Cette publication est accessible gratuitement
Lire

TIMON DE PHLIONTE (~ 320 env.-env. ~ 230)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis TTIIMMOONN DDEE PPHHLLIIOONNTTEE ((~~ 332200 eennvv..--eennvv..

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 22
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

PYRRHON (~ 360-~ 270)

de Encyclopaedia-Universalis

BARDESANE (154 env.-env. 222)

de Encyclopaedia-Universalis

TELESIO bernardino (1509-1588)

de Encyclopaedia-Universalis

TIMON DE PHLIONTE (~ 320 env.-env. ~ 230)

Poète et philosophe sceptique grec, d'abord choriste au théâtre, Timon étudie la philosophie sous Stilpon de Mégare, puis devient le disciple et l'ami de Pyrrhon. Il enseigne lui-même la philosophie et la rhétorique à Chalcédoine. Ayant ainsi acquis une fortune considérable, il réside quelque temps en Égypte et en Macédoine avant de se fixer à Athènes. Adepte enthousiaste du scepticisme de Pyrrhon (né en 365), qui cherche le bonheur dans la « suspension du jugement » (le secret du bonheur est de se taire), il a laissé un ouvrage très célèbre : les Silles (c'est-à-dire les railleries), dont on ne possède que de rares fragments mais qui a fourni à l'Antiquité, notamment à Diogène Laërce et à Eusèbe de Césarée, d'importants témoignages sur l'école de Pyrrhon. (Les Silles comprenaient trois livres de satires écrites en hexamètres, dirigées surtout contre les autres doctrines philosophiques : toutes les sectes y sont attaquées (Socrate est traité de « raisonneur » et d'« imposteur pédant », Platon d'« agréable parleur rival des cigales »...).

Les Anciens attribuent aussi à Timon un grand nombre de comédies et de tragédies, un poème en vers élégiaques intitulé Les Images (ou, en grec, Indalmoi), deux traités (Sur les sensations, et Contre les physiciens, c'est-à-dire les philosophes spéculatifs) et un dialogue dont le titre, Python, évoque peut-être Pyrrhon lui-même. Timon y décrit son maître en ces termes : « Comment, Pyrrhon, as-tu réussi à te dégager des opinions des sophistes et à briser les liens de l'erreur ? Tu ne t'es pas soucié, en effet, de te demander quel air entoure la Grèce, ni d'où viennent les choses, ni où elles vont. »

Auteur: DOMINIQUE RICHARD