Cette publication est accessible gratuitement
Lire

VIDOCQ eugène françois (1775-1857)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis VVIIDDOOCCQQ eeuuggèènnee ffrraannççooiiss ((11777755--11885577)) Élevé au niveau du mythe littéraire, moins pour la publication de ses Mémoires que pour les personnages de

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 15
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Nicolas

de grasset

Michael Kohlhaas

de fayard-mille-et-une-nuits

VIDOCQ eugène françois (1775-1857)

Élevé au niveau du mythe littéraire, moins pour la publication de ses Mémoires que pour les personnages de Vautrin et de Valjean qu'il aurait inspirés à Balzac et à Hugo, Vidocq appartient surtout à l'histoire de la police.

Fils d'un boulanger d'Arras, il commet son premier vol à seize ans, s'engage, déserte, est condamné en 1796 pour un faux qu'il n'aurait pas commis, s'évade du bagne de Brest, est repris, s'échappe à nouveau. Mais il connaît l'« angoisse de la chaîne » et décide de trahir le « milieu » en échange d'une amnistie. Dubois, préfet de police de Napoléon, se laisse convaincre par son chef de division Henry, un spécialiste du crime. Vidocq entre au service de la police. N'en soyons pas surpris. Ses principaux chefs (Piis, un chansonnier devenu secrétaire général de la Préfecture de police, le géographe Boucheseiche, Veyrat, Desmaret, chef de la Sûreté au ministère) sont des déclassés. Parmi les agents secrets, on trouve le comte de Montgaillard et un écrivain de talent, Fiévée.

Les débuts de Vidocq sont si éclatants qu'une brigade spéciale formée d'anciens bagnards lui est confiée en 1811. Pasquier, qui succède à Dubois, reconnaît dans ses Mémoires : « Cette confiance accordée avec autant d'abandon à un homme condamné a été d'un très mauvais effet et elle a beaucoup contribué à déconsidérer la police. » À la suite d'un scandale, Vidocq est invité à se retirer en 1827. Il possède à cette date une solide fortune acquise de façon douteuse, si l'on en croit les souvenirs de l'un de ses successeurs, Canler. Rappelé à la tête de la Sûreté le 31 mars 1832, mais rendu responsable de la répression antirépublicaine de juin 1832, il donne sa démission le 15 novembre. Il fonde alors une police privée.

Le succès de ses Mémoires en 1828 avait été considérable ; aussi publie-t-il, en 1836, Les Voleurs et, en 1844, Les Vrais Mystères de Paris. Son prestige est énorme auprès des grands écrivains du temps : Balzac, Hugo, Lamartine, Dumas, Janin, Soulié et Sue. Ses nouvelles arrestations, en 1837 et en 1843, à la suite d'obscures manœuvres de la police, lui valent un regain de popularité. Il meurt sous le second Empire.

Auteur: JEAN TULARD
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin