La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

The crime of anti-Soviet agitation in the Soviet Union in the 1930's - article ; n°1 ; vol.39, pg 149-167

De
21 pages
Cahiers du monde russe : Russie, Empire russe, Union soviétique, États indépendants - Année 1998 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 149-167
Sarah Davies, The crime of anti-Soviet agitation in the Soviet Union in the 1930's. The article examines the prosecution of cases of anti-Soviet agitation and propaganda in the USSR in the 1930's. It traces how the crime originated in Soviet law after the revolution, and then examines how the article covering the crime (58. 10) was applied during the 1930's. It shows how definitions of what constituted anti-Soviet agitation fluctuated throughout this period. It was only with the onset of collectivization that large numbers of people began to be prosecuted for anti-Soviet agitation. In 1933-1934 an attempt was made to curb prosecutions. This liberalism evaporated after the murder of Kirov when the defmition of what constituted anti-Soviet agitation was broadened, and the numbers prosecuted rose accordingly. In 1936 the judiciary attempted to limit the application of article 58.10 again, but proved unable to resist the might of the NKVD which began to apply it indiscriminately during the terror. From 1939 a concerted attempt was made to restore legality and to restrain the powers of the NKVD; in this period the courts were active in overturning convictions for anti-Soviet agitation. The study reveals that repressive policies during this decade were characterized by inconsistency and fluctuation. Conflicts between individuals, between institutions and between the center and regions impeded the smooth functioning of the Stalinist regime.
Sarah Davies, Le crime d'« agitation anti-soviétique » dans l 'URSS des années 30. L'article examine les poursuites judiciaires ayant eu pour objet les cas de « propagande et d'agitation anti -soviétique » dans l'URSS des années 30. Il retrace l'introduction de ce crime dans le droit soviétique après la révolution et analyse ensuite de quelle façon le point 58.10 du code pénal concernant ce crime fut appliqué pendant les années 30. Il montre comment la définition de ce qui constituait une « agitation anti-soviétique » varia tout au long de cette période. Ce n'est qu'avec le début de la collectivisation que les poursuites en raison de ce motif se multiplièrent. En 1933-1934, un effort fut fait pour les freiner. Ce « libéralisme » s'évanouit après l'assassinat de Kirov. À ce moment-là, la définition d'« agitation antisoviétique » fut élargie et le nombre de poursuites judiciaires engagées augmenta en conséquence. En 1936, le pouvoir judiciaire essaya à nouveau de limiter l'application du point 58. 10, mais il fut incapable de résister a la puissance du NKVD qui commença à l'appliquer sans discrimination durant la Terreur. À partir de 1939, des efforts concertés pour restaurer la légalité et restreindre les pouvoirs du NKVD furent entrepris; pendant cette période les tribunaux se montrèrent très actifs en annulant les condamnatioas pour « agitation anti-soviétique ». L'analyse révèle que les politiques de répression menées au cours de cette décennie furent caractérisées par un manque de continuité et de rigueur. Des conflits entre individus, entre institutions ainsi qu'entre la capitale et les régions, entravèrent le bon fonctionnement du régime stalinien.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin