AntianÉco 66 - Année économique et sociale 2005 en Guadeloupe

De
Publié par

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 23 Tourisme L’embellie de 2004 se voile récréatives ont été riches en créationsn 2005, 1,84 millions de passagersLe secteur du tourisme, en d’entreprises. En revanche, la locationEsont passés à l’aéroport Pointe-à- difficulté depuis le début des automobile et les transports ont légère-Pitre / Pôle Caraïbes, ce chiffre est en ment reculé au cours de l’année.baisse de 1,6%. En 2004, il avait atteintannées 2000, avait connu 1,87 millions soit une augmentation de une amélioration en 2004. L’emploi progresse6% par rapport à 2003. A titre de com- paraison, en 2000, l’aéroport avaitL ’année 2005 ne confirme Signe encourageant, l’emploi touris-enregistré 2,1 millions de passagers. pas cette embellie, l’activité tique continue à croître en 2005,Le trafic passagers du port continue sa notamment avec une hausse marquéebaisse entamée en 2000 avec 775 000touristique étant plutôt en dans les transports (+2,8%, soit environpassagers en 2005, soit une baisse de stagnation. Si le nombre de 4 400 emplois) et dans les activités16% par rapport à 2004 et de 40 % par récréatives (+20%, soit environ 830rapport à 2000 qui avait compté prèsclients des hôtels (hors Îles emplois). Il augmente aussi pour lade 1,3 millions de passagers. La baisse du Nord) progresse, les location.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 105
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 23
Tourisme
L’embellie de 2004 se voile
récréatives ont été riches en créationsn 2005, 1,84 millions de passagersLe secteur du tourisme, en
d’entreprises. En revanche, la locationEsont passés à l’aéroport Pointe-à-
difficulté depuis le début des automobile et les transports ont légère-Pitre / Pôle Caraïbes, ce chiffre est en
ment reculé au cours de l’année.baisse de 1,6%. En 2004, il avait atteintannées 2000, avait connu
1,87 millions soit une augmentation de
une amélioration en 2004. L’emploi progresse6% par rapport à 2003. A titre de com-
paraison, en 2000, l’aéroport avaitL ’année 2005 ne confirme
Signe encourageant, l’emploi touris-enregistré 2,1 millions de passagers.
pas cette embellie, l’activité tique continue à croître en 2005,Le trafic passagers du port continue sa
notamment avec une hausse marquéebaisse entamée en 2000 avec 775 000touristique étant plutôt en
dans les transports (+2,8%, soit environpassagers en 2005, soit une baisse de
stagnation. Si le nombre de 4 400 emplois) et dans les activités16% par rapport à 2004 et de 40 % par
récréatives (+20%, soit environ 830rapport à 2000 qui avait compté prèsclients des hôtels (hors Îles
emplois). Il augmente aussi pour lade 1,3 millions de passagers. La baisse
du Nord) progresse, les location. Les hôtels-restaurants ont ense ressent surtout dans les croisières
revanche débauché au cours de l’an-qui chutent de plus de 50% en 2005, ledurées de séjour et taux
née (-0,7%) pour atteindre 6 850trafic inter-îles baissant de 10%.
d’occupation diminuent. emplois, à comparer aux 7 300Le nombre d’établissements relevant
emplois de la fin des années 90.du tourisme reste stable en 2005, tan-L’emploi touristique
Durant le deuxième semestre de 2004dis qu’il a progressé dans l’ensemble
continue, lui, à croître. et le premier de 2005 , les touristesdu secteur des services au cours de
venant dans notre archipel en prove-l’année. Le rythme des créations des
nance de Métropole choisissent, lehôtels-restaurants reste stable (515 en
plus souvent un hébergement en hôtel-2005, 530 en 2004), les activités
Séjours plus longs en famille
Types d’hébergement en Guadeloupe des touristes en provenance de Métropole
Touristes Nuitées
En % En %
Source : INSEE, Enquête Flux touristiques 2004/2005
(1) Période de réalisation de l’enquête Flux touristiques.
(2) Touristes de séjour de l’aéroport de Pointe-à-Pitre/Le Raizet + touristes arrivant par bateau (croisières + trafic inter-îles)
+ touristes débarquant dans les Îles du Nord sans passer par la Guadeloupe continentale.
(3) Antiane n°59 «impact du tourisme» en Guadeloupe
23
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 24
Tourisme
lerie traditionnelle. Ils sont un tiers à plus) continue à croître fortement : 525 euros par habitant
aller dans la famille. Mais en terme de 11 points en 2005. Comme l’année
nuitées, l’hébergement familial est pré- précédente, 2005 aura été légèrement Les touristes ont dépensé environ 235
pondérant et l’hôtel talonné par les plus propice aux hôtels de la millions d’euros pendant leur séjour,
gîtes-locations. Cette différence tient à Guadeloupe hors Îles du Nord, les Îles soit en moyenne 634 euros par
la durée de séjour plus importante en du Nord enregistrant des résultats personne ; la somme ainsi injectée
famille qu’à l’hôtel. moins favorables. En Guadeloupe hors dans l’économie par ces visiteurs est
Îles du Nord, le nombre de touristes a de 525 euros par habitant.
Après 3 années difficiles entre 2001 et progressé de 8% mais le nombre de En moyenne, les touristes dépensent
2003, où le nombre de nuitées avait nuitées et le taux d’occupation des 60 euros par jour et par personne.
baissé de près de 20%, la durée de chambres baissent respectivement de Cette moyenne cache des disparités
séjour de 1,5 jours et le taux d’occupa- 1,8% et 0,5 point. Les hôtels de luxe non négligeables. Hormis les étudiants,
tion de plus de 10 points, l’hôtellerie continuent leur progression avec une pour la plupart logés chez l’habitant, il
avait connu un léger mieux en 2004 part de marché de plus de 83%. Et la reste entre les retraités (49 euros par
avec une hausse du nombre de clients durée moyenne de séjour perd 0,3 jour et par personne) et les chefs d’en-
de 4%.L’année 2005 offre un bilan jour. Les Îles du Nord ont enregistré treprise (91 euros) une différence de
mitigé. En effet, si le nombre de tou- 11,6% de clients en moins dans l’hô- niveau de dépense notable, même si
ristes dans les hôtels progresse en 2005 tellerie. Le nombre de nuitées baisse elle est plus réduite que les différences
de 2%, le nombre de nuitées est lui en de 17,5% et le taux d’occupation des de niveau de vie habituelles entre ces
baisse de 6,8%. Cela s’explique par chambres de 5,3 points. Il semble que deux catégories socioprofessionnelles.
une durée de séjour qui diminue en ce soit la clientèle française qui ait
2005 par rapport à 2004. Dans le moins fréquenté cette destination, la
même temps, le taux d’occupation des part de clientèle étrangère gagnant
chambres baisse d’un demi-point. La 7 points. Les hôtels de luxe représentent
part de l’hôtellerie de luxe (3 étoiles et plus de 93% des nuitées. Eric Durieux
Les Îles du Nord perdent des touristes
Activité des hôtels de Guadeloupe en 2005
En %
Guadeloupe EvoL Îles du Evol. Guadeloupe Evol.
(hors Îles du nord) 2004/2005 Nord 2004/2005 2004/2005
Clients (millier) 492 8 % 172 -11,50 % 665 2 %
Nuitées (millier) 1 705 -2 % 655 -17,50 % 2 360 -7 %
Part de la clientèle étrangère 8 % -1,5 pts 58 % +7 pts 22 % -0,5 pts
Part du haut de gamme (1) 83 % +13 pts 93 % +9 pts 86 % +11 pts
Durée moyenne de séjour (jour) 3,5 -0,3 3,8 -0,3 3,6 -0,3
Taux d'occupation des chambres 47,5 % -0,5 pts 47,7 % -5 pts 47,5 % -0,5 pts
(1) Haut de gamme = trois étoiles et plus Source : INSEE, Enquête fréquentation hôtelière.
Repères sur le secteur Les enquêtes sur le tourisme en Guadeloupe
La Guadeloupe, y compris les Îles du Nord, reçoit plus d’un million L’Enquête sur les Flux Touristiques est le fruit d’un partenariat
de touristes par an . Le poids du tourisme dans l’économie peut être entre l’INSEE, le Comité du Tourisme des Iles de Guadeloupe et
estimé à 10% du PIB régional compte tenu du poids du secteur des la Chambre de Commerce et d’Industrie de Pointe-à-Pitre.
hôtels-restaurants (5%), du transport (4% dont une part liée au tou- Cette enquête a pour objectifs premiers de quantifier et de qualifierrisme), de certains services aux particuliers (2%) et du commerce
les touristes venant en Guadeloupe sur les vols métropole-Pôle(12% dont une part liée au tourisme). Une étude réalisée par l’Insee
Caraïbes. L’Enquête de Fréquentation Hôtelière (EFH) a redémarréen collaboration avec l’Iedom a montré qu’une baisse de 10% du
en avril 2003 après deux années d’absence. Elle permet de mesurernombre de touristes une année entraîne une baisse de 0,6 point du
PIB guadeloupéen, touchant ainsi toute l’économie. l’activité des hôtels (nombre de clients, taux d’occupation…).
Pour en savoir plus
«Panorama de l’espace Caraïbe» - 2004 \ «Tourisme - Les signes d’une reprise», INSEE, AntianeÉco n°64, Octobre 2005 \ Rapport annuel
2005 de l’IEDOM \ «Tourisme - Une étude d’impact en Guadeloupe», INSEE, AntianeÉco n°58, Décembre 2003. \ « Le tourisme en
Guadeloupe. État des lieux, enjeux économiques », IEDOM, Décembre 2002.
24
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.