Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Meurtre, inceste et énigme. Étude comparée de presse - article ; n°2 ; vol.7, pg 215-228

De
17 pages
Revue française de sociologie - Année 1966 - Volume 7 - Numéro 2 - Pages 215-228
Georges Auclair : Murder, incest and enigma. A comparative press study.
The author compares the different ways the episodes of the same news items are related in the « thrill press ». The method employed is mainly structural : the headlines are analysed as « constituant unities » the varied possible combinations of which are regarded as producing, at the connotation level, various significations. It reveals, at least for the chosen news, that the French press is divided into two main connotation systems : one giving the preference to the functions and their concatenation, and which seems to have an « intellectual » or detective predominance ; the other emphasizes « action » and « roles » and seems to have an « affective » predominance — tragic or melodramatic ; this last system characterises more specifically the popular type press. The relative importance of an information inside the brief-news column does not vary, so to speak, from one newspaper to another, whether it belongs to the serious type or to the popular type press. To account for the somewhat anthropological evidence, which has been brought out, the notion of « connotativity» is used, meaning the amount of connotation an event has. This notion could eventually be the link between semiology and sociography.
Georges Auclair : Homicidio, incesto y enigma. Estudio comparado de prensa.
Compara el autor los tratamientos del mismo suceso con episodios por los diferentes órganos de la « prensa que da golpe ». El método empleado es principalmente estructural : los títulos resultan analizados en « unidades constitutivas » cuyas diverses combinaciones posibles producen significacionés diferentes en la conotación. Enseña como, por lomenos en el caso escogido, se divide la prensa francesa entre dos sistemas principales de conotación: uno privilegia las funciones y su encadenamiento, y mostraria predominancia « intelectual » o policíaca; otro subraya las « acciones » y los « papeles » y mostraria predominancia « afectiva » — trágica o melodramatica ; este sistema caracteriza particularmente la prensa considerada como la más «popular». La importancia relativa de una información dentro de la crónica de los sucesos no varia, por decirlo asi, de un periódico a otro, sea que pertenezca a la prensa dicha « seria », sea a la prensa « popular ». Para explicar la evidencia en cierto modo antropológica asi desprendida se recurre a la noción de «conotatividad»; más sencillamente, esta noción puede ser definida por la riqueza de un aconte- cimiento en conotaciones. Y tal noción podría desempeñar casualmente el papel de articulación entre semiologia y sociografia.
Georges Auclair : Mord, Inzest und Ratsel. Eine Vergleichsanalyse von Presseberichten.
Mehrere Blätter der Sensationspresse berichten über dasselbe Ereignis aus der Rubrik « Verschiedenes » ; der Verfasser vergleicht die Art der Behandlung des Themas. Seine Methode ist struktureller Art, d.h., er analysiert die Titel in « Bestandteileinheiten », deren verschiedene Zusammenstellungen verschiedene Bedeutungen erreichen je nach den « Mitbedeutungen » (connotations), die dadurch erzeugt werden. So lässt sich zeigen, dass mindestens in diesem einen Fall zwei Hauptsysteme der Mitbedeutung in der franzosischen Presse angewandt werden. In dem einen sind die Funktionen und deren Zusammenhang bevorzugt ; das ware das « intellektuelle », nach der Art des « Kriminal- romans » aufgebaute System. In dem anderen werden vor alien Dingen die «Handlungen» und die «Rollen» zur Geltung gebracht ; in diesem Fall, lage die Betonung auf der tragischen bzw. melodramatischen « Affektiviät ». Dieses letzte System kennzeichnet ganz besonders die eigentliche sogenannte Volks- presse. Innerhalb der Rubrik « Verschiedenes », verändert sich die einer Information beigebrachte Bedeutung relativ kaum von einer Zeitung zur anderen, ob es sich dabei um ein « seriöses » Blatt oder um ein sogennantes Volksblatt handelt. Um dieser eigentlich anthropologischen Evidenz gerecht zu werden, wird der Begriff der « Mitdeutungsf âhigkeit » (connotativité) , also der Potentialitat eines Ereignisses an «Mitbedeutungen» gebraucht, der vielleicht an der Grenze zwischen Semiologie und Soziographie eine Verbindungsrolle spielen konnte.
Жорж Оклер: Убийство, кровосмешение и загадка.
Автор сравнивает отношение той же самой хроники к эпизодам, пользуясь разными органами «сенсационной печати».
Употребляемый метод является, главным образом, структуральным; заголовки анализированы «определяющим единством», всевозможные комбинации которых берутся в виде записи с разными значениями. Этот метод дает возможность понять, что хотя для избранного дела французская пресса разделяется на две главные системы записей: первая дает преимущество функциям и их связам и бывает, главным образом, интеллектуальной — или полицейской; вторая выставляет на первый план «поступок» и «роль», и бывает, главным образом, «аффективной», трагической или мелодраматической. Эта вторая система характеризует особенно ту прессу, которую считают самой «популярной».
Относительная важность какой-нибудь информации в самой хронике не меняется, в зависимости от той или иной газеты, хотя бы одна из этих газет относилась к «серьезной» прессе, а другая к «популярной». Для того, чтобы понять до некоторой степени антропологическую выделенную очевидность, надо обратиться к понятию «коннотативности», короче говоря, это понятие объяснимо богатством какого-нибудь происшествия в «коннотации». Это понятие, в данной момент, могло бы сыграть роль шарниров между семилогией и социографией.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Georges Auclair
Meurtre, inceste et énigme. Étude comparée de presse
In: Revue française de sociologie. 1966, 7-2. pp. 215-228.
Citer ce document / Cite this document :
Auclair Georges. Meurtre, inceste et énigme. Étude comparée de presse. In: Revue française de sociologie. 1966, 7-2. pp. 215-
228.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1966_num_7_2_1117Abstract
Georges Auclair : Murder, incest and enigma. A comparative press study.
The author compares the different ways the episodes of the same news items are related in the « thrill
press ». The method employed is mainly structural : the headlines are analysed as « constituant unities
» the varied possible combinations of which are regarded as producing, at the connotation level, various
significations. It reveals, at least for the chosen news, that the French press is divided into two main
connotation systems : one giving the preference to the functions and their concatenation, and which
seems to have an « intellectual » or detective predominance ; the other emphasizes « action » and «
roles » and seems to have an « affective » — tragic or melodramatic ; this last system
characterises more specifically the popular type press. The relative importance of an information inside
the brief-news column does not vary, so to speak, from one newspaper to another, whether it belongs to
the serious type or to the popular type press. To account for the somewhat anthropological evidence,
which has been brought out, the notion of « connotativity» is used, meaning the amount of connotation
an event has. This notion could eventually be the link between semiology and sociography.
Resumen
Georges Auclair : Homicidio, incesto y enigma. Estudio comparado de prensa.
Compara el autor los tratamientos del mismo suceso con episodios por los diferentes órganos de la «
prensa que da golpe ». El método empleado es principalmente estructural : los títulos resultan
analizados en « unidades constitutivas » cuyas diverses combinaciones posibles producen
significacionés diferentes en la conotación. Enseña como, por lomenos en el caso escogido, se divide
la prensa francesa entre dos sistemas principales de conotación: uno privilegia las funciones y su
encadenamiento, y mostraria predominancia « intelectual » o policíaca; otro subraya las « acciones » y
los « papeles » y « afectiva » — trágica o melodramatica ; este sistema
caracteriza particularmente la prensa considerada como la más «popular». La importancia relativa de
una información dentro de la crónica de los sucesos no varia, por decirlo asi, de un periódico a otro,
sea que pertenezca a la prensa dicha « seria », sea a la prensa « popular ». Para explicar la evidencia
en cierto modo antropológica asi desprendida se recurre a la noción de «conotatividad»; más
sencillamente, esta noción puede ser definida por la riqueza de un aconte- cimiento en conotaciones. Y
tal noción podría desempeñar casualmente el papel de articulación entre semiologia y sociografia.
Zusammenfassung
Georges Auclair : Mord, Inzest und Ratsel. Eine Vergleichsanalyse von Presseberichten.
Mehrere Blätter der Sensationspresse berichten über dasselbe Ereignis aus der Rubrik «
Verschiedenes » ; der Verfasser vergleicht die Art der Behandlung des Themas. Seine Methode ist
struktureller Art, d.h., er analysiert die Titel in « Bestandteileinheiten », deren verschiedene
Zusammenstellungen verschiedene Bedeutungen erreichen je nach den « Mitbedeutungen »
(connotations), die dadurch erzeugt werden. So lässt sich zeigen, dass mindestens in diesem einen Fall
zwei Hauptsysteme der Mitbedeutung in der franzosischen Presse angewandt werden. In dem einen
sind die Funktionen und deren Zusammenhang bevorzugt ; das ware das « intellektuelle », nach der Art
des « Kriminal- romans » aufgebaute System. In dem anderen werden vor alien Dingen die
«Handlungen» und die «Rollen» zur Geltung gebracht ; in diesem Fall, lage die Betonung auf der
tragischen bzw. melodramatischen « Affektiviät ». Dieses letzte System kennzeichnet ganz besonders
die eigentliche sogenannte Volks- presse. Innerhalb der Rubrik « Verschiedenes », verändert sich die
einer Information beigebrachte Bedeutung relativ kaum von einer Zeitung zur anderen, ob es sich dabei
um ein « seriöses » Blatt oder um ein sogennantes Volksblatt handelt. Um dieser eigentlich
anthropologischen Evidenz gerecht zu werden, wird der Begriff der « Mitdeutungsf âhigkeit »
(connotativité) , also der Potentialitat eines Ereignisses an «Mitbedeutungen» gebraucht, der vielleicht
an der Grenze zwischen Semiologie und Soziographie eine Verbindungsrolle spielen konnte.
резюме
Жорж Оклер: Убийство, кровосмешение и загадка.
Автор сравнивает отношение той же самой хроники к эпизодам, пользуясь разными органами
«сенсационной печати».Употребляемый метод является, главным образом, структуральным; заголовки анализированы
«определяющим единством», всевозможные комбинации которых берутся в виде записи с
разными значениями. Этот метод дает возможность понять, что хотя для избранного дела
французская пресса разделяется на две главные системы записей: первая дает преимущество
функциям и их связам и бывает, главным образом, интеллектуальной — или полицейской; вторая
выставляет на первый план «поступок» и «роль», и бывает, главным образом, «аффективной»,
трагической или мелодраматической. Эта вторая система характеризует особенно ту прессу,
которую считают самой «популярной».
Относительная важность какой-нибудь информации в самой хронике не меняется, в зависимости
от той или иной газеты, хотя бы одна из этих газет относилась к «серьезной» прессе, а другая к
«популярной». Для того, чтобы понять до некоторой степени антропологическую выделенную
очевидность, надо обратиться к понятию «коннотативности», короче говоря, это понятие
объяснимо богатством какого-нибудь происшествия в «коннотации». Это понятие, в данной
момент, могло бы сыграть роль шарниров между семилогией и социографией.R. franc. Sociol, VII, 1966, 215-228
Meurtre, inceste et énigme
Etude comparée de presse
par Georges Auclair
En premier lieu nous verrons comment la presse à sensation « monte »
une « affaire », le verbe « monter » étant pris en deux sens : d'abord, dans
son sens journalistique — et péjoratif — de donner à une information
un traitement qui, par des procédés de choc, la met en vedette; ensuite,
dans le sens d'agencer les éléments de cette information de manière à la
faire « signifier ». Le premier sens annonce un point de vue sociogra-
phique — il sera fait état des interviews de journalistes auxquelles nous
avons procédé au lendemain de l'affaire choisie. Le deuxième relève
d'une analyse de contenu qui s'attache à dégager les significations
latentes. C'est à ce dernier point de vue que nous nous tiendrons prin
cipalement. Nous verrons qu'il n'est pas exclusif du premier; que, bien
au contraire, il n'est possible à la presse de « monter » une affaire que
si ses éléments répondent à certaines conditions d'ordre structural
l'on tentera de préciser.
