Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'entraînement de la force chez les jeunes : controverses ! S'il ...

De
6 pages

L'entraînement de la force chez les jeunes : controverses ! S'il ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 93
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

L’entraînement de la force chez les jeunes : controverses !
S’il est un domaine de controverse en sciences de l’exercice, c’est bien la
question de l’efficacité et du danger potentiel de la musculation (ou des poids et
haltères) chez les jeunes et en particulier chez les pré-adolescents.
L’opinion de la communauté scientifique a beaucoup évolué au cours des 20
dernières années en ce qui a trait à l’entraînement en musculation chez les
jeunes. Alors qu’autrefois on considérait la musculation comme inutile et même
dangereuse pour les jeunes athlètes, elle est aujourd’hui considérée de plus en
plus comme essentielle dans un programme de développement sportif. Ce
phénomène est dû en majeur partie aux études de plus en plus nombreuses qui
ont été faites sur le sujet.
Les résultats de ces recherches offrent de nouvelles perspectives sur la
question et, dans une certaine mesure, remettent en cause certaines des
positions déjà établies.
En 1993, deux chercheurs Canadiens, Joe Blimkie et Alain Marion ont effectué
une synthèse des principales données scientifiques sur l’entraînement de la force
au cours de la période prépubertaire, et cette recension sous-tend les
recommandations faites par l’Association Canadienne des Entraîneurs (voir texte
complet au http://www.coach.ca/articles/sport_f.html).
L’entraînement de la force chez les jeunes: définitions
Entraînement de la force
: Blimkie et Marion définissent l’entraînement de la
force comme étant un programme régulier d’exercices effectués à l’aide d’un ou
plusieurs appareils (ex. : haltères; appareils pneumatiques ou hydrauliques ou de
type " Nautilus "), ou encore qui utilisent la résistance corporelle dans le but
d’accroître la force musculaire. Ce type de programme est considéré distinct de
sports tels l’haltérophilie ou la dynamophilie (anglais : power lifting).
Pré-adolescence
: La pré-adolescence, la pré-puberté et l’enfance sont
synonymes, et font référence à la période où l’âge maximal est d’environ 11 ans
pour les filles et 13 ans pour les garçons. Donc les recommandations du présent
article valent autant pour les pré-adolescents que pour les adolescents.
Adaptation
: La restauration ou réorganisation morphologique des muscles et des
processus physiologiques assujettis au stress lors d'une activité particulière.
L’adaptation physiologique résulte d’une réponse du corps humain à un stimulus
d’entraînement :
Stimulus (S) > réorganisation (R) > adaptation (A)
Par exemple, si l’athlète effectue des flexions des avant-bras de façon
régulière, les muscles impliqués dans le mouvement deviendront plus forts.
L’exercice de flexion est le stimulus (S), l’augmentation en volume des fibres
impliquées et une meilleure coordination nerveuse sont les principales actions de
réorganisation de l’organisme (R), et l’augmentation conséquente de la force est
l’adaptation (A).
L’entraînement de la force : efficace ou non ?
On a longtemps pensé que l’effet de l’entraînement de la force était inefficace
avant la puberté. Cependant, la plupart des études menées depuis le milieu des
années 1980 et qui ont (1) incorporé des charges élevées ou modérées et (2)
contrôlé les effets de la croissance et de l’amélioration de certaines habiletés
motrices dans l’expression de la force, indiquent qu’il est possible de développer
cette qualité de façon significative avant et après l’adolescence .
Durant la pré-adolescence, l'accroissement de la force serait principalement
attribuable à l'optimisation des mécanismes nerveux impliqués dans la