Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une sépulture de l'âge du Bronze moyen dans le massif du Deffends à Eyguières (Bouches-du-Rhône) - article ; n°2 ; vol.9, pg 405-418

De
15 pages
Gallia préhistoire - Année 1966 - Volume 9 - Numéro 2 - Pages 405-418
14 pages
Voir plus Voir moins

Bernard Weber
Marie-Antoinette de Lumley
Une sépulture de l'âge du Bronze moyen dans le massif du
Deffends à Eyguières (Bouches-du-Rhône)
In: Gallia préhistoire. Tome 9 fascicule 2, 1966. pp. 405-418.
Citer ce document / Cite this document :
Weber Bernard, de Lumley Marie-Antoinette. Une sépulture de l'âge du Bronze moyen dans le massif du Deffends à Eyguières
(Bouches-du-Rhône). In: Gallia préhistoire. Tome 9 fascicule 2, 1966. pp. 405-418.
doi : 10.3406/galip.1966.1267
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1966_num_9_2_1267sépulture de l'âge du Bronze moyen Une
dans le massif du Deffends à Eyguières (Bouches-du-Rhône)
appliqué à fouiller un petit abri sous roche Wl,
à 250 m. seulement du premier gisement
Étude archéologique cité W2, et situé comme lui au pied de la falaise
du premier de ces vallons dit le « Vallon des A la sortie du village d'Eyguières sur la Vignes»2. L'abri Wl, faisant l'objet de cette route menant vers Lamanon, se dresse au nord étude (fig. 2), se situe à environ 70 m de l'entrée le massif du Deffends (fig. 1). C'est un mamel du vallon creusé d'une draille sur le côté gauche
on isolé des Alpilles dont la hauteur ne dépasse en haut d'un léger talus planté de la végétation pas 300 m et qui est creusé dans sa moitié habituelle des garrigues : dénivellation de la sud par deux immenses cirques incultes bordés draille au sommet du talus 2,50 m ; hauteur de de falaises parfois assez hautes. Le plus grand la falaise proprement dite 4,50 m. Il s'agit d'un de ces cirques est ouvert vers la plaine en banc de poudingue assez fortement incliné vers
contrebas, par quatre étroits vallons en forme le sud. L'abri est orienté o.-e. La hauteur de d'entonnoir, truffés d'abris sous roche et de l'excavation, qui est naturelle, est d'environ petites grottes. 2,50 m, le fond de l'abri est une fissure de plus Avec l'autorisation de M. Sylvain Gagnière, en plus resserrée du rocher, sans issue possible. directeur de la Circonscription préhistorique et Si l'on tient compte de la limite du terre-plein
de M. le Maire d'Eyguières (les gisements se au haut du talus, qui correspond à peu près trouvant sur le territoire communal) et conseillé avec la limite du surplomb rocheux et des par M. Jean Courtin, attaché au G.N.R.S., limitations sur les côtés nord et sud par le l'auteur s'est appliqué à détecter et à étudier rocher, l'abri aurait une superficie d'environ depuis 1956 les nombreux gisements qui 3,50 m au niveau du sol initial. semblent se trouver dans ce massif. C'est L'auteur avait sondé l'abri à plusieurs ainsi que le cirque sus-nommé, avec ses abris et reprises au cours des années 1956-57-58, sonses grottes apparaît comme un vaste cimetière dages au cours desquels il devait ramasser alors que la bordure immédiate au sud et au quelques tessons, quelques ossements de faune, sortir des quatre vallons semble avoir été le lieu débris de fer et en surface une monnaie d'habitation d'un groupe de population, ayant du Moyen Age. En 1958, un incendie ravagea vécu là temporairement ou de façon continue, toute cette partie du Deffends, ce qui amena en se basant sur les vestiges trouvés jusqu'à ce les lapins à abandonner leurs terriers à découvjour du Bronze moyen au Bronze final. ert. Ils se rabattirent vers les pieds de falaise où Après avoir fouillé de 1956 à 1960 dans ce ils creusaient de nouveaux terriers. L'un d'eux massif une grotte sépulcrale contenant les restes se réfugia dans l'abri où il profita des petits en désordre de plus de quatre-vingts individus sondages pour se créer un gîte et c'est en avec utilisation de divers modes d'inhumation : août 1962 que l'auteur découvrit dans le cône gisement daté du Bronze moyen1, l'auteur s'est
(1) Gallia Préhistoire, 1959, II, Informations archéo (2) Carte d'état-major, projection Lambert III,
logiques, Circonscription d'Aix-en- Provence, p. 241. zone Sud, Salon n° 1 horizontal: 158-159, vertical 818. 406 NOTES
de déjection d'un terrier, une mandibule Couche D: constituée par une nouvelle
humaine brisée en deux. couche de terre grise avec cailloutis, moyens et
gros, d'une épaisseur de 30 cm dans laquelle se A part le creusement du terrier, le gisement
trouvait allongé le squelette. Ce dernier reposait ne semble pas avoir subi de remaniement en
pratiquement sur le substratum rocheux. profondeur. La fouille fut entièrement exécutée
en plan avec la galerie du terrier pour repère.
Après décapage de la couche superficielle, on
n'utilisa pratiquement plus que le balai et aux
ute Eyguièrej-Lamano
W1 abri sépulcral s== chemin — sentier courbe de niveau _ zone à habitat
50 100 150 200 metres
1. L'abri du Deffends à Eyguières, vue générale. 2. Situation géographique de l'abri.
approches du squelette le pinceau. Toutes les Description de la fosse et position du squelette.
terres enlevées furent tamisées, tout le mobilier En tenant compte des différences de niveau recueilli et marqué d'après un quadrillage du sol avant la fouille (plus ou moins 25 cm), établi par l'auteur sur papier millimétré. différences qui s'expliquent par les éboulements
qui se sont produits à la limite du surplomb,
Stratigraphie (fig. 3). l'individu était enseveli à une profondeur
moyenne de 70 cm. Il se trouvait par ailleurs Couche A : à la surface du sol, constituée par
entièrement logé sous le surplomb, ce qui facide nombreux cailloux et galets détachés des
lita probablement sa conservation (fig. 4 à 6). parois ou tombés du haut de la falaise. On y
Le squelette était allongé au fond d'une cuvette ramassait des poteries récentes et des débris
naturelle, limitée au nord par les concrétions de fer.
rocheuses descendant à partir du niveau initial
de l'abri, en pente à 70° vers le fond de la fosse Couche B: constituée par de la terre grise,
et au sud par une grande dalle, probablement très légère avec cailloutis moyens, sur une
décollée de la falaise avant l'utilisation de l'abri. épaisseur de 20 cm environ, renfermant quel
Cette dalle présente, sur toute la longueur limiques tessons de poterie et de la faune.
tant la fosse, une paroi droite, plane et verticale
commençant à 25 cm de profondeur et s'arrê- Couche C : zone de cailloutis dense de 20 cm
d'épaisseur, contenant également des tessons et tant à 20 cm du fond de la fosse. Elle ne reposait
de la faune. pas tout à fait sur le substratum, mais sur- SÉPULTURE D'EYGUIÈRES 407
A Cailloutis de surface
B Terre grise
C Petit cailloutis
Rocher
D Terre grise Limite de la dalle
Limite de la fosse
- Limite de la fouille
Substratum :?< Substratum
3. Coupe stratigraphique de l'abri. La sépulture était 4. Plan de la sépulture.
au niveau de la couche D.
