La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

-?" 9869302539007
DATE DUE
NUV 2 5 1999
'ROir
ûa']:ji9j2i
f'^ecd AUGUm
RecdiF N0V-4J9§6_
-BE&^-SJÎS:*ÔST—
.ivi/^iv/A'i
a-
'^'^^^^
••JSM !5
PROST MARK 1995
u / W?"!M»P
1999FROST MOV 2!!
23-221BRODART INC Cal No//
JLES VOYAGES
—DE
Samuel de Champlain
AU CANADA
De 1603 à 1618
EDITION POPULAIRE
QUEBEC, 1908.
Des prestes de la Compagnie-VIGIE.e:p R FAC El
L'édition populaire des Voyages de Champlain
AU Canada vient à son heure.
Les fêtes du tricentenaire de Québec ont inspiré
le désir de bien connaître son fondateur. Il n'y a
qu'un moyen d'obtenir cette connaissance intime de
l'homme et de son œuvre : c'est de lire et d'étudier
la relation qu'il a faite lui-même de ses travaux.
En mettant cette relation sous les yeux du
public, nous le prévenons que nous avons subtitué
l'orthographe contemporaine à celle qui était en
usage il a trois siècles, et que nous avons prisy
d'assez nombreuses libertés avec le texte même de
l'auteur, modifiant et retranchant quelquefois pour
éviter des répétitions, mais ne nous permettant
jamais d'altérer sa pensée, pour laquelle nous avons
le plus religieux respect.
Cet essai de vulgarisation de l'œuvre littéraire
de Champlain le fera peut-être admirer et aimer
davantage. Un style sans prétention, beaucoup d'in-
génuité et de franchise, un naturel besoin de servir
Dieu et la France, un cœur généreux, un esprit droit,
un sens profond de la justice et de l'humanité, de
l'initiative, du courage, de la fermeté, de la persévé-
larance, de sincérité : voilà les qualités solides de
Champlain, telles qu'elles nous apparaissent dans ses
écrits, et que nous les proposons à l'imitation des
Canadiens.1 erVoyagedusieurdeChamplain
Fait en la Nouvelle-France en l'an 1603
mœurs, de vivre, mariages, guerres, etLes façon
—habitations des Sauvages du Canada. De la
découverte de plus de 450 lieues dans le pays des
—Quels peuples habitent; des ani-Sauvages. y
maux qui s'y trouvent; rivières, lacs, iles,terres,
—arbres et fruits De la côte d'Acadie, des terres
découvertes, et de plusieurs mines qui sont,y
selon le rapport des Sauvages.
CHAPITRE I.
HonfleurNous partîmes de le 15 de mars 1603.
relâchâmesCe dit jour, nous à la rade du Havre de
Grâce, pour n'avoir pas le vent favorable.
Le dimanche suivant, le 16, nous mîmes à la
voile pour faire notre route. Le 17, nous eûmes une
vue d'Aurigny et Guernesey. Le 18, nous la
connaissance de la côte de la Bretagne. Le 21 au
matin ,nous rencontrons 7 vaisseaux flamands, qui,
notre avis, venaient des Indes.à
30 du dit mois, jour de Pâques, nous fûmesLe
grande tourmente, vent et foudrecontrariés d'une
durant ce temps nous eûmes peuqui dura 17 jours et
avril, le temps s'adoucit, etd'avancement. Le 15
n'avait été depuis notrela mer plus belle qu'elle
départ. Le 28 du dit mois, nous rencontrâmes une
glace fort haute et qui avait bien 8 lieues de long—— 6
et une infinité d'autres moindres, qui fut l'occasion
que nous ne pûmes passer et à l'estime du pilote;
nous étions à environ 120 lieues du Canada, nous
2-3étions par les 45o et nous vînmes trouver pas-
sage par les 44.
Le 2 mai, nous entrâmes sur le banc à une heure
jour.du
étions si proches de terreLe 6 du dit mois, nous
mer la maisque nous entendions la battre à côte;
brumenous ne pûmes la reconnaître à cause de la
dont ces dites côtes sont sujettes, qui nous obligea à
jusqu'aurentrer en mer haute de quelques lieues
lendemain matin, alors que nous eûmes connaissance
de terre, qui était le cap Ste-Marie.
Le nous fûmes surpris d'un grand coup de12,
vent, qui deux jours. Le 15, nous eûmes con-dura
de St-Pierre. Le nous mîmesnaissance des îles 18,
voile et connaissance des îles de St-Paul,à la eûmes
St-Laurent.et cap
rencontrâmes une grande glaceCe dit jour nous
eûmesqui avait bien 8 lieues de long. Le 20, nous
quelque lieues deconnaissance d'une île qui a 30
est l'entrée lalong et qui s'appelle Anticosti, qui de
lende-rivière de Canada (Fleuve St-Laurent). Le
main nous eûmes connaissance de Gachepé (Gaspé)
terre fort haute, et commençâmes à entrer dans la
dite rivière de Canada, en rangeant la bande du sud
jusqu'à Matane oii il a du dit Gaspé, soixante-y
cinq lieues. Du dit Matane, nous vînmes prendre
connaissance du Bic et là à Tadoussac distancede
terres sont fort hautes, sté-de 15 lieues. Toutes ces
commodité.riles, n'apportent aucune
24 vînmes mouiller l'ancreLe du dit mois, nous
entrâmes dans le ditdevant Tadoussac et le 26 nous
port qui est fait une anse, à l'entrée de lacomme
d'eau etrivière du Saguenay, oi.i il a un couranty