Cette publication est accessible gratuitement
Lire

SÉVERIN fernand (1867-1931)

De
3 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis SSÉÉVVEERRIINN ffeerrnnaanndd ((11886677--11993311)) Poète belge de langue française, Fernand Séverin est né dans la campagne brabançonne, qui deviendra le

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 5
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Œuvres complètes de Stefan Zweig

de les-editions-de-l-ebook-malin

SAMAIN albert (1858-1900)

de Encyclopaedia-Universalis

SÉVERIN fernand (1867-1931)

Poète belge de langue française, Fernand Séverin est né dans la campagne brabançonne, qui deviendra le cadre naturel et idéalisé de sa sensibilité. Il passe d'abord son enfance en Allemagne, jusqu'à la mort de sa mère, puis vient à Bruxelles où il suivra les cours de littérature de l'Université libre. La Jeune Belgique publie ses premiers vers, dans lesquels il affirme son indépendance par rapport au symbolisme. Pour lui, la poésie est une affaire de sentiments personnels, et non une recherche de langage effectuée au sein d'une école. Plus tard il reniera son premier recueil, Le Lys (1888), justement pour cette complaisance dont il ne cesse de vouloir s'éloigner. Il est nommé professeur dans les Ardennes : il se promène et il écrit dans une solitude absolue Un chant dans l'ombre et Le Don d'enfance, d'où se dégage une atmosphère de songe dans des paysages mystérieux. Enseignant par la suite à Louvain, il tient la rubrique critique de L'Indépendance belge, sans pour autant se lier au milieu littéraire de Bruxelles. Il est vigilant et sévère à l'égard des mouvements modernistes, qui d'ailleurs ne reconnaissent pas son talent et son inspiration classique. Son seul ami est le poète Charles van Lerberghe, avec qui il entretient une correspondance. Ils voyageront aussi ensemble en Italie. Tourmenté par des inquiétudes religieuses, il chante son accord avec la nature dans La Solitude heureuse, mais il semble qu'il supporte de plus en plus mal sa mélancolie ; il souffre aussi de son insuccès. Nommé à la chaire d'histoire de la littérature de l'université de Gand en 1907, puis à celle de philologie romane, il remanie ses œuvres sans en être satisfait et s'installe pour finir dans un secret profond. En 1924, il publie encore La Source au fond des bois, dans laquelle il rejoint l'inspiration de son enfance. Il réunit en 1930 ses Œuvres complètes, dont il élimine tous les poèmes qui lui semblent faire trop de concessions à la mode.

Auteur: ANTOINE COMPAGNON
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin