La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

,-:^. DES;j,
iMMERCIAi
A/ASS"TRAITE
n mmerc iaiesOpératio s co
DE BANQUEilroits réservésT'eusTRAITE
DliS
Opérations commerciales
DE BANQUE
PAR MM.
Henri LEJEUNEHenry TERREL
Licencié en droù. Licencié es lettres Sous-chef à la Direction des Agences
Inspecteur de la SociéU GéftéraU: de la Société Générale.
PARIS
ET C'% ÉDITEURSMASSOX
120, BOULEVARD SAINT-GERMAIN
I ()0 3TRAITÉ
UKS
OPÉHATIONS COMMERCIALES
DE BANQUE
NOTIONS PRKLIMIIVAIHES
PREMIERCHAPITRE
GÉNÉRALES SUR LES OPÉRATIONS DE BANQUE.NOTIONS
—Définition courante de la Banque. Méthode pour arriver à une
—définition claire. Division des opérations de banque : opéra-
capitaliste,tions avec la clientèle avec la clientèle
commerciale.
1"Caractères distinctifs des deux sortes d'opérations : au
2"point de vue des ressources dont disposent les banques au
;
3"point de vue du rôle économique des banques
; au point de
4"vue de la nature juridique des opérations au point de vue;
couru; 5° au point vue dedu risque de l'importance du rôle
des banques dans chaque catégorie d'opérations.
Les opérations de Banque sont multiples et variées
de lacomme les manifestations vie économique des
peuples modernes. L'industrie de la banque s'est modi-
i'ITerrel Lejei ne. 12 (iÉNKRM.ES SUR LES iipKIiATlONS DE liANQUE.NOTIONS
alin de ri'pondi-c h des besoins011 se compliqiKiiil,fiée
plus iicindireux par le jnodigiciix déve-rendus sans cesse
demi-siècle, inventionsque, depuis un leslop]>emcnf
aux trnnsaclions de Ions ordi'és.nouvelles onl donné
qu'il (>st diriicilr de IrouNcr- une délinilionIl s'ensuit
drscoiupréheusi\(' poui' (Miiluassi^i- 1 enseni!)le opé-assez
précise |)Our salisl'aire l'cspi'il.rai ions de ban(pi(\ assez
(pion di'd cliei'clier les élénicnls de celleil allail de soi
la délinilion même du mélier île banquier.délinilion dans
esl un marchand d'argenl, répèlenl lesLe banquier
auteurs ([ui traitent de la matière. Faii'e la liaiique c'est
l'argent.acheter et vendre de
bien raison de nous méfier des définitionsNous avions
largement coinpréhensives. A la vérité on ne saitIroj)
pas grand'chose, ([uand on sait que le banquier est un
car il faut bien avoiiei' (pie la mar-marchand d'argent,
esl d'ordre si spécial qu'on en comprend mal.chandise
premier abord, les transactions possibles.au
Encore quelle soit obscure, cette définition renferme
vérité. Le banquier en der-une très large part de opère,
nière analyse, sur les métaux précieux, dont les civilisa-
lions ont fait, au fureta mesure qu'elles se développaient,
la niaii(''re immédiatement échangeable, sous une forme
sous une autre.ou
Li'étymologie du mot ban(piier n en rappelle que très
«indirectement la signification. Le mol latin argentarius »,
qui désignait cette profession vieille comme le monde,
est autrement plus expressif. Mais, encore une fois, il y
a tant de façons d'ojiérer sur la matière qui sert aux
échanges de toute ualiire, qu'il faut se résigner à sacrifier
brièveté l'exposé la l'explication.la de à clarté de Le
banquier n'est plus exclusivement un prêteur dont les
services se paient plus ou moins chei-. suivant les cir-
constances rôle s'est est devenu
; son ('-tendu ; il le guide
et l'auxiliaire du capitaliste, rinlermédiaire entre les
capitaux à remployer et les entreprises qui les mettent en