En second lieu, et simultanément, nous procédons à l'analyse différent
ielle du traitement de cette même affaire principalement par les grands
organes quotidiens de la presse à sensation. La façon dont un journal
rédige et présente une nouvelle comporte en elle-même une signification
qui s'ajoute à l'information dénotée et qu'on appelle ordinairement une
connotation [1] *. Il est donc possible et légitime de comparer les connot
ations d'un journal à l'autre de manière à faire apparaître, soit un fond
commun à tous les journaux, soit des différences significatives. Sur ce
dernier point les grands titres sont particulièrement révélateurs dans la
mesure où, selon le choix et la combinaison des énoncés qu'ils privilé
gient, la structure de l'information relatée — et donc sa signification —
varie sensiblement. C'est pourquoi l'analyse ici tentée portera princ
ipalement sur le contenu des titres. Pour tenir compte de la typographie
et de la mise en page, il sera fait appel aux deux notions de « gros
seur » et de « hiérarchie » des titres [2] [3].
* Les chiffres entre crochets renvoient aux références bibliographiques en fin
d'article.
215 Revue française de sociologie
Avant d'entrer dans le vif du sujet, un mot des raisons de notre
choix du « drame de B... » pour objet d'étude. Tout d'abord, cette affaire
ne posait indirectement aucun problème d'ordre politique ou social (tel
que logement, euthanasie, délinquance juvénile, etc.) et ne se prêtait
donc à aucun infléchissement idéologique trop prévisible. Ensuite, vue
à tour de rôle comme un crime de sadique, une énigme, un drame de
l'inceste et, de nouveau, pour finir, une énigme, elle présentait un double
intérêt pour notre propos. D'abord du point de vue de la censure de la
presse par elle-même : du moment où il a été question d'inceste, à la
discrétion ou au silence soudains de certains journaux s'est opposé le
vacarme accru de ceux du soir en particulier dont la vente était montée
en flèche : pour France-Soir, de 10 % à Paris et de 50 % à B..., lieu du
drame; pour Paris-Presse, respectivement de 5 et 20 %. Ensuite et, tou
jours dans une perspective différentielle, du point de vue de l'analyse
du style narratif propre à chaque journal : aux diverses phases de
l'affaire les organes de la presse à sensation ont inégalement privilégié
les « actions », les « rôles » ou les « fonctions », ce dernier terme étant
pris dans le sens que lui donne Vladimir Propp dans son étude sur les
contes [4] ( « une fonction doit être comprise comme un acte des per
sonnages défini du point de vue de sa signification pour le déroulement
du conte considéré comme un tout ») et qui implique qu'une « fonction »
conjugue toujours une « action » à un « rôle ». La façon dont sont
combinés ces éléments narratifs de base peut évidemment servir à
définir le style d'un journal.
Dès le premier jour de l'affaire, le jeudi 5 mars 1964, la presse
du soir offre le modèle de deux catégories de titres qui se retrouveront
les jours suivants. Paris-Presse : (a) un crime sauvage; France-Soir :
(b) un médecin de 76 ans et sa fille de 16 ans assassinés chez eux. Il
s'agit là de deux titres en manchette (8 colonnes en première page, gros
caractères) . Le premier opère une détermination : l'action qu'il désigne,
« crime sauvage », s'oppose à d'autres types de crimes : « diabolique »,
« crapuleux », etc. Le second énonce une relation et décrit une « fonc
tion » (1) , laquelle est nommée en surtitre et en même temps qualifiée :
(c) double crime mystérieux, soit une certaine classe de crimes dont
relèvent aussi bien le « Double assassinat de la rue Morgue » que le
double meurtre (que presque toute la presse rappellera le lendemain)
dont furent victimes, il y a quelques années, rue Ordener, une mère et
sa fille : le « double crime », s'il s'oppose au crime simple, n'est pas la
somme de deux crimes : il est davantage, plus rare et à la fois plus
(1) Le déroulement d'un fait divers à épisodes étant par nature imprévisible, toute
« action » définie du point de vue de sa suite probable — pour un crime, du point de
vue de son elucidation, de l'enquête — peut-être virtuellement considérée comme
une « fonction ».
216 inceste et énigme Meurtre,
énigmatique. Nous nous trouvons donc en présence de deux détermin
ations, (a) et (c) qui peuvent être considérées comme éléments
de connotation de l'énoncé (b). D'autre part les énoncés (a) et (c) ren
voient l'un à l'idée d'horreur nue, l'autre à celle d'énigme policière; la
première signification serait d'ordre surtout affectif, la seconde au
contraire à prédominance « intellectuelle ». Deux remarques le con
firment. Tout d'abord, Paris-Presse, en faisant porter son deuxième sous-
titre sur l'énoncé : il s'agirait d'un crime de sadique; France-Soir, en
soulignant dans son titre principal la différence d'âge entre le père et sa
fille et qu'ils ont été assassinés chez eux (ce que ne fait pas Paris-Presse
dont le premier sous-titre en caractères nettement moins gros que le
second énonce : « un médecin et sa fille de 16 ans ligotés ont été abattus
cette nuit à coups de pistolet ») , restent pour ainsi dire dans la logique
de leur système propre : Paris-Presse, par le recours à une nouvelle
désignation de l'action dont la connotation est de nouveau d'ordre
affectif; France-Soir, par le surcroît d'étrangeté que la différence d'âge
entre les victimes fait gagner au mystère, et par l'allusion à l'énigme,
qui a fait les beaux temps du roman policier, du « local clos » (du local
où le criminel n'a pu en principe que difficilement accéder) que comporte
la spécification chez eux, absente du titre de Paris-Presse. Tout se
passe donc bien comme si le découpage du fait relaté, puis le montage
qu'opèrent les titres des deux journaux étaient liés dans leur totalité
aux deux significations dont nous avons parlé. D'où, une première
conclusion : la construction du titre serait fonction du choix des signifi
cations latentes de l'information.
Le jeudi 5 mars, si les titres de France-Soir et de Paris-Presse
étaient énormes, leurs articles étaient assez courts: 20 à 30 lignes. Le
lendemain il en ira différemment: la presse publiera des textes détaillés
sur les circonstances du crime et la personnalité des deux victimes ainsi
que de la femme du médecin. De ce fait, plus de variété et de souplesse
seront possibles dans le titrage. Selon que celui-ci met l'accent sur le
meurtre ou sur la recherche du coupable, les journaux peuvent être
classés en deux catégories. Dans la première le Figaro, le Parisien
Libéré, l'Humanité, Libération; dans la seconde, l'Aurore, Paris-Jour,
Combat. Pour plus de clarté, nous bornerons notre analyse à l'étude
comparée d'un journal de chacune des deux catégories : le Parisien
Libéré et l'Aurore.
Pour l'Aurore, l'énoncé principal, sur 6 colonnes en première page
porte : une piste dans le crime sadique de B... En sous-titre : un Algérien
suspect numéro 1. (Avec Combat qui ne consacre qu'une vingtaine de
lignes au drame de B..., l'Aurore est le seul journal à signaler dans son
titre la nationalité du suspect : connotation raciste ? politique ?) Deuxième
sous-titre : l'assassin a sauvagement abattu le Docteur J... (76 ans) et
sa fille (15 ans) après les avoir ligotés sur un lit. Titre en troisième
page : le bon docteur J..., assassiné avec sa fille à B..., laissait toujours
sa porte ouverte (Signifié : le « médecin des pauvres » a été victime de sa
confiance dans les hommes, Algériens y compris). La hiérarchie des
titres et sous-titres subordonne les « rôles » — le suspect, le docteur J...
217 Revue française de sociologie
— à une « fonction » : la poursuite ou l'enquête; même le titre de la
troisième page constitue une indication à cet égard : le problème du
« local clos » ne se posera pas. De ces notations il résulte que c'est
surtout l'aspect policier de la tragédie que l'Aurore, comme France-Soir
la veille, met en relief. Pour sa part, le Parisien Libéré titre, également
sur six colonnes, mais en caractères plus gros que ceux de l'Aurore
(alors que le texte de l'article est moins long des deux tiers) : (a) Sau
vage tuerie à B... titre du même ordre que celui de Paris-Presse la
veille et qui appelle les mêmes remarques; en sous-titre : (b) décou
verte par Mme J... des cadavres — énoncé qui sera repris en titre de
l'article publié à la dernière page; (c) la famille J... jouissait de la
sympathie générale. Les significations latentes que comportent ces trois
énoncés sont : a, l'horreur; b, le pathétique; c, l'estime. Le Parisien
Libéré, privilégiant aux dépens de la « fonction » Г « action » (a) et les
« rôles » (b et c) , met en valeur l'aspect tragique ou mélodramatique
du crime. L'étude du style des articles confirmerait cette analyse :
solennel et émouvant dans le Parisien Libéré dont les rédacteurs riva
lisent en pathétique avec les auteurs de romans populaires du siècle
dernier; sec, tout en constats, hypothèses et déductions dans l'Aurore
que son système porte, puiqu'il s'agit d'un crime de sadique, à inventer le corps nu de Françoise J... a été retrouvé mutilé (ce qui est faux,
on s'en apercevra les jours suivants).
Le lendemain, samedi 7 mars, la différence entre les deux journaux
s'accentue et livre sa signification. L'un et l'autre structurent la masse
des informations du jour de façon à produire une même insinuation,
mais, on va le voir, par le moyen de deux découpages différents : de
ce fait, l'insinuation, plus marquée dans l'Aurore que dans le Parisien
Libéré sera aussi différemment connotée. Titre du Parisien Libéré
(en gros caractères) : (a) des heures atroces pour la mère de Françoise
J..., (en caractère quatre fois moins gros) : (b) que la police interroge
sans relâche pour tenter de découvrir un indice. L'Aurore : (en gros
caractères) (a') huit questions troublantes (en petits caractères) pour
les inspecteurs; (en caractères un peu moins gros que le titre prin
Mme J... longuement entendue à la P.J. L'énoncé commun cipal) (b')
(b, b') est donc mis en relation par le Parisien Libéré avec la douleur
de Mme J... (signifié : les révélations que l'on attend d'elle lui sont
odieuses) ; par l'Aurore, avec « huit questions troublantes » (signifié :
Mme J... n'a pas dit tout ce qu'elle sait). L'Aurore, plus explicite que
le Parisien Libéré, titre sur toute sa page 10 : l'étrange crime de B...
réserve des surprises : c'est l'opinion des policiers. L'insinuation —
Mme J... détient le secret du drame — est signifié dans le premier cas
par la tragédie que représente pour elle son interrogatoire; dans le
deuxième, par la négation feutrée du caractère sadique du crime, —
négation qu'implique la juxtaposition des énoncés portant sur la lon
gueur de l'interrogatoire de Mme J... et le fait que (deuxième sous-titre
en première page) l'Algérien un instant suspecté a été mis hors de cause.
Ou, d'un point de vue un peu différent, l'insinuation est produite à
partir d'une hiérarchie des signifiants qui, dans le Parisien Libéré,
218 inceste et énigme Meurtre,
privilégie un « rôle », celui de la mère suspecte et douloureuse; dans
l'Aurore, une « fonction » : l'enquête. La veille, le Parisien Libéré valo
risait déjà «l'action» («sauvage tuerie») et dans une moindre mesure
un « rôle » (celui de la mère) ; on pourra donc, provisoirement, dire
qu'un style narratif à prédominance affective met l'accent, selon leur
charge supposée d'émotion, sur l'un et/ou l'autre des termes de la
« fonction » — cela en quelque sorte aux dépens de celle-ci (ce qui
rendrait peut-être compte d'une des structures du roman feuilleton :
le peu de vraisemblance dans l'enchaînement des épisodes). Le style
de l'énigme policière au contraire, jouant de l'agencement des fonctions,
néglige les « rôles » : conclusion qu'approuvera, nous semble-t-il, tout
lecteur averti de romans policiers traditionnels.
L'Aurore et le Parisien Libéré emploient donc, au moins en ces deux
premiers jours, des procédés de connotation analogues à ceux dont
usent respectivement France-Soir et Paris-Presse. Il sera question plus
loin des différences entre ceux de Paris-Presse et du Parisien Libéré en
particulier. Les deux quotidiens du matin s'opposent en un autre point.
Le samedi 7 mars, le Parisien Libéré est le seul quotidien avec Paris-
Jour à noter dans un titre l'effet présumé de l'affaire sur la population :
l'émotion augmente dans le quartier. Et Paris- Jour : 100.000 habitants
s'interrogent : le tueur va-t-il revenir ? (2) Aussi bien ces deux quo
tidiens dont les titres du vendredi étaient les plus susceptibles de pro
voquer l'émotion ou l'inquiétude (Parisien Libéré : Tuerie sauvage;
Paris-Jour : Chasse au monstre, titre qui, privilégiant à la fois le « rôle »
du suspect et la « fonction » de poursuite, relève d'un système interméd
iaire entre ceux de l'Aurore et du Parisien Libéré) seront-ils les seuls
le samedi à vouloir « rassurer » : le Libéré posera gravement
la question de la sécurité des lycéennes se rendant en classe; Paris- Jour
publiera d'une part une déclaration du maire de B... : l'assassin n'est
pas de chez nous, d'autre part, sous le titre Protégez-vous des visiteurs
indésirables, des recommandations diverses : ne jamais ouvrir la porte
à un inconnu, employer micro-viseurs, protège-paumelles, entre-baill
eurs, etc. Or, samedi matin, ces deux journaux sont en retrait, pour
ce qui est de l'information, sur le reste de la presse, excepté Libération
et l'Humanité, mais ils accordent beaucoup moins d'importance à
l'affaire; le Parisien Libéré va moins loin que l'Aurore dans l'insinuation,
et Paris-Jour ne se risque que dans le texte des articles à parler
ď « anomalies » et ď « énigme tragique ». On croirait que prisonniers
des ondes propagées par leurs titres du premier jour, ces deux journaux
ne peuvent s'en dégager ou, en d'autres termes, qu'enfermés au départ
dans un réseau de signes à prédominance affective, ils sont comme sans
(2) Parts-Jour semble avoir une prédilection pour ce genre de titres. Le lundi
suivant, quand l'affaire sera devenue un « drame de l'inceste », figure à sa première
page une manchette énorme : B... bouleversé par la tragédie : il s'agit en rhétorique
d'une figure d'amplification très fréquente dans la presse (du même ordre que toute
invocation de «l'opinion publique»), mais qui ne se trouve le plus souvent dans
le corps des articles. Quand elle forme l'énoncé principal d'un titre, le découpage
ainsi opéré fait de l'émotion provoquée dans le public par un événement le signe
même de l'intérêt de celui-ci. C'est sans doute le comble du style affectif.
219 Revue française de sociologie
communication possible avec celui, plus « intellectuel », des signes de
l'énigme policière, et, de ce fait, incapables de suggérer aussi clair
ement que leurs confrères la nature probable du drame. Incapacité qui
serait d'ordre quasi structural (car, à coup sûr, les reporters de ces
deux journaux étaient aussi bien informés que les autres) et tiendrait
au choix de procédés de connotation déterminés.
Et c'est peut-être au contraire la raison pour laquelle les deux
organes qui seront les premiers à laisser entendre ou à dire ce qui
allait être considéré pendant quelques jours comme la vérité n'appar
tiennent pas à la presse à sensation. Titre du Figaro le samedi 7 : Vers
une nouvelle orientation de l'enquête sur le drame de B...; sous-titre :
il n'apparaîtrait pas impossible que le Docteur J... se soit donné la mort.
La femme du médecin entendue une partie de la nuit Quai des Orfèvres.
L'après-midi du même jour le Monde, avec une courte avance, sera le
premier à annoncer : il s'agirait d'un drame de l'inceste. Le texte de
l'article (36 lignes), qui reprend approximativement une dépêche de
l'A.F.P. (3), nous apprend que le Docteur J... aurait tué sa fille et ce serait
ensuite Мше J... suicidé; qui aurait les dissimulé conclusions l'arme du médecin pour éviter légiste le vont scandale, dans maintient ce sens;
sa version des faits.
L'attitude de ces deux journaux invite à se demander pourquoi
en cette occasion comme à l'ordinaire, la presse « sérieuse » accorde
à l'intérieur de sa chronique des faits divers une place de choix à celui
d'entre eux qui figure à la manchette de France-Soir. Non seulement
le Monde a tenu son public régulièrement informé des développements
de l'affaire, mais le Figaro, le premier jour, et alors qu'il publie géné
ralement les faits divers en deuxième page, lui a réservé en première
page un titre sur une colonne et demie. Tout se passe donc comme si
le fait pour une information d'être notable s'imposait à tous avec une
même évidence. A quoi tient cette évidence ? Seule une théorie géné
rale du « notable » pourrait le dire [5]. Pour ce qui est du cas étudié,
on constate, pour l'essentiel, que les relations qui structurent l'informa
tion rapprochent des énoncés en principe incompatibles entre eux :
dans la première phase de l'affaire, il s'agit d'un double crime qui, d'un
caractère indubitablement sexuel, s'est produit dans un milieu social
paisible et respecté et, en outre, lie de façon inexplicable le père et
la fille; dans sa deuxième phase, d'un « drame de l'inceste» (présumé)
d'autant plus surprenant qu'une différence d'âge exceptionnelle sépare
la fille du père et que l'inceste est réputé ne guère se produire que
dans les campagnes et parmi les classes pauvres (4). On voit que la
(3) Agence Française de Presse.
(4) C'est d'ailleurs de cette façon que les journalistes que nous avons interviewés
rendaient compte de l'importance donnée à l'affaire J... Ils ajoutaient tous que la
presse en aurait sans doute à peine parlé si elle s'était produite dans une famille
rurale. Ils avouaient de la sorte partager une idée reçue — l'inceste est beaucoup
220 inceste et énigme Meurtre,
pensée qui structure l'événement relaté procède par des oppositions
qui prennent leur sens au niveau des « représentations collectives »
qu'elles soient d'ordre moral, social ou imaginaire. Le récit de l'événe
ment sera d'autant plus fortement connoté qu'il fera apparaître des
signifiés d'une grande résonance : dans le cas étudié, sécurité du foyer
ou très vivace interdit sexuel, mystère, rareté, sadisme ou fatalité de
nos dangers intérieurs, destin... Cette aptitude d'un événement à se
prêter à des énoncés fortement connotes, nous proposerions volontiers,
faute d'un autre terme et en dépit du néologisme, de l'appeler connota-
tivité. C'est la « connotativité > d'un fait divers qui déciderait de sa
sélection parmi la masse des informations reçues — et de sa valorisation
éventuelle. Il s'agirait d'une notion charnière entre analyse de contenu
et sociographie. Ainsi, pour décrire l'attitude des journalistes, on pourr
ait dire que dès le début du « drame » ils ont eu le sentiment que sa
« connotativité » était très grande — et, pour certains d'entre eux,
peut-être même trop.
D'après les témoignages recueillis, certains milieux de presse pen
sèrent en effet très rapidement que l'affaire, comme nous l'a déclaré
un reporter dans son langage, était « pourrie », c'est-à-dire « inexploi
table », autrement dit, qu'elle possédait une connotation louche, au seuil
des domaines interdits. Il s'en dégageait une « atmosphère » lourde et
« malsaine » (Libération, 9 mars) et, comme l'interrogatoire de Mme J...
se prolongeait, dans les salles de rédaction se forma une « hypothèse
que l'on ne murmurait qu'à demi-mot tant elle semblait révoltante »
(France-Soir). Il s'agissait bien entendu de l'inceste entre le père et la
fille, et l'insistance de la presse à souligner leur différence d'âge (connot
ation : étrangeté, trouble des liens de parenté) n'était peut-être pas
aussi innocente qu'elle pouvait sembler au point que, rétrospectivement,
l'on est tenté de se demander si elle n'était pas « surdéterminée ». Cepend
ant, selon le témoignage des journalistes interviewés, la plupart des
salles de rédaction voyaient s'affronter deux opinions, l'une pour
l'exploitation du scandale, l'autre contre, — ce que, d'ailleurs, la seule
analyse de contenu aurait permis de conjecturer. C'est ainsi que le
scrupule qui aura troublé un instant les consciences trouve son expres
sion dans un thème que presque toute la presse reprendra à un moment
ou à un autre les jours suivants, à savoir le silence qu'il convient,
conviendrait ou aurait convenu de faire sur le drame de B... A cet
égard rien de plus significatif que l'attitude de l'Aurore qui, le lundi
9 mars, dans un article très court, s'interdira « par considération pour
ses lecteurs de donner de plus amples commentaires sur cette affaire »;
cela, sous un titre qui s'étend sur toute la largeur de sa troisième page,
en assez petits caractères il est vrai, et annonçant : c'était un drame
de l'inceste.
Cette notation n'est pas la seule commune à tous les organes de
plus raie à la ville qu'à la campagne — qui, d'après Denis Szabo [6], serait partiell
ement fausse. Dans ce cas, il n'est pas impossible que ce soit sur la base d'une appréc
iation inexacte de la réalité sociale que le drame de B... ait été jugé particulièrement
notable et traité comme tel.
221

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin