2011 : La reprise en toile de fond pour la construction

De
Publié par

En 2011, la situation du secteur s’améliore nettement après une année 2010 en demi-teinte. La production de logements rattrape progressivement son niveau de 2007 sans pour autant donner l’impression d’un mouvement de fond, malgré un volume des autorisations de logements en augmentation de 28 % portée par l’habitat collectif. Les mises en chantier suivent la même tendance et progressent de 26 %. L’année 2011 se termine sur une conjoncture morose en termes de ventes de logements neufs. Celles-ci se replient de 9,4 % sur l’année. L’augmentation des stocks de 6,4 % témoigne d’une reprise de la production. La construction de locaux, elle aussi, profite de cette reprise de l’activité. Avec 2,32 millions de mètres carrés, la surface totale autorisée est en amélioration de 18,7 % sur l’année 2011. La construction de locaux, elle aussi, profite de cette reprise de l’activité. Avec 2,32 millions de mètres carrés, la surface totale autorisée est en amélioration de 18,7 % sur l’année 2011. Le retour en force de l’habitat collectif Mises en chantier : l’activité redémarre Recul des ventes de logements neufs et reconstitution des stocks Des prix qui s’orientent à la baisse Locaux non résidentiels : progression des autorisations et des mises en chantier Encadrés Commercialisation des logements neufs La base de gestion des permis de construire : Sit@del2
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

CONSTRUCTION
2011 : La reprise en toile de fond pour la construction
En 2011, la situation du secteur s’améliore nettement après une année 2010 en demi-teinte. La production de loge-
ments rattrape progressivement son niveau de 2007 sans pour autant donner l’impression d’un mouvement de fond,
malgré un volume des autorisations de logements en augmentation de 28 % portée par l’habitat collectif. Les mises
en chantier suivent la même tendance et progressent de 26 %.
L’année 2011 se termine sur une conjoncture morose en termes de ventes de logements neufs. Celles-ci se replient
de 9,4 % sur l’année. L’augmentation des stocks de 6,4 % témoigne d’une reprise de la production.
La construction de locaux, elle aussi, profite de cette reprise de l’activité. Avec 2,32 millions de mètres carrés, la sur-
face totale autorisée est en amélioration de 18,7 % sur l’année 2011.
En 2011, en Aquitaine, les autorisations de logements ordinai- En 2011, en Dordogne, les autorisations se replient de 9 %
res (36 500, soit 8,7 % des France entière) sont en (- 6,7 % pour les logements individuels et - 47 % pour les col-
progression de 28 % par rapport à l’année précédente, année lectifs). Les autres départements affichent au contraire des haus-
de production moyenne. Cette hausse qui représente un gain ses assez nettes portées par l’ensemble des secteurs d’habitat, à
mensuel moyen d’environ 670 logements s’est plutôt l’exclusion de l’individuel pur plutôt positionné en recul, sauf
concentrée sur les deux derniers trimestres de l’année pour en Gironde. Ainsi, en un an, ce département enregistre une pro-
l’habitat collectif alors que le secteur individuel avait plutôt ten- gression de 50 %, les Landes de 11 %, le Lot-et-Garonne de
dance à se tasser. France entière, la hausse des autorisations 9 % et les Pyrénées-Atlantiques de 7 %.
atteint 17 %.
Mises en chantier : l’activité redémarre■
En 2011, la construction se redresse
Nombre En 2011, 28 200 logements sont mis en chantier en Aquitaine,
45 000
soit + 26 % par rapport à l’année précédente et 8,7 % du total40 000
France entière. Le secteur individuel demeure majoritaire avec35 000
Logements autorisés
30 000 une part de 55 %. Le niveau de production 2011 dépasse celui
25 000
de 2004 (27 400 mises en chantier), année réputée exception-
20 000
Logements commencés nelle à ce moment-là, mais il reste en deçà de ceux des années15 000
10 000 2005 et 2007 au cours desquelles entre 30 000 et 35 000 loge-
5 000 ments avaient été produits.
0
1990 1992 1994 1996 1998 2002 2004 2008 20102000 2006
Logements ordinaires autorisés et commencés en Aquitaine
Les mises en chantier redémarrent
Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2 (série en date de prise en compte)
Nombre
40 000
35 000Le retour en force de l’habitat collectif 2007 2008 2009■
30 000
2010 2011
25 000En 2011, en France métropolitaine, la hausse des autorisations
20 000
profite à l’ensemble des types d’habitat : 17 % pour le collectif,
15 000
22 % pour le segment individuel pur et 7 % pour l’individuel 10 000
groupé. En Aquitaine, ces évolutions sont plus tranchées : 5 000
0+ 64 % pour le collectif et + 9 % pour l’individuel (33 % pour
Individuel pur Individuel Collectif Total
groupél’individuel groupé ; quasi-stabilité pour le segment pur).
Logements déclarés commencés
Avec 56 % des autorisations en 2011, l’habitat individuel reste Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2
majoritaire mais il cède du terrain au collectif. En effet, la part
des logements collectifs passe de 35 % à 44 % dans l’ensemble Les mises en chantier progressent de 54 % en Gironde, de 14 %
des autorisations. dans les Landes et 5 % en Lot-et-Garonne. Au contraire, elles
reculent en Dordogne de 9 %, un repli entraîné par le secteurHausse nette des autorisations en 2011
Nombre collectif en forte chute de 85 % et malgré un habitat individuel
45 000
en hausse de 10 %. Elles se contractent de 8 % dans les Pyré-
40 000
2007 2008 2009 nées-Atlantiques, en raison d’une baisse de 40 % de l’habitat35 000
2010 2011
30 000 individuel groupé et de 7 % de l’individuel pur.
25 000
20 000
15 000 Recul des ventes de logements neufs■
10 000
et reconstitution des stocks
5 000
0
En 2011, avec un volume de 5 700 logements, dont 90 % dansIndividuel pur Individuel Collectif Total
groupé
du collectif, les ventes de logements neufs diminuent de 9,4 %
Logements ordinaires ayant fait l’objet d’une autorisation de construire
Source : Dreal Aquitaine, Sit@del2 par rapport à 2010 (- 10,5 % en France métropolitaine). Six
INSEE AQUITAINE 26 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2011 EN AQUITAINECONSTRUCTION
Commercialisation des logements neufs Les mises en chantier progressent de 8,6 % avec 1,38 million
de mètres carrés en 2011, alors qu’elles se repliaient de 23 %Les résultats portant sur la commercialisation des logements neufs sont is-
sus de l’enquête sur la commercialisation des neufs (ECLN) en 2010. En France métropolitaine, la hausse est de 23 %. Dans
réalisée chaque trimestre par les cellules statistiques des directions régio- la région, malgré cette bonne performance certains secteurs
nales de l’environnement, de l’aménagement et du logement auprès des
sont orientés à la baisse ; c’est le cas des locaux industriels
promoteurs sur les programmes de logements neufs destinés à la vente
(- 21 %), des locaux d’enseignement et ceux d’action socialeaux particuliers d’au moins cinq logements.
au repli identique de 22,5 %, des locaux de transport (- 50 %).Cette enquête a reçu le label d’intérêt général et de qualité statistique et un
visa la rendant obligatoire. Ils sont délivrés par le Conseil national de l’in- Les locaux commerciaux, les entrepôts, les industries et les bu-
formation statistique (CNIS). Cette enquête fait également l’objet d’une reaux concentrent chacun plus de 150 000 m² de surfaces mi-
déclaration à la Commission nationale de l’informatique et des libertés
ses en chantier et constituent près de 60 % de la production.❒
(CNIL).
Philippe NEUILLY
ventes sur dix se sont réalisées au cours des deux derniers tri- Dreal Aquitaine
mestres de l’année, confirmant le rythme de la construction
neuve en 2011. Les ventes d’appartements, bien que largement
majoritaires, se replient de 7 % et celles des pavillons de 27 %.
Les mises en vente progressent de 19 % pour atteindre 6 900 lo-
gements sur l’année, soit une évolution supérieure à celle de
7 % constatée en France métropolitaine. L’offre nouvelle s’ac-
croît de 31 % pour le collectif (30 % en 2010) alors que l’habi-
tat individuel chute de 42 %.
Malgré une activité contrastée, les stocks augmentent de 6,4 %
sur un an avec un encours de 3 440 logements au 31 décembre
2011, soit 24 % de plus par rapport au quatrième trimestre
La base de gestion des permis de construire : Sit@del2
2010. Le stock des logements collectifs gonfle de 11,5 % en un
Les données sont issues de la base de gestion des permis de construire,
an alors que celui des individuels se réduit de 16 %.
Sit@del2 (Système d’information et de traitement automatisé des données
élémentaires sur les logements et les locaux). Elles sont exprimées en date
de prise en compte, c’est-à-dire la date à laquelle l’événement, autorisa-Des prix qui s’orientent à la baisse■
tion ou ouverture de chantier, est enregistré dans la base de données.
En 2011, le prix moyen de l’habitat collectif au mètre carré di- Les statistiques présentées dans ce document portent sur les logements or-
dinaires d’une part et les locaux non résidentiels d’autre part.minue de 6,3 % en moyenne et préférentiellement pour les ap-
partements de taille (T2, T3) ainsi que pour les Un logement ordinaire désigne un type d’habitation qui ne sert qu’à
l’habitation et qui n’est ni une résidence pour personnes âgées, ni une5 pièces et plus. Dans le secteur individuel, le prix moyen d’un
résidence universitaire, ni une de tourisme, ni une autre rési-lot est en retrait de 1,6 %. Les prix des types T2 baissent le plus
dence telle que logement pour jeune travailleur, pour travailleur social,
(- 10 %) alors que ceux des T5 grimpent de 6,7 %. En France
pour travailleur immigrant, pour enfant ou adolescent, pour handicapé,
métropolitaine, les prix augmentent de 2,8 % pour les loge- etc. Les hôtels, motels, foyers pour personnes âgées, foyers pour étu-
ments en immeubles collectifs et de 2,2 % pour les logements diants ou jeunes travailleurs, etc. sont considérés comme des locaux à
usage autre qu’habitation (locaux d’hébergement).individuels.
Un permis de logements ou de locaux autorisés est un permis ayant reçu
Les délais d’écoulement se réduisent à 8,2 mois pour les collec-
un avis favorable de la part du service instructeur. Une construction est
tifs contre 10,4 mois un an plus tôt. Au contraire, ils augmentent commencée lorsque la déclaration d’ouverture de chantier a été
pour les logements individuels, passant de 4,6 mois fin 2010 à envoyée par le pétitionnaire au service instructeur.
5,9 mois fin 2011. Le délai observé au niveau France métropoli- On distingue trois types de construction d’un logement ordinaire :
- Les logements collectifs sont des logements faisant partie d’un bâti-taine est inférieur d’un mois pour l’habitat collectif et supérieur
ment de deux logements ou plus qui ont une entrée commune et dontde 3,4 mois pour le secteur individuel.
certains ne disposent pas d’un accès privatif.
Une maison individuelle désigne un logement individuel, c’est-à-dire
Locaux non résidentiels : progression■ un logement ayant sa propre entrée.
- Une maison pure désigne une maison individuelle, faisantdes autorisations et des mises en chantier
partie ou non d’un lotissement, dont la construction fait l’objet d’un per-
En 2011, la surface des autorisations de locaux non résidentiels mis de construire relatif à cette seule maison.
- Des maisons individuelles groupées désignent des maisons individuel-totalise 2,3 millions de mètres carrés, en hausse de 19 % par
les regroupées dans un même permis de construire.rapport à 2010, contre + 7,3 % pour la France entière (36,6 mil-
lions de m²). Cinq domaines, commerce, entrepôts, bureaux,
santé et secteur agricole, regroupent chacun plus de
POUR EN SAVOIR PLUS...200 000 m² autorisés et représentent les deux tiers de ces surfa-
ces en Aquitaine. Le commerce et la santé sont particulière- ? Site Observation et Statistiques (MEDDTL) :
ment dynamiques avec une expansion des surfaces autorisées www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
respective de 57 % et 48 %. --> Rubrique Logement-Construction
--> Construction de logements et de locaux
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2011 EN AQUITAINE 27 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.