Bassins de vie bretons : la sphère agri-alimentaire en tête des orientations économiques (Octant n° 99)

De
Publié par

La cartographie de la Bretagne selon ses orientations économiques montre un territoire bigarré, traduction de la diversité des bassins de vie. Cependant l'espace dédié à l'économie agri-alimentaire prédomine et les emplois correspondant ont un poids qui dépasse ceux des autres régions. L'économie résidentielle a aussi son importance, surtout en zone urbaine et sur le littoral.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Territoires
Bassins de vie bretons
La sphère agri-alimentaire
en tête des orientations économiques
La cartographie de la Bretagne selon ses orientations
économiques montre un territoire bigarré, traduction de la
diversité des bassins de vie. Cependant l’espace dédié à
l’économie agri-alimentaire prédomine et les emplois
correspondant ont un poids qui dépasse ceux des autres
régions. L’économie résidentielle a aussi son importance,
surtout en zone urbaine et sur le littoral.
i le bassin de vie est l’échelon perti- la sphère industrielle et la sphère une vigoureuse industrie agroalimen-Snent pour analyser ou aménager le agri-alimentaire. Leur influence dans la taire, ce qui donne à la région un carac-
territoire rural, il permet aussi d’appré- vie économique locale dépend de la tère économique particulier. L’agricul-
hender les ressorts de l’économie lo- part des emplois qu’elles fournissent. En ture, la sylviculture et la pêche, aux-
cale. L’économie des bassins de vie Bretagne, l’économie résidentielle quelles sont associées les industries de
comme des agglomérations est cons- concentre 57 % des emplois au recen- l’alimentation, constituent un bloc de
tituée par deux grandes catégories d’ac- sement de 1999 ; l’économie indus- 157 000 emplois. Cet ensemble repré-
tivités : celles destinées à satisfaire les trielle représente près de 29 % des em- sente 14,1 % des emplois bretons de
besoins des populations locales, et cel- plois et l’économie agri-alimentaire 1999 contre 6,9 % toutes régions
les destinées à un marché plus vaste, 14 %, soit deux fois plus qu’au niveau confondues. L’importance du secteur
parmi lesquelles sont distinguées d’une national. Dans les bassins de vie bre- est une caractéristique de la Bretagne,
part les activités industrielles au sens tons, cette répartition présente de multi- qui prend ainsi la première place au ni-
large (on y inclue les principaux servi- ples variantes, ce qui témoigne de la di- veau national.
ces aux entreprises), d’autre part la pro- versité de la réalité économique locale.
duction agricole et sa transformation. Une quarantaine de bassins de vie dé-
passent les 30 % d’emplois agri-alimen-
1
Trois grandes sphères d’activité sont taires et une douzaine de bassins de vieUn emploi sur sept dans
ainsi isolées : l’économie résidentielle, dépassent même 40 %. En revanche, lala sphère agri-alimentaire
part des emplois appartenant à la sphère
1- Découpage sectoriel conforme au rapport de agri-alimentaire est faible non seule-
l’Insee pour la DATAR (Délégation à l’aménagement
La vocation halieutique et agricole de la ment dans les grandes agglomérations,du territoire et à l’action régionale) « Structuration de
Bretagne lui a permis de développer mais également dans une trentaine del’espace rural ».
4 Octant n° 99 - octobre 2004Territoires
Part des emplois agri-alimentairesbassins de vie principalement situés à la
périphérie des agglomérations.
En 1999, les industries agroalimentaires Lannion Saint-Malo
(IAA) fournissent 71 000 emplois en
Morlaix
Bretagne, soit 6,4 % des emplois bre- GuingampBrest
tons, ce qui place également la Bre- Saint-Brieuc
er Dinantagne au 1 rang des 22 régions françai-
ses. Dans l’ensemble du pays, les IAA FougèresCarhaix
ne regroupent que 2,7 % des emplois.
Géographiquement, le secteur des IAA Loudéac
Quimperestrelativementconcentré :6%duter- RennesPontivy Vitré
ritoire régional (y compris les agglomé-
rations) abrite 50 % des emplois du sec-
Ploërmelteur. Deux bassins affichent une forte En % Lorient
proportion d’emplois agroalimentaires : Vannes
40 RedonLamballe, où se trouve l’entreprise Coo-
3030
perl-Hunaudaye, et Locminé, où sont 1515
implantées les entreprises Doux,
Bernard et UFM (Union fermière morbi- © Insee - IGN 2004
hanaise). Près du tiers des bassins de vie Source : Insee - recensement de la population de 1999
bretons dépassent les 10 % d’emplois
dans le secteur des IAA et une quin-
zaine de bassins de vie dépassent même
Part des emplois industriels (hors industries agroalimentaires)20 %.
