Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

ISSN 1022 – 244817 septembre 2007 Horizons et débats Case postale 729, CH-8044 Zurich Horizons et débats F AZA .h 8044 Zurich CCP 87-748485-6 a responsabilité pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains Edition française du journal
Danslemondeentier,lesagriculteurssu-bissentuneénormepressionsurlesprixde  leursproduits.Ilenrésultedespertesdere-venusconsidérablesetdesombresperspec-tivespourbeaucoupdefamillesdagricul-teurs.Aussibiendanslespaysrichesque  anslespaysémergentsetenvoiededéve-loppement,lesagriculteursluttentpourleur  ur ie
Lalutteruineusepourlavieestlerésultat  unemauvaisepolitiqueagricole.Sousla  esponsabilitédespaysindustrialisésocci-entauxquidonnentleton,lOMCdicteàses  aysmembresunepolitiqueagricoleaxéesur  lemarché,quisuitlesprixvirtuelsdumarché  nternationaletnedevraitavoirquunobec-tif:lacompétitivitémondiale. Lacompétitivitédesproduitsagricolessur  le«marchémondial»supposeune«maîtrise  lagestiondescoûts»,cequinécessiteune  augmentationsansscrupulesdelaproducti-vité(conditionsdetravailinhumaines,as-desressourcesnaturellesetindustria-lisationdelagriculture).Ilnyapasdeplace  ourdesdifférenciationsclimatiques,éo-graphiques,culturellesoumêmedepoltiique  ocialedansuneagro-industriequiobéitàun  archédemasse.Despetitesetmoennes  xploitationsdoiventcéderlaplaceàdes  «usinesagricoles».
osiondessolsetpollutions Lastandardisationetlalimitationàunpetit  ombredeproduitsdevraientfairebaisser  lescoûtsetpermettrederéaliserdes«écono-iesdéchelle»etdaugmenterconsidérable-entlaproductivité.Lesolfacteurdepro-ctionnaturelpourlesalimentsnepeut  asrépondreàcetteexigencedecroissance  anslimitesparlaumentationdelaproduc-tivité.Saufsionl«aide»avecdesmoyens  techniques,chimiquesetdautresmanipula-tionsarticielles.Lescatastrophesnaturelles,  lechangementclimatique,lérosiondessols,  lesalimentspollués,lesépizootiesetbeau-oupdautres«pollutions»peuventprovenir ecette«aide»oudecette«ictoiresurla  ature» Lecoûtdelindustrialisationdelapro-uctiondesalimentsdebaseestentoutcas  beaucouptropélevé:ladiversitédesvariétés  Ondétruitdélibérémentunestruc-turedeproductionetdapprovisionnement  uisestdéveloppéependantdessiècles.A  elasaoutelapertedunealimentationsaine  ourtouteslescouchesdelapopulation,ce  uiadesrépercussionsnégativessurlétatde  
parReinhardKoradi,Dietlikon
Les prix doivent assurer aux a riculteurs une existence décente au ourd’hui et demain sans les pousser vers des marchés de niche par une politique de prix élevés.» (photo uh) économique.Pourquoilessubventionsetles  aisepolitiqueagricolerenéoibalregarounceurpoxauscavantages-ecoûtdelamauvaiseorientationdonnéeàsaae-uvpislassambaelectpscat-ilaiensergie économieagricoleserafatalauxéconomiesalvuosdragedeedla-piaeretalimenteraineté nationales.Laugmentationducoûtdelasantéetstnaneemilenemtndorivisnoulationelapop esassurances,despertesderevenusainsiquesnialsreLa?tetunanort,éclitimboàmentaire esfraisoccasionnésparlaréparationdesdom-tuep,noitatnemrmpaegéanrreêtilesbe-alil magescausésàlenvironnementetdesdégâtsrettilamevefntlicaedeoinsseocdniaer.sIlse matérielscompenseronttrèsrapidementlesbé-esspaonerecnamoàltéqbilisnoaudnxédpir nécesescomptésdelaugmentationdelapro-leirvoouptahcadpsiam,.resLeruonutiràsaal  uctivitéetdunemeilleurecompétitivité.Ou,es«marctdansledlEatesemtnsveinisstedséh unefoisdeplus,lesbénécesseront-ilsprivati-ttérêlninastuduotdaspntsoene»igrenéoib éesetlespertesreportéessurlacollectivité?opullapeéces-negnadlrenseioatetnetmntte Une«analysecomplèteducoût»delali-sedeostueinedairesmesuredeixprsurvefan  rliinnilrllrininsiessabpirxsedysannpaudeneopaloitcudor conomiesagricolesnationalesverslemarchéedsuerfvanes.Cteurommaconsiouqruoptserésenteratrèsprobablementunbilannégatif.tedlarugamenegie»«bioénerelcoendsetojprs  Neserait-ilpasplussensédeconsacrerlesntnememenueiremesnecaéstviroonsilntppa oyensnancierslargementendessousduaageuvantailxnesasemtnnetsins.elurat oûtpourléconomienationaledelalibérali-sationdumarchémondialdeléconomieari-nuatroxirp  oleaumaintiendunapprovisionnementutrecetteutilisationdétournéedaliments,  autonomedelapopulationenalimentssainsetleschangementsdanslescomportements  aturels?1%à1,5%duproduitintérieurbruthnmminnrînn  sufraitpourcetinvestissementvital.Enceépensesplusélevéespourlesaliments.Ces  uiconcernelaSuisse,ilsagiraitdunmon-hangements,quiontdemultiplescauses,en-tantde4,5à6,5milliardsdefrancs.traînentdenouvellesvaleursetstlesdevie  uiaugmentent,égalementdanslesecteurali-eauxmarchés  entaire,lademandedeconfortetde«plus-oduitsagricoles value»(platstoutpréparésetgnofredo.A Pouraccélérerleprocessusdemondialisationetrexdplemve,itcitaubliireleioicnaplsgo dansledomaineagricole,lespoliticiens,lesvaDa«urdeeagntiddnargetubirtsuntemps  grandsgroupesagrochimiquesetpétrolierspré-isiusénlapctsurpoesllbcitié.»Laupurvivreo conisentlutilisationdeproduitsagricolesdansgguserèiqusmpeetetdpreuenestinercuisque  laproductiondecarburants.Avecledétourne-eivedétilauqlaàtuised(mef)sem. mentdalimentsenfaveurdelabioénergie,on  Lesplatscuisinésfontmonterlesprix atiqueuneimpardonnabletromperiesurla  marchandise.Onprometauxpaysansdenou-veccetteconoitpecnàtuotrreitfaon,éeon vellessourcesderevenusetonfaitmiroiterauxaenetuuaocrebareupdLesnt.i-isatplcus  consommateurslaprotectiondelenvironne-ndustrieour.Liiaerailemtnséstûojudtnogua mentetduclimat.Cequiestpréoccupant,cestentacemdépltloontiburistdianuàédécorptn uecettesurenchèreestsoutenueparlespluseelaiednaaeslrnueddntoamooiclcéér hautsresponsablespolitiques,voirenancéelentaalimorudtiEn.getapleetrlànoitnavarue ardessubventionsetdesavantagesscaux.agriculteursetburtedses-sipeludortilan  tuentdesprocessusdetravailetdedistribution  acrierlalimentationàlamobilitéest  uilaissentuneplaceconsidérableàlaréali-oralementetpolitiquementinacceptable  sationdebénécesaudessusdelamoyenne.  Utiliserdesalimentspourproduiredeléner-Lesmatièrespremièressontdevenuesinter-gieestunehumiliationincroyablementbru-hangeablesetlapréparationdesrepasaété  taledeceuxquisouffrentdelafaimetnontepriseparlaproductionindustrielle.Cettere-luslesmoensdeseprocurerlesalimentsdeistributionprocureauxrandsroupesali-basedontleprixnecessedaugmenter.Sub-entairesetaucommercededétail,suivantle  rdonnerleproblèmedelafaimàceluidevolumedachatetlechiffredaffaires,unpou-lénerieestabsolumentinacceptabledupointvoirsurlemarchéquileurpermetdimposer  evuedeléthiqueetdelapolitiquesociale.auxpaysansunebaissedeprixetdoffriraux  Maiscettepolitiquedoitêtresérieusementsdesurtemaomnsoirxentt-eproduitsàdesp emiseenquestionégalementdupointdevueknuolicedtoraéusvélePs.rounetlpletes  
roducteurreçoitàpeuprès70centimes.Dans  lecommerce,cescarottescoûtentàpeuprès  francs30.Pourdescarottescruesrâpéeset  mballées,leprixestdéjàde12francsetune  saladedecarottestoutepréparéenecoûtepas  oinsde1à1francslekilo.
Leprocessusdeconcentrationdanslapro-ductionalimentaireconduitàunemonopoli-sationdeléconomiealimentaire.Desdépen-dancessecréentauméprisdesintérêtsdes  euplesenmatièredesécurité,desantéetde  olitiquealimentaire.Lapprovisionnementetla  sécuritéalimentairesontsubordonnésauxdik-atsdumarché.Cestlattractivitédumarchéet  lepotentieldebénécesquidécidentdeloffre.  Cestpourquoilesentreprisesmettrontsurle  marchélesproduitsquileurprocurentlesplus-valueslesplusimportantes.Lesproduitsbruts,  nonélaborésnintéressentdoncpaslindustrie  limentaireetsontdeplusenplusécartés.A  moinsquelesconsommateursrefusentlesof-fresdelindustriealimentaireetachètentdéli-bérémentdesalimentsdebasenonélaborés
oductionalimentaire  eleurpropreinitiative,lesconsommateurs  ourraientreconquérirleurplacedansla  haînedeplus-valuesdelaproductionetde  ladistributionalimentaire.Aulieuderecou-irauxplatstoutpréparés,chacundoitrevenir  àlartdecuisinerenmettanteneusacréati-vité.Siellesaccompagnedenouveauxcom-ortementsalimentairesetdeconsommation,  unealliancepuissantecontrelesmonopoles  alimentairesdunpetitnombredemultinatio-alesagro-alimentairespourraitnaître.Siles  nmmrrriinlin ntreleproduitetsaconsommationparlachat  irectdeproduitsdeproximitésaisonnierset  réparaientchezeuxdesrepasbonsetsains,  lsréduiraientconsidérablementlecoûtdeleur  ourritureetallégeraientainsileurbudget.
L’ eté Enmoenne,lesménaessuissesdépensent nviron8000francsparanpourleurnourri-ture.Pourunrevenuannuelde42000francs,  elareprésente19%,ledoubledupourcen-tagemoyendesménages,quiestde8,4%.  anslarecherchedu«prixjusteetsociale-entacceptable»pourleproducteuretlecon-sommateur,lesvaleursmoyennesnepeuvent  nstituerdesdirectives.Ilfautplutôtdéve-lopperdessolutionsadaptéesauxproblèmes.  Lessolutionsproposéesjusquàprésentpar  léconomiedemarchéont,danslemondeen-tier, privé l’a riculture pa sanne de mo ens existenceetréduitàlapauvretéunnombre  roissantdegroupesdepopulation.
Desprixéquitablespourtous laquestion«Quelpeutêtreleprixdesali-ments?»,ilnyaquuneréponse:ilsdoiventas-urerauxagriculteursdesmoyensdexistencedé-entsaujourdhuietdemain,sanslespousservers  desmarchésdenicheparunepolitiquedeprix  levés.Ilsdoiventcependantpermettreàtoutle  mondedeseprocurerunealimentationsaine. aquestionnécessitedesinterventionsde  lEtatetdelinitiatiechezlesconsomma-teurs.Puisquelondistribuedéjàdes«bons»  auxfamillespourlafréquentationdescrèches  ourquelesmèrespuissentêtreintégréesdans  leprocessuséconomique,pourquoilEtatne  veillerait-ilpasàassurerdesprixéquitables  ourleproducteurettolérablespourlesfa-illesgrâceàdesmesurespolitiquesetde  innnir?  
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin