estabilización al final del baby-boom, el numero de nacimientos se ha mantemdo prácticamente constante en Francia. Los nacimientos disminuyeron a pnncipios de los aňos noventa y volvieron a aumentar a partir de 1995 a pesar de la disminución del numero de individuos en edad fecunda: los pnmeros baby-boomers, que se acercan a la edad de la jubilación, habrán tenido 2,1 hijos por mujer en promedio, pero serán reemplazados рог ge- neraciones menos numerosas a partir de 1973 debido al retraso de la edad a la maternidad. A causa de este retraso, el indice sintético de fecundidad se ha mantenido estable desde 1976 a un nivel más bajo, alrededor de 1,8 hijos por mujer. Si se estima la fecundidad de las mujeres que ya son madrés en función de la edad del ultimo hijo y no en función de la edad de la madré se alcanza un indice superior a 2,0 hijos por mujer, cercano a la descendencia final de las generaciones. A su vez, la descendencia final va a disminuir ligeramente entre las ge- neraciones nacidas después de 1956 y podria estabilizarse en un valor proximo a los 2,0 hijos por mujer para la generación de 1970, debido a un ligero aumento del numero de mujeres que no tendrán hijos. Dejando de lado el aumento de la infecundidad, la distnbución de las mujeres según el numero de hijos ha permanecido estable durante los últimos 25 aňos: el tarnaňo de las familias es muy homogeneo, ya que aproximadamente dos de cada cinco mujeres tienen exactamente dos hijos.
34 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin