//img.uscri.be/pth/02a9179e702a5d8a8c459afad258d568965c3621
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

VI Le test F de Cattell est-il un test objectif de tempérament ? - article ; n°1 ; vol.43, pg 200-230

De
32 pages
L'année psychologique - Année 1942 - Volume 43 - Numéro 1 - Pages 200-230
31 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

M. Bénassy
C. Chauffard
VI Le test F de Cattell est-il un test objectif de tempérament ?
In: L'année psychologique. 1942 vol. 43-44. pp. 200-230.
Citer ce document / Cite this document :
Bénassy M., Chauffard C. VI Le test F de Cattell est-il un test objectif de tempérament ?. In: L'année psychologique. 1942 vol.
43-44. pp. 200-230.
doi : 10.3406/psy.1942.7876
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1942_num_43_1_7876de l'Institut national d'Etude du Travail Travail
et d'Orientation Professionnelle (service de la consultation)
et du Laboratoire de Psychologie expérimentale
de la clinique des maladies mentales
de la Faculté de médecine (prof. J. DELAY)
VI
LE TEST F DE CATTELL
EST-IL UN TEST OBJECTIF DE TEMPÉRAMENT ?
Par M. Bénassy et G. Chauffard
Dans plusieurs de ses travaux, R.-B. Cattell critique, en
s'appuyant sur des résultats statistiques, la description de
Jung, qui oppose un type Extroverti à un type Introverti. II
est convaincu que le Introverti en particulier est constitué
par un mélange de deux éléments : un élément d'Introversion
véritable et un élément d'inadaptation1. Aussi préfère-t-it
employer les termes de Surgent et de Desurgent qu'on peut
1. Notons que, utilisant l'analyse factorielle J. P. et R. B. Guilford
(J. Abnorm and Soc. Psychology, 1934, 28.377-399) décomposent aussi le
type extroverti-introverti en deux éléments principaux : l'un de « Fuite des
contacts sociaux » (social withdrawing) l'autre d'« Émotivité » (emotio
nality) et plus un troisième facteur moins important et appelé Virilité-Fémi
nité qui ressemble surtout à « Ascendance-soumission ».
Les deux principaux facteurs ne semblent pas coïncider exactement
avec les deux éléments de Cattell, car, si à la rigueur on peut admettre que
l'Inadaptation se manifeste en évitant ses semblables, il semble difficile
de penser que l'émotivité et le « désurgent » se recouvrent.
Si on admet au contraire que l'inadaptation est une conséquence habi
tuelle de l'émotivité, on doit admettre que la fuite des contacts sociaux
coïncide avec l'atonie. Mais à lire la description de ces traits du caractère
atone tels qu'ils ont été définis par Cattell, il semble bien que ce
comporte autre chose que la fuite des contacts sociaux, un élément qui
tient davantage au tempérament et qui devrait être alors Virilité-
Féminité.
Plus récemment H. A. Reyburn et J. G. Taylor (Psychometrika,.
8.2.1943) ont repris les données de Guilford ; ils fixent la position de leurs
axes de référence non pas en recherchant une structure simple mais en
faisant passer leurs axes par les centres de gravité des facteurs qui leur
semblent posséder une signification psychologique, ils aboutissent à 4 fac
teurs : Persévérance (W de Webb), Surgency (Cattell), Flexibilité (vivacité
aisée du comportement ou non), Tension (ou au contraire laisser aller,
détente). Ces 3 derniers facteurs peuvent être considérés semble-t-il,
comme une dissociation de la Surgency décrite parjCattell; quant au facteur
Persévérance sous son aspect négatif on pourrait l'identifier au
inadaptation. ET CHAUFFARD. LE TEST F DE CATTELL 201 BENASSY
traduire par Dynamique, et Atone, et dans la description
desquels n'entre aucun élément qui puisse (pense Cattell)
être attribué à l'Inadaptation.
DÉFINITION DU CARACTÈRE SURGENT-DESURGENT
Ces traits de tempérament Dynamique-Atone, ont été
étudiés par Garrett sous le nom de Facteur G.
Ce sont les traits suivants :
Dynamique Atone
] . Bonne humeur Humeur sombre
Dans l'ensemble joyeux, gai, de Tendance à être sombre, triste, au
bonne humeur pendant de longues moins ennuyé et morose ; ne se laisse
périodes. Se laisse aller à rire de bon pas facilement aller à rire libr
ement.
2. Naturel Formaliste
Naturellement gracieux et char Préfère que les contacts humains
mant, prend facilement contact soient réglés par l'étiquette et un
avec les autres « sans observer les froid formalisme. Toujours formel
formes ». Est naturel et à son aise et conventionnel dans ses compli
avec toutes sortes de gens. ments, etc. Impersonnel.
3. Sociable Insociable
Entre facilement en relation. Ai N'aime pas rencontrer les autres
me rencontrer les gens. Entre en pour le simple plaisir de les rencont
contact avec les étrangers facil rer. Evite d'entrer en rapport avec
ement et sans répugnance (de bon les étrangers, n'aime pas les contacts
cœur). humains.
4. Sens de l'humour Sérieux
Voit facilement le côté humoris N'a pas d'humour. Toujours mor
tique des choses. Aime les traits tellement sérieux. Ne se laisse pas
d'esprit, les plaisanteries. Prend peu facilement gagner par l'humour.
de choses sérieusement. Fait rarement des plaisanteries,
spontanément et avec désinvolture.
5. Adaptable Conservateur
S'adapte aux changements de Bouleversé par tout ce qui change
ses habitudes. Conservateur dans circonstances, n'est pas bouleversé
par les changements forcés de mai les petites choses, ne peut aban
donner les choses auxquelles il est son, de travail, d'habitude. Aime le
changement. accoutumé. Aime les mêmes villes,
promenades, vieux airs, voisins.
6. Grégaire Solitaire
A du plaisir à être dans la foule. Aime la solitude. Reste souvent
seul. N'a qu'un ami ou fait partie Aime la société humaine. A ha
bituellement un grand cercle de d'un petit groupe très restreint.
connaissances.
7. Vivacité de compréhension Lenteur de compréhension
Pense lentement et saisit lentComprend rapidement les choses
ement une situation ; lourd. Il lui nouvelles. Saisit l'essentiel d'un
faut longtemps pour arriver à une coup d'œil. Saute à la conclusion et
donne son opinion en conséquence. conclusion. 202 MEMOIRES Oa«eiNA-UX
D'autre part, en étudiant la rapidité dans les tests de
connaissance, on a décelé un facteur « f »(facilité d'association)
qui apparaît surtout dans la rapidité de pensée, l'étendue et
la grandeur des associations et de l'imagination (E. Bernstein).
Or, il existe une corrélation élevée (R. B. Cattell) entre « f »
et « c », les tests de « f » constituent donc des tests objectifs
d'un tempérament de type bien défini et qui, de plus, d'après
Studman posséderaient une validité plus élevée qu'aucun
autre test de tempérament.
De pareilles affirmations nous ont incité à étudier la bat
terie des tests employés par Cattell.
ADAPTATION DU TEST FA L'EXAMEN COLLECTIF
Nous avons alors appliqué le test présenté de la manière
suivante : c'est un petit cahier dont le format est environ la
moitié du format commercial et qui compte 12 pages.
Les 3 premières pages comportent un dessin et représentent
respectivement un arbre, un coin de rue, une personne prenant
un livre dans une bibliothèque. La page 4 comporte 3 cases
vides. Les pages 5, 6 et 7 comportent chacune 9 figures qui
sont respectivement de la forme P pour la page 5, _|__ pour
la page 6, ( pour la page 7. Les pages 8 et 9 comportent
chacune 3 cases vides. Les pages 10, 11, 12 cha
cune une tache d'encre. Enfin au dos de la couverture un
tableau revêt la forme suivante.
Coefficient Note Note
brute de pondération pondérée
Dessins 1
Mots 1
Formes à compléter . . 3
Histoires 0,5
Taches d'encre 2
Note globale
Note rectifiée
Les pondérations sont celles qui sont données par Cattell.
Il ne précise nulle part comment il les a obtenues ; d'après ET CHAUFFARD. LE TEST F DE CATTELL 203 BÉNASSY
nos vérifications il semble que ce soit simplement en employant
les écarts réduits. Nous avons essayé d'autres pondérations
sans en trouver de meilleure.
Les noies brutes sont celles qui sont obtenues directement
en suivant la méthode de correction indiquée plus loin. La
note brute globale est la somme des notes brutes.
La note pondérée est la somme des notes pondérées.
La note rectifiée est la note globale pondérée après correction
destinée à atténuer l'effet dû à la corrélation entre intelligence
et test F.
CONSIGNE
La consigne que nous avons adoptée et que voici, expli
quera exactement en quoi consiste le test :
DESSINS
Dire au sujet :
« Tournez la première page du cahier qui est devant vous.
Vous verrez un arbre dessiné et une croix placée sous cet
arbre.
« On vous demande d'imaginer tout ce que le dessinateur
aurait pu placer sous cet arbre, à peu près à l'endroit où se
trouve la croix. Essayez de penser à autant de choses diffé
rentes que vous pourrez. Écrivez seulement sur la page qui
est devant vous, les noms de tout ce à quoi vous pourrez
penser et le plus vite possible. Ne commencez pas avant
le signal. »
Pour les enfants de 10 ans (d'âge mental) et au-dessous,
dites :
(« Dis-moi tout ce à quoi tu penses » au lieu de « Écrivez
seulement... » et l'observateur écrit lui-même, les noms des
différents objets fournis.)
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
« Et maintenant, tournez la page.
« Vous voyez un coin de rue avec une croix. Écrivez tout ce
que le dessinateur aurait pu mettre dans cette rue à l'endroit
de cette croix. Écrivez seulement les noms de tout ce à quoi
vous pensez. »
« Commencez » UNE MINUTE « Arrêtez ».
« Retournez maintenant votre cahier.
« Vous voyez une personne dans une bibliothèque, il y a 204 MÉMOIRES ORIGINAUX
une croix par terre. Écrivez tout ce que le dessinateur aurait
pu mettre dans cette pièce à l'endroit de cette croix. Écrivez
seulement les noms de tout ce à quoi vous pensez. »
« Commencez » UNE MINUTE « Arrêtez ».
« Tournez la page. »
SÉRIES DE MOTS
« Vous êtes à la page 4. N'écrivez pas avant que je vous
donne le signal. Vous écrirez dans le rectangle marqué I. »
a) « Je vais vous donner une minute pour que vous écri
viez autant de choses auxquelles vous pourrez penser, qui
sont rondes ou qui pourraient être rondes : un sou, une orange
par exemple. Écrivez le plus de choses que vous pourrez
trouver. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
b) « Et maintenant, écrivez autant de choses auxquelles
vous pourrez penser qu'on puisse manger : du pain par
exemple. Écrivez le plus de choses que vous pourrez trouver.
Écrivez dans le rectangle n° II. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
c) « Et maintenant, écrivez le plus de mots auxquels vous
pourrez penser qui commencent par un S : un sifflet, par
exemple. Écrivez le plus de mots que vous pourrez trouver.
Écrivez dans le rectangle III. »
« Êtes-vous prêt? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
(pour les enfants de dix ans et au-dessous, dire :
« Dis-moi toutes les choses auxquelles tu pourras penser »
et l'observateur écrit lui-même l'énumération de l'enfant).
COMPLÉTER DES DESSINS
« Retournez votre cahier. »
L'observateur fait la démonstration sur une feuille sem
blable ou sur un dessin qu'il fera lui-même au tableau.
« Vous avez sur votre papier des figurés disposées comme
ceci (montrez-les) je vous demande d'ajouter quelques traits
de façon que cela fasse un dessin qui ressemble à quelque
chose. " ET CHAUFFARD. LE TEST F DE CATTELL 205 BÉNASSY
« Par exemple, ceci ressemble pas mal au sommet d'un
drapeau, alors ajoutant quelques lignes pour montrer com
ment le drapeau pourrait être fait, vous auriez un drapeau qui
ressemblerait à ceci.
« Avec chacune des figures qui sont sur votre papier,
dessinez une chose différente. Cela n'a aucune importance que
votre dessin soit bien fait ou non, c'est simplement pour voir
combien de choses différentes vous pouvez penser. Ne passez
pas votre temps à fignoler chaque dessin. Du moment que
l'on peut comprendre ce que ça représente, c'est bien suf
fisant. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez .».
On vérifiera à ce moment si la consigne a été comprise.
« Tournez la page. Vous avez devant vous la page 6.
Faites maintenant exactement la même' chose que tout à
l'heure avec les nouvelles figures que vous avez devant vous. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
« Retournez votre cahier, vous avez devant vous la
page 7. Faites encore exactement la même chose que tout à
l'heure. Avec les nouvelles figures que vous avez devant vous. »
« Êtes-vous prêts ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
« Tournez la page. »
PETITES HISTOIRES
« Je vais vous donner un sujet d'histoire et je voudrais que
vous me racontiez le plus de choses possibles auxquelles vous
pourrez penser à propos de ce sujet.
« Supposez par exemple que je vous dise : « Une vilaine
« toux. » Vous devez me dire le plus de choses possibles aux
quelles vous pouvez penser à propos de cette vilaine toux, ou
bien plusieurs petites choses séparées comme « une vilaine
« toux guérit quand même bien souvent » et « c'est bien
« ennuyeux d'être au cinéma à côté*de quelqu'un qui a une
« vilaine toux », et aussi « j'ai eu une vilaine toux l'autre
« semaine et j'ai été forcé de rester couché pendant 3 jours »
et encore « je me sentais grippé en me levant ce matin,
« mais avec ce beau temps, je me sens très bien maintenant ».
« Cela n'a aucune importance que vous racontiez des his- 206 MÉMOIRES ORIGINAUX
toires à propos d'une seule chose à laquelle vous pensez et qui
se rapporte au sujet, ou que vous pensiez à plusieurs choses
séparées qui se rapportent au sujet.
« Faites simplement ce qui vous est le plus facile. Ce que
je veux, c'est que vous me disiez le plus de choses possibles,
c'est la quantité et non la qualité qui compte dans ce travail
et il faut vous dépêcher, car vous avez seulement une demi-
minute pour réfléchir et écrire à propos de chacun des sujets.
Vous écrivez d'abord dans le rectangle n° I. »
1) « Maintenant, écrivez le plus de choses possibles aux
quelles vous pouvez penser à propos d'« un homme montant
« sur une échelle. »
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
2) « et maintenant écrivez dans le rectangle n° II le plus
de choses possibles auxquelles vous pouvez penser à propos
de « un chien qui aboie. »
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
3) « et maintenant écrivez dans le rectangle n° III le plus
de choses possibles auxquelles vous pouvez penser à propos
de « une maison en flammes. »
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
« Retournez votre cahier. »
4) « et maintenant, écrivez dans le rectangle n° IV le plus
de choses possibles auxquelles vous pouvez penser à propos de
« un voy&ge en chemin de fer. »
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
5) « et maintenant, écrivez dans le rectangle n° V le plus de
choses possibles auxquelles vous pouvez penser à propos de
« un paquet » avec un p comme Pierre, rf
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
6) « et maintenant, écrivez dans le rectangle n° VI le plus
de choses possibles auxquelles vous pouvez penser à propos
de « un pauvre enfant. »
« Écrivez » TRENTE SECONDES « Arrêtez ».
TACHES D'ENCRE
« Tournez la page ;*vous avez maintenant devant vous
la page 10. »
I. — « C'est simplement une tache d'encre que vous avez sous
les yeux. Essayez d'imaginer tout ce à quoi elle ressemble.
Écrivez seulement le plus grand nombre de choses auxquelles
cela vous fait penser. .
ET CHAUFFARD. LE TEST F DE CATTELL 207 BÉNASSY
« Vous pouvez si vous le voulez, faire tourner votre cahier,
si vous pensez voir ainsi plus de choses. Écrivez le nom de
toutes les choses auxquelles vous pouvez penser.
« Travaillez vite, vous avez une minute seulement. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
II. — « Retournez votre cahier. Vous avez une autre
tache d'encre qui est différente de la première et dans laquelle
vous pourrez aussi voir des choses.
« Faites comme tout à l'heure, écrivez sur le cahier les
noms de toutes les choses auxquelles vous pourrez penser. »
« Êtes-vous prêt ? — Commencez » UNE MINUTE
« iVrrêtez ».
III. — « Tournez la page. Vous avez une troisième tache
d'encre qui est différente des deux premières et dans laquelle
vous pourrez encore voir des choses.
« Faites comme tout à l'heure, écrivez sur le cahier les
noms de toutes les choses auxquelles vous pourrez penser. »
« Êtes-vous prêt? — Commencez » UNE MINUTE
« Arrêtez ».
(Les enfants au-dessous de dix ans disent les choses qu'ils
voient, l'opérateur les note.)
Tel quel, il ne faut guère plus de vingt minutes pour admin
istrer le test.
Nous avons adopté pour le corriger les indications de
Cattell qui sont les suivantes :
Corrections
DESSINS
Noter un point pour chaque idée : par exemple « un chat
regardant un oiseau » 3 points, un pour « chat », un pour
« », un pour « oiseau ».
SÉRIES DE MOTS
Noter un point pour chaque chose (mot) à l'exclusion des
exemples.
COMPLÉTER DES DESSINS
Noter un point par dessin compréhensible à l'exclusion du
drapeau. MÉMOIRES ORIGINAUX 208
PETITES HISTOIRES
On note le nombre de mois ayant une signification, c'est-
à-dire : ne pas compter un, le, la, etc. mais compter le sujet,
même lorsqu'il est reproduit : par exemple : « chien », « aboie »,
« homme », « montant », « échelle ».
TACHES D'ENCRE
Noter le nombre d'objets imaginés.
Mais la forme des réponses étant libre, nous nous sommes
aperçus à l'usage que le nombre de points attribué à bien des
réponses variait assez largement avec l'interprétation du
correcteur ; aussi avons-nous, après discussion minutieuse de
chacun des points litigieux, précisé la correction en réunissant
un certain nombre d'exemples servant de guides.
I. — Dessins
On compte les idées.
« On aurait pu mettre des pommes _ qui seraient tombées _ de
l'arbre et mettre un banc sous l'ombre de l'arbre. »
3 4
« Un piéton qui traverse. »
1 2
On ne compte pas un terme général accompagnant plu
sieurs exemples particuliers :
« Voiture, Charrette, Diligence. » __ _ _
On ne compte pas les objets faisant partie du dessin
présenté.
« L'ombre de l'arbre. »
l'arbre est un des objets du dessin ; de même :
« un dessin sur le tapis ».
ï
On ne compte pas un adjectif ajouté pour rendre vraisem
blable la présence de l'objet :
Sous l'arbre :
« Saint Louis rendant la justice. »
î •
Dans la rue :
« Un pot de fleur tombé. »