Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Les Petits États d'Europe

De
102 pages

BnF collection ebooks - "L'Andorre est un très petit pays puisqu'il n'a que 462 kilomètres carrés et une population d'environ 5.000 habitants, mais il est aussi beau et aussi pittoresque qu'il est petit. Situé entre la France (Ariège) et l'Espagne (Catalogne, province de Lérida), c'est un véritable nid d'aigle, qui s'élève au milieu des Pyrénées, à une altitude moyenne de 1.800 mètres."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Introduction

Les traités de paix conclus à la suite de l’épouvantable guerre de 1914-1918 qui a bouleversé le monde, déraciné les plus anciennes dynasties, supprimé des empires, créé de nouvelles agglomérations politiques, modifié bien des frontières, ont maintenu et respecté les quatre petits États d’Europe : la République d’Andorre, les Principautés de Liechtenstein et de Monaco et la République de Saint-Marin 1.

Pour faire diversion aux difficultés politiques du jour et aux troubles économiques, il nous a paru intéressant de jeter un rapide coup d’œil sur les petits pays, en général si peu ou si mal connus, malgré l’intérêt qu’ils méritent aux points de vue de l’histoire, de la géographie et du folklore. Par une étrange coïncidence, ils sont tous situés dans des régions très pittoresques, que ce soit au cœur des Alpes ou des Pyrénées, aux sommets peuplés de chamois et d’isards, près de l’azur de la Méditerranée, ou sur les rocs imposants du Titan.

À la demande d’un grand nombre de lecteurs, nous avons réuni les quatre petits États en un seul volume. On pourra ainsi comparer les diverses constitutions de ces pays minuscules, si différents les uns des autres, mais tous aussi pittoresques et aussi curieux.

Duc ASTRAUDO.

1Il n’en a pas été de même du territoire neutre de Moresnet, situé à la frontière de l’Allemagne, de la Hollande, de la Belgique, qui a été annexé à cette dernière nation par le traité de Versailles. Moresnet, territoire neutre de 300 habitants et d’environ 350 hectares existait depuis le Congrès de Vienne. Ce territoire n’était guère connu que par la célèbre mine de zinc, « Vieille Montagne ». Le roi de Prusse voulait ce trésor et le roi de Hollande ne voulait pas s’en laisser dépouiller. On dut faire trois parts de Moresnet ; l’une demeura belge, l’autre à l’Est fut attribuée à la Prusse, entre les deux un territoire de forme allongée, mesurant quelques kilomètres carrés fut érigé en pays neutre, il fut placé sous le condominium de la Prusse et des Pays-Bas, et plus tard de la Belgique. Les habitants de Moresnet ne payaient que des impôts communaux et ne faisaient pas de service militaire. Le traité de Versailles a mis fin à cette situation. Un article spécial a rattaché à la Belgique le Moresnet neutre, devenu la commune de la Calamine ; quant au Moresnet belge, c’est aujourd’hui le Moresnet tout court. Le Moresnet prussien, fit, après le plébiscite de 1920, retour à la Belgique en même temps que le canton d’Eupen, ce fut le Neu-Moresnet.
Andorre

Son Histoire-Sa Constitution et Son Statut International

« L’Andorre, ce lambeau du Moyen Âge, que le temps n’a pas encore complètement emporté. »

BRUTAILS, de l’Institut.

L’Andorre est un très petit pays puisqu’il n’a que 462 kilomètres carrés et une population d’environ 5 000 habitants, mais il est aussi beau et aussi pittoresque qu’il est petit. Situé entre la France (Ariège) et l’Espagne (Catalogne, province de Lérida), c’est un véritable nid d’aigle, qui s’élève au milieu des Pyrénées, à une altitude moyenne de 1 800 mètres. La région est sauvage et grandiose : partout des pics neigeux et des cirques imposants. Les montagnes s’élèvent jusqu’à plus de 2 700 mètres, comme les pics de Casamanya et Cuvil. Mais si le panorama des sommets Andorrans est majestueux, ses torrents, ses étangs, ses lacs, ses nombreuses cascades, ravissent encore davantage les touristes toujours plus nombreux, qui s’aventurent dans ce merveilleux pays, qui a su conserver à travers les âges ses coutumes, ses traditions, le cachet particulier de ses villages, ses costumes et ses vieilles chansons.

Le touriste qui vient d’Ax-les-Thermes doit, pour se rendre en Andorre, prendre le train jusqu’à l’Hospitalet (Compagnie du Midi). De l’Hospitalet à Soldeu, premier village Andorran, 27 kilomètres de route par le mont d’Envalira (2 407 m.). De Soldeu à Encamp (3 heures de marche), il n’y a plus qu’un sentier muletier1. À Encamp le progrès reprend ses droits et il y a un service d’autocars très modernes qui, en 7 kilomètres, vous conduit à Andorre-la-Vieille, en passant par Les Escaldas, sources sulfureuses assez fréquentées. Le contraste est frappant entre les vertes et fertiles vallées de l’Ariège et celles d’Andorre si désertiques, avec çà et là quelques rares villages bâtis en pierres grises et recouverts d’ardoises. Les habitants sont peu nombreux, relativement à l’étendue du territoire, et seules les clochettes des troupeaux (l’élevage des bœufs, moutons, chèvres et porcs est très important en Andorre) et les caravanes de mules, harnachées à l’espagnole, c’est-à-dire avec des pompons aux couleurs chatoyantes verts, bleus, jaunes, rouges, mettent un peu d’animation sur les routes poussiéreuses qui, je vous l’assure, n’ont rien des autostrades. Mais le progrès pénètre quand même dans le pays, et il y a déjà en Andorre quelques services d’autocars très confortables. De France on peut aussi se rendre à Andorre-la-Vieille par Puicerda, où on quitte le train pour prendre un autocar qui, par La Seo d’Urgel et San Julia-de-Loria, vous transporte à la capitale de ce pays si original.

Andorre-la-Vieille (500 habitants) à 1 029 mètres d’altitude, au pied du Mont Anclar (2 327 mètres) est un village aux constructions vieilles et sombres, à part quelques jolies maisons à balcons, habitations de riches Andorrans. Aucun monument à signaler, à part la Casa de la Vall (palais de la Vallée), construit en 1580 ; c’est un édifice lourd et massif qui a l’aspect d’un château-fort, avec sa tourelle défensive, mais forteresse qui n’a jamais été utilisée, car l’Andorre est l’État le plus pacifique du monde, malgré le sang assez chaud de ses habitants. Ce qui attire l’attention à la Casa de la Vall, où flotte le drapeau Andorran2, c’est l’écusson en marbre blanc qui en surmonte l’entrée, avec les armoiries d’Andorre qui se lisent :

« Parti au premier d’argent à la mitre épiscopale au naturel : coupé de gueules à la crosse d’or emmanchée d’argent, qui indique la suzeraineté de l’évêque d’Urgel ; au deuxième d’or, à trois pals de gueules, coupé d’or à deux vaches passantes de gueules, accornées, accolées et clarinées d’azur, qui est de Foix-Béarn. »

ANDORRE-LA-VIEILLE (1 029 mètres d’altitude)

Le blason est surmonté des devises :

Do mus concilli, sedes justitiœ et Virtus unita fortiro.

La Casa de la Vall est à la fois le siège du Gouvernement, le palais de Justice, la prison d’État et l’école. Le rez-de-chaussée est réservé aux écuries destinées à abriter les mules de Leurs Excellences les Conseillers lors des sessions du Conseil Général, environ cinq fois par an. Au premier étage, la salle où siège le Conseil Général des Vallées, renfermant la célèbre armoire aux six serrures, une par paroisse. À l’entrée de la salle, un vestibule où sont suspendues les houppelandes gris foncé, d’aspect ecclésiastique, et les bicornes dont les Conseillers se parent dans les grandes circonstances. Puis, à côté les unes des autres, les salles de réfectoire, les cuisines, le dortoir, car les Conseillers sont logés et nourris ; enfin, la salle d’école, bien modeste, avec de vieux bancs et une chaire branlante, et, aux murs, quelques cartes datant d’au moins dix lustres. À signaler un portrait du Président Doumergue, seule chose qui rappelle la France.

Les rivières et les torrents sont très nombreux en Andorre, tous très poissonneux ; les truites saumonées y abondent ; les plus importants sont le Valira del Orien et le Valira del Nort, qui se réunissent sous les murs d’Andorre-la-Vieille pour former le Gran Valira, qui se jette dans la Ségre, à La Seo d’Urgel, cité à huit heures de Perpignan et de Barcelone.

La constitution archaïque d’Andorre n’est pas pour faciliter les progrès de la civilisation ; cependant, depuis deux ou trois ans, on constate de grands changements, d’excellents, comme l’usage de l’électricité, non seulement pour l’éclairage, mais dans quelques endroits pour la cuisine, des magasins aux devantures aguichantes, des bureaux de poste neufs, d’autres progrès très modernes, mais plus discutables, comme la mode des cheveux à la Ninon et les robes courtes pour les dames et les vestons de bonne coupe pour les hommes. Sur la grande place d’Andorre on danse plus souvent, le dimanche, le tango et le fox-trott que les vieilles danses du pays, si pittoresques. Quant aux vieux costumes, il n’y a plus que les « anciens » pour les porter, et c’est bien rarement qu’on voit aujourd’hui le bonnet écarlate, la veste de velours, la ceinture noire, la culotte et les bas blancs. Les amateurs de folklore ne peuvent que le déplorer.

Par exemple, un changement désiré par tous les Andorrans, c’est la modification du régime de la propriété et de la transmission des biens. On a dit souvent que le droit d’aînesse existait en Andorre, comme en Angleterre ; c’est une erreur, mais le père de famille (cap di casa) a le droit de choisir son héritier, ce qui revient à peu près au même. Généralement le cap di casa choisit son héritier le jour de son mariage. Le régime des ventes est aussi très défectueux ; les ventes, en effet, sont toujours révocables et le vendeur (ou ses descendants) peut toujours les racheter.

La fête nationale d’Andorre se célèbre le 8 septembre. C’est une solennité religieuse en l’honneur de la Vierge Miraculeuse, « Nostra Senyora de Merïtxell », patronne d’Andorre, fête officielle depuis le 24 octobre 1873.

Quelles sont les cultures du pays ?

Malgré un sol en grande partie rocailleux et aride, les cultures sont assez nombreuses. L’Andorran est travailleur et persévérant, il utilise les moindres parcelles de terrain fertile, en général sur des terrasses qui s’étagent aux flancs des montagnes. Les principales ressources du pays sont : les fourrages, le seigle, les pommes de terre, les choux, les plantes aromatiques et médicinales et surtout le tabac, qui est excellent (a) L’industrie y est peu développée ; on y fabrique cependant des allumettes, certaines toiles, et, dans quelques villages, on voit encore de très anciennes forges. Quant au commerce, il est insignifiant avec la France et peu important avec l’Espagne, et la contrebande du tabac, jadis si active, des deux côtés de la frontière, connaît actuellement une période de vaches maigres, en attendant que des circonstances économiques plus favorables lui permettent de prospérer à nouveau.

Les hôtels (fondos), assez nombreux, sont en progrès toutes les années, et si le tir et surtout la chasse (aux isards, aux aigles, et parfois à l’ours) sont des sports nationaux, les « coups de fusil » dans les hostelleries sont totalement inconnus3.

Pont sur la Madriu
Vue de LES ESCALDAS (Station Thermale Sulfureuse)
1Dans le courant de l’été 1932, la route de l’Hospitalet a été ouverte aux automobiles et depuis 1933 il y a un service régulier de cars.
2Le drapeau d’Andorre est composé de trois bandes verticales, bleu, jaune et rouge avec au centre les armoiries du pays.
3À...
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin