Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'ARRÊT DU TABAC - Mise en page 1

2 pages

L'ARRÊT DU TABAC - Mise en page 1

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 125
Signaler un abus
L’ARRÊT DUTABAC ET SES BÉNÉFICES
Quels que soient l’âge du fumeur, l’intensité et la durée du tabagisme, et qu’il y ait ou non des maladies présentes,l’arrêt du tabac est toujours bénéfique pour la santé.
L'AMÉLIORATION DE LA RESPIRATION EST L'UN DES BÉNÉFICES DE L'ARRÊT DUTABAC
L’arrêt du tabac permet destopper la dégradation de la fonction respiratoire ère (évaluée par la mesure du VEMS)année et. Le bénéfice est obtenu dès la 1 maintenu tant que l’arrêt du tabac persiste(Lung health study).
La courbe de Fletcher ci-contre représente l’évolution normale du souffle d'un non fumeur et son évolution chez un fumeur.
Cette courbe bénéfice réel
montre bien qu’il y a toujours un et mesurable à arrêter de fumer.
1 Sujetsnon fumeurs et fumeurs dits “peu sensibles au tabac” en terme de fonction respiratoire 2 Sujetsfumeurs sensibles aux effets de la fumée de cigarette 3 Sujetayant arrêté le tabagisme
BÉNÉFICES LES DE LTABACARRÊT DU SUR LA SANTÉ APRÈS LA DERNIÈRE CIGARETTE
20 minLa pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié, 8 hL’oxygénation des cellules redevient normale, Le risque de spasme coronarien diminue. Le risque d’infarctus du myocarde commence à diminuer, 24 h Les poumons commencent à éliminer le mucus. Le goût et l’odorat s’améliorent, 48 h La qualité du sommeil s’améliore. 72 hRespirer redevient plus facile. 2 sem.La toux et la fatigue diminuent, à 3 moisOn récupère du souffle, On marche plus facilement. 1 à 9Les cils bronchiques repoussent, moisOn est moins essouflé, La fonction pulmonaire est améliorée. Le risque d’infarctus diminue de moitié, 1 an Le risque d’accident vasculaire cérébral redevient celui d’un non-fumeur. Le risque de cancer diminue presque de moitié, 5 ans Le risque d’infarctus du myocarde redevient celui d’un non-fumeur.