Quant au secteur primaire (agriculture,
sylviculture et pêche), ses 86 000 em- Lannion Saint-Malo
plois représentent 7,7 % des emplois de
Morlaixla région. En Bretagne, près de la moitié GuingampBrest
des bassins de vie comptent plus de
Saint-Brieuc
15 % d’emplois primaires et pour une Dinan
trentaine de bassins de vie, le poids dé-
FougèresCarhaixpasse 20 %. Certains sont encore plus
Loudéacremarquables, comme les bassins de Quimper
Callac (36 %) et Quintin (30 %). Pontivy Rennes Vitré
Les activités agricoles sont historiques
et manifestes sur l’ensemble de la ré- Ploërmel
gion. De plus, elles sont par nature En %
Lorientconsommatrices d’espace : l’emploi Vannes
40
correspondant est largement réparti sur Redon30
le territoire. Les communes les plus agri- 20
coles fournissent la moitié des emplois
agricoles bretons sur une superficie re- © Insee - IGN 2004
2
présentant 39 % du territoire régional . Source : Insee - recensement de la population de 1999
emplois industriels bretons. Les six prin- emplois. En revanche, une cinquan-Rareté des implantations
cipales agglomérations bretonnes sont taine de bassins disséminés sur le terri-industrielles
les principaux pôles d’emploi indus- toire sont peu marqués par l’industrie,
triel : Rennes (56 000 emplois), Brest avec un ratio d’emplois compris entre 8
En 1999, les 318 000 emplois de la (28 000), Lorient (16 000), St-Brieuc et 20 %.
sphère industrielle -hors IAA- représen- (12 500), Quimper (12 300) et Vannes
tent 28,5 % des emplois bretons, soit 7 (9 500). Si l’on ajoute Fougères et Lan-
points en dessous de la proportion na- nion, qui comptent chacune 8 000 em-
L’économie résidentielletionale. Selon cette définition restreinte plois, ces agglomérations totalisent
domine en villede l’industrie, mais qui inclut les princi- 151 000 emplois dans la sphère indus-
paux services aux entreprises (encadré), trielle, soit presque la moitié des em- et sur les côtes
la Bretagne apparaît nettement défavo- plois industriels bretons.
erisée ; elle se classe en effet au 20 rang
des 22 régions françaises. Six bassins de vie sont majoritairement En Bretagne, comme au niveau natio-
industriels (plus de 50 % des emplois nal, la majorité des emplois relève de
Par nature, l’emploi industriel est très sont industriels) : Pont-de-Buis, Noyal- l’économie résidentielle. La région
concentré. Effectivement, 3 % du terri- sur-Vilaine, Caudan, La Gacilly, Argen- compte 640 000 emplois dans cette
toire régional rassemble 50 % des tré-du-Plessis et Vern-sur-Seiche. Une sphère d’activités en 1999. L’économie
trentaine d’autres bassins ont une réelle résidentielle regroupe des activités es-
implication industrielle, avec un poids sentiellement destinées à satisfaire les2- Portion du territoire occupé par les communes of-
frant la moitié des emplois du secteur. compris entre 30 % et 48 % des besoins des populations locales (ser-
Octant n° 99 - octobre 2004 5Territoires
vices aux particuliers et commerces). davantage sensible à l’évolution démo- bassins de vie bretons. Son importance
Elles ont l’avantage d’être moins expo- graphique du bassin. ne tombe jamais en dessous de 25 %
sées que les autres à la concurrence des emplois locaux, comme si un seuil
d’entreprises situées à l’extérieur de leur La sphère d’activitésrésidentielles est incompressible d’un quart des actifs de-
bassin de vie, mais leur dynamique est majoritaire dans prèsde60%des vaient être occupés à satisfaire les be-
soins de la population résidente. De
même au niveau national, seulement
dix bassins de vie n’atteignent pas ce
Part des emplois résidentiels seuil.
Que ce soit par nécessité, par commo-
dité ou pour raison commerciale, les
Lannion Saint-Malo emplois résidentiels sont essentielle-
Morlaix ment localisés en zone urbaine. De ce
GuingampBrest fait, l’emploi résidentiel est fortement
Saint-Brieuc concentré : 2,4 % du territoire breton
Dinan
canalise en effet la moitié des emplois.
FougèresCarhaix La part des emplois résidentiels dépasse
60 % dans toutes les grandes agglomé-Loudéac
rations. Mais des taux encore plus éle-PontivyQuimper Rennes Vitré vés, supérieurs à 75 %, sont observés
dans certains bassins touristiques du lit-En %
toral : Quiberon, Pont-l’Abbé ou Cro-Ploërmel
70 Lorient zon. L’activité touristique renforce en
60 Vannes
effet l’économie résidentielle en gref-50 Redon
40 fant une demande de biens et services
supplémentaires, fortement génératrice
d’ emplois.
© Insee - IGN 2004
Source : Insee - recensement de la population de 1999
Orientation économique des bassin de vie
Saint-Pol-
Paimpol
de-Léon
Lesneven
Morlaix
Landivisiau Guingamp Dinard
Dol-de-BretagneLanderneau
DinanLamballe
CombourgCrozon
Carhaix-Plouguer Fougères
Rostrenen
Loudéac Tinténiac
Douarnenez Monfort-sur-Meu
Pontivy VitréRosporden
Fouesnant
Concarneau Ploërmel Guichen JanzéQuimperlé Locminé
HennebontPenmarch
Bain-de-Bretagne
RedonAuray Questembert
Unité urbaine 1999 de 30 000 habitants ou plus - Hors référentiel rural
Périphérie des agglomérations
Concarneau bassin de plus de 20 000 habitants
Guichen bassin de 15 000 à 20 000 habitants
Agri-alimentaires à tendance agricole Très industriels non monospécialisés Fortement résidentiels et sans autre dominance
Très industriels monospécialisés Résidentiels touristiquesà tendance alimentaire
Plutôt industriels et non monospécialisés Fortement résidentiels et agri-alimentairesDiversifiés
Plutôt industriels et monospécialisésésidentiels et industriels
© Insee - IGN 2004
Source : Insee - recensement de la population de 1999
6 Octant n° 99 - octobre 2004Territoires
Trois grandes catégories d’emploi
Les emplois locaux, repérés par les actifs port routier de marchandises, trans- apportées dans un second temps pour af-
du recensement de population de 1999 ports par eau, transports aériens, finer l’analyse :
comptés à leur lieu de travail, ont été ré- transport spatial) ; Manutention, entre-
partis en trois grandes catégories à partir posage, gestion d’infrastructures ; au sein des bassins qualifiés de forte-
des regroupements suivants : Organisation du transport de fret ; Ser- ment résidentiels une spécialisation
vices aux entreprises. secondaire est distinguée ;
Secteurs de l’économie résidentielle :
une activité touristique importante,Commerce et réparation automobile ;
mesurée par la capacité d’accueil, estUne typologie synthétique de détail, réparations ; Bâ-
repérée ;timent ; Transports ferroviaires ; Trans-
ports routiers de voyageurs ; Agences Pour synthétiser les structures économi- l’économie agri-alimentaire est dé-
de voyages ; Activités financières ; ques des bassins de vie et analyser leur composée entre activité agricole et in-
Activités immobilières ; Services aux diversité, une typologie des orientations dustrie agroalimentaire ;
particuliers ; Education, santé, action économiques a été réaliséeauplanna-
le caractère monospécialisé ou nonsociale ; Administration. tional. Le procédé consiste, dans un pre-
des activités industrielles est mis enmier temps, à classer les bassins selon
Secteurs de la sphère agri-alimen- évidence.l’importance relative des trois grandes
taire : Agriculture, sylviculture et
fonctions. Plusieurs améliorations sont
pêche ; Industries agricoles et
alimentaires. Répartition des emplois en trois sphères d'activité
Secteurs de l’industrie au sens large :
Côtes Ille-et-Sphère France Bretagne Finistère Morbihantous les autres secteurs, c’est-à-dire d'Armor Vilaine
Industrie de biens de consommation ;
Industrie automobile ; Industries de Agri-Alimentaire 6,9 14,1 18,7 14,4 10,0 16,0
biens d’équipement ; Industrie des Industrielle 35,5 28,5 24,9 26,0 33,8 27,0 intermédiaires ; Énergie ; Com- Résidentielle 57,6 57,4 56,4 59,6 56,2 57,0
merce de gros et intermédiaires ; Tra-
Source : INSEE-Recensement 1999vaux publics ; Autres transports (trans-
Répartition des bassins de vie selon l’orientation économiqueAgri-alimentaire
et économie résidentielle : Bretagne France
8 bassins de vie sur 10
nombre % %
Fortement résidentiel sans dominance industrielleEn combinant ces trois grandes orienta- 28 21 26ou agri-alimentaire
tions économiques, la cartographie desésidentiel et agri-alimentaire 26 20 10bassins confirme la forte prépondérance
Fortement résidentiel et touristique 19 14 11spatiale des activités agri-alimentairesésidentiel et industriel 2 2 9et de l’économie résidentielle : 80 %
des bassins de vie sont fortement Agri-alimentaire à tendance agricole 15 11 8
concernéspar l’une ou l’autre de ces à tendance alimentaire 17 13 3
deux tendances, soit 107 sur 134. L’en- Très industriel non monospécialisé 324
semble des bassins de vie à orientation
Très industriel monospécialisé 325
agri-alimentaire ou résidentielle et
Plutôt industriel et non monospécialisé 75 12 occupe 48 % du terri-
Plutôt industriel et monospécialisé 437toire rural breton, contre seulement
Diversifié 10 7 520 % au niveau national.
Ensemble 134 100 100
Les bassins à orientation industrielle
Champ : bassins de vie du référentiel rural restreint
sont principalement situés en Ille-et-Vi-
Source : Rapport de l’Insee (avec la participation de Ifen, Inra, Scees) pour la Datar
laine ; ce département en compte onze,
contre cinq bassins dans le Morbihan et
un dans le Finistère. Seuls trois bassins Type d'orientation économique Règles de classification
sont très industrialisés et monospéciali-
Bassins fortement résidentiels et touristiques ER > 50 % ; T >= 1,5sés : La Gacilly (fabrication de parfums),
Bassins très industriels mono spécialisés EI >= 50 % ; Pid >= 50 %Caudan (fonderie de fonte), et Pont-
de-Buis (fabrication d’explosifs). ER correspond à la part des emplois résidentiels dans les emplois du bassin ;
EIà la part des emplois industriels, au sens large (y compris les principaux services
La région compte 19 bassins qualifiés aux entreprises) ;
de fortement résidentiels et touristiques, T est le ratio de la capacité d'accueil touristique rapporté au nombre d'habitants ;
ce qui suppose que l’économie résiden- Pid correspond au poids du secteur industriel le plus important parmi les secteurs industriels de
la NES 36 (au sens strict et hors IAA).tielle fournit dans ces bassins la majorité
Octant n° 99 - octobre 2004 7Territoires
Méthode
Pour cette étude, trois types d’espace sont considérés : Équipements ayant servi à définir les bassins de vie :
Agglomération : unités urbaines comptant au moins 30 000
Équipements concurrentiels : hypermarché et supermarché,habitants ;
vétérinaire, banque, magasin de vêtements, magasin de
Périphérie : bassins de service dont le pôle est situé en chaussures, librairie, magasin d’électroménager, magasin de
agglomération ; meubles, droguerie, grande surface non alimentaire, marché
de détail ;
Rural : le reste du territoire (découpé en bassins de vie).
Équipements non concurrentiels : gendarmerie, perception,
La délimitation des bassins de vie est fondée sur les statistiques notaire, ANPE, maison de retraite, bureau de poste, crèche ou
d’accès à l’emploi et aux services à la population. Elle s’est halte-garderie, installation sportive couverte, piscine cou-
constituée par regroupement de bassins de services intermédiai- verte, école de musique, cinéma ;
res. Ces bassins de services intermédiaires avaient été formés à
Équipements de santé :médecin, infirmier, pharmacie, mas-partir des données de l’inventaire communal. Les services en
seur-kinésithérapeute, dentiste, ambulance, maternité,ur-question ont été classés en quatre catégories : services concur-
gences, hôpital de court séjour, hôpital de moyen et longrentiels, non concurrentiels (services publics ou assimilés hors
séjour ;éducation et santé), de santé et enfin d’éducation.
Équipements d’éducation : collège, lycéegénéral et/ou tech-
nologique, lycée professionnel.
des emplois et que le nombre de lits
d’accueil touristique (y compris les
campings) rapporté au nombre d’habi-
tants dépasse le seuil de 1,5. Ces bas-
sins, situés le long du littoral, sont sus-
Pour en savoir plusceptibles de voir leur population
s’accroître de 150 % en période
Les bassins de vie des bourgs et petites villes : une économie résidentielleestivale.
et souvent industrielle/ Eric Ambiaud, Michel Blanc et Bertrand Schmitt -
Insee Première n° 954 - avril 2004Enfin, dix bassins de vie bretons n’ont
pas d’orientation économique domi- Le zonage en bassins de vie : une structuration du territoire autour de l’emploi
nante ; leur diversification n’est pas dé- et des services/Michel Rouxel - Insee Bretagne - Octant n°98 - juillet 2004
savantageuse, mais leur assure au con-
Structuration de l’espace rural : une approche par les bassins de vie
traire une plus large gamme de (accès en ligne) www.datar.gouv.fr
ressources.
L’espace breton/ Insee Bretagne - Dossier d’Octant n° 45 - septembre 2003
Michel ROUXEL
8 Octant n° 99 - octobre 2004
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.