5. En haut, coupe longitudinale de l'abri et de la 6. Squelette en place de l'abri du Deffends.
sépulture ; en bas, coupe transversale de l'abri. 408 NOTES
plombait le côté gauche du squelette au niveau Le membre supérieur droit, ayant été déplacé
de la poitrine qu'elle protégeait fort bien. Cette par le rongeur, il est difficile de donner exacte
dalle plane également sur sa partie supérieure ment sa position. Le cubitus étant resté en
s'arrêtait à la hauteur du crâne. Elle a exacte place, on peut présumer qu'il était en position
ment l'épaisseur de la couche de cailloutis B. étendue, le long du côté droit quoiqu'en obser
vant le cheminement du terrier, la main droite Il est à noter cependant qu'à certains endroits
n'aurait pas dû alors être rejetée et détruite? de grosses pierres sans forme ou plates avaient
La main droite aurait, dans ce cas été placée été placées vraisemblablement pour protéger
par dessus le pubis. La position de l'humérus et le cadavre. Côté nord surtout au niveau des
du cubitus droits, visible sur la photographie jambes, du haut de la cuisse jusqu'au bas du
est donc arbitraire. Le membre supérieur jarret une grande pierre plate de 25 cm de
gauche, par contre était absolument intact : hauteur et d'une longueur de 70 cm était
position repliée de l'avant-bras, l'humérus placée verticalement à un niveau légèrement
s'écartant légèrement du thorax, la main plus élevé que les membres. D'autre part, de
gauche reposant sur la base droite de la poitrine. nombreuses grosses pierres se trouvaient en
Les membres inférieurs étaient joints. désordre à proximité du crâne à tous les
niveaux. A l'autre extrémité également, au
bout des pieds, des pierres de moyenne grosseur, Mobilier funéraire. parfois plates, semblaient avoir été placées
intentionnellement. Il n'a pas été observé Le mobilier funéraire recueilli dans cette
d'autres indices faisant penser à un coffrage sépulture est assez pauvre dans l'ensemble ; il
(fig. 4 et 5). ne contient ni objet de parure ni ossements
travaillés. Le squelette était en position allongée sur le
dos, les pieds à l'ouest, la tête à l'est (fig. 6). Le
bassin reposait pratiquement sur le substratum Industrie lilhique: elle fut trouvée dans les
trois couches archéologiques formant le remprocheux, tandis que la poitrine, le crâne et les
membres inférieurs étaient légèrement relevés. lissage de la fosse et dans le cône de déjection
Malheureusement une partie du squelette a du rongeur. Elle est très atypique, essentiell
ement constituée par des éclats de taille (enviété détruite par un terrier (régions de la face et
des pieds). Au début de la fouille l'entrée du ron 75). Signalons plus particulièrement un
grattoir (fig. 7, n° 1), un racloir simple convexe terrier, en plan, se trouvait à la hauteur du
tibia gauche, et en coupe à une profondeur de (fig. 7, n° 2), un racloir à retouches bifaces
(fig. 7, n° 4), et un burin dièdre sur cassure 40 cm, il avait profité d'un précédent sondage
aménagé sur une lamelle (fig. 7, n° 3). de l'auteur. Le terrier se dirigeait en ligne à peu
près droite et en pente douce vers le crâne, qui
fut utilisé, fort astucieusement, comme gîte. Galet: un galet brun rouge de forme régul
En fin de compte le lapin n'a détruit et rejeté ière.
que les osselets de la main droite, les os de la
Poteries: des tessons furent trouvés à tous face et la mandibule (retrouvée en partie dans
les niveaux et répartis sur toute l'aire de la le cône de déjection), tandis qu'il déplaça les os
un peu plus gros qui se trouvaient sur sa tra fosse et même au-dessus de la dalle limitant la
jectoire, notamment l'humérus et l'omoplate sépulture, à gauche de l'individu. La plus forte
répartition se trouvait néanmoins vers le côté droits. Le crâne était légèrement relevé, la
voûte crânienne tournée vers le haut, la face est de l'abri, donc en arrière du crâne à tous les
niveaux et jusqu'à un mètre de celui-ci ; au- regardant vers le n.-o. Il était légèrement
incliné vers sa droite et se trouvait un petit peu delà d'un mètre il n'y a plus de vestige d'aucune
sorte. Un grand nombre de tessons furent décalé vers la par rapport à l'axe de la
colonne vertébrale. Le crâne ne reposait pas trouvés sur la face est de la dalle. Un vase
sur le substratum, une épaisseur de 20 cm de intact (fig. 8, n° 5) se trouvait à 20 cm en
arrière du crâne, exactement dans l'axe du terre et de cailloutis l'en séparait. SÉPULTURE D'EYGUIÈRES 409
ment évasé. Il n'est pas décoré (hauteur totale : squelette à 35 cm du substratum, le fond du
60 mm ; diamètre au col : 60 mm ; diamètre à gobelet arrivant, dans le plan horizontal, au
niveau de la limite supérieure de la voûte la carène : 70 mm). L'épaisseur de ce vase n'est
pas régulière en tous les points. Il est de facture crânienne, à 60 cm de profondeur du niveau
assez grossière et maladroite. Le fond rond est initial de l'abri. Il était posé à même la terre,
au moment de la découverte, renversé, le fond bosselé. L'anse qui prend naissance au niveau
de la carène et aboutit à la limite du bord supé
rieur est légèrement tordue. Elle est surmontée
d'une légère protubérance dirigée en haut et
vers l'extérieur, il manque un petit bout de
l'anse au niveau du raccord au col. La pâte est
noire aux cassures avec d'assez gros dégrais
sants de calcite. Elle est mal cuite. Les surfaces
extérieures et intérieures sont grises terreuses.
Son « couvercle » provient d'un autre récipient
bien plus grand et de meilleure cuisson (vase,
dont on a trouvé des tessons analogues dans le
gisement). Il ne possède pas de décor (épaisseur
7 mm). Il faut signaler, en outre (fig. 8, nos 1
à 4) :
un très grand récipient, épaisseur 14 mm,
avec cordon à impressions digitales, ou cordon
pincé à la hauteur de la carène (4 tessons), la
pâte est grise ;
un grand vase, épaisseur moyenne 7 mm,
avec des stries en désordre sur toute la surface
extérieure (9 tessons), la pâte est noire ;
un grand vase, épaisseur moyenne 6 mm,
avec décor (55 tessons non reconstituables),
la pâte est beige sans dégraissant ;
un petit vase à engobe fine (3 tessons)
épaisseur 7 mm, la pâte est noire ;
un petit vase avec départ de panse fortement
accentuée sous le col (1 tesson) épaisseur 2 mm,
la pâte est noire ;
7. Abri du Defîends, industrie lithique : 1, grattoir; un petit vase à bord droit (2 tessons), épais2, racloir simple convexe ; 3, burin dièdre sur cassure, seur 3 mm, la pâte est noire, bien lissée à aménagé sur une lamelle ; 4, racloir à retouches bifaces.
l'intérieur ;
un petit vase à bord droit, épaisseur 3 mm,
rond en l'air, avec tout près de lui un tesson à engobe, la pâte est noire ;
ayant probablement servi de couvercle. Quoi un petit vase à goulot étroit (1 tesson), que renversé, on prit soin de recueillir son épaisseur 5 mm, la pâte est noire ; contenu. Il n'y avait pas de tesson en contact
un petit vase à bord droit (1 tesson) épaisseur immédiat avec le squelette, à l'exception de
5 mm, la pâte est beige à dégraissants ; celui, assez important, qui se trouvait exacte
ment entre les deux pieds, sous les talons. un petit vase à bord large avec amorce de
bourrelet (1 tesson), la pâte est rouge avec Le petit vase, entier (fig. 8, n° 5), galbé à
dégraissants de calcite, épaisseur 6 mm ; fond rond, muni d'une anse unique à protu
bérance est de type Polada. Le col est huit tessons indéterminés. 410 NOTES
8. Poteries de l'abri du Defïends. Le petit vase à anse de type Polada était posé à la tête du squelette.
Faune. cette époque et dans cette région, les sépultures
individuelles sont rares. Les morts étaient enseDans les terres qui recouvraient le squelette, velis dans des grottes sépulcrales collectives, notamment dans les couches B et G, on a recueilli comme le prouvent les gisements très proches quelques ossements d'animaux : un fragment de celui-ci. de mâchoire de mouton avec deux molaires ; L'étude anthropologique du squelette, entrehuit dents isolées de mouton ; deux incisives prise par Mme le Dr de Lumley, qui fait suite d'écureuil. à ce compte rendu de fouille nous propose
peut-être indirectement une réponse. Sur le plan archéologique proprement dit, la
fouille de cette sépulture n'a pas apporté d'él Bernard Weber.
éments qui ne soient connus. L'intérêt réside
II dans le fait qu'elle était intacte. Le mobilier,
notamment le vase rituel de type Polada, Étude anthropologique
permet de la dater, avec assez de précision, du
Bronze moyen. L'industrie lithique est pauvre, Le squelette étudié dans cette note (fig. 6)
aucune hache, absence totale d'objets de provient d'un abri creusé dans le massif du
parure et de bronzes. Il y a lieu de noter, qu'à Deffends et situé sur la rive droite du Vallon SÉPULTURE D'EYGUIÈRES 411
des Vignes dans la commune d'Eyguières saillantes et les bosses frontales sont peu pro
(Bouches-du-Rhône). Les fouilles, entreprises noncées. La courbe de la voûte s'aplatit lég
parB. Weber, ont permis de mettre au jour une èrement dans la zone de l'obélion et redevient
sépulture individuelle, avec un matériel archéo convexe dans la région occipitale. Il n'y a pas
logique peu abondant, mais bien daté par la de chignon, ni de torus occipital. Les apophyses
présence d'une petite tasse à anse « ad ascia » mastoïdes sont développées et les zones d'inser
de l'âge du Bronze moyen (1500-1200). Le rite tions musculaires sont bien marquées. Les
de l'inhumation n'est pas rare à cette période, crêtes temporales sont accusées. Tous ces carac
tères permettent de penser que ce crâne appartmais il s'agit, le plus souvent, d'une inhumation
secondaire. Après décarnisation, les ossements ient à un individu de sexe masculin.
sont alors transportés en grotte et rassemblés En vue postérieure, ou norma occipitalis
en une même sépulture ou simplement déposés (fig. 10), la voûte est régulière, l'inion et les
sur le sol. Par contre, le mode d'ensevelissement crêtes occipitales inférieure et supérieure sont
individuel est exceptionnel. Le gisement du saillantes. Leur développement confirme le
Defïends en représente un cas. caractère masculin de ce crâne.
Dans une sépulture, constituée par une L'examen de la face inférieure, ou norma
simple fosse, le squelette d'un homme âgé d'une basilaris, est réduit, par l'absence du maxillaire
cinquantaine d'années reposait, allongé sur le supérieur, à la région basilaire. Le trou occipital
dos, le crâne légèrement incliné en avant et sur a des dimensions moyennes.
le côté droit, le membre supérieur droit placé
le long du corps et l'avant-bras gauche replié Dimensions da crâne sur la poitrine. La plus grande part des oss
ements de cet individu est en parfait état. Il Longueur maximum 190
— glab.-inion 185 manque cependant quelques éléments inté Largeur maximum 132 ressants, tels que la face et les deux pieds ; ils — frontale minimum 96
ont été détruits par des animaux fouisseurs qui —maximum 110
ont creusé là leur terrier. Hauteur basio-breg 133
— poro-breg 114
Courbe horizontale 560
— transversale 293 Élude morphologique
— sagittale totale 355
— — frontale 130 1° Le crâne. — — pariétale 130
— — occipitale 110 Le crâne incomplet, est dépourvu de la face
Corde frontale 110 et d'une grande partie du frontal intéressant pariétale 117 la région orbitaire gauche. Observé en norma — occipitale 90
verlicalis (fig. 9), ce crâne a une forme ovoïde, Longueur du trou occipital 38
Largeur du trou 32 régulière et symétrique. Un allongement impor
tant dans le sens antéro-postérieur est confirmé
par un indice d'hyperdolichocrânie (69,4). Le 2° La mandibule. développement des bosses pariétales est moyen ;
par contre, celui de l'occipital est important. Il ne reste pas grand'chose de la mandibule.
L'oblitération endocrânienne des sutures est Deux fragments comprenant, l'un la branche
totale au niveau de la sagittale et de la coro- montante droite et une petite portion de la
nale. L'âge de cet individu oscille donc autour branche horizontale, l'autre, identique, pour le
de cinquante ans. La suture lambdoïde, non côté gauche, seront l'objet d'une courte des
synostosée, est compliquée et de nombreux os cription. Il manque la région mentonnière.
wormiens y sont inclus. Les trous pariétaux Aucune dent n'est en place dans son alvéole.
ne sont pas visibles. Ceux-ci sont d'ailleurs ouverts par le bris de la
face interne des fragments mandibulaires. Les Vu de profil, ou en norma lateralis (fig. 11), ce
angles goniaques sont nettement éversés et les crâne est haut, les arcades sourcillières sont
10 412 NOTES
9. Le crâne en norma verticalis présente un allongement 10. Le crâne en norma occipitalis.
antéro-postérieur important.
hauteur qui est faible et qui augmente ainsi la
valeur de l'indice. Ceci permet de penser que la
face de cet homme était de hauteur moyenne.
Mensurations et indice de la mandibule
Hauteur de la branche montante 55
Largeur minimum de la branche montante.. . 33
Angle goniaque 1 15°
Indice de la branche 60
Toutes les dents de cet homme sont en bon état. En
voici la liste :
Maxillaire Mandibule
12 droite II gauche II droite II gauche
G 12 12 12
PI PI GC
P2 P2 PI PI
11. Le crâne en norma lateralis droit. Ml Ml P2 P2
M2 M2 Ml M2
empreintes d'insertion du masséter sont bien 3° La colonne vertébrale. marquées. Les apophyses coronoïdes sont lisses
et régulières. L'échancrure sigmoïde a une Elle est complète dans sa portion dorso-
profondeur égale à 11 mm. L'indice de la bran lombaire. Les vertèbres cervicales sont en très
che montante a une valeur moyenne : 60. La mauvais état, cassées et non reconstituables.
largeur de la branche est normale ; c'est la Quelques fragments d'atlas, d'axis et de 3e et '
,
.
|
'
j
1
I
D'EYGUIÈRES 413 SÉPULTURE
Indices du crâne
Indice horizontal 69,4 très allongé (hyperdolichocrâne) vertical au basion 70,0 moyen (orthocrâne)
Indice au porion 60 transverse au basion 100 haut (acrocrâne)
Indice au porion 86,3 hautde Hrdlicka au basion j 82,6 moyen
Indice de au porion j 70,9
intermédiaires fronto-frontal 87,2
Indice fronto-pariétal ! 72,7 large (eurymétope) fronto-sagittal ] 84,6 droit (orthométope)
Indice trou occipital 84,2 moyen (mesosène)
Capacité calculée (Pearson) 1461,88 ce
4e vertèbres cervicales ont seuls pu être déter Le sacrum, de forme étroite et haute, à
minés. Ils sont intéressants par la présence concavité antérieure bien marquée, aux aile
d'une déformation des facettes articulaires rons sacrés relevés (hyperbasalité), est typique
gauches inférieure et supérieure de la 3e et 4e ment masculin.
cervicale. Ces facettes sont élargies et le mass
Mensurations et indices du sacrum if qui les supporte est affaissé. De plus, l'ap
ophyse épineuse de la 3e vertèbre cervicale est Longueur 145 légèrement désaxée, sa pointe est oblique à Largeur maximum 128
droite, comme si elle était attirée du côté sain. Profondeur 29
Ne possédant pas les vertèbres cervicales Indice de largeur 88,2
sous-jacentes, il est difficile de voir s'il existe Indice de la concavité sacrée 20,0
une déviation segmentaire du rachis cer
vical. Cependant, l'absence de déformation 4° Le sternum. Les côles. compensatrice au niveau du segment dorsal et
lombaire, permet de penser qu'il s'agit d'une A. Sternum: deux segments du sternum arthrose bien localisée à la portion haute du de cet homme sont en bon état de conservation. cou, dont l'origine la plus vraisemblable serait Il s'agit du corps du sternum et de l'appendice post-traumatique. Les corps des 7 premières xyphoïde. Ces deux pièces ont gardé leur vertèbres dorsales sont détruits, mais au niveau indépendance, ce fait s'explique par l'âge du
des 5 dernières, il est possible de relever quel sujet à qui nous avons attribué, d'après l'exques mensurations. Les vertèbres lombaires amen des sutures crâniennes, une cinquantaine sont en très bon état. d'années. La soudure de l'appendice xyphoïde
au corps s'effectue de 50 à 60 ans et ce n'est que Mensurations et indices dans l'extrême vieillesse que la poignée ou
segment supérieur se soude au corps. La sou
Hauteur Hauteur dure complète de cette dernière pièce est Indice antérieure postérieure d'ailleurs fort rare.
La forme assez large du corps sternal est D8 23 typiquement masculine. Les facettes artiD9 23 25 108,69
23 culaires latérales destinées aux cartilages cosD10 25
DU 23 26 113,04 taux sont normales. L'appendice xyphoïde a une
D12 26 26 100,00 forme irrégulière, approximativement rectanLl 29 103,44 30? gulaire avec un bord inférieur légèrement L2 29 33 113,79
oblique. En réalité, la configuration de cet L3 30 33 110,00
L4 30 31 103,33 appendice est normalement très variable. Il
L5 31 25 80,64 ne faut donc pas retenir ce petit caractère.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin