AntianÉco 69 - Année économique et sociale 2006 en Guadeloupe

De
Publié par

Transport maritime L’activité de plaisance en Guadeloupe ’année 2006 marque le repli USA (14,1 %). La France retrouve saLe secteur de la plaisance Ldes importations de bateaux de position de leadership en 2006 tota-est une activité importante plaisance. Cependant, elle fait sui- lisant plus de 77 % des importations. de l’économie en Guadelou- te à deux années exceptionnelles Avec 15,7 % des importations de la au cours desquelles l’engouement Guadeloupe, les États-Unis renfor-pe, comme en témoigne sa pour les activités de plaisance a gé- cent légèrement mais sûrement leurbonne rentabilité. Les expor- néré un chiffre d’affaires deux fois position. tations et les importations et demi celui de 2003. de bateaux se font principa- Au regard des importations, les ex- En 2003, la plaisance en Guade- portations en valeur de bateaux sontlement avec la métropole. loupe était principalement occupée faibles. Leur niveau avoisine 4 mil- La marina de Pointe-à-Pitre par la France qui détenait 77 % des lions d’euros en 2004 et 2005 et profi te du renforcement parts de marché. Loin derrière, on seulement 2,6 millions d’euros en retrouvait les États-Unis (9,4 %) et 2006. En 2006, les principales desti-de ses capacités d’accueil. l’Afrique du sud (6 %). En 2004, nations des exportations des bateauxPour preuve, la location de la France renforçait sa position de de plaisance sont les États-Unis, le bateaux y est une activité leadership avec 86,5 % du marché Canada, la Caraïbe et l’Australie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Transport maritime
L’activité de plaisance en
Guadeloupe
’année 2006 marque le repli USA (14,1 %). La France retrouve saLe secteur de la plaisance Ldes importations de bateaux de position de leadership en 2006 tota-est une activité importante
plaisance. Cependant, elle fait sui- lisant plus de 77 % des importations.
de l’économie en Guadelou- te à deux années exceptionnelles Avec 15,7 % des importations de la
au cours desquelles l’engouement Guadeloupe, les États-Unis renfor-pe, comme en témoigne sa
pour les activités de plaisance a gé- cent légèrement mais sûrement leurbonne rentabilité. Les expor-
néré un chiffre d’affaires deux fois position.
tations et les importations et demi celui de 2003.
de bateaux se font principa- Au regard des importations, les ex-
En 2003, la plaisance en Guade- portations en valeur de bateaux sontlement avec la métropole.
loupe était principalement occupée faibles. Leur niveau avoisine 4 mil-
La marina de Pointe-à-Pitre par la France qui détenait 77 % des lions d’euros en 2004 et 2005 et
profi te du renforcement parts de marché. Loin derrière, on seulement 2,6 millions d’euros en
retrouvait les États-Unis (9,4 %) et 2006. En 2006, les principales desti-de ses capacités d’accueil.
l’Afrique du sud (6 %). En 2004, nations des exportations des bateauxPour preuve, la location de
la France renforçait sa position de de plaisance sont les États-Unis, le
bateaux y est une activité leadership avec 86,5 % du marché Canada, la Caraïbe et l’Australie.
tandis que les USA affi chaient des fl orissante, grâce notam-
résultats stables. Des capacités d’accueil en ment à une politique de
En 2005, les importations en prove- développementcommunication ambitieuse. nance de la France chutent pour ne
Elle attire surtout une clien- représenter que 48,2 % du marché au La Guadeloupe, qui joue résolu-
profi t de la Finlande (30,7 %) et des ment la carte touristique, développetèle européenne.
depuis quelques années la Marina
du Bas-du-Fort en vue de promou-
La France, principal fournisseur voir l’activité de plaisance. Dotée
de 1 000 anneaux, cette structure
Les principales importations de bateaux de plaisance vient de renforcer en 2006 ses ca-
En euro et en % pacités d’accueil par la création de
60 mouillages et 80 anneaux sup-
plémentaires. Le Groupe Loret et la
Semsamar qui viennent d’obtenir
pour quinze ans une délégation de
service public (DSP) pour la ges-
tion de cet équipement ont réalisé
récemment un investissement de
1,8 M€ afi n de renforcer en capacité
le positionnement géographique de
cette structure dans l’arc antillais.
Une quinzaine d’actifs opérant di-
rectement à la capitainerie de la
Source: Douane
16
N° 69 - Guadeloupe - Septembre 2007
AES69_GuadeloupeEL.indd 16 14/09/2007 09:16:36Transport maritime
marina de Pointe-à-Pitre est affec- vité de la marina. Ainsi, en 2006, pour la plupart, portent leur choix
tée à des tâches de direction, de la 6ème édition de la Route du davantage sur les catamarans que
gestion, d’entretien, d’accueil de Rhum aura été un des facteurs qui sur les monocoques.
navigation ainsi qu’à des fonctions a notablement stimulé la crois-
techniques. Le chiffre d’affaires de sance du secteur de la location de Afi n de valoriser leur offre de servi-
2 millions d’euros réalisé en 2006 bateaux ce, les agences de location de ba-
est généré principalement par la teaux de plaisance pratiquent une
location des anneaux. Cette struc- Si la majorité des clients est d’ori- politique de communication fon-
ture qui accueille en moyenne gine française, la destination dée sur le recours à divers supports
une quarantaine de yachts par an, s’avère de plus en plus captive de commu-
Une politiquecontre 70 à la marina du Marin en pour les clients anglais, italiens, n icat ion.
Martinique, envisage à terme de belges et dans une moindre me- L’internet de communication
développer la partie terrestre de sure, espagnols. Les Américains est certes ambitieusecet équipement. Le but étant de plus exigeants optent pour les mis à contri-
compléter la gamme de services destinations concurrentes que bution mais cette démarche est
offerts aux opérateurs et accroître sont Saint-Martin, Sainte-Lucie, confortée par la publicité dans les
par la même occasion l’attractivité les Iles Vierges… magazines, le recours aux services
de cette structure dans un contexte d’agences spécialisées, des voya-
de forte concurrence avec les in- Deux options principales sont gistes, des tours opérateurs et la
frastructures des autres îles de l’arc proposées à la clientèle d’abord fréquentation régulière des salons
antillais (Saint-Martin, le Marin, la location avec équipage dont nautiques.
Antigues...) la durée moyenne est de 8 à 10
jours pour une durée maximale Outre le port de plaisance de Poin-
Environ 74 entreprises, opérant de 21 jours ; c’est l’offre la plus te-à-Pitre, la Guadeloupe compte
dans des secteurs aussi variés que courante. Ensuite la location sans deux autres marinas localisées
la confection de voiles, l’électri- équipage d’une durée moyenne de dans les communes de St François
cité, la pêche, la maintenance, le 5 à 10 jours pour une durée maxi- et de Gourbeyre mais d’une capa-
pressing et la location de bateaux, male de 35 jours. Il s’agit en ma- cité plus modeste. Celle de Gour-
profi tent indirectement de l’acti- jorité de professions libérales qui, beyre qui disposait de 350 places
est à ce jour utilisée en deçà de ses
capacités réelles, compte tenu desChute des exportations
dégâts occasionnés par les derniè-
res intempéries. Terre-de-Haut qui Les principales exportations de bateaux de plaisance
ne dispose pas de marina, mais
En euro et en % qui bénéfi cie du prestige lié à sa
baie de renommée mondiale, a
accueilli en 2006, 783 plaisan-
ciers étrangers en mouillage pour
une durée moyenne de 3 jours.
Il s’agit principalement d’améri-
cains, canadiens, belges, suisses et
allemands qui participent substan-
tiellement (entre 70 et 80 %) au
chiffre d’affaires des marchands de
cadeaux, souvenirs, restaurants et
autres commerces alimentaires de
l’île.
Mathias BINI
Chambre de Commerce
et d’Industrie de Guadelou pe
Source: Douane
17
N° 69 - Guadeloupe - Septembre 2007
AES69_GuadeloupeEL.indd 17 14/09/2007 09:16:37